Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Lincoln et Obama : de la comparaison et de la ringardise de (...)

Lincoln et Obama : de la comparaison et de la ringardise de l’histoire en politique

Obama s’est souvent comparé à Lincoln pendant la campagne, et place sa cérémonie d’investiture sous les auspices de l’un des Pères Fondateurs de la Nation américaine. Entre les États-Unis et la France, la comparaison aux grandes figures n’est pas la même, curieusement, alors que notre histoire est plus chargée que celle de la jeune Amérique.

Tchou-tchou le petit train. Samedi, Barack Obama, en route vers l’investiture à la présidence des États-Unis, a choisi de faire le trajet de Philadelphie à Washington en train, en suivant le même chemin qu’Abraham Lincoln au moment de son investiture en 1861. Ce n’est pas la première ni la seule marque d’identification à celui qui, avec George Washington, figure parmi les hommes politiques dont l’Amérique est la plus fière et qui a eu l’honneur de voir son visage sculpté dans le célèbre Mont Rushmore. Déjà pendant la campagne à l’investiture démocrate, puis lors de la campagne présidentielle, la stratégie d’Obama a été d’une certaine manière lincolnienne. Son discours axé sur la Nation américaine, sa posture affichée de rassembleur de la Nation, et sa ferme volonté de dépasser tous les clivages qui coupent la Nation américaine en plusieurs parts et grèvent son essor toujours plus florissant, le rapprochent de Lincoln s’engageant en 1858 sur la question de l’esclavage, en prévenant qu’elle menace de désunir le pays, et que l’union du peuple américain doit absolument primer sur tout autre question subalterne comme l’esclavage.

D’ailleurs, Barack Obama admet sans peine que Lincoln est un de ses modèles politiques. « Il y a une forme de sagesse et d’humilité dans son approche de la gouvernance, même avant qu’il ne devienne Président, que j’ai trouvée utile », a-t-il déclaré à CBS l’année dernière. Que cette déclaration relève de la posture ou de la conviction, restera toujours du domaine de la spéculation. Certes, Lincoln était Républicain. Certes aussi, à l’inverse de l’histoire politique française, le bipartisme américain n’a guère changé depuis les origines : nombreux en France furent les hommes politiques idéologiquement proches de positions modérées et centristes que gauche, centre et droite de gouvernement peuvent aujourd’hui revendiquer comme ayant été la forge de leur pensée et de leur engagement. Mais après tout, les hommes politiques valent autant par les idées qui sont les leurs que par leur approche de la chose publique et de l’engagement, qui relèvent plus des valeurs humaines, transcendant, elles, pour le coup, les clivages politiques. En France, Charles de Gaulle et Pierre Mendès France sont entrés dans une rivalité politique sans précédent en 1958 au moment des débats sur la présidentialisation de la Ve République : Pierre Mendès France n’a jamais manqué de souligner les dérives autoritaires du pouvoir présidentiel, attaquant frontalement De Gaulle après avoir été son ministre dans le Gouvernement provisoire de la République Française. Et pourtant, Pierre Mendès France figure parmi les hommes politiques que le Général a le plus admirés de sa longue carrière.

La comparaison : une technique politique éprouvée

Se comparer à un homme politique, aîné de soi-même de préférence, est vieux comme Hérode. Elle est pratiquée dans toutes les formes de régime. Elle est par exemple particulièrement prisée en monarchie, quand les putschs violents provoquent des changements subits de dynastie. Dans l’empire achéménide, au Ve siècle avant Jésus-Christ, le roi Darius Ier qui accède au pouvoir après un coup d’État, se place dans la droite ligne du fondateur de la dynastie achéménide, Cyrus II, en inventant un lien de filiation dynastique et en le scellant par la gravure d’une fresque au creux d’un rocher.

Il s’agit de capter les vertus de celui à qui on s’identifie. Cela marche par exemple magnifiquement bien dans le cadre des successions politiques ou des parachutages. Quand on est la cinquième roue du carrosse, mieux vaut jouer la carte de la continuité et de la filiation (symbolique, naturellement) que de tout fouler aux pieds et de vouloir ignorer le passé. Naturellement, lorsque la filiation est unilatéralement revendiquée (comme c’est le cas d’Obama avec Lincoln, mort depuis plus d’un siècle), elle n’a pas le même poids que lorsqu’un aîné adoube officiellement son poulain en le reconnaissant comme son fils politique. Mais la stratégie de base est identique.

Il peut aussi s’agir de vouloir chasser sur les terres adverses. En partageant les idées sur certains sujets d’un homme politique ordinairement classé hors de sa sphère d’influence politique, on adresse un signe aux électeurs de l’autre camp : je suis susceptible de gouverner avec des idées et des mesures que vous partagez. C’est une forme de séduction par la comparaison. Mais il peut aussi s’agir d’une pure manœuvre de déstabilisation. Quand Nicolas Sarkozy, pendant la campagne présidentielle, vole au PS Jaurès, figure tutélaire et panthéonique de la gauche française, ce n’est sûrement pas parce qu’il partage certaines de ses idées. C’est pour mettre le PS en branle-bas de combat, susciter indignations et railleries, et montrer l’image d’un PS incapable de se déterminer clairement idéologiquement. De même pour Guy Môquet, jeune communiste dont le PCF, qui s’est appelé à tort après la guerre le « parti des soizante-quinze mille fusillés », a toujours rendu honneur et conçu de la fierté. Il y a certes dans Guy Môquet certains arguments d’ordre national à plaider, mais des fusillés non communistes, il y en eut pendant la guerre, et des moins polémiques.

En France, l’histoire est ringarde

Ce qui étonne, c’est qu’Abraham Lincol, même 144 ans après sa mort, ne soit pas remisé au placard de l’histoire aux États-Unis, mais soit à l’inverse un homme politique encore très respectable dont on peut se réclamer sans craindre de verser dans le débat historique. C’est comme si en France, chacun saluait un homme politique se réclamant de Léon Gambetta, en étant capable d’acquiescer avec évidence parce que l’on connaît un brin du parcours du modèle aîné !

En France, à l’inverse, les comparaisons historiques sont à court terme. De Gaulle est déjà ringard. On ne salue pas en lui l’homme politique, mais le vainqueur, l’âme de la France pendant la guerre. Le PS revendique du bout des lèvres le Front populaire. Pour Bayrou, le modèle le plus ancien, c’est Georges Bidault. A droite, les modèles historiques sont muets. Il faut dire que la droite après 1945 a été sérieusement laminée, surtout la droite traditionnelle que représentait la Fédération républicaine, dont la plupart des membres se sont échoués sur le récif de la collaboration. Les héritages d’Emile Combes (laïcité), de Waldeck-Rousseau (unificateur de la Nation pendant l’affaire Dreyfus), de Poincaré et des autres hommes politiques de la IIIe République qui ont contribué à forger la Nation française dans ce qu’elle est aujourd’hui, sont encore à prendre. Mais ils ne font pas recette.

A l’inverse des États-Unis, qui prisent particulièrement les sujets de fond qui prêtent le flanc à des introspections historiques, comme le sens de leur Nation, leur rapport à l’histoire, la définition de leur peuple, la France élude soigneusement ce sujet lors des grandes consultations électorales. Cela est revenu sur le devant de la scène pendant les dernières présidentielles avec la question controversée de l’immigration et du legs rousseauiste que revendique encore notre modèle d’intégration nationale (la patrie des Droits de l’homme). Mais en matière de Droits de l’homme justement, lorsque Khadafi pose ses valises à Villacoublay, le silence se fait. Ou alors, des protestations médiocres affleurent, mais rien qui puisse donner sens et prendre à témoin l’opinion.

Mais peut-on réellement blâmer les hommes politiques ? Aujourd’hui, un homme politique qui se lancerait dans une dithyrambe sur les radicaux-socialistes ou les centristes de droite qui ont tous deux contribué à façonner le pays pendant la première moitié du XXe siècle, passerait pour un illuminé. Il parlerait dans le vent. L’histoire contemporaine française est trop mal connue. Entre Napoléon Ier et Verdun, il n’existe rien. Et entre Verdun et Pétain 1940, rien non plus. C’est seulement après 1945 que nos souvenirs reviennent. Mais il ne s’agit pas d’histoire, mais de mémoire.

Barack Obama donne un exemple frappant à la France : celui d’une Nation qui n’a pas peur de se lancer dans ces grands sujets de fond qui sont capables de ranimer un peuple et qui prise encore ceux qui furent les Pères de la Nation.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 20 janvier 2009 12:49

    heureusement notre président bien aimé a mis à l’honneur un monument de notre histoire nationale , Guy Môquet sans qui la France ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui ! smiley


    • dom y loulou dom 20 janvier 2009 13:06

      c’est beau l’espoir

      http://www.youtube.com/watch?v=lkKbE9qCzQo&feature=related


      mais l’espoir il faut le mettre plus haut et le trouver... plus bas

      il est dans la construction-même d’un atome d’hydrogène


      mais l’espoir que servent les médias... surtout quand ils semblent unanimes, aussi unanimes que pour la couverture des mensonges du 11 septembre 2001... 

      est-ce le nôtre vraiment d’espoir ?

      yes we can... everything and its contrary, is it ?

      can Rothschild give just 10 % of all his ownings and eradicate poverty on the world please ?






      • l'homme pressé l’homme pressé 20 janvier 2009 14:36

        @l’auteur
        Votre article est une fort intéressante analyse de ces références d’Obama à Lincoln, mais il me semble un peu trop franco-centrique.
        Votre étonnement que ’Abraham Lincol, même 144 ans après sa mort, ne soit pas remisé au placard de l’histoire aux États-Unis’ est contradictoire avec votre affirmation que les USA seraient ’une Nation qui n’a pas peur de se lancer dans ces grands sujets de fond’. Pour ma part, je ne trouve guère ce genre d’introspection dans la mentalité américaine...

        C’est même tout le contraire : les Etats-Unis n’ont pas d’histoire. Ce pays est né il y a un peu plus de 200 ans, d’un rassemblement hétéroclite d’individus venus de toutes nations et qui ont créé un pays (en éliminant les indiens autochtones, seuls détenteurs de la réelle histoire de ce pays) parti de rien. 
        Notez aussi que le propre de ces immigrants est d’avoir quitté leur pays natal (européen, pour l’essentiel), ce qui constitue quelque part une forme de rejet.

        Et depuis, intellectuellement parlant, il ne s’est rien passé dans la mentalité américaine ! Les USA sont constamment partagés entre l’envie de se retrancher du reste du monde (tendance isolationniste) et le désir de répandre leur système de gouvernement (tendance impérialiste), si merveilleux qu’ils n’imaginent pas qu’on puisse en souhaiter un autre.

        C’est comme si la France recyclait à l’infini les guerres révolutionnaires (puis napoléoniennes), à l’époque où elle prétendait répandre sur toute l’Europe son concept de république.
        Je ne vois pas comment un pays pourrait à la fois garder sans cesse les mêmes références historiques et mener des réflexions de fond sur son propre devenir. Ne sentez-vous pas la contradiction ?

        La référence constante d’Obama (qui est loin d’être le seul à pratiquer cette sorte de révérence aux pères fondateurs) est au contraire typiquement américaine, caractéristique d’une mentalité collective verrouillée sur elle-même.

        L’américain moyen ne fait ordinairement pas mystère de son mépris pour l’histoire et son inutilité. Et il vante volontiers son pragmatisme, ce qui est plutôt antagoniste d’une démarche de réflexion sur des sujets de fond.



        • Dubrovac 20 janvier 2009 15:00

          Obama par ci, Obama par la
          La femme de Obama
          Les filles de Obama
          L’enfance de Obama
          Le triomphe de Obama
          Obama contre Dr. No
          Obama par ci, Obama par la
           
          J’en peux plus, il est partout : Télé, Internet, Radios, Journaux, Magazines, ma femme, ma belle mère, la concierge, les voisins ! Le Messie interplanétaire qui doit sauver l’humanité vient d’arriver aujourd’hui apparemment, sinon pourquoi ce rouleau compresseur médiatique ?


          • François M. 20 janvier 2009 16:05

            Comparaisons ridicules avec King et Lincoln.

            Je trouve la comparaison difficile à faire entre les deux. Hier était le jour de Martin Luther King. Aujourd’hui, les É-U inaugure un président qui est noir. Certains vont connecter les deux évènements. Comment peuvent t-ils être sérieux ? Même après le cessez-le-feu, les civils à Gaza sont encore massacré et le silence d’Obama est assourdissant. Tout comme McCain et Hillary, obama est allé se trainer les pieds devant l’AIPAC pour avoir leur bénédiction. C’est une insulte à la mémoire de King de comparer les deux hommes. Obama a besoin de mériter et gagner le droit de comparaison avec King. Et il en est loin encore.

            hyperlien

            Ce n’est pas un gouvernement de changement que Barack Obama nous propose, c’est un gouvernement de continuité des anciens gouvernements sous Bill Clinton et des Bush. C’est une continuité de l’establishment, de l’ordre établi et du pouvoir en place à Washington. Les supporteurs d’Obama déçus des nominations et promesses de campagnes électorales déjà trahies se sont fait dire par ce dernier que ce ne sont pas les gens qu’il a choisi qui constituent le changement, mais bien lui-même, en déclarant : “je suis le changement“. Alors, qu’est-ce que ce changement signifie si ce n’est pas Obama qui possède le vrai pouvoir à Washington et qui prend les vraies décisions ? Tout cela prend des airs d’une nouvelle campagne de relation publique sous un nouveau visage, mais avec le même agenda des intérêts spéciaux de l’establishment, de l’élite en place.

            hyperlien


            • ASINUS 20 janvier 2009 18:31

              bonjour ,il y a une comparaison entre lincoln et obama que vous avez omise, c est que grace au deux mandats précédents de Bush obama vas se trouver au pouvoir doté d un appareil legislatif et coercitif federal dont le seul précédent est justement la " semi dictature" lincoln durant la guerre de secession
              aura t il l ocasion voudra t il user de cet arsenal ? la est la question , une bonne fois il nous faudra admettre
              que pour le monde hors usa obama n est pas noir n est pas blanc c est un civis americanus, la methode sera probablement differente mais il y a fort a parier qu’ il finira par nous jouer 
               L EMPIRE CONTRE-ATTAQUE !


              • FrédéricLN FrédéricLN 20 janvier 2009 22:24

                 "Pour Bayrou, le modèle le plus ancien, c’est Georges Bidault."

                Je ne sais pas s’il le prend comme modèle. François Bayrou rappelle la filiation du Centre démocrate actuel avec le MRP de la Résistance ; mais il s’appuie au moins aussi souvent sur Marc Sangnier, sans parler de celui que les commentateurs politiques lui attribuent comme modèle, et à qui il a consacré trois livres : Henri IV.

                Bref, le temps long n’est pas réservé au Nouveau Monde !


                • Bois-Guisbert 21 janvier 2009 11:22

                  C’est assurément le moment de rappeler que Lincoln disait :

                  L’égalité des noirs ! Balivernes ! Pendant combien de temps encore, sous le gouvernement d’un Dieu assez grand pour créer et diriger l’univers, y aura-t-il des fripons pour colporter, et des imbéciles pour reprendre, des propos d’une démagogie aussi basse. (Georne Sinkler, "The Racial Attitudes of American Presidents, From Abraham Lincoln to Theodore Roosevelt", Doubleday, 1971, p.47)

                  Barack Obama donne un exemple frappant à la France : celui d’une Nation qui n’a pas peur de se lancer dans ces grands sujets de fond qui sont capables de ranimer un peuple et qui prise encore ceux qui furent les Pères de la Nation.

                  Obama n’a jamais été élu que par 33 % des ayants droit et il doit d’avoir fait la différence aux issus du tiers-monde, c’est-à-dire aux Afroricains et aux Hispaniques, plutôt plus que moins assistancialistes.

                  C’est donc le premier président non-WASP - bien que catholique, Kennedy en avait la mentalité - et cela signifie un changement de pays, et un changement dans le sens du déclin : la NASA peut préparer des plans sociaux !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nick Carraway

Nick Carraway
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès