Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > M. Merah le Maudit

M. Merah le Maudit

Que la bête meure… Justice est faite. Du même coup Sarkozy grimpe de deux points dans les sondages, se prenant à rêver à nouveau de sa réélection. Épilogue d’un feuilleton qui a tenu la France en haleine ces derniers jours, au rythme d’une chasse à l’homme où chacun d’entre nous s’est érigé en justicier contre la bête immonde, en bon chasseur de tueur…

Seulement voila, M. le maudit n’était en définitive qu’un pauvre type un peu paumé que tous ses proches s’accordent avec étonnement à reconnaître comme charmant et sympathique. Il n’a que peu de choses à voir avec une quelconque conspiration islamiste, mais apparaît au contraire comme un loup solitaire, loup garou famélique ou enfant soldat perdu dans un combat qu’il a fait sien un peu par hasard. Tout comme il aurait pu embrasser aussi bien n’importe quelle autre cause, pourvu qu’elle soit de nature à satisfaire son désir assoiffé de reconnaissance, d’intégration et d’aventure.

Un tragique fait divers en somme, mettant en scène un gamin de banlieue éconduit stupidement par la Légion étrangère et qui pour se venger massacre d’abord trois soldats maghrébins, avant de tuer froidement à nouveau trois enfants juifs et leur rabbin. L’histoire idiote en somme d’une tête brulée, qui rejeté par l’armée qu’il vénère se jeta dans les bras des salafistes. Le raccourci de sa courte vie peut se lire comme l’échec de toute une génération, frustrée dans sa volonté éprouvée d’intégration à la société française. A aucun moment il ne renie son appartenance à la France qu’il admire et le meurtre initial des soldats est en quelque sorte l’aveu désespéré de sa jalousie envers des frères arabes, qui ont réussi là où il a échoué, dépité dans son désir sincère d’intégration sociale.

Est-ce là ce traitre à la France, voué corps et âme à nos mortels ennemis ? Cette bête immonde que le pays aurait nourri de son lait avant qu’il s’apprête à en verser le sang, tel un ignoble parricide ? Ce monstre assoiffé de sang est il en passe de devenir un symbole, instrumentalisé en tant que fer de lance de l’avant-garde de l’invasion étrangère, de cette 5ème colonne vivant dans nos murs, véritable armée de l’ombre formée de citoyens de seconde zone ou de demis français ? C’est oublier une autre dimension essentielle : La transposition dans nos cités du conflit israélo palestinien qui empoisonne non seulement bien sûr le Proche Orient, mais au-delà, tout débat d’idées digne de ce nom et qui se superpose de plus aux frustrations quant à elles bien réelles, ressenties par les jeunes de nos banlieues. Un enfant lui même, un enfant cruel qui tue d’autres enfants pour avoir trop voulu jouer à la guerre, voila qui est Mr Merah. La tête échaudée par son islamiste de grand frère (Abd el Kader !) et une mère dépassée et impuissante, confinée dans une religion devenue sa planche de salut.

A-t-on aussi affaire à un Breivik français ? C’est incontestable, l’homme a agi seul, remarquablement entrainé, soucieux d’une audience considérable et de répercussions retentissantes et autant narcissique que son émule norvégien. Un tueur en série, animé d’une soif de revanche et auquel la religion sert d’alibi pour justifier ses haines et ses frustrations, mais sans lui-même paraître animé d’une sincère piété d’idéaliste. Amoureux de filles faciles et de grosses cylindrées, c’est un ancien taulard, une petite frappe d’1m70 et surtout un vrai fou de guerre, passionné par les armes. A l’arrière plan de cette tragédie se dévoile toutefois la stratégie des véritables terroristes qui quant à eux sont bien à l’abri, tout comme les gros bonnets de la drogue, bien protégés et leurs biens en lieu sûr dans des paradis fiscaux, mais utilisant avec profit des petits caïds de banlieue pour servir de bombes humaines. La frontière entre délinquance et idéalisme n’a jamais été bien définie dans l’histoire du terrorisme. Ne serait ce que par la nécessité de trouver des fonds pour la cause et l’exploitation bon marché d’une chair à canon de piètre qualité révolutionnaire, mais bien utile pour perpétrer des actions d’éclat. De même la récupération de l’événement par certains politiques que l’on voit sans attendre se profiler présente un caractère odieux, qui espérons le, ne servira pas leurs promoteurs. Déjà il est question pour le chef de l’état de déployer un panel de « lois scélérates » visant à criminaliser les utilisateurs d’internet peu scrupuleux quant aux sites qu’ils visitent. En matière de liberté d’expression et si ces mesures étaient (ce qu’à Dieu ne plaise !) appliquées, nous nous retrouverions de facto dans la situation de la Corée du Nord ou de la Syrie de Bachar el Assad. Déjà au XIXème siècle, des lois liberticides avaient habilement utilisé l’émotion immense provoquée par les attentats anarchistes et un peu plus tard au temps des brigades du tigre, Bonnot et sa bande paraient leurs larcins du drapeau de l’anarchie.

La mort de Merah était prévisible, une mort de soldat comme il l’avait rêvé. Espérons que la nation, privée ainsi d’un procès légitime puisse panser ses plaies et retrouver une cohésion qui semble bien mise à mal, outre le fait de ce qu’elle révèle en termes de ressentiments et de haines larvées chez les uns ou bien les autres.

Pendant ces jours dramatiques où nous avons tous été à la fois acteurs et voyeurs, le cinéma de qualité peut nous aider à prendre conscience de la portée de cet événement et d’en relativiser le caractère. Je citerais d’abord ce chef d’œuvre de l’expressionnisme allemand qu’est « M le maudit » dont l’aspect dramatique n’est pas sans évoquer le climat délétère qui préluda de façon prophétique à l’avènement du nazisme en Allemagne et au génocide. La leçon très amère du film qui avait pour titre original « Les Assassins sont parmi nous » est une mise en garde contre l’intrusion inattendue de pulsions meurtrières chez tout un chacun, à la faveur d’un climat haineux de chasse à l’homme, activant le processus bien connu du bouc émissaire. Le monstre en question n’est ni plus, ni moins criminel que ceux qui le pourchassent, tout comme l’ogre de la légende allemande du Roi des aulnes, reprise par Tournier ou encore le Frankenstein de 1931, sorti la même année que le film de Lang.

Enfin, un film de Louis Malle de 1974, « Lacombe Lucien » nous montre par anticipation et rétrospectivement dans la France de 1944, un véritable double de Mohamed Merah. Nous y voyons un très jeune homme Lucien Lacombe, qui éconduit par les résistants se laisse entrainer par les collaborateurs, avant de se transformer en un très équivoque milicien, amoureux de la fille du juif qu’il devait dépouiller. Combien de jeunes gens épris seulement d’aventures et totalement dépolitisés se sont ils retrouvés ainsi pris dans les filets de la guerre et amenés à faire des choix qui relevaient plus du hasard et de leur naïveté juvénile que d’un engagement délibéré ? C’est là, dans la France d’aujourd’hui une leçon à méditer, même si elle ne cesse de nous interroger avec inquiétude, sur ce qu’est notre beau pays devenu.

Mais passé le temps du recueillement et celui de la sidération, la politique reprend très vite ses droits et sait exploiter habilement le malheur des hommes. Ainsi devant les dépouilles encore chaudes de toutes ces victimes de la folie humaine, la tragédie se fera bien vite à nouveau comédie, avec la grande farce de la présidentielle, afin que nous sachions tous très vite à qui a profité le crime.


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Yohan Yohan 23 mars 2012 09:24

    Les responsables sont ceux qui martèlent à longueur d’année que tout est de la faute de la France, ces adeptes de la culture de la repentance, ces gens qui instrumentalisent les jeunes paumés des quartiers en le poussant à haïr leur pays d’accueil. Comment fabriquer un terroriste ? vous avez la réponse.... 


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 23 mars 2012 12:30

      Il y a également les prècheurs de haine professionnels de sa religion qui sont coupables.

      Celui ci par exemple :

      http://www.youtube.com/watch?v=S8Fq9rA4tmI

      Et celui la aussi n’est pas mal dans le genre :

      http://www.youtube.com/watch?v=ujx5ZXV8z0k&feature=related

      A noter que même sur agoravax, d’AUCUNS osent prétendre que ce sont des résistants et donc des héros.

      Des résistants qui font le salut hitlérien ... comme ici !

      http://www.youtube.com/watch?v=6kWvZUV9hww

      Bref que des enragés avide de tuer.

      http://www.youtube.com/watch?v=QYXZXKuFUNM&feature=related

      Un candidat au martyre :

      http://www.youtube.com/watch?v=9SW8sTWU2-I

      Je ne retrouve malheureusement plus celui qui se prenait enpour Dracula avant d’aller s’exploser.

      On n’est pas sorti de l’auberge !





    • TicTac TicTac 23 mars 2012 09:33

      Je souhaite de tout coeur que tous ceux qui s’interrogent et montent des théories à des fins politiques lisent et comprennent votre article.
      La réconciliation nationale passera par l’acceptation de ces deux postulats :

      - Merah était un jeune en déshérence qui a finalement trouvé de quoi exprimer sa haine ;
      - L’ennemi n’est pas l’islam mais les salafistes qui embrigadent, forment et nous renvoient ces tueurs lobotomisés.

      Quant à ceux qui voudraient voir un complot franco-français dans cette affaire, je leur renvoie leurs beaux discours, lorsqu’ils pointaient chez le pouvoir en place une tendance à monter les français les uns contre les autres.
      Question : que font-ils, eux, aujourd’hui ?


      • TicTac TicTac 23 mars 2012 09:36

        Réponse partielle : ils commencent par voter négativement le commentaire...


      • Benoît RIVILLON Benoît RIVILLON 23 mars 2012 12:42

        Tancrède,


        Merci d’avoir soumis un article de cette qualité. 

        Puissions avoir tous ce recul nécessaire à plus de compréhension, et donc de détermination dans nos choix de société.

        Je partage votre texte sur les réseaux sociaux.

        (Pourquoi ne pas écrire sous votre nom d’état civil ?)

        • Kookaburra Kookaburra 23 mars 2012 19:58

          C’est un article courageux, à contre-courant, que j’apprécie pour cette raison. Je ne sais pas si je partage entièrement votre opinion, mais l’émission de Calvi ce soir allait un peu dans votre sens. De toute façon, l’exécution d’un jeune de 23 ans, soit-il meurtrier, n’a rien de réjouissant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Tancrede

Tancrede
Voir ses articles







Palmarès