Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Libérez la croissance !

Libérez la croissance !

Après la mise en place officielle de la commission chargée d’enquêter sur les freins actuels à la croissance française, présidée par Jacques Attali, les premières interrogations émergent.

2248d89e46c264682c90e14da734f81f.jpg

"Libérez la croissance !" Non, ceci n’est pas le slogan de la prochaine manifestation de la CGT. C’est par contre le souhait exprimé par le président de la République dans sa lettre de mission adressée à Jacques Attali, disponible sur le site liberationdelacroissance.fr créé pour l’occasion.

J’apprécie la démarche d’Attali à l’intérieur de sa mission. Voici comment il la définit sur la page d’accueil du site :

« Notre pays est en panne. Sa croissance est une des plus faibles du monde.

La commission pour la Libération de la croissance française va travailler pendant quatre mois pour proposer les réformes permettant de sortir de cette situation. Tous les sujets y seront abordés. Toutes les propositions seront étudiées, chiffrées, analysées. Vous trouverez sur ce site la lettre de mission qui définit notre mandat et la composition de la commission.

35 blogs vous permettent, sur chacun des thèmes, de nous faire des propositions. Soyez assurés que nous les étudierons et les discuterons. Certaines seront sans doute retenues. Merci de votre contribution à cet effort essentiel. »

Suivent ensuite les 35 blogs en question, répartis en 4 grands ensembles :

  • Pouvoir d’achat
  • Compétitivité
  • Travail
  • Politiques et culture de la croissance

L’installation de la commission et sa méthode annoncée fait pourtant de nombreux sceptiques, dont les premiers sont... les économistes, ou en tout cas certains d’entre eux. Dans trois de ses derniers billets, l’illustre Olivier Bouba-Olga se désespère de la composition, trop fantaisiste à son goût (entendez pas assez relevée en économistes), de la commission.

Et c’est vrai qu’en parcourant la liste des membres, j’ai eu la surprise (heureuse, en ce qui me concerne) d’y trouver des personnes que je n’attendais pas ici. De ceux-là sont notamment Boris Cyrulnik, psychiatre auquel on attribue généralement la théorisation de la résilience, mais aussi Eric Le Boucher, journaliste au Monde, spécialisé sur les sujets économiques, ainsi que l’écrivain Erik Orsenna, dont j’apprends à cette occasion qu’il a mené onze ans de recherche sur la finance internationale, ou encore Théodore Zeldin, historien et sociologue à l’université d’Oxford.

De cette liste, je retiens deux aspects :

  • Son hétérogénéité professionnelle. Du milieu de la finance à celui de la littérature, en passant par la politique, la médecine, ou le droit, Jacques Attali s’est entouré de personnalités reconnues dans leur domaine, et, gageons-le, capables d’en analyser le fonctionnement avec un recul constructif. Car la croissance, n’en déplaise aux économistes, n’est une affaire de chiffres qu’au niveau de sa mesure : son moteur est infiniment plus complexe, et détient des soupapes dans chaque infime parcelle d’une société donnée.
  • Sa diversité géographique. Loin de limiter le problème de la croissance française à un débat franco-français, Attali a eu cette intelligence d’intégrer dans sa commission non seulement des entrepreneurs ou professeurs exerçant à l’étranger, mais aussi des personnalités étrangères, à l’image d’Ana Palacio, ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères et vice-présidente de la Banque mondiale. N’oublions pas à ce propos, en passant et l’air de rien, que Jacques Attali est lui-même président de PlaNet Finance. Excusez du peu.

Alors certes, il y a les blogs, qui donnent à cette entreprise comme un parfum de démocratie économiste participative. Mais je ne pense pas que l’on puisse comparer ceci à la démarche de Ségolène Royal lors de la dernière présidentielle. Celle-ci voulait en effet consulter les français comme SEULS experts de la situation française, et rédiger un programme A PARTIR d’eux. De son côté, Attali réunit son équipe pour une réflexion intense de quatre mois, et se propose d’éventuellement y inclure les aspects singuliers et inédits que les blogs livreraient. Outre l’humilité que cela suppose par rapport à la tâche entreprise, j’y vois aussi une volonté d’inclure le maximum de Français dans ce mouvement large de libération de la croissance.

Il faut donc attendre quatre mois pour en avoir les résultats définitifs. Je sais, d’autres rapports ont été « pondus », à d’autres époques, sur ce sujet comme sur d’autres. Mais pardonnez-moi cette naïveté de croire que quelque chose a changé en France ces derniers mois. Quelque chose qui fait que désormais, gauche et droite peuvent travailler ensemble pour le bien du pays, que les experts sont écoutés, que les forces intellectuelles et exécutives ne sont plus cloisonnées chacune dans sa bulle sociétale, que les efforts consentis ne sont plus vains. Car à ce sujet, Nicolas Sarkozy a été plus que clair :

« Ce n’est pas un exercice de style. Je vous demande d’être très attentifs, ce que vous proposerez, nous le ferons. Ces solutions concrètes viendront nourrir le projet de loi de modernisation de l’économie que prépare Christine Lagarde pour le début 2008. Si vous voulez aller plus loin et préparer vous-mêmes des textes, allez-y ! Mais sachez que vos travaux seront utiles. Il ne s’agit pas de faire un rapport de plus. »

Enfin.


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • Gazi BORAT 31 août 2007 12:49

    « Il ne s’agit pas de faire un rapport de plus.. »

    Devant un tel voeu pieux, on croit rêver..

    Mr Sarkozy, dont la réalité de la croissance actuelle est très loin derrière les 2% (au minimum) qu’il annonçait, utilise la vieille arme de la commission pour temporiser..

    Mr Attali, qui lui avait fait offre de service, se voit attribuer ce petit strapontin.

    Il y cotoie, il est vrai, des personnages intéressants, dont l’ineffable Boris Cyrulnik, le psy néo libéral qui vous apprend à positiver après un plan social et à faire votre deuil de l’objet-emploi..

    Souhaitons leur tout de même bon courage en espérant que cela ne nous coûtera pas trop cher car, ne l’oublions pas, c’est nous qui finançons..

    gAZi bORAt


    • valentin1979 31 août 2007 14:33

      D’ailleurs, à quand la transparence de l’Etat en matière d’émoluments versés à tous les membres de ces commissions ?


    • Gazi BORAT 31 août 2007 15:34

      @ valentin 1979

      Ne posez pas les questions qui fâchent..

      Je pense que le barême à la ligne doit être le même que celui qui fut appliqué à Madame Tiberi pour son rapport sur la francophonie.

      Celui-ci fait jurisprudence en la matière : les fautes d’orthographe ne sont dorénavant plus décomptées.

      gAZi bORAt


    • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 31 août 2007 16:56

      Parce que viré de la BERD pour dépenses somptuaires, Monsieur Attali, prudent, ne publie pas les comptes de PlanetFinance, son organisme soi-disant humanitaire qui dépense plus que ce qu’il distribue.

      Monsieur Attali s’est aussi fait un chantre de l’économie chinoise. Pas celle de maintenant, surement trop libérale (?) à son gout, mais celle de la « Révolution culturelle » de la fin des années 70.

      Enfin, en spécialiste de la prospective économique, ce triste sire avait annoncé un déclin des Etats-Unis à partir des années 90. Depuis, les USA ont connus la période la plus faste de leur histoire. Devant un tel talent de visionnaire, on reste confondu.

      Avec un tel « expert », c’est pas gagné smiley


    • Sans buffet ni culotte 31 août 2007 23:04

      Jacques Attali a été le fidéle serviteur de Mitterrand dans des besognes pour le moins contestables. Lire : « La main droite de Dieu », Seuil 1995.

      A présent, il continue à travailler pour les intérêts de la grande finance, comme il l’a toujours fait. Lire, par exemple :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=235

      Nicolas Sarkozy, capitalisme de choc et alliance impérialiste Europe-USA

      (...)

      1. L’allocution de Nicolas Sarkozy du 30 août devant le MEDEF

      « Si l’on taxe trop le travail, il se délocalise, si l’on taxe trop le capital, il s’en va », vient de dire Nicolas Sarkozy. Autrement dit, pour le nouveau Président de la République Française, le « travail » et le « capital », c’est la même chose. A savoir, les capitalistes. Les travailleurs n’existent tout simplement pas. Car, qui « se délocalise », si ce n’est les capitaux ? Le décor est bien planté.

      La nouvelle phase de la « réforme fiscale » consistera donc à développer encore les avantages accordés aux riches et aux capitalistes. « Il faut avoir le courage de le dire : la question de la taxe professionnelle, la question de la taxe sur les salaires, la question de l’assiette des cotisations sociales doivent être posées », clame Sarkozy qui attend avec impatience le rapport que doit lui remettre le « mitterrandiste historique » Jacques Attali au nom d’une Commission pour la libération de la Croissance Française (CLCF).

      Pour le reste, c’est tout du même acabit. Souvent joliment dit, mais avec un contenu constant et la déclaration de principe : « Comment réformer si l’on ne veut pas prendre le risque de la rupture ? Le mot rupture ne m’a jamais fait peur ». Ou encore : « ... l’on ne peut pas durablement dépenser plus que l’on produit », et pas un mot sur la recherche des très bas salaires qui se trouve à l’origine des délocalisations financières.

      (...)

      Le miroir déformant de Nicolas Sarkozy nous présente un monde où, comme dans les clichés bourgeois du XIX siècle, il existerait : une « liberté d’entreprendre » ; une « économie de marché » qui ne serait pas sous le contrôle des multinationales et de la grande finance ; des légions d’ « entrepreneurs » indépendants des financiers... Bref, la grande opportunité pour tous de s’enrichir à condition de « travailler plus » pour « gagner plus » et « vivre mieux », en tordant le cou à la « culture de la contestation ».

      Parler de « dictature des marchés » n’embarrasse pas Nicolas Sarkozy, car dans la propagande du système les « marchés » financiers sont des entités impersonnelles qu’on nous présente comme « incontrôlées », avec des « crises » qui « ne sont la faute à personne » et dont « tout le monde est victime », capitalistes compris. N’a-t-on pas vu, il n’y a pas si longtemps, une partie de la « droite » française se prononcer pour la taxation des transactions financières ? Les mots que le discours de Sarkozy évite sont autres : « oligarchie », « classe capitaliste », « grand capital », « impérialisme »... Pas question, non plus, de parler de la stratégie de domination militaire de la planète par les puissances capitalistes.

      En somme, un discours véhiculant des flots de démagogie, qui se veut « proche du peuple » alors qu’il occulte la véritable nature du système capitaliste et impérialiste ainsi que les objectifs réels de sa machine économique et militaire.

      (...)


    • Ingrid du Midi 1er septembre 2007 09:52

      Du même article que cite le dernier commentaire,

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=235

      je trouve intéressant ce morceau. Car en réalité, les comités « transversaux » montés par Sarkozy (Attali, Balladur, celui avec Rocard...) et les « missions » du même acabit (Védrine...) ont pour objet de se substituer au Parlement :

      4. Un « Parlement fantôme », machine à voter des lois

      Avec l’aide des médias, Nicolas Sarkozy crée l’illusion d’une « proximité » apparente. Il est omniprésent, comme ses ministres, dans les journaux, sur les écrans de télévision, à la radio... Mais cette « proximité » de façade est un leurre. En réalité, le monde politique français continue à s’éloigner de plus en plus de la grande majorité de la population.

      Qui peut obtenir une réponse d’un député ou d’un sénateur sur un problème le concernant, si en juillet dernier le Parlement a examiné trente-cinq lois plus d’autres textes, et si à présent Sarkozy et son gouvernement annoncent une deuxième « tournée » du même tonneau ? Le nouveau fonctionnement des instances parlementaires revient à bannir ouvertement de leur activité l’examen des « cas particuliers », devenus de plus en plus nombreux au fur et à mesure que la détresse se généralise. Non seulement « on ne peut pas s’occuper de toute la misère du monde », mais à présent il en est de même pour celle de la France. Dans Les Confessions, Jean-Jacques Rousseau avait écrit : « ... je me rappelai le pis-aller d’une grande princesse à qui l’on disait que les paysans n’avaient pas de pain, et qui répondit : Qu’ils mangent de la brioche. J’achetai de la brioche ». C’était au XVIII siècle, sous la monarchie.

      Le Parlement bourgeois a toujours été globalement une institution « sous contrôle » et au service des puissants. Mais à présent, la politique de « blitz » législatif de Sarkozy le réduit à une simple chambre d’enregistrement à la va-vite qui ne possède plus de réelle disponibilité à l’égard des citoyens. La notion même de contrôle de l’action du gouvernement et des administrations part en fumée, dans un dispositif politique tenu en main par Sarkozy et par ses proches collaborateurs qui ne connaissent que trop bien ce qu’attendent d’eux les milieux financiers et les multinationales.

      On atteint ainsi une sorte de stade ultime de la décomposition du parlementarisme sous le système capitaliste. Au point que les élus ont à peine le temps de prendre connaissance des textes de loi qu’ils sont censés voter. Personne ne semble s’en étonner : après tout, nous dit-on, ce n’est que le programme sur lequel le nouveau Président s’était engagé. Pourtant, les élections parlementaires sont indépendantes des élections présidentielles et l’article 27 de la Constitution Française prévoit que « tout mandat impératif est nul » et que « le droit de vote des membres du Parlement est personnel ». Ce principe devrait au moins impliquer, ne serait-ce que sur le plan des apparences, que l’ensemble des députés disposent d’un temps suffisant pour étudier chacune des lois sur lesquelles leur vote est sollicité. La pratique parlementaire s’éloigne de plus en plus de ce principe constitutionnel.


    • IP115 1er septembre 2007 16:37

      @Sans buffet ni culotte

      Oui, merci pour le transcript du discours de Sarko, mais quoi de neuf finalement. Sarko déroule son programme électoral, qu’est ce qui te choque dans tout ça ? mais peut être dormais tu pendant les élections ... après que cela ne te plaise pas soit (ne ferais tu pas partie de l’opposition toi par hasard ?), mais en quoi cela montre que ce qu’il propose n’est pas bien.

      Tu dois encore avoir l’ancien logiciel du PS, ils travaillent sur le nouveau alors n’oublie pas de faire une mise à jour à l’occasion ...

      @Ingrid du Midi

      Un parlement fantôme nous dis tu ... et ton texte laisserait donc entendre que ce serait plus ou moins directement la faute de Sarkozy relayés par les médias (mais que viennent faire les média dans les votes du parlement) ...

      Mais l’UMP ne dispose que de 313 sièges sur les 577, et même en admettant que TOUS ne soient que des « godillots », il reste donc 264 députés (« non-godillots » donc) qui pourtant seraient également influencés par Sarkozy et les media ?

      Impossible ! Un député de gauche c’est forcément indépendant et surtout assidu pour pouvoir « défendre les intérêts des petites gens » (mais si rappelez vous pendant les législatives, tous ces éléphants du PS qui ont défilés dans les média pour nous dire : « vous devez voter pour des candidats de la gauche, sinon personne ne pourra s’opposer à la droite et défendre les petites gens », nous auraient il une fois de plus mentis ?).

      Ils sont de la même manière « forcément » insensibles aux discours « démagogiques » et « populistes » de Sarkozy (ce « grand danger pour la démocratie », comme la gauche s’est plu à le répéter pendant toute la campagne)...

      Il est donc admis que les 264 députés de l’opposition sont indépendants, assidus et insensibles aux discours de cette droite dévoyée. Mais alors si les lois proposées par la droite passent c’est qu’il y a plus de députés de l’UMP présents (vous allez quand même pas me dire que des députés de gauche votent pour), ce qui impliquerait qu’il y ait au moins 529 députés présents dans l’hémicycle, sur 577 (soit 92% des députés présents à chaque vote). Décidément tout cela est bien étrange ...

      Ce ne serait pas plus simple de d’admettre que nous venons de passer deux mois d’été (juillet/Août) et que beaucoup de députés sont en vacances ? Finalement cela ne fait que montrer qu’il y a plus de députés UMP que ceux de l’ensemble des députés de l’opposition présents lors des votes des lois (sinon elles ne passeraient pas) ? Merci de l’avoir aussi inélégamment et malhonêtement mis en évidence.


    • tchoo 31 août 2007 14:33

      Un nouveau comité théodule ? probablement avec des émoluments confortables à ses membres qui n’en avaient pas besoin.

      Gardons espoir, peut-être qu’il sortira un petit lapin du chapeau !


      • Gazi BORAT 31 août 2007 15:30

        @ tchoo

        « Comité Théodule »

        Vous voulez vraiment fâcher les sarkozystes avec vos citations gaulliennes.

        Eux qui aimeraient tant expurger l’UMP de la pensée du défunt général : de sa vision d’un état fort à son anti-atlantisme caractérisé..

        Churchill, peu démocrate, a commis ce mot, concernant les comités :

        « Un dromadaire, c’est un cheval créé par un comité ».

        gAZi bORAt


      • BAERTJC 3 septembre 2007 17:21

        Vous me paraissez pessimiste ? Les vacances ont été trop mouillées ? Voyons la France est un pays d’excellence..enfin sur la voie.. ;comme le proclame matin,midi et soir le 1er Ministre du 1er élu de France. A force de mettre des pointures expertes incontestées dans tous les domaines où personne jusqu’à ce jour ne sait expliquer pourquoi nous sommes si intelligents avec des résultats aussi calamiteux , il va bien se passer quelque chose de grand,de formidable que le monde entier va une fois de plus envier . Il était temps ,car, après le concept politique de la cohabitation,celui du travailler moins pour gagner plus,il fallait remettre la France à son niveau des lumières...niveau qu’elle n’aurait jamais dû quitter.


      • ripouette ripouette 31 août 2007 14:51

        Le plus drôle c’est de voir des gens qui croient à ce genre de machin !!! Oui Damoclès fais nous rêver avec Attali et Sarkozy !

        Lâche pas la barre Damoclès tu es bien parti pour être le premier des déçus du Sarkosysme, quand le vent aura commencer à tourner, que l’épée sera tombée !!!


        • damocles damocles 31 août 2007 15:11

          Entendu, c’est promis, je ne lâche pas smiley


        • La mouche du coche La mouche du coche 31 août 2007 16:20

          ouh ! quel triste sire ce Philippe, smiley

          ouh quel défaitiste ! le perdeur d’avance ! smiley typiquement français ! smiley la honte ! smiley il est le symbole des français contre qui cette commission doit trouver des solutions ! smiley


        • damocles damocles 31 août 2007 16:43

          Je ne pense pas être particulièrement optimiste, mais ce que je suis ou pense n’a que peu d’importance pour la croissance smiley

          Par contre, ce qui est sûr, c’est que je préfère voir à la tête de l’Etat un exécutif qui mobilise toutes les capacités et compétences de la République, gauche et droite confondues, pour tenter de trouver des solutions aux problèmes qu’elle rencontre, plutôt qu’un chef de l’Etat passif, décidé tout au plus à ne pas s’opposer à la croissance si elle daigne s’attarder au dessus de notre économie.


        • La mouche du coche La mouche du coche 31 août 2007 16:47

          exactement damocles, on se fiche d’être pessimiste ou non. Ce qui compte c’est d’ESSAYER.


        • ripouette ripouette 31 août 2007 17:34

          Mais oui La Mouche et libérer les energies !!!!

          Tu devrais essayer la communications politique, ils aiment bien les petits slogan comme ça qui ne mangent pas de pain mais font jolis dans les colonnes du Figaro.


        • La mouche du coche La mouche du coche 31 août 2007 17:48

          Essayez d’essayer vous aussi Ripouette. Qu’est-ce que vous avez à perdre ? Vous mourrez comme moi de toute façon. smiley


        • Marsupilami Marsupilami 31 août 2007 16:40

          « Libérer la croissance » : slogan creux. Et pourquoi pas « Faire croître la liberté » ? Voire même « Enfermer la décroissance ». Vus les commentaires que cet article de propagande reçoit, faut espérer que l’auteur a un bon pouvoir de résilience cyrulnikien, sinon il va flipper dur.

          Bon, en passant, Théodule Attali, du haut de son strapontin, a sorti de bien bonnes citations d’économistes à propos de leur « science » :

          « Un économiste est un expert qui saura parfaitement vous expliquer demain pourquoi ce qu’il a prévu hier ne s’est pas passé aujourd’hui » (Kenneth Boulding).

          « Cette science n’excelle que dans l’art de se vendre : comme le disait un des plus lucides de ses maîtres, John Kenneth Galbraith ! Un économiste, c’est quelqu’un qui ne sait pas de quoi il parle, et qui vous fait sentir que c’est de votre faute ».


          • IP115 31 août 2007 16:48

            Jacques Attali,

            - Major de promotion de Polytechnique (X63).
            - Docteur d’État en sciences économiques,
            - Ingénieur de l’École des mines de Paris,
            - Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris(Science PO)
            - Diplômé l’École nationale d’administration (ENA) dont il sort troisième de sa promotion en 1970 (promotion Robespierre avec Philippe Séguin et Louis Schweitzer...).

            - Professeur d’économie à l’Université Paris-Dauphine,
            - Professeur d’économie à l’École polytechnique
            - Professeur d’économie à l’École des Ponts et Chaussées,

            - Fondateur de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) à Londres dont il est le premier président,
            - Fondateur de A&A (Attali & Associés), cabinet de conseil international spécialisé dans le conseil stratégique, l’ingénierie financière et les fusions-acquisitions.
            - Fondateur de PlaNet Finance à Paris, une association à but non lucratif présente dans 60 pays qui finance, conseille et forme 10 000 institutions de microfinance. PlaNet Finance aiderait 130 millions d’humains très pauvres.
            - Créateur de de l’ONG internationale Action internationale contre la faim (ACF),

            Bref, un homme brillant, intelligeant, riche, qui peut apporter beaucoup à la France et qui accepte malgrès un agenda hyper chargé d’y accorder un peu de son temps ...

            Commentaires débiles des premiers intervenants :

            - « Il fait ça pour toucher des émoluments » (c’est clair qu’il a besoin de ça pour arrondir ses fins de mois)
            - « ça ne sert à rien » (ben oui, la gauche sait déjà comment il faut faire, si ces cons d’électeurs voulaient bien voter pour eux),
            - et autre niaiseries du même accabi ...

            Il n’y a pas à dire, c’est vraiment puissant le journalisme citoyen ... au secours !


            • Marsupilami Marsupilami 31 août 2007 17:48

              En complément d’information, n’oublions pas les casseroles que traîne Attali... qui au demeurant est un mec intelligent et intéressant.


            • IP115 31 août 2007 18:37

              Oui, tu as raison Marsu, Jacques Attali traîne des casseroles mais qui n’en traine pas. Ce que l’on reproche à Attali à la BERD (qu’il a pourtant fondé) c’est essentiellement son train de vie fastueux aux frais de la BERD (dépenses de ministres, déplacements en falcon, etc ...) et sa gestion dépensiaire (siège social somptueux avec hall immense en marbre etc ...) mais que veux tu c’est l’école Mitterrand ... c’est d’ailleurs le problème de tous les éléphants de la gauche caviar, rappelle toi Dumas and co) ...

              Concernant les erreurs de prévisions économiques qui lui sont reprochées, cela montre quoi finalement ? Que l’économie n’est pas une science exacte dans un environnement systémique (surtout en contexte mondialisé) ? on le savait déjà, non ? (voir les erreurs de prévisions d’organismes comme le FMI) ...

              Alors devrait-on s’arrêter de réfléchir sous prétexte que l’on s’est déjà trompé par le passé ? ou vaudrait-il mieux désigner des gens médiocres sous prétexte que les gens brillants se sont déjà trompés par le passé ?

              C’est sensé être une commission courte (il y a un premier rapport d’étape dans 1 mois), attendons de lire les premiers résultats avant de jouer les « oiseaux de mauvaise augure » (suivez les avatars) ... Et puis il ne s’agit que de trouver des pistes qui seront ou pas reprises par les économistes du gouvernement !


            • IP115 31 août 2007 20:27

              « Ah, bon, 115 ? L’économie n’est pas une science exacte ? Et c’est vous qui avez trouvé ça tout seul ? »

              Et bien oui, pourquoi, tu pensais peut être que les ingénieurs étaient trop cons pour comprendre ce que font les supers-licenciés-en-sciences-économiques ?

              « C’est bizarre ça, Attali, quand il était à gauche je suis sûr qu’il était »obsolète". Et maintenant c’est un mec super-intelligent ?

              ah bon, il est de droite maintenant Attali, je ne savais pas ? Tu sais Léonide il y a plein de gens intelligents à gauche, personne n’a jamais dit le contraire ! mais il y a aussi plein de gens très cons, suffisants et obsolètes idéologiquement (dans ton genre) persuadés qu’ils n’ont pas à se remettre en cause puisqu’ils détiennent la science infuse ...

              Heureusement que les électeurs (parmis lesquel il y a aussi pleins de gens intelligents, si si) sont là pour les rappeler très vite à leur tristre sort ... smiley


            • IP115 1er septembre 2007 00:36

              Ah Ah Ah, mais je constate que pendant que certains passent de bonnes soirées entre amis, d’autres les consacrent à ressasser leur aigreurs et leurs frustrations ... Alors voyons voir ce que nous raconte ce brave Léonide :

              « On est très impressionné. Si, si... Très très impressionné ! »

              Remets toi, franchement il ne t’en faut vraiment pas beaucoup pour être impressionné mon pauvre Léonide ... MDR

              « Et qu’avez-vous donc contre les »licences es-sciences économiques«  ?  »

              Mais je n’ai absolument rien contre les « licences es-sciences économiques » mon pauvre Léonide ... je ne faisais que répondre à ta misérable condescendance de pleutre et à ta non moins misérable tentative de me faire passer pour un idiot avec ton : « L’économie n’est pas une science exacte ? Et c’est vous qui avez trouvé ça tout seul ? ». Pour le reste ce n’était pas vraiment nécessaire de nous raconter ta vie ...

              Au passage, chacun aura constaté par lui même que je ne t’avais rien demandé avant que tu ne viennes me provoquer, immédiatement suivi par ton camarade le pleutre Renève (troll et floodeur notoire maintenant),e suppose que les autres désoeuvrés de ta bande ne devraient pas tarder à rappliquer ? Alors comme disait le maintenant célèbre Djanel : « Quand on décide de mettre les gants sur un ring, on ne doit pas avoir peur de prendre des coups » ... smiley

              « dans votre désir d’essayer ... bla bla bla pleurnichard de faux cul ... vous vous vautrez dans l’ignorance. »

              bof bof, tu sais je crains que le contenu des diplômes d’il y a près 40 ans n’intéressent plus grand monde aujourd’hui, pas même les DRH les plus courageux (décidément tout est obsolète chez toi) ... smiley

              Bilan de ta misérable tentative (qui n’a trompé personne), tu comptabilises 2 contributions à ce fils pour 2 trolls, bravo ! tu n’as vraiment rien de mieux à faire de tes soirées ? tu penses qu’on va enfin pouvoir revenir au sujet maintenant ? smiley

              Bon sur ce, je vais devoir t’abandonner à ton triste sort (j’ai beaucoup mieux à faire maintenant). N’oublie pas tes suppos et ta bouillote, et essaie de ne pas reveiller Léonida qui ronfle depuis au moins 2 heures ... smiley


            • ka 1er septembre 2007 01:21

              A cette heure pas possible de la nuit t’as encore la pêche IP115. C’est quoi ton secret ?

              Perso j’connais que dalle en économie mais en tout cas j’me marre trop bien en lisant tes échanges avec Léon.

              Bonne nuit les enfants !


            • Barbathoustra Barbathoustra 1er septembre 2007 23:54

              Et depuis quand les ingénieurs de 60 balais écrivent comme kévin de Bobigny et ponctuent leurs phrases avec des smileys et autre kikkoo, lol, mdr ? De croissance pour un peu, t’as même pas encore finie la tienne je suis sûr.


            • Barbathoustra Barbathoustra 2 septembre 2007 17:49

              Au fait, savais-tu qu’Anne Roumanoff était diplomée de Science PO (dans la même promotion que Laurence Parisot, David Pujadas, Jean-François Copé et Frédéric Beigbeder). Et oui ma brave dame, c’est terrible on ne peut vraiment plus se fier à rien ni personne ...

              — ->

              Non et je m’en fiche comme vous n’avez pas idée. Ce que je sais en revanche ; c’est que de mettre sans cesse en doute l’intelligence de ses interlocuteurs plutôt que d’argumenter est plus souvent la façon de procéder de l’esprit médiocre et revanchard que celle de l’intellectuel. Je connais effectivement peu d’ingénieurs mais des gens intelligents et qui se savent intelligents oui ; et je peut vous assurer qu’aucun d’eux ne se laisse aller à ce genre de méthodes.

              Pour le reste, je retrouve les ritournelles habituelles du jeune ( très jeune ) militant UMP. Encore que j’en ai connu de moins grossiers et de moins mythomanes. D’ailleurs, le « vieux con » que je suis n’a même plus la force de les commenter. Par contre, si vous pouviez, eu égard à mon très grand age, éviter de me tutoyer, merci.


            • Barbathoustra Barbathoustra 2 septembre 2007 19:13

              J’ai dis rationaliste ; j’aurai du préciser que la raison n’est pas pour moi un absolu. Pour le reste, pensez donc ce que vous voulez. Attali serait donc un Attila ? Pourquoi pas. Je trouve juste un peu grotesque de professer ce genre de chose derrière un PC écran plat fabriqué par des petites mains chinoises et alimenté en électricité nucleaire mais bon. Vous dénoncez un « fascisme » auquel vous participez largement il me semble.


            • Barbathoustra Barbathoustra 2 septembre 2007 19:38

              désolé, le dernier commentaire est mal placé, voir plus bas.

              @IP115,

              On a compris que vous utilisiez plusieurs comptes pour sur-noter vos propres commentaires et sous-noter les autres. Bref, vous fatiguez pas sur celui là ; je m’en voudrais de faire perdre de son temps précieux à un ingénieur.


            • IP115 3 septembre 2007 02:20

              Décidément, à chaque soir son lot de niaiseries des pleutres d’Agoravox ... smiley

              « Non et je m’en fiche comme vous n’avez pas idée. Ce que je sais en revanche ; c’est que de mettre sans cesse en doute l’intelligence de ses interlocuteurs plutôt que d’argumenter est plus souvent la façon de procéder de l’esprit médiocre et revanchard que celle de l’intellectuel.  »

              Relis le fil misérable pleutre, tu verras qu’il se passait assez bien avant que les trolls de service Léon et Barbathoustra ne viennent troller la discussion (avant vos arrivées on parlait d’Attali, depuis on s’emm...). Et je n’ai vraiment aucune envie d’argumenter avec des pleutres décérébrés dans votre genre !

              Non mais tu t’es vu avec ton avatar d’attardé mental et les posts niais qui vont avec, du genre :

              "par Barbathoustra (IP:xxx.x33.220.222) le 11 août 2007 à 17H56

              Je me souviens aussi ! Quelle humiliation quand tout gosse ; persuadé d’être superman, je me retrouvais en slip au milieu du magasin, ma mère ayant ouvert le rideau de la cabine d’essayage à l’improviste ... Il faut croire que c’est cette même niaiserie qui pousse certains une fois devenus adultes, à penser qu’ils sont les seuls à rechercher la liberté et que les autres sont incapables de l’atteindre pour et par eux mêmes. « ... (MDR ! c’est clair, »il faut croire" ...)

              Argumenter disais-tu ? mais je réserve ça aux gens qui ont quelque chose entre les oreilles, je ne perd jamais mon temps avec les pleutres décérébrés dans votre genre, qui viennent faire de la provoc pour ensuite nous la jouer victime. Et oui les pleutres, il n’a échappé à personne que vous n’êtes intervenus QUE pour faire de la provoc (et c’est facile à vérifier)...

              Et que penser deS resteS de tes malodorantes « contributions » : le couplet sur les militants de droite (dont je ne suis pas, par contre toi tu fleures bon le vieux prolo aigri d’extrême gauche), c’est usé jusqu’à la corde, fait une mise à jour. Sans parler du couplet sur mon « extrême jeunesse » (MDR, on ne me l’avais encore jamais faite celle là), mes 28 PC en batterie pour « sur-noter » et je ne sais quel autre délire paranoïaque du frustré de base ...

              Sur ce je ne vais pas y passer la nuit, alors remets ta cape de superman et « voles » juqu’à Kevin (batman je suppose) ... mais d’où il sort ce guignol ?


            • Adama Adama 31 août 2007 18:45

              C’est fou comme Attali ressemble de plus en plus à Jean-luc Petitrenault !


              • damocles damocles 31 août 2007 18:48

                Il ne manque plus qu’il goûte votre comparaison, et la ressemblance sera parfaite smiley


              • yrduab 31 août 2007 20:51

                Ce qui est consternant, c’est que personne ici ne semble se demander pourquoi la quête de la croissance forcenée continue, alors qu’il est intrinsèquement impossible de croître indéfiniment...

                Croyez vous que cette commission pour « libérer la croissance » osera écrire cette évidence ? Qu’il n’y a pas de salut dans la croissance à tout prix ? Qu’il existe même des modèles de décroissance économiquement soutenables ? Qu’il est possible de faire autre chose que de courir après une chimère ?

                J’en doute... malgré la présence d’éminents spécialistes de domaines aussi divers.


                • Fred 2 septembre 2007 09:21

                  Generalement les gens qui sont anti-croissance (souvent de gauche) sont les defenseurs de la politique nataliste qui est pourtant une autre forme de croissance.


                • pixel pixel 31 août 2007 22:14

                  L’ UMPS était le pluriel de UMP mais dans peu de temps on pourra enlever le S.


                  • moebius 31 août 2007 22:24

                    ..pourquoi ? je ne vois pas ce que vous pouvez reprocher a cette phrase ni pourquoi vous voulez la voir figurer dans ce roman ?


                    • damocles damocles 31 août 2007 23:50

                      Le fait que vous trébuchiez sur une phrase aussi simple m’amène à penser que Bouvard et Pécuchet est le seul roman que vous ayez lu, et que vous tenez à ce qu’on le sache...


                    • nos 31 août 2007 23:08

                      super la commission, que des blancs, majorité de PDG, grand bourgeois voir noble, un brin de scientifique et un autre de jounalistes ... bref que des personnes qui ont déjà le pouvoir entre les mains, que vont-ils apporter de plus ?

                      le tout présidé par monsieur, jacques - retourne sa veste - attali...

                      sinon je n’ai pas trouvé une seule fois le mot écologie sur le site de la dite commission... sans doute n’est ce pas un sujet porteur pour l’avenir...

                      « Les blogs vous permettent, sur chacun des thèmes, de nous faire des propositions. »

                      ça ne s’appelle pas un blog un endroit ou il y a des commentaires mais pas d’article, ça s’appelle un forum de discussion, mais ça fait peut être trop web 1.0 ...


                      • Stephane Klein Stephane Klein 31 août 2007 23:24

                        Pas tres difficile de savoir ce qui permettrait de relancer la croissance : il suffit de voire ce qu’on taxe le plus ce 30 dernieres annees : travail et entreprise.


                        • dapoya 2 septembre 2007 14:02

                          et dire qu’il faudrait aussi taxer les flux de capitaux...


                        • JL JL 1er septembre 2007 11:36

                          Un rapport tel que celui demandé par N. Sarkozy à J. Attali ne serait-il pas une magnifique source d’infos pour les négociateurs de l’AGCS ? Voyons un peu :

                          « L’AGCS : quand les états abdiquent face aux multinationales » (éd. Raisons d’agir, par Raoul M. Jennar et Laurence Kalafatidès). Lire en 4ème de couv : « Engendrée sous la pression des milieux d’affaires, assemblée dans les couloirs de l’OMC, une formidable machine à détruire les services publics mondiaux entre en action : l’AGCS. Son objectif : libéraliser tous les services en supprimant un à un tous les obstacles au commerce. L’AGCS autorisera par exemple une multinationale à poursuivre pour concurrence déloyale une commune qui subventionne sa cantine scolaire ».

                          « La « masse salariale » des pays dits « riches » constitue un immense magot, sans précédent dans l’histoire, dont depuis deux décennies les oligarchies financières et industrielles ont entrepris de s’emparer. Mais il y a encore plus gros : l’ensemble du patrimoine des « petits citoyens ». Epargne, biens immobiliers... Telle est la cible de l’actuelle opération présentée sous couvert de « crise financière » et qui avait été préparée par deux décennies de promotion du surendettement. De quoi financer, entre autres, l’Europe militaire et l’axe des superpuissances jumelles Europe – USA en perspective. » http://grenoble.indymedia.org/index.php?page=article&id=5368

                          Pour ce qui nous concerne, nous avoxiens, certains articles ou argumentaires que l’on trouve ici ou là, n’entreraient-ils pas dans la catégorie définie ci-après par R.-M. Jennar et L. Kalafatidès :

                          « Soucieux de contrer la campagne ’top te Gats Attack Now’, le Lotis Committee propose d’engager des universitaires dont les argumentaires seraient susceptibles de convaincre les citoyens et accessoirement les électeurs, des bienfaits de la libéralisation des services ». (Dans ce cadre, les auteurs ajoutent que l’agence Reuter a proposé ses services « pour faire passer les vues des groupes financiers de manière optimale auprès du grand public ». (Source : « L’AGCS, quand les états abdiquent face aux multinationales »).

                          (*) Liberalisation of trade in services Committe

                          Ceux qui ont lu ou liront cet ouvrage cité trouveront à chaque page comment un rapport tel que celui dont il est question ici peut aider les multinationales à détruire ce qu’il reste d’acquis citoyens dans notre pays, tant leurs buts et leurs stratégies y sont révélés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès