Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Lionel Jospin dénonce une excessive concentration des pouvoirs

Lionel Jospin dénonce une excessive concentration des pouvoirs

 Invité de l’émission Dimanche soir (France Inter- I>Télé-Le Monde) pour parler de la crise financière, Lionel Jospin a fait part de ses préoccupations sur l’organisation actuelle des pouvoirs telle que voulue par Nicolas Sarkozy et notamment, “une excessive concentration des pouvoirs et de l’expression publique à l’Elysée”.”On a besoin d’un pouvoir qui respecte les autres pouvoirs et fasse preuve de son efficacité” a ajouté l’ancien Premier ministre socialiste.

Lionel Jospin est un jeune retraité de la politique très en forme et très en verve. Amené à donner son avis sur la crise financière, il a fait part de ses réserves par rapport à l’attitude de l’exécutif. “On a renfloué, il est temps de réguler”. ‘C’est aux Etats nationaux de prendre des mesures pour introduire de la régulation, de la transparence, de la surveillance et du contrôle.” Or, en la matière l’intervention publique française pêche par son absence de contreparties en terme de contrôle des banques. Le problème selon Lionel Jospin n’est pas de nationaliser mais, de prendre des participations dans les banques, seul moyen pour pouvoir leur imposer des directives. L’idée de l’ancien locataire de Matignon est de ramener la bulle financière à un rapport acceptable avec l’économie réelle.

Le professeur Jospin a distingué trois défauts dans le plan de relance du Chef de l’Etat. Tout d’abord d’être sous-dimensionné, loin des 2% du PIB pour être susceptible d’être efficace, d’être mal calé dans le temps et enfin, d’être déséquilibré entre l’offre et la demande. Autant dire que l’alternative socialiste présentée par Martine Aubry trouve plus de grâce à ses yeux : plus important, plus équilibré et inscrit dans une coopération européenne.

Pour l’ancien responsable socialiste, si la France aborde la crise avec deux atouts un système bancaire plus fort car moins lié à son homologue américain et un modèle social français plus protecteur, les cinq dernières années ont été mal utilisées et ont restreint les marges de manoeuvre.

Le passé mais pas seulement. Si l’ancien leader socialiste a reconnu à Nicolas Sarkozy son activisme, c’est pour mieux lui reprocher un décalage entre les discours et les actes. “Le pouvoir ce n’est pas seulement la proclamation, c’est aussi l’action”. Homme politique à stature d’Etat, Lionel Jospin ne souhaite pas un enlisement de la crise sociale et une transformation en crise politique mais, une solution politique. En vieux fauve politique, il n’a pu cependant s’empêcher de porter quelques coups de griffes au Président de la république.

Concernant le limogeage du Préfet de la Manche, l’ancien chef de gouvernement a relevé “l’excessive irritabilité du président” qui pourrait l’amener, s’il réagit de la même manière, “à nous dévaster la préfectorale”. L’ancien Premier ministre de Jacques Chirac de toute évidence ne partage pas le mode de fonctionnement de Nicolas Sarkozy. “Cette façon de diriger me préoccupe”. “Cette façon de capter l’attention, je ne voudrais pas que cela provoque une concentration de mécontentement et de colère sur le Chef de l’Etat lui-même”. “Une pyramide, c’est stable quand c’est sur sa base. Mais, une pyramide qui repose sur sa pointe, c’est-à-dire sur l’Elysée, c’est une situation potentiellement instable”.
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • geko 3 février 2009 12:10

    Rien de bien nouveau que je n’ai déjà lu ici même !

    "Lionel Jospin est un jeune retraité de la politique"

    Votre plume a fourché ! je pense que jeune démissionnaire de la politique conviendrait mieux ! Je n’oublie pas qu’après la bananne qu’il a pris aux présidentielles, il a abandonné son électorat ne répondant qu’à sa fierté écorchée sans se soucier des législatives qui suivaient derrière !


    • Traroth Traroth 3 février 2009 13:34

      C’est la dernière personne à peu près compétente qui a dirigé le pays. Parce que depuis, Chirac, Raffarin, Villepin, Sarkozy (Fion ? C’est qui, fion ?)... Voila quoi ! smiley


    • Tom@ 3 février 2009 13:46

      Autant je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il était compétent  smiley (ou tout du moins semblait l’être dans le cadre d’un environnement économique que l’on reconnaitra plutôt "favorable")

      Autant je rejoint les autres en soulignant que ce "rat" à abandonné le navire quant la barque prenait un peu l’eau et que maintenant qu’ils ont les genoux trempés il revient la queue entre les jambes...

      J’aimais bien Jospin mais j’accepte assez mal le comportement qu’il a eu...  smiley


    • Traroth Traroth 3 février 2009 15:03

      Tom@ : Je suis du même avis. Il aurait au moins dû rester jusqu’aux législatives. De la même manière, ses critiques à l’encontre de Royal m’ont paru assez mesquines, surtout après son résultat électoral de 2002. Au moins les a-t-il émises après l’élection, pas comme Rocard qui a demandé à Royal de retirer sa candidature 2 ou 3 jours avant le premier tour...


    • Traroth Traroth 3 février 2009 13:31

      La dernière phrase résume bien la situation...


      • gaelec 3 février 2009 15:05

        Affublé des sobriquets tels que « le p’tit gris », « la chouette illuminée », il restera de son passage qu’il a agit en bon petit soldat de l’Europe. Il lui est reproché une attitude à la fois trop servile et trop zelée dans l’ouverture des privatisations (une véritable hécatombe), ambivalence de cette gauche qui a perdue sa véritable identité à cette époque. En clair, trop compétent !

         

        Sceptiques ? Il suffit de jeter un oeil sur le bilan.

         

        Le CIC a été racheté par le Crédit mutuel. Le GAN ? Cédé à Groupama. Les AGF ? Tombées dans le giron de l’allemand Allianz. L’équipe au pouvoir a aussi ouvert le capital de mastodontes - des vaches sacrées ! - comme France Télécom, Aerospatiale, Thomson-CSF et son cousin Thomson Multimédia. Dans la foulée, l’Etat s’est débarrassé de ses reliquats dans Usinor, Elf Aquitaine, Pechiney et Total. Et ce n’est pas fini ! Le délestage de la Caisse nationale de prévoyance (CNP) et de la Société marseillaise de crédit, l’ouverture du capital d’Air France et la poursuite de celle de France Télécom. Et puis encore deux plats de résistance : la cession, pour le moins mouvementée, du Crédit foncier de France (CFF) et le lancement de la première étape de privatisation du Crédit lyonnais et j’en oublie !

         

        Cela mis à part, il faut savoir se retirer définitivement !

        adieu l’ami, je t’aimais bien…

        adieu l’ami..je t’aimais bien tu sais…


        • Traroth Traroth 3 février 2009 15:27

          D’accord avec ça aussi. Même si son gouvernement a été moins catastrophique que ce qu’on a eu depuis et juste avant (Balladur, Juppé), il reste un social-libéral comme tout les gens du PS. Il suffit de lire "la guerre des classes" de François Ruffin pour comprendre l’ampleur de la démission de la gauche. C’est un ouvrage de salubrité publique qu’on ne peut que recommander !


        • sub_persifl sub_persifl 3 février 2009 23:15

          @gaelec
          Ce serait mieux de citer vos sources. Je me permets de les rajouter.

          http://www.lexpress.fr/informations/privatisations-les-chantiers-de-jospin_630163.html


        • sub_persifl sub_persifl 3 février 2009 23:26

          @gaelec
          vous écrivez  "et j’en oublie !"

          C’est vrai, vous oubliez le premier paragraphe et les 7 derniers....


        • gaelec 4 février 2009 10:37

          @sub_persifi

          Vous avez raison de réagir. Cela dit, dans l’élaboration de mon commentaire sur word, je citais la source tout en bas du doc. Simple inattention du copié/collé.
          Regardez mes quelques commentaires, les références trouvées sur le oueb sont systématiquement sourcées.
          Quand à "et j’en oublie", vous apportez vous même la réponse à ce que je voulais dire dans votre deuxième commentaire.
          Bien à vous


        • LE CHAT LE CHAT 3 février 2009 15:06

          un bilderberger qui dit ça ! il manque pas d’air le frisé de l’ile de ré ! il regrette le bon temps ou il gueuletonnait avec Ernest Antoine Seillières , être ou avoir été , telle est la question du has been


          • Yena-Marre Yena-Marre 3 février 2009 17:03

            Bonjour ,
            Pensez que ce gars pourrait profiter de sa retraite et se la couler douce dans son île ! Eh bien non , il vient régulièrement nous aider dans notre réflexion , quelle abnégation ! smiley
            Merci de vos avis éclairés m’sieur Jospin , surtout en ce qui concerne les 2 mots que vous avez glissés sur le surgénérateur lors de cet interview : comme 20o/o des français vous etes pour le lancement . Si 80 o/o sont contre c’est qu’ils ne profitent pas assez souvent de vos lumieres sans doutes . Nous ne vous meritons pas m’sieur , RESTEZ CHEZ VOUS !!! smiley


            • François M. 3 février 2009 17:24

              La vérité première est que la liberté de la démocratie est en danger si les gens tolèrent la croissance du pouvoir du privé jusqu’à un point où il devient plus puissant que l’état démocratique lui-même. Ceci, dans son essence, est le fascisme - le gouvernement qui devient la propriété d’un individu, d’un groupe, ou de n’importe quel autre pouvoir contrôleur privé.” - Franklin D. Roosevelt, le 29 avril 1938, dans un message au Congrès

              Il serait plus approprié de nommer le fascisme de corporatisme parce qu’il représente l’union de l’État au pouvoir corporatif.” - Benito Mussolini (1883-1945), dictateur fasciste d’Italie.

              http://les7duquebec.wordpress.com/2009/02/03/le-nouveau-scandale-des-commandites/


              • jaja jaja 3 février 2009 19:39

                Ah Jospin celui qui a plus privatisé que la droite ! Il se battrait aujourd’hui contre la concentration des pouvoirs ?
                Veut-il aussi les privatiser ?

                Au bal des faux-culs la place d’honneur lui revient de droit...


                • Webes Webes 4 février 2009 09:58

                  Qu il se taise celui la !
                  C est lui qui a ouvert la boite de Pandore !!!!!!!!


                  • marc 6 février 2009 19:36

                    quel culot, ce Jospin.

                    quand on se souvient que c’est lui, avec la complicité de Chirac ( ou l’inverse) qui est à l’origine du quinquennat , de l’élection du président juste avant celle des députés, ce qui permet au Président de cumuler tous les pouvoirs , sans que les Français puissent rééquilibrer la barque à mi mandat, !!! Il ose parler de concentration du pouvoir ! écoeurant, ce nul !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès