Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Macron, toujours à la pointe de l’agenda patronal

Macron, toujours à la pointe de l’agenda patronal

Il y a de quoi être effaré : alors que le mouvement de grêve contre le projet de loi travail s’étend, notamment dans les transports, et alors que l’essence manque, Emmanuel Macron vient de faire des déclarations très provocantes qui pourraient bien renforcer la mobilisation des grévistes.

 
Le grand ami des patrons à Bercy
 
Le timing de l’entretien du ministre de l’économie aux Echos est étrange, à moins qu’il ne soit l’illustration de la fin de non recevoir totale et brutale du gouvernement à ceux qui s’opposent à son projet de loi. Voici donc le locataire de Bercy qui déclare qu’il est « hypocrite de déclarer ‘limitons la rémunération des dirigeants à 100 fois le SMIC’  », qui continue de défendre un droit du travail façon puzzle, adapté à chaque entreprise, et demande « aux patrons d’arrêter d’augmenter les salaires de leurs employés  » ! Parfois, on a l’impression qu’il parvient à dépasser le Medef par la droite ! Cela est d’autant plus frappant que Total vient de menacer de revoir ses investissements en France suite aux mouvements actuels. Décidément, l’époque n’est pas favorable aux salariés, entre menace sur l’emploi et leur salaire…
 
On peut prendre les déclarations du ministre pour le énième tir de sniper d’un tireur isolé jouant sa carrière et cherchant à servir son ambition. C’est sans doute le cas, mais on peut se demander si cela ne fait pas partie de la grande comédie organisée par François Hollande pour essayer d’être réélu en 2017. En effet, le ministre de l’économie permet à la majorité actuelle d’occuper une grande partie de l’espace politique, des frondeurs gauchistes en carton jusqu’au locataire de Bercy qui déborde l’ancienne majorité par la droite, ce qui contraint les dits Républicains à dériver fortement vers la droite économiquement. Ce pari pourrait bien être perdant mais c’est une manœuvre dont on ne pourra juger de l’habileté que dans un an… Un ministre de l’économie avait-il déjà autant défendu l’agenda patronal ?
 

Dans quelques années, les historiens regarderont curieusement ce parti qui se dit socialiste, qui, après avoir envoyé un million de Français au chômage au début des années 1990 pour défendre la parité avec le mark, et qui, aujourd’hui, dit de ne pas monter les salaires et démantèle le droit social.

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Donbar 25 mai 10:55

    « Vivante énigme » fait quand même rêver plus. Que vous êtes terre à terre, Herblay !


    • colza 25 mai 12:45

      J’en finis par me demander si Macron, dans l’équipe Hollandaise depuis avant l’élection présidentielle, n’est pas le factotum des banquiers et du Medef, chargé de surveiller les actions du Président et de les corriger si besoin.
      D’où son action permanente de provocation et de propositions délirantes pour déstabiliser et détruire le PS.


      • Jmarx (---.---.71.67) 25 mai 12:55

        @colza

        Tout à fait d accord. Je pense que votre intuition est la bonne.


      • Trelawney Trelawney 25 mai 13:10

        @colza
        Mon cher ami, vous venez de découvrir l’eau chaude.

        Depuis que la France est endettée, il existe à Bercy une commission en charge de la dette. cette commission est formée de membres choisis par les créanciers de la France. Cette commission avalise toutes les lois ou projet de lois présentés par le ministre des finances.

        Quand un premier ministre choisit un ministre des finances, il est proposé à cette commission qui l’approuve ou pas. C’est comme cela que nous avons eu comme ministre des finances des personnages comme Francis Mer (Usinor, Valéo, Safran), Thierry Breton (Thomson, France Télécom, Atos), Christine Lagarde, Emmanuel Macron (Rothschild)

        Raffarin a bien tenter de passer outre, en imposant Hervé Gaymard, mais on lui trouve une casserole avec son appartement parisien. 3 mois après il démissionne et est aussitôt remplacé par Thierry Breton. idem pour Borloo

        Tous les politiques ayant occupé ce poste ont été adoubés par cette commission (Sarkozy, Baroin, Moscovici, Sapin et même Montebourg)


      • colza 25 mai 17:09

        @Trelawney
        Bien sûr, mais là, c’est carrément le Petit Rapporteur qu’« on » a mis dans les pattes de Hollande.


      • TSS 25 mai 13:37

         Macron n’est que le representant du patronat ! et dire que 70% des

         français le trouve eligible ,c’est à la prendre et à se la mordre... !!

        • devphil30 devphil30 25 mai 14:23

          @TSS


          Dès que l’on parle de réformes les Français sont prêts à voter sans même comprendre que les réformes signifient recul social !

          Les Français pensent toujours que les reformes doivent concerner ceux qui ont des acquis plus 
          importants que la majorité et pourquoi ne pas aligner les acquis sur une moyenne haute entre les acquis importants et ceux qui en sont largement dépourvus ? 

          Au lieu de cela la vision politique issu largement de l’UE est l’alignement vers les bas des acquis , des salaires , des droits , des retraites etc ....

          Actuellement un petit nombre de manifestants s’opposent aux mesures libérales du PS et c’est une bonne chose.

          Ce pouvoir de nuisance que l’on nous décrit largement dans les médias est surtout un contre pouvoir envers un gouvernement qui a oublié le social dans son action pro européenne.

          On entend parler de grève chez EDF maintenant et le gouvernement constate que tout va bien dans le pays , pas de pénurie , pas de mécontentement .... !!!

          Ou est passé la capacité à écouter les Français , 2017 sera douloureux.

          Philippe 


        • JMichel (---.---.0.242) 25 mai 20:41

          @TSS
          70% des français de quoi ? Du village avec 100 habitants, ou peut-etre des francais qui y voient un interet ?


        • devphil30 devphil30 25 mai 14:29

          2 discours et 2 point de vue à 6 ans d’écart



          Le mensonge et l’art de flatter pour arriver au pouvoir pour ensuite se comporter comme un bon libéral 

          Honte au PS et à ce président et gouvernement qui n’ont rien compris de 2012 et de l’aspiration de Français 

          Que l’on ne vienne pas ensuite dire que les Français ne sont pas intéressé par la politique , ce ne sont que des menteurs tant dans les campagnes électorales que dans la gestion de la France.

          Au moins 2012 aura permis de tomber les masques PS et LR !

          Mais combien de Français sont prêts à signer pour Juppé en 2017 , c’est pathétique et surtout le signe d’un désespoir grandissant.

          Allez bientôt plus d’essence , plus de courant EDF mais tout va mieux 

          Philippe 

          • fred.foyn Le p’tit Charles 25 mai 15:43

            La mafia PS dans ses oeuvres...Avec Mitterand comme chef de file, fallait s’attendre à trouver des requins-mafieux en gouvernance..

            MENTEURS
            COLLABOS
            VOLEURS
            Ils viennent donner des leçons de morales à la mode facho...
            REVOLUTION...

            • zygzornifle zygzornifle 26 mai 10:43

              @Le p’tit Charles


               Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs , des voleurs et des traîtres n’est pas victime !.... il est complice.(George Orwell)

            • colere48 colere48 25 mai 17:30
              Nous sommes « gouvernés » par les « Pieds Nickelés »

              Ribouldingue le gros
              Filochard le teigneux
              Croquignole le « cerveau »

              Toutes ressemblance avec la réalité n’est pas fortuite....

              Dans l’argot du début XXe siècle, « avoir les pieds nickelés » signifiait être paresseux et désigna nos trois escrocs à la petite semaine. L’expression populaire s’est amplifiée et désigne au XXIe siècle des personnages peu recommandables, comploteurs, filous, à la fois malhonnêtes et manquant de sérieux.



              • zygzornifle zygzornifle 26 mai 10:44

                @colere48
                 sauf que les pieds nickelés étaient comiques ..... le foll lui ressemble a Arwel le dalton


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 mai 18:09

                Macron ne fait que suivre point par point la feuille de route de la Commission européenne pour la France.

                1- « Réduction des dépenses publiques »

                Traduction : c’est ce que le gouvernement a annoncé avec son plan de 50 milliards d’économie [4]. C’est la fameuse contrepartie du « pacte de responsabilité » pour ne pas faire exploser le déficit. À ce pacte de responsabilité peu efficace [5] sur la compétitivité, il est désormais demandé d’ajouter une nouvelle réduction drastique des dépenses publiques.

                Ce qu’il faut savoir – et que tous les économistes savent – c’est que pratiquer des coupes sombres dans les dépenses publiques lorsqu’un pays est déjà en période de stagnation économique est une politique qui ne peut mener qu’à la récession. Et c’est en outre contre-productif puisque la récession entraîne une baisse des recettes fiscales souvent supérieure aux économies réalisées par la réduction des dépenses. En d’autres termes, cela revient paradoxalement à creuser le déficit que l’on prétendait combler…

                Il faut enfin savoir que l’histoire économique enseigne qu’il n’y a pas de baisse des dépenses publiques réussies sans dévaluation monétaire. Songeons aux exemples récents de l’Allemagne (dévaluation de facto avec l’adoption de l’euro, qui est sous-évalué pour la compétitivité allemande) et de la Suède. Autant dire que la baisse des dépenses publiques est impossible pour la France, du fait que l’euro est très surévalué par rapport à la compétitivité de l’économie française.

                2- Redéfinir « la portée de l’action des pouvoirs publics »

                Traduction : cela revient à accentuer les privatisations et la destruction de notre système de santé et de nos services publics auxquels les Français sont majoritairement attachés, quelle que soit leur couleur politique [6].

                On a par ailleurs vu le succès de la privatisation des autoroutes qui rapportaient à l’État et coûtent désormais très cher aux Français…

                3- Le texte va plus loin concernant le système de santé puisqu’il explique que « d’importantes économies à court terme ne peuvent être réalisées sans une réduction significative de l’augmentation des dépenses de sécurité sociale »

                Traduction  : il faut s’attendre à une baisse massive des remboursements de santé, puisque la branche maladie représente quasiment 50 % des dépenses de la Sécurité sociale [7], ainsi qu’à une privatisation rampante de la Sécurité sociale, via le recours croissant aux mutuelles privées, présentées comme solution à tous les problèmes.

                Pour la branche vieillesse, il s’agit bien évidemment des retraites qui sont en ligne de mire. Après la hausse de l’âge de départ à la retraite, vient maintenant le gel du montant des pensions [8].

                Pour les retraités, la perte de pouvoir d’achat c’est maintenant ! Le texte de la Commission européenne parle d’ailleurs explicitement de gel des retraites et d’autres pensions sociales, ce qui confirme une fois encore que le gouvernement ne fait qu’appliquer la politique de l’oligarchie euro-atlantiste.

                Pour le chômage, le texte parle de « dégressivité des allocations » : cela augure d’une baisse plus importante et plus rapide des allocations dans le temps.

                4- « Simplifier les différents échelons administratifs »

                Traduction : voilà l’une des motivations avancées par les pouvoirs publics pour adopter une nouvelle loi de décentralisation.

                Il faut pourtant noter qu’aucune des lois précédentes de décentralisation n’a apporté d’économies substantielles. Bien au contraire, les coûts des collectivités locales ont généralement eu tendance à exploser [9].

                Cette injonction de réduction des échelons administratifs témoigne donc, non seulement que la République française n’existe plus comme État souverain et indépendant, mais aussi qu’en dépit de leur nom, les GOPÉ ont aussi des visées géopolitiques. Ce qu’elles visent, ce ne sont pas seulement des économies budgétaires, c’est aussi, et ni plus ni moins, que le démantèlement des grands États nations d’Europe, au premier rang desquels la France, avec des grandes régions qui traiteront directement avec Bruxelles [10].

                En fidèle employé de l’oligarchie euro-atlantiste, François Hollande parle d’ailleurs lui-même de «  régions à taille européenne » [11].

                5- Dans le chapitre coût du travail, « il convient que le salaire minimum continue d’évoluer d’une manière propice à la compétitivité et à la création d’emploi »

                Traduction : il faut : a) arrêter les revalorisations du SMIC ; b) commencer à mettre en œuvre sa suppression.

                Ne doutons pas que des campagnes de presse se préparent pour expliquer au bon peuple que le SMIC serait « un frein à la croissance » et que sa suppression permettrait de « libérer les énergies »…

                6- « Une attention particulière devrait être accordée aux dispositions réglementaires du Code du travail ou aux règles comptables liées aux seuils spécifiques en matière d’effectifs, qui entravent la croissance des entreprises françaises »

                Traduction : tiens donc ! C’est exactement ce que « propose » François Rebsamen, le prétendu « ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social » du gouvernement.

                Même si, selon la tactique d’enfumage habituelle, dite « des lieutenants », certains socialistes font mine de s’y opposer. [12] Opposition pour la galerie bien entendu.

                7- « Accroître la souplesse des conditions de travail en cas de difficultés économiques provisoires »

                Traduction  : il faut poursuivre la remise en cause de l’existence même des contrats de travail à durée indéterminée (CDI) et accroître la précarisation des contrats de travail.

                8- « Une majorité reste confrontée à d’importantes barrières à l’entrée ou à l’exercice (par exemple les taxis, le secteur des soins de santé, les notaires et, plus généralement, les professions juridiques) »

                Traduction : il faut déréguler tous ces secteurs, déjà mis à mal par les traités européens.

                Il faut noter que cette idée est un serpent de mer, qui a déjà été souligné par maints rapports antérieurs, notamment le fameux « rapport Attali » de la « Commission pour la libération de la croissance française ». Chargée par le président de la République de l’époque, Nicolas Sarkozy, de fournir des recommandations afin de « relancer la croissance économique » de la France, la Commission Attali avait rendu son rapport final le 23 janvier 2008 dans lequel on trouvait déjà ces prétendues solutions pratiquement mot pour mot.

                9- « Les tarifs réglementés restent d’application pour les ménages et, en ce qui concerne l’électricité, ils sont fixés en dessous des niveaux de coûts et l’accès pour les autres fournisseurs est limité »

                Traduction : la hausse des tarifs et la privatisation d’EDF sont au programme.

                La Commission européenne a d’ailleurs le culot de prendre l’Espagne comme modèle de pays qui a appliqué ces recettes. Avec le succès que l’on voit !

                10- « Dans le secteur ferroviaire, des barrières à l’entrée continuent d’entraver le bon fonctionnement du marché »

                Traduction : comme précédemment, c’est la privatisation de la SNCF et sa mise en concurrence forcée qui sont au programme du gouvernement.

                Conclusion

                On l’aura compris, aucune de ces mesures visant prétendument à la réduction du déficit budgétaire et à la relance économique n’aura l’effet escompté.

                Non seulement parce que vouloir baisser les dépenses publiques est une absurdité en période de stagnation économique, mais parce que ces mesures ne peuvent régler en rien le problème n°1 de compétitivité de la France : l’euro [13].


                • Odin Odin 25 mai 19:46

                  @Fifi Brind_acier


                  Merci pour ce rappel.

                  Cette commission n’a qu’un seul objectif la création du N.O.M.

                  En France depuis 1969, chaque gouvernement a œuvré en ce sens. 

                  Si Juppé passe en 2017, nous assisterons à une accélération de ces mesures, 

                  ne pas oublier qu’il était présent avec H. Clinton à la réunion Bilderberg 2015.


                • Neo57 Neo57 26 mai 10:53

                  @Odin
                  Si je me souviens bien (concernant la participation de Juppé au gouter 5 étoiles annuel organisé par Rockefeller), c’est tout comme Valls avant sa monté en grade au poste de 1er Sioni.. enfin, 1er Sinistre je veux dire, je me trompe ?


                  ’tain si je commence à faire des lapsus c’est pas bon ça. Merde à la fin, quand même !!


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 25 mai 18:13

                  «  »Dans quelques années, les historiens regarderont curieusement ce parti qui se dit socialiste, ...«  »


                  Mais non, ce qui regardent ont déjà regardé depuis longtemps et ont compris que le «  »parti socialiste français«  » était un faux part socialiste. 

                  Monsieur Herblay, l’histoire ne se fait plus comme aux siècles passés, elle n’attend plus les scribouillards pour se figer sur les parchemins, aujourd’hui elle se fait en temps réel et influe le monde en temps réel ! 

                  La France se décompose à l’air libre !

                  Si la loi scélérate de Hollande-Valls passe, les acquis du peuple français se dissoudront aussi facilement et plus rapidement qu’un glaçon au soleil africain !

                  La CGT a compris mais qu’ en est-il de la majorité du peuple et des somnambules de la Place de la défunte République ?


                  • colere48 colere48 25 mai 22:57

                    @Mohammed MADJOUR


                    Si la loi scélérate de Hollande-Valls passe, les acquis du peuple français se dissoudront aussi facilement et plus rapidement qu’un glaçon au soleil africain !

                     naʿam    100 % d’accord avec ce constat 

                  • Odin Odin 25 mai 20:08

                    Ce ministrion est le fils spirituel de Pompidou, les deux élevés à l’école financière mondiale chez Rothschild.

                    Il n’est pas à Bercy pour faire le job mais pour préparer les faibles d’esprit aux prochaines directives de l’U.E.

                    Le plus grave dans cette mascarade c’est qu’une grande partie de la population française le plébiscite.

                    De Gaulle n’avait pas tort lorsqu’il parlait des français. 


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 mai 20:29

                      @Odin
                      Je ne crois pas que les médias aient expliqué aux Français les décisions de Bruxelles..., ni aucun syndicaliste ou homme politique, en dehors de l’ UPR.
                      Ils font tous comme si les décisions venaient du Gouvernement.


                    • jaja jaja 25 mai 20:34

                      @Fifi Brind_acier

                      Les décisions viennent de l’oligarchie capitaliste ! les politiciens et les Commissaires européens ne sont que des sous-fiffres... à combattre certes et à virer mais sans oublier leurs vrais dirigeants qu’il faut exproprier.... Ce que vous refusez...


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 mai 05:57

                      @jaja
                      L’oligarchie capitaliste a un nom et une Institution, c’est l’ Union européenne. Les Traités ont enlevé aux citoyens la démocratie, et aux gouvernements, le droit de défendre l’intérêt général. Les vrais lieux du pouvoir ne sont pas à Paris, mais à la BCE à Francfort, au FMI à Washington et à la Commission européenne.


                      Le meilleur moyen de n’arriver à rien, est de courir deux lièvres à la fois, vous voulez la révolution + une Europe des travailleurs. Vous feriez mieux de vous inspirer du principal syndicat des transports anglais qui appelle depuis 2013 au Brexit :

                      "Ainsi, le RMT ne focalise pas ses critiques sur les seuls gouvernants britanniques, comme si c’était eux qui étaient entièrement responsables du désastre économique et social. À la différence des syndicats français, le RMT fait de l’éducation populaire comme le fait l’UPR en France : il insiste sur l’écrasante responsabilité de la prétendue « construction européenne », explique à ses syndiqués que c’est là que se trouve le vrai pouvoir, démontre que l’ensemble du processus européen est dictatorial, et en tire la conclusion logique – la même que celle que nous tirons -, à savoir que le Royaume-Uni doit sortir de l’UE afin de rétablir la démocratie.(...)

                      Il a aussi accusé les médias de ne donner la parole qu’à des personnalités de droite pour représenter les positions anti-UE dans le débat, alors que c’est la classe ouvrière qui souffre le plus en Europe, du fait des mesures d’austérité imposées par les banquiers et le monde des affaires."

                      On se demande bien comment en France, toute la Gauche, à part le PRCF, est devenue euro- atlantiste  ?

                    • vigneron 26 mai 13:15

                      @Odin
                      « Ce ministrion est le fils spirituel de Pompidou, les deux élevés à l’école financière mondiale chez Rothschild...

                      De Gaulle n’avait pas tort lorsqu’il parlait des français [comme des veaux]. »
                      Et de Gaulle a donc su en profiter puisque c’est bien lui qui est allé chercher son cher Pompidou pour lui laisser les rênes de 62 à 68 puis après 69...
                      Au fait, tout le monde tombe sur Macron le banquier, mais personne n’a jamais rien eu contre un Emmanuelli qui a lui passé près de 10 ans chez Rothschild. 

                    • l'Ane Artiste l’Ane Artiste 26 mai 20:31

                      @vigneron
                      tout le monde tombe sur Macron le banquier, mais personne n’a jamais rien eu contre un Emmanuelli qui a lui passé près de 10 ans chez Rothschild.
                      Tout comme Jean-Jacques Aillagon (dans une moindre mesure) chez François Pinault !
                      Mais tout ça c’est des histoires de famille cela ne nous regarde pas smiley


                    • jaja jaja 26 mai 07:07

                      @ Fifi : « L’oligarchie capitaliste a un nom et une Institution, c’est l’ Union européenne. »

                      Vérité tronquée...Si l’institution européenne (UE) est bien une institution au service de l’oligarchie (et donc à détruire) il n’est pas vrai qu’elle soit la seule.
                      L’État bourgeois et ses forces armées sont également au service de cette oligarchie capitaliste et il faut leur appliquer le même sort qu’à l’UE...

                      Par ailleurs lorsque vous affirmez que l’oligarchie capitaliste a un nom qui serait l’UE ce n’est pas vrai. Chaque capitaliste a un nom qui lui est propre, existant sur les registres de l’État civil, et une (ou plusieurs) adresses et c’est bien ce capitaliste qu’il faut exproprier... Nos ennemis ont un visage et ne sont pas qu’une institution abstraite comme vous voudriez nous le faire croire...

                      Je me répète donc avant qu’à nouveau vous me taxiez « d’euro atlantiste »... je suis pour la destruction de l’UE en tant qu’institution et la mise à l’écart de tous ses dirigeants, sans exception. Ses Traités au service du Capital (TAFTA compris) sont caducs dès qu’un pouvoir populaire s’empare des affaires.
                      On ne peut socialiser les entreprises et les banques en respectant les lois de la bourgeoisie. Traités européens et lois nationales existantes, protégeant la propriété privée des moyens de production et d’échange, disparaissent de facto sous un pouvoir des travailleurs.

                      .


                      • Jean Keim Jean Keim 26 mai 07:49

                        Quand comprendrons-nous que tout un chacun débite ce que son parcours lui a appris et à moins de vivre un évènement qui l’amène à se réveiller, il ne saurait en être autrement.

                        Macron fait du Macron voilà tout.
                        Si nous voulons que réellement les choses changent il faut changer les acteurs càd nous.
                        Changer ce n’est pas superficiellement remplacer une idée par un autre, c’est puéril mais c’est comprendre le processus qui donne tant de valeur aux idées, les idées sont du vent, elles n’ont pas d’autre réalité que celle que nous leur donnons.
                        C’est le monde évanescent des idées qui génère toute les horreurs que l’histoire nous enseigne, une idée est capable d’affirmer qu’il faut construire une arme tellement dévastatrice qu’elle rendra la guerre impossible ou que les gens appartenant à telle race ne sont pas dignes de vivre.
                        Les idées ont inventée les races et les bombes ...

                        • julius 1ER 26 mai 08:42

                          @Jean Keim


                          tout à fait juste et j’ajouterai que c’est la faute des citoyens de ne pas se mêler assez des affaires publiques , donner carte blanche aux politiques n’a jamais été une solution ....

                          il faut que les citoyens imposent la Démocratie à tous les niveaux dans toutes les strates de la société aujourdhui c’est une question de vie et de mort .... on ne peut plus laisser les politiques et les financiers décider de notre sort !!!!!

                        • BA 26 mai 08:30

                          Emmanuel Macron = Institut Montaigne = MEDEF.


                          Le mouvement lancé cette semaine par Emmanuel Macron est hébergé au domicile particulier du directeur de l’Institut Montaigne, d’inspiration libérale, a découvert Mediapart.


                          La polémique est elle aussi "en marche". Le mouvement politique lancé le 6 mars par le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, En Marche, n’est peut-être ni de droite ni de gauche. Mais il est très proche de l’idéologie libérale de l’Institut Montaigne, lui-même parfaitement compatible avec les idées du Medef.


                          Découvert par Mediapart, le lien était à chercher dans les mentions légales du site du mouvement (elles ont été modifiées depuis la publication de l’article, mais Mediapart en a conservé une capture d’écran). 


                          Celles-ci faisaient apparaître le nom du directeur de la publication du site, Véronique Bolhuis, et son éditeur, En Marche, association loi 1901 domiciliée au 33 rue Danton, 94270 Kremlin-Bicêtre.


                          Véronique Bolhuis est la compagne de Laurent Bigorgne, le directeur de l’Institut Montaigne, détaille Mediapart. Et l’adresse de l’association est celle du domicile privé du couple.


                          L’Institut Montaigne est un groupe de réflexion proche des idées du Medef. Durant les dernières années, il s’est notamment positionné pour donner la priorité aux accords d’entreprises sur le code du travail, pour supprimer les allocations logement (APL) pour les étudiants non-boursiers, pour travailler plus sans gagner plus, rendre dégressives les indemnités chômage, supprimer la prise en charge du congé parental, et porter l’âge de départ à la retraite à 63 ans.


                          http://www.lexpress.fr/actualite/politique/macron-son-mouvement-en-marche-intimement-lie-a-l-institut-montaigne_1780429.html



                          • zygzornifle zygzornifle 26 mai 10:41

                            comme dans la bible Dieu pour créer Macron a pris une cote à Gattaz (de schiste)


                            • tashrin 26 mai 14:13

                              Le smic est le prochain objectif quel que soit le parti au pouvoir il faudra qu’il disparaisse.
                              En droit ou en fait (suffit de le desindexer de l’inflation, et le tour est joué)
                              Macron prepare le terrain, c’est tout. Comment cela pourrait-il etre autrement ?
                              Mondialisation = vases communicants.
                              Pour que les seigneurs dominants puissent se gaver sans contrainte, il faut faire sauter tous les verrous protecteurs. Ce qui a été fait, et a produit les consequences attendues tout en precipitant par le même coup 80 % de la population dans une situation delicate
                              Ca ne s’arreterea pas tant que les indonesiens, les chinois, les bangladais et les européens ne seront pas au meme niveau de revenu, sauf à revenir à un certain nombre de protections douanieres visant à proteger la protection sociale dont beneficient les pays les plus « avancés »
                              Et ca n’est pas vraiment l’orientation qui a été prise
                              Ca n’est donc que le debut... et tant qu’on aura pas changé radicalement de paradigme, ca ne pourra pas evoluer autrement


                              • vigneron 26 mai 16:09

                                « Le smic est le prochain objectif quel que soit le parti au pouvoir il faudra qu’il disparaisse. 
                                En droit ou en fait (suffit de le desindexer de l’inflation, et le tour est joué) »


                                Non, il suffirait de se contenter de l’indexer sur l’inflation (comme le Smig sous de Gaulle...) puisque, par exemple, depuis 1980 le Smic horaire a été multiplié par 4,6 quand les prix ont été multipliés par 3,1 et donc un gain en pouvoir d’achat du Smic de 48%. 
                                Si l’on s’était contenté d’indexer le Smic horaire sur l’IPC depuis 1980, il ne serait pas à 9,67 roros mais 6,47, ok ?

                                • tashrin 26 mai 16:14

                                  @vigneron
                                  c’est vrai, mais c’est dû aux coups de pouce décidés par les gouvernements successifs
                                  Et ca ne remet pas en cause ce que je disais plus haut


                                • vigneron 26 mai 16:33

                                  @tashrin
                                  Ben si ça remet en cause, puisqu’il n’y a même pas besoin de désindexer pour dévaloriser le Smic...


                                • tashrin 26 mai 16:59

                                  @vigneron
                                  Ben non, toujours pas
                                  on peut toujours ergoter sur le maniere de, mais le but c’est de le faire disparaitre, d’une maniere ou d’une autre, et que les niveaux de revenu et les dispositifs sociaux diminuent fortement
                                  Et c’est précisément ce que je vous disais plus haut


                                • vigneron 26 mai 18:17

                                  @tashrin

                                  Ben si ça remet en cause parce que quand on ne sait pas même comment fonctionne le Smic aujourd’hui et depuis 45 ans on s’abstient de tirer d’autorité des plans sur la façon supposée dont il fonctionnerait demain pour supposément disparaître ou diminuer comme peau de chagrin selon un supposé plan supposément démoniaque. 

                                • tashrin 27 mai 09:36

                                  @vigneron
                                  Je suis pret à vous parier que ce sera le sujet 2017. C’est pas comme si c’etait déjà connu...
                                  Apres le detail des modalités, soit, si vous voulez. Mais sur le principe c’est acté


                                • vigneron 27 mai 10:24

                                  @tashrin
                                  C’est ça, après que l’Allemagne de Merkel a instauré un salaire minimum, maintenant que le débat fait rage aux US pour relever drastiquement le salaire mini (même Trump vient de se déclarer favorable), la France va chercher à saper son Smic, mieux, « c’est acté »... 

                                  Je sais qu’on est toujours en retard d’une ou deux réformes, mais là franchement...

                                • tashrin 27 mai 12:23

                                  @vigneron
                                  Je cherche pas à vous convaincre, m’en fous
                                  Mais je tiens le pari
                                  Et il vous suffit de vous reporter aux preconisations europeennes, qui tracent la feuille de route pour les etats membres et qui s’imposent aux gouvernements nationaux, qui prevoit exactement cela.


                                • vigneron 26 mai 16:29

                                  Herblay est un chevènementiste, comme Macron le fut lui-même.

                                  Les chevènementistes qui tournent mal finissent au parti Pénien comme Philippon ou Paul-Marie Coûteaux, ceux qui tournent bien au gvt comme Macron, ceux qui ne tournent pas finissent dans l’oubli, ou pire, chez Ponpon-Gnangnan.

                                  • TSS 29 mai 11:27

                                    Macron est le fils spirituel de Séguela :« Si t’as pas de costard et de


                                     rolex à 50 ans,t’as raté ta vie ! » 

                                     De plus il a un problème ,en epousant un femme de 25 ans plus agée,

                                     inconsciemment,il cherchait une maman de substitution ,il faut qu’il

                                     consulte... !! 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès