Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Loi Macron : l’auto-enfermement politique de Manuel Valls

Loi Macron : l’auto-enfermement politique de Manuel Valls

« Le Premier Ministre peut, après délibération du conseil des ministres, engager la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée Nationale sur le vote d’un projet de loi de finances ou de financement de la sécurité sociale. Dans ce cas, ce projet est considéré comme adopté, sauf si une motion de censure, déposée dans les vingt-quatre heures qui suivent, est votée dans les conditions prévues à l’alinéa précédent. Le Premier Ministre peut, en outre, recourir à cette procédure pour un autre projet ou une proposition de loi par session. » (Article 49 alinéa 3 de la Constitution du 4 octobre 1958 de la Ve République révisé le 23 juillet 2008).

yarti4932015021701

Le fameux esprit du 11 janvier vient de s’évaporer de lui-même à cause de la guerre de position que se livrent les apparatchiks du Parti socialiste dans la perspective du congrès qui aura lieu du 5 au 7 juin 2015 à Poitiers.

Ce mardi 17 février 2015 en début d’après-midi, le conseil des ministres s’est réuni exceptionnellement pour autoriser le Premier Ministre Manuel Valls à appliquer l’article 49 alinéa 3 de la Constitution, à savoir à engager la responsabilité de son gouvernement sur le projet de loi appelée "loi Macron" (à ne pas confondre avec la procédure du "vote bloqué" régie par l’article 44 alinéa 3 de la Constitution).

C’est un événement important car cela faisait presque dix ans que cette procédure n’a pas été utilisée. Elle résulte du décompte d’un nombre de députés socialistes "frondeurs" prêts à rejeter le projet de loi Macron et de la volonté de ne pas prendre le risque politique (majeur) d’un désaveu par une majorité parlementaire de circonstance. Elle montre avant tout l’impasse politique dans laquelle se trouve Manuel Valls.


Rien d’antidémocratique

L’article 49 alinéa 3 n’a rien d’antidémocratique puisqu’il est inscrit dans la Constitution qui fut approuvée par référendum (j’encourage les lecteurs à lire la présentation faite par Éolas de cette disposition, datant du 6 septembre 2006, donc, dans des circonstances différentes). Et pour cette circonstance précise, le débat parlementaire n’a pas du tout été court-circuité puisque la décision est arrivée à la fin de la discussion, juste avant le vote solennel qui aurait dû se dérouler le 17 février 2015.

Je rappelle très succinctement que la procédure veut que les débats parlementaires soient interrompus pendant vingt-quatre heures, que pendant ce délai, une motion de censure puisse être déposée par au moins 58 députés (10%), et que le vote de cette motion de censure ne puisse pas intervenir avant quarante-huit heures, afin de dépassionner les débats. Si la motion de censure est rejetée, le texte (ici la loi Macron) est considéré comme adopté. Si au contraire, la motion de censure est adoptée, alors non seulement le texte est rejeté mais le gouvernement est renversé et le Président de la République n’a alors d’autre choix que soit changer de gouvernement, soit dissoudre l’Assemblée Nationale.

Ce petit rappel montre que la motion de censure, déposée par l’UMP et l’UDI dans la soirée du 17 février 2015 et qui sera débattue le jeudi 19 février 2015 (le vote interviendra à 18 heures), a très peu de chance de rassembler une majorité absolue des députés (il faut au moins 289 voix, même s’il y a des absents), car d’une part, politiquement, il est très difficile à des députés de gauche de mêler leur voix à celle de leurs collègues de l’opposition (il semblerait que les députés du Front de gauche la voteraient quand même), et d’autre part, électoralement, ce serait suicidaire de retourner si tôt devant les électeurs. Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a d’ailleurs été très clair : un députés PS qui voterait la censure n’aurait « plus sa place au PS ».


Sarkozy, beaucoup plus respectueux des parlementaires que Hollande

Historiquement, jusqu’au 17 février 2015, la procédure de l’article 49 alinéa 3 a été utilisée 82 fois depuis le 4 octobre 1958, la gauche l’a utilisée plus souvent que la droite, une cinquantaine de fois contre une trentaine, avec un exercice du pouvoir nettement plus bref, 200 mois pour la gauche et 467 mois pour la droite, donc la gauche l’a utilisée près de 40 fois plus souvent que le centre droit, notamment pendant la période 1988-1993 sans majorité absolue pour les gouvernements de Michel Rocard, Édith Cresson et Pierre Bérégovoy.

D’ailleurs, il est assez intéressant de voir que la dernière fois qu’un gouvernement a utilisé cette procédure, c’était Dominique de Villepin le 9 février 2006 pour le CPE, et en septembre 2006, il a failli récidiver sur le projet de loi de fusion de GDF et Suez en raison des 137 449 amendements déposés par une opposition assez peu responsable à faire une telle obstruction parlementaire.

Ce qui rappelle que sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, l’article 49 alinéa 3 n’a jamais été utilisé, malgré les nombreux procès d’intention faits contre l’autoritarisme de ce dernier. Au contraire, dans la révision de la Constitution du 23 juillet 2008 (loi constitutionnelle n°2008-724 du 23 juillet 2008), Nicolas Sarkozy avait souhaité limiter cette utilisation aux seules lois de finances et à un seul autre texte par session alors qu’il n’y avait aucune limitation avant lui (Michel Rocard l’avait utilisé 28 fois en 37 mois de pouvoir !). Initialement, Nicolas Sarkozy était même favorable à la suppression pure et simple de cette procédure, mais c’est aussi l’un des moyens efficaces de gouverner face à une assemblée mouvante.


La loi Macron, la montagne qui accouche d’une souris

L’utilisation du 49 alinéa 3 est donc depuis 2008 un acte majeur dans la vie politique en raison de sa limitation. Manuel Valls l’a rappelé au journal de 20 heures sur TF1 le 17 février 2015 : il l’a appliqué car il a considéré la loi Macron comme un acte majeur de son gouvernement. Son prédécesseur Jean-Pierre Raffarin a réagi pourtant ainsi : « On a le sentiment qu’avec ce 49.3, le gouvernement va chercher un bulldozer pour faire des pâtés de sable ! ».

Et c’est vrai que c’est à peu près sur ce seul texte que le gouvernement se base pour redynamiser l’économie, ce qui est assez court en terme d’ambition nationale, car ce texte n’est qu’un recueil de petites réformettes qui auront très peu d’influence sur l’économie nationale et l’emploi, qui a l’avantage de ne pas coûter grand chose à l’État (c’est déjà ça) et qui déverrouille à peine les carcans qui sclérosent l’initiative économique. L’exemple le plus flagrant est le travail le dimanche alors que l’avancée réglementaire est particulièrement minime. C’est d’ailleurs à cause de ce sujet que les députés "frondeurs" ont refusé de voter cette loi.

yarti4932015021704

Une remarque aussi sur l’appellation du texte, la "loi Macron", qui, effectivement, a été présentée et défendue par le Ministre de l’Économie Emmanuel Macron, mais il faut quand même rappeler que ce texte a été préparé par son prédécesseur, qui n’était autre que l’un des chefs de fils de cette prétendue aile gauche, Arnaud Montebourg, alors qu’un autre "leader" "frondeur" était le numéro deux du gouvernement, Benoît Hamon. Cela en dit long sur la sincérité de ceux qui, élus grâce à la victoire de François Hollande, crachent dans la soupe aujourd’hui (pour sauver leur circonscription dans deux ans).


Où en est Manuel Valls ?

Depuis qu’il est à Matignon, Manuel Valls a montré son autorité sur son gouvernement, quitte même à démissionner pour limoger les indisciplinés. Cette autorité ne s’étend toutefois pas jusqu’à sa majorité parlementaire.

L’utilisation du 49 alinéa 3 est le constat un échec, celui de Manuel Valls à vouloir "réformer" un Parti socialiste qui n’est pas réformable, trop habitué à ses archaïsmes. Avant lui, Michel Rocard avait échoué dans ce même registre, et Jacques Delors n’avait même pas voulu essayer (notamment en 1995).

Ce qui est étonnant, c’est que la loi Macron aurait pu rassembler un large éventail de la représentation nationale, car même si beaucoup de députés de l’opposition considéraient que le texte n’allait pas assez loin, il avait au moins le mérite de faire avancer quand même un peu le Schmilblick et de faire mieux que le statu quo. Certains députés UDI et même UMP étaient prêts d’ailleurs à voter ce texte. La repolarisation du débat en réinstallant un clivage partisan par l’article 49 alinéa 3 empêchera de connaître la capacité de rassemblement de Manuel Valls en dehors de sa propre majorité. Pire, ces mêmes députés de l’opposition voteront probablement la motion de censure qui en est la conséquence.

Pourtant, trouver des mesures pragmatiques pour redynamiser l’économie, c’est une mission d’intérêt général qui aurait pu rassembler autant la majorité que l’opposition. Mais comme le refus d’intégrer François Bayrou dans sa majorité, François Hollande n’a aucune vision autrement qu’au sein du Parti socialiste, comme si ce parti représentait tout à ses yeux.

Aujourd’hui, le PS est paradoxalement le principal adversaire de ce gouvernement de bonne volonté économique qui n’ose pas aller jusqu’au bout de sa logique politique, à savoir faire une loi économique consensuelle et pérenne, comme l’Allemagne le fit en 2004 : que les députés de l’opposition soient consultés et surtout, écoutés, et pas seulement mis sur le fait accompli (avec ce choix : c’est ça ou rien), que cette loi fasse l’objet d’une véritable négociation nationale et qu’elle ne soit pas remise en cause lorsque la majorité changera. Bref, que les députés s’attaquent enfin aux vrais problèmes sans esprit de chapelle.



L’ancien Premier Ministre François Fillon l’avait proposé depuis plusieurs mois, prêt à prendre au mot la bonne volonté de Manuel Valls : « Désormais François Hollande est un Président de la République paralysé, sans majorité pour réformer, condamné à subir la dégradation de la situation économique et sociale. Depuis des mois, je tire le signal d’alarme en implorant le Président de la République d’écouter les propositions de l’opposition pour définir un agenda national afin d’engager sans délai les réformes économiques nécessaires. (...) Le gouvernement n’a pas saisi cette opportunité et a préféré s’obstiner dans une voie sans réelle ambition pour l’économie française par crainte de fracturer sa majorité. À l’arrivée, il n’évite pas la fracture et fait la démonstration de son impuissance. » (François Fillon le 17 février 2015). Mais malgré ces signes de "détente" politique, il n’y a jamais eu qu’une fin de non recevoir de la part des gouvernants qui ne sont que d’anciens apparatchiks socialistes.

L’intelligence de Manuel Valls aurait dû aller dans cette voie au lieu de se piéger lui-même en n’ouvrant rien sur sa droite et en refermant tout sur sa gauche : celle de chercher un véritable dialogue majorité/opposition pour montrer aux citoyens que les députés se préoccupent avant tout, avant leur carrière, avant leur intérêt partisan, de l’intérêt national, de l’intérêt des Français.


Pendant que les chiens aboient…

Avec ce nouvel épisode désolant de la vie politique, il n’est donc pas étonnant que des électeurs, désabusés, lassés, agacés par tant d’aveuglement, choisissent finalement un parti qui se dit hors système même s’il profite du système depuis plus de trente ans, grassement et sans beaucoup d’efficacité, quelle est l’œuvre en faveur des Français que la famille Le Pen a construite depuis trente ans ? quelle mesure, quelle proposition ?


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (18 février 2015)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
François Hollande.
Manuel Valls.
Emmanuel Macron.
Travail le dimanche.
Mathématiques militantes.
2017, tout est possible…

yarti4932015021703


Moyenne des avis sur cet article :  1.17/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 19 février 2015 09:47

    Déni de démocratie pour un texte induisant une modification du code du travail pour le travail le dimanche et pour les autres points de ce texte ultra libéral.


    Déni de démocratie d’un gouvernement qui n’a plus de majorité.

    Je suis étonné que vous n’évoquiez pas l’intervention du député François Hollande en 2006 face au 49.3 utilisé par la droite à l’époque.

    Philippe 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 février 2015 09:51

      Bonjour,
      Les discussions sur les procédures cachent l’essentiel aux yeux des Français, le véritable contenu de la Loi Macron, applications des directives de la Commission européenne, pour le plus grand bonheur du MEDEF.


      - 106 articles suivis de 19 ordonnances qui vont suivre.
      - Le travail du dimanche, avec la brèche du droit du travail à salaire égal dans les zones touristiques, ce qui sera après appliqué partout ensuite.
      - Le travail de nuit jusqu’à minuit, sympa pour le personnel qui se couchera à 2 heures du matin.
      - Les facilités de licenciements. Les licenciés à tort ne toucheront plus d’indemnités, et ne seront plus réintégrés. Quel progrès social époustouflant !
      - Inspection du travail, suppression du droit pénal
      - Insécurisation des élus du personnel
      - Fin de la médecine du travail
      - Casse des Prud’hommes
      - Fin des CHSCP

      Nous revenons au droit du travail du 19e siècle, sans aucune garantie que cela va créer des emplois, et même plutôt avec la garantie que cela va en supprimer.

      - On prévoit des cars pour les pauvres qui ne pourront plus se payer le TGV
      - Les notaires seront ouverts aux firmes juridiques anglo saxonnes. Ce sera plus cher et plus corrompu
      - Low cost tous azimuts comme les taxis, les Inspecteurs du permis de conduire etc

      Les dérégulations augmentent la précarité et le chômage, au lieu de les diminuer.

      - Fin du contrat de travail.
      - En corollaire, fin de la recherches du travail au noir, puisqu’il n’y aura plus à terme de contrat de travail et les cotisations qui vont avec. Donc baisse des rentrées fiscales.
      - Le but est de casser la journée et la semaine de travail
      - Si les gens travaillent deux fois plus, pas besoin de créer des emplois supplémentaires, d’où chômage accru.

      Sous couvert de « lutte contre le chômage », c’est donc un ensemble de mesures qui s’attaque aux salariés et à l’emploi, pour plus de précarité, d’insécurité et de misère.

      Explications de Gérard Filoche sur la loi Macron.


      Les européistes, devant le désastre de leur belle Europe de la prospérité, ne savent plus que faire, sinon s’en prendre aux salariés.
      Les directives de la Commission européennes faisaient-elles partie de programme du PS ?

      • elpepe elpepe 20 février 2015 03:38

        @Fifi Brind_acier
        Oui ces crétins de socialistes rêvent de créer une nouvelle classe d’esclaves
        Ma foi, faisons nos valises, on absolument plus rien a perdre, pas de retraite, la santé s’effondre, les droits du travail n’existent plus, il n’existe aucune bonne raison de travailler en France pour entretenir tous ces connards


      • fred.foyn Le p’tit Charles 19 février 2015 10:31

        Une preuve de plus avec ce 49-3 que ce gouvernement est incompétent et nuisible à la nation...à dégager vite fait...


        • zygzornifle zygzornifle 19 février 2015 10:56

          Voici une citation de Colbert et Mazarin qui n’a pas pris une seule ride !

          Colbert :

          « Pour trouver de l’argent, il arrive un moment ou tripoter ne suffit plus.

          J’aimerais que Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou… »

          Mazarin :

          « Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on va en prison.

          Mais l’État, lui, c’est différent.

          On ne peut pas jeter l’État en prison.

          Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça. »

           

          Colbert :

          Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent.

          Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ? »

          Mazarin :

          On en crée d’autres. »

          Colbert :

          « Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà. »

          Mazarin :

          « Oui, c’est vrai, c’est impossible ! »

          Colbert :

          « Alors, les riches ? »

          Mazarin :

          « Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus.

          Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres ! »

          Colbert :

          « Mais alors, comment fait-on ? »

          Mazarin :

          « Colbert, tu raisonnes comme un fromage (ou comme un pot de chambre sous le derrière d’un malade) !

          Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches…> Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres !

          C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus !

          Ceux-là… plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser ; c’est un réservoir inépuisable. »

          Extrait du « Diable Rouge »

          …et c’était il y a 4 siècles !


          • devphil30 devphil30 19 février 2015 11:25

            Excellent et cela relève le niveau de l’article 


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 février 2015 11:13

            Dessin sur le travail du Dimanche :
            « Mais où sont mes clients ? »
            « Ben, ils travaillent ! »


            • Gauche Normale Gauche Normale 19 février 2015 15:05

              @Fifi Brind_acier
              Un autre dessin ici. À ce qu’il paraît, l’insécurité augmente, et c’est pas les arabes qui sont derrière.


            • Auxi 19 février 2015 11:34

              Je propose l’euthanasie de Macron et Valls. Ce n’est pas humain de laisser ces gens pourrir sur pied dans la dégénérescence manifeste de ce qui leur tient lieu de cervelle. Pas vrai, Rako ?


              • Fergus Fergus 19 février 2015 11:44

                Bonjour, Auxi.

                Je crains que vous ne fassiez une erreur d’analyse. Je ne sais pas ce que deviendra Macron - à mon avis, il ira pantoufler dans le privé pour un très gros salaire -, mais Valls ne se sort pas trop mal de cet exercice à titre strictement personnel : entre le renfoncement de sa posture autoritaire et la perte des derniers crédits dont pouvait encore disposer Hollande, il se positionne comme un recours pour une future alliance du PS et du Centre si l’UMP ne parvient pas à se dégager de la mortifère influence du FN sur son électorat majoritaire. Valls joue 2017, n’en doutez pas !


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 février 2015 11:54

                @Auxi
                Vous êtes injuste... Je crois au contraire qu’il faut beaucoup d’intelligence et d’habileté pour durer depuis 1983, en faisant croire qu’on est de Gauche tout en faisant la politique de Reagan-Tchatcher, pour casser les salariés et les organisations syndicales. Ce n’est pas d’aujourd’hui que le PS raconte des salades de Gauche en faisant une politique de Droite.


                Il en a fallu des mensonges, pour déréguler la finance en douce, privatiser plus que la Droite, signer quasiment tous les traités européens depuis le Traité de Rome, signé par Guy Mollet...
                Et faire croire au peuple de Gauche qu’on allait fabriquer une Europe sociale.
                Faire avaler des couleuvres pendant 35 ans, demande bien des qualités, savez-vous ?

                C’est même pour ces qualités qu’ils sont choisis par le système et promus par les médias...
                Regardez Moscovici, c’est un prototype à déposer au pavillon de Baltard !

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 février 2015 12:04

                @Fergus
                Bonne idée qu’une Union nationale, c’est ce qu’a fait Merkel !
                Elle a acheté les sociaux-démocrates pour un plat de lentilles.
                Depuis, ils votent comme on leur dit.


                Le PS va acheter le Centre, le Modem et une partie de l’ UMP pour un plat de lentilles aussi.
                Ils sont contre la Loi Macron, pas pour protéger les biens publics et le droit du travail, mais parce qu’ils trouvent que Macron & Vals ne vont pas assez loin dans la destruction du modèle social français....
                « Marions- les, marions- les, je crois qu’ils se ressemblent... » chantait Gréco

              • Fergus Fergus 19 février 2015 13:06

                @ Fifi Brind_acier

                Bien sûr qu’ils ressemblent, et c’est pourquoi ce mariage n’aurait rien de surprenant.

                Bonne journée.


              • Auxi 19 février 2015 13:52

                Je les soupçonne d’avoir fini par croire eux-mêmes à leurs propres conneries, à force de les répéter en boucle… smiley


              • Fergus Fergus 19 février 2015 15:12

                @ Tonimarus.

                Barrer la route à Valls, et plus encore à Sarkozy dans l’optique de la finale annoncée face à Le Pen.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 février 2015 20:33

                @tonimarus45
                Quand je pense que j’ai voté pour eux jusqu’en 2005, j’en ai la nausée rétrospectivement....


              • Laulau Laulau 19 février 2015 16:31

                Et si je jouais les Valls en créant un néologisme pour le qualifier ?
                Qu’est-ce que vous diriez de socialo-franquiste  ?


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 19 février 2015 17:13

                  Cette loi qui n’apportera même pas des macaronis aux Français a quand même révélé le caractère de Valls, celui de Hollande et de l’équipe qui leur est fidèle. Vous avez vu Valls qui gronde les députés à l’assemblée ? Il n’accepte même pas la moindre remarque ! Je sais que les Français ne se libèreront jamais de cet « esprit du 11 janvier », les faux socialistes ne lâcheront jamais le pouvoir, ils sont capables de décréter un véritable état de siège avec un couvre-feu à partir de 18 heures !

                  N’étant pas sûr de regagner par les élections en 2017, Hollande et son Valls s’accrocheront par « tous les moyens », ils brandiront le « fléau du terrorisme » à chaque occasion et ainsi ils se fossiliseront au pouvoir de mandat en mandat jusqu’à ce que ... Vive le quatrième mandat !!!

                  Valls est encore plus ambitieux que ne l’était Sarkozy, lui ignore totalement l’histoire de la France et les Français ignorent totalement les desseins de Valls !


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 février 2015 20:39

                    @Mohammed MADJOUR
                    Si, si, les desseins de Vals sont de continuer à rendre responsables de tous les maux :
                     les droits des salariés , les services publics et les acquis sociaux.

                    Sans jamais expliquer pourquoi avec les mêmes législations on avait 10 fois moins de chômeurs il y a 40 ans ? La courbe a commencé à grimper avec l’entrée dans l’euro et les Traités de Maastritch, mais faut pas le répéter.


                  • ddacoudre ddacoudre 19 février 2015 19:58

                    bonjour sylvain
                    30 ans que le Ps nous dit que c’est la faute de l’UMP quand elle est aux affaires, 30 ans que l’UMP nous dit que c’est la faute au PS quand il était aux affaire. 30 ans qu’il prennent les citoyens pour des cons. et je trouves qu’ils ont encore de la chance d’avoir quelques adhérents. vivement que ces deux partis implosent cela éclaircira le débat politique. tous les deux ils sont morts, ils sont sous perfusion des communicants, car il y a encore des gens que l’on peut tromper. Le pire c’est l’ump, avec Sarkozy ce parti à perdu son âme social démocrate et tout ce qu’ils trouvent c’est de voter pour un président qui a des casserole dont l’on attende de savoir laquelle la justice trouvera pleine. j’avoue qu’après la gestion de Copé j’espérais un sursaut de ce parti qui part en décomposition, mais remettre à sa tête celui à qui il doit ses déboires il fallait le faire.
                    le ps va se prendre une déculotté comme jamais et pourtant j’ai connu celle de 93.
                    http://ddacoudre.over-blog.com/2015/02/il-faut-que-l-ump-et-le-ps-implose-le-25-aout-1976-raymond-barre-devient-premier-ministre-son-objectif-arreter-l-inflation-qu-il-dec.
                    cordialement.


                    • SamAgora95 SamAgora95 19 février 2015 20:00

                      Le déni de démocratie tient surtout au fait qu’Hollande n’applique pas le programme pour lequel il a été élu ! mise à part les mesures décoratives.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 février 2015 20:44

                        @SamAgora95
                        Vous pensez bien que le PS, pas plus que tous les autres Partis européistes, se gardent bien de publier les directives de la Commission européenne dans leurs programmes...


                        Ils font tous croire, non seulement qu’ils sont capables de mener une politique qui va redresser l’économie, mais aussi qui va transformer l’ Europe... , tant qu’à faire.

                        Quand je pense que ce Pinocchio de Sarkozy qui mentait comme il respire, accuse Hollande de mentir ! Les fous dirigent l’asile.

                      • izarn 20 février 2015 00:57

                        Votre erreur fondamentale c’est de croire, meme pendant 30 secondes que la loi Macron va changer quoi que ce soit....Changer, oui, en pire !
                        Il suffit de voire l’incroyable succés de ces recettes issues du FMI ultra facho libéral...
                        Allez demander leur avis aux grecs.
                        Mais aussi en Amerique du Sud. Mais la faites gaffe à votre santé. Vous risquez de ne pas revenir vivant...


                        • Alpaco 20 février 2015 01:18

                          L’auteur de cet article pourrait postuler au Monde ou au Figaro. Et dans le cadre de la liberté d’expression il en est un des meilleurs exemples.


                          • elpepe elpepe 20 février 2015 02:26

                            oui en effet s’il pouvait s’auto-enfermer ça serait la solution, de toute évidence il est fou, merde quand même


                            • eau-du-robinet eau-du-robinet 20 février 2015 07:57

                              Bonjour,
                              .
                              La loi Macron (Macron été employé par la banque Rothschild ou il à pu constituer un patrimoine personnel de plusieurs million d’Euros) est un maillon d’un projet qui porte pour nom « la mondialisation » donc la commission européenne s’emploie à faire avancer à grande vitesse en s’appuyant sur les traitées esclavagistes comme le TUE et le TFUE. Dans ses traites la casse sociale est inscrite noir sur blancs :
                              - les délocalisation c’est article 32 et l’article 63,
                              - le démantèlement des services publics c’est article 106,
                              - le rallongement du nombre d’années du travail pour avoir une retraite c’est l’article 5 et 121.
                              http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2010/11/UE-escroquerie-web.pdf
                              .
                              Si vous cherchez le volet social dans ce traite vous perdrez votre temps il est inexistant !
                              .
                              Alors celui qui n’a pas encore compris qu’il faut d’urgence sortir de l’Europe et de l’Euro je ne peut plus l’aider.
                              .
                              L’oligarchie impose l’idée que la “mondialisation”, en dépit de ses conséquences désastreuses, est inéluctable. Peu de gens sont ainsi en mesure de comprendre qu’en réalité, il ne s’agit ici que du résultat d’un choix, déterminé par la satisfaction des intérêts de quelques groupes dominants. Au sein de ces derniers, les sionistes représentent indéniablement le noyau dur, ayant de ce fait vocation à diriger l’ensemble.
                              .
                              Notre président François Hollande à eu un soutien financier important de la part des sionistes et son entourage ouvre pour le projet de la mondialisation.
                              http://www.panamza.com/280214-elnet-hollande


                              • elpepe elpepe 20 février 2015 12:20

                                @eau-du-robinet
                                Merci pour cette preuve, il était évident pour moi que Mr Hollande et Vals étaient achetés a la cause Israélienne, ces deux hommes sont de peu de foi et de tout manière facile a acheter,
                                Aussi beaucoup plus grave, ils ont déjà pas mal de sang sur les mains avec la cause Ukrainienne.
                                Pour moi, leur jugement relève de celui du Divin, rien que l’on puisse faire pour ces hommes sur terre, ils ne mériteront même pas la musique du Don Juan de Mozart et le dialogue avec le Commandeur, ils auront uniquement droit a du Annie Cordy comme oraison ...


                              • Jean 22 février 2015 20:21

                                « Sarkozy, beaucoup plus respectueux des parlementaires que Hollande » PTDR un malade ce type

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès