Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Locataires aujourd’hui... dans la rue demain ?

Locataires aujourd’hui... dans la rue demain ?

Cela n'arrive pas qu'aux autres. Nous connaissons tous des familles qui, très vite sont pris dans les filets du surendettement, non parce qu'elles ont mal géré leur budget mais parce qu'elles ont à peine de quoi survivre.

Aujourd'hui des locataires, expulsables, risquent de se retrouver à la rue demain...Est-ce tolérable ?

 

JPEGChaque année, plus de 100 000 familles sont menacées d'expulsions pour des loyers impayés... Elles seraient même près de 110 000.... Pour l'instant, seules 10 000 procédures iraient à leur terme...

Chaque année ce sont 10 000 familles qui se retrouvent dans la rue.... une situation inacceptable qui plonge des hommes, des femmes et des enfants dans l'exclusion et dans la misère...

Cette année 2013 serait une année noire d'après beaucoup d'associations de solidarité... La crise s'amplifie, les minima sociaux sont bloqués, les charges locatives augmentent et le chômage endémique est là, pesant.

Un sondage BVA commandité par le groupe d'annonces immobilières en ligne Seloger. Com est alarmant.

Il est d'autant plus inquiétant qu'il corrobore les observations sur le terrain des militants familiaux qui assurent des permanences infos-dettes : « près de 50% des Français ont du mal à payer leur propriétaire ».

Les petits propriétaires, eux mêmes ont du mal à rembourser leurs emprunts.

Comme le rapporte le Parisien dans son édition du 30 mars :

En ce qui concerne le nombre de personnes ayant du mal à payer leur loyer : « Le pourcentage monte même à 50% chez les femmes célibataires et 61 % chez les 65 ans et plus. »

Il ne s'agit absolument pas de personnes qui ne veulent pas payer mais qui ne peuvent pas payer.

Quand on regarde de plus près les dossiers « surendettement » déposés à la banque de France, on s'aperçoit que de plus en plus de demandeurs sont des surendettés passifs....

C'est un constat qui fait s'interroger les bénévoles des associations : si le dépôt et la recevabilité par la commission banque de France permettent momentanément à une famille de « sauver les meubles » et de respirer, il s'agit là d'une pause de courte durée... Si le chômage persiste et si les loyers-charges comprises continuent à grimper, la dégringolade continuera.

Beaucoup de bailleurs y compris sociaux ont augmenté leurs loyers de 2% ce qui conduit certaines familles à bout de souffle.

Personne n'est à l'abri et de plus en plus de cadres, perdant leur travail se trouvent eux aussi dans une grande difficulté pour régler leurs loyers ou leurs traites s'ils sont propriétaires.

Des familles sont sur le fil du rasoir : « près de 22% des locataires craignent une expulsion locative » !

L'urgence sociale se résume à quelques mesures immédiates :

  • un moratoire des expulsions ;

  • un blocage des loyers ;

  • des aides au logement qui soient calculés sur la totalité des loyers donc aussi sur les charges

  • une application de la loi Dalo avec une réduction des délais d'attente ;

  • la réquisition effective de logements vides... Il y en a des milliers qui sont inoccupés depuis des années.... Aucune personne ne doit être à la rue contre son gré

IL NE S'AGIT PAS DE « RASER GRATIS » MAIS DE REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES !

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 2 avril 2013 10:35

    MAIS QUE FONT DUFLOT ET DELANOE

    aucun controle meme apres des incendies mortels des immeubles insalubres et de correction des loyers SUREVALUES DE 40%..........................

    POURVU QUE LE PCF ET LE FDG RENTRENT DANS LE GOUVERNEMENT EUX SEULS SONT CAPABLES DE BAISSER LES LOYERS AUTORITAIREMENT DE 40%


    • Jean-Louis CHARPAL 2 avril 2013 10:46

      Le logement en France est un scandale.

      Il est absurde que le prix des loyers absorbe une telle part exorbitante des revenus des ménages.

      Les loyers doivent être drastiquement baissés, puis encadrés par le Gouvernement, pour deux raisons : 1° C ’est une mesure de justice sociale. Se loger est un besoin fondamental de la personne humaine.

       2° C’est une condition de la relance économique. Pratiquer des loyers élevés c’est privilégier la « rente » au détriment de l’économie active et réelle, et c’est en diminuant le pouvoir d’achat , alimenter l’austérité et la récession, en empêchant les ménages de satisfaire à leurs besoins.

      De plus, il faudrait construire massivement des logements à loyers peu élevés, ce qui aurait le double avantage de relancer le bâtiment et de casser les reins à la spéculation ( sans préjudice de l’encadrement des loyers sus évoqué ). 

       


      • FERAUD 2 avril 2013 10:48

        Qui sont ces trolls qui viennent voter contre un texte sans le lire et sans le commenter


        • Inquiet 2 avril 2013 11:06

          Vu le nombre de votes négatifs lorsque j’ai commencé à lire le sujet, j’ai cru à un moment que l’auteur de l’article devait mentir de façon honteuse.


          Je n’imaginais pas qu’un tel rejet puisse se faire sur des souffrances réelles et concrètes de la part des moinsseurs.
          Pour moi, la seule logique qui valait c’est que l’auteur racontait forcément des crasses, et qu’il allait pleuvoir des commentaires étayés, argumentés, avec chiffres et preuves confondant l’auteur dans sa vil manipulation.

          Mais, en fait rien, nada.

          Existe-t-il autant de raclures que cela, si peu enclines à de la compassion envers son prochains, qui n’ont d’autres buts que de taper sur ceux qui défendent les faibles ?

          Non seulement, ce sont des raclures mais aussi des lâches qui ont peurs de confronter leurs opinions de pleutres et de beaufs radio-bière-foot.


          • eric 2 avril 2013 11:25

            La politique de Hollande a dors et déjà conduit à une baisse historique des mises en chantier du secteur privé. C’est très fort, parce que sous Sarkozy, cela allait nettement mieux alors qu’à l’époque, on était au cœur d’une crise économique sans précédent touchant le Monde entier, alors qu’aujourd’hui, cela va mieux un peu partout hors Europe et que donc nos marchés extérieurs se portent mieux..
            Le recul historique permet de connaitre les quelques mesures qui, s’ajoutant a cette baisse de l’offre, garantissent une crise généralisée du logement : blocage des loyers, interdiction des expulsions de ceux qui ne payent pas. etc...
            Pourquoi ? Parce que face a toutes ces mesures coercitives existent des échappatoires classiques et difficiles a contrôler. Ne louer qu’a des proches et au black, ne louer qu’a des gens offrant toutes garanties, etc...
            Le marché du logement est tendu. Il suffit d’un petit coup de pouce de ce genre a la marge pour le déséquilibrer complètement.

            Ainsi, donc Chalot, les mesures que vous proposez, en ce qui concerne le secteur prive sont a priori peu efficaces et en fait nuisibles. Qui plus est, elles sont extrêmement injustes, puisqu’elles visent a faire porter l’effort de solidarité social de la nation par les seuls bailleurs, indépendamment de leurs revenus quand ce sont des personnes physiques.

            La seule solution qui irait dans votre sens serait une nationalisation des logements. Elles devrait toucher également les propriétaires occupant au nom du principe intangible d’égalité.

            Les mesures que vous proposez sont donc d’un populisme éhonté, puisqu’elles ne résolvent rien afin de ménager les 56% de français qui sont propriétaires.


            • lebreton 2 avril 2013 22:14

              @eric

              tout ton discours on le connait depuis que tu raconte des bobars sur ce site ,je pourrai te dire comme sarko ton pote la fait casse toi p v c mais tu vois on a pas joué dans la meme cour . cesse donc d’écrire ou va prendre des cours de civisme ,ou au pire consulte ça nous fera des vacances !!


            • viva 2 avril 2013 11:40

              Il existe une bulle immobilière, des centaines de milliers de logements ne trouvent pas preneur.


              Le cout à l’achat et à la location est en déphasage complet avec la capacité financière des français. Pour redonner de la croissance, il faut redonner du pouvoir d’achat, il est donc urgent de faire baisser le prix des loyers. La surévaluation actuelle est de 30% au minimum. Il faut que Duflot prenne ses responsabilités en décrétant une baisse des loyers, puisque les règles du marché sont faussées, par les agences et les propriétaires.

              Les marges bénéficiaires des commerçants n’ont jamais été aussi élevé, notre industrie à été plombé par les pays à bas coût et les baisses n’ont jamais été répercutées pour le consommateur. Donc, il n’y a pas d’autre choix que d’imposer une baisse des prix.

              • titi 2 avril 2013 18:05

                « Les marges bénéficiaires des commerçants n’ont jamais été aussi élevé »

                Je pense que vous confondez chiffre d’affaire et marges... vu le nombre de commerces qui ferment dans les centres villes, je vois pas bien où sont les marges élevées.

                Faites un tour dans une préféecture de province : à part les banques, les assurances et les opticiens, les commerces ferment tous l’un après l’autre.


              • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 2 avril 2013 21:39

                « Les marges bénéficiaires des commerçants n’ont jamais été aussi élevées » (je corrige la faute),

                bel exemple de haine aveugle envers les commerçants. Chapeau.

                Viva n’a rien confondu du tout, titi.

                Il hait, il jalouse, il envie (à tort) les commerçants sans rien savoir d’eux, en fantasmant à mort. [commerçants, du moins ceux qui restent, car leur nombre fond actuellement comme neige au soleil ; comme vous l’indiquez, titi ; il suffit de regarder autour de soi, c’est éloquent, ou de consulter les statistiques d’infogreffe]. 
                Mais Viva fantasme, rumine, jalouse et préfère cracher sa haine.

                Cette haine injustifiée envers les patrons et les travailleurs indépendants devient un problème majeur dans notre pays ; c’est une anomalie particulière à la France qui cause bien plus de dégâts que celle envers les fonctionnaires, par exemple ; car elle tue notre économie et notre industrie (sans oublier les êtres humains = suicides).

                Haine émanant de personnes obtuses, personnes refusant la plupart du temps le dialogue, complètement renfermées dans leurs fantasmes, leur déni de réalité.

                Et le pire : une bonne partie de ces haineux fait partie de la masse des Français qui s’en sort plutôt bien, mais qui en veut plus, toujours plus, qui veut se gaver, avoir le beurre et l’argent du beurre, qui brandit sans cesse le panneau « pouvoir d’achat », qui veut avoir un train de vie phénoménal, qui réclame sans cesse de nouveaux « droits » (tout en oubliant ses devoirs).
                Et qui fantasme sur les revenus de ses voisins, qui ne supporte pas que son voisin gagne plus que lui...

                Les gens humbles et modestes, il en reste encore un peu, sont de bien meilleure compagnie et sont hélas difficiles à trouver, car discrets.


              • CHALOT CHALOT 2 avril 2013 12:05

                Eric ! Il existe des mesures de compensation pour les petits bailleurs, si elles sont insuffisantes il faut les renforcer.
                Mon propos n’est pas sur cette question, il est sur les expulsions locatives, à partir d’éléments chiffrés et de compte rendus d’expériences. Il y a une urgence.
                Il faut s’opposer aux expulsions et nos associations s’y collent.
                La politique, c’est cela aussi.


                • viva 2 avril 2013 12:20

                  @Chalot


                  Il ne faut pas non plus désespérer la classe moyenne qui se retrouvent à financer les plus riches et les plus pauvres. Vous ne pouvez pas dissocier les plus pauvres des classes moyennes qui sont les forces vives de la nation.

                  Sans cela vous exposez le pays à des votes extrèmes ou au départ vers d’autres cieux des plus compétents d’entre nous, le phénomène est déjà visible plusieurs millions de français (1, 5 Millions en 2010) sont partis et cela s’ accélère ce sont les plus compétent qui partent, c’est une perte gravissime pour notre économie.

                • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 2 avril 2013 12:42

                  @Viva


                  C’est quoi les classes moyennes ? Des gens aisés qui n’assument pas leur chance ?
                  Avec ma pension qui n’atteint pas les 2000 €, j’ai l’impression de faire partie d’une classe moyenne mais je ne me sens pas agressé par les propositions de Chalot et consorts...

                • viva 2 avril 2013 12:53

                  Les classes moyennes ne sont pas des chanceux, ce sont les plus actifs. La solidarité est une nécéssité mais ce reste la forme moderne de la charité. 


                  A deux milles euros mensuel vous n’appartenez pas nécessairement à la classe moyenne, vos charges familiales entrent en ligne de compte, vous pouvez aussi bien être sous le seuil de pauvreté même avec 2000 euros mensuel. 

                  Je situerais la classe moyenne au dessus de 2500 euros par actif dans une famille.

                • eric 2 avril 2013 12:15

                  Chalot, je doute que cette questions vos intéresse vraiment. Demain, tu plafonne les indemnités des salaries du secteur public pendant les arrêts maladie (comme pour tous le monde), tu rend dégressif leurs sur salaires familiaux et tu as assez d’argent pour payer les loyers de tous les expulsés sans rentrer dans les complications de procès, d’abus de procédure et sans dissuader les propriétaires de louer.
                  On a une injustice sociale rare, ou plus tu es riche, plus tu touche ;, et avec l’argent des contribuables, concernant des millions de gens. Un argent facilement disponible en toute justice pour résoudre ce problème. Vous préférez vous attaquer aux propriétaires. Vous ne cherchez pas a résoudre le problème.


                  • Alex Alex 2 avril 2013 13:30

                    Chalot,

                    Bon article ! Je vous suggère de l’illustrer par un (ou des) exemple(s) concret(s).
                    Il me semble avoir lu que vous habitez vers Melun.
                    Or, il y a quelques années, j’avais entendu parler de gens obligés de loger dans leur voiture sur le camping de cette ville alors qu’ils avaient un emploi.
                    De tels exemples montreraient que beaucoup de personnes sont susceptibles de se retrouver à la rue, et qu’il ne s’agit donc pas de chiffres théoriques.


                    • nilasse nilasse 2 avril 2013 13:52

                      sous bons nombres d’aspects,le logement en france relève de la schizophrénie clinique. le prix des loyers,les surfaces louées,l’état des logements,les charges qui vont avec,etc....... quant on sait qu’un foyer gagnant 13.000 euros a le droit de vivre dans un logement HLM et a le droit a des alloc,alors que dans le même temps nous avons 600.000 SDF et plusieurs millions de très mal logés (groupe auquel j’appartiens),on peut se demander si le système ne marche pas sur la tête. cette situation découle d’un manque de volonté politique,d’incompétence,de cynisme politichien,d’un manque d’ambition et d’un aveuglement volontaire inquiétant.


                      • CHALOT CHALOT 2 avril 2013 15:35

                        Alex !
                        Je suis allé à la manifestation du 1er avril avec Cédric : 34 ans , RSA qui a un fils à la garde de son ex suite à une séparation. Il cherche désespérément du travail. Il sort d’un CDD de trois mois.
                        Quand il rajoute son RSA et son APL et qu’il retire son loyer et ses charges : il lui reste 270 €....
                        S’il ne retrouve pas du travail, il finira par prendre du retard de loyers d’autant plus qu’il essaye d’aider son ex.....


                        • viva 2 avril 2013 15:49

                          @Chalot


                          Savez vous que des personnes qui travaillent n’ont pas 270 euros par mois une fois leurs charges déduites ?

                        • CHALOT CHALOT 2 avril 2013 16:19

                          Oui je le sais VIVA , ce sont les travailleurs pauvres
                          La personne dont je parle doit en plus déduire l’EDF, le téléphone ....


                          • viva 2 avril 2013 16:40

                            Je partage votre point de vue d’une façon générale, pour moi il conviendrait d’élargir la notion de pauvreté. Prendre aux moins pauvres pour donner aux plus pauvres ne sera pas tenable longtemps.

                            Le dégoût s’ installe parmi ceux qui travaillent y compris chez ceux qui sont censé êtres plus aisé. Tout le monde voit se rapprocher le spectre de la pauvreté y compris les classes moyennes contraintes de bosser de plus en plus pour enrichir les plus riches et aider les plus pauvres.

                            C’est la division qui se profile à l’horizon qui est redoutable 

                          • lebreton 2 avril 2013 22:26

                            C’est vraiment le summun de l’imbécilité tout droit sorti de chez marine non ! !!!!!!!!!!!!!!!!!!! pt


                          • viva 2 avril 2013 22:51

                            J’ignore si les chiffres donnés sont exactes, mais quelques soient les idées de la personne sus mentionnée, il n’en sont pas moins pertinent.


                            Comment construire assez de logement avec 250 000 nouveaux arrivants chaque années, même si la tendance des français est de migrer il va être de plus en plus dur de loger tout le monde à des tarifs raisonnables. 

                            Ce que peu de gens ont réalisés c’est que de la main d’oeuvre low cost vient sérieusement concurrencer celle en place actuellement. Pour l’instant les secteurs les plus touchés sont le Btp et l’agriculture, ça commence à s’ étendre à l’hôtellerie restauration et aux services à la personne, ne nous y trompons pas le secteur des services sera plus largement concerné sous peu et à 600 euros par mois il va falloir des patrons sacrément compréhensif pour garder les français dans l’emploi.

                          • RBEYEUR 3 avril 2013 00:01

                            De @lebreton, le 22 avril à 22h26 :

                            « … C’est vraiment le summun de l’imbécilité tout droit sorti de chez marine non ! !!!!!!!!!!!!!!!!!!! pt »…. ».

                            C’est moins grave que quand cela sort du summum de la fosse à purin, c’est-à-dire de chez @lebreton


                            • Gnaffron 8 avril 2013 09:12

                              Est-ce que vous pourriez m’éclairer en ce point : qu’appelez-vous des endettés « passifs  » ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès