Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Lettre ouverte à Vincent Peillon et autres bavards socialistes

Lettre ouverte à Vincent Peillon et autres bavards socialistes

Il s’en passe toujours de belles au Parti socialiste. Ainsi, il n’est pas de jour où un des membres importants du parti ne se jette devant les micros pour, comme le disait Desproges, "montrer son... émotion aux passants".

Le dernier en date à avoir placé son couplet se nomme Vincent Peillon. Extrait de ses déclarations à RMC :

Question : "le PS peut-il se réconcilier et l’emporter à la prochaine présidentielle ?"

"Je pense qu’on y arrivera, si on fait attention à sortir une dizaine d’individus qui sont éternellement malfaisants, qu’on connaît, qui ont été de toutes les combines, et qui sont d’ailleurs assis au secrétariat national depuis vingt-cinq ans. Je pense que ces quelques malfaisants doivent maintenant gentiment prendre leur retraite. Ça fait vingt-cinq ans qu’ils pourrissent la situation, ça fait vingt-cinq ans qu’ils font des combinaisons, vingt-cinq ans qu’ils trahissent leurs propres amis. Et je pense que l’on peut faire sans eux.

Après, il y a dans ce parti beaucoup de gens respectables ; donc on peut respecter une minorité : il y a une façon de vivre ensemble, même quand on ne pense pas la même chose sur tout. Mais il y a des gens qui pourrissent cette situation, qui ne respectent pas les règles collectives, qui font toujours des combines.

J’ai quitté François Hollande en 2002, parce qu’il n’a pas voulu, après pourtant ce choc du 21 avril, faire la refondation nécessaire. Il a refait des vieilles alliances - Fabius, Strauss-Kahn, etc. Ils l’ont tué, comme ils tuent tout le monde, comme ils se tuent eux-mêmes d’ailleurs. Mais ils s’obstinent. Et ils peuvent nous tuer collectivement. Donc je dis basta ! Que tous ceux qui veulent vraiment du neuf, que l’espoir trouve son chemin, s’associent dans ce Congrès et qu’on ouvre un nouveau cycle politique. »

Moins joli que "aimez-vous les uns les autres ou disparaissez", mais plus significatif de ce que traverse actuellement le premier parti d’opposition français.

Mais au fait, qui est Vincent Peillon ?

Agrégé et docteur en philosophie, Vincent Peillon est professeur de 1984 à 1997, quand il est élu député de la Somme.

Il entre en 1992 au cabinet d’Henri Emmanuelli alors président de l’Assemblée nationale puis devient secrétaire du groupe des experts du PS l’année suivante.

Il présente la motion 2 au congrès de Liévin en 1994, aux côtés de Christophe Clergeau, mais perd contre la motion d’Henri Emmanuelli, soutenue par la quasi-totalité des hiérarques du parti. Il devient cependant membre du bureau national et délégué auprès du premier secrétaire, Lionel Jospin de 1995 à 1997.

En 1997, il est élu député de la Somme, dans la troisième circonscription (région du Vimeu). Pendant son mandat législatif, il est notamment président avec Arnaud Montebourg de la mission parlementaire d’enquête sur le blanchiment d’argent en Europe. Il devient parallèlement secrétaire national aux études du Parti socialiste de 1997 à 2000, date à laquelle il devient porte-parole du parti sous la direction de François Hollande.

Tirant les leçons du 21 avril 2002 et de l’élimination au premier tour de l’élection présidentielle de Lionel Jospin, il démissionne du poste de porte-parole pour créer un courant rénovateur au sein du PS, le Nouveau Parti socialiste, NPS.

En octobre 2002, le quotidien Libération publie ainsi une tribune intitulée "Pour un nouveau parti socialiste" signée par Vincent Peillon, Arnaud Montebourg et Julien Dray. C’est le titre de cette tribune qui donnera son nom au courant Nouveau Parti socialiste qui présentera une motion au congrès de Dijon (2003) et à celui du Mans (2005).

Il est élu en 2003, premier secrétaire de la fédération socialiste de la Somme, fonction qu’il avait déjà occupée de 1997 à 2000.

Député européen depuis juin 2004, en 2005, il défend le Non au TCE.

Le 20 novembre 2005, durant le congrès du Parti socialiste au Mans, il vote avec Benoît Hamon et Henri Emmanuelli l’approbation de la synthèse générale au nom de la motion 5 du Nouveau Parti socialiste, l’autre chef de file de son courant, Arnaud Montebourg, s’abstenant.

Alors que s’ouvre l’université d’été du Parti socialiste à La Rochelle fin août 2006, il exprime son soutien personnel pour Ségolène Royal à l’investiture du parti pour la présidentielle ; une position qui divise les membres du courant Nouveau Parti socialiste dont il est le co-aminateur avec Benoît Hamon et Henri Emmanuelli.

Il est durant la campagne présidentielle de 2007, l’un des trois porte-parole de Ségolène Royal.

Il est battu (49,89 %) par son opposant lors des élections législatives de juin 2007 dans la troisième circonscription de la Somme.

Dans le cadre des différents débats sur la rénovation du Parti socialiste lancés depuis juin 2007, Vincent Peillon crée l’institut Edgar Quinet en septembre 2007, afin de se doter d’un outil de réflexion et de débat. http://www.edgarquinet.fr/

Fonction politique

* Secrétaire du groupe des experts du PS 1993 -1994 .
* Membre du bureau national du PS depuis 1994 .
* Délégué auprès du premier secrétaire du PS 1995 -1997 .
* Secrétaire national aux études du PS 1997 -2000 .
* Porte-parole national du PS 2000-2002.

Source Wikipedia

"Qui ont été de toutes les combines" déclare M. PEILLON ?

Je serais tenté de dire que son (jeune) parcours est également émaillé de nombreux accords assez opportunistes... M. PEILLON, vous n’êtes pas au bureau national depuis vingt-cinq ans, mais votre "jeunisme" proclamé ne prouve rien et vos allers et retours entre Henri Emmanuelli, Lionel Jospin, François Hollande, Arnaud Montebourg et Ségolène Royal sont tout aussi attaquables.

Traiter de malfaisants ses opposants en interne n’apporte que miel et délices à la majorité présidentielle qui n’a même plus à mobiliser son service communication pour enfoncer un peu plus le PS et surtout militants et sympathisants. Mais vous n’en avez cure...

Que vous vous détestiez les uns et les autres est une chose au demeurant regrettable et navrante, mais que vous ayez l’indécence de "vider les poubelles" devant les médias est intolérable. Insultez-vous si vous le souhaitez, mais hors des caméras et micros. Un parti démocratique est aussi un parti qui sait gérer ses différences sans pour cela tomber dans la vulgarité.

Or, M. Peillon votre déclaration est vulgaire.

Vulgaire, parce qu’elle jette à la face de ceux qui ont voté pour des candidats socialistes aux législatives et aux municipales une vision de la médiocrité. Qui êtes-vous pour croire que vous portez la "parole divine" et que vous êtes capable de savoir ce qui est bon pour les socialistes ?

Pourquoi en ce cas n’avez-vous pas, lors des dernières législatives, élevé la voix pour fustiger les "malfaisants" qui ne méritaient certainement pas à vos yeux un mandat des électeurs ?

Quand vous a-t-on entendu saisir les micros pour expliquer ce que vous feriez en cas de retour du PS aux affaires sur :

- le temps de travail (déplafonné alors que les entreprises continuent à toucher les aides 35 heures) ;

- le forfait jours des cadres ;

- les franchises de santé ;

- le détricotage du Code du travail ;

- la dépénalisation du droit des affaires ;

- l’augmentation du temps partiel ;

- l’allongement du temps de cotisation pour une retraite incertaine.

Non, on vous a vu essentiellement dans un rôle de procureur au "petit pied" harassant le premier secrétaire actuel et dénonçant des "malfaisants" dont vous ne citez d’ailleurs pas les noms.

A tous les mauvais coups portés aux Français, vous avez préféré "faire la star" dans les médias.

J’ai honte pour vous et pour tous ceux qui continuent inlassablement à désespérer ceux qui défendent les idéaux de gauche et se foutent totalement de votre modernisme et de vos états d’âme. Les militants et les sympathisants continuent, de leur côté, à dialoguer et se révolter sur le net. Les forums bruissent d’idées et d’envie d’en découdre avec les mesures gouvernementales et vous, vous nous offrez ce triste spectacle.

Jaurès que, semble-t-il, vous aimez citer disait : "Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots", n’est-ce pas ce que vous avez fait dans ce micro si plaisamment tendu...

Vous déclarez : "Ils l’ont tué, comme ils tuent tout le monde, comme ils se tuent eux-mêmes d’ailleurs. Mais ils s’obstinent. Et ils peuvent nous tuer collectivement. Donc je dis basta !"

Nous aussi !


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 3 septembre 2008 11:53

    Peillon est un petit Iznogoud qui voudrait la place du calife à la place du calife dans ce royaume de sable qu’est devenu le PS en pleine traversée du désert ........


    • ZEN ZEN 3 septembre 2008 12:09

      Si le PS avait encore des idéaux ou seulement des idées..., je serais d’accord avec vous...

      Ne nous Peillon pas sa tête , pour une fois qu’il n’utilise pas la langue de bois...


      • ZEN ZEN 3 septembre 2008 12:11

        Le PS est devenu un vide doctrinal


        • LE CHAT LE CHAT 3 septembre 2008 12:21

          @zen

           excellent, c’est exactement ça !


        • ZEN ZEN 3 septembre 2008 12:31

          Hélas ! Mister Cat..
          Comme on doit se réjouir à l’Elysée !


        • Lapa Lapa 3 septembre 2008 14:13

          M.Peillon a un parcours similaire à beaucoup de nos hommes politiques hélas :
          des études longues, éventuellement un poste de fonctionnaire (au mieux) puis un parcours politique dans des commisions et autres groupes de pure reflexion laxative et de lèche botte au puissant du parti du moment.

          les a t on déjà vu bosser en entreprise nos chers politiques ?
          savent-ils seulement ce qu’est le quotidien d’un travailleur en france ?
          dans tout ce beau parcours je ne vois aucun poste nécessitant ne serait-ce que la moindre obligation de résultat comme presque tout le monde ici peut connaître.

          On a une classe poltique d’enarques ou d’universitaires complètement déconnectés de la réalité qui ne représente qu’elle.


          • Forest Ent Forest Ent 3 septembre 2008 15:53

            L’UMP se réjouit beaucoup de tout ceci. Mais il me semble que Sarkozy détruit aussi vite la droite que la gauche. UMP et PS sont si loin des français, de l’autre côté de la fracture sociale. Je ne vois pas trop comment tout cela pourrait bien finir.


            • jeanclaude 3 septembre 2008 17:48

              Les répétitions de Mako sont lassantes. On finit de se lasser des problèmes internes de l’éducation nationale.


              • tvargentine.com lerma 3 septembre 2008 19:48

                Oui,nous sommes nombreux de gauche à avoir voté Nicolas SARKOZY rien que pour les réformes car il fallait une rupture dans notre société "fonctionarisée" ou la préocupation principale de l’Etat était de protéger d’abord les fonctionnaires de l’environnement économique en prélevant de la richesse sur l’activité du privée et d’appauvrir ainsi les salariés du privé pour en faire des travailleurs pauvres

                Le PS sera en crise,tant que sa base "militante" n’aura pas été recomposée en tenant compte de la totalité de la société française

                Le PS defend aujourd’hui des interets particuliers et à l’interieur de ceci,l’opportuniste de ses dirigeants

                Vous arrivez trop tard pour cette lecture qui était déjà annoncée et c’est sans doute pour cela que ,nombreux ont été les hommes de gauche à voter pour un candidat REPUBLICAIN sur un projet de rupture


                • Botsu 6 septembre 2008 15:21

                  Votre esprit étroit et inflexible, désormais légendaire sur Agoravox ne faillit pas à sa réputation. Vous reprenez votre discours qui est le même depuis que je m’adonne régulièrement à la lecture des articles de ce site. Peu importe que l’on s’acharne à mettre en relief vos sophismes et votre bêtise ambiante vous nous reservez toujours le même plat réchauffé au goût de paté. Sans oublier bien sur de nous gratifier occasionnellement d’un article médiocre à moitié copié collé du Figaro.

                  Bref, c’est uniquement la faute des fonctionnaires si l’Etat est endetté et n’a pas les moyens d’agir vous avez raison. Sarkozy a réussi la synthèse avec les véritables hommes de gauche (sic) dont vous faites partie. Sa politique en faveur de tous les citoyens sans distinction de revenus et de classes sociales est une vraie réussite. La France n’a jamais été aussi libre dans ses opinions qu’elle exprime avec joie et ferveur, le vrai travail n’a jamais été aussi gratifiant qu’aujourd’hui.

                  Je précise que vous voir cracher sur le PS ne me gêne aucunement. Sauf lorsque vous refusez d’admettre que les mêmes critiques s’appliquent à la majorité présidentielle qui suscite votre admiration béate à chacune de ses interventions.


                • jocegaly 3 septembre 2008 22:58

                  Je déplore la mauvaise foi de cet article, qui n’est pas là pour rehausser l’opinion que peuvent avoir les vrais socialistes  sur le phénomène « langue de bois »,  et invectives, et « bourrage de crâne »…

                  De plus je me demande sérieusement si cet article n’est pas une diffamation condamnable :

                  En effet, J.Claude Benard,  vous dites, à propos de Monsieur Peillon :  

                  « faire la star »… « procureur au petit pied »… nombreux accords opportunistes »  sans aucun fait étayant vos affirmations .

                  Pourtant, à ma connaissance, c’est quelqu’un qui :

                   - n’a jamais prononcé ce discours pour se présenter quelques années plus tard à l’investiture pour les présidentielles.  http://www.communautarisme.net/Le-premier-souci-de-DSK_a70.html.

                  - quelqu’un qui a soutenu la candidate désignée par 66% des socialistes, ce qui était la tâche de chaque socialiste qui se respecte, et plus particulièrement de nos éminents membres du bureau national. (Hélas, vous l’avez constaté, tout le monde dans nos hautes sphères socialistes ne peut pas en dire autant).

                  - n’a jamais pratiqué des mensonges et tambouilles dignes d’une cour d’école  http://blogdejocelyne.canalblog.com/archives/2008/08/24/10335070.html

                   

                  Allons ,  souvenez vous, J.Claude Benard, de ces  « camarades » réputés de haut vol,  qui, pour quelques uns n’ont

                  1.  RIEN fait pendant les présidentielles pour soutenir la candidate du PS !

                   

                  NB : Y aurait-il eu –en cercle restreint – une trop grande prudence et un souhait secret de ne pas gagner ces présidentielles ?

                  Martine AUBRY a-t-elle voté Bayrou ?

                  Y aurait-il eu  selon quelques uns de nos « chefs » le risque à éviter de réformes difficiles et impopulaires qui conduisaient à laisser le pouvoir à la droite 5 ans de plus ?

                  Ont-ils, ce petit nombre de nos chefs,  convenu de laisser la droite au pouvoir, pour faire ces réformes à la manière que nous pouvions prévoir, et dont nous constatons les immenses dégâts aujourd’hui ? « Tactique »  où ceux qui trinquent ne sont JAMAIS ceux qui l’ont décidée !

                  .

                  2.  RIEN non plus pendant les municipales. Ah, si !…  la socialiste ex candidate aux présidentielles,  trahie par quelques uns aux présidentielles,   a soutenu des candidats socialistes qui le lui demandaient, sans souci d’appartenance à tel ou tel courant… (Stupéfiant ! )  

                  .

                  3.  RIEN dans l’opposition (quand avez-vous entendu Delanoé, Cambadelis, Aubry, DSK (oh pardon : c’est vrai qu’il est occupé pour le moment. Il vient d’ailleurs de nommer un Sarkoziste dans ses bureaux du FMI…Le coquin)

                   

                  Votre mauvaise foi, JClaude Benard, n’est pas encore tout à fait celle des  maîtres encore en fonction au BN, mais je vous concède que c’est très prometteur !  Un bémol toutefois : je me demande s’il n’y a pas de moins en moins de militants qui se laissent encore berner par des paroles et les discours,  sans être conduit – l’expérience actuelle en instruit plus d’un – à vérifier leur validité dans les faits ou dans les actes !


                  • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 4 septembre 2008 10:29

                    @Jocegaly,

                    Vous écrivez : "Votre mauvaise foi, JClaude Benard, n’est pas encore tout à fait celle des maîtres encore en fonction au BN, mais je vous concède que c’est très prometteur !"

                    La mauvaise foi des autres c’est ce qu’on évoque lorsqu’on se sent en difficulté. Mon article évoque Vincent PEILLLON et tous les bavards qui se sentent obligés de "balancer" dès qu’un micrio leur est tendu.

                    En quelques lignes, vous confirmez l’intégralité de mon propos puisque vous citez tous ceux que vous condidérez êtres les ennemis de Ségolène ROYAL.. Vincent PEILLON qui s’est pronnocé pour le NON au TCE mais qui est passé (à temps ?) du "bon côté" est donc pardonné et à ce titre peut enfoncer son propre parti.

                    Votre erreur est probablement de penser que je suis membre d’un courant X ou Y. Et bien non, je ne suis membre d’aucun parti ou formation politique ou même syndicale. Je suis juste un citoyen en colère devant tant de bétise et d’incompétence.

                    TOUS les élus socialistes doivent leur mandat aux électeurs qui ont crut en eux. La vulgarité des déclarations est une insulte à leurs bulletin de vote.

                    Etre dans l’opposittion c’est être aux côtés de ceux qui souffrent mais certainement pas adopter des attitudes de kamikazes ou de courtisans


                  • jocegaly 4 septembre 2008 15:37

                    @Jean Claude Benard
                    Mea culpa : Si vous n’êtes d’aucun courant au PS, ni du PS, il se pourrait que vous n’ayez pas suivi, dans le détail, les dires et les actes (et la cohérence entre ce qu’ils disent ou ont dit, et ce qu’ils font..) Alors, je le concède, ma critique à votre sujet serait nulle et non avenue.
                    J’en conclue donc, que sans avoir les éléments utiles sur ce beau monde , (ne serait-ce que, par exemple, pendant le déroulement de la campagne d’investiture par le PS, et des présidentielles ), vous avez formulé un jugement à l’emporte pièce. Pourtant, il m’avait semblé que vous aviez procédé à une recherche documentaire détaillée !!! Mais de nombreux éléments mettant en évidence la complexité et les incohérences (entre discours et actes) de quelques uns de nos éminents "camarades" ont été ignorés...

                    Mais alors, n’êtes vous pas conscient que vous avez un parti pris en restant aveugle à ce qui s’est dit et fait, de la part d’autres personnes que S Royal ou ses soutiens ? Reprenez vous, Jean Claude : il semblerait même que vous tentez maintenant de faire croire en une naïveté qui pourrait paraître très improbable !

                    Pour en revenir au plus près de notre sujet, Vincent Peillon, j’ai moi aussi été surprise de cette explosion soudaine (eh oui : il n’est pas donné à tout le monde de tendre la joue gauche "ad vitam eternam").
                    Agréablement surprise, et d’autant plus surprise que la recommandation de Ségolène Royal, à laquelle elle n’a jamais dérogé elle-même, est de ne pas critiquer d’autres socialistes : mais je suis en total désaccord avec ce point là de l’éthique que Madame Royal puisqu’elle est LA SEULE à le pratiquer au sommet du PS !

                    Donc , et ENFIN, l’un de ses soutiens a enfreint la consigne, pour dire ce qu’une foule pense tout bas...
                    En ce qui me concerne, étant d’un naturel très indépendant (comme vous peut-être ?) et surtout très à cheval sur l’éthique et à la solidarité de ceux que nous - socialistes - avons autorisé, un jour, à nous représenter, et qui ont compromis les chances d’une candidate de la gauche aux présidentielles, je n’ai jamais obéi à cette consigne... Normal : depuis plusieurs années maintenent , et en plus particulièrement ces 3 dernières années, je suis de plus en plus indignée de l’image du PS (en actes et écarts entre discours et actes) qu’offrent un petit nombre de nos élus...

                    Pour une plus ample documentation vous pouvez consulter sur ce blog http://blogdejocelyne.canalblog.com/&nbsp ; la rubrique "qui sont-ils. (il me reste d’ailleurs à la compléter, après ce "Barnum" offert en guise d’université d’été du PS, où le spectacle offert par quelques élus a ENCORE rendu inaudible les travaux des Socialistes )


                    • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 4 septembre 2008 16:17

                      @Jocegaly,

                      "emporte pièce, naïveté, reprenez-vous, etc ..." Décidement les mauvaises habitudes persistent au PS. Nous ne sommes pas d’accord c’est assez évident mais la condescendance dont vous faites part à mon égard en écrivant à quelque chose près : "mon pauvre garçon, n’étant au Parti Socialiste, je vous pardonne"

                      Croyez vous vraiment que c’est avec des propos de ce genre que vous alez prendre le pouvoir en novembre à défaut de le prendre en 2012 ?

                      La victimisation de votre candidate devient de moins en moins crédible et il semble que vous élevez vos choix au niveau d’une obligation pour les autres. Ainsi, il n’y aurait que votre voix ou la destruction "aimez vous ... ou disparaissez" A tel point que ce qui vous indigne mérite une simple réprimande : "oui : il n’est pas donné à tout le monde de tendre la joue gauche "ad vitam eternam" Est ce par modestie que vous ne précisez pas dans votre commentaire que le titre de l’article que vous avez consacré à VP est : "Vincent Peillon : à propos du PS. (enfin, quelqu’un ose le dire tout haut "

                      Alors, où est l’éthique que vous proclamez ?

                      Je ne retire ni renie rien de ce que j’ai écris et constate une fois de plus que le sport national commun à tout le PS est la chasse au "mal pensants" c’est à dire ceux qui ne pensent pas comme vous ou lui ou un autre.

                      Jusqu’à il y a peu, ce qui vous rassemblait était plus fort que ce qui vous séparait, aujourd’hui prétendre que quelques malfaisants détruisent cette unité est une imposture.

                      Revoyez vos fondamentaux socialsites, ils suffiraient à mon avis à produire un programme qui suffirait à soulager ceux qui croient encore qu’une alternance de gauche n’est pas qu’une béquille sociale au libéralisme économique


                    • jocegaly 4 septembre 2008 17:42

                      @ JF Benard
                      Difficile de poursuivre notre échange . Pour plus d’infos, si vous les souhaitez :

                      - le pacte présidentiel : www.presidentielle-2007.net/actualite/index.php/2007/02/11/107-le-pacte-presidentiel-de-segolene-royal

                      - la contribution de S Royal : http://contribution-royal.blog.fr/

                      - sans oublier : "si la gauche veut des idées." (pas de résumé en ligne)


                    • Antoine 7 septembre 2008 15:21

                       Agrégé de philosophie, prof, etc..., le socialiste type qui ne connait l’économie et l’entreprise qu’à travers les commentaires des textes de Marx, eux-mêmes écrits d’après des commentaires rédigés....., bref nous allons être sauvés par le ps !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès