Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les yeux dans les voeux

Les yeux dans les voeux

On ne change pas une équipe qui gagne : Nicolas Sarkozy finira l’année comme il en a passé la majeure partie, en direct à la télévision. L’ostentatoire président présentera ses vœux à ses « chers compatriotes », à sa façon, loin sans doute de celle de ses prédécesseurs.

Du haut de ces talonnettes, presque huit mois d’histoire de France vous contemplent. Déjà. Pour fêter cela, ce soir, l’homme qui adore Louxor et les chanteuses sans voix, sacrifiera à la tradition des vœux. Dans un court laïus, qui ne devrait pas excéder 6 ou 7 minutes, selon ses conseillers, le président en mouvement nous souhaitera une bonne et heureuse année, en insistant sans doute sur ceux qui souffrent, comme il l’avait déjà fait lors de son premier discours d’après élection, le 6 mai au soir. Ce soir, devant les caméras de toutes les télévisions, le nouveau chéri de Carla s’adressera donc aux aveugles, paralytiques, lépreux, pestiférés, non-voyants et autres mal-logés, miséreux, sans le sou, exclus, égarés, laissés pour compte, démunis, sans défense, orphelins, cul de jatte, sourds et muets que l’on devine, parfois, d’une statistique à l’autre, sans que l’on sache véritablement si tout empire ou rien ne s’arrange. Ce soir, Nicolas le bellâtre (qui sur ses dernières photos de villégiatures avait manifestement rattrapé les centimètres qui le séparaient encore hier de la tête de sa nouvelle compagne), Nicolas le tombeur saura trouver les mots, et les gestes, et l’accent pour parler à cette France qui doute, cette France qui se cherche, cette France qui voudrait bien gagner plus, se lève tôt pour cela, mais ne récolte que des soucis, du stress ou de la frustration. Il va lui dire, à cette France-là, que 2008 sera son année, que cette fois-ci ça y est, le temps est bien venu de voir s’exaucer les vœux.

Ainsi, en 2008, le plein emploi devrait envahir la France, la croissance repartir, Ingrid Betancourt revenir, le terrorisme se dissiper, les pêcheurs repêcher, le service minimum empêcher les blocages dus aux grèves, les riches devraient moins payer d’impôts, Johnny revenir sur sa décision d’arrêter la scène en 2009, Jean-Marie Bigard se voir nommer cardinal, Kadhafi recevoir le prix Nobel de la Paix, Marielle de Sarnez rejoindre l’UMP, Ségolène Royal prendre la tête du PS, Carla quitter Nicolas qui pourrait aller se consoler dans les bras d’une présentatrice télé dont on taira le nom. En 2008, certaines choses, par contre, ne changeront pas, Air Bolloré sera encore préféré à Easy Jet pour le déplacement du premier homme de France, qui arborera toujours une Rollex à son poignet, qui portera des Ray Ban, qui parlera de temps à autre aux poissonniers comme une poissonnière, qui jurera bien des fois de punir les coupables et protéger les innocents, qui assurera de son soutien Rachida ou Rama ou François, qui ouvrira son gouvernement un peu plus à gauche encore, et toujours plus au centre, ou ce qu’il en reste. Qui conservera son art de brouiller les pistes, d’embrouiller les foules, d’enfumer les auditoires et d’ensabler les portugaises pour que ne se voient pas trop ses échecs, ses oublis ou ses manques. En 2008, Sarkozy sera fidèle à lui-même, l’expérience en plus, les Municipales par-dessus et une opposition qui ne pourra que renaître, même difficilement, même du bout des lèvres. Deux possibilités s’offriront alors à lui : se bonifier, ou se bouchonner.

On a passé l’intégralité de l’année 2007 avec cet homme de taille modeste, d’abord candidat pressé, puis vainqueur éclatant, et enfin jouisseur arrogant. On a passé l’année presque complète avec cette bourrasque-là, devenue inévitable, intarissable, inusable. Une « modernisation » spectaculaire de ce qu’on appelait encore au début du mois de mai « la vie politique » et qui s’est subitement mué en antichambre du show-biz, avec ses paparazzi et ses coups de théâtre, ses photos volées et ses rumeurs, ses divorces et ses liaisons cachées. Sarkozy n’est pas le seul responsable : Royal y est aussi pour beaucoup. L’affrontement entre les deux, impitoyable et inégal, impitoyable parce qu’inégal, aura ringardisé les troisièmes larrons, Le Pen et Bayrou, pseudo-dynamiteurs transformés d’un seul coup d’un seul en pétards mouillés, à courte mèche et poudre sèche, bien incapables de faire « bouger les lignes », comme ils le prétendaient pourtant. Le match Royal-Sarkozy restera comme le grand tournant de la politique française, virage serré et sans prisonniers qui a changé la donne, modifié l’horizon, rien de moins. Que ces deux combattants-là, différents mais complémentaires, en soient remerciés. Ils ont rendu la politique frivole, gaie, abordable et intéressante, comme peu de candidats avant eux. Ils ont fait voter les Français comme jamais. Ils ont pulvérisé les codes, piétiné les conventions, sinon parfois les convenances. Vainqueur, Sarkozy en a bien sûr rajouté, dans l’outrance, dans la provocation, dans l’excès. Appliquant sans réserve son adage favori « plus c’est énorme, plus ça passe », le locataire d’Elysée a davantage rappelé Paris Hilton que de Gaulle, Super Dupont que Guy Môquet. Mais même là, il est difficile de lui en vouloir complètement. Ses vacances à Malte, ou à Louxor, ses déplacements en jet ou sur un yacht, sa villégiature américaine ou sa romance chez Disney, tout cela, ce cirque, ces « clinquances » n’auront pas suffi à rendre le personnage complètement antipathique. On attend plutôt la suite, avec une certaine forme d’impatience, dans Voici ou dans Gala, dans Paris Match ou dans Les Echos, chez le coiffeur ou chez le dentiste, avec PPDA ou Michel Drucker.

On passera l’année 2008 avec cet homme pas très grand, mais très agité, avec encore quelques vacances bruyantes, peut-être quelque rupture consommée, ou bien un mariage presque princier. On ne sera pas surpris : le style Sarkozy est désormais connu, et les années qui viennent vont confirmer la tendance, sans que l’on puisse dire aujourd’hui si c’est un bon ou un mauvais présage. Le spectacle, de toute façon, doit continuer. Vive la République, vive la France !


Moyenne des avis sur cet article :  3.23/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 31 décembre 2007 09:39

    Je ne comprend pas que l’on empêche des articles plus interessant de pouvoir etre diffusé.

    Ces toujours la même vision pétainiste d’articles qui n’accepte pas l’élection du Président Nicolas Sarkozy et qui tombe dans une forme de haine qui ressemble à du racisme sans le dire.

    Oui cet article est dans ligné des articles du TSS qui ne vont pas augmenter le débat citoyen pour le renouveau d’une nouvelle gauche porteuse de projet.

    A vomir tellement c’est haineux


    • Ceri Ceri 31 décembre 2007 10:44

      pour une fois je suis d’accord. Je ne comprends pas qu’on laisse autant de papiers sur Sarko infester ce média. C’est aussi nul que les médias traditionnales, c’est même profondément énervant de voir que finalement, en dehors de sarko, les gens ne suivent rien de l’actu. Il se passe assez de choses en France et dans le monde en ce moment pour ne pas parler de Sarkoléon.

      Arretez ce cirque, c’est affligeant.


    • Alpo47 Alpo47 31 décembre 2007 11:49

      C’est entendu, on est (de plus en plus) nombreux à en avoir assez de voir et entendre Sarkozy, matin, midi et soir ... Overdose ...

      Et ce qui ajoute à ce ras le bol, c’est de lire, perpétuellement des articles sur Sarkozy ... jour après jour, inlassablement ..

      Bonne fin d’Année ...


    • mado 31 décembre 2007 12:33

      et si en 2008 on créait une journée sans Sarko ? une journée où aucun média ne parlerait de lui ...


    • Imhotep Imhotep 31 décembre 2007 13:00

      @alpo47 Bien que je vienne d’écrire un article sur Sarko et l’Egypte, article qui est passé, j’ai donc bénéficié de l’effet Sarko, je suis de cet avis, car j’ai écrit entre-temps deux autres articles un sur le Modem et un sur l’Arche de Zoé et le comportement des journaux avec références nombreuses à l’appui et force analyse, ils sont dans les placards alors qu’iceluy cité plus haut est passé en 5 minutes. Je joue contre moi en disant ceci mais je suis quand-même d’accord avec vous. Je pourrais dire que j’ai écris sur Sarko pour faire publier un article, en fait ce n’est pas le cas, c’est que ce voyage en Egypte est plus important qu’il n’y paraît par la concentration de ce qu’il y a de détestable chez Sarkozy. Il y a notamment sa nouvelle position vis à vis de la Syrie après nous avoir dit qu’il fallait parler à tout le monde pour justifier la venue du Guide du désert. Cette position complètement incohérente avec le reste dénote surtout une gestion très aléatoire de la politique avec ce que cela entraîne comme risques politiques non négligeables et tout le ridicule et la décrédibilisation de la France par ailleurs.


    • L.S.B 31 décembre 2007 10:30

      Madame Soleil peut fermer boutique. Vous avez tout envisagé à sa place mais vous n’avez pas dit comment faire pour ne plus avoir à supporter tous ces débordements de foire et de cirque ? Les 6 derniers mois ont été fatigants mais ce n’était, apparemment, qu’un prélude ! Vivement demain !


      • brieli67 31 décembre 2007 19:18

        « Ces incidents sont inadmissibles et intolérables »

        Quelle est votre réaction suite à l’attitude de la police égyptienne à l’égard des journalistes et photographes français ? Comment peut-on qualifier les tirs de sommation et le bousculement du photographe de l’AFP ?

        - Tout d’abord, ces évènements m’inspirent de la sidération. Rien ne justifie des tirs de sommation contre des journalistes. Certes, la police était à cran avec la présence de Nicolas Sarkozy et de Bernard Kouchner mais ce geste reste disproportionné.

        La police égyptienne est connue pour être virulente. Elle s’oppose régulièrement aux journalistes étrangers et locaux et on sait qu’elle pratique la torture régulièrement dans tous les commissariats. Tout cela est légitimé.

        Pour le journaliste plaqué au sol, au mieux on peut parler de zèle, mais on n’est pas loin de la bavure. Il reste que ces incidents sont inadmissibles et intolérables, même si l’on est inquiet et à cran. Des tirs de sommations, une mise en joue ! C’est non. Rien ne peut l’expliquer.

        Le photographe de l’AFP est-il emblématique de la situation des journalistes en Egypte ? Quels sont ses recours face à la police égyptienne ?

        - Le journaliste pourra bien sûr engager une action en justice mais envisager de poursuivre la police égyptienne soulève le problème de l’indépendance de la justice dans ce pays.

        Actuellement, on compte au moins 10 procès en appel contre des journalistes égyptiens, tous intentés par des proches du pouvoir. Un blogueur égyptien avait dénoncé les tortures policières, il a été arrêté. Même s’il est libre maintenant, c’est significatif de l’état préoccupant de la presse en Egypte, dû en premier lieu, à une police violente en générale. Ensuite, on constate une détérioration de la liberté de la presse avec de nombreux journalistes poursuivis. Le tout légitimé par un état d’urgence instauré depuis 1981, soit plus d’un quart de siècle !

        Les relations des médias avec le président de la République provoquent beaucoup de remous. Quelle est la position de Reporters sans Frontières sur ce sujet ?

        - Nous restons vigilants car la situation de la presse en France est à double titre exceptionnelle. D’une part les grands groupes de presse industriels dépendent en grande partie de l’Etat pour leurs affaires. Mais cette situation n’est pas nouvelle et ne date pas de Nicolas Sarkozy. Ce qui est nouveau par contre, c’est la très grande proximité entre les grands patrons et le président de la République. Tout ça crée une situation particulièrement fragile. Notre vigilance est cependant relayée par les attentes des rédactions. L’espoir de la presse française réside dans les sociétés des journalistes des différents médias. Loin d’être corporatistes, ces sociétés veillent à garder leur indépendance, notamment lors de rachats (je pense au Monde ou aux Echos).Attention à ne pas tomber dans la paranoïa tout de même, Nicolas Sarkozy n’est pas l’ennemi de la liberté de la presse.

        Interview de Robert Ménard par Julie Deruy (le dimanche 30 décembre)


      • Ceri Ceri 31 décembre 2007 10:37

        ENCORE un texte sur Sarko quelle misère


        • brieli67 31 décembre 2007 19:17

          Vidéosurveillance,tasers, flash-balls et ritaline pour tous. C’est le bonheur, qu’on vous dit !

          La police égyptienne Un photographe de l’AFP, Thomas Coex, a eu le coude cassé par un policier égyptien alors qu’il prenait des photos de Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner en train de faire un jogging à Charm el-Cheikh samedi. http://metrofrance.com/fr/article/afp/2007/12/29/071229190300_p2sm2niv/inde x.xml


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 31 décembre 2007 11:01

          Les kamikazes se font exploser et pas qu’eux ; les menaces pèsent sur l’économie ; Sarkozy désespère les classes moyennes et en plus, il n’est même plus drôle quand il passe à la télé ; et à la télé, il va falloir se farcir Sébastien, Drucker, Ruquier, Fogiel, Foucault. Finalement, cette existence manque fichtrement (de piment et) de sens, comme a dit notre bon Sarko à Latran. Bon, on peut toujours aller voir les moines qui vont répondre à nos questions. Mais ce n’est pas la solution raisonnable. On ne vit qu’une fois. Soyons fous et posons-nous la vraie question qui importe :

          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=33660

          Bon fêtes de fin d’année à tous ! Et surtout les toutes !


          • Jocrisse Jacques 31 décembre 2007 11:40

            L.MASSOULIER

            Après plusieurs lectures de votre article sans aucun intérêt, je constate que vous avez un réel problème avec la taille du président. Bien entendu, il ne s’agit pas de discrimination, mais d’humour bon enfant ! (Il faut certainement modifier la constitution afin d’y préciser une taille minimale obligatoire pour être candidat à la présidentielle)

            Evidemment, vous comparez sa taille avec ses compétences , quelle finesse ! Je suppose que vous devez être beau, grand, fort et bien-fait et bien entendu modeste, cultivé et intelligent !

            De tous ceux qui n’ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. (Desproges)


            • Cangivas 31 décembre 2007 16:28

              Si la mise en scène par Sarkozy de son pouvoir (ce qui n’est pas, faut-il le rappeler, une nouveauté dans l’Histoire) était, entre autres effets secondaires ou non, de faire parler les cons, force est de reconnaître qu’il a réussi.

              Même réussi au delà de ses espérances... ses détracteurs venant à se ridiculiser sur des sujets n’appelant aucune discussion.


            • hihihihi (---.---.131.25) 5 janvier 2008 13:48

              bravo je partage votre point de vue je n ajouterai qu une chose je n ai rien a ajouter


            • hihihihi (---.---.131.25) 5 janvier 2008 13:52

              bravo je partage votre point de vue l auteur a surement un probleme avec ses souliers deux pieds gauches probablement


            • hihihihi (---.---.131.25) 5 janvier 2008 14:02

              ces compliments s adressent a Jacques


            • hihihihi (---.---.131.25) 5 janvier 2008 14:23

              Bonne annee au peuple de droite

              je leur souhaite sante bonheur beaucoup de sous et des orgasmes terribles

              bonne annee au peuple de gauche

              je leur souhaitent avec sincerite ,pleurs grincements de dents incontinence et un homard dans leur slip


            • hahahaha 5 janvier 2008 14:26

              Bien dit hihihihi !


            • Sigma Sigma 31 décembre 2007 11:44

              à la télé hier,il y a eu une émission sur les voeux des présidents ,de De Gaulle ,en passant par Pompidou ,Giscard ,Mitterand et Chirac ,avec les comportements figés ,solennels ,avec toute fois un Giscard qui inaugurait le style coin du feu avec Madame .....

              dans ces voeux ,on pouvait saisir en un court moment la personnalité des différents intervenants ,bien que l’on sache qu’un discours est préparé,mais le naturel revient au galop .....

              les goûts on aussi changé ,maintenant on veut du consommable et jetable de suite ,du résultat immédiat ,du flashy également ,un président n’échappe pas à ce changement de société ,Sarkosy a très bien senti ce nouveau courant ,et en a saisi au bon moment l’opportunité ,certainement bien conseillé aussi......

              nous verrons bien sa façon de présenter ses voeux .....

              le lendemain ,il est certain que la presse toute entière commentera l’évènement .....

              mais nous avons radicalement changé de société ,en quelques années ,ce que l’on croyait immuable se révèle éphémère ,les pays que l’on croyait définitivement englués dans l’immobilisme sont en train de racheter l’économie mondiale ,une dictature communiste devient le plus grand pays capitaliste de la planète vous aurez compris la Chine ,et l’Inde devient le pays qui attire le plus les sur diplômés ..... tout ceci en moins de 10 ans ,la donne générale a changée ,et nous avons du mal à suivre ....

              en politique c’est pareil ,tout change,on est surpris c’est certain ,mais il faut vivre avec son temps ,et la fonction présidentielle n’échappe pas au phénomène .....


              • Selmi Selmi 31 décembre 2007 11:58

                BONNE ANNEE TONTON NICOLAS TU M’AS TOUJOURS SEDUIT TU AS FLINGE CLARA COMME ON A FLINGE BENAZIR...TONTON TU ES UN THEATRE OU TU JOUES TOUS LES ROLES DEVANT UNE FRANCE VRAIMENT AFFAIBLIE DEPUIS LE 6 MAI ET QUI APPLAUDIT.BONNE ANNEE A L’ERE NICO-LIENNE.


                • Black Ader 31 décembre 2007 12:52

                  « Du haut de ces talonnettes, presque huit mois d’histoire de France vous contemplent. »

                  Quel humour ! Heureusement qu’il n’est pas Juif ou Noir, ou obése, ou chauve, ou roux, ou grand, car la vous pouriez prétendre au prix nobel de littérature !

                  Se moquer du physique des gens, comme c’est la marque d’un esprit supérieur ! Qu’elle belle preuve d’intelligence ! Vraiment, la Gauche nous écrase de sa supériorité morale et intellectuelle, dans la grande tradition Sociale Nationaliste, et je remercis Dieu de m’avoir fait naitre dans un tel pays, à une telle époque..


                  • spartacus1 spartacus1 31 décembre 2007 16:10

                    Je t’accorde, Black Ader, que se moquer du physique des gens ce n’est pas spécialement fair-play.

                    Toutefois, force est de reconnaître que c’est NS qui, pratiquement, en voulant à tout prix paraître plus grand (talonnettes) plutôt que de s’accepter tel qu’il est, force le trait. Cela d’ailleurs en dit long sur la névrose qui l’habite.

                    Et puis, il faut bien dire, que la taille physique, ce n’est pas ce qui fait un homme politique. On peut même être physiquement petit et être un grand homme d’état, j’en veux pour preuve Pierre Mendès-France.

                    Mais il est vrai que comparer un bateleur de foire comme NS avec un véritable homme politique, PMF est totalement incongru.


                  • Cangivas 31 décembre 2007 16:38

                    Heureusement que Sarkozy ne prévoit pas de changer de sexe... sinon qu’est-ce qu’on n’entendrait pas de la part du « camp du progrès et de la liberté » ?


                  • Bulgroz 31 décembre 2007 13:00

                    Quelle triste et affligeante existence que de devoir raconter les memes litanies anti sarkozistes.

                    Vous etes a la remorque de notre President legitimement elu, a espionner et dissequer ses faits et gestes, a tout melanger, a egrener vos poncifs a 2 balles sans aucun esprit.

                    Massoulier, que faites vous de vos journees ?

                    Sentez vous d’une quelconque utilite ?


                    • tvargentine.com lerma 31 décembre 2007 13:19

                      Voila un bon président jusqu’ici qui aura su résoudre pas mal de crise (infirmières libyenne,l’affaire du Tchad,la paix en Colombie,la crise des marins pécheurs http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?news=4910042

                      Bref,pour une bonne majorité des citoyens,le président tient ses promesses et le taux de chomage est à 7,7%

                      Pour les attaques personnels dont il fait l’objet c’est avant tout l’absence d’opposition crédible qui laisse le champ au extrèmistes du TSS qui vire au racisme ,car dans une société ,ne pas rester les gens petits,grands,fort... c’est faire preuve de racisme


                      • jfmj 31 décembre 2007 16:05

                        Ce commentaire reflète la personne qui l’a écrit.Il doit faire parti des 33%, cela ne représente pas l’ensemble des francaises et francais. Crise des marins : On augmente le poissons et voilà c’est jouer. Les infirmières : D’autre état avait déja maché le travail, c’est NS qui récolte. Actualité international : Je le trouve un peu holé dans les déclarations. Je n’ai pas été toujours d’accord avec CHIRAC sur le plan national et ses affaires, mais CHIRAC sur le domaine international, il avait une prestente et ossature d’homme d’état. NS ne l’a pas


                      • Bof 31 décembre 2007 14:44

                        Quelle hargne contre notre président de la République , cela commence à devenir du véritable racisme même. Pourtant, le sort de notre pays est bien triste . Nous avons perdu toutes nos belles entreprises dont la rentabilité était si raillée avant 1981 et pendant la campagne électorale et nous l’avons partagé , même si nous doutions beaucoup de ces paroles de beaux parleurs. Depuis les nationalisations de 1981 qui devaient nous FAIRE ENFIN PROFITER DE NOTRE DÛ , comme on ne cessait de nous clamer à l’époque .Nos parents avaient travailler et nous n’avions pas les dividendes que l’on ne ne cessait de nous rabâcher les oreilles. Toutes ces entreprises ont disparues , même perdues nous a indiqué la justice de notre pays. Je me souviens de Elf, Sanofi qui était le premier laboratoire mondial en 1981 pour la fabrication et l’invention de nouveaux médicaments , et surtout « mon usinor » qui est en Inde, et le Crédit Lyonnais avec « ses » irresponsables directeurs qui voulaient donner des leçons de gestion et qui se permettaient de l’enseigner et de faire des livres.

                        Monsieur le président Sarkosy a été élu par une majorité de Français , c’est la règle , il faut s’y plier dans un pays démocratique et se remettre au travail afin que nos enfants n’aient , non pas comme nous en 1980 l’abondance , mais pas trop de dettes de leurs parents. Ce n’est quand même pas au président de faire notre travail !


                        • Imhotep Imhotep 31 décembre 2007 15:20

                          Dans la démocratie la règle c’est qu’il existe une opposition et que celle-ci a non seulement le droit de s’exprimer mais le devoir et les vrais démocrates ne clament pas sans arrêt que l’élu a tous les droits mais acceptent cette opposition comme légitime. dans une démocratie le président ne profite pas du jet privé de milliardaire. Dans une démocratie la majorité des journaux, radios et télévisions n’appartiennent pas au cercle proche de son président.


                        • meridien meridien 31 décembre 2007 14:58

                          votre article est remarquable dans le fond et dans la forme.... bravo


                          • Forest Ent Forest Ent 31 décembre 2007 16:49

                            Il est vrai que les articles sur Pinocchio ne font que propager le buzz que celui-ci instille. On a l’impression d’une sorte de cyclotron, où l’UMP injecte des rumeurs, et celles-ci tournent en rond de plus en plus vite. Spin doctors ...

                            Moi aussi, j’en ai assez des articles sur les chaussures et les maîtresses de Pinocchio. Sa com nous prend pour des cons. Ne lui donnons pas raison à ce point-là.

                            Profitons néanmoins de l’occasion pour inciter à nouveau à une réflexion générale sur les médias. Pouvoirs, dépendances, séparation des pouvoirs, tout ça ...

                            Que serait le sarkozysme sans la télé ? Qu’aurait été le berlusconisme ? La campagne d’Irak aurait-elle été possible sans Murdoch et FoxNews ? Où cela nous mène-t-il ? Qui contrôle le système ?


                            • moebius 31 décembre 2007 21:24

                              ..vous... c’est vous qui controlez le systéme


                              • moebius 31 décembre 2007 21:25

                                ..pas toi...vous...


                              • moebius 31 décembre 2007 21:30

                                ..mais c’est qui vous ? vous c’est pas nous et c’est pas toi, c’est vous... Oh ! putain ça transcende ici !... tu là dit, ça transcende sec ici entre les huytres et la foi grasse


                              • Forest Ent Forest Ent 31 décembre 2007 22:50

                                Bon réveillon et bonne année 2008. smiley


                              • moebius 31 décembre 2007 23:27

                                bonne année


                                • Selmi Selmi 1er janvier 2008 00:16

                                  FRANCAISES ;FRANCAIS :OBSERVEZ-MOI !SI J’avais quelques centimètres de plus j’aurais fait beaucoup plus de catastrophes §estimez- vous heureux.Il est vrai que plus on est long plus on est con je remercie DIEU de m’avoir crée si petit....


                                  • moebius 1er janvier 2008 03:26

                                    ..en tout cas longue vie et que l’intelligence plutot que le connerie guide des pas


                                    • Napoleon Napoleon 1er janvier 2008 09:14

                                      Même si je pense que notre président peut voyager dans l’avion d’un ami de plus d 20 ans, que son salaire doit être au niveau de son 1er ministre et des autres dirigeants européens, il est vrai que ces choix sont critiquables et il aurait pu être mieux conseillé.... mais bon si je ne suis pas d’accord sur la forme, sur le fond c’est justifiable. Ce qui m’énerve le plus, ce sont ces retours « à la critique pour la critique », l’opposition n’est pas constructive, et essaye toujours d’empêcher le pouvoir en place d’avancer dans l’espoir de récolter quelques voix dans les sondages. Quand Julien Dray va jusqu’à critiquer les voeux du président élu, cela en devient ridicule ! Nous sommes dans un pays où les réformes tiennent de l’impossible, où les syndicats refusent la démocratie et veulent imposer « leurs lois » par la rue. Comment se fait-il que dans d’autres pays d’Europe, les syndicats ne se voient pas obligé de paralyser leur pays pour se faire entendre ? Dans ce contexte particulier, je trouve que les réformes engagées en 8 mois sont remarquables. Le monde a changé, et aujourd’hui nous sommes dans une perpétuelle guerre économique et si nous ne nous prenons pas en main, et n’arrêtons pas ces querelles de clochers (dont cet article est un exemple...) nous ne finirons pas de décliner. Pour 2008, je fais le voeux que l’opposition devienne constructive, qu’elle aide à trouver des solutions au lieu de penser aux prochaines élections, qu’elle arrête de critiquer la hauteur des talonnettes du président et qu’elle lance des débats utiles à notre pays.


                                      • Lucrezia 1er janvier 2008 10:04

                                        Je pensais que nous étions ici, sur un FORUM mais j’ai plutôt l’impression que nous tombons plus bas que le caniveau ... dans les égouts ... Franchement, ce genre d’article « merdique » n’apporte rien si ce n’est la « fraîcheur » du ton ordurier employé !


                                        • poetiste poetiste 1er janvier 2008 10:35

                                          Bananés. (Ou : contre discours).

                                          Bonne année nous dit un né nabot. Oh ! Je ne me moque pas de la petite taille mais plutôt de la taille de notre pouvoir d’achat qui est en pièces. Demander à un homme foncièrement de droite de faire du « social », c’est une gageure insoutenable. Il nous parle d’une politique des valeurs, d’autres valeurs que celles de la bourse. Est-ce que les veaux du général vont gober ça ? Vous connaissez l’histoire du scorpion qui voulait traverser la rivière sur le dos de la grenouille et qui, au beau milieu de cette rivière, pique cette grenouille et coule avec elle. Cette histoire nous dit que le scorpion est fait pour piquer, qu’il ne peut résister à ce tropisme, que celui-ci le rattrape en toutes circonstances. L’homme de droite nous montre qu’il est foncièrement de droite dans son action et que la feinte de son côté gauche ou social, tient d’une démagogie électoraliste plus que d’un sentiment de compassion. Action pour les accapareurs de la richesse nationale, prédateurs de tous poils, et paroles pour les plus pauvres. Jusqu’à présent, la politique n’était que parole et les arguments tenaient de la dichotomie de la pensée binaire gauche-droite. L’action est enfin venue mais uniquement au grand avantage de la droite, des nantis. Enfin, nous savons clairement pour qui et pourquoi nous trimons. Il a parlé d’urgence, notre factotum national ; autrement dit, c’est foutu ! Quand on parle de l’urgence, c’est qu’on la fuit. L’urgence est quelque chose de spontané, Monsieur le Président, et l’action individuelle par excellence. L’urgence, ça devrait déjà être fait. Mais votre urgence à vous a été de rassurer les plus riches par des dégrèvements fiscaux. La charité bien ordonnée, dit-on, commence par soi-même ; vieille formule, trop ambiguë pour être bien comprise. Pour ma part, cette année, je souhaite que les actions des plus démunis s’élèvent enfin contre les actions de ce qui monopolisent les actions des entreprises. Je souhaite que le fruit du travail des hommes soit mieux partagé, que l’outil de travail commun ne se délocalise pas au profit de financiers inconséquents qui partent avec la caisse. Si délocaliser est une action financière juteuse, les travailleurs non seulement, n’en voient pas la couleur, mais n’ont plus qu’à augmenter les effectifs du chômage et que les yeux pour pleurer. La participation prônée par le Général De Gaulle, n’a jamais été effective et les syndicats, plus corporatistes que clairvoyants, n’ont jamais incité les ouvriers à demander des parts signifiantes dans les entreprises. Spartacus n’a toujours pas une armée qui puisse croire à la victoire. Les esclaves ne s’impliqueront donc pas dans le pouvoir, c’est trop leur demander. Le parti communiste leur a tellement dit que l’argent, c’était : « les autres », comme si ce déterminisme était inéluctable. L’arme absolue est l’argent et cet argent qui est le salaire du travail passe les frontières comme l’eau entre les doigts. L’Etat providence, c’est fini. Les corporatismes de métiers sont d’un autre temps ; ils n’ont pas pris le train en marche. Il n’y a plus de « force de travail » à négocier. Le temps est venu pour tous de s’intéresser à la gestion des entreprises. Les syndicalistes n’ont pas le courage d’appliquer la technique du cheval de Troie, de prendre des responsabilités tous azimuts. L’actionnaire reste actionnaire et le plaignant reste plaignant. S’il y a une chose à bien saisir de la politique de notre président, c’est de s’immiscer plus dans la finance pour gagner plus car tout se joue là. Apprenez l’économie et la gestion, messieurs les syndicalistes et moralisez-les si vous en avez le charisme. De grâce, cessons de nous plaindre, de nous sous-estimer. C’est d’assistance et de manque de convictions dont nous souffrons. Crier et revendiquer auraient une valeur inestimable si c’était pour les exclus de cette société, si c’était à titre gratuit, non pour nos propres intérêts. Le secours ne peut venir que de la base si elle est généreuse et consciente de son importance. Si la démocratie est décadente, c’est qu’elle est devenue tyrannie éclatée. Il urge de demander des comptes aux plus gros de ces tyrans qui détiennent une très grosse part du PNB et de mettre le nez dans leurs affaires. Avec un peu d’imagination David a vaincu Goliath. Pour qu’une victoire soit celle de tous, je souhaite de l’imagination aux travailleurs et surtout de croire en leur étoile, cette petite lueur du for intérieur qui n’est jamais complètement morte. Bonne année 2008 ! A.C


                                          • Imhotep Imhotep 1er janvier 2008 19:46

                                            Eh oui ces damnés fonctionnaires sont des privilégiés. Vous vous rendez compte ils font même pas 35 heures et certains même gagnent 5 000 € par mois. Des véritables fainéants sur payés. regardez Bolloré lui fait 70 heures au moins par semaine. Le double ! et ce pauvre il ne gagne que 5 à 6 000 fois le salaire du fonctionnaire. En, plus il gagne cet argent à la sueur de son héritage. La maison fondée il y a 150 ans. Du reste il peut offrir à son super bosseur de copain le président pour 300 000 euros de vacances soit comprenant les impôts (tranche à 45 %) environ 550 000 euros pour une semaine, juste un peu moins de 10 ans de salaires de ce connard de fainéant de fonctionnaire privilégié pour une semaine de vacance. L’égalité des chance quoi. Et de plus Bolloré il fait son salaire avec des super-privilégiés dans son entreprise dont certain bossent à 2 000 euros par mois pour que lui ait cette petite paye. A dire vrai il serrait parti du cantal avec une pioche sur l’épaule et en serait arrivé là je dirai : mon p’tit gars, bravo. Mais lui il a eu la terrible tâche de naître. très très dur de naître. Du reste je ne vous le conseille pas, cela demande tant de sueur. Enfin je ne vous conseille pas de naître dans une famille pauvre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès