Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Louis ALIOT confirme que le Front National ne propose qu’une « Autre (...)

Louis ALIOT confirme que le Front National ne propose qu’une « Autre Europe » et qu’il élude la sortie de l’euro et de l’OTAN

Le vice-président du Front National, Louis Aliot, vient de publier - le 31 octobre 2013 - une "tribune" sur "Nations presse info" - l'un des sites Internet satellites du Front National -, pour répondre à une tribune hostile au Front National, publiée dans le journal Le Monde par M. Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).

Rappelons que, dans l'entreprise familiale financée par les contribuables qu'est en réalité le Front National, M. Aliot est le compagnon de Mme Le Pen, donc le gendre présomptif du fondateur du parti.

Cette qualité n'est sans doute pas pour rien dans le fait que Mme Le Pen ait décidé d'en faire son salarié au Parlement européen au titre des frais de collaborateurs des députés, et cela bien qu'il soit théoriquement interdit par la réglementation du parlement d'en faire bénéficier son conjoint.

Dans ce système clanique politico-familial, M. Aliot occupe une position doublement stratégique, à la fois dans l'organigramme du FN (vice-président), et dans l'organigramme de la Famille propriétaire du fonds de commerce (gendre présomptif du fondateur de la SARL). Cette double position lui confère une indubitable autorité pour parler au nom du FN, presque équivalente à celle du père fondateur et de sa fille, dont on devine qu'il n'est que le truchement lorsqu'il fait ce genre de déclarations publiques.

La dernière tribune du gendre présomptif, publiée de façon on ne peut plus officielle, est donc intéressante à examiner de près. Envisageant l'élection de sa dulcinée à l'Élysée - qui ferait de lui le « Premier Monsieur de France » -, Louis Aliot nous explique ce qui se passera alors, en nous présentant ce qu'il appelle son « scénario » :

« Le 14 mai 2017, le visage de Marine Le Pen apparaît sur les écrans, elle est la première femme élue présidente de la République de toute notre histoire. [...] Les premières mesures sont à l'image du nouveau pouvoir, démocratiques, souveraines, laïques. »

Pour bien comprendre ce qui se cache derrière ce texte, il faut l'étudier à la fois pour ce qu'il dit et pour ce qu'il ne dit pas.

1°) CE QUE LE VICE-PRÉSIDENT DU FRONT NATIONAL DIT AU SUJET DE L'EUROPE

S'agissant de la question européenne et de la souveraineté nationale, le « scénario » du « Premier Monsieur de France » présomptif tient en un seul paragraphe que voici :

« Ensuite souveraines, car la France deuxième puissance de l’Union appelle à la renégociation des traités et à la refondation d’un contrat européen par la négociation. Elle emmène dans son sillage tous les pays épuisés par l’austérité mais aussi l’Allemagne qui sature de payer pour les autres et la Grande-Bretagne qui appelle à ce grand chamboulement depuis longtemps. La France n’est donc plus seule. La technocratie est aux abois, Barroso en congé et la Commission au placard. La souveraineté retrouvée et les nouvelles coopérations permettent un renouveau économique, une politique d’investissements productifs, le retour du patriotisme économique et un protectionnisme raisonné qui relance l’économie européenne, favorise la croissance et l’emploi. La jeunesse retrouve enfin un avenir. Le retour aux indépendances bancaires, la fin de la loi de 73 et la monétisation raisonnable de la dette permettent de réduire enfin celle-ci, de rassurer nos créanciers et d’investir pour l’avenir. »

Ce texte, dont on peut imaginer qu'il a été pesé et soupesé dix fois avant d'être publié, présente - comme par hasard - les mêmes caractéristiques que toutes les "professions de foi" électorales écrites diffusées par le FN, aussi bien pour les élections présidentielles que pour les élections législatives et les élections locales.

À savoir qu'il apporte explicitement deux confirmations :

  • 1.1. - le Front National approuve le principe de la construction européenne

Si M. Aliot appelle à « la refondation d’un contrat européen par la négociation », c'est bien que le FN approuve l'idée de base lancée par Robert Schuman à la demande de Jean Monnet et des Américains en 1959 : cette idée qui consiste à bâtir une structure politique spécifique regroupant les États du continent européen et les distinguant du reste du monde.

L'idée - exposée par l'UPR - que la France a des relations beaucoup plus puissantes avec les pays de la Francophonie qu'avec les pays de l'est de l'Europe, ou que l'Espagne est davantage tournée vers les pays hispanophones que scandinaves, ou que le Royaume-Uni a des liens bien plus étroits avec les pays du Commonwealth, etc., tout cela échappe au champ de réflexion du FN.

L'idée - exposée par l'UPR - qu'une telle construction continentale ne peut mener qu'à une cacophonie et à un auto-blocage constants échappe complètement au champ de réflexion du FN.

L'idée - exposée par l'UPR - que cet auto-blocage place fatalement le continent européen sous la coupe des États-Unis, seule puissance à même de faire émerger un consensus dans cet attelage absurde ? ne fait pas non plus partie du champ de réflexion du FN.

En bref, sur tous ces points essentiels, déjà, les analyses du FN sont donc radicalement différentes, et opposées à celles de l'UPR.

  • 1.2. - le Front National admet l'existence d'une prétendue « économie européenne », qui serait « relancée » par un « retour du patriotisme économique » et un « protectionnisme raisonné »

Ces formulations de M. Aliot doivent être longuement méditées, et contemplées pour leur absurdité.

Car, contrairement à ce qu'affirme le vice-président du FN, ce que révèle la crise de l'euro, c'est qu'il n'y a justement pas « d'économie européenne ».

Ce qu'il y a, ce sont DES économies nationales différentes, sises sur le continent européen.

Chacune ayant son propre secteur agricole, industriel et de services. Chacune ayant sa propre compétitivité, évoluant à des rythmes historiquement toujours divergents. Chacune ayant ses points forts et ses points faibles, à l'importation comme à l'exportation. Chacune ayant ses traditions politiques et syndicales. Chacune ayant sa propre pyramide des âges, sa propre démographie, son propre socle anthropologique.

Dans ces conditions, non seulement il est absurde d'imaginer que 17 économies différentes puissent durablement partager la même monnaie (avec les mêmes taux de refinancement et le même taux de change externe face au dollar), mais il est tout aussi absurde d'imaginer pouvoir bâtir un « patriotisme économique européen » - ce qui signifierait au passage qu'il existerait une « patrie européenne » - ou un « protectionnisme raisonné européen ». Il suffit d'ailleurs d'avoir deux sous de jugeotte pour voir qu'un tel « protectionnisme raisonné » est impossible au niveau européen. Comment concilier, par exemple, les intérêts commerciaux de de la France ou de l'Italie - qui devraient protéger en urgence leurs industries textiles ou navales moribondes, ou leur industrie automobile en péril - :

  • avec les intérêts commerciaux du Royaume-Uni ou des pays du nord de l'Europe - qui n'ont plus d'industrie textile et qui souhaitent tout au contraire importer le maximum de produits textiles à bas coût de Chine ou d'Asie du sud ?
  • avec les intérêts du Luxembourg, de l'Autriche, de la Hongrie, de la Tchéquie qui n'ont pas d'industrie navale ?
  • avec les intérêts de la Slovaquie ou de la Roumanie dont l'industrie automobile se nourrit précisément des délocalisations venues de France ou d'Italie et dont les intérêts commerciaux sont donc exactement antagonistes ?

Sur cette réflexion également essentielle, les analyses du FN sont donc radicalement différentes, et opposées à celles de l'UPR.

On reste d'ailleurs sidéré qu'à un poste politique aussi en vue - qui plus est dans un parti présenté par les médias comme le plus arc-bouté sur la défense des intérêts nationaux - M. Aliot semble ne pas voir ces évidences. En évoquant le concept même d' « économie européenne », il ne fait que parler la langue des idéologues de l'européisme. À moins qu'il ne le fasse exprès, afin d'éluder les vrais sujets.

C'est cette seconde hypothèse qui est la bonne, comme le révèle l'examen, ci-après, de ce que M. Aliot prend grand soin de ne pas dire.

louis-alliot-marine-le-pen-fn
Ironie cinglante ou complaisance suspecte ? On se demande ce que vise au juste le site "RUE89 / NOUVEL OBSERVATEUR" en qualifiant Louis Aliot de « Boîte à idées de Mme Le Pen »...

2°) CE QUE LE VICE-PRÉSIDENT DU FRONT NATIONAL NE DIT PAS AU SUJET DE L'EUROPE

J'invite tous mes lecteurs à scruter à la loupe la "tribune" de M. Aliot, en la relisant mot à mot et dans tous les sens s'il le faut.

Ils ne pourront alors que constater ce qui suit :

  • 2.1. - M. Aliot n'écrit nulle part que le FN veut faire sortir la France de l'euro.

J'imagine que les militants les plus fanatisés du FN qui liront mon analyse m'objecteront aussitôt que ce n'est qu'un « détail », un « simple oubli ».

Le problème, c'est que cet « oubli » est tellement systématique au Front National qu'il est tout bonnement impossible de trouver la moindre analyse écrite ou la moindre "profession de foi" d'un candidat du FN aux élections où il serait enfin écrit noir sur blanc que le FN compte faire sortir la France de l'euro.

Quant à la formule sur le « retour aux indépendances bancaires », c'est non seulement une expression absconse - qui n'est en rien synonyme de « sortie de l'euro » -, mais elle semble contradictoire avec la suite de la phrase (où l'on croit comprendre, bien au contraire, que les États donneraient des ordres aux banques centrales pour monétiser une partie des déficits publics).

  • 2.2. - M. Aliot n'écrit nulle part que le FN veut faire sortir la France de l'Union européenne. Il n'y a bien entendu pas un mot sur l'article 50 du TUE.

Comme dans le cas précédent, je suppose que certains militants parmi les plus fanatisés du FN vont s'indigner que je « pinaille » et m'objecter que ce n'est qu'un autre « détail », un « autre oubli ». Le problème, c'est que tous les cadres dirigeants du Front National semblent être victimes de cette même amnésie, d'un genre très particulier, qui consiste à « oublier » systématiquement de proposer aux électeurs que la France sorte unilatéralement de l'UE en mettant tout simplement en œuvre l'article 50 du TUE. En attendant que l'Académie de Médecine ait eu le temps de se pencher sur cette maladie d'Alzheimer focalisée sur quelques mots, - qui frappe tout aussi cruellement les dirigeants du Front de Gauche et de DLR -, je suggère à mes lecteurs d'aller vérifier par eux-mêmes si ce que je dis est vrai ou faux, en lisant en remontant le temps :

profession-foi-le-pen-fn
Pas le moindre engagement ni sur la sortie de l'euro ni sur la sortie de l'UE dans la profession de foi de Mme Le Pen à l'élection présidentielle de 2012 [voir les scans agrandis sur notre site.

profession-foi-le-pen-fn-upr profession-foi-le-pen-fn-france
Pas le moindre engagement ni sur la sortie de l'euro ni sur la sortie de l'UE dans la profession de foi du Front National aux élections européennes de 2009.

affiche-le-pen appel-aux-francaisPas
le moindre engagement ni sur la sortie de l'euro ni sur la sortie de l'UE dans la profession de foi de Jean-Marie Le Pen à l'élection présidentielle de 2007.

  • 2.3. - M. Aliot ne précise nulle part COMMENT le FN va obtenir la « renégociation des traités » qu'il promet.

M. Aliot agit ici comme le font, depuis des lustres, M. Le Pen, Mme Le Pen et toutes les professions de foi du Front National.

Mais il agit aussi comme le font M. Mélenchon, M. Dupont-Aignan, et tous ceux, à l'UMP, au PS, AU MODEM, à EELV, au NPA... qui promettent aux Français une mirobolante « renégociation des traités » débouchant sur une non moins mirobolante « Autre Europe » (« Europe des patries », « Europe qui marche », « Europe sociale », « Europe écologiste », « Europe des travailleurs », etc., etc.)

Comme tous ces bonimenteurs de la politique française, le vice-président du FN ne précise pas un instant, dans cette "tribune", COMMENT il va convaincre les 27 autres chefs d'État et de gouvernement à obtempérer en approuvant À L'UNANIMITÉ le projet - par d'ailleurs d'un flou artistique complet - qui serait celui de Mme Le Pen ?

J'ai montré, dans certaines de mes dernières conférences, ce qu'il faut penser de la probabilité statistique de parvenir à un accord unanime pour un pareil changement, de fond en comble, de l'Union européenne.

Cette probabilité est nulle. [cf. http://www.youtube.com/watch?v=fR6KFJzh63g ]

  • 2.4. - M. Aliot ne précise nulle part ce que fera le FN s'il ne parvient pas à la fameuse « renégociation des traités » qu'il promet.

Enfin, et comme tous les bonimenteurs de la politique française qui donnent des coups de menton en annonçant qu'ils vont « renégocier les traités européens », le vice-président du FN ne précise pas un instant ce que ferait Mme Le Pen et son parti si - par hasard... - ils ne parvenaient pas à obtenir l'accord unanime des 27 autres chefs d'État et de gouvernement.

C'est ici la preuve irréfutable de la volonté délibérée de manipuler les électeurs.

Car si le FN était honnête intellectuellement, il ne focaliserait pas toutes ses promesses et tout son programme sur une éventualité dont toute l'histoire de la construction européenne - confirmée par l'analyse probabiliste que j'expose dans les conférences - a amplement démontré qu'elle est totalement impossible. La même remarque vaut d'ailleurs pour tous les partis politiques, comme le Front de Gauche, le NPA ou DLR, qui promettent aux Français qu'ils vont « renégocier les traités », sans jamais expliquer :

  • ni comment ils pourraient réussir cette gageure statistique de convaincre les 27 autres peuples d'Europe d'obtempérer unanimement à leurs projets - alors même qu'ils ne parviennent déjà pas à en convaincre le seul peuple français ! ;
  • ni ce qu'ils feraient dans le cas - sûr à 99,9999999999999999999999999% - où la « renégociation des traités » promise ne parvenait à aucun accord unanime.

front-national-affiche-gollnish-changeons-europe

Élections européennes de 2009 : Dans sa profession de foi, Bruno Gollnisch, Numéro 2 du Front National, ne propose pas du tout de sortir de l'UE : il affirme que « Pour sauver la France, changeons d'Europe »
 

une-autre-europe-fn

Le fait que le FN refuse de proposer de sortir de l'UE et garde le plus grand silence sur le contenu précis de l'article 50 n'a rien d'étonnant. L'extrême-droite milite en effet depuis bien longtemps pour une « Autre Europe ».

C'est d'ailleurs le titre - à vrai dire bien peu original... - de cet ouvrage collectif paru l'an dernier (novembre 2012) aux Éditions Les Bouquins de Synthèse nationale, et qui regroupe notamment des contributions de Bruno Mégret, ancien n°2 du FN et fondateur du MNR, Franck Abed, écrivain, Serge Ayoub, Président de Troisième voie, Thibaut de Chassey, Président du Renouveau français, Pierre Descaves, ancien député FN, Luc Pécharman, membre du Bureau de la Nouvelle Droite Populaire, Enrique Ravello, responsable de Plataforme pour la Catalogne (Barcelone), Alain Renault, ancien secrétaire général du FN, Gilbert Sincyr, ancien président du GRECE, Robert Spieler, ancien député FN, Pierre Vial, ancien cadre dirigeant du FN et Président de Terre et peuple, partisan d'une Europe blanche et «  néopaïenne  » -, Gabor Vona, Président de Jobbik (Budapest)...

CONCLUSION : LE VICE-PRÉSIDENT DU FN PRÉSENTE UNE VISION GÉOPOLITIQUE PARFAITEMENT EN PHASE AVEC CELLE DE L'OTAN ET DU "CHOC DES CIVILISATIONS"

En conclusion de son « scénario », M. Aliot saisit l'occasion de sa tribune adressée au président du Conseil CRIF pour se lancer dans l'amalgame consistant à dresser une équivalence entre l'immigration en général, l'immigration musulmane en particulier, et le terrorisme.

Il écrit en effet :

L'antisémitisme qui sévit aujourd'hui n'est-il pas l'apanage d'une immigration massive et communautarisée autour d'une religion fortement influencée par le fondamentalisme islamiste ? Cette radicalité religieuse n'est-elle pas financée par des puissances étrangères comme l'Arabie saoudite, le Qatar, l'Iran ou la Turquie ? Faut-il rappeler l'affaire Merah ? N'était-ce pas dans le quotidien Haaretz qu'un certain Cukierman avait déclaré en 2002 : « Le fait que Le Pen est un opposant catégorique à l'immigration musulmane en France est un message clair qui aidera à contenir la violence en provenance de cette immigration. » Votre dérapage était-il incontrôlé ou pensé ?

La dernière phase contient un aveu involontaire : elle nous confirme que le vice-président du FN est le premier à savoir que le « dérapage » d'un responsable politique n'est pas toujours « incontrôlé » mais qu'il peut aussi être « pensé », donc prémédité. Venant d'un membre lié à la Famille Le Pen, c'est un détail savoureux...

Mais surtout, ce que ce passage de la "tribune" de M. Aliot confirme, c'est que :

  • le FN n'hésite pas à établir une équivalence entre l'immigration, l'immigration musulmane et le terrorisme.
  • le FN incrimine au passage 4 États musulmans, dont 3 sont des alliés des États-Unis (Arabie Saoudite, Qatar, Turquie) et dont 1 est même membre de l'OTAN (Turquie)
  • mais le FN ne dit pas un mot, ni là ni ailleurs, sur le rôle des États-Unis dans le soutien, désormais de notoriété publique, à des mouvements fondamentalistes musulmans. Il semble que M. Aliot ne se soit toujours pas rendu compte que l'action de Washington et de l'OTAN a consisté, depuis au moins une décennie, à déstabiliser tous les régimes laïcs ou progressistes du monde musulman (Afghanistan, Irak, Syrie, Libye), pour y laisser une situation de chaos et d'anarchie qui fait justement le lit de tous les extrémismes.

Sur ces questions, les analyses du FN apparaissent une fois encore comme étant radicalement différentes de celles de l'UPR.

Je rappelle en effet ici que l'UPR est l'un des très rares mouvements politiques français à dénoncer cet amalgame protéiforme entre l'immigration, l'islam et le terrorisme, dans lequel se complaît le FN.

Il ne faut bien entendu pas être naïf et savoir surveiller toutes les menaces, d'où qu'elles viennent, y compris des mouvements fondamentalistes takfiristes. Mais, comme je l'ai démontré - statistiques policières à l'appui - lors de la présentation du programme de l'UPR le 3 décembre 2011, le "terrorisme djihadiste" reste tout-à-fait marginal ou même inexistant en France. L'écrasante majorité des actes terroristes commis en France sont le fait de mouvements autonomistes régionalistes, sur le financement et les commanditaires desquels le plus grand flou persiste.

Plus globalement, la tribune de M. Aliot confirme une nouvelle fois que :

  • le FN ne parle jamais du rôle des États-Unis dans la prétendue « construction européenne »,
  • le FN ne commente jamais les propos de François Mitterrand peu de temps avant sa mort sur le fait que « la France est en guerre mais les Français ne le savent pas. Ils sont voraces les Américains, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde »,
  • le FN ne propose jamais de faire sortir la France de l'OTAN (et pas seulement cette demi-mesure impraticable qu'est la sortie du « commandement militaire intégré »,
  • le FN préfère toujours considérer que la principale menace qui pèse sur la France, ce n'est pas qu'elle est en train de devenir une colonie américaine, ce serait qu'elle risquerait d'être submergée par le fondamentalisme musulman.

En d'autre termes, la tribune de Louis Aliot confirme que la vision géopolitique du Front National, qui consiste à proposer une "Autre Europe" luttant contre le monde musulman, s'inscrit en fait dans la droite ligne exacte de la vision du "Choc des civilisations" promue par les think-tanks et les va-t-en guerre américains.

La preuve est ainsi faite une nouvelle fois que, lorsque l'on en arrive aux choses les plus sérieuses, - c'est-à-dire à la soumission complète de la France à l'ordre euro-atlantiste -, la prétendue opposition du Front National n'apparaît plus que comme une sinistre farce.

François Asselineau

Site Internet : http://www.u-p-r.fr/
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr
Tumblr : http://upr-asselineau.tumblr.com

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (122 votes)




Réagissez à l'article

207 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 8 novembre 2013 08:54

    ne soyons pas dupes, ceux qui nous parlent de sortir de l’euro ne nous parlent pas de sortir du capitalisme, mais seulement d’être au service de l’oligarchie capitaliste française. Ce crédo permet de vendre une fausse alternative sans intérêt pour les prolétaires, qui en cas de sortie de l’Europe de cette façon, resteront toujours sous la coupe de leurs exploiteurs patronaux. Etre exploité en euro, en franc, en roubles ou en dollar ça change quoi ?

    voir : L’EUROPE, SUBIR OU RESISTER ?


    • Capone13000 Capone13000 8 novembre 2013 09:47

      Ça change dans la mesure ou vous dépendez de 27 autres pays, vous n’aurez aucune possibilité de peser sur les choix d’un gouvernement.
      Que ce soit pour la monnaie, les retraites, la santé, l’agriculture, l’industrie, l"économie TOUT dépend à présent de Bruxelles (donc de 27 autres pays) et des USA qui pilotent le tout.

      Comment comptez-vous convaincre 27 pays avec une histoire, une culture différente, des intéret divergents (la monnaie fort pour l’Allemagne ne convient pas par exemple à l’Espagne ou la France)... de tous se mettre d’accord en meme temps pour proposer une Europe sociale, ou écologique ....
      Ça n’arrivera jamais !

      Partant de ce constat, il ne reste qu’une seule solution pour vraiment changer les choses : SORTIR de l’Union européenne en utilisant un article prévu pour cela, l’Article 50 comme le propose l’UPR
      Avant de vouloir changer Le Monde, il faut d’abord changer son Monde....


    • lambda 8 novembre 2013 10:08

      Le FN est un parti politique, François Asselineau a fondé l’UPR, autre parti politique donc, exactement avec les mêmes handicaps que les autres partis, car une fois élu à la tête d’un pays, ils deviennent les valets de leurs Maitres, car ne soyons pas dupes, un parti politique, quelque soit celui qui le représente sert des intérêts capitalistes


      Il N’y a que lorsque le peuple renversera la Constitution et prendra en main son destin qu’il retrouvera la liberté
      En cela, Etienne Chouard à maintes reprises a expliqué comment faire



    • c’est pas grave 8 novembre 2013 10:52

      «  Ce crédo permet de vendre une fausse alternative sans intérêt pour les prolétaires, qui en cas de sortie de l’Europe de cette façon, resteront toujours sous la coupe de leurs exploiteurs patronaux. » R. Gil


      yes !
      et même que ma belle-mère aura toujours son cancer et mon voisin mauvaise haleine 

      et ?....

      blague à part , la grande différence , si on recouvre notre démocratie , c’est que les travailleurs dont tu parles auront au moins une chance d’accéder à une alternative par le biais d’une alternance , alors qu’avec les traités européens , ils n’en ont aucune 

      le PRCF a au moins compris ça , tu devrais leur demander 

    • tesla_droid84 8 novembre 2013 14:41

      Ce bon vieux Robert avec sa vieille rengaine idéologique qui sente le velour cotelé et ses « solutions » pas opérationnelles pour un sous, en fait vous etes le parfait complément du FN, on change l’europe et on en fait l’europe des travailleurs... Vous etes un diviseur de contestation et un rabatteur européiste tout comme le FN.


      Il est où le mot que vous ne comprenez pas dans « il faut l’unanimité des 28 pays pour changer les traités » ?

    • tf1Goupie 8 novembre 2013 14:44

      Si Robert sort de la France ce sera déjà un grand pas ...


    • Robert GIL ROBERT GIL 8 novembre 2013 15:23

      excusez moi, c’est vrai que tous les pays qui ne sont pas dans l’europe se portent a merveille...autant pour moi !


    • tesla_droid84 8 novembre 2013 15:24

      @lambda. L’UPR n’a pas vocation a etre un parti permanent, c’est un mouvement temporaire de libération nationale. On est la pour que le débat entre gauche et droite (plus libéral ou plus social) ait lieu. Aujourd’hui, vous n’avez plus le choix, c’est la politique de l’UE donc de Washington qui s’applique point.  http://lesmoutonsenrages.fr/2013/11/07/les-parlements-nationaux-ne-seront-pas-consultes-sur-la-ratification-du-traite-transatlantique/

      La majorité des millitant UPR connaissent les analyse à Chouard, moi qui suis scientifique, le raisonnement qu’il tient me semble assez implacable. Le fait de considérer dès le départ que le pouvoir corrompt est assez réaliste. Asselineau que je connais est qui est vraiment le bon gars peut devenir comme les raclures qui nous dirigent, je ne dis pas le contraire. 
      Par contre, il faut prioriser le combat, cad en premier se libérer des chaines de l’UE, de la dette, de l’OTAN et réorganiser l’indépendance des médias tel que le propose Asselineau dans son programme. Une fois tout ça en place (2-3 ans), nous pourrons discuter de vrai changement de société tel que le tirage au sort, le revenu de base qui me semble allez dans le bon sens. 
      Asselineau président, fin de l’UE, coupage de ficelles du NOM sur la France, coup de balais sur les presstitués, Chouard au 20H puis apres ce sera à nous de décider non ?
      Perso, je place le pouvoir médiatique au dessus des 3 autres. A la fin, ce sont eux qui ont le pouvoir de mettre suffisamment de gens dans la rue et donc de renverser les 3 autres. Pour des gens qui dorment encore, la solution d’Asselineau est beaucoup moins angoissante et « réalisable » que l’idée de Chouard.






    • tesla_droid84 8 novembre 2013 16:13

      @Robert. Votre raisonnement est terrible, sous pretexte qu’il y a des pays qui se portent mal sans l’Euro, pour vous ce n’est pas une cause. A contrario, citez moi un pays européen qui se porte bien avec l’euro ??? je languis votre réponse.

      N’allez pas sur le terrain, ils faut s’unir pour etre plus fort fasse aux USA, à la Chine etc...
      Les Islandais sont moins de 500 000, et il se trouve qu’il sont assez nombreux pour avoir leur propre monnaie en infligeant un revers cinglant a toute adhésion européenne... 






    • taktak 8 novembre 2013 16:28

      "ne soyons pas dupes, ceux qui nous parlent de sortir de l’euro ne nous parlent pas de sortir du capitalisme,"

      Ce n’est pas vrai Robert Gil. Ou du moins tout à fait vrai. Vous avez raison concernant l’UPR. et je partage la critique.

      Mais il existe des progressistes, des communistes qui sont pour les 4 sorties : UE, euro, Otan et capitalisme. Par exemple le Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)
      Pour briser les chaines de l’Union Européenne, et en sortir par la gauche

      Et avec le PRCF, l’ensemble des communistes, dans et hors du PCF de l’Appel des Assises du Communismes.

      Tu ne devrais d’ailleurs pas l’ignorer toi qui est un commentateur régulier des articles publiés par le PRCF sur Agoravox smiley


    • Robert GIL ROBERT GIL 8 novembre 2013 18:22

      rasurre toi taktak,
      je ne confonds pas tout, la question de sortir de l’euro peut effectivement etre pose, mais je le repete si c’est pour etre a la solde des capitalistes nationaux ce n’est pas un projets bien emballant, sauf pour la bourgeoisie dont Asselineau en est un représentant.

      Etre antisysteme dans un systeme capitaliste c’est d’abord etre anticapitaliste, le reste c’est avant tout de la poudre au yeux pour certains bobos. Maintenant je ne me trompe pas de camp et suis pret a ecouter certain, j’ai d’ailleurs publié cette article que l’on m’avais fait parvenir : ETRE INTERNATIONALISTE ET VOULOIR SORTIR DE L’EURO.

      Alors je veux bien aborder certain sujets mais pas avec ceux qui se servent de ces sujets a des fins dont je ne suis pas dupe !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 novembre 2013 18:45

      Robert Gil,

      Pendant que vous coupez les cheveux en quatre pour savoir qui est le plus à gauche, ce qui est dans les tuyaux de Bruxelles, du FMI et des Agences de notation, c’est la flexibilité et la fin des CDI :

      « Hollande doit trouver la bonne formule..., pour nous mentir.

      Si nous sortons de l’ UE et de l’ euro, nous retrouvons la maîtrise de la monnaie.

      ** 25% de dévaluation, la question du coût du travail entre la France et l’ Allemagne est réglée, sans toucher aux salaires ni aux CDI.

      ** Les exportations vont repartir, on peut tabler sur 65 Milliards d’euros de bénéfices entre plus d’exportations et moins d’importations. Le problème de la balance commerciale déficitaire est réglé.

      ** La reprise de l’activité : 3,4% de croissance sur 2 ans = 1 million d’emplois sur 2 ans.

      ** Augmentation des recettes fiscales, on règle le problème de la Sécu et des retraites.

      ** On a une marge de manoeuvre qui permet de faire des prêts à taux bonifiés aux entreprises, et/ ou de financer la transition énergétique.

      Je ne crois pas que cette perspective soit indifférente aux salariés.

      Tout cela est expliqué dans les entretiens de cette table ronde, par Philippe Murer, prof de finance à la Sorbonne, Président du Manifeste »pour un débat sur le libre échange", il est membre du Forum Démocratique.

      La 1ere intervention est celle de Berruyer, la 2e est celle de Philippe Murer à partir de 19’.


    • Robert GIL ROBERT GIL 8 novembre 2013 19:13

      « Pendant que vous coupez les cheveux en quatre pour savoir qui est le plus à gauche »

      pas du tout parce que les gens donc je parle sont plutot proche de l’extreme droite souverainiste...vous avez du louper un episode.

      sur ce je vous souhaite a tous une trés bonne soirée.


    • lambda 8 novembre 2013 19:34

      @ Tesla


      J’agrée votre analyse sur Asselineau dont je fais connaitre depuis longtemps les vidéos particulièrement celle des 12 impasses de l’Europe

      J’admets qu’il fait un travail qui me parle mais Asselineau a été dans l’équipe de Pasqua, a fondé un parti et je considère que les partis quand ils sont au pouvoir sont enchainés aux Groupes qui leur dicte ce qu’ils doivent faire et ont pieds et mains liés

      C’est pourquoi les théories de Chouard me conviennent davantage

      Je ne nie pas le travail d’Asselineau mais il convient de rejeter tout ce qui est parti politique si on veut vraiment un changement



    • Attilax Attilax 9 novembre 2013 01:20

      @ Lambda
      Totalement d’accord avec vous MAIS si l’UPR a ses 500 voix aux prochaines, je vote pour elle. Plus on a de maîtres, plus c’est dur de s’en débarrasser et jeter j’UE, c’est jeter un paquet de maîtres particulièrement déplaisants... Il sera toujours temps de s’occuper des « locaux » après.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 novembre 2013 12:24

      lambda,
      Asselineau s’est déjà expliqué sur cet épisode :

      « Quels liens entre Asselineau et Pasqua ? » Asselineau n’a jamais travaillé au Ministère de l’Intérieur du temps de Pasqua, et n’est mêlé en rien à ses tribulations judiciaires.

      Autant condamner Mélenchon qui a longuement fréquenté Mitterrand, sa francisque et Bousquet, ou parce que Mélenchon a été 40 ans dans le même Parti que DSK, Cahuzac ou Guérini...

      A part ça, sur la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN par l’article 50, vous avez un avis ?


    • lambda 9 novembre 2013 18:39

      @ attliax


      je crains que vous n’ayez pas compris que ce n’est pas en virant les guignols non élus de Bruxelles que la marche du Nouvel Ordre Mondial s’arrêtera - ils seront immédiatement remplacé par d’autres mais j’en conviens que ce serait un bon début de révolte

      Il faut remonter bien au-delà de la Gouvernance de l’Europe et éliminer la « Tête de la Pieuvre » mais il est sans doute trop tard et tant que les populations n’auront pas compris qu’il s’agit d’un Plan dont la finalité est arrivée à terme, les Maitres du Monde ont encore de beaux jours devant eux

      Tout est dit dans cette courte vidéo


    • lambda 9 novembre 2013 18:59

       et j’ajoute ça pour ceux qui ne connaissent pas 



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 novembre 2013 07:47

      lambda,
      Apparemment, les Illuminati n’ont pas pu empêcher l’ Islande de mettre ses banquiers en faillite et en prison, ni empêcher l’ Argentine de mettre un coup de pied aux fesses du FMI et de la Banque Mondiale...

      « Nous avons sauvé les gens, plutôt que les banques ! »


    • lambda 10 novembre 2013 13:52

      @ fifibrindacier


      L’Islande n’est pas la France sur le plan de la représentativité politique et ce qui a été possible en Islande ne peut l’être en France qui a été depuis toujours la tête de proue en Europe (je le déplore tout comme vous)
      D’ailleurs, ce qu’attendent les fossoyeurs c’est que la France tombe pur finaliser la mort de l’Europe

      La mise en place d’un président à la tête d’un état, n’est pas l’apanage du peuple comme ceux qui vont voter le pensent mais le choix du Gouvernement Invisible (CFR-Trilatérale-Bilderberg et autres) - détails dans cette vidéo

      Il faut arrêter de penser que les choix politiques peuvent être faits par les Partis politiques et leurs représentants ce qui éviterait aux électeurs d’aller voter

      Je joins un article fort interessant sur l’origine de la mondialisation à travers l’arnaque monétaire et vous verrez que les guignols qui sont censés nous représenter n’ont aucun pouvoir et sont les Valets de cette mafia financière invisible mais dirigeante

      Nous avons à faire à une pieuvre dont les tentacules sont imbriquées dans chaque maillon de ce qui est le coeur d’un pays et leur réussite est de pouvoir mettre en place à la tête de ces pays, leurs affidés

      Le plus affligeant est que les gens pensent encore qu’en allant voter ils pourront changer les choses : !! La manipulation des masses dont les médias (détenus par les marchands d’armes) ont une responsabilité entière, a réussi à s’emparer de la capacité à réfléchir pour tout individu et s’emparer de leur libre arbitre


      La politique de la France n’est pas celle d’un pays souverain et au vu de ce qui se prépare, l’Europe va tomber en 2015 peut être avant dans le giron des EU qui sont eux- mêmes sous contrôle, avec le traité tansatlantique







    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 novembre 2013 20:27

      Si L’Islande, qui a moins d’un million d’habitants peut laisser ses banques faire faillite, mettre en prison ses banquiers, et avoir en 2013, 5% de chômeurs, alors n’importe quel pays plus grand, mais souverain, peut en faire autant.


    • appoline appoline 11 novembre 2013 13:41

      L’Europe était vouée à l’échec dès le départ. Une fois de plus, nous avons voulu copier les USA, sauf qu’eux, les fondations se sont construites en même temps que leur création. Nous, pauvres couillons que nous sommes, pensions que l’alliance serait une force, sur le papier peut-être, mais trop de différences entre pays et ce, à trop de niveaux, économiques, financiers, culturels etc.


      Nous allons dans le mur, grâce à l’Europe, telle qu’elle est définie pour le moment

    • Attilax Attilax 12 novembre 2013 02:31

      @ Lambda

      D’accord avec vous, mais l’éventuel avènement de l’UPR ne pourrait que mettre du gravier dans les rouages de leur machine. Tout grain de sable est bienvenu, à l’heure actuelle, vous ne croyez pas ?


    • Gabriel Gabriel 8 novembre 2013 09:42

      Tiens eux aussi, à peine montent ils dans les sondages qu’ils commencent déjà à tourner leurs vestes !


      • Nums Nums 8 novembre 2013 11:50

        Mince alors !


        Dire que tant de gens ici sur Avox voyaient en le FN une véritable alternative. Je me gausse...

        « La démocratie représentative » n’est qu’un leurre, c’est aux peuples de se prendre en main. Que chaque citoyen ait une conscience citoyenne.et je suis convaincu que ce sera le début de la fin pour les banksters, financiers, industriels et autres racailles économiques.

        « Prendre conscience de » est la première partie du chemin à parcourir, si ce n’est plus...

      • Rounga Roungalashinga 8 novembre 2013 10:10

        mais il est tout aussi absurde d’imaginer pouvoir bâtir un « patriotisme économique européen » - ce qui signifierait au passage qu’il existerait une « patrie européenne » - ou un « protectionnisme raisonné européen »

        Je pense que Monsieur Asselineau se trompe sur ce point. Non pas qu’il ait tort de vouloir sortir de l’UE et de retrouver une certaine souveraineté, mais plutôt dans le fait de nier a priori toute possibilité d’économie supra-nationale. Il aurait raison si tous les pays étaient auto-suffisants, mais ce n’est pas le cas, et il faut bien qu’il y ait des échanges internationaux. Dans le cadre d’une refonte entière de l’économie sur la base de l’étalon-travail, les échanges extérieurs ne devraient plus se faire sur la base d’un étalon déterminé (or ou dollar), mais sur le mode du troc (forme supérieure, et non pas primitive, de l’échange marchand). Or, cela ne peut se faire que si des accords économiques ont été adoptés entre pays de même niveaux de vie et de même habitudes de consommation. De telles unions, qui ne remettraient pas forcément en cause la souveraineté de chaque pays, sont tout à fait envisageables une fois que l’Union Européenne, qui poursuit un tout autre but, n’existera plus.


        • Tonio 8 novembre 2013 18:12

          Il repond a ton objection là http://www.youtube.com/watch?v=yAw3Rc37LwQ
          Il veut faire au cas par cas car aucun pays n’a les memes interets.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 novembre 2013 12:33

          Roungalashinga,

          Tous les pays du monde, en dehors de l’UE, sont des pays indépendants et souverains.

          A part la Corée du nord, et Cuba, ils commercent entre eux, ne vivent pas en autarcie et ne pratiquent pas le troc ou les échanges avec des coquillages...

          Avant les Traités européens, la France avait une vie économique, importait, exportait, et signait des accords commerciaux.

          Après la sortie de l’ UE et de l’euro, la France utilisera ses ambassades, nous avons le 2e réseau d’ambassades au monde après les USA, pour renouer de nouveaux liens, signer de nouveaux accords, peut-être avec certains pays européens, mais aussi dans la francophonie, ou avec les BRICS.


        • jaja jaja 9 novembre 2013 13:02

          « Tous les pays du monde, en dehors de l’UE, sont des pays indépendants et souverains »

          On croit rêver... L’impérialisme qui contraint les pays dominés, dont la souveraineté n’est qu’illusoire, à commencer pour ce qui concerne notre pays par tous les États de la Françafrique pillés et sous le joug, sans oublier les dernières colonies françaises et les pays agressés par nos soudards...

          tous les pays du monde en dehors de l’UE pays indépendants et souverains ? C’est une blague ?


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 novembre 2013 19:19

          jaja,

          Voilà ce qu’est un pays souverain :

          « Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques ! »


        • jaja jaja 9 novembre 2013 19:45

          Fifi votre pays souverain a sans doute arraché les Malouines des griffes de l’Empire britannique... et instauré l’égalité sociale sur son sol... smiley

          D’autre part Cristina Kirshner vient de subir une importante défaite électorale. Et ce n’est pas sans raison...en guise d’indépendance nationale la politique du gouvernement argentin faite de de subventions et de concessions à l’impérialisme est en banqueroute totale tandis que les classes dominantes cherchent la meilleure méthode pour faire payer la crise aux travailleurs.

          Le très bon résultat de la gauche révolutionnaire, liée à une intervention indépendante du mouvement ouvrier, autour d’un programme anticapitaliste, est une excellente nouvelle.

          Ceci dit l’épisode Lavagna était intéressant mais en démocratie bourgeoise ce sont toujours les intérêts des capitalistes qui priment, les travailleurs ne bénéficiant que très peu et très provisoirement des embellies internes au système....


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 novembre 2013 07:58

          jaja,
          Il y a au moins une chose que je partage avec vous, c’est la nécessité du rapport de force, liée aux syndicats qui regroupent bien au delà des Partis politiques et dont vous ne soulignez jamais l’importance.

          Ce sont les syndicats qui sont l’organisation de base des salariés, pas les Partis politiques.

          Ceci dit, les Argentins s’en sont mieux portés que les Grecs actuellement, qui feraient bien de prendre exemple.

          Personne n’est assez naïf pour croire qu’une avancée sociale est définitive.
          Il suffit de voir ce qui reste de 36 et du CNR.

          C’est un rapport de force permanent, mais les formes que prennent les pouvoirs économiques ne sont pas indifférentes aux populations.

          Entre la dictature de Pinochet et le refus de l’ Argentine de se plier aux dictats du FMI, il n’y a pas photo.


        • anisse 8 novembre 2013 10:13

          MLP a toujours affirmé qu’elle organiserait un référendum, sur la sortie de l’europe ; elle a toujours proposé la sortie concertée.
          Elle a affirmé son désir de sortir de l’otan et encore récemment.Elle se positionne comme libérale et souhaite une libre économie de marché, tout en protégeant la France de l’invasion de produits étrangers à bas cout qui mettent en place une concurrence déloyale, créent du chomage etc.....elle se dit contre l’ultra-libéralisme économique.« l’homme n’est pas une marchandise » à l’inverse de ce que disait le traitre sarkosy (mise à part les joueurs de foot vendus comme du bétail évidemment soit dit en aparté)
          Mais pourquoi vous acharner TOUS en meme temps avec le systéme contre MLP ?


          • bourrico6 8 novembre 2013 10:55

            Mais pourquoi vous acharner TOUS en meme temps avec le systéme contre MLP ?

            Si ça ne concernait que vous, on s’en foutrait et on vous laisserai vous faire enfiler en long en large et en travers.
            Le soucis, c’est que si cette PME familiale est élue, nous aussi on va devoir en supporter les conséquences.
            Et ce n’est pas la satisfaction de vous voir chouiner en marchant de travers après tout ça qui va compenser.


          • kitamissa kitamissa 8 novembre 2013 14:30

            Soyez rassuré ....Anisse


            je comprends le désarroi de tous ceux ici présents qui sont dépités de voir leur chère Gôche s’effriter et perdre son aura auprès des classes populaires qu’elle trompait uniquement dans un but électoral ...

            Les Français veulent passer à autre chose, rejeter ce qui a été entrepris depuis des décennies , et abouti finalement au chômage et à la perte de nos industries et commerces, voyez ce qui se passe encore et toujours en ce moment avec ce chômage montant et les dépôts de bilans !!

            Laissez les chiens aboyer entre eux , Marine le Pen ^passera en 2017 , c’est le voeux de plus en plus de Français voulant retrouver la dignité de leur pays bafouée depuis trop longtemps pas des gens qui voulaient sa perte et la livrer à des puissance étrangères !!

          • tesla_droid84 8 novembre 2013 15:43

            Ce qui est pénible avec le FN, c’est le double discours. D’un coté un Alliot que je ne peut pas voir, ce mec est vraiment d’extreme droite. De l’autre un Philipot que j’apprécie beaucoup (en meme tant quand on le retrouve caché derrière un pillier d’une conf d’Asselineau prendre des notes, c’est assez bon !).

            Ce double discours est troublant, il voudrait saloper toute idée de souveraineté en l’assimilant à de l’extremisme etc... Puis en ce moment, ils sont beaucoup médiatisé quand nous somme toujours interdit de Wikipédia France alors je me dis que je ne sais pas trop sur le FN.



          • francesca2 francesca2 8 novembre 2013 16:36

            Le soucis, c’est que si cette PME familiale est élue, nous aussi on va devoir en supporter les conséquences.


            Parce que maintenant vous ne subissez rien ? Tout va bien pour vous, burrico ? 
            Travail, argent, sécurité...perspectives d’avénir radieuses pour vous et pour vos enfants ? 
            Les gouvernements qui se sont alternés depuis quarante ans vous ont comblé ?
            Je ne sais pas si vous vous rendez compte de la chance que vous avez !

          • anisse 8 novembre 2013 17:28

            @ BOURRICO

            quand je dis « tous », outre certains commentateurs ici, je fais allusion aux médias déchainés(portail orange, l’express, le point, les journaleux télévisuels et j’en passe sans oublier la« classe » politique qui n’a rien de reluisant).que dire de guérini, cahuzac, sarkozy, juppé, fabius, lang, cohn bandit, taubira,dati, bachelot et ses vaccins.........liste non exhaustive à compléter)
            Heureusement que MLP n’a pas commis le milliéme de ces malversations ou délits ! que diriez-vous ? vous en baveriez du venin ! la vérité, c’est que vous avez peur et que vous approuvez toutes ces ordures qui nous ont bien menti et trahi depuis 40ans, depuis pompidou(loi de rothschild:interdiction à la France de battre monnaie.......)ça vous parle ?conséquence ladette et des bandits qui notent le pays !!!!! de quel droit ? on s’en tape des agences de notation, meme pas françaises ! je note au passage, votre grossiéreté entre nous.mais, vous ne m’impressionnez pas.et dites-vous que nous sommes dans la meme galére et que je ne suis pas votre ennemi.le mal vient d’ailleurs et nous impacte tous, nous le peuple, la populace, la piétaille juste bon pour cotiser et etre pressé comme des citrons jusqu’à mourir dans le travail, si on en a, à 70ans.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 novembre 2013 18:54

            tesla,

            Ils ont autant de discours que d’auditoires.
            C’est la méthode du marketing, suivant le coeur de cible, le message est différent.
            Le clan se partage le boulot.

            Les sondages leur servent à définir les sujets du moment, et d’y adapter leurs discours.

            C’est l’un des responsables du FN qui l’explique dans cet article :

            « Règlements de comptes au FN de Moselle »


          • Pilule rouge Pilule rouge 8 novembre 2013 20:05

            Je partage complètement votre ressentiment sur Michel Aliot et votre adhésion au propos de Philipot.

            Le discours n’est pas troublant, mais reflète une composition hétéroclite de ce parti. Composé de la masse laborieuse en colère, déçu de la gauche, et de l’autre la ligne traditionnelle bourgeoise catholique.

            Les deux questions à 1 million de dollars (ou de lingot d’or : plus prudent) :

            -  Est-ce que Marine Le Pen marque sincèrement une nouvelle ligne politique sociale/économique ?

            -  Est-ce que l’afflux de ces nouveaux militants, change l’orientation politique de ce parti ?

            En réalité personne (hormis les initiés), ne peut de manière objective répondre à ces questions sans rentré dans le procès d’intention ou l’anathème. Une chose parait claire, la famille Le Pen tient ce parti de main de fer : Jean Marie, Marie, Marine.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès