Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Lettre ouverte à mon Député

Lettre ouverte à mon Député

Monsieur le Député,

Au moment où vous débattez en notre nom de la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, je souhaite poser à ceux qui s’apprêtent à la voter les questions suivantes auxquelles les centaines de milliers de Français ayant défilé le 13 janvier dernier dans les rues de Paris, et les millions d'autres qui les soutiennent, sont en droit d’attendre une réponse sans faux-fuyants. 

Une seule réponse argumentée, qui mettrait en défaut sans équivoque possible l’évidence des faits invoqués, suffirait à ébranler notre conviction d’être en droit de lutter par tous les moyens contre l’instauration de cette loi. Sans invalidation précisément argumentée de ces évidences, rien ne pourrait en effet justifier le refus du gouvernement d’entendre la voix de tous ceux, riches ou pauvres, croyants ou non-croyants, anonymes ou autorités reconnues, hétéro ou homosexuels, dont ce projet de loi méprise les valeurs. Ils lui demandent de ne pas priver les Français de cet acte civil rendant public l’union d’un homme et d’une femme, en achevant de vider le mariage de tout son sens pour l’élargir aux personnes de même sexe et transformer ainsi sa nature même afin de satisfaire une minorité d’homosexuels qui, dans leur grande majorité, se moquent pourtant éperdument de cette institution jugée dépassée. Malgré la lente et inexorable dégradation depuis une cinquantaine d’années environ des valeurs de respect et de fidélité mutuelles que le mariage a normalement pour fonction de servir et d’inscrire dans la durée, de très nombreux Français en effet tiennent encore à cette institution qui octroie respectivement à un homme et une femme le statut de mari et de femme et les engage solennellement à se devoir respect et fidélité pour accomplir leurs vocations naturelles de père et de mère et assumer jusqu’au bout l’éducation de leurs enfants. La spécificité de cet engagement solennel, qui traduit une volonté commune de fonder une famille pour protéger une filiation désirée, peut et doit être reconnue par la loi, sans enfermer les homosexuels dans un déni de réalité qui les légitime à s’estimer victimes de discrimination pour le simple fait de ne pas avoir accès naturellement à la paternité et à la maternité, ce qui condamne du même coup la société à leur accorder artificiellement ce "droit à l’enfant" qu’ils seront ainsi en droit d’exiger par tous les moyens (adoption, PMA, gestation pour autrui).

La position dogmatique adoptée par le pouvoir en place, qui se contente d'une condamnation de principe globale et souvent biaisée de tous les arguments invoqués par les opposants au projet accusés d’homophobie rampante ou de violence envers les familles homoparentales, sans accepter d’en débattre dans le détail, peut en effet laisser craindre que notre représentation nationale en soit réduite à se laisser imposer un texte dont la teneur relève plus de l'idéologie que d'une véritable pensée politique fondée.

Avec la conviction que vous saurez faire entendre notre voix au gouvernement et obtenir les réponses qui s’imposent aux questions posées, je vous prie d’agréer monsieur le Député, l’assurance de mon plus profond respect. 

Francis Beau, le 31 janvier 2013


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • jymb 31 janvier 2013 13:06


    Bien peu de députés oseront voter en conscience et désobéir aux ordres venus d’en haut, même s’ils sont assaillis de réclamations venant du peuple.
    Les députés dits « de droite » ne sont pas plus crédibles. Combien ont déclaré solennellement que dés la prochaîne alternance, cette loi serait immédiatement récusée ? se sont engagés sur l’honneur à le faire ? aucun ? étrange non ?
    Comme pour le PACS les braillards dégonflés sont légions !


    • Fergus Fergus 31 janvier 2013 13:58

      Bonjour, Jymb.

      Difficile d’annuler une loi qui a déjà eu des effets dans la société : que faire des couples homosexuels mariés ?


    • Loup Rebel Loup Rebel 31 janvier 2013 13:12

      On attendait une commission d’éthique, on a reçu des circulaires ministérielles.

      Un état chancelle quand on en ménage les mécontents. Il touche à sa ruine quand on les élève aux premières dignités (Diderot)

      Comme je l’ai déjà écrit ailleurs, la question est de savoir si la loi a pour rôle d’approuver les dérives constatées dans les comportements de certains, ou bien d’en poser les limites.

      Après la PMA, la GPA, et pourquoi pas les désirs incestueux, doivent-ils faire l’objet d’une loi qui les libère de l’oppression de l’interdit, ou bien au contraire, le rôle de la loi n’est-il pas plutôt de se poser en garde-fou des dérives libertaires d’une néo-sexualité sans limites ?


      • amiaplacidus amiaplacidus 31 janvier 2013 16:57

        Loup Rebel, demandez-donc à Mme Boutin et à son cousin germain de mari ce qu’ils pense des désirs incestueux.


      • amiaplacidus amiaplacidus 31 janvier 2013 17:53

        Merci d’avoir plié mon post, cela lui assure une plus grande diffusion, sachant que le premier geste de n’importe quel forumeur est de déplier ce qui est plié.


      • Yobs 31 janvier 2013 14:07

        « les centaines de milliers de Français ayant défilé le 13 janvier dernier » : Voyons, en admettant qu’il y avait 850 000 défilant le 13 01, reste 65 586 000 -850 000=64 736 000 qui n’y étaient pas...

        « Une seule réponse argumentée, qui mettrait en défaut sans équivoque possible l’évidence des faits invoqués, » : QUELLE ÉVIDENCE ????

        « dont ce projet de loi méprise les valeurs » : Vos « valeurs » passent donc avant l’attribution d’un droit nouveau attribué à une partie de la population qui en était privé sans changer quoique ce soit aux vôtres ?
        Les vôtres, ce sont vos droits (garantis par la constitution), pas vos valeurs qui n’ont aux yeux de ladite constitution aucune valeur, et c’est tant mieux !!

        « Ils lui demandent de ne pas priver les Français de cet acte civil »
        Voilà l’argument qui m’agace depuis quelques semaines ! Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer en quoi cette loi prive « les français » de quoi que ce soit ?

        « en achevant de vider le mariage de tout son sens » : Une partie de la population qui en est privée réclame l’accès à cette institution, et l’obtient, ça me semble plutôt renforcer cette institution que l’inverse.

        "La spécificité de cet engagement solennel, qui traduit une volonté commune de fonder une famille pour protéger une filiation désirée,« 
        Je ne veux pas casser vos illusions, mais historiquement le mariage était avant tout un contrat patrimonial. De même puisque vous revenez sur ces 50 dernières années, votre expression »une filiation désirée« est assez savoureuse quand on pense au nombre de mariés sous la menace du coup de fusil parce qu’un élan de jeunesse avait conduit à un pépin...

         »La position dogmatique adoptée par le pouvoir en place« , c’est rigolo de vous voir utiliser le mot »dogmatique« ...

         »tous les arguments invoqués par les opposants«  : c’est bien le souci, quels arguments ?

        En bref, pompeux dans la forme, le néant sur le fond... Il risque de bien se marrer votre député.

        @Loup rebel : »Après la PMA, la GPA, et pourquoi pas les désirs incestueux, doivent-ils faire l’objet d’une loi qui les libère de l’oppression de l’interdit, ". Je vais me permettre un éclairage :
        - Désir incestueux : il est où le rapport avec le débat ? C’est un interdit sociétal, il n’y a aucun débat sur le sujet, à raison : c’est mal...
        - PMA : Ca existe déjà et n’est pas interdit en France.
        - GPA : C’est un autre débat, qui mérite d’avoir lieu celui là, mais ce n’est ni le lieu ni le moment. Ca n’a rien à voir avec le projet de loi en cours de discussion...


        • Mania35 Mania35 31 janvier 2013 14:44

          Bonjour Yobs,

          D’accord avec vous, j’attend encore les arguments s’opposant au mariage pour tous. A l’exception du dogmatisme des opposants, aucun réel argument mais un retour en arrière (20ème voire 19ème siècle) : le code civil ne doit pas changer, donc les femmes redeviennent des « irresponsables » sans aucun droit, interdiction du divorce... Guaino condamne les mères célibataires, veuves ou divorcées car la figure paternelle n’existe pas ou plus, il faut condamner tout ce qui n’est pas « naturel » comme l’adoption car l’enfant n’est pas issu du Père et de la Mère, de même la PMA pour les hétéros.

          Je suis vraiment choquée par la teneur de certains propos tenus par les opposants. Cela est indigne. 

           


        • Loup Rebel Loup Rebel 31 janvier 2013 15:13

          Votre réponse laisse penser que vous n’avez pas lu les questions que l’auteur soumet à son député.

          Il y est surtout question d’éthique. Vous, vous avez les yeux braqués sur le débat politique. Votre éclairage met en lumière l’étroitesse de votre vision, limité au très court terme, sans porter votre regard au-delà des générations futures.


        • alain_àààé 31 janvier 2013 15:24

          excellent article j ai été pupille de l état et non de la nation voir pour l egalite pour les pupilles.J ai donc ete élevé par mes freres et soeur chacun faisait leur chemin dans la vie mais j en viens a ce qui m as le plus marquer etait que j étais traité de batard alors que j avais 10 A18 ans alors ma question comment les enfants qui seront adopté seront ils appelé puis comment peut on avoir 2 peres ou 2 meres. ses jeunes gens seront toujours sous la menace des jeunes de leur age mais aussi comment fera t on lorsqu un des parents divorces bonjour les degats


          • pierrot pierrot 31 janvier 2013 15:44

            Je suis désolé d’être « hors sujet » mais je souhaite informer les lecteurs de graves faits de bavures de la police BAC qui se sont produits le 29 janvier 213 vers 19 H.30 à la place d’Italie dans le XIII ième arrondissement de Paris.

            Les policiers d’une brigade de la BAC a agressé des jeunes de 14-15 ans qui discutaient tranquillement dans la rue, les policiers les ont fauchés au sol, tordus les bras, étranglés partiellement, donnés des coups de genoux dans le dos puis lorsque les passant du proche centre commercial ont protesté devant ces actes abjects, conduits les jeunes dans leur voiture où les tortures se sont poursuivies, puis emmenés au centre de police d’Austerlitz où ils ont mis ces enfants en garde à vue.

            Un avocat est en charge de la défense des victimes.

            J’espère que ces graves faits entraîneront des sanctions.


            • lambda 31 janvier 2013 19:03

              @ pierrot

               

              sait on ce qu’en pense Manuel Valls - on n’a rien entendu à ce sujet ! ! !


            • Yobs 31 janvier 2013 15:57

              Désolé, je dois être malcomprenant mais il n’y a dans cet article aucun argument, qu’il soit d’ordre éthique ou politique...

              Donc je me répète
              « sont en droit d’attendre une réponse sans faux fuyant » : Certes, mais quelles sont les questions ?

              A mon tour d’en poser à l’auteur :
              - Quelles valeurs ce texte méprise-t-il ?
              - En quoi cette loi prive-t-elle « les français » de droits ?

              Par contre, votre cas est intéressant aussi, Loup rebel, j’aimerais bien que vous précisiez ceci :
              « d’approuver les dérives constatées dans les comportements de certains »
              Dans le cadre du débat qui nous occupe, la dérive elle est où ?
              - Soit la dérive c’est l’homosexualité, je ne peux imaginer que quelqu’un soutienne cette position
              - Soit c’est autre chose, qu’est-ce donc ?


              • Loup Rebel Loup Rebel 31 janvier 2013 16:30

                Les question sont au bout du lien placé par l’auteur : questions suivantes

                Pour le reste, peur-être manquez vous d’imagination  ?


              • MKT 31 janvier 2013 16:25

                Un commentaire juste pour relever que l’auteur est le premier, me semble t -il à nommer correctement ce projet de loi.

                Quant aux points juridiques relatifs au mariage et à la filiation, ils sont traités de manière conséquente sur le blog de maitre éolas.

                Bien à vous


                • Aldous Aldous 1er février 2013 10:52

                  C’est pénible ces auteurs qui abusent du repliage.


                  Lisez les conditions d’usage !



                • Loup Rebel Loup Rebel 1er février 2013 11:16

                  Au contraire, Aldou, le pliage attise la curiosité du lecteur qui ne lira peut-être pas toutes les réactions, mais dépliera plus certainement celles qui ont été repliées.
                   smiley
                   smiley


                • Yobs 31 janvier 2013 17:23

                  Au temps pour moi, je n’avais pas vu le lien ! Effectivement, il y a des questions...
                  Effectivement, devant une telle démonstration de logique, j’avoue, je suis convaincu et me rangerais maintenant au rang des « contre cette loi » !

                  Ou pas, en fait...

                  Cette liste de question me permet déjà de cerner un hiatus ici exprimé pleinement : La totale incapacité à différencier Sexualité / Procréation / Education...

                  Je vous concède qu’historiquement les3 sont liés, et que la dissociation entre sexualité et procréation sont des phénomènes récents au regard de l’histoire.
                  Par contre, la dissociation entre géniteurs et parents, ce n’est pas vraiment une nouveauté, quand même !

                  Après, dans les questions, il y a de la tautologie en pagaille, du hors sujet (religieux donc rien à faire dans le débat) et même du franchement malhonnête (j’aime beaucoup la n°7 :

                  d’une union de deux personnes de même sexe indissociable d’une sexualité qu’ils estiment contre nature, sans être pour autant soupçonnés d’homophobie et accusés du délit d’injure homophobe ou de discrimination

                  Sauf que la première partie : « sexualité contre nature » est la définition même d’une discrimination démentie en fin de phrase...

                  Enfin, quand on me reproche de manque d’imagination, la question 20 est assez curieuse :

                  " Peut-on nier le fait que la richesse de cette complémentarité homme/femme s’exprime au travers d’un père et d’une mère qui ont chacun un rôle dans le développement et l’éducation des enfants ?" 

                  Ca s’appelle une construction sociale, et dans la vraie vie, c’est quand même un peu déconstruit... On a maintenant un certain recul sur les familles monoparentales, recomposées pour savoir que ça ne fait pas des psychopathes...


                  Par contre, là où je manque cruellement d’imagination c’est sur la question

                  "(17) Peut-on contester le fait qu’une telle loi ne respecte pas les droits et libertés d’autrui, en privant de nombreux couples de personnes de sexe différent d’un mariage susceptible de satisfaire aux justes exigences de la morale qu’ils cultivent ?"

                  Celle là j’avoue, elle me laisse con ! Quelqu’un peut me l’expliquer ?


                  • Loup Rebel Loup Rebel 31 janvier 2013 18:12

                    Je vous concède qu’historiquement les 3 sont liés, et que la dissociation entre sexualité et procréation est un phénomène récent au regard de l’histoire.

                    Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que la procréation est dissociée de la procréation ? Sauf si j’ai oublié de mettre à jour mes connaissances, la procréation est toujours le produit de la fécondation d’un ovocyte par un spermatozoïde. Non ? Dans la PMA, la rencontre entre les deux est délocalisée, mais pas pour autant dissociée de la sexualité.

                    Toutefois vous avez raison dans le cas de l’activité homosexuelle, totalement séparée de la procréation. Si c’était le cas dans l’activité hétérosexuelle, exit la contraception, adieu stérilet, pilule, vasectomie... À moins que vous ne considériez la sodomie comme la méthode contraceptive la plus récente au regard de l’histoire ?

                    Nous éloignons-nous là du sujet de l’article ? Je ne le pense pas.


                  • Loup Rebel Loup Rebel 31 janvier 2013 18:15

                    édit : que la procréation est dissociée de la sexualité


                  • Luc le Raz Luc le Raz 31 janvier 2013 17:29

                    Il faut voir les « amendements déposés pour se faire une idée de la hauteur de vue des opposants. Du rase-mottes...

                    ex : Bompard :

                     »légaliser les mariages polygames (amendement n° 4661) pour « étendre à toutes formes de couples et à toutes formes d’amour la possibilité de contracter mariage » ou d’autoriser les mariages pour les mineurs ou entre, par exemple, une tante et son neveu (n° 4662 et 4668) car « pour supprimer toute forme de discrimination, il conviendrait à toutes les formes de famille, sans distinction de sexe, d’orientation sexuelle, d’origine, de nombre, d’âge ou de lien de parenté ».

                    Notre salarié est payé combien pour oser présenter ce genre de « noceries » ? Allez hop ! you’re fired !


                      • Yobs 1er février 2013 08:23

                        « Toutefois vous avez raison dans le cas de l’activité homosexuelle, totalement séparée de la procréation. »

                        L’activité sexuelle des hétéros est aujourd’hui largement déconnectée de la procréation, le taux de fécondité 2011 en France est de 2.01, est-ce à dire que les hétérosexuels majeurs en France font 2 fois l’amour dans leur vie ? Je confesse que je suis largement au dessus de la moyenne alors ! smiley

                        Selon un point de vue biologique vous avez raison, sexualité et procréation sont toujours liés, d’un point de vue social, dans l’intention, ce n’est pas le cas...

                        Au fait par charité, quelqu’un peut m’expliquer la question 17 ? C’est pas une blague, elle suit une logique qui m’échappe complètement et ça m’intrigue !


                        • Loup Rebel Loup Rebel 1er février 2013 09:03

                          Afffffff, Yobs, ne soyez pas de mauvaise foi en jouant sur les mots.

                          Par comparaison, aujourd’hui les plaisirs de la bouche semblent à mile lieux de nos seuls besoins nutritionnels. Vous en conviendrez avec moi ?

                          Pour autant, pouvez-vous affirmer que « manger » est déconnecté de « se nourrir » ?

                          Tiens, et puisque vous faites référence à l’histoire, ça me fait penser aux orgies qui ont sonné la décadence de la civilisation romaine. Peut-être à cause justement de cette « déconnexion » entre une fonction vitale et son accomplissement ?


                        • Shawford Shawford42 1er février 2013 09:05

                          Ordo ab Chaos


                          Qui osera encore défier ab ?

                          • Yobs 1er février 2013 10:10

                            Ce n’est pas de la mauvaise foi (quoique confessant mon agnosticisme je me suis souvent rendu compte que j’étais de la mauvaise foi dans ce débat !) :

                            Hypothèse : Un couple a des relations sexuelles
                            Ensemble A - Il y a des couples qui n’ont absolument pas envie d’enfants... Quelle que soit leur orientation sexuelle
                            Ensemble B - Il y a des couples qui souhaitent avoir des enfants... Là aussi quelle que soit leur orientation sexuelle

                            La nature fait que dans l’ensemble A comme dans l’ensemble B, tout le monde ne peut pas être satisfait...
                            Pourtant nous avons les moyens d’augmenter la proportion satisfaite de ces deux ensembles :
                            - Ensemble A : Technologique : Contraception / Social : Adoption
                            - Ensemble B : Technologique : PMA, (je laisse volontairement de côté la GPA qui est un débat plus compliqué) / Social : Adoption

                            Je ne vois pas quel danger ça fait courir à notre société...

                            Le cas manger / se nourrir est un poil différent, c’est vous qui jouez sur les mots, se nourrir est une fonction vitale individuelle, avoir des relations sexuels est une envie / un choix, non individuel...
                            Mais dans l’absolu, la déconnexion est la même, oui, l’un englobe l’autre mais sans forcément être toute sa finalité :
                            - Je mange soit parce que j’ai faim (se nourrir) soit parce qu’on m’offre ce super gâteau que j’adore (manger, avec une autre finalité que se nourrir, ici le plaisir)
                            - Je baise soit parce que je veux avoir un enfant (procréation), soit parce que je désire ma / mon partenaire (sexualité)...

                            Et pour ce qui est de la Rome antique, dire qu’un empire quasi millénaire est tombé parce que ses habitants pratiquaient des orgies, historiquement c’est un sacré raccourci, quand même ! A ce rythme là, je suis agrégé d’histoire ! smiley


                            • Loup Rebel Loup Rebel 1er février 2013 10:58

                              Félicitation pour votre agrégation ! J’avais deviné avant que vous ne le précisiez.

                              Ne pensez-vous pas que la fonction vitale « survie de l’espèce » est encore plus importante que la fonction vitale individuelle « se nourrir » ?

                              En tout cas, que la disparition individuelle est « mineure » si on la met en perspective de la disparition de l’espèce ? (sauf si on est individualiste jusqu’au bout des ongles, ce qui n’est pas le credo du socialisme)

                              Ne trouvez-vous pas étrange une loi qui se revendique égalitaire, qui soutient en définitive une liberté totalement privée, et même intime, en voulant la rendre publique ?

                              D’étranges paradoxes peuplent l’esprit des fervents socialistes, qui mettent leur gourou préféré mal à l’aise (François II)
                               smiley


                            • Loup Rebel Loup Rebel 1er février 2013 10:35

                              @jymb
                              Bien peu de députés oseront voter en conscience et désobéir aux ordres venus d’en haut, même s’ils sont assaillis de réclamations venant du peuple.

                              Il y en a au moins un : Bruno Nestor Azérot

                              Sa position particulière l’autorise à pointer — enfin — le paradoxe entre la pensée socialisante et un projet de loi socialiste « désocialisant ». Si tous étaient de la trempe de Bruno Nestor Azérot, je serais prêt à me convertir au socialisme.

                              Je souhaite sincèrement que ce qu’a osé dire tout haut Bruno Nestor Azérot correspond à ce que tout bon socialiste pense tout bas.


                              • Yobs 1er février 2013 11:26

                                Entièrement d’accord sur « la fonction vitale survie de l’espèce est plus importante que la fonction vitale se nourrir », collectivement...

                                Donc dans ce cadre là : en quoi ouvrir le mariage et la possibilité d’avoir des enfants aux couples de même sexe dé-servirait cette fonction vitale ? Puisque vous augmentez le nombre en capacité à avoir des enfants, la société ne peut que croitre, non ?

                                C’est effectivement une loi égalitaire : elle ajoute un droit à ceux qui ne l’avaient pas sans rien retirer aux autres...

                                « qui soutient en définitive une liberté totalement privée, et même intime, en voulant la rendre publique ? »
                                Désolé, ça je ne comprends pas...
                                Le mariage est l’exposition (la déclaration) à la société d’une vérité privée, intime comme vous dites (« nous sommes en couple ») en échange de la reconnaissance officielle (et la protection afférente, juridique, patrimoniale) de cette vérité.

                                Je ne vois aucun paradoxe là dedans, si on admet que deux hommes ou deux femmes peuvent être en couple, à vouloir au regard de la société le même comportement que pour un couple hétéro.

                                « D’étranges paradoxes peuplent l’esprit des fervents socialistes, qui mettent leur gourou préféré mal à l’aise (François II)
                                  »

                                Si vous parlez de moi, j’ai horreur de tous les trucs en « isme », socialisme autant que communisme ou capitalisme... Etc...


                                • Loup Rebel Loup Rebel 1er février 2013 13:51

                                  Vous avez parfaitement le droit de ne pas ouvrir les yeux.

                                  Peut-être les fermerais-je aussi bientôt, pour ne pas voir ce qui sortira de la boite de pandore.

                                  Mais quoi qu’il en soit, nous avons chacun, tous, le droit d’exprimer notre point de vue. En conclure que nous sommes en désaccord ne signifie pas que nous sommes ennemis, du moins je l’espère.

                                  Pas de prosélytisme donc (désolé, encore un truc en isme...)

                                  Je ne sais pas si vous l’avez regardé, mais moi j’ai bien aimé l’intervention de Bruno Nestor Azérot


                                • Loup Rebel Loup Rebel 1er février 2013 16:02

                                  Pardonnez-moi, j’ai oublié un cas où la sexualité n’est pas intrinsèque de la procréation. J’ai déjà cité l’homosexualité, il y a aussi l’onanisme... encore un truc en isme. Décidément je suis confus de vous en donner encore un en parlant de vous. Mais non, là je ne parle pas de vous, ça va de soit, enfin je suppose.

                                  Finalement, vous avez raison, sauf le cas (exceptionnel et ringard aujourd’hui) d’une activité sexuelle entre un homme et une femme, oui, la sexualité est dissociée de la procréation.


                                • Yobs 4 février 2013 13:03

                                  Je comprends un peu mieux grâce à vous l’état d’esprit des « anti », merci pour ça...
                                  Définitivement, nous ne tomberons pas d’accord, mais ça n’a jamais été le but de cette discussion...

                                  « Mais non, là je ne parle pas de vous, ça va de soit, enfin je suppose. »
                                  C’est très gentil de votre part de vous inquiéter pour ma vie sexuelle ! N’ayez aucune inquiétude sur le sujet... Et vous, vous avez beaucoup d’enfants ?
                                  Par contre, c’est « ça va de soi » pas de « soit », mais c’est sans doute de l’onanisme intellectuel pour vous...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès