Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Malheur aux vainqueurs

Malheur aux vainqueurs

Vae Victis, malheur aux vaincus, disaient les Romains. Malheur aux vainqueurs, disent aujourd’hui les Allemands. Avec 35,2 % (- 3,3 %) des voix, la CDU d’Angela Merkel comptera certes le plus grand nombre d’élus au Bundestag, mais elle ne pourra à elle seule gouverner le pays. Idem pour Gerhard Schröder et le SPD qui, même s’ils reviennent de loin, ne recueillent que 34,3 % des suffrages (- 4,2 %). Comme à l’ordinaire, l’appel aux petits partis sera donc nécessaire à la constitution d’une majorité. A ceci près que les coalitions d’antan - SPD-Verts et CDU-FDP - souffrent du même syndrome. Certes, le parti écologiste garde sa base avec 8,1% des votes (-0,5%) et les libéraux consolident leur assise avec 9,8% (+2,4%) mais, finalement, les comptes restent insuffisants et, n’en déplaise aux ténors, nul ne sort vainqueur de ce scrutin. Et encore moins l’Allemagne dont il est permis de s’inquiéter du poids qu’elle pourra peser au sein de l’Union dans les quatre ans à venir.

Solution ? Aucune véritablement : l’idée d’une grande coalition gauche-droite entre le SPD et la CDU titille les esprits, mais ni Schröder ni Merkel n’en veulent. Forcément, une tête - au moins - devrait tomber, et nul ne veut voir la sienne rouler sous les bancs de l’assemblée nationale... Quant aux valeurs politiques défendues par les deux grands partis, elles sont tout bonnement aux antipodes les unes des autres : sortie du nucléaire pour les Verts et le SPD, retour à l’atome pour la CDU ; couple franco-allemand pour Schröder, atlantisme bushien pour Merkel ; économie sociale à gauche, ultralibéralisme à droite.... Certains annoncent néanmoins les libéraux susceptibles de rejoindre le clan SPD-Verts. Grossière erreur, à en croire les premières déclarations de Guido Westerwelle, le chef de file du FDP, qui a clairement indiqué qu’il n’accepterait aucune alliance en ce sens. D’autres imaginent les Verts rejoindre la CDU. Mais passer l’arme à droite serait synonyme de la passer à gauche, tant le risque d’implosion des Grünen serait alors grand. Resterait l’extrême-gauche (Linkspartei/PDS) menée par Oskar Lafontaine et Gregor Gysi, qui vient d’enregistrer un très joli score de 8,7 % (+ 4,7 %). Une perspective inacceptable pour Schröder qui garde rancune à Lafontaine de l’avoir défié un temps au sein du SPD. Mais probablement la seule qui puisse, ne lui en déplaise, sauver l’Allemagne d’une crise institutionnelle.

Kai Littmann est président du Forum citoyen eurodistrict


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • mercatour (---.---.141.126) 9 décembre 2005 14:50

    « Vae Victis, malheur aux vaincus, disaient les Romains. »

    Une précision historique sans réel rapport avec votre texte. L’expression « vae Victis » n’est pas d’origine romaine mais gauloise. Elle fut employée par le chef gaulois Brennus après le sac de Rome en -390, au moment de faire payer le tribut de guerre à la capitale du Latium.

    Comme quoi, les Européens qui rackettent d’autres Européens, c’est de l’histoire ancienne...


    • Kai Littmann (---.---.164.121) 9 décembre 2005 18:31

      Merci pour cette précision. J’aime bien apprendre des choses. Et avec ce nouveau gouvernement CDUSPD, on peut se poser la question si le prochain tribut ne sera pas payé par l’ensemble des Allemands...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès