Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Lionel Pilate et Ségolène de Nazareth

Lionel Pilate et Ségolène de Nazareth

La gauche de retour en fanfare, cacophonique et divisée, avec comme fer de lance Lionel Jospin, définitivement de retour d’exil, et qui exécute Royal dans un livre à paraître. Delanoë attend de lire, mais Hollande et ses amis ont préféré d’emblée se désolidariser de l’ancien Premier ministre. Sans doute trop tard pour éviter la chienlit.

Il y a aujourd’hui en France, vers chez l’opposition, deux types de socialistes : ceux qui ont écrit un livre contre Ségolène Royal et les autres. Parmi les premiers, après Allègre et Lieneman, le dernier en piste se nomme Lionel Jospin, retiré « définitivement de la vie politique » après son pitoyable échec de 2002. Jospin est de retour, depuis quelques semaines déjà, placé sur une rampe de lancement idéal par son dernier petit protégé, Bertrand Delanoë, très élogieux envers l’ancien Premier ministre dans son discours du week-end dernier. Jospin de retour de l’île de Ré, plein d’amertume et de rancœur apparemment, et qui dessoude Ségolène Royal dans L’Impasse, à paraître aux éditions Flammarion. Dans cet ouvrage, assez lucide, Jospin, lui d’ordinaire plutôt mesuré dans ses propos et glacial dans ses emportements, pointe les insuffisances de l’ex-candidate socialiste. Une femme, selon lui, qui n’avait pas « les qualités humaines ni les capacités politiques nécessaires pour remettre le Parti socialiste en ordre de marche et espérer gagner la prochaine présidentielle ». « Une figure seconde de la vie publique », « pas taillée pour le rôle », « une candidate qui était la moins capable de gagner », « une illusion ». Fermez le ban.

L’attaque est frontale, vacharde, dure. Elle ne se limite pas à la simple critique de forme ou de fond, mais elle s’en prend à la personne même de Ségolène Royal. Etonnant et ravageur de la part d’une personnalité pour le coup « de premier plan » du PS. Jospin, même déserteur incapable d’assumer sa défaite, a toujours gardé une certaine aura au sein du Parti. Beaucoup voient toujours en lui le symbole de l’intégrité, l’honnêteté, la loyauté. Tout ce qu’un grand homme politique devrait posséder et mettre en avant. Jospin n’est pas homme de compromis, ni avec les médias ni avec les spécialistes en communication. C’est un homme austère, professionnel, un brin rigide et très rigoureux, qui rigole quand il se brûle et, a priori, ne partagerait pas grand-chose avec les hargneux de service, style Allègre ou Mélenchon, ou Mamère ou Montebourg, toujours prêts pour un bon mot ou une petite phrase à flinguer veaux, vaches, collègues et cochons. Roses. Mais derrière cette panoplie de l’homme droit et debout, Jospin cachait manifestement la silhouette haute et tranchante d’un homme aigri, rancunier et déçu, qui, durant tout son exil loin du continent (enfin, loin, à un pont près) semble avoir cultivé ses rancoeurs. On imagine cet ermite relativement ivre de colère lors de la désignation de Royal, par les militants, comme candidate idéale pour le PS pour 2007. Ce jour-là, Lionel Jospin a perdu beaucoup de son flegme, et ne s’est pas calmé depuis, visiblement.

Très silencieux durant toute la campagne, l’homme attendait manifestement la conclusion évidente, c’est-à-dire la défaite, pour pouvoir s’offrir enfin un froid plat de vengeance, petit et frustre, macho et déplacé, à déguster sans modération sur les ruines dispersées aux quatre vent de la refondation du Parti socialiste, partagé entre de jeunes loups imberbes et de vieux schnocks vivaces, entre les partisans d’un peu plus d’ouverture et ceux qui ne cessent de claquer les portes. Jospin a attendu son heure, bien préparé son plan média, en faisant le coup du « livre mystère » dont même les représentants de Flammarion n’avaient pas le droit de parler aux libraires. Libération a levé le lièvre un peu plus tôt que prévu, assurant une vente déjà record. En quelques mois, donc, Jospin est devenu un politique semblable aux autres, flinguant les ambulances sans état d’âme, qu’elles roulent au pas ou pas. Occupant l’espace médiatique, coûte que coûte.

Certes, que Ségolène soit « nulle » comme Réza le fait dire à Sarkozy dans son livre L’Aube le soir ou la nuit, beaucoup en conviennent, beaucoup à gauche, d’ailleurs. Mais peu avaient attaqué la personne même de Ségolène Royal comme Jospin l’a fait. Du coup, l’ex-Mme Hollande a piqué un fard, en apprenant la nouvelle, et a réagi comme elle le pouvait, c’est-à-dire à l’emporte-pièce, à la Royal... en citant le Nouveau Testament : « Pardonnez-leur parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font » ! a-t-elle osé lancer aux journalistes québécois, un peu perdus pour le coup. La dame blessée, et visiblement épuisée, a ensuite parlé de « racisme » : « Je crois aussi malheureusement qu’il y a, et peut-être est-ce aussi inconscient, dans toutes ces attaques, du sexisme, et à le voir à ce point aussi fort, j’en suis moi-même surprise, je pense qu’il s’apparente au racisme ». Mais loin de s’arrêter en si bon chemin, Ségolène a conclu : "J’ai l’impression en lisant tous ces ouvrages que si j’étais Jeanne d’Arc, j’aurais déjà été brûlée vive". Jésus, Jeanne d’Arc et le racisme dans une même réaction d’indignation, il n’y a que Royal pour inventer un tel galimatias. Une telle improvisation. Jusque dans les réponses à ses détracteurs, elle donne au bout du compte de l’eau à leur moulin. Telle est son impasse. Humaine, donc politique.

Et c’est là que le plus grand drame se joue : Jospin, aussi violent et hypocrite soit-il (que ne s’est-il exprimé plus tôt ?) touche juste dans ses attaques. Le pire, c’est qu’il a en grande partie raison. Le pire c’est que Royal elle-même lui a donné dans la foulée raison. Et ce n’est ni une crucifixion ni un bûcher, juste le calvaire qui continue pour ce qui reste de l’opposition à gauche, une opposition (dé)composée de forces aussi « vives » que Marie-George Buffet, Olivier Besancenot ou les Verts. Des figures secondes de la vie publique, pas taillées pour le rôle, les moins capables de gagner. Une voie sans issue, oui, Jospin a raison, mais sans mérite : c’est lui-même qui a embarqué le PS dans cette impasse-là, un soir d’avril 2002.


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 18 septembre 2007 09:43

    Une petite chanson pour le frisé de l’île de ré http://www.paroles.net/lyrics/chansons/33098.htm

     smiley


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 septembre 2007 03:33

      Dans le contexte de ce qui peut devenir une guerre - avec un jeu d’alliances implicite, mais aussi pervers qu’en 1914 - les petites méchancetés que peuvent se faire les petites gens de la Gauche ont autant d’intérêt que l’usage du cothurne dans le théâtre grec la veille de Marathon. Quel parti aura le courage d’appeler ses partisans à s’inscrire comme objecteurs de conscience ?

      http://nouvellesociete.org/5095.html

      Pierre JC Allard


    • LE CHAT LE CHAT 18 septembre 2007 10:25

      Tu as raison , papillon , pathétique fut sa réaction ! perdre ses moyens pour une simple morsure de caniche ! smiley on l’a échappé belle ! elle aurait pleuré au moindre aboiement de debeulyou ou de poutine !


    • ormuscama 18 septembre 2007 10:54

      on doit pouvoir lui donner 1 point godwin !


    • ratatouille ratatouille 18 septembre 2007 10:07

      En parlant de sexisme, on a beaucoup entendu « votez pour moi parce que je suis une faaaaammmme ! » pendant la campagne. Ce ne serait pas précisément ça, des propos sexistes ?


      • stephanemot stephanemot 19 septembre 2007 18:25

        Entre l’austere qui se marre et l’hyster qui se narre le PS est dans de bonnes mains.

        Pour l’un comme pour l’autre, c’est pas une question de sexe, c’est une question d’absence de personnalite.


      • tvargentine.com lerma 18 septembre 2007 10:11

        JOSPIN restera dans la vie politique comme un grand serviteur de l’Etat.

        En 1997,il aura restauré la confiance et avec la reprise mondiale,il aura créé les conditions favorables de centaines de milliers de création d’emplois en France.

        Pour avoir trop écouté ses conseillers en marketing qui lui avaient dit de se recibler sur « la clientèle bobo » il aura tout perdu !

        On a encore du mal à le comprendre !

        Aujourd’hui,l’analyse qu’il sort aurait du sortir avant le choix du candidat socialiste.

        Il a raison sur la candidature de Me ROYAL,mais c’est beaucoup trop tard !

        Une fois encore,il a raté le coche.

        En écoutant les réactions de Soeur Ségolène Royal de la Compassion du catholicisme social qui se prend maintenant pour Jeanne d’Arc

        http://www.20minutes.fr/article/181565/France-Segolene-Royal-Pardonnez-leur-car-ils-ne-savent-pas-ce-qu-ils-font.php

        .. ;on se dit,que SARKOZY président est un bon choix en absence de meilleur candidat chez les socialistes.

        Le PS aura donc perdu 5 ans pour se renouveller et l’avenir dans ce parti n’existe plus.

        En s’inscrivant dans la politique de Nicolas Sarkozy qui va réformer la France,nous allons obligé les socialistes à moderniser les discours avec les actes car les français veulent une modernisation de la vie économique,sociale et de sécurité publique

        http://tf1.lci.fr/infos/economie/social/0,,3547308,00-reforme-regimes-speciaux-francais-sont-pour-.html


        • ZEN ZEN 18 septembre 2007 10:44

          Ierma est jospino-sarkozyste, maintenant ? Schyzophrénie ou deux fers au feu ?...

          « J’ai l’impression en lisant tous ces ouvrages que si j’étais Jeanne d’Arc, j’aurais déjà été brûlée vive »

          Il faut savoir que Ségolène est née dans les Vosges, à deux pas de Domrémy-la-Pucelle...Le cours de la Meuse paisible engendre des vocations...


        • brieli67 18 septembre 2007 13:16

          non ZEN née à Dakar


        • ZEN ZEN 18 septembre 2007 13:27

          par brieli67

          Exact ! mais arrivée très jeune près de Charmes. Puis , Lycée à Epinal, chez les religieuses...


        • brieli67 19 septembre 2007 19:41

          ah NON passage à Mulhouse à Illkirch puis Martinique puis re Strasbourg et enfin chez les bonne soeurs à Epinal comme interne. Vosgienne si peu au Château de son Grand-père ni à la Communale du village.

          Dommage ! je vous pensai mieux informé.... Il fut un temps où je m’intéressai à la Principauté de Salm http://fr.wikipedia.org/wiki/Principauté_de_Salm

          le Perlé de Crillon http://home.scarlet.be/ td132839/cva/jumelage/jumelage.htm

          le trait d’union wallo-vosgien !!


        • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 septembre 2007 13:20

          on ne peut pas dire que Charme soit géographiquement très près de Domremy, relisez votre livre de géographie !  smiley


        • Simon C. 18 septembre 2007 10:13

          « Lionel Jospin, retiré « définitivement de la vie politique » » ?

          Curieux, à part chez les Guignols, quand et où Lionel Jospin aurait-il fait cette annonce... définitive ?

          « L’impasse » est à paraître, vous avez bénéficié d’un service de presse, ou vous avez seulement recopié les extraits publiés dans la presse pour en parler comme vous le faites ?

          Finalement vous bâtissez un article sur des rumeurs et des imprécisions ?

          Et il faudrait vous prendre au sérieux ?


          • Anto 18 septembre 2007 10:20

            oui Lilian est fatigue...Deja hier il avait recopie un article de « l’equipe » et aujourd’hui un article de « liberation ».


          • Emmanuel 18 septembre 2007 10:32

            « Au-delà de la démagogie de la droite et de la dispersion de la gauche qui ont rendu possible cette situation, j’assume pleinement la responsabilité de cet échec et j’en tire les conclusions en me retirant de la vie politique, après la fin de l’élection présidentielle »

            L. Jospin, 21 avril 2002


          • Anto 18 septembre 2007 10:53

            peu importe. Comment Lilian sait il que Jospin « touche juste dans ses attaques » et qu’« il a en grande partie raison » si le livre sort le 24 septembre ? Il y a des limites. Je revois tous les paragraphe de l’article de libe, dans un ordre different et teinte d’anti royalisme. Alors si tout le monde est content avec ce genre d’article qui ne se base que sur des on dit sous pretexte qu’il est consensuel (sego est nulle), tant mieux...

            Alors comme il ne repond jamais on saura jamais si il a reussit a piquer le bouquin auux editions flammarions mais dans le doute. je ne vois pas pourquoi je croirais un traitre mot de ce qui est ecrit la dedans.


          • Simon C. 18 septembre 2007 11:23

            Oui, rien de « définitif » dans cette annonce.


          • A. Nonyme Trash Titi 18 septembre 2007 10:30

            Woaouw ! Voir cette baston de looser, c’est limite jouissif non ?

            Entre le fiel terrible de Jospin à qui une bonne âme devrait expliquer que c’est fini maintenant, qu’il faut bien prendre ses pilules, et la Ségolène qui a chaque fois qu’elle l’ouvre s’enfonce un peu plus dans la caricature que l’on veut en faire, c’est que du bonheur.

            Allez, encore un effort Ségo, et tu marcheras sur l’eau !


            • arturh 18 septembre 2007 10:32

              @ lerma

              Un grand homme juste et honnête par lerma (IP:xxx.x1.72.24) le 18 septembre 2007 à 10H11

              JOSPIN restera dans la vie politique comme un grand serviteur de l’Etat. En 1997,il aura restauré la confiance et avec la reprise mondiale,il aura créé les conditions favorables de centaines de milliers de création d’emplois en France.

              On parle du même Lionel Jospin ?

              En 1993, Lionel Jospin est battu aux législatives. Il n’a plus qu’un mandat de conseiller municipal. Il songe à se retirer de la vie politique.

              Comme il est Haut Fonctionnaire, il fait donc jouer cet extraordinaire privilège de la Fonction Publique en France : il réintègre sa carrière d’origine au Ministère des Affaires Etrangères où il a le rang d’un diplomate.

              A cette époque là, Alain Juppé est premier ministre, Chirac est président. Lionel Jospin réclame une ambassade à la hauteur de son rang. Alain Juppé refuse.

              Autre privilège extraordinaire que la France offre à sa Haute Fonction Publique, Jospin n’a alors rien d’autres à faire que rester chez lui, avec salaire et « avantages sociaux » qui vont avec sa fonction.

              Il va profiter des deux années pour reconquérir le pouvoir au Parti Socialiste où il parvient à s’imposer en 1995 contre Henri Emmanuelli. Juppé ayant entre temps chûté sur la question (d’actualité !) des régimes spéciaux de retraite, autre privilège, notamment dans la Fonction Publique, le PS gagne les élections législatives et devient Premier Ministre, poste qui va lui permettre d’aller tout droit à la bérézina de 2002.

              Alors je ne suis absolument pas certain que Jospin soit un « grand serviteur » de l’Etat.

              Mais je suis certain que l’Etat lui a bien servi.


              • arturh 18 septembre 2007 12:32

                Jospin a bien été battu aux législatives de 1993 dans la 7ème circonscription de Haute Garonne (Lauragais).

                « sinon comment aurait-il pu prétendre à être candidat en 1995 » ? C’est toute la beauté du système de la Monarchie Républicaine qui offre a un énarque comme Jospin la possibilité d’être très bien payé pendant deux ans à ne rien faire sinon reconquérir le pouvoir au sein du PS, ce qu’il a fait en 95.

                Ce qui explique la « rupture » Sarkozy. En effet, pour la première fois dans l’histoire de la Vème République, la droite n’a pas eu un candidat qui ait le profil « grande école/ Haut Fonctionnaire est assimilé » pour la présidence de la « Monarchie Républicaine ».

                C’est le PS qui a intégralement repris cet héritage, tant il est vrai depuis 1981 est l’accession à la « propriété » du PS par la génération des énarques Fabius, Jospin, Rocard, Chevennement etc, il n’est désormais plus pensable que le PS ne soit pas dirigé par un(e) énarque et ne présente pas un(e) énarque à la présidence de la République.


              • Leveque 18 septembre 2007 10:32

                Le vrai mystére dans cette histoire, puisque l’incompétence de SR apparait au grand jour, c’est comment les militants de gauche ont pu aussi facilement se laisser berner, et se faire embarquer dans une campagne aussi mauvaise que mal preparée.... 60% aux primaires !!!


                • hugues-p 18 septembre 2007 10:33

                  Article avec analyses justes tant pour Jospin que pour Ségolène. Le fait demeure que malheureusement Ségolène Royal démontre chaque jour son insuffisance et le mot de Jospin « personne secondaire » s’applique parfaitement à cette pauvre Ségolène. Elle n’est vraiment pas de niveau.


                  • delsha 18 septembre 2007 10:48

                    Arrêtons de parler de la « gauche » ou du « PS » dès que l’un de ces « parasites » l’ouvre....non pour apporter une contribution d’opposition à une politique « bulldozer » mais pour fustiger une ex-candidate, responsable de tous leurs maux. Comment Monsieur Jospin peut-il se permettre de la ramener, lui qui a permis au FN et à Jean-Marie LePen d’accéder au 2ème tour, lui qui a permis une ré-élection haut la main (ce qui n’aurait pas été le cas) de Chirac et de la droite. Celui qui a préféré « fuir » (ou se retirer, étant politiquement plus correct) plutôt que d’analiser sa défaite et de constituer une opposition constructive à la France. Je ne sais pas si Madame Royal est à la hauteur ou pas pour la fonction de leader, mais il y a une chose dont je suis certaine aujourd’hui, c’est que le « PS » est mort de lui-même par tous les parasites qui le constituaient depuis 30ans, et Monsieur Jospin vient d’en signer son triste « épilogue ».


                    • Avril 18 septembre 2007 11:58

                      C’est quoi cet argument ! Parcequ’il a perdu les éléctions alors il n’a plus le droit à la critique ????. Ah oui SR elle est bonne son analyse sur la défaite : 1. il n’ ya pas de défaite et 2è c’est les autres. Peu-être que Jospin a perdu mais il avait un argumentaire plus profond que ségo. C’est pas ségo qui a battu le FN, c’est Sarko qui a repris leur vote. Les vrais raisons de la défaite sont multiples et ségo fait en fait partie pour une grande part.


                    • Marie Pierre 18 septembre 2007 10:50

                      Bonjour,

                      Je trouve tout de même surprenant que l’on puisse écrire un article sur un livre qui n’est pas encore paru, sauf à reprendre un article de Libé et des autres journaux.

                      Un peu bête qu’Agoravox soit l’amplificateur de la presse quotidienne, dont on veut justement se démarquer.


                      • delsha 18 septembre 2007 11:38

                        ...il serait peut-être plus positif de dire que le pire vient de « passer » ??!!


                      • delsha 18 septembre 2007 11:42

                        ...il serait peut-être plus positif de dire que le pire vient de « passer » ??!!


                      • dany 18 septembre 2007 12:24

                        J’ai choisi Ségolène parce qu’elle était la meilleure. Et je revoterai pour elle en 2012 parce que pour moi, elle reste toujours la meilleure, et vos injures et votre haine n’entameront pas tous les espoirs et le soutien sans faille que nous militants avons placés en elle. Pour nous c’est et ça sera toujours Ségolène, la Présidente de la Région Poitou-Charente !


                      • CAMBRONNE CAMBRONNE 18 septembre 2007 17:26

                        Mon cher LUDOVIC

                        Vous avez parfaitement raison dans votre vision de l’humanité en général et du monde politique en particulier . Vae victis . L’histoire est écrite par les vainqueurs ;

                        Moralité il vaut mieux gagner que perdre .

                        Mais excusez moi , je pleurerai sur Ségo demain car franchement ce n’est pas une bonne personne . Je me demande quand même comment va Sylvain REBOUL !

                        Salut et fraternité .


                      • Avril 18 septembre 2007 11:50

                        Je suis de gauche et je suis une femme et bien evidemment la gauche au pouvoir ( et si c’est une femme compétente encore mieux) était mon choix. Mais malheureusement la gauche a fait un très mauvais choix, le choix de Ségolène Royale. La gauche n’a pas choisie son meilleur candidat, mais le candidat que les sondages mettaient en avant. A partir de là il fallait en faire un personnage consistant. Et c’était pas gagné. Un vrai leader politique, ce n’est pas qqln qui attend que le peuple lui suggère des solutions, mais c’est un visionnaiare, c’est qqln qui a une force de propositions, qui saura pointer ce que le peuple n’a pas vu. Voilà ce qu’on attend d’un leader. Les excuses du genre:Mon parti m’a mis des batons dans les roues... ET alors un vrai leader arrive à faire l’unanimité. Sarkozy aussi a eu son lot de galère ! Quand on est bon et qu’on sent la victoire les autres se finissent toujours par faire la queue derrière vous. SR n’a jamais eu la carrure q’un chef d’état. Ses discours n’étaient pas dynamique, volontaire, battant... Son phrasé était d’une lenteur ! Même si vous dites n’importe quoi mais que vous le dites d’une façon convaincue, déterminé alors vous aparaissez comme qqln qui croit en ce qu’il dit et vous serez forcément plus entendu. les discours de SR ressemblait à des messes. Les militants ont fait un mauvais choix, Il faut que la gauche ose le dire ! La communication de ségo était nulle. Elle n’a pas su rebondir sur les bons événements elle n’a pas su envouté le peuple et il ne faut surtout pas lui redonner sa chance. Elle a eu sa chance elle l’a loupé, on passe à qqln d’autre.


                        • La lanterne 18 septembre 2007 15:28

                          Voilà ce que quelqu’un écrivait le 29 octobre 2006. Pourquoi encore toutes ces questions sur SR. Méditez !

                          Sent : Sunday, October 29, 2006 12:30 PM Subject : Il était une fois...

                          ...

                          En comité restreint (nous ne dirons, ni où, ni quand, ni qui), la question simple et abrupte tomba : Quel est le candidat de la Gauche qu’il nous serait le plus aisé de battre ? Nombre de noms font surface : Jospin, Fabius, DSK, Aubry, etc... L’un d’entre nous ajouta, ce n’est pas suffisant : Lequel d’entre eux se laissera le plus facilement séduire et manipuler par les médias, tant il est narcissique ? Là, alors que son nom n’avait pas encore été évoqué, fusa de la bouche de deux élus situés à ma gauche : Ségolène Royal. L’un des deux, d’ailleurs, de rapporter une anecdote qui eut vite fait de rassembler une majorité sur ce nom. Les jeux n’étaient cependant pas encore faits. Il nous fallait maintenant évaluer et débattre des plus et des moins qu’une telle instrumentalisation engendrerait. La réaction des socialistes, la réaction des Français, des médias, etc... Aussi fallait-il l’annoncer suffisamment tôt pour, le cas échéant, changer de plan. De plus, la donner en pâture aux médias, semblait provoquer, chez un certain d’entre nous, une profonde jubilation. Sa fragilité, mal dissimulée, la stratégie était simple : Flatter son ego, son image, la faire soutenir par la presse majoritaire, l’UMP de feindre de trouver en elle une candidate redoutable, etc... jusqu’à son investiture par le Parti Socialiste et ensuite :LA CASSER. Dès lors, nous la couperions d’une partie significative de l’électorat français, mais aussi et surtout des militants socialistes qu’elle aura vilipendé sans ménagement. Ainsi, nous ferions d’une pierre, deux coups, nous affaiblirions le Parti Socialiste (la candidate et son compagnon, François Hollande étant mis en minorité dans le Parti). Une gabegie sans nom se manifestera au sein du Parti Socialiste, dès lors moribond, et par voie de conséquence un début de mandat, relativement serein, pour l’élu de la majorité présidentielle.

                          Nous n’avons plus que quelques jours à patienter pour savourer notre triomphe. La présidentielle sera gagnée le 17 novembre 2006.

                          ...


                        • agosin 18 septembre 2007 11:51

                          Jospin hait Royal parcequ’au fond, elle lui ressemble. Les deux sont d’authentiques « losers ». Ils ont en commun fait plus de mal à la gauche en cinq ans que cette fripouille de Mitterand en deux septennats et ce n’est pas peu dire...

                          Enfin, le pire ne peut qu’être derrière nous, par conséquent gens de gauche, réjouissez-vous !


                          • ANKRI 18 septembre 2007 11:54

                            Ségolène Royal est comme nombre de Politiques = imparfaite, et perfectible. Mais si elle était vraiment nulle et insignifiante, ferait-elle (encore) l’objet de tant d’attaques virulentes ? Je ne le crois pas. Elle a été désignée démocratiquement à la régulière, et ceux qui ne le digèrent toujours pas travestissent leur déception en attaques indignes. Triste. Mais pas éternel. Par ailleurs, on verra avec le temps que la structure de son Pacte Présidentiel correspond avec modernité aux besoins de la société française. Pour ce qui est de sa réaction récente ’biblique’ aux attaques déplacées du winner Jospin, je ne partage pas l’avis de l’auteur sur la non qualité de sa réaction. Malgré l’émotion inévitable, elle a dit l’essentiel : la démarche violente de Jospin fait plus de mal à la Gauche qu’à Ségo elle-même. En matière de nullité et de gaffeurs, il me semble que le stock principal est en ce moment au Gouvernement (Kouchner, Lagarde, Borloo, Fillon, Dati, Yade, etc.)et aux aigris du PS (liste trop longue)....mais aucun ou aucune ne fait l’objet d’une telle attention prétendûment littéraire. C’est donc en fait un HONNEUR involontaire qui est fait à Ségo.


                            • Cédric 18 septembre 2007 12:14

                              Assez d’accord avec vous, le « Ségo-Bashing » est une discipline pour les creux qui pensent ainsi pouvoir se donner une quelconque consistance. Il est quand même incroyable de voir les haines que cette femme déchaîne contre les hiérarches déçus du PS. Ce qu’ils ne lui pardonnent pas ce n’est pas tel ou tel positionnement politique, car cela ne justifierait pas une « rentrée littéraire » comme on n’en avait jamais vu y compris après les désastres de 1993 ou de 2002 auprès desquels le résultat de Royal ferait figure de victoire, non ce qu’ils n’encaisseront jamais c’est que dans cet appareil qu’ils pensaient avoir si bien bouclé elle est quand même arrivé à se faire désigner.

                              Jospin n’agit pas ici pour son compte personnel mais plutôt pour celui de Delanoé, mais la méthode est lamentable. D’ici à ce qu’Allègre déclare vouloir revenir au PS parce que son pote Jospin lui a demandé de venir soutenir son copain le Maire de Paris, il n’y a pas loin. Plus que Jeanne face aux anglais, c’est plutôt Ségolène face aux camarillas.


                            • dany 19 septembre 2007 02:29

                              Pour nous, c’est elle ! C’est Sego ! et en 2012, nous serons plus forts.Ségo réponds à la mauvaise politique de Sarko et Cie ; oublie les malades de « l’aigritude » ! Ca ne sert à rien de se battre contre son propre camp. Les chômeurs, les ouvriers et les non nantis de France comptent sur toi pour dénoncer la casse de notre pays organisée par Sarko et ses amis. Ségo, nous ne voulons pas aller mourir en Iran ; nous ne voulons pas être licenciés selon la fantaisie du patron. Ségo, on compte sur ton courage et ta combativité ;

                              Ségo, on t’aime !


                            • samy31500 18 septembre 2007 12:04

                              J’aimerai faire remarqué que les militants ont effectivement voté pour elle... mais que ce sont les média qui l’ont choisi ... ET ki ki aide les medias smiley SARKO.

                              Elle a été choisi comme la plus mauvaise candidate de la gauche pour affronté sarko avec l’aide des médias !!!

                              C’est tout ... Point !

                              Vous avez une femme qui débarque de nulle part et qui n’a pas d’autre programme que « je vous aime voter pour moi ... » et elle est élu comme la candidate du parti socialiste.

                              Au parti Socialiste la carte de militant est proportionnelle à vos revenus. L’année des elections la carte était gratuite pour les nouveaux. Ces gens la n’ont pas mis les pied dans une AG mais ont voté. Et ils l’ont fait comme on leur a dit à la télé. voili voulou

                              Cette femme est nulle,

                              Et pour vous prouvez mon sexisme, je trouve que ANGELA est vraiment un super chancelière ... Elle pourrait peut être venir chez nous si elle sait pas quoi faire a la retraite


                              • ANKRI 18 septembre 2007 12:54

                                Votre raisonnement est archi-connu et faux, car il s’agit en fait d’un argumentaire de pré-campagne au PS, en provenance tant des SKahniens que des Fabiusiens. Cela a fait et fait encore plus de mal au PS que la prétendue complicité des médias téléguidés par Sarko...y compris le Nouvel Obs qui le premier avait fait une UNE : ’et si c’était Elle ?’ Non, il y avait une attente et sa démarche de Démocratie participative y correspond. Tous ceux qui étaient à certains de ses meetings de campagne savent bien qu’elle n’est pas qu’un spot de pub. Mais chacun reste libre de croire ce qui l’arrange.


                              • samy31500 18 septembre 2007 18:19

                                euh j’ai pas critiqué la démocratie participative ...

                                J’ai dit que c’etait pas une presidentiable ... et je l’ai dit avant qu’elle soit désigné ... et je le pense toujours ... elle est nulle comme présidentiable ... et si elle etait bonne elle aurait su apparaitre comme bonne ...  smiley imbatable comme arguement


                              • dom y loulou dom 18 septembre 2007 12:09

                                que les gâteux prennent ENFIN leur retraite !

                                Ils pourront toujours accoucher de leurs jalousies et de leurs haines sur papier glacé. Mais ce continuel remplacement de la politique par des luttes de petits égos ambitieux n’a que le sens de la perte de temps. C’est inexcusable en temps de guerre de ne voir que les paillettes accrochables au sapin de leur égo pendant que des millions d’enfants se font bombarder et qu’on leur prépare de plus amples malheurs. Au moins la déclaration de Kouchner met en garde pour ce qui est de l’option la plus envisagée du côté des criminels de la maison blanche.

                                En 2002 Jospin a dit que le débat démocratique en cours le dépassait et qu’il laissait celà à la génération suivante... et bien qu’il prenne sa retraite et LAISSE ENFIN ceux de la génération suivante s’occuper de revendiquer l’approfondissement démocratique plutôt qu’entretenir le cirque insipide des « m’a-tu-vu » ! L’Europe vous attend ! OU EST LE PLAN B ??? Si Jospin voulait se montrer en littéraire, en tant que politicien il n’y aurait que le plan B a écrire, car ce n’est pas le mini-traité de sarkoléon qui interdit aux autres de respirer ni d’écrire ni de proposer. smiley


                                • Lucrezia 18 septembre 2007 12:14

                                  Si lors des élections Présidentielles de 2007, la Presse Française avait fait son Travail d’Investigation et de Parole, ce ne sont pas aujourd’hui les membres du PS qui seraient obligés de dénoncer la supercherie Royal ! Mais la Presse Française, toujours donneuse de leçons, n’a jamais avoué ouvertement devant son lectorat ou devant les médias qu’elle avait honteusement pris le parti pris de Ségolène Royal, alors même qu’elle calmait partout que les groupes de Presse étaient à la solde de Sarkozy. Par expérience, ils devraient pourtant bien savoir que tout finit par se savoir ...Honte à la Presse Française et aux médias du PAF, tel les guignols de l’Info qui ont voulu peser avec tous leurs moyens pour dénigrer bassement tous les autres candidats autre que ségolène !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès