Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Loi Travail : NON à un abus de pouvoir

Loi Travail : NON à un abus de pouvoir

Huit organisations syndicales sont en lutte contre la Loi Travail. Objet de ce conflit : la philosophie d’un texte législatif qui constitue une inadmissible régression des droits des salariés. Face aux syndicats, l’exécutif « droit dans ses bottes » entend faire plier les opposants à ce projet sans légitimité sociale et parlementaire. Cette situation inadmissible constitue à l’évidence un DENI DE DEMOCRATIE  !

Voilà un projet de loi qui est rejeté par une majorité de syndicats, et notamment par la CGT, en pointe dans le combat des travailleurs en grève contre la nouvelle agression commise par le couple Hollande-Valls à l’encontre des droits des salariés. Un exécutif plus que jamais en rupture avec les valeurs de gauche, et déterminé – sous le regard cynique de Gattaz et ses amis du Medef – à saper toujours plus les droits des ouvriers et des employés de notre pays dans la logique néolibérale venue des pays anglo-saxons. Certes, l’on n’est pas encore menacé en France de « contrats zéro heure » et autres monstruosités sociales qui prévalent chez certains de nos voisins. Mais il ne faut pas s’y tromper : l’article 2 (l’inversion de la hiérarchie des normes) et, dans une moindre mesure, l’article 3 (les licenciements économiques) contenus dans le projet de loi officiellement porté par la potiche Myriam El Khomri sont des chevaux de Troie destinés, à terme, à détricoter le Code du Travail dans le sens voulu par le patronat.

Voilà un projet de loi qui est en outre rejeté en l’état par une écrasante majorité de nos concitoyens comme le confirme le sondage Ifop-JDD du 28 mai. Seuls 13 % de nos compatriotes – une dérisoire minorité ! – souhaitent le voir adopté dans la version votée en 1ère lecture par les députés. A contrario, 46 % des Français souhaitent le retrait définitif de ce texte, tandis que 40 % estiment qu’il doit être amendé. Soit au total 86 % de personnes qui désavouent de facto l’exécutif dans sa démarche d’adoption aux forceps d’un projet de loi inacceptable en l’état pour une très large majorité des salariés de notre pays, à juste titre inquiets des dérives autoritaires d’un exécutif autiste. 

Voilà enfin un projet de loi sans soutien parlementaire suffisant. Un projet de loi implicitement rejeté par une majorité de parlementaires. À tel point que le texte ne doit sa survie actuelle qu’à la seule volonté du couple exécutif, réduit pour parvenir à ses fins à l’usage de l’article 49.3. En l’occurrence, un artifice de procédure dont le maintien dans la constitution et le recours pour des lois de nature sociale ou économique sont un pur scandale doublé d’un incontestable DENI DE DEMOCRATIE.

La formule n’est en effet pas trop forte, dès lors que l’on assiste à un inadmissible détournement des institutions de notre pays qui, sous couvert de prétendues avancées socio-économiques, vise avant tout à servir : d’une part, les intérêts du patronat ; d’autre part, les convenances personnelles d’un duo exécutif massivement désavoué par les électeurs français.

Quand un chef d’État et un chef de gouvernement ne disposent ni d’une assise parlementaire pour voter les lois, ni du soutien de la population, ni de celui de la majorité des syndicats, l’exécutif devrait en tirer les conclusions qui s’imposent : abandonner le projet de loi ou, a minima, le remettre en débat ultérieurement dans des conditions sérieuses de négociation, ce qui n’a pas été le cas avec la Loi Travail. En agissant contre les Français et les organisations syndicales sans légitimité parlementaire validée par un vote de la loi, Hollande et Valls ne font pas seulement preuve d’un DENI DE DEMOCRATIE, mais également d’un inacceptable et scandaleux ABUS DE POUVOIR.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

177 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 31 mai 11:34

    peut être que ce sont les pilotes de ligne d’Air France qui vont gagner !!


    • Fergus Fergus 31 mai 11:43

      Bonjour, bernard29

      Qui peut savoir quels seront les gagnants et les perdants de ce bras de fer ?

      Une chose est sûre : ni Hollande ni Valls n’étaient mandatés pour une contre-réforme de ce type. Et le fait que, quasiment seule avec la CFE-CGC, la CFDT soit le pilier du soutien à ce projet, n’est pas fait pour rassurer les salariés, hormis ceux qui n’ont pas encore compris que ce syndicat est, malgré quelques faux-semblants de temps à autre, un supplétif du patronat.


    • bernard29 bernard29 31 mai 12:03

      @Fergus
      bonjour, je crains que les seuls gagnants de ce jeu de rôles, seront les malins qui auront su profiter de l’aubaine.

      Personnellement je n’ai mandaté Hollande que pour une seule chose, mettre Sarko dehors. je n’avais aucune confiance dans Hollande pour autre chose. Son passé comme premier secrétaire du PS me suffisait pour savoir qu’il n’y aurait rien de bon.

      Pour le reste, c’est un peu plus compliqué que ta présentation ; http://www.lepoint.fr/societe/loi-travail-pourquoi-la-polemique-sur-l-article-2-est-artificielle-30-05-2016-2043084_23.php  : bien sûr c’est Le Point, mais enfin c’est pas inintéressant !.


    • tonimarus45 31 mai 18:47

      @Fergus— vous savez que je ne me gene pas pour vous dire quand je ne suis pas d’accord avec ce que vous postez,mais là bravo

      Là ou nous divergeons c’est quand au tout, tout debut alors que l’on ne parlait pas encore de 49/3
      J’avais dit ceci«  » les soit disants socialos qui nous gouvernent feront tout pour appliquer cette loi ,y compris l’utilisation du 49/3 car plusieurs mesures les plus importantes sont la transposition de directives europeennes«  »« 
      Quand a la »cfdt« , elle est devenu clairement une filiale du »medef« 
      Elle vient a nouveau de trahir les cheminots en retirant son preavis de »greve".mais ,sans complexe elle va dire que c’est grace a ce preavis qu’elle aussitot retire qu’elle a obtenu ,ceci ou cela



    • Fergus Fergus 31 mai 19:06

      Bonsoir, tonimarus45

      En fait, aucune divergence sur le 49.3 : eu égard au nombre des députés du PS et aux divisions qui les déchirent, la perspective d’utiliser cet article était plus qu’une possibilité, mais une forte probabilité.

      Divergence en revanche sur l’UE : le projet de loi Travail ne résulte pas, à ma connaissance, de directives européennes, mais de préconisations non obligatoires, en partie intégrées dans les GOPE. Hollande pouvait donc parfaitement s’abstenir de mettre sur pied ce projet de loi sans courir le risque de se faire taper sur les doigts. Son penchant pour le néolibéralisme a suffi à le mettre en conformité avec les vœux de la Commission.

      Pour ce qui est de la CFDT, je n’ai plus d’illusions sur ce syndicat depuis l’époque Notat et l’adhésion quasiment sans réserves de celle-ci au plan Juppé de 1995.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 mai 19:53

      @Fergus
      Tout un billet pour finir par dédouaner l’ Union européenne, dont vous vous gardez bien de citer le moindre article de fonctionnement... Quand on reste dans l’ Union européenne, on est obligé d’en appliquer les Traités. L’article 121 organise les politiques économiques de chaque Etat, et les divers gouvernements sont sous contrôle permanent.


      Voici le texte intégral de l’article 121 du TFUE, Article 121 (ex-article 99 TCE)

      1. Les États membres considèrent leurs politiques économiques comme une question d’intérêt commun et les coordonnent au sein du Conseil, conformément à l’article 120.

      2. Le Conseil, sur recommandation de la Commission, élabore un projet pour les grandes orientations des politiques économiques des États membres et de l’Union et en fait rapport au Conseil européen. Le Conseil européen, sur la base du rapport du Conseil, débat d’une conclusion sur les grandes orientations des politiques économiques des États membres et de l’Union. Sur la base de cette conclusion, le Conseil adopte une recommandation fixant ces grandes orientations. Le Conseil informe le Parlement de sa recommandation.


      3. Afin d’assurer une coordination plus étroite des politiques économiques et une convergence soutenue des performances économiques des États membres, le Conseil, sur la base de rapports présentés par la Commission, surveille l’évolution économique dans chacun des États membres et dans l’Union, ainsi que la conformité des politiques économiques avec les grandes orientations visées au paragraphe 2, et procède régulièrement à une évaluation d’ensemble.


      Pour les besoins de cette surveillance multilatérale, les États membres transmettent à la Commission des informations sur les mesures importantes qu’ils ont prises dans le domaine de leur politique économique et toute autre information qu’ils jugent nécessaire.


      4. Lorsqu’il est constaté, dans le cadre de la procédure visée au paragraphe 3, que les politiques économiques d’un État membre ne sont pas conformes aux grandes orientations visées au paragraphe 2 ou qu’elles risquent de compromettre le bon fonctionnement de l’Union économique et monétaire, la Commission peut adresser un avertissement à l’État membre concerné. Le Conseil, sur recommandation de la Commission, peut adresser les recommandations nécessaires à l’État membre concerné. Le Conseil, sur proposition de la Commission, peut décider de rendre publiques ses recommandations.

      Dans le cadre du présent paragraphe, le Conseil statue sans tenir compte du vote du membre du Conseil représentant l’État membre concerné. La majorité qualifiée des autres membres du Conseil se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point a).


      5. Le président du Conseil et la Commission font rapport au Parlement européen sur les résultats de la surveillance multilatérale. Le président du Conseil peut être invité à se présenter devant la commission compétente du Parlement européen si le Conseil a rendu publiques ses recommandations.

      6. Le Parlement européen et le Conseil, statuant par voie de règlements conformément à la procédure législative ordinaire, peuvent arrêter les modalités de la procédure de surveillance multilatérale visée aux paragraphes 3 et 4.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 mai 19:58

      @Fifi Brind_acier
      Quelles sont les attributions de la Commission européenne ?
      Elle détient tous les pouvoirs : législatifs, contrôles et sanctions.

      Ses compétences sont de trois ordres :

      • Pouvoir d’initiative législative : la plupart des actes législatifs du Conseil (Conseil des ministres) exigent au préalable une proposition émanant de la Commission.

      •  Le Conseil ne peut amender une proposition qu’en statuant à l’unanimité, la Commission peut modifier sa proposition tant que le Conseil n’a pas statué.

      •  Toute proposition de la Commission doit se justifier au regard du principe de subsidiarité. Concernant la PESC, la Commission peut soutenir le haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité lorsqu’il soumet une initiative au Conseil (art. 30 TUE).

      • Gardienne des traités : la Commission veille au respect et à l’application du droit européen et du droit dérivé (règlements, directives, décisions) sous le contrôle de la CJUE.

      • Elle s’informe, prévient et sanctionne les États membres en cas de non-respect des traités européens.

      • Elle peut saisir la Cour de justice de l’Union européenne si l’État ne suit pas l’avis qu’elle lui a préalablement envoyé.

      • Pouvoir d’exécution : la Commission est, par délégation du Conseil, l’organe d’exécution des politiques et des actes adoptés par le Conseil.

      • Elle exécute le budget, gère les politiques communes et les Fonds européens. Le Conseil contrôle son activité au moyen de différents comités, plus de 200 (procédure de comitologie).

    • Fergus Fergus 31 mai 20:33

      Bonsoir, Fifi Brind_acier

      Merci d’avoir transcrit ce texte. Comme je l’ai indiqué ci-dessus et comme cela ressort de ces lignes, les GOPE ne sont que des recommandations, certes pressantes, mais qui ne peuvent être imposées aux états. Si donc ils décident, par l’intermédiaire de leurs dirigeants, de se plier à ces GOPE, cela relève d’une acceptation volontaire.


    • Sozenz 31 mai 20:58

      @Fergus
      vous avez un brigand qui vous met le couteau sous la gorge et vous dit d une façon tout à fait aimable : je vous preconise comme meilleure solution de me donner votre porte feuille ... vous avez le choix de ne pas le donner , hein ^^


    • Ar zen Ar zen 31 mai 21:05

      @Fergus

      C’est exact Fergus, les recommandations n’ont aucun caractère obligatoire, vous avez visez juste.

      Toutefois, et oui, les choses ne sont jamais simples dans l’UE, et dire qu’une recommandation n’a pas de caractère obligatoire est une vue de l’esprit. Parce que, figurez vous, votre propos n’est pas complet. Les Etats nations auxquels sont adressées, nominativement, ces GOPE, peuvent très bien ne pas les mettre en oeuvre. Mais la sanction tombe comme un couperet ! Une amende de 0,2 % du PIB est prévue pour les pays qui ne se conformeraient pas aux recommandations. 0,2% me direz vous, ce n’est pas grand chose. Pour la France, dont le PIB est de 2000 milliards d’euros, cela fait la bagatelle de 4 milliards, une paille en quelque sorte, en ces temps de disette. Amende reconductible chaque année jusqu’à application de la recommandation, évidemment ! J’ai entendu Moscovici dire la même chose que vous à la radio sur le caractère non obligatoire. Je pense que c’est la version que les « merdias » ont relayée oubliant, sciemment, de parler de la pénalité de 0,2% du PIB. C’est quand même ballot. Et les journalopes laissent dire un commissaire européen sans lui rétorquer que l’amende à la clé est très fortement dissuasive. Qu’en pensez vous ? L’est-elle ?

      Alors voyez vous Fergus, avec ce genre de recommandation n’ayant aucun caractère d’obligation, écrit en gras de votre plume, les pénalités à la clé sont tellement importantes que les pays à la botte de la commission européenne, n’ont strictement aucune envie de désobéir. D’ailleurs les gouvernements sont nommés pour effectuer ce travail. Et ils le font avec beaucoup de plaisir et d’application.

      Comment se fait-il que vous connaissiez ce « caractère non obligatoire » et que vous n’aviez pas connaissance de la pénalité en cas de non respect ?

      En conclusion Fergus, l’enfant n’est pas obligé de manger sa soupe, mais il est privé de dessert. Génial non ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 mai 21:59

      @Fergus
      Si c’était juste des conseils, on se demande pourquoi Tsipras les suit, en ruinant les Grecs ??


    • Fergus Fergus 31 mai 22:40

      Bonsoir, Sozenz

      A ce détail près que le brigand a été mis en place par celui qu’il menace : l’UE, c’est la Commission, mise en place par le Conseil européen, autrement dit par les chefs d’état et de gouvernement qui définissent la ligne de route de la Commission. Bref, en caricaturant à peine, c’est Hollande qui dit à Juncker ce que Juncker tente ensuite d’imposer à Hollande !


    • Fergus Fergus 31 mai 22:52

      @ Fifi Brind_acier

      Les sanctions européennes visent - et vous le savez parfaitement - les pays qui ne transcrivent pas les directives et ceux qui ne respectent pas les critères en matière de déficit. Eu égard à l’état des finances de la Grèce, c’est à ce titre qu’elle est sous tutelle européenne.


    • Ar zen Ar zen 1er juin 06:54

      @Fergus

      Quelle confusion Fergus. Lorsqu’une directive n’est pas appliquée, c’est la commission européenne qui saisit la cour de justice de l’UE. Le pays « récalcitrant » est donc condamné par le CJUE au paiement d’astreintes (amendes) pour jour de retard dans l’application. C’est, en somme, une décision de justice. La condamnation peut être « variable » et n’est jamais définie par avance.

      En ce qui concerne les « recommandations » c’est tout autre chose. La sanction est prévue dans les traités européens. Ce n’est pas la CJUE qui fixe la pénalité de 0,2% du PIB. C’est déjà prévu. Le pays « récalcitrant » que rien n’oblige effectivement à appliquer les recommandations non contraignantes, sait qu’il devra verser une amende de 2% de son PIB. Les recommandations n’ont pas de caractère contraignant mais la sanction pour non respect est totalement dissuasive.

      Avez vous compris la différence entre non application d’une directive et d’une recommandation ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er juin 07:11

      @Fergus
      L’UE est tellement démocratique, qu’il y a un bureau à Bruxelles spécialement chargé de surveiller le Gouvernement français et ses réformes.
      En clair, « Vous appliquez les réformes, ou vous payez 4 milliards d’euros. »


      A part cela, Hollande est libre d’accepter ou pas, pas vrai ... ??
      Vous protégez un système totalitaire, où les menaces remplacent la libre décision des gouvernements, y compris contre l’avis des citoyens.

      Un gouvernement dirigé depuis l’étranger, cela s’appelle de la Haute trahison :
      La Haute trahison, (supprimé de la Constitution par Sarkozy), c’est l’entente avec des puissances étatiques étrangères ou des puissances privées, pour mener une politique manifestement contraire à l’intérêt général du peuple français.


    • Fergus Fergus 1er juin 09:00

      Bonjour, Ar zen

      Citez moi les cas de pays qui ont été frappés par le non-respect d’une « recommandation ».

      Qui plus est, les textes sont suffisamment clairs pour qu’un pays exposé à une amende à ce titre puisse en contester la légitimité et s’abstenir de verser le moindre fifrelin.

      En admettant même qu’il y ait un caractère obligatoire avéré, que se passerait-il pour les pays qui persisteraient à refuser de payer ? Rien ! Et pour une évidente raison : 1) l’UE n’a pas de pouvoir de prélèvement contraignant sur les finances des pays membres ; 2) l’UE se tirerait une balle dans le pied en poussant ses membres vers la sortie pour un tel motif.

      C’est pourquoi, s’il n’était pas complice, Hollande (et avant lui Sarkozy) aurait parfaitement pu refuser de reprendre à son compte les « recommandations ». Le problème est qu’il est lui-même partie prenante dans l’élaboration de ces textes via la Commission à laquelle le Conseil a donné feu vert.


    • tonimarus45 1er juin 09:40

      @Fergus bonjour- ’’sosenz«  », vous a repondu ,for ironiquement c’est vrai, mais il a raison.ces «  »recommandations«  » n’en doutez pas sont assorties de chantages et de menaces,dont bien sur vous ne saurez rien,Regardez ce qu’il s’est passe pour la grece, etes vous naif a ce point ??

      Je reposte la reponse de sorenz qui resume bien cela

      «  »«  »@Fergus
      vous avez un brigand qui vous met le couteau sous la gorge et vous dit d une façon tout à fait aimable : je vous preconise comme meilleure solution de me donner votre porte feuille ... vous avez le choix de ne pas le donner , hein ^^«  »«  »
      "

    • Ar zen Ar zen 1er juin 11:26

      @Fergus

      Soyez un peu sérieux Fergus et faites marcher vos méninges. Tous les pays appliquent, le doigt sur la couture du pantalon, les GOPE. Alors les sanctions ne tombent pas. Ce qui est certain c’est que les mesures préconisées par la commission européenne ne peuvent pas être prises, pour un pays donné, en 6 mois où une année. Il faut compter plusieurs années pour arriver au résultat final. Nous sommes dans ce processus. Il vous suffit d’ailleurs de lire les GOPE 2014-2015, 2015-2016 et 2016-2017 pour la France pour vous rendre compte, instantanément, que la France met en oeuvre, progressivement, les recommandations de la commission.

      Alors, si un pays désobéissait. La réponse est dans notre constitution dont voici un copié-collé :

      "ARTICLE 5.

      Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État.

      Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités".

      Votre commentaire, sur le non respect de la France à ses obligations concernant les GOPE, peut se décliner à l’infini pour tous les accords bi-latéraux, multi-latéraux, pour lesquels la France est engagée. Je vais vous rafraîchir la mémoire. Que s’est-il passé avec l’affaire des navires non livrés à la Russie à la suite des sanctions imposées par l’UE à ce pays ? Vous avez suivi l’affaire n’est-ce pas ? Et bien est-ce que la France a refusé d’assumer ses engagements ? Voilà, vous avez votre réponse Fergus.

      Non, Hollande n’est pas du tout complice de la rédaction des GOPE. Vous avez une idée totalement déformée du fonctionnement de l’UE. À votre corps défendant, j’en suis certain. Vous êtes victime, d’une part, d’une désinformation rampante et, d’autre part, d’une propagande éhontée. Considérez en effet que le conseil européen, l’ensemble des 28 chefs d’Etats et de gouvernement, se réunissent 2 fois par an, sauf cas d’urgence, comme lors des forts flux de migration. Et bien, je vous laisse faire le calcul. Si la réunion du conseil européen dure 2 heures, pendant combien de temps chaque membre à la parole ? Réponse : 120mm : 28 = 4mn28s ! Le temps de prendre des nouvelles du petit dernier et on se quitte bon ami ! Pensez vous que Hollande et les autres ont le don d’ubiquité ? Ces GOPE sont préparées par des « techniciens » (très bons au demeurant) opérant sur ordre de la commission.

      Méfiez vous de l’effet « Dunning Kruger » Fergus. Prenez bien vos renseignements pour faire votre idée par vous même. Je me rends compte que vous ne maîtrisez pas le sujet, non par faiblesse intellectuelle bien sûr mais par manque d’information et de volonté de connaître véritablement le fonctionnement de l’UE. Mettez vous au boulot Fergus.

      Devezh mat.

      http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/csr2014/csr2014_france_fr.pdf

      http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/csr2015/csr2015_council_france_fr.pdf

      http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/csr2016/csr2016_france_fr.pdf


    • Sozenz 1er juin 13:34

      @Fergus
      bon fergus arrêtez de vous mentir et de tenter de justifier un fonctionnement briguant mis en place de façon volontaire .de la part des etats de l UE des politiciens etc
      c est tourner et tourner et tourner en rond pendant des années et des années et des années pendant ce temps là le constat c est que : des gens crèvent, des gens crèvent de soumission ,de combats les uns contre les autres, des guerres, de la famine , de mal être , de produits toxiques ect ... ils crèvent de tout ce qu ils haïssent mais qu il cautionnent volontairement , consciemment ou inconsciemment, par jeu ou par ignorance , bêtise ou orgueil., avidité ou par crainte . mettez tous les mots et les maux de l humain que vous voulez.. cherchez aussi en vous toutes les faiblesses et tous les contradictions qui vous animent . et vous verrez d ’où vient le(s) problème(s).
       .


    • Fergus Fergus 1er juin 13:50

      Bonjour, Sozenz

      « arrêtez de vous mentir »

      Je vous renvoie cette interpellation : si l’Union Européenne disparait, quelle politique sera conduite dans les états revenus à leur totale indépendance d’antan ? Exactement la même, basée sur la doxa néolibérale qui prévaut et qui touche tout autant des Sarkozy ou Hollande que des Merkel ou Cameron. Avec en prime la résurgence de tensions intracontinentale sur le plan économique et nationaliste, sans compter un affaiblissement vis-à-vis des grands blocs politiques existants ou émergents.

      L’UE dans sa forme actuelle ne vous convient pas. Moi non plus. C’est pourquoi il faut la changer, et cela passe par le renouvellement des caciques politiques qui nous gouvernent, à commencer par notre propre pays.


    • petit gibus 31 mai 12:02
      Fallait bien que Hollande le faux cul
      laisse une trace tangible dans la grande histoire
      de son passage à l’Elysée smiley





      • Fergus Fergus 31 mai 12:44

        Bonjour, petit gibus

        « une trace tangible dans la grande histoire »

        Je préciserais même : ’« une trace tangible dans l’offensive du néolibéralisme ».


      • rajex rajex 31 mai 13:47

        @petit gibus

        « Fallait bien que Hollande le faux cul
        laisse une trace tangible dans la grande histoire »

        Un faux cul mais de vraies traces de merde...

      • @rajex

        la seule trace que laissera CULBUTO SERA SUR SON STRING BLANC !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


      • Habana Habana 1er juin 13:27

        @petit gibus
        Et quand je pense que le PS a encore 13% d’intention de vote aux prochaines élections !!!

        Putain y’a des lessivés du bulbe !!

      • Fergus Fergus 1er juin 13:40

        Bonjour, Habana

        Rien d’étonnant, c’est le pourcentage de ceux qui, dans ce parti et comme nombre de leurs homologues à LR et l’UDI, se situent du côté du manche. Autrement dit du côté des puissances industrielles et financières, du côté des rentiers aisés et des actionnaires, ou bien encore du côté de la haute fonction publique. Bref, du côté de ceux qui ont intérêt à ce que perdure le système d’alternance PS-LR.


      • tashrin 31 mai 12:02

        gloablement d’accord
        Le plan de sortie de crise evoqué dans les medias est plutot finaud...
        Le gouvernement veut apparemment proposer un deal à la cgt  : ils lachent du lest sur la loi travail, et en echange le gouvernement lache du lest sur d’autres conflits en cours (intermittents, cheminots)
         => soit la cgt accepte et c’est une trahison sans nom vis à vis de la population
         => soit la cgt refuse et se met en porte-à-faux vis-à vis de ses adherents dont pas mal sont concernés par les autres conflits en cours de nego
        Vicieux


        • Fergus Fergus 31 mai 12:50

          Bonjour, tashrin

          « Vicieux » est le bon mot. Mais Hollande devrait se méfier : pratiquement toutes ses initiatives, tant stratégiques que tactiques, ont été foireuses et se sont retournées contre lui.

          En conséquence, ses (vrais) amis devraient lui conseiller la prudence. Car il ne faut pas qu’il se fasse d’illusions : s’il parvient à mettre la CGT (et ses alliés) en échec, il n’aura pas gagné pour autant : le bilan sera perdant-perdant !


        • tonimarus45 31 mai 18:54

          @tashrin--- -La cgt doit prendre en compte le fait que « fo » est en train de negocier, derriere son dos,avec le gouvernement.ET que donc elle risque d’etre isole si elle continue la lutte seule

          A partir de là il est bien clair que les soit disants socialos qui nous gouvernent aides par le « medef », la « cfdt » et meme peut etre « fo », vont tout faire pour l’humilier et mettre a bas le plus important syndicat qui defend l’ouvrier

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er juin 07:14

          @tonimarus45
          La CGT et FO ne demandent plus le retrait de la loi travail.
          Ils vont négocier des avantages qu’ils présenteront chacun comme une grande victoire.


        • tonimarus45 1er juin 09:12

          @Fifi Brind_acier—ils feront ce qu’ils pourront, avec les moyens dont ils disposent.Ils savent tres bien que les ouvriers n’ont pas les moyens de faire des mouvents de greve de plus d’une semaine et cela pour des raisons que vous devriez conaitre.Mais bon le syndicat(CFDT), dont curieusement vous ne parlez jamais ,qui n’a lance aucune contestation au sujet de cette loi,prendras le relais et lancera une greve generale ??????

          Ceci dit ,j’aimerais que votre champion nous dise CLAIREMENT ce qu’il pense de cette loi (et priere de ne pas taper en touche avec le coseil national de la resistance, je dis et repete CLAIREMENT)
          Ce qu’il y a c’est qu’a travers vous travers je connais son aversion pour la « cgt » qui est le seul syndicat d’importance qui est au cote des ouvriers(citez m’en un autre)
          C’est grace aux luttes impulsees par ce syndicat(au prix meme de la vie de certains) que nous avons les avances sociales que nous avons et dont vous aussi beneficiez 

        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 31 mai 12:18

          Excellente synthèse de la situation.

          Comme pour tous les actes de résistance, c’est l’avant-garde qui s’y colle.
          Après, tout le monde s’attribuera la victoire,
          mais les salariés ne seront pas dupes, et les élections de 207 risquent d’être surprenantes.

          • petit gibus 31 mai 12:53
            @Jeussey de Sourcesûre

            « 
            les élections de 207 risquent d’être surprenantes. »

            Avant ce faux cul, nous avons eu un pantin désarticulé
            qui s’essaye encore à faire son numéro !
            Dans ce pays ou les corporatismes, les lobbys de toutes sortes
            sont majoritaires
            dans ce pays ou les intérêts particuliers étouffent tout interêt collectif
            Je doute que l’avenir proche nous réserve une surprise smiley

          • Fergus Fergus 31 mai 12:53

            Bonjour, Jeussey de Sourcesûre

            « les élections de 207 risquent d’être surprenantes. » En effet, car il est évident que ce conflit social laissera des traces et influera sur le comportement des électeurs.

            Cela dit, Hollande n’a quasiment aucun chance de tirer profit de la situation : même s’il réussit à faire plier la CGT, lui-même sortira plus cramé que jamais de ce bras de fer.


          • petit gibus 31 mai 13:15
            @Fergus

            « ce conflit social laissera des traces et influera sur le comportement des électeurs. »

            Pour étayer mon pessimisme, je ne prendrais que cet exemple récent :
            la queue des SUV rutilants devant les stations de carburant,
            la queue de tous ces petits vieux à remplir plusieurs jerricanes
            au cas ou............ !

          • Jason Jason 31 mai 13:24

            @Jeussey de Sourcesûre

            « Victory has a thousand fathers, but defeat is an orphan ». La victoire a mille pères, mais la défaite est orpheline.


          • BOBW BOBW 31 mai 21:41

            @petit gibus : je suis un « petit vieux » et je n’ai pas trouvé une pompe ouverte pour acquerrir 2 bidons de 5 l :un pour ma motobineuse de mon petit jardin et un autre pour mon petit scooter et je suis obligé de rouler à vélo malgré mes 81 ans !... mais mon comportement électoral se manifestera durement  contre tous les politicards véreux et anti sociaux !...


          • petit gibus 1er juin 14:14
            Sais-tu qu’à 81 balais les rhumatos préconisent plus le vélo
            que la pratique du scooter c’est bien meilleur pour
            la bonne santé de nos hanches smiley
            surtout que pour les plus feignants d’entre nous,
            chez déca y a des vélos électriques pour pas cher du tout smiley
            Quant à ta motobineuse t’as combien d’hectares de jardin ?
            Ne ferais tu pas du bio pour vendre au noir chez tous tes voisins ?

          • Sozenz 3 juin 01:29

            @Fergus
            Cela dit, Hollande n’a quasiment aucun chance de tirer profit de la situation :

            il a déjà tiré profit de la situation . il va être payé jusqu ’ à la fin de sa vie + tous les avantages à coté .. ;
            il a accepté de se salir les mains ( car il savait exactement où il allait mettre les pieds en restant dans la zone Euro.)
            Après les gens se sont encore une fois laissés manipuler
            . il y a un moment où on peut ne pas, ne pas savoir , ne pas comprendre ( que ceux qui vont aller voter le fasse avec les yeux grands ouverts) mais je pense que pour 2017 ce sera assez clair pour tous du comment ça fonctionne. je l espéré en tout cas Car nous n allons pas avoir beaucoup de chances dans le temps pour pouvoir éviter le pire sans trop de casse ...


          • Fergus Fergus 3 juin 09:11

            Bonjour, Sozenz

            « il va être payé jusqu ’ à la fin de sa vie + tous les avantages à coté »

            Certes ! Mais ce n’est sans doute pas ce qui a motivé Hollande dans sa quête élyséenne. Comme de nombreux autres caciques politiques, c’est le pouvoir et la jouissance qu’il procure qui sont à la base de leur ambition. Nombre de ces responsables politiques gagneraient d’ailleurs beaucoup plus de fric en allant pantoufler dans le privé.

            Cela dit, les avantages dont bénéficient les anciens chefs d’état sont exorbitants, je suis d’accord avec vous.

            « il a accepté de se salir les mains » 

            Hollande ne voit probablement pas les choses ainsi, il applique une politique conforme à ce qu’il est foncièrement : un libéral au profil UDI.

            « je pense que pour 2017 ce sera assez clair pour tous du comment ça fonctionne »

            Je ne crois pas qu’il faille se faire d’illusions pour 2017 : malgré une poussée alternative aux partis de gouvernements qui accaparent le pouvoir depuis tant d’années, la majorité qui sortira des urnes présidentielle et législative ressemblera sans doute beaucoup aux précédentes. Hélas !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès