Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Majorité absolue aux élections législatives

Majorité absolue aux élections législatives

Ici ou là des raisonneurs à deux sous arguent d’une prétendue difficulté qu’aurait un candidat plutôt que d’autres, s’il était élu président de la République, à ce que l’Assemblée nationale, élue dans la foulée, lui soit favorable.

L’argument d’évidence, pourtant toujours avéré dans les scrutins précédents (notamment en 1981 après l’élection de Mitterrand à la présidence lorsque le Parti socialiste obtint à lui tout seul la majorité absolue à l’Assemblée alors que la gauche toute entière ne l’avait jusque-là jamais obtenue), de faire aux Français le crédit de la cohérence entre leur vote présidentiel et leur vote législatif ne semblant pas suffire à ces immobilistes dont les barrières ne se situent pourtant que dans leur propre tête, il semble utile de faire un petit rappel sur la façon dont se déroule l’élection des députés :

"Pour être élu dès le premier tour, il faut obtenir la majorité absolue, c’est-à-dire plus de la moitié des suffrages exprimés, et un nombre de suffrages au moins égal au quart des électeurs inscrits. Si aucun candidat n’y parvient, il y a lieu à un second tour de scrutin auquel ne peuvent se présenter que les candidats ayant obtenu au premier tour un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % des électeurs inscrits.

Pour être élu au second tour, la majorité relative suffit : l’emporte donc le candidat qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages."

Tout est dit. L’élection de chaque député ne se déroule donc pas comme l’élection présidentielle. Au second tour, il ne reste pas forcément que deux candidats. Et pour être élu, il n’est pas nécessaire d’obtenir une majorité absolue.

Ainsi donc, dans une circonscription quelconque, un candidat bayrolien, qui n’obtiendrait par exemple que 25 % au premier tour, le candidat UMP et le candidat PS réalisant un score peu différent, peut, comme les deux autres, se maintenir au second tour.

Au second tour, il lui suffit simplement d’obtenir une voix de plus que chacun de ses compétiteurs (33,34 % suffisent donc si trois candidats y sont encore présents et 25,01 % si 4 candidats y sont encore présents) pour être élu.

Ainsi donc, avec quatre candidats encore présents au second tour dans chaque circonscription, il est tout à fait possible, avec seulement 25 % des voix dans chaque circonscription (ce qui fait aussi 25 % sur l’ensemble du territoire) d’obtenir 100 % des députés qui vous soient favorables et donc il est encore plus facile de n’en obtenir qu’une majorité absolue !


Moyenne des avis sur cet article :  4.12/5   (77 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • (---.---.3.187) 23 mars 2007 11:53

    « L’argument d’évidence, pourtant toujours avéré dans les scrutins précédents (notamment en 1981 après l’élection de Mitterrand à la Présidence lorsque le Parti Socialiste obtint à lui tout seul la majorité absolue à l’Assemblée alors que la gauche toute entière ne l’avait jusque là jamais obtenue), de faire aux Français le crédit de la cohérence entre leur vote présidentiel et leur vote législatif ne semblant pas suffire à ces immobilistes »

    1988, Mitterand gagne la Présidentiel, mais perd la majorité absolue à l’AN.....

    Alors Bayrou et son minuscule UDF....


    • istrati (---.---.107.25) 23 mars 2007 17:32

      Bayrou, c’est la version light de Sarko. Il défend les valeurs de centre droit d’élus qui par opportunisme et intérêt avaient choisi Chirac. Comment peut-on faire confiance à des gens aussi volatiles ? Son électorat est aussi inconsistant, à lire les propos contradictoires ( soi-disant antisystème ???) sur AgoBayrou.


    • prgrokrouk 25 mars 2007 19:37

      C’est vrai, hélas. Il n’y a qu’à voir combien d’UDF sont allés côté Sarko chasser le portefeuille. L’ambiance des préparatifs aux élections régionales est si charmante. L’électorat-godillot côté ex-RPR, au PS ça doit y aller aussi... Mais côté UDF, la confiance est fragile.


    • lolokerino (---.---.41.177) 23 mars 2007 12:33

      la mauvaise fois sans limite des soutiens Bayrou ou ...la methode Coué !!

      Aujourd’hui , pour denoncer l’imposteur Bayrou, l’evidence est de denoncer sa grande difficulté pour réunir une majorité presidentielle( rappelons qu’il part d’une trentaine de deputé sur 577....)

      Bayrou , habile stratege (ça ,on ne peut lui retirer son machiavelisme, tres fort), pretend aujourd’hui qu’au contraire, il est le seul a pouvoir réunir cette majorité contrairement aux ps et umps ( peut etre ne se rappelle t’il pas avoir denoncé la situation pretendu hegemonique de ces deux partis, on n’est plus à une contradiction pret à l’udf..)

      JFKahn en campagne Udf sur une emmission de la cinq( decompté du temps Udf par le csa ???) insiste sur leur raisonnement ( plus c’est enorme, plus cela a des chances de passer)clivage pas clivage, rassembleur pas rassembleur, le blabla habituel

      Il va même jusqu’a l’imprudence de pretendre qu’une majorité qui decoulerait d’un vote sarko au premier tour à 30% ,donc 15% du corp electoral en raison du niveau d’abstention ne serait pas democratique !!

      Outre que c’est une negation de notre constitution et du systeme parlementaire français, c’est carrement une derive monarchique

      Il suffirait d’elire un president pour avoir automatiquement une majorité godillot a son service

      c’est faire fit du travail des parlementaires et de leurs implantations locales

      Evidement si on lui retourne le compliment pour son poulain Bayrou, là , la representativité ne serait plus que de 10% du corp electoral !!

      Peut importe , le candidat de la denonciation, celui qui tape a longueur de journée ( et assez violement) sur Sarko et Sego et certainement le rassembleur dont la France a besoin ...sic


      • buildfreedom (---.---.160.36) 23 mars 2007 12:42

        Le « problème » des législatives.

        L’argument épouvantail développé conjointement par les leaders du PS et de l’UMP et repris par certains sur ce forum selon lequel la France serait ingouvernable si François Bayrou était élu, celui-ci ne pouvant remporter les législatives sans alliance, repose sur une profonde erreur. Il ne tient pas compte de l’hypothèse même qui nous interroge, à savoir : M. Bayrou est élu Président de la République.

        Ce qu’il va se passer si M. Bayrou est élu, que ce soit face à Mme Royal ou M. Sarkozy :

        M. Bayrou présentera un candidat dans chaque circonscription. Il se passera exactement la même chose que pour la présidentielle : il aura face à lui un candidat PS et un candidat UMP (entre autres). La législative est une élection au scrutin majoritaire à DEUX tours, COMME LA PRESIDENTIELLE.

        Que va-t-il se passer au premier tour ?

        Parfois le candidat de M. Bayrou sera en tête, parfois il sera second derrière un PS ou derrière un UMP et quelques rares fois troisième derrière les deux autres.

        Que peut-il se passer alors ?
        - Le candidat UMP ou PS arrivé troisième se désiste avec ou sans consigne de vote : les électeurs se chargeront de faire barrage au candidat le plus éloigné de leurs opinions, ce qui profitera au candidat de M. Bayrou. Le report de voix se fera toujours au centre.
        - Le candidat UMP ou PS arrivé troisième se maintient s’il le peut. Il y aurait donc TRIANGULAIRE, avec une élection à la majorité relative au deuxième tour. Le résultat de ce maintien sera toujours de faire élire le candidat en tête, c’est-à-dire soit le candidat de M. Bayrou, soit le candidat PS si l’UMP se maintient, soit le candidat UMP si le PS se maintient. Le choix de la triangulaire serait donc NECESSAIREMENT le fruit d’une ENTENTE entre le PS et l’UMP.

        C’est pour cela qu’il n’y aura pas de triangulaires et que M. Bayrou aura sa MAJORITE SANS PROBLEME, et SANS ALLIANCE.

        Maintenant, allons plus loin :

        Le scénario que je viens de vous présenter est parfaitement CONNU par les leaders du PS et de l’UMP. C’est même leur pire cauchemar. Parce que tout porte à croire que non seulement M. Bayrou aura une majorité absolue à l’Assemblée, mais elle sera, par ce mécanisme, ECRASANTE. Les places à se partager entre PS et UMP dans l’hémicycle seront chères. Très chères. Trop chères mêmes, à mon avis. C’est pour cela qu’il va très certainement se passer quelque chose avant les législatives. Et M. Bayrou le SAIT...

        Considérons ceci :
        - M. Bayrou est en position de force. Il sait qu’il n’a pas besoin d’alliance pour gouverner. Il sait même que cela n’est pas son intérêt. IL N’A PAS BESOIN DE FAIRE LA MOINDRE CONCESSION sur son programme. Il n’a qu’à attendre...
        - L’un ou l’autre de l’UMP ou du PS sera en crise grave du fait de son absence au second tour de l’élection présidentielle, l’autre affaiblit par sa défaite au second.
        - La perspective des législatives, en l’état, est catastrophique pour ces deux partis.

        Il y a fort à parier qu’il y aura des hommes de bonne volonté aux portes du nouveau grand parti démocrate de M. Bayrou.

        Et M. Bayrou fera son choix.

        Et M. Bayrou aura gagné son pari.


        • (---.---.90.165) 25 mars 2007 17:49

          L’hypothèse la plus probable reste la triangulaire voire la quadrangulaire.

          Dans ce cas, dans de tres nombreuses circonscriptions, l’avantage irait au PS bénéficiant d’une forme de l’union de la gauche et donc d’un socle de 40 % de voix au niveau national...

          Dans de nombreuses autres, le socle électoral UMP est tel qu’il passerait en tête.

          Si on ajoute les circonscriptions ou un desistement republicain pour barrer la route au FN est nécessaire, il ne reste que tres peu de circonscriptions pour l’UDF de Bayrou.

          De plus, je pense que les électeurs dit de gauche voteront plutot a gauche, ceux de droite a droite afin d’obtenir une politique qui penche dans leur faveur, le propre du centre étant d’être un allié modérateur et non un axe de gouvernement.

          En définitive, la manoeuvre électorale de Bayrou ne peut marcher que pour la présidentielle et le bénéfice du rejet par une majorité de français du PS et de Sarko.

          Le vote Bayrou n’est pas un vote d’achésion, c’est cette raison et son manque d’implantation locale et de relais qui ne lui permettront pas de gagner l’AN.


        • lolokerino (---.---.41.177) 23 mars 2007 13:08

          sauf que Segolene remonte dans les sondages,

          Si elle redevient credible dans le vote anti sarko, imprudement recupéré par les soutiens udf , cela risque de faire pchittt et de voir la solution Bayrou se degonfler....

          Maintenant pour en revenir a votre scenario, pourquoi le candidat Udf arriverait il pratiquement jamais en troisieme position ?

          Ils sont devenu si populaire que cela dans les 577 circoncriptions ?

          Savez vous que les investitures udf( et donc les campagnes locale) , n’ont même pas commençée !!!

          Vous ne tenez absolument pas compte du poids local de ces elus , souvent egalement maire de commune, faisant parti de tel ou tel entourage au departement ou à la region

          par exemple, j’ai vu le dernier des cretins alcoliques se faire réelire regulierment(au detriment du courageux candidat udf qui a finit par jeter l’eponge malgré une action exemplaire pendant 5 ans au parlement)par des electeurs de droite sous pretexte qu’il est le frere du president socialiste du departement ( la gironde pour ne pas la nommer) et que pour les subventions pour la ville dont il est egalement Maire, c’etait mieux (sic)

          Sans aller jusqu’a ce type d’exemple, il ne faut pas mepriser le travail des elus et la réalités de leurs implantations locales Encore une fois, il ne s’agit pas d’elire une majorité godillot à la botte du president !


          • buildfreedom (---.---.160.36) 23 mars 2007 14:30

            L’institut CSA roule pour Ségolène

            La Commission des sondages dénonce des « erreurs manifestes » dans deux sondages CSA et demande de ne pas les utiliser :

            « Lors de ses séances des 16 et 19 mars 2007, la commission des sondages a examiné deux sondages relatifs à l’élection présidentielle, réalisés par l’institut CSA, et publiés dans les éditions du Parisien-Aujourd’hui en France des 8 et 15 mars derniers. Eu égard à certaines modalités de redressement appliquées aux résultats bruts de ces enquêtes, la commission, sans pour autant mettre en cause l’intégrité professionnelle de l’institut, exprime des réserves sur le caractère significatif des intentions de vote publiées dans ces deux sondages. »

            Que se passe-t-il dans ces deux enquêtes ? Celle du 8 mars voit M. Bayrou progresser de 7 points à 24%, score jamais atteint par d’autres instituts où il n’était à l’époque qu’aux environs de 18%. Celle du 15 mars voit M. Bayrou chuter de 3 points à 21%, première enquête où le candidat apparaît en baisse et même en forte baisse, alors qu’il est toujours en hausse dans les autres enquêtes.

            Ce qui est soupçonné : M. Bayrou est surestimé volontairement dans une enquête, puis redressé sévèrement dans la suivante afin de casser sa dynamique de hausse. Ceci afin d’instiller le doute dans l’opinion, ce qui a bien fonctionné.

            Aujourd’hui, CSA est le seul institut à mettre à égalité Mme Royal et M. Sarkozy au second tour, afin de contrer à nouveau la candidature de M. Bayrou qui est le seul à pouvoir battre M. Sarkozy dans toutes les autres enquêtes (BVA, TNS-SOFRES, LH2, IFOP, IPSOS).

            Cette tentative de manipulation est scandaleuse. Mis en cause, CSA reste pourtant droit dans ses bottes : « L’institut CSA, en toute indépendance, maintient intégralement ses évaluations », a fait savoir sa direction. Malheureusement, la Commission des sondages ne dispose pas de pouvoir contraignant.


          • MyHyene (---.---.214.63) 23 mars 2007 13:46

            la majorité absolue ...

            quand , dans l’urne, vous mettez un bulletin PS vous votez pour la gauche du PS ou pour les sociaux libéraux ?

            quand , dans l’urne , vous mettez un bulletin UMP vous votez pour la droite gauliste ou pour la droite de madelin ?

            la plupart des groupes politiques représentent une cohabitation...et je ne parle pas de la « gauche plurielle ».

            Bayroux ou un autre sera forcément en cohabitation, soit dans son propre camps soit en bipartisme, mais dans tous les cas les français seront déçus...


            • CedricA (---.---.181.106) 23 mars 2007 13:50

              Et encore, ces hypothèses ignorent les possibles éclatements des 2 gros partis en cas de victoire de Bayrou. Nul doute que dans ce cas, le PS et l’UMP ne resteraient pas indemnes.

              Pour éviter de faire, comme certains, des copier/coller de toujours le même texte un peu partout, j’en ai fait un billet sur mon blog : http://www.cedric-augustin.eu/index.php?2007/03/21/143


              • diablo (---.---.97.97) 23 mars 2007 14:50

                Il est vrai que si Bayrou est élu président, il risque de faire aux législatives un score important (ne serait-ce que parce que les 50 % des français qui l’ont élu voudront être cohérents et lui donner une majorité). De toute façon, après son élection, une bonne partie de l’UMP se ralliera à lui et on verra des candidats bien implantés localement étiqueté « majorité présidentielle » se présenter au-delà des partis pour gouverner avec le président ! Peut-être même qu’un premier Ministre UMP sera nommé (pas Sarkosi tout de même), ...

                Cela est de la politique fiction : je ne crois pas à son élection : c’est le drame de Bayrou, s’il est au 2ème tour il est quasiment sûr d’être élu mais il n’a aucune chance de passer le 1er tour, ...


                • Paul (---.---.206.134) 23 mars 2007 22:04

                  En France il existe un découpage avec des circonscriptions de droite et d’autre de gauche donc 50ù au niveau national ne signifie rien. Les sondages ne donnent aucune information par département. Le PS étant replié sur ses bastions cours un risque faible de perdre des circonscriptions il a une forte probabilité de gagner des circonscriptions même en étant absent au second tour car c’est la situation de 2002 et que madame Royal ne se comportera pas comme Jospin.

                  En ce qui concerne UDF 500 candidats J’ai un petit doute car ce parti n’existe pas partout en France. De plus un candidat à besoin de militant expérimenté certes une dizaine peu suffire encore faut il les avoir. Il y a le problème de l’argent, c’est l’UMP le parti le plus riche du fait de son nombre de sortant. Il y a le problème des électeurs qui ne vont pas comprendre le caractère gauchiste de Bayrou quand ils vont voir quel e candidat UDF est l’industriel du coin. Il y a la question des appareils UDF UMP qui se partage le gâteau entre les différents scrutins et ne tiendrons aucun compte du national. Il y a beaucoup de circonscription ou UDF arrivera en troisième position ou en quatrième ou ne pourra pas se maintenir à cause du FN par exemple dans le var. Il est à noté qu’avec deux candidats l’électeur élimine celui qu’il ne veut pas mais avec trois il vote pour son poulain. En conclusion résultat difficile pour l’UDF mon pronostique avec 100 député Bayrou peu mettre un cierge à lourde.

                  Pour l’UMP la situation sera plus facile même si ce parti est certain de perdre des sièges même avec une victoire de son leadeur car il est à son point le plus haut. Mais ses sortants disposent du bonus du sortant. Ils sont bien implantés localement. Ils tiendront compte de la présidentiel. Si c’est Bayrou ils colleront leur campagne sur lui et prendrons double casquette le temps de l’élection. Comme a toute les législatives un certain nombre serons élu au premier tour. L’UMP sera majoritaire ou prêt de la majorité quel que soit l’élu national. Donc Sarkozy s’invitera comme premier ministre sans que le président est son mot à dire c’est la constitution le président à tout les pouvoirs si il a une majorité sinon il a les chrysanthèmes.

                  Les défections toucheront moins de cinquante députés. Elles peuvent être réversibles ! Le PS et l’UMP sont des vieux parti ils survivront. Ce n’est qu’une élection parmi bien d’autre.


                  • lolokerino (---.---.41.177) 23 mars 2007 22:55

                    bien evidement le plus probable

                    laissons les udf rever encore quelques semaines !!


                    • asphodèle (---.---.251.88) 23 mars 2007 23:14

                      voter couleur présidentielle c est s assurer de voir une politique nationale s exécuter jusque dans les plus petits cantons sinon c est faire du surplace si la tete décide et que les membres et cellules font autre chose alors faut pas s étonner du résultat


                      • lolokerino (---.---.41.177) 23 mars 2007 23:23

                        dans ce cas , supprimons le parlement ! on fera des economies

                        une bonne petite dictature, il y a que cela de vrai !

                        Non, l’election du president de la republique et une chose (Pouvoir executif) et le parlement une autre( pouvoir legislatif)

                        N’en deplaise à Bayrou et ses soutiens, les français ne sont pas des veaux et ne donneront pas automatiquement une majorité au president , même si ce dernier s’estime au moins au niveau du general ( references aux veaux...)


                        • Blablabla (---.---.221.113) 24 mars 2007 07:08

                          @ l’auteur

                          Sans vouloir vous offenser, votre courage d’écrire un tel article dénué d’intêret n’a d’égal que votre constance à vouloir parler de FB, sur tous les tons.

                          Je voulais juste vous indiquer qu’une démarche plus raisonnée finira par l’emporter sur la folle euphorie de certains :

                          "Loin d’être une “simple photographie” de l’opinion comme se plaisent à le dire nombre de sondeurs et de journalistes,

                          les sondages publiés par les médias sont l’élément structurant décisif dans la dynamique de l’actuelle campagne présidentielle :

                          censés permettre une définition vraie du rapport de forces entre candidats,

                          ils rendent surtout possible que des définitions initialement fausses de ce rapport de forces deviennent vraies" (Le Monde - Blog de Cyril Lemieux - article du 20 mars).


                          • bayrolien bayrolien 24 mars 2007 11:18

                            Il n’est nullement question de « FB » dans mon article.

                            Il n’y est pas cité une seule fois.

                            Mon article est un simple rappel sur le mode de scrutin des élections législatives dont il me semble qu’on a tendance actuellement (c’est pourquoi j’ai modestement estimé d’actualité de revenir par un cours article sur ce sujet) à l’assimiler et même à le confondre avec le mode de scrutin de l’élection présidentielle (dont il est beaucoup question en ce moment) et ceci, idiotement, simplêtement, parce qu’ils ont en commun, et seulement cela en commun, de partager le qualificatif de majoritaire.

                            Votre citation d’un article du Monde à propos des sondages n’a en revanche et à mon sens rien à voir avec le sujet de mon article. De surcroît il ne s’agit que d’un avis qui est asséné sans aucune argumentation.


                          • frederic9 (---.---.232.32) 24 mars 2007 09:13

                            Le scenario qui parait le plus vraisemblable est que Sarkozy, ou Royal, gagneront l’élection présidentiel.

                            En revanche, il n’est pas exclu que celui, ou celle, qui sera élu ne dispose pas d’une majorité homogène à la Chambre, car il va y avoir un paquet de triangulaires aux législatives, si les candidats de l’UDF reproduisent les scores que fait Bayrou en ce moment (20% environ).

                            Je ne crois pas à Bayrou président, en revanche, je crois assez à l’UDF en position d’empêcher une majorité UMP, ou PS, à la chambre.

                            Ce serait un cas de figure encore inédit sous la 5ème république : l’existence d’un parti charnière à la Chambre, malgré le mode de scrutin majoritaire à deux tours qui est, en temps normal, plutôt favorable à la constitution de majorités homogènes.


                            • (---.---.90.165) 25 mars 2007 18:02

                              Si Bayrou ne passe pas, il existe deux scénarios :
                              - accord de désistement avec l’UMP et une trentaine de sieges : peu probable car Sarko atomisera FB, il sait, lui qu’il faut achever un ennemi battu et on peut penser que l’UMP fera tout pour que FB ne soit pas réélu
                              - accord de désistement avec le PS : l’UDF gagne un certain nombre de sieges et devient une variante sociale démocrate
                              - aucun accord : l’UDF affronte partout un UMP : il ne reste plus assez de députés pour former un groupe, tous les elus locaux (maire, conseillers regionaux etc) quittent le navire

                              En gros, Bayrou joue à quitte ou double, et ca il le sait, d’ou son audace sur la présentation comme candidat antisysteme élu par les voix UMP !!!!


                            • Blablabla (---.---.94.196) 25 mars 2007 08:49

                              @ l’auteur

                              Quand vous dites :« Ici ou là des raisonneurs à deux sous arguent d’une prétendue difficulté qu’aurait un candidat plutôt que d’autres, s’il était élu président de la République, à ce que l’Assemblée nationale, élue dans la foulée, lui soit favorable »,

                              et qu’ensuite vous puisiez m’affirmer « Il n’est nullement question de »FB« dans mon article », c’est vraiment se foutre de la gueule du monde !

                              Franchement entre nous bayrolien, « une prétendue difficulté qu’aurait un candidat plutôt que d’autres », je ne vois pas SARKO ni SEGOLENE ! Comme Le Pen s’exclut de lui même, il ne reste plus que :«  ». CQFD.

                              Il faut arrêter cette mascarade les amis de FB ! Ca ne marche pas !

                              On n’arrête pas de vous le dire sur tous les tons, mais non, vous insistez ! Insidieusement en plus !


                              • bayrolien bayrolien 25 mars 2007 18:18

                                " Franchement entre nous bayrolien, « une prétendue difficulté qu’aurait un candidat plutôt que d’autres », je ne vois pas SARKO ni SEGOLENE "

                                Vous ne voyez pas Sarközy ou Royal dîtes vous...

                                Et pourtant si vous écoutiez le discours du Zénith de Bayrou, lui les y voit justement ! Son argumentation est encore plus forte que ma pauvre argumentation du mode de scrutin :

                                Il les y voit même plus que lui à avoir des difficultés à obtenir une majorité absolue !

                                Pourquoi ?

                                Tout simplement parce que Sarközy avec 26 % au premier tour comme Royal avec 25 % ou 26 % qui se refusent tous les deux, au contraire de Bayrou, à envisager de s’allier avec le centre, où trouveront-ils donc leur majorité ?

                                Royal avec Buffet ou Besancenot ? On est loin de faire 50 % ! Sarközy avec Villiers et Le Pen ?

                                Mort de rire !

                                Sinon, avec qui ?

                                Où trouveront-ils leur majorité, eux qui, pas plus que Bayrou, ne feront un score en dehors de la zone « 20 à 30 % » au premier tour ?

                                Précisément, celui qui aura le plus de facilité à trouver une majorité c’est celui, le seul, qui accepte de travailler avec les autres : François Bayrou.


                              • Blablabla (---.---.94.196) 25 mars 2007 10:12

                                @ l’auteur

                                « De surcroît il ne s’agit que d’un avis qui est asséné sans aucune argumentation ».

                                La politique cher ami n’est pas basée sur des argumentations.

                                La preuve, FB dans son programme affirme sans argumentation et sans honte d’ailleurs :

                                A propos du traité sur l’UE : « D’abord, le texte était illisible, et tous les livres écrits pour le « oui » n’y ont rien fait ; les citoyens ne voulaient pas qu’on leur explique ». Plus loin, FB assène « Un autre projet européen doit s’exprimer ».

                                Où est l’argument ? Que les gens n’ont rien compris ? Qu’on leur a mal expliqué ? La manière pas plus que le contenu n’y feront ! Hypocrisie que de la part de FB !

                                A propos de la loi DADVSI, « ...le financement de la culture assuré ». FB emboîte le pas de l’autorité supérieure des médias qu’il critique tant depuis le début de la campagne présidentielle :

                                En France, le président du directoire d’Arte, Jerôme Clément, dans un entretien à « Les Echos » du 23 janvier 2007, déclare que « sur la question du financement du service audiovisuel public [...] l’Etat devra trouver de nouvelles ressources. [...] soit un élargissement de l’assiette de la redevance aux nouveaux moyens de réception de la télévision comme le PC. C’est une question politique et l’Etat ne peut pas éternellement la différer. Certes, nous sommes en période électorale et tout est gelé »...

                                FB veut effectivement assurer le financement de l’audiovisuel et augmenter les droits. Tous ses pseudo-arguments du style : « La copie privée, pour un usage personnel, familial ou amical, est un droit pour le consommateur, pour le citoyen qui se cultive et recherche un épanouissement », c’est de la démagogie électorale. L’argument tombe à plat !

                                A propos de la santé, même manque d’argument en faveur de son programme :« Il faut donner à la gestion de nos politiques de santé une dimension régionale pour que les besoins de santé soient identifiés, qu’ils obtiennent une réponse adaptée, que puissent y participer des partenaires légitimement représentés ».

                                Le seul Hic dans son histoire, c’est le dossier médical informatisé : « Il faut institutionnaliser la participation des médecins à la réflexion et à la décision, changer les pratiques professionnelles de décideurs habitués au secret et au soupçon », ce qui revient tout bonnement à organiser une concurrence entre les médecins, qui deviendront de droit ou de fait les salariés des assureurs régionaux avec la fin du monopole de la CNAM. Politique d’ailleurs relayée par la commission européenne qui entend faire payer la France dans le non respect de certaines décisions à ce sujet (cherchez un peu, vous trouverez).


                                • lolokerino (---.---.41.177) 25 mars 2007 14:24

                                  un exemple d’un debat sur le site Udf entre militant

                                  Il y a de l’affolement pour les legislatives

                                  voici un « copier coler »

                                  «  »et oui ?! cela fait plusieurs semaines que j’essaye d’alerter tout le monde concernant le pb des législative. Hier j’étais à une réunion dans une circonscription - faisant parti d’une équipe de campagne - et nous n’avons tjs pas de feu vert officiel pour nous déclarer - le PS et l’UMP occupe déjà le terrain médiathique depuis 3 mois - et je réagi à la vue d’une première page d’un journal régional montrant les photos des candidats aux députations Ps et UMP soutenant Sego et Sarko rien sur l’UDF et FB !!!! Génial non !

                                  Tout le monde se gargarise des interventions de FB au niveau national mais personne ne mesure l’importance des relais régionaux obligatoires et nécessaires pour accéder à la magistrature suprême.«  »"

                                  Tout le monde connait le coté brouillon et improvisation de Bayrou, cela se confirme une fois de plus !!!

                                  Qu’il reserve cela à son udf et que nous epargnons cela pour pour la France !!


                                  • (---.---.90.165) 25 mars 2007 17:52

                                    Les hommes de bonne volonté, quelle belle définition des opportunistes, on croit rever lol


                                    • lolokerino (---.---.41.177) 26 mars 2007 21:25

                                      «  »«  »Tout simplement parce que Sarközy avec 26 % au premier tour comme Royal avec 25 % ou 26 % qui se refusent tous les deux, au contraire de Bayrou, à envisager de s’allier avec le centre, où trouveront-ils donc leur majorité ?

                                      Royal avec Buffet ou Besancenot ? On est loin de faire 50 % ! Sarközy avec Villiers et Le Pen ?

                                      Mort de rire !

                                      Sinon, avec qui ?

                                      Où trouveront-ils leur majorité, eux qui, pas plus que Bayrou, ne feront un score en dehors de la zone « 20 à 30 % » au premier tour ?«  »"

                                      Incroyable aplomb des bayrouistes

                                      ce qui vaut pour les autres ne vaut pas pour Bayrou ?

                                      Cettte demonstration vaut aussi pour Bayrou !!

                                      si c’est le score au premier tour des presidentielles qui determine une majorité , comment ferait il avec aujourdhui 17% et dans le meilleur des cas entre 20 et 25% ?

                                      Chirac a bien eu une majorité ump avec des scores autour de 20% que ce soit en 95 ou 2002 !!

                                      Le mepris affiché par l’udf de bayrou( et leurs soutiens) sur les legislatives en dit long sur leur esprit democratique et republicain

                                      Pour eux c’est une MAJORITé AUTOMATIQUE, pour la gloire du grand homme, une majorité godillot cire pompe...

                                      Mepris total pour les implantations locales , le travail effectué par les parlementaires aupres des populations et la réalité de la carte electorale !

                                      Un exemple , Bayrou est tellemnt sur de son coup , il a une telle idée de son destin soutenue par le peuple français(sic) que c’st le seul parti d’importance (? ?) a ne pas avoir fait encore les investitures pour les legislatives !!!!!!!!!

                                      Cela se fera apres le premier tour, en fonction de l’adversaire ( Sego ou Sarko )et des tentatives de debauches dans le camps vaincu (PS ou Ump) !!!

                                      Je ne comprens pas que cette mascarade honteuse ne soit pas plus dennoncée...


                                      • lolokerino (---.---.41.177) 27 mars 2007 10:18

                                        vu sur le site de l’udf :

                                        «  »«  »Aucune investiture n’a été donnée par l’UDF ou le PD en Île-de-France. Enormément de candidats se démènent déjà sur le terrain. Beaucoup sont issus de la société civile. Pour faire campagne activement, ils doivent donc poser trois semaines de vacances, mais cela se prévoit très à l’avance. Or on les laisse complètement dans le brouillard.

                                        Je considère cette situation parfaitement inadmissible. Puisque le nouveau censeur de l’Udf nous lit attentivement, qu’il fasse donc remonter le mécontentement de militants Udf de la première heure.

                                        Nous n’acceptons plus les diktats de Marielle de Sarnez ou de François Bayrou. Nous souhaitons des réponses claires, maintenant, de MM. Thérou et Azière, les responsables des fédérations à l’Udf.

                                        Nous entendons bien que la présidentielle soit le seul et unique objectif de Monsieur Bayrou que nous respectons. Qu’il se fiche comme d’une guigne de nos petites affaires, passe encore, qu’il nous méprise tel un Villepin qui traitait ses députés de c.onnards (Bayrou est plus lettrés : lui, c’est « clampins »... N’est-ce point pire ?), passe aussi, mais que des dizaines d’hommes et de femmes qui se dévouent pour que vive l’Esprit public dans notre pays se retrouvent souvent dans des situations financières difficiles à cause de cette incertitude qui règne, je dis non.

                                        François Bayrou a toujours promis lors de cette campagne qu’il présenterait un candidat dans chaque circonscription. Pourquoi en Île de France, n’est-ce pas le cas ? Va-t-on revenir aux vieilles tambouilles d’antan où l’entente entre l’UMP et l’UDF allait de soi ? Irons-nous vers une redistribution des cartes dont nos candidats sont les meilleurs garants en Île de France ?

                                        Je crains fort que ce soit dans les vieux pots que l’on fasse les meilleures soupes. C’est le meilleur moyen pour la mourrante Udf d’en manger à la grimace !!!

                                        PS : Si des décisions ne sont pas rapidement (dans les jours qui viennent, fin de semaine maximum !) prises, fermes, définitives, actées par des signatures, il se peut que beaucoup de militants sincères perdent l’envie de gagner et se désolidarisent de plus en plus de la stratégie erratique de François Bayrou. S’il ne parvenait pas au deuxième tour, qui nous dit que l’UMP et le PS n’aient pas envie de se venger (puisqu’aussi bien, dans sa logique, François Bayrou ne devrait pas se prononcer pour l’un ou pour l’autre, ou alors il déjugera deux années de travail acharné... et ferait fuir son électorat vers celui ou celle qui serait l’opposant de celui à qui il se vend, comme un gigolo...), se venger donc et provoquent des triangulaires face à Hervé Morin, Lagarde, Dionis, Lassalle, etc ? On se retrouverait en short et le PD serait mort-né. La belle affaire !

                                        Je ne puis croire à un tel scénario et attends donc calmement et fermement un geste fort de notre président avant la fin de la semaine pour clarifier cette situation qui ne dure que trop. Nos adversaires ne nous attendent pas «  »«  »

                                        effectivement, il faut denoncer la manoeuvre de Bayrou qui consiste a attendre le premier tour pour choisir ses candidats

                                        positionnement à geometrie variable qui consiste à s’adapter a l’adversaire du second tour pour finir de basculer à gauche et faire exploser le ps ou repasser à droite pour incarner le conservatisme !!

                                        La demagogie sans limite de Bayrou conduit à etre une negation de ce que devrait etre la politique : l’offre

                                        L’offre d’un programme, l’offre des idées sur lesquelles on essaye d’obtenir l’ahdesion d’une majorité de Français

                                        Au contraire, le programme devient le plus petit denominateur commun sur lequel on va chercher une majorité possible Suivre la demande , allez dans le sens du vent pour singer le role d’un rassembleur

                                        La methode de la demande est le pire de ce que la france a besoin aujourd’hui et conduira a l’immobilisme

                                        En effet , il est illusoire de croire que l’on pourra passer les reformes necessaires ( retraites, temps de travail, reforme de l’etat, diminution de la depense publique)en suivant les « recommandations » des françias forcement corporatifs sur ces questions

                                        A Moins de 4 semaines du premier tour , la france a besoin de choix clairs de société, surtout pas de promouvoir un politicard conservateur et de lui servir une majorité à sa convenance et selon les circonstances..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès