Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les vrais dessous de l’immigration en France

Les vrais dessous de l’immigration en France

Certains ont dû tomber de haut en apprenant la nomination de l’ancien socialiste Eric Besson à la tête du ministère de l’immigration et de l’identité nationale, en remplacement de Brice Hortefeux.

PS et UMP seraient donc aussi d’accord sur ce point ? Mais comment est-ce possible ? Moi qui pensais que la gauche était laxiste, et que la droite au contraire se montrait restrictive, qu’elle avait mis en place une politique ferme et efficace de reconduites à la frontière des clandestins...

Voilà ce qu’ont dû se dire certains.

Et pourtant ! Rien de surprenant à cette nomination. Rien d’étonnant à ce que l’ancien soutien de Ségolène Royal, député socialiste pendant 10 ans de 1997 à 2007, succède à Brice Hortefeux, pour mener la même politique.

Tout simplement parce que sur l’immigration comme sur la plupart des autres sujets, PS et UMP appliquent le même programme, celui que leur dicte la mondialisation libérale et son relais l’Europe de Bruxelles.
Les oppositions là-aussi ne sont que de façade. La réalité des pratiques et des chiffres nous le démontre.

Que les choses soient claires en effet. Depuis les années 1960, et plus encore à partir des années 1970 et l’installation dans le marasme économique, le premier demandeur d’immigration est le grand patronat. Les rapports du grand patronat français et européen sur le sujet foisonnent. Il faut plus d’immigration en France nous répétent-ils depuis des décennies.

La raison est bien simple : en faisant appel à la main d’oeuvre immigrée, le grand patronat crée une concurrence entre les travailleurs, concurrence sur les salaires et les droits sociaux.
Le résultat escompté est de faire pression à la baisse sur les salaires et de remettre en cause ces droits.
Faites venir des immigrés habitués à être dociles, à ne jamais rien revendiquer, et à être payés une misère, et vous aurez des travailleurs "modèles", le rêve de tous les patrons.

Les ouvriers furent les premières victimes de cette politique dans les années 1970. Depuis quelques années, les ingénieurs et les métiers plus qualifiés commencent à en pâtir eux-aussi.

Conjugué aux délocalisations, l’appel à l’immigration agit comme une formidable pression sur des travailleurs contraints d’accepter la stagnation des salaires et les reculades sociales pour conserver leur emploi, dans le meilleur des cas.

Un argument souvent opposé à cette réflexion consiste à faire remarquer que des secteurs d’activité ne trouvent pas preneurs en France, comme la restauration et la construction. L’appel à l’immigration est alors présenté comme une solution des plus naturelles, quasi incontournable.

Et pourtant, rien de naturel ici non plus. Si ces secteurs sont délaissés, c’est en raison de la faiblesse des salaires qu’ils proposent, au regard de la forte pénibilité souvient associée aux métiers.
L’appel à l’immigration apparaît dès lors pour ce qu’il est : un moyen pratique d’éviter toute hausse des salaires.

Aujourd’hui, le patronat reste sur la même position. Qu’on se tourne du côté du Medef ou de Business Europe, le Medef européen dirigé par le baron Seillière, toujours le même discours. Même chose à la Commission européenne, où l’on recommande régulièrement de faire venir plusieurs dizaines de millions d’immigrés d’ici 2050. Même chose enfin dans le rapport Attali qui prône la relance de l’immigration pour, je cite, "faire face à un marché du travail en tension". Une solution parmi d’autres au milieu du catalogue de mesures libérales qu’il propose.

En réalité sur l’immigration comme sur la plupart des sujets, il n’y a pas eu de rupture avec Nicolas Sarkozy. Depuis plus de 30 ans, les gouvernements successifs appliquent la même politique migratoire de pression sur les salaires, aujourd’hui baptisée "immigration choisie", hier autrement.

Même sur les reconduites à la frontière, les différences sont minimes.
Brice Hortefeux nous annonce fièrement 30 000 reconduites en 2008. Ce chiffre cache cependant un gonflement des reconduites volontaires (évaluées à plus de 10 000), qui concernent essentiellement des Bulgares et des Roumains, plus nombreux qu’avant en raison de l’adhésion de leurs pays à l’Union européenne en 2007, et qui acceptent de rentrer -provisoirement- contre un petit pécule et un voyage aux frais de la République.
On dit même que certains reviendraient en France avec pour seul objectif de se faire une nouvelle fois reconduire à la frontière, au bénéfice des deux parties : de l’administration qui ajoute une petite croix dans ses statistiques, quitte à compter deux fois la même personne, et du clandestin qui empoche une deuxième fois le petit magot...

En réalité, le nombre de reconduits non volontaires stagne depuis des années, et a même légèrement diminué en 2008 (19724 contre 19885)

De toutes les manières, ces chiffres sont dérisoires quand on sait que le Bureau International du Travail estime à au moins 400 000 le nombre de clandestins en France, et qu’il ajoute que ce nombre aurait doublé en l’espace de quatre ans.

Ces quelques réflexions devraient être au coeur d’un vrai débat sur l’immigration. On devrait pourvoir en parler sereinement.

Mais est-ce vraiment possible en France ?

http://www.levraidebat.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Yohan Yohan 16 janvier 2009 22:54

    Merci pour cet article politiquement incorrect. Une réalité qui échappe à beaucoup de nos concitoyens, à la seule différence près que la droite continue de faire croire qu’elle lutte contre, avec sa "mise en scène" des charters.
    D’accord tous deux pour l’immigration mais pas complètement pour les mêmes raisons. Mais l’hypocrisie est la même : main d’oeuvre à bon marché, retraites courtes pour les immigrés qui s’épuisent sur les chantiers les plus pénibles et qui vont se cacher pour mourir au bled ou dans les foyers SONACOTRA.
    J’ai entendu des leaders de gauche arguer que l’immigration est un bienfait et qu’il en faut pour assurer les retraites futures. Bel état d’esprit.
    Beaucoup d’immigrés "clandestins" travaillent presque légalement qui n’auront aucune retraite, sans parler des étudiants étrangers qui sont autorisés à travailler moins de vingt heures à qui l’on déduit certaines charges (assedic) alors qu’ils ne bénéficieront jamais des allocations chômage.
    Cette immigration clandestino-légale est une manne, à tout point de vue dès lors qu’ils ne sont pas légalisés. Rien de commun donc avec l’immigration de regroupement familial ou de convention avec certains pays, celle-là coûte probablement en assistance. Ceci compense cela en qq sorte.









     


    • Yohan Yohan 16 janvier 2009 23:00

      PS
      Vous voyez encore une différence vous entre la droite et la gauche française ?
      C’est comme comparer deux modèles de voitures identiques à partir d’un manuel d’emploi légèrement différent. Et puis, la Rollex de l’un vaut bien celle de l’autre, sauf que l’un est seulement collectionneur. Et l’autre ?


    • Yena-Marre Yena-Marre 17 janvier 2009 12:03

      Bonjour,
      Pas de surprise quand à la nomination de Besson , il est un grand spécialiste de l’intégration . Pour preuve il suffit de voir comme il s’est très vite intégré à l ’ UMP


      • Le bateleur Le bateleur 17 janvier 2009 12:43

        C’est la confirmation que ceux qui, dans le mille feuille de la nation, se trouvent dans la couche de sucre glace, ont plus d’affinité les uns avec les autres qu’avec un hypothétique parti.

        Luc Comeau-Montasse

        Liesbuster


        • 9thermidor 17 janvier 2009 13:17


          qui veut créer les conditions d’une guerre civile en France ?

          on s’en passerait volontiers .


          • foufouille foufouille 17 janvier 2009 14:12

            vive la revolution (guerre civile)


          • non666 non666 17 janvier 2009 18:10

            Non pas forcement.
            La guerre civile a l’enorme avantage de permettre de passer outre tous les tabous.
            Les manipulateurs de l’ombre, les traitres au pays , les servants d’une puissance etrangères peuvent etre jugé condamlnés et executés dans la meme journée , voir dans la meme minute...

            La guerre civile est la reponse ultime des peuples a leur negation.
            N’oublions pa que la democratie n’a été inventé par les atheniens que pour eviter de voir les luttes instestines pour le pouvoir affaiblir de façon continuelle athenes face a l’exterieur.
            Comme de toute façon ce sont toujours les plus gros bataillons qui gagnent a la fin , autand compter les mains levées que les glaives, et admettre ce resultat comme valable.

            Seulement voila, nous sommes aujourd’hui arrivé a un point ou ce sont les interets de minorités qui controlent la majorité. Sous le pretexte de controler les medias, les minorités de connivence font croire grace a leur caisse de resonnance qu’ils sont le peuple tout entier.
            chacun se sentant seul dans son coin, se tait, se terre...

            Mais un jour, on parle, on voit sur internet que les minoritaires, ce sont eux et la, la logique s’inverse.
            Si on ne compte pas nos voix, alors ils compteront nos glaives...


          • phil2nim phil2nim 20 janvier 2009 16:53

            Personne ne souhaite créer les conditions d’une guerre civile, pas plus que Louis XVI ne voulait une Révolution française...
            Ce qui n’empèche que la situation fait penser, toutes choses différentes par ailleurs à 1785 - 1787... discrédit du politique, délitement économique, consanguinité des élites au pouvoir, atonie de l’opinion publique. Quelle force politique fera le pendant de la bourgeoisie du XVIIIeme siècle, c’est toute la question ... avec celle de l’usage de la guillotine.


          • claireopale claireopale 17 janvier 2009 14:40

            Votre article effectivement met en évidence que la gauche et la droite font la même politique depuis des années....ce n’est qu’une question de rhétorique en fonction des sensibilités de l’électorat de chacun, autrement la cuisine est la même....la gauche quand elle ne veut traiter certains sujets quand elle est au pouvoir pour ne pas froisser toujours ses electeurs....le retour de la droite complète
            comme les retraites, l’immigration, la délinquance, l’économie etc.........et la gauche fait le reste....comme l’éducation, la culture, les services publics etc........
            bref en France, la droite n’existe pas.....nous avons depuis plusieurs années un centre droit....la droite n’est representé que par philippe de villiers.....


            • foufouille foufouille 17 janvier 2009 16:44

              c’est donc pas la faute de tes "allogene" mais des ploutocrates


            • Iren-Nao 18 janvier 2009 11:13

              @ ancien du gud

              Eclairez ma lanterne svp, je sais ce qu’est un ancien, mais un gud je sais pas.

              Merci

              Iren-Nao


            • foufouille foufouille 18 janvier 2009 12:09

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_union_d%C3%A9fense

              en gros, un exemple de racistus neanderthalensis. heureusement atteint de micro penis.
              on en conserve quelques exemplaires dans des zoo


            • Iren-Nao 18 janvier 2009 11:15

              Excellent article et verite evidente et guere contestable

              Je crois bien que le masque commence a tomber.

              Sentez vous l’insurection qui vient ?

              Iren-Nao


              • timiota 18 janvier 2009 12:05

                Le GUD = mouvement d’extrême droite de la jeunesse, qui avait son QG à la fac d’Assas, pour ce qu’il m’en souvient.
                Réputés provocateurs et casseurs pendant la période Giscard Mitterrand...


                • phil2nim phil2nim 20 janvier 2009 17:03

                  Pour préciser : des fachos racistes de la bourgeoisie, protégés par le Police de Giscard, fils de ministres et hauts fonctionnaires ; très forts et violents en bande, mais des tapettes en 1 contre 1... Ambiance vichyste à la fac... champions du jet d’étudiants immigrés des balcons et de la bastonnade à 15 contre un.


                • homosapiens homosapiens 18 janvier 2009 14:15

                  Excellent article.Je partage aussi cette impression que le grand patronnat joue sur cette misère humaine
                  pour tout bloquer, que les chiffres sont toujours flous, que rien de pertinent n’est proposé tant sur la plan
                  social qu’économique...et surtout comme vous concluez avec pertinence : peut on encore parler de cela en france ?
                  Bravo pour cet article


                  • Zepekegno Zepekegno 18 janvier 2009 17:40

                     Très bon article, clair et concis, qui est aussi l’occasion de constater que l’on tient enfin un sujet qui commence doucement à fédérer les français toutes sensibilités politiques confondues, ce qui n’est pas rien. Reste à se montrer suffisamment intelligents pour focaliser sur ce qui nous rassemble plutôt que sur ce qui nous sépare, mais là je m’égare dans l’utopie ...


                    • Gzorg 19 janvier 2009 08:43

                      Tres bon article qui a le merite de poser les bonnes questions et de faire tomber les vrais "faux masques".

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès