Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ma part de vérité !

Ma part de vérité !

Aujourd’hui les bouches s’ouvrent .
Il faudrait absolument que l’ouverture des dossiers secrets et notamment des compte rendus des séances du Conseil Supérieur de la Magistrature puissent être étudiés.
Si Mitterrand a écrit « ma part de vérité » il a oublié un chapitre : celui de la guerre d’Algérie...
Ce livre « François Mitterrand et la guerre d’Algérie » nous offre quelques éclaircissements.

« François Mitterrand et la guerre d’Algérie » de François Malye et de Benjamin Stora, Editions Calman-lévy, 291 pages, 18 €, octobre 2010

 Une faute majeure

François Mitterrand n’aurait pas aimé ce livre.

Les auteurs, sans se laisser aller à la caricature, sans dresser un réquisitoire s’attellent à lever le voile sur la politique algérienne de François Mitterrand….

Ils réussissent à bien expliquer les raisons qui ont poussé le futur président de la République

à couvrir de son silence, voire de son autorité les exactions des forces armées en Algérie.

Aurait-il pu agir autrement ?

Comment a t-il pu passer d’une analyse pertinente de la situation en Algérie à une politique répressive soutenue officiellement ?

Très vite Mitterrand glisse à Pierre Mendès France que la situation en Algérie est très malsaine, il n’hésite pas d’ailleurs à ajouter : « Il se passe des choses graves en profondeur. Il faut agir vite aux Algériens que nous voulons en finir avec le scandale dont ils souffrent depuis un siècle »

Ces déclarations ne l’empêchent pas de se transformer en faucon.

Il est vrai qu’il veut gérer le mieux possible sa carrière politique et quand on rêve de devenir président du Conseil, on est prêt à tout, ou presque.

Ce livre co-écrit par un grand reporter et un historien, spécialiste de l’histoire de l’Algérie nous offre un dossier consistant.

Dire que le président de la République qui fera voter la loi d’abolition de la peine de mort fut un ministre de la « justice » implacable, n’hésitant pas à voter pour l’exécution capitale lors des réunions du Conseil supérieur de la Magistrature !

La « veuve » fonctionnait à un rythme soutenu.

Fernand Iveton, militant communiste sera le seul européen exécuté durant cette guerre.

Il sera guillotiné le 11 février 1957.

Les deux auteurs consacrent un chapitre entier à cette page noire du mouvement ouvrier…

C’est effectivement une page noire.

La direction du PCF, non contente d’avoir votée les pleins pouvoirs à Guy Mollet en 1956 dissuadera les « rares avocats du PC qui se sont proposés » à défendre le camarade Iveton.

Quant à la « gauche » gouvernementale, François Mitterrand en tête, elle sacrifiera sur l’autel de l’union sacrée le militant communiste, pourtant innocent de toute violence meurtrière.

« Une chape de plomb est tombée sur cette période »…

Il est temps que les bouches s’ouvrent et que l’ouverture de toutes les archives contribue à lever tous les tabous.

François Mitterrand, homme politique expérimenté, « n’a-t-il pas raté le grand rendez-vous de la décolonisation algérienne ? » et à quel prix ?!

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • CHALOT CHALOT 21 décembre 2010 17:00

    Rancunier, non ! cohérent et le plus objectif possible : oui !
    Je suis un homme de gauche mais refuse l’amnésie pour les erreurs commises par ceux qui-au gouvernement- seraient de ma famille politique.
    Un point c’est tout !


    • OMAR 21 décembre 2010 20:35

      Omar 33

      Bonsoir Chalot :« François Mitterrand n’aurait pas aimé ce livre.

      En Fait, F. Mitterand n’aurait pas aimé beaucoup de choses dont :

      Les Algériens
      L’indépendance de l’Algérie..
      Son role dans la création et l’entretiende l’extrémisme religieux en Algerie. 
      La prospérité des pays sous développés
      La création de l »Etat de Palestine..
      La vérité sur son parcours politique et son « caméléonnisme »
      Sa réelle appréciation du peuple français, etc...
      .


      • anty 21 décembre 2010 21:51

        La prospérité des pays sous développés

        J’espère que vous n’englobez pas l’Algérie ?....


      • Capone13000 Capone13000 21 décembre 2010 21:06

        Mitterand n’était pas de gauche, c’est une certitude, ce clivage ne sert qu’au peuple, les poliitques choissisent leur camp par opportunisme.
        Ceci dit Mitterand était un humaniste qui s’opposait à toute ingérence ou guerre préventive, il a d’ailleurs fini par agasser G Bush (Père) par sa droiture en la matière.
        C’était aussi in fin stratège, la facon dont il a dilué les communistes dans son gouvernement afin d’étouffer toute constestation est remarquable, c’est d’ailleurs ce qu’a essayé de faire sarkozy.


        • anty 21 décembre 2010 21:48

          Bon à savoir ,
          le communisme se dilue facilement dans l’argent capitaliste
          Est -ce cette fameuse corde dont rêvait lenine pour pendre les capitalistes ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès