• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > MACRON, LE PRESIDENT SOLEIL 1ere partie : le temps du « comme si (...)

MACRON, LE PRESIDENT SOLEIL 1ere partie : le temps du « comme si »

Nous le savions jeune, beau, brillant, cultivé, grand orateur, transporteur de foules, expert en finance publique et privée etc. Depuis son adoubement, les louanges pleuvent, ricochent, abasourdissent. A en croire les commentateurs et politiques ralliés à sa cause, Macron regroupe à lui seul les qualités de tous ses plus talentueux prédécesseurs. Un démarrage zéro défaut, que dis-je, plus que parfait. De Gaulle aurait-il enfin son successeur ? Pour y croire, il suffit de faire comme si, comme si tout était vrai, nouvel usage de la méthode Coué. Et cela marche du tonnerre !

JPEG

- On dirait que moi je suis Jupiter et toi Louis-Philippe.

- On fait comme pour de vrai ? Et ils vont nous croire ?

- Tu verras, ils feront comme si.

Un tel jeu ne saurait durer. Fermez les yeux, fort, fort. Ouvrez : Macron Président ! Alors nous n’avions pas rêvé, ce n’était pas un jeu. Macron est partout, tacticien prodigieux, stratège de génie, grand visionnaire, expert en tout, hyper compétent, grande image de la France, impérial chef des armées etc. Allons ! Ne boudons pas notre plaisir, réjouissons-nous, il était temps ! Voici qu’un grand rénovateur nous est né. Macron a compris, Macron a agi, Macron a réussi. Il est entré dans l’histoire. Mieux que l’hymne à la joie, un tantinet trop germanique, c’est la chanson de Michel Fugain qui eût davantage convenu à la soirée du Carrousel : « Tout va Changer, ce Soir. » Les gens auraient allumé leurs briquets ou vaporettes, faisant des milliers d’étoiles, et l’on aurait pleuré, comme au temps du Big Bazar.

 

ON SE LEVE TOUS POUR MACRON !

La victoire de Macron était prévisible, je fais partie de ceux qui en furent le plus tôt convaincus. Mais qui aurait pu s’attendre à cet unanimisme ? Qu’il lui ait suffi d’être présent au deuxième tour pour triompher, c’est entendu. Il y a gagné sa place sans même atteindre les 25% que je pronostiquais dans mon article du 1er février.

Mais comment pouvait-on s’attendre à cet étourdissement collectif ? Au point où nous en sommes, ce n’est plus tant la victoire de Macron qui décontenance que la disparition à vaste échelle de tout esprit critique. Politiciens, journalistes, politologues, commentateurs de tous poils, tous font « comme si ». De Macron, l’on parle comme s’il s’agissait d’un homme politique expérimenté, parvenu au firmament d’une brillante carrière. Comme si cet homme avait tracé son destin en chef de file d’un courant de pensée, comme si, tel Bonaparte revenant d’Egypte après avoir vaincu l’Autriche en Italie, il avait démontré tant de valeur qu’il soit de toute évidence l’homme de la situation. On parle de Macron comme on aurait pu parler de Mitterrand au lendemain du 10 mai 1981 et comme l’on n’en a pas parlé. Qu’on se souvienne combien le vainqueur de l’Union de la Gauche, ministre une douzaine de fois entre 1945 et 1957 a été l’objet de moqueries, de mépris. L’on ne mâchait pas ses mots pour le rabaisser, avec sa bande de profs barbus à col roulé. Toute cette clique de socialo-cocos, où allait-elle trouver la capacité de gouverner le pays ?

Aujourd’hui, la charge de Premier ministre incombe à un protégé de Juppé qui, la veille du premier tour, raillait encore Macron dans sa chronique à Libération. Un vieux briscard comme Bayrou s’est allié à l’homme en marche après l’avoir mis accusé d’être inféodé aux forces de l’argent. Hulot, qui avait boudé Sarko puis Hollande, s’engage tête baissée au service de Macron, et tant pis pour le nucléaire... De ces deux comme de Bruno Le Maire ou de Le Drihan, la presse parle de « grosses prises » dans la composition d’un gouvernement qui tourne le dos à la vieille politique. C’est une renaissance !

La France avait besoin d’un renouveau de sa classe politique et parce qu’il l’a mieux compris que quiconque et possédait le talent pour cela, Macron a tout naturellement percé. Rien de suspect, d’étrange, d’énigmatique. Comment ne pas s’en remettre, fut-il un inconnu hier encore, à un homme qui a eu l’idée géniale de dépasser le clivage entre gauche et droite ? A un homme qui a parlé d’entrer enfin dans le XXIème siècle et proclamé avec une si belle ardeur que la France avait de grandes capacités en elle ? Le seul fait de dire de telles choses ne vaut-il pas toutes les années d’expériences, toutes les analyses élaborées, tous les combats de longue haleine pour telle ou telle grande cause.

A quand faut-il revenir pour trouver pareil engouement ? A De Gaulle ? A Napoléon ? Sa référence à Jupiter et des commentaires-flatteries allant jusqu’à prétendre qu’il pourrait transformer du plomb en or, une telle débauche de superlatifs ferait plutôt penser à notre Roi Soleil. Et quel mauvais esprit faudrait-il avoir pour se montrer perplexe à l’égard de ce grand ralliement, de cette union du peuple autour de ce grand président ? Le mien, peut-être.

 

LE REVERS DES APPARENCES

Parler d’opération orchestrée au plus haut niveau de l’Etat – Macron Président : le coup de maître de Hollande – peut sembler extravagant ou par trop mécaniciste. Ma théorie formule toutefois une explication logique à ce qui dépasse a priori l’entendement :

  • Un inconnu est nommé ministre de l’Economie en août 2014. Aussitôt débute une médiatisation sans précédent, menée avec la force et la cadence d’un pilonnage d’artillerie de la guerre des tranchées.
  • Une fois le terrain préparé, c’est l’offensive. Macron crée En Marche, fait durer son opposition de surface à Hollande avant de démissionner moins d’un an avant sa victoire aux présidentielles.
  • Une campagne à gros moyens marketing est financée Dieu sait comment et par qui. Quand on se souvient du mal qu’on eu les grands partis pour financer les leurs : Juppé pour le RPR et Emmanuelli pour le PS, condamnés pour détournement de fonds, Sarkozy ayant dû se soumette à l’humiliante comédie des enveloppes de Mamy Zinzin…A côté, du jour au lendemain, bizuth de la politique, Macron dispose d’une manne qui lui donne toute latitude d’action.
  • La présidence gagnée, la mascarade ne se calme pas, tant s’en faut.
  • La liste Macron pour les législatives qui devait être présente partout, est absente dans cinquante circonscriptions pour ne pas gêner les politiciens de poids qui s’y présentent, ces politiciens « du passé » qu’il était question de remplacer par de nouveaux visages. Il nous faut pourtant faire comme si elle était la première manifestation du renouveau avec son label répété à l’envi de « société civile », appellation des plus contestables quand on explore la chose de près : Macron, de la Révolution au Grand Recyclage.

A ce bref passage en revue, je voudrais ajouter un regard plus appuyé sur deux points :

  1. la réalité de ce gouvernement, présenté comme révolutionnaire ;
  2. la doctrine institutionnelle de Macron (sera l’objet d’un 2e article)

 

LE GOUVERNEMENT "SOCIETE CIVILE"

Composé de vingt-deux membres, la parité homme-femme étant respectée, il présente une moyenne d’âge de 55 ans, qui ne s’accorde guère avec la jeunesse tant célébrée du Président. Mais c’est surtout le faux-semblant de société civile qui est à souligner. La presse distingue onze professionnels de la politique et onze personnes issues de la société civile. Voyons ceci de plus près :

Les onze politiques « officiels » sont : Gérard Collomb, Jean-Yves Le Drian, François Bayrou, Sylvie Goulard, Richard Ferrand, Bruno Le Maire, Gérard Darmarin, Jacques Mézard, Annick Girardin, Marielle de Sarnez, Christophe Castaner.

Notons parmi eux, cinq vieux briscards qui n’expriment guère la volonté de renouveler les « visages » : Gérard Collomb, Jacques Mézard, Bayrou & Sarnez et notre Dany Boun version senior, Le Drihan. La révolution macronnienne atteint vite ses limites quand il s’agit de ménager de précieux alliés…

Viennent ensuite ceux qui ne sont pas présentés comme des politiques alors qu’ils le sont.

 

Nicolas Hulot : il n’a cessé de « flirter » avec le monde politique. Dès 2002, il devient un conseiller de Chirac. En 2007, il est avec les Verts pour préparer la présidentielles et renonce de peu à faire acte de candidature, ce qu’il fera en 2011, s’opposant à Eva Joly lors des primaires d’Europe Ecologie les Verts. En 2012, enfin, il est nommé par Hollande "envoyé spécial pour la protection de la planète". Une telle implication ne ferait pas de lui un politique ? Et son statut de personnalité internationale en matière de défense de l’environnement le cantonnerait au statut de citoyen « issu de la société civile » ?

 

Elisabeth Borne : au prétexte qu’elle est devenue pdg de la RATP, poste dévolu à des hauts-fonctionnaires engagés politiquement, elle est présentée comme une sorte de manager, ce qui a valeur du si prisé label société civile. En réalité, cette « corpsarde » de Polytechnique, ingénieure des Ponts & Chaussées, a passé le plus gros de sa carrière dans les cabinets ministériels : Education nationale avec Jack Lang puis Lionel Jospin, Premier Ministre (conseillère transports de Jospin en 1997) et enfin directrice de cabinet de Ségolène Royal (Ecologie) en 2014

 

Muriel Pénicaud :  Après un début de carrière comme fonctionnaire territoriale puis au ministère du travail où elle devient curieusement directrice sans être énarque ou avoir atteint par promotion interne, le grade d’administrateur civil. Elle entre ensuite au cabinet de Martine Aubry (1991-1993) et c’est ensuite une série de confortables pantouflages au sein de grands groupes : BSN Gervais Danone et Dassault, à des postes de direction et des sièges en divers conseils d’administration. Ce qui n’empêche pas Chirac de la nommer première présidente de l’Institut national du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (2006-2009) et membre du Haut conseil du dialogue social. Alors, le label société civile a de quoi faire sourire…

 

Mounir Mahjoubi Benjamin du gouvernement et (seul) Arabe de service. Militant du Parti socialiste de 2002 à 2015, il s’engage en 2006 dans la campagne numérique de Ségolène Royal, puis en 2012 auprès de François Hollande. Début 2016, ce dernier le nomme à la présidence du Conseil national du numérique (CNNum). Tout est dit. On nous parle de quelques start’up que Mahjoubi aurait créées. Mais rien n’est dit sur ce qu’elles sont devenues.

Ces précisions étant faites, le nombre de politiques, passe de onze à quinze. Examinons à présent les autres membres pour nous rendre compte à quel point leur label société civile est à relativiser.

 

Agnès Buzyn Professeur en médecine, épouse du directeur général de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, Agnès Buzyn a été nommée, en mars 2016, présidente du collège de la Haute Autorité de Santé, par François Hollande. Bien sûr, l’obtention d’une telle position est sans rapport avec une quelconque implication politique.

 

Françoise Nyssen 66 ans, propriétaire des Editions Acte Sud. Certes cette fille de millionnaire belge qui s’est payé le luxe de créer de toutes pièces sa maison d’Edition à Arles, n’a jamais eu d’activité politique connue. La presse ne tarit pas d’éloges sur sa nomination, confondant sans doute les auteurs édités chez Acte Sud avec sa patronne, pas du tout littéraire de formation ni de métier. Recrutée par son père pour assurer la gestion financière du groupe familial en duo avec son mari Jean-Paul Capitani, sa tasse de thé est plutôt l’école alternative qu’elle a créée : Le Domaine du Possible, fondée sur la méthode Steiner-Waldorf, pangermaniste raciste du début du XXe siècle, fondateur de l’anthroposophie, la doctrine ésotérique et mystique d’une mouvance sectaire bien connue comme telle par les associations de lutte contre les dérives du même nom. Accordons à cette bobo d’un genre spécial d’appartenir, par défaut, à la société civile… mais une société douteuse bien éloignée de celle du Français moyen dont on risque de reparler…

 

Jean-Michel Blanquer Directeur de l’ESSEC, c’est un haut-fonctionnaire de l’Education Nationale qui a été notamment recteur d’académie et directeur-adjoint du cabinet du ministre Gilles de Robien. Là aussi, n’ayant pas eu de mandat public électif, il bénéficie du label société civile selon les critères d’En Marche…une société civile « haut de gamme », très proche du pouvoir.

 

Frédérique Vidal Professeur des universités, une scientifique, elle est directrice de département de l’UNS, Université Nice Sophia Antipolis. Accordons-lui le label.

 

Laura Flessel Quintuple médaillée aux JO, cette escrimeuse est membre du Conseil économique, social et environnemental, et du Conseil national du sport. La presse en fait tout un plat comme si c’était la première fois que le portefeuille des sports était dévolu à un(e) champion(ne). De Maurice Herzog à David Douillet, en passant par Chantale Jouano, François Lamour, également champion d’escrime, Guy Drut ou Roger Bambuck, la liste des champions ayant occupé cette position est longue. Peut-on parler de société civile ? Le cas se discute.

 

Marlène Schiappa Ecrivaine, journaliste et créatrice du blog Maman Travaille, elle a commencé son implication en politique dès 2001 comme candidate aux municipales de Paris. En 2014, elle devient adjointe au maire de la ville du Mans, le PS Jean-Claude Boulard. En 2015, la secrétaire Laurence Rossignol la fait entrer à son cabinet, qu’elle quitte pour rejoindre la campagne présidentielle de Macron. De fait, nous avons affaire à une politique et non à une « société civile ».

 

Sophie Cluzel Responsable associative très impliquée dans la défense des enfants handicapés, étant mère d’une trisomique. Le label société civile est ici justifié.

 

Au total, nous avons donc en réalité, non pas onze mais seize membres du gouvernement au label « politique » et parmi les « société civile », qui passent de onze à six, deux sont des hauts fonctionnaires et une est membre du Conseil économique et social. Enfin, la totalité des vingt-deux ministres et secrétaires d’Etat appartient aux strates sociales supérieures. Pas une seule profession intermédiaire ou modeste n’y est représentée.

 

Dans un prochain article, j’aborderai, en deuxième partie de cette réflexion sur notre Président Soleil, la doctrine institutionnelle dont il n’a pas tardé à dessiner les contours. J’entends montrer que Macron, qui affiche sa volonté de concentrer le pouvoir exécutif en sa personne, ceci au détriment du pouvoir législatif, s’inspire, comme il se dit, du modèle gaullien. Gaullien et pas gaulliste. En effet, si la Constitution de la Vème République résulte bien des réflexions des partisans du général et de la référence que fut le discours de Bayeux de 1946, la pratique qu’en fit De Gaulle fut toute personnelle.

Cette mise au point sur les vraies fausses racines de la Ve République sera l’occasion de faire tomber un autre « comme si » à propos du rôle véritable des ministres.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Etbendidon 24 mai 10:06

    Excellente analyse et bel article
    * bémol : vous auriez pu vous fouler un peu plus avec le montage photo !
    Un inconnu est nommé mnistre en aout 2014 ...
    Teuh teuh la conspiration remonte bien avant
    Je me rappelle avoir feuilleté un Paris Match de 2013, il y avait déjà Macron avec d’autres jeunes loups de l’élysée. les commentaires étaient élogieux !
    C’est une CONSPIRATION de grande ampleur et tous les merdias sont complices
     smiley
    Et la campagne des législatives, vous en entendez parler ?

    Que dalle c’est comme si REM avait déjà la majorité absolue
    Du coté journaleux ce n’est que louanges
    * une petite observation : Dans l’ouest dès les panneaux d’affichage installés (lundi) il y avait déjà les affiches du candidat de REM, les autres panneaux vides ?
    et la soi disante opposition ????
    FN en implosion (on ne parle que de Phillipot qui va se tirer
    FI que dalle à part le parachutage de merluche sur Marseille où il va se ramasser face à patrick Menucci pur marseillais de langage et de faconde
    LR ils attendent le moment de tourner la veste
    PS has been dehors et les égolos ouaf ouaf
    Bref les jeux sont faits et la suite ne sera pas triste enfin façon de parler
     smiley


    • Cazeaux Cazeaux 24 mai 16:04

      @Etbendidon
      Merci pour votre appréciation. 

      Pour le montage, il est vrai que sur le coup de 1h du matin, j’avais envie de boucler mon affaire ! Si vous connaissez un logiciel gratuit qui permette de détourer facilement, je suis preneur.

      Votre info sur le Paris Match de 2013 est intéressante. Toutefois, il semble s’agir d’un papier focus sur les jeunes conseillers, dont Macron. En 1991, il y avait eu Anne Lauvergeon à sa place. On en avait parlé ici et là parce qu’elle était jeune (32 ans) et femme. Mais c’est bien plus tard qu’elle a fait les unes, comme pdg d’Areva. 
      Je ne crois pas faux que la médiatisation plein pot ait commencé avec la nomination de 2014, en remplacement de Montebourg, en soi une première car un SGal adjoint ou pas, n’est pas nommé ministre sans avoir une légitimité politique ; exemple : Beregovoy. 

      Les législatives, vos remarques sont pertinentes, mais c’est tout un sujet. Il est vrai qu’un silence étrange entoure le FN. Le débat ne saurait expliquer à lui seul cette baisse soudaine de tension. 
      J’avais noté par avance des facteurs négatifs : entourage douteux de Marine, manque flagrant de professionnalisme au plan communication, tant numérique que par le choix des porte-paroles.

      J’ose encore espérer que les jeux ne soient pas encore faits. Sarko, dont je ne partage pas du tout les opinions, est un batailleur. Qui sait, si en douce, il ne va pas orchestrer une contre offensive...
      Il dispose de Ferrand avec l’affaire des terrains loués à sa compagne et Nyssen avec son école liée à une sorte de secte aux racines pangermanistes et racistes, et qui n’a pas de fibre particulièrement culturelle, s’étant occupée de l’aspect financier d’Acte Sud.

    • PiXels PiXels 24 mai 18:13

      @Cazeaux
      .

      « Si vous connaissez un logiciel gratuit qui permette de détourer facilement, je suis preneur. »

      L’informatique progresse à une vitesse vertigineuse.
      Malheureusement (ou heureusement ?) dans certains domaine elle n’est pas près de remplacer le cerveau, l’œil, la main ..
      Du coup, les miracles dans ce domaine c’est toujours à Lourdes qu’il faut les attendre... et ils n’arrivent pas tous les jours smiley

      Y’ a bien un petit logiciel pas très connu (Adobe Photoshop) qui quand on sait se servir de sa « baguette magique » peut donner des résultats « acceptables » rapidement.

      Si vous ne voulez ni investir ni avoir recours à des solutions (heum ?!)... y a GIMP aussi efficace pour ce type de « job » mais un peu moins convivial.

      Mais pour un « détourage » digne de ce nom... faut savoir s’armer de patience. (bon, ça dépend aussi du sujet)
      En l’occurrence pour votre « montage » non seulement le « détourage » est pas piqué des hannetons (because la « tignasse ») mais en prime pour un résultat propre y a du boulot de « retouche ».

      N’ayez donc aucun regret.
      Pour une simple publication sur Agoravox, le nombre d’heures de boulot n’aurait pas été justifié.

      N.B. Demandez à Rakoto... il semblerait qu’il ait découvert Photoshop il y a peu et depuis ,y fait joujou avec comme môme avec des Legos.

    • Etbendidon 24 mai 18:43

      @Cazeaux
      Merci d’avoir répondu (ce n’est pas le cas de tous les rédacteurs)
       smiley
      je viens de faire le ménage dans mes favoris (il était temps !) et du coup je suis retourné sur un site satirique (honte du web depuis 1996) que je n’avais pas revisité depuis des mois et j’ai trouvé ça :
      http://www.lorgane.com/LA-PREUVE-DE-LA-RELATION-MACRON-GALLET-QUE-LES-MEDIAS-REFUSENT-DE-SORTIR-_a1361.html
      Et bé comme y disent dans le midi
       smiley
      Sinon j’utilise macromedia FIREWORKS FX version ancienne que l’on peut obtenir gratos en téléchargement et plus facile que photoshop (détourage avec le lasso)


    • PiXels PiXels 24 mai 19:46

      @Etbendidon
      .

      Généralement vos commentaires ont plutôt tendance à me faire sourire (voire franchement rigoler)
      Mais là...

      Ben en fait, tout preil !

      « Sinon j’utilise macromedia FIREWORKS FX version ancienne que l’on peut obtenir gratos en téléchargement et plus facile que photoshop (détourage avec le lasso) »

      Et « sinon » Macron il utilise macromedia BRIGITTE FX, version (très ancienne) « retouchée » avec FIREWORKS.
      Pas sûr que vous gobiez facilement si pour s’en débarrasser il vous la refile gratos en vous expliquant qu’elle est « plus facile » qu’Iris Mittenaere  smiley

      Macromedia... quelle daube !!!

      Et pour le « lasso »... sur TOUS les logiciels de « retouche » il existe toujours (au moins) dix façons différentes d’obtenir un même résultat (mais chacun son métier.. moi pour ma bagnole, à part les « niveaux » et la vidange... )

      Mais si vous avez 5 minutes (5 heures ?... 5 jours ?) à perdre pour nous « incruster » proprement la tronche à Ducon dans le portrait du Roi Soleil avec Fireworks... je suis curieux de voir le résultat !

    • Etbendidon 24 mai 21:48

      @PiXels
      Ouh la la mais faut pas monter sur vos grand chevaux comme ça mon vieux !
      je n’ai pas la prétention d’être infographiste pro !
      j’utilise fireworks depuis 20 ans et j’ai réalisé des centaines de montages photos pour rigoler avec les copains
      D’ailleurs sur ce cas de figure je ne me serais pas emmerdé à détourer.
      J’aurais tout simplement exporté la photo de macron en gif avec fonds transparent, puis copié/collé sur la photo de louis XIV et ajusté les dimensions
      Comme la couleur de cheveux est presque identique ça aurait passé pour AV !
      Quant à votre logiciel GIMP je l’ai essayé 1 heure sur linux et j’ai laissé tombé car IM-BU-VABLE !
       smiley
      Autrement pour ma bagnole je suis aussi capable de changer les essuie glaces, les 4 pneux, la batterie et meme ls plaquettes de frein et je ne suis pas mécano
       smiley
      PS j’ai aussi utilisé dreamweaver pour faire des sites internet comme quoi macromédia ce n’est pas que de la daube !
      Dire qu’il y a du SECTARISME meme dans l’informatique mais quel monde !


    • PiXels PiXels 24 mai 22:41

      @Etbendidon

      Je « monte pas sur mes grands chevaux ».. l’essentiel de mon activité consistant à les photographier (ou a les filmer (les chevaux.. et leurs cavaliers).. mais comme je suis pas raciste je ’shoote« aussi les »petits« ...et même les poneys !

      J’essaie de rigoler de tout mais comme j’ai pas le talent de Desproges.....

      Pour les balais d’essuie-glace, j’avoue.. je fais aussi.

      Et pour le »sectarisme« .. ici, à part l’UPR (Non, je déconne.. enfin presque)

      Dreamweaver a été avalé tout cru par ces pourris de Adobe que j’ai le plaisir de »baiser« depuis.... mais qui il faut bien le reconnaître produisent les meilleurs logiciels de traitement  »professionnel« de l’image (hormis Final Cut) !


      Après, que ce soient des »usines à gaz".. on est d’accord ! (faut bosser un peu)

    • PiXels PiXels 24 mai 22:50

      N.B. Je vais pouvoir vérifier au passage si les « algorythmes » qu« on nous vend pour »surpuissants" sont aussi efficaces qu’ILS le prétendenr. Sic’est la réalité, merci par avance pour les oranges !


    • famigori famigori 25 mai 13:11

      @L’auteur

      Gimp 2 est pas mal et totalement gratuit.. en plus pour des montages photo simple il sera plutôt accessible. 

    • Freres Pétard 25 mai 18:33

      @Cazeaux

      Bonjour, un logiciel gratuit pour photo :

      http://www.photofiltre-studio.com/news.htm

      J’utilise la version 6 gratuite .

      Simple d’utilisation, beaucoup moins compliqué que Gimp, sous Linux je le fais tourner avec Wine .

      Salut


    • Cazeaux Cazeaux 25 mai 20:07

      @Freres Pétard
      Merci à vous, vais essayer.


    • JBL1960 JBL1960 27 mai 10:36

      @Cazeaux Si vous le permettez, je puis vous conseiller GuillaumeTC de #CroisonsLes, pas besoin de logiciel car il réalise des mixages de personnages comme ici Macron dans « Emmanuel Moire en Roi Soleil » ce qui donne « Versailles 2.0 ».
      La plus terrible et cruelle étant celle qui regroupe Les François (Mitterand et Hollande)
      Perso, je m’en sers très souvent pour illustrer mes petits billets, j’ai utilisé celui-ci pour illustrer les vrais chiffres du chômage donnée par Patdu49 ici-même.
      Et Macron dans Thatcher pour expliquer de qui Macron de Rothschild était le N.O.M....
      Ne pensez-vous pas, tout simplement qu’il fallait que ce soit Macron, et personne d’autre, d’où la sortie de route de l’écurie Les Républicains pilotée par Fillon et le débat truqué où La Marine s’est couchée en live ?
      Précisément parce que c’est un coup de maitre de la part du Bien-Zélé Hollandouille (comme dernier service rendu à ses Maitres ?) et comme l’a analysé Wayne Madsen dans son dernier article« Macron, cheval de Troie américain à l’Élysée » que j’ai complété avec mes propres infos et recherches depuis plus d’un an sur la Taupe Macron.


    • Fergus Fergus 24 mai 11:08

      Bonjour, Cazeaux

      Macron n’a en aucune manière « dépassé le clivage droite-gauche » : il a fédéré sur son nom l’ensemble de la droite modérée allant des hollando-vallssistes aux juppéistes et lemairistes en passant par un centre orphelin. Autant de composantes réunies par la même doxa libérale, et par conséquent très proches les unes des autres.

      Car en réalité la gauche existe toujours, elle s’exprime dans le cadre de la France Insoumise.Considérer qu’elle est moribonde en se référant au PS relève d’un abus de langage, probablement involontaire, qui pervertit le débat.

      Cordialement.


      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 24 mai 13:16

        @Fergus

        Bonjour,

        Macron n’a rien fédéré, en revanche l’Oligarchie qui n’a décidément peur de rien a plutôt fabriqué pour lui une boite à outils pour raccommoder le vieux tacot PS,en regroupant les vieux clous et les vieilles bielles du défunt PS, de LR, en état de décomposition avancé, et du centre bayrouisé, que nous connaissons que trop bien, tous issus du cimetière des éléphants, malgré quelques pièces rapportées comme l’ex maire du Havre ou autre blanc-bec formés à la hâte pour tenir le crachoir du mouvement en Marche.... Vers le néant !

        Macron ? Du neuf ? du nouveau ? Nein ! Continuation du shéma maastritchien, rouillé, archi rouillé.

        Sondage Odoxa aujourd’hui, entendu à la radio : 3/4 des Français refusent la loi El Khomri, et le Gvt s’apprête à « gérer » les mouvements de la rue. Je crois qu’il y aura beaucoup de monde sur les grands boul’vards sous le « Soleil » d’automne.


      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 24 mai 13:27

        @Nicole Cheverney

        Suite : parce que à bien réfléchir, Hollande se fait très discret en ce moment... quoique, madame Treiwieller s’est épanchée sur les médias et a versé une larme sur le départ de monsieur Hollande. Mais ce genre de scénario, on le connaît déjà.
        1/ Hollande se retire sans trop de risques,
        2/ On met Macron en avant pour faire passer toutes les lois inscrites dans les GOPE, que l’UE impose à la France, et vu l’impopularité de Hollande, c’était logique. Macron en fait est là en franc-tireur et s’il doit se prendre quelques gamelles qu’il ne manquera pas de se prendre, d’ailleurs, dès la rentrée, des démissions en ordre de bataille dispersées chez ses ministres, si les législatives ne rapportent pas autant de crédit au nouveau « Soleil » élyséen, eh bien, ça fera des points en moins pour lui,
        3/ Hollande continue sa retraite paisible, le temps de se refaire une petite« virginité » après un quinquennat plus que catastrophique,
        4/ Pendant ce temps.... Macron continue sa descente et dans l’opinion et dans les sondages,
        5/ Les Éléphants du PS qu’on croyait agonisants, se réveillent et... Hollande revient dans cinq ans et reprend tranquillement ses habitudes élyséennes. Parce que après tout, se diront les électeurs sous embargo médiatique, lui ou un autre. Et le PS, cette guimbarde pétaradante, nous l’aurons encore pour cinquante ans !

        Et le peuple dans tout ça ? Pourvu qu’il vote on ne lui demande rien d’autre.


      • Cazeaux Cazeaux 24 mai 16:19

        @Fergus
        Entièrement d’accord, ...j’ironisais. De la même manière, et sans ironie dans mon article, la démarche « société civile », pour reprendre l’expression de Macron à l’encontre de Marine au débat, c’est de la « poudre de perlimpinpin ».


        Dans mon précédent article, je parle d’évolution vers un bipartisme. Il me semble que LREM, susceptible de changer encore de nom, va se poser en Parti social démocrate composé des forces que vous citez, avec E. Philippe comme leader. Il y a eu probablement un deal avec Juppé : je te donne Philippe mon poulain et en échange, tu lui offres la direction du futur bloc social démocrate. 
        A terme, il y aura conflit entre Macron et Philippe, l’enjeu étant le quinquennat suivant.

        La FI sera certes le vrai parti de gauche avec lequel Macron devra peut-être composer. En face, le bloc conservateur, recomposition FN/LR, sera flanqué d’un ou deux satellites : FN tendance « sudiste » et un mouvement Philippot.

      • Fergus Fergus 24 mai 17:12

        @ Cazeaux

        Sincèrement désolé, je n’avais pas perçu l’ironie, eu égard au ton sérieux du texte de l’article.

        « La FI sera certes le vrai parti de gauche avec lequel Macron devra peut-être composer. En face, le bloc conservateur, recomposition FN/LR, sera flanqué d’un ou deux satellites : FN tendance « sudiste » et un mouvement Philippot. »

        D’accord avec vous sur cette conclusion.


      • devphil devphil 24 mai 11:40

        Vive la démocratie selon les élites.

        http://www.mondialisation.ca/selon-lobs-le-ps-preparait-un-coup-detat-de-cas-de-victoire-de-le-pen/5591279

        « Selon un rapport extraordinaire publié hier dans L’Obs, des hauts responsables du gouvernement PS sortant ont projeté d’organiser un coup d’état si Marine Le Pen, la candidate du Front national (FN), avait remporté l’élection.

        Le but de l’opération n’était pas d’empêcher Le Pen d’entrer en fonction. Le coup était supposé écraser des manifestations de gauche contre sa victoire, imposer l’état de siège, et installer Le Pen au pouvoir dans une alliance forcée avec un gouvernment PS.

        « Personne n’ose imaginer ce que sera le lendemain du deuxième tour si Marine Le Pen l’emporte. Un embrasement s’annonce », écrit L’Obs, qui explique : « Les stratèges qui ont conçu ce plan B anticipent qu’au lendemain de la victoire du Front national le pays risque de se retrouver au bord du chaos. Etat de sidération, manifestations républicaines, mais surtout violences extrêmes, notamment de la part de l’ultra-gauche ».

        « Le plan n’avait jamais été écrit noir sur blanc, mais tout était fin prêt », écrit L’Obs. « Son déroulé était si précisément envisagé qu’une poignée de membres du gouvernement, de directeurs de cabinet et de très hauts responsables de l’Etat peuvent encore la décrire de tête, étape par étape. (…) Pour en donner les détails, ‘L’Obs‘ a recoupé les éléments auprès de trois sources, au sein du gouvernement sortant et d’institutions de l’Etat ».

        Le plan incluait le lancement d’interventions de police massives destinées à quadriller la France, et un coup quasi-constitutionnel lancé par un refus du premier ministre sortant, Bernard Cazeneuve, de démissioner. L’Obs cite un haut responsable : « Le pays aurait été à l’arrêt. Le gouvernement n’aurait eu qu’une seule priorité : assurer la sécurité de l’Etat ». »

        Philippe


        • Cazeaux Cazeaux 24 mai 16:32

          @devphil
          Merci pour cette info, je vais aller voir.

          Concernant l’option d’un Cazeneuve qui aurait refusé de présenter la démission du gouvernement, c’est une des faiblesses de la Constitution. 
          Effectivement, en vertu des textes, rien ne peut obliger un PM de démissionner. 
          Figurez-vous que cela a failli se produire avec Rocard, je le tiens d’un de ses plus proches lieutenants. 
          Quand Mitterrand lui a demandé de se retirer, Rocard était sur un projet qui lui tenait à coeur. Il a différé d’une nuit la démission, ayant débattu avec sa garde rapprochée de l’option d’un blocage. 
          Cette faculté offerte par la Constitution au PM peut a elle seule créer une crise grave de régime.

        • devphil devphil 25 mai 07:23

          @Cazeaux

          Nous sommes dans le domaine de l’officieux bien entendu mais le fait que l’Obs en parle donne un crédit à cette information plus important qu’un vague page internet d’un site obscur qui aurait été décrié comme complotiste

          Philippe


        • Traroth Traroth 24 mai 12:49

          La médiatisation de Macron n’est pas sans précédent. Sarkozy en avait déjà bénéficié en 2007. Les médias diffusaient des odes à la gloire de Sarkozy matin, midi et soir dans les mois qui ont précédé le premier tour de la présidentielle, et ça a duré jusqu’aux législatives. La différence, c’est qu’avec Macron, le public suit beaucoup moins, c’est flagrant. En tout cas, ça donne une bonne idée de la manière dont la popularité de Macron va évoluer dans les 5 ans à venir...


          • Cazeaux Cazeaux 24 mai 16:35

            @Traroth
            Sarko a eu droit aux louanges de son camp mais pas de l’ensemble du paysage médiatique et sans mordre à gauche. A l’époque, la presse n’était pas autant sous la mainmise d’une poignée de milliardaires. Et souvenez-vous combien et le Fouquet’s et le yacht de Bolloré avaient de suite terni son image.


          • Fergus Fergus 24 mai 17:21

            @ Cazeaux

            Attention aux erreurs de jugement concernant la médiatisation de Macron. Dans un commentaire qui m’était adressé sur un autre article, l’intervenant prétendait que « tous les médias » ont été au service de la promotion de Macron. J’ai répondu ceci :

            « Sauf que c’est totalement faux !

            Macron a bel et bien été soutenu par BFM TV, mais pas spécialement par TF1 et France 2 dans les JT. Des JT de surcroît en constante perte d’audience et qui ne sont regardés que par moins d’un quart des électeurs !

            Et du côté de la presse écrite, si Macron a été soutenu par l’Obs, l’Express, le JDD et Paris-Match, il a en revanche été combattu par Le Figaro, l’Opinion, Valeurs actuelles et l’Humanité. Quant à la presse régionale, elle a, comme la presse nationale, été très partagée. Bref, on est très loin de « tous les médias » ! »



          • Cazeaux Cazeaux 24 mai 17:34

            @Fergus
            Concernant France 2, revisionnez la couverture de l’investiture autour de Delahousse, c’est assez stupéfiant. Mais il y aussi la radio, dont les émissions d’actu sont bien plus suivies que celles des grandes chaînes TV : Il m’est arrivé de couper tout : Europe 1, RTL, France Inter, France Culture, France Info : au même moment, c’était un concert d’éloges.

            J’ai même entendu, sur RTL à l’émission politique de 19h15, Elisabeth Levy, pourtant très antiMacron avant sa victoire, se rallier à l’enthousiasme, comme si elle avait bu une coupette de trop : 
            « Après tout, il est jeune et brillant...attendons de voir de ce qu’il va faire etc. »

            Hormis le Figaro, les médias que vous citez sont marginaux en termes de lectorat. On pourrait dans ce cas, ajouter TV Libertés, Radio Courtoisie et tous les blogs « alternatifs ». Mais cela a peu d’impact.

          • Fergus Fergus 24 mai 18:55

            @ Cazeaux

            J’avoue avoir peu écouté la radio, encore qu’il m’arrive de zapper le matin sur les éditos d’Alba Ventura, Yves Thréard, Antonin André et Thomas Legrand ; ou bien encore d’écouter les débats du samedi sur Europe 1 entre Catherine Nay, Gérard Carreyrou, Robert Namias, Charles Villeneuve et Michelle Cotta. Or, à aucun moment, je n’ai eu l’impression d’entendre des thuriféraires de Macron.

            Je n’ai pas regardé l’investiture de Macron, et de toute façon elle était postérieure à sa victoire.

            Tout cela pour dire que Macron a été plutôt bien servi, mais certainement pas dans les proportions indiquées par nombre d’intervenants portés par leur hostilité au vainqueur de l’élection. Je précise que je suis moi-même adversaire de la politique que Macron entend conduire.


          • chantecler chantecler 24 mai 13:02

            « Emballement médiatique », certes mais quels médias ?
            « Créature » de F. Hollande ...
            C’est qui F. Hollande ?
            Que représente t’il ?
            Du coup « l’opposition » , quelle opposition ? le fait passer pour un mec de gauche, pourquoi pas socialiste, tant qu’on y est ?
            F. Hollande a été autant socialiste que ma grand mère qui fait du patin à roulettes dans le séchoir ... !
            Ce qui n’est pas dit c’est l’immense soutien du patronat français et international , de l’oligarchie et la quantité d’argent qui a été utilisé pour son élection ...
            Avec quelles contreparties ?
            Mystère .
            En attendant comme tous les nouveaux élus il a fait sa visite à Berlin :
            A. Merkel et le patronat allemand et il est coriace...Deux ou trois étages : les institutions européennes soumises au capitalisme financier , le relai anglo saxon (OTAN) et l’étage de secours : la possibilité que se donne l’Allemagne pour défendre encore plus ses intérêts en cas de coup dur ou d’anomalie (politique étrangère ,soutien à ses banques ,- l’électorat allemand CSP + , retraités et rentier à l’ouest- .
            Et nous les pays périphériques , la France , nous inclinons comme au bon temps de la collaboration où le patronat français n’avait rien contre le patronat ayant financé Adolf .(« mieux valait Adolf que le front populaire ou les soviets ».)
            Et nous sommes soi disant admiratifs , subjugués , enchantés par notre nouvel héraut (non pas JM)...
            Purée quelle farce !
            Quelle bulle !
            Evidemment nous subodorons que l’état de notre pays depuis ...2002 ?... est devenu catastrophique .
            Et à défaut de miracle , il va falloir s’écraser , « faire des réformes », passque .... depuis 2007 nous n’avons pas accepté de réformes libérales ?
            Et notre économie , notre société vont t’elles mieux ?
            Nein !
            Françöze trop cigales , « trop de social » qu’ils disent dans les journaux outre Rhin ... !
            Ouais , avec nos millions de chômeurs , de pauvres ...fabriqués en quelque 20 ans ...
            Passque les Français mal embouchés n’ont pas « fait leur Bad Gottesberg » , sont restés arc boutés sur leurs privilèges ...
            De quels Français parlent t’on ?
            Et de quels privilèges , ceux de tenter de survivre à ce système prédateur pour une majorité d’entre nous ?
            Passque tous les milliards dépensés à soutenir nos entreprises ,à payer les intérêts de la dette , nous offrir notre appareil politique plutôt gourmand , ça ne compte pas , pas assez pour refuser de nous soumettre aux diktats et à l’impérialisme allemand ?
            Voilà revenu le temps du STO : à l’est - ah ces travailleurs détachés- , ces tiotes entreprises polonaises roumaines etc etc , à l’ouest , au sud ...
            Tout le monde doit bosser pour le bénéfice quasi exclusif de la Grande Allemagne , pour son capitalisme financier décomplexé , pour magnifier sa réussite , et doit accepter dignement que nos entreprises industrielles aient disparu , coulées , délocalisée , rayées ou soient comateuses faute d’exporter et de soutien bancaire . ....
            Bref nous allons rejoindre très vite le niveau de l’Italie, de l’Espagne , si ce n’est pas encore fait car faut pas compter sur nos journalistes pour nous informer , avant de nous aligner sur les Grecs de base .
            Car ce n’est pas fini : le monde est en surproduction et l’avenir appartient à ceux qui disposent d’une main d’oeuvre à prix bradé .
            Oui, mais quand les habitants ne pourront plus rien acheter , comment qu’elles vont faire les entreprises de service , nos grosses têtes issues des écoles de commerce ?
            Le crédit sera offert ?
            Et nos « cerveaux » qui ont émergé grâce à nos (grandes) écoles publiques , gratuites , ,financées donc par notre « trop de social » ?
            Faudra que nos étudiants s’endettent comme aux USA jusqu’à risquer une crise pour non possibilité de remboursement et/ou suicides massifs ?
            Emigration de nos cerveaux ?
            On garde la misère ?
            Comme vous le voyez je suis bigrement optimiste sur les « miracles » a attendre de notre nouveau pharaon et de notre société en crise .


            • Bactres 24 mai 13:12

              J’espère une majorité absolue des marcheurs aux législatives pour que Macron aient les mains libres...

              Spéciale dédicace aux nombreux retraités qui ont veaute en masse pour Macron, j’espère qu’il va cogner bien fort sur vous...

              Et une petite pensée à nos amis de la FI à genoux devant le candidat du MEDEF Bravo les veaux !


              • zygzornifle zygzornifle 24 mai 13:15

                il est peut être l’antéchrist de la bible , il va commencer par décimer les sans dents puis les autres .....


                • arthes arthes 24 mai 16:46

                  @zygzornifle
                  Non, son agent des finances, ce qui n’augure pas mieux.


                  P’t’être que c’était pas le moment pour qu’il y ait autre chose, peut être que c’est ce qu’il nous fallait pour que nous réagissions moins égoïstement que nous l’avons fait jusque la, chacun pensant que « son » candidat serait « la vraie solution qu’il fallait imposer aux autres »...

                  En attendant, les médias eux c’est « lou ravi », enfin, pour le moment, j’pense que vont pas rigoler longtemps non plus.

                • zygzornifle zygzornifle 24 mai 13:21

                  Ce n’est pas une victoire de Macron mais de la coalition anti-FN qui a gagné, c’est comme quand on se met a plusieurs pour tabasser un autre gosse a la sortie de l’école, gaffe comme on le dit souvent le remède peut être pire que le mal , on le verra d’ici peu quand la loi travail sera revue XXL et mise en application , ça va chialer grave dans les chaumières quand les lettres de licenciement s’abattront comme des confettis sur les non fonctionnaires , bien fait pour les nazes fallait pas veauter pour lui, essuyez vos larmes avec vos derniers billets .... 


                  • zygzornifle zygzornifle 24 mai 13:24

                    Ceux qui se prennent pour le nombril du monde se sont justes trompés de trou ....


                    • Sergio Sergio 24 mai 13:52

                       ’ ON SE LEVE TOUS POUR MACRON !’



                      A cela il répondit : « Otez-vous de mon Soleil »

                      • Armelle Armelle 24 mai 14:45

                        « Pas une seule profession intermédiaire ou modeste n’y est représentée »

                        Ce n’était pas dans son programme !!! alors pourquoi le lui reprocher ?

                        C’est quand même particulier cette manie bien Française de critiquer sans cesse, Tous les articles, TOUS, ne sont QUE des articles à charge.
                        L’objectivité ne serait-elle pas de rester dans la réserve et attendre les résultats ?

                         


                        • arthes arthes 24 mai 16:32

                          @Armelle

                          En tous les cas Macron et Philippe, ils sont déja plus « jolis » pour nous représenter que les deux tronches de cake« mecnormal et Ayraut » , ou même Valls et sa tête de constipé.

                          Pour ma part, j’ai acté, donc, ce sont les « illuminatis » en direct, « brrrrr salut à toi Arhiman » me suis je dit en voyant son « agent des finances  » faire son discours sous la pyramide du Louvre, au moins c’est clair (avant c’étaient les mêmes « entités » qui gouvernaient par procuration mais c’était brouillon le choix des représentants ) , 

                          Et il y a même une « posophe », alors ça, ça m’est familier, là je trouve même que c’est marrant.

                          Wait and see, c’est par nous qu’ils sont arrivés la où ils sont, même sans avoir eu besoin de voter pour Macron, c’est par nous qu’ils partiront, je ne sais pas encore comment, aussi pour le moment, je reste dans l’expectative.

                        • Cazeaux Cazeaux 24 mai 16:51

                          @Armelle
                          C’est ce qui se disait encore en été 1939 en France et en GB au sujet de M. le Chancelier Hitler...et en 1933, n’en parlons pas. 

                          J’ai égaré un ouvrage dont je me souviens bien, écrit avant guerre par une journaliste du Times qui avait fait une longue enquête sur Hitler et Mussolini et dont le titre était « Je Connais ces Deux Dictateurs ». Il présentait des facettes aujourd’hui inconnues des deux hommes, mais montrait surtout combien parmi la gentry anglaise, Hitler surtout, était apprécié et à tout le moins, bénéficiait de ce droit à l’expérience que vous réclamez pour Macron. 

                          Je crois que parmi le concert de louanges, les critiques émises sur Agoravox ne sont pas de trop.

                        • Armelle Armelle 24 mai 20:20

                          @Cazeaux
                          Prendre pour exemple l’arrivée au pouvoir de Hitler ne peux que me servir. Je ne crois pas en cette démocratie qui façonne nos politiques au gré des avis majoritaires, et laissant les autres sur le bord de la route ! Notre démocratie c’est « un troupeau de cons + 1 » et cela ne peut être mieux imagé par l’élection de ce malade mental. Alors le fond que vous développez ici vous permettra par conséquent de faire un copié/collé de votre commentaire tous les cinq ans au mois de mai. Je suis contre la notion d’état et de gouvernance qui devient forcement autocratique


                        • Cazeaux Cazeaux 24 mai 22:19

                          @Armelle
                          La particularité de ce qui se passe est précisément qu’on a dépassé le simple opportunisme qui consiste à aller dans le sens du vent. L’on est passé à la phase 2 du marketing qui est une politique de l’offre. Hitler correspondait à une attente ; avec son idéologie raciste (qu’il n’avait pas au tout départ), il a été plus loin, profitant de son aura.

                          Dans le cas présent, le produit a été imposé grâce à la maîtrise des mécanismes d’adhésion et de mimétisme.

                          Je suis observateur de la vie politique depuis fort longtemps, je m’en suis mêlé durant plus de dix ans et je bénéficie du « legs » d’expérience d’un grand-père qui fut acteur de cet univers dès la fin des années 20. Je puis vous dire qu’avec Macron, nous avons franchi un cap. 

                          Dans la 2e partie de ma réflexion, que j’espère vous lirez, je compte montrer vers quel degré de personnalisation du pouvoir nous nous dirigeons. 

                          Après, la remise en cause du modèle de représentation par le suffrage universel, c’est un sujet en amont qu’il faudra aborder. Quant à la réfutation de la notion d’Etat, il faut être clair sur ce qu’on entend par là. Si vous avez une vision structurée sur ce thème, écrivez donc un article. Cela permettra d’hausser la réflexion d’un cran !


                        • JBL1960 JBL1960 27 mai 16:49

                          @Cazeaux On peut compléter par les ouvrages du Pr. Antony Sutton « Wall Street et la montée en puissance d’Hilter » ainsi que celui sur l’implication de Wall Street dans la Révolution Russe (Bolchévique) ainsi que son discours du 14/08/1972 à Miami Beach qui permettent, tous, de comprendre que, pour le moins, les dés sont pipés d’avance ; Le jeu truqué.
                          Et depuis toujours...
                          La preuve par Macron...


                        • arthes arthes 24 mai 16:14

                          @L’auteur ;


                          Fondée sur la méthode Steiner-Waldorf, pangermaniste raciste du début du XXe siècle, fondateur de l’anthroposophie, la doctrine ésotérique et mystique d’une mouvance sectaire bien connue comme telle par les associations de lutte contre les dérives du même nom.


                          Permettez moi de ne pas partager votre point de vue concernant Steiner que j’ai « dévoré » et concernant aussi l’anthroposophie, courant spirituel qui n’a rien de sectaire mais qui dérange les prosélytes religieux et athées de tout poil c’est certain.

                          Ce dernier (Steiner) n’étant plus de ce monde pour constater ce que l’on fait de son enseignement, il est vain de lui en imputer les dérives et de l’assimiler à un raciste, ainsi que son enseignement à une doctrine sectaire.

                          Son enseignement n’échappe pas à ce que les hommes en font, le meilleurs ou le pirealors oui, ça devient « leur problème à chacun » si ça tourne mal, si ça tourne à l’endoctrinement et à la « magie noire », mais c’est la liberté de chacun que de faire ce qu’il veut, et de choisir un chemin , et de se planter.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires