Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ma main droite blâme ce que n’a pas fait ma main gauche (...)

Ma main droite blâme ce que n’a pas fait ma main gauche !

Les allemands et l’Europe vertueuse craignaient que Pierre Moscovici fasse preuve de laxisme et d’indulgence envers les objectifs budgétaires de la France quand d’autres pays, après des années d’austérité douloureuse, continuent de batailler pour atteindre les critères fixés par Bruxelles.

Qu’ils se rassurent les nouveaux repentis sont les pires jusqu'au-boutistes et pères fouettards.

La preuve : la France a été mise en garde à vue et en résidence surveillée par notre nouveau commissaire européen aux Affaires économiques et financières devenu le chantre de l’orthodoxie budgétaire.

Oubliées les déclarations d’un ancien ministre de l’Economie ne respectant pas les règles budgétaires de l'Union européenne et place aux discours enflammés fustigeant le déficit public français, problème qu’il connait sur le bout des doigts pour en avoir été un acteur appliqué et s’être fait le Hérault de la méthode Coué.

Ne déclarait-il pas en juin 2012 à Bruxelles : « La France parviendra à ramener son déficit public à 3% en 2013 sans mesure d'austérité »

Et bis repetitas en 2014 : « Pour tenir l’objectif de 3% en 2014 nous avons déjà décidé un certain nombre de mesures d’économies. Le gouvernement déploie sa stratégie pour muscler notre économie et renouer avec une croissance plus forte, plus solidaire ».

Je me contorsionne à gauche, je me tortille à droite ! Je girouette selon mes intérêts ?

Mais non, contrairement aux apparences, il n'y a pas de contradiction, Pierre Moscovici a simplement changé d'employeur !

La politique est devenue un métier et les hommes politiques sont devenus de bons professionnels. Au même titre qu’un cadre ou patron d’entreprise privée passé à la concurrence, ils font et disent, sans états d’âme, le contraire de ce qu’ils disaient ou faisaient hier, assumant d’autant mieux ce nouveau rôle qu’il est bien mieux rémunéré.

Et si à l’origine les indemnités législatives avaient été instituées pour permettre aux classes populaires d’accéder à la représentation nationale, elles sont aujourd’hui devenues quelque peu dévoyées par le cumul des mandats et autres indemnités pas toujours transparentes.

La politique est devenu un métier qui par le jeu des carrières électorales a secrété une caste de professionnels de la politique phagocytant ainsi le jeu démocratique. Et cette élite professionnalisée nourrit le malaise grandissant qui existe entre représentés et représentants.

Le problème est que la politique est censée être autre chose qu’un métier, c’est d’abord un engagement citoyen. La mission d’Etat ne devrait pas être un vain mot, une coquille vide et abstraite mais bien un devoir qui astreint l’homme politique à s’investir au nom du bien de la nation et du projet collectif pour contribuer à un avenir meilleur pour la société et le citoyen.

Et ce avec conviction et vision, ce qui sous-entend qu’à l’instar des dirigeants d’entreprise présentant leur démission à leurs actionnaires pour mauvais résultats, les politiciens malchanceux aient eux même la décence ou à défaut se voient contraints de démissionner.

Evidemment, il n’en est rien. Alors, comment croire aujourd’hui en l’homme politique qui ne croit plus en ce qu’il dit et en ce qu’il fait, changeant d’opinion et de discours au gré de son intérêt propre, privilégiant sa carrière au détriment de ses convictions et de la mission que les citoyens lui ont confié par les urnes.

Non, ça ne marche plus et tout cela finit par lasser.

Aujourd’hui les français expriment leur désillusion dans le rejet de l’Europe et dans l’abstention mais demain ce vote sanction pourrait tomber dans l’escarcelle des populistes d’extrême droite au risque de détruire nos valeurs républicaines.

Et puisque Pierre Moscovici joue les métamorphosés, souhaitons qu’il mette autant d’énergie à convaincre ses « ex employeurs » qu’il en a mis à essayer d’aveugler « ses nouveaux maitres » et que ses nouvelles croyances nous soient utiles pour exhorter la France à effectuer les réformes structurelles indispensables et cruciales pour augmenter le niveau de vie, abaisser les déficits publics, équilibrer les systèmes sociaux et enfin faire repartir la machine France.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • christophe nicolas christophe nicolas 9 mars 2015 09:48

    On peut changer de direction mais il faut expliquer rationnellement ce qui oblige à dire qu’on se trompait et en général, ils ne le font pas donc tout devient confus.


    Ils considèrent que c’est se nuire à soi même que se déjuger or comment progresser dans ce cas ? C’est impossible à moins de devenir cynique et menteur !

    Prenons un exemple : Vous étiez pour le nucléaire et vous avez cru les histoires de Tchernobyl comme quoi les responsables étaient totalement incompétents. Lorsqu’on lit les premières pages du rapport de Georges Lochak sur la tragédie de Tchernobyl, on comprend la débilité des explications en procès Stalinien qu’on nous a servies. 

    Monsieur Raymond SENÉ, Physicien, Membre de la commission Castaing à l’assemblé nationale concernant les surgénérateurs : « Ces problèmes de sauts de réactivité sont importants. J’ai discuté avec des gens qui travaillaient sur place. Ils m’ont expliqué que ce n’était pas arrivé une fois, deux fois, trois fois, mais peut-être une dizaine de fois, avec des enregistrements qui sont quasiment superposables. Ils ont la même forme, c’est le même électroencéphalogramme, et cela, c’est inquiétant. Cela veut dire qu’il y a un processus qui se développe, que l’on ne sait pas ce que c’est et que l’on ne sait pas ce qu’il faut faire pour l’empêcher. »

    Ce n’est pas maîtrisé d’un point de vue scientifique, c’est tout. La dure réalité montre que c’est un cul de sac scientifique et que la bonne voie est le nucléaire froid de l’ICCF19, c’est évident. Ces méthodes sont inacceptables car le CEA sait depuis longtemps, 1997 avec les expériences de Georges Longchampt, qu’ils ne comprennent pas tout (cf, fin de cet article)

    Voila un bel exemple d’idées fixes, les surgénérateurs incontrôlables au lieu de la fusion froide sans danger et décontaminatrise. Comme ils ne posent pas clairement le débat devant les élus et le peuple, tout cela crée de la confusion,qui amène des mauvais choix qui finissent par tuer 1 million de personnes faisant souffrir à l’extrême des jeunes mères, sans compter les cancers.

    Si vous expliquez aux gens au plus tôt avant un accident en France, ils comprendront. Si vous mentez et qu’on vous prend après un accident, là, les gens vous en voudront...

    • fred.foyn Le p’tit Charles 9 mars 2015 10:26

      Moscovici est la parfaite représentation de la servilité...Pour garder sa place il est prêt à aller au bois de Boulogne jouer les tapineuses..(ce qu’il fait au PS depuis des années... !)


      • soi même 9 mars 2015 13:13

        Quoi que l’on dise, quoi que l’on face, l’UE tien la France par les couilles et tant que il aura cette continuation à élire des ersatz de Président qui ne font pas leur boulot si ce n’est de l’enrichissement personnel , il n’aura pas de réponse réel, il aura une continuel soumission de validité, , il n’aura jamais une réponse face à cette humiliation !

        La seul réponse possible la chaise vide,, et l’arrête de tous versement à l’obole Européenne ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès