Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Macron disciple d’Aristote ?

Macron disciple d’Aristote ?

C’est ce que suggère un article paru dans le Figaro[1]. Progressons dans la définition des termes.

En effet, après avoir appris que « la loi Macron obéissait à un concept simple : réveiller l'activité », on nous rappelle que celui qui doit se sentir bien seul - étant donnée sa supériorité intellectuelle sur les autres membres du gouvernement - a été secrétaire de Paul Ricoeur (1913-2005). Pour mémoire, rappelons brièvement qui est cet intellectuel touche à tout, considéré comme un « philosophe » respectable. Eclectique, on peut tout de même définir ses axes principaux qui s’inspirent de l'existentialisme et de son corollaire la phénoménologie. Ses écrits sur l'herméneutique et la philosophie analytique le classe sans problème chez les relativistes[1].

On s’étonne dés lors de lire cet étonnant rapprochement entre le disciple Macron (« J’ai rencontré Paul Ricoeur qui m’a rééduqué sur le plan philosophique ») et Aristote, philosophe réaliste qui s’appuie sur une loi naturelle universelle et nécessaire. « La politique sans la philosophie n'est qu'un cynisme, un nihilisme. » (Le 1) nous rappelle le jeune économiste formé à l’anglo-saxonne.

Bigre ! Il a l’air bien le petit ! Finalement, Emmanuel Macron, c’est un philosophe de la vie. Même s’il a surtout travaillé la définition de celle-ci dans les bureaux feutrés de la banque d’affaires Rothschild après s’être vu validé ses qualités intellectuelles par l’ENA... Il y occupe divers postes : « analyst », « manager », « assistant director », puis « director », « managing director » et « partner , etc.

Le but de ses missions ? Conclure les deals (dans le jargon des banques d’affaires : « exécution ») : vendre une filiale, fusionner avec une entreprise, etc. Quand des emplois sont en jeu, on parle alors de « doublons ». Ah ! Les mots !

Dans son livre-enquête « Rothschild, une banque au pouvoir » (éd. Albin Michel, 2012), Martine Orange cite Macron qui reconnaît lui-même que les analystes suivent des réflexes acquis : « Le métier de banquier d’affaires n’est pas très intellectuel. Le mimétisme du milieu sert de guide. »

Il semble assez clairvoyant : dans un article publié par le journal américain Wall Street Journal, Emmanuel Macron résume son ancienne activité de banquier d'affaires : « On est comme une sorte de prostituée. Le job, c'est de séduire »

Le positivisme est une philosophie de valet. L’activisme de ces tartuffes éblouit notre grisaille quotidienne de travailleurs-esclaves. Mais travaillons aussi notre jugement.

Car encore faut-il définir précisément à quoi sert cette fougue. Pour progresser en ce sens, nous conseillons le tout récent article de notre collègue « Nouvelles du Front » sur la vraie utilisation de l’article 49.3 concernant la loi dite « Macron ».

Peut-être va-t-on bientôt nous présenter Hollande disciple de Platon et Valls disciple de Jésus-Christ… En attendant, ce sont de petits exécutants au service des financiers qui mènent le monde. Leur arrogance inhumaine apparaît de plus en plus au grand jour, tout comme celle de leurs maîtres. Il faut entendre Christine Lagarde réclamer des « adultes » aux groupes de discussion avec la Grèce…

Il peut sans doute arriver à Emmanuel de parler de philosophie, de parler d’Aristote, mais par pitié, monsieur Vincent Tremolet de Villers, n’en faites pas un disciple d’Aristote. Vous participez là à la défiguration de la philosophie.

 

[1] Son l’influence est toujours grande dans les milieux intellectuels contemporains. Il a en outre exposé les relations entre options religieuses et exégèse dans Lectures, III. Son herméneutique philosophique est essentiellement subjectiviste et immanentiste : il reste en cela fidèle aux options protestantes de ses origines familiales. De la part d’un philosophe positiviste, on ne s’en étonnera pas. Mais il est un des maîtres à penser des exégètes positivistes actuels.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 11 juillet 2015 16:28

    Faut vite se l’envoyer en Grèce le Macron qu’il nous montre comment il va sortir les illettrés de la crise ....


    • baldis30 11 juillet 2015 22:18

      et le mot qu’il fallait lâcher clairement se trouve en plein milieu du renvoi en fin d’article faisant référence à des options religieuses.

      cela rejoint étrangement un article dans La Repubblica de lundi ou mardi dernier sur la différence de concept du débit entre la Grèce et l’Allemagne où ce concept est strictement équivalent à celui de faute voire de péché, concept purement religieux. Le pouvoir serait il à Genève ? 


      • Jean Keim Jean Keim 12 juillet 2015 09:14

        Le pouvoir est partout et son siège nulle part, cet aphorisme qui a été inventé pour définir Dieu s’applique également à la finance et à son bras droit : la banque.

        Nous agissons suivant notre savoir, il ne peut en être ainsi autrement, c’est un truisme que le dire et E. Macron formaté comme tout un chacun par son vécu agit en conséquence ... seulement lui et ses maîtres quels qu’ils soient en ont-ils en conscience ?

        La révolution des consciences ne peut se faire sans la perception de ce qu’est une conscience et s’interroger sur ce qu’elle est est penser, la pensée peut-elle accoucher d’un monde réellement nouveau ou bien encore, la pensée peut-elle accéder à une nouvelle conscience ? Ne pas se poser la question c’est inévitablement retomber dans ce que nous pratiquons depuis que le monde a une histoire.

        • fred.foyn Le p’tit Charles 12 juillet 2015 10:25
          Macron disciple d’Aristote ?...petit personnage « Pédant » formé par la finance pour la finance point.. !..d’Aristote, il ne possède que les chevilles enflées..Vous lui donner un intellect qu’il ne possède en aucune façon...C’est un banquier à la mentalité déviante comme tout les banquier.. !

          • Samson Samson 12 juillet 2015 16:19

            Après l’enivrante lecture du catalogue de « Zadig&Voltaire », c’est quoi « Aristote » : La dernière marque de cirage « high-tech » en vogue ? smiley

            « Peut-être va-t-on bientôt nous présenter Hollande disciple de Platon et Valls disciple de Jésus-Christ ... »

            Tout le bonheur de la novlangue et de ses trésors lexicaux : une fois mots et concepts vidés de tout sens, il est de bon ton de bien les agiter pour surtout leur faire dire absolument n’importe quoi. Et ce ne sont guère les budgets alloués à la qualité de l’enseignement qui empêcheront le pigeon lobotomisé de se faire bluffer.

            Mais s’il fallait vraiment qualifier leur discipline, je classerais plutôt ces sombres ahuris parmi les adeptes de Vlad Dracul et Moloch-Baal.


            • Gibelin 13 juillet 2015 05:24

              « La politique n’est pas une activité intellectuelle... je le plains... » Ceci dit, cela nous change, d’avoir, autre chose qu’un politique ! Cela devrait rassurer, mais ce n’est pas le cas. Pourquoi ? 

              Un intellectuel de bon niveau, fait peur, dans la nation où l’égalité reste le principe fondateur. Aucune tête ne doit dépasser... A l’intelligence, en France, on préfère la perversion et la manipulation, le tout enveloppé dans des discours surannés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès