Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Marine et Jean-Marie, le complexe d’Œdipe en politique

Marine et Jean-Marie, le complexe d’Œdipe en politique

Mourir ou ne pas mourir ? C’est ici une question centrale, car il ne peut y avoir deux têtes sur un même corps. Après de bons et loyaux services, le Front national se prépare à faire sa mue, ou tout au moins, Marine Le Pen tente une transfusion pour laver le vieux linge de maison. Entre le parti historique, agrégateur de cranes rasés, et sa métamorphose progressive vers une droite moins sulfureuse, il y a un obstacle de taille : la statue du commandeur, le père du parti, son père.

« Tuer le père » comme l’avait si bien analysé Sigmund Freud, peut permettre d’exister soi même, se réaliser sans le regard critique de l’autre. L’autre, cette autorité qui nous a fait. Bien que « sans toi », je ne suis rien, « avec toi » je n’existe pas. C’est bien là la principale difficulté de sa fille. Elle est aujourd’hui à la tête du parti fondé par son père, grâce à son père, en récompense de sa fidélité, mais l’héritière, car c’en est une, est sous tutelle. Elle a la liberté de faire, si son action s’inscrit dans la vision du père, mais dès que celle-ci s’écarte du dogme paternel et qu’elle annonce qu’elle souhaite changer le nom du parti au lendemain des législatives, le vieux lion ressort de sa tanière.

« Moi vivant, le Front National ne changera pas de nom  », c’est Jean-Marie Le Pen qui le dit. A qui ? A sa fille ainsi qu’à ses conseillers politiques qui ne représentent qu’un « courant minoritaire » dixit le vieux lion. Les apparatchiks de la flamme tricolore sont prévenus. Jean Marie remue encore.

Pour penser, et donc exister, Marine doit mettre fin à cette emprise et remettre en cause l’exclusivité de son père sur la pensée frontiste. En s’appropriant la pensée, elle s’imposera et elle pourra agir sur elle et la modifier. « Moi aussi je peux penser ça », pourra-t-elle dire une fois son émancipation achevée. Le « ça » étant la chose idéologique autour de laquelle un parti se construit. Mais à qui appartient le « ça » ? A qui appartient le parti ? Est-ce consubstantiel… où l’idée et l’appareil politique peuvent évoluer pour leur propre compte ?

Le Front National est donc en viager tant que Jean Marie, président d’honneur du parti, restera debout. Marine n’a donc pas d’autre choix que de tuer le père. Elle ferait d’une pierre deux coups, une sorte de double homicide : biologique et idéologique. La mort, entendons nous bien sur le principe, est ici évoquée sous l’angle purement symbolique.

Sous l’angle de la psychanalyse, l’entreprise familiale frontiste nous offre une démonstration parfaite, tellement vrai, je dirais même caricaturale, du complexe d’Œdipe. Roger Perron, psychanalyste et directeur de recherche honoraire au CNRS, avait synthétisé la «  vocation civilisatrice du complexe » selon Freud par le fait que les humains « étaient organisés en une horde primitive dominée par un grand mâle despotique qui monopolisait les femmes et en écartait les fils, fût-ce au prix de la castration ». Cette synthèse me semble parfaitement s’appliquer à la mue annoncée du Front National. Louis Aliot et Gilbert Collard n’ont qu’à bien se tenir s’ils veulent éviter la castration du père.

C’est ce qui arrive quand on met tout ses œufs dans le même panier. Décidément, les bijoux de famille ne sont pas une proie facile.

Nicolas GEORGES

www.nicolas-georges.fr/

twitter.com/# !/ngeorges


Moyenne des avis sur cet article :  3.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • mortelune mortelune 31 mai 2012 10:57

    @schwe...


    « ...enfant de sexe masculin »

    Marine est donc un garçon et Freud a entièrement raison. C’est certainement pour ça qu’elle a changé de prénom...

  • Emmanuel Aguéra LeManu 31 mai 2012 11:18

    Schweitzer, malheureusement, vous l’auriez pu noter, Freud n’a pas écrit cet article. Relisez, vous verrez.


  • Emmanuel Aguéra LeManu 31 mai 2012 11:19

    Vous avez certainement mieux à proposer ?


  • gordon71 gordon71 30 mai 2012 16:24

    bonjour georges


    l’idée est bien vue « le meurtre du père »

    Jean Marie reste une figure et un père rudement coriace à déboulonner et les occasions de le rappeller à la « fille de » ne doivent pas manquer 

    pour autant Marine me semble avoir fait une bonne partie du travail, en prenant ses distances avec les plus ultras du parti, en estompant la défiance envers Israël, en se démarquant des propos tendancieux de son père, en essayant de rajeunir et de rendre le parti plus compatible avec les médias et les thèmes « en vogue ». 

    elle a gagné son pari de la légitimité dans un climat de haine et d’injures bien peu justifiées.

    je ne sais pas si elle a tué le père, mais en tous cas il semble bien qu’elle en ai hérité la hargne et la combativité.



    • jean 30 mai 2012 18:35

      ouala les moustiks habituels, merci à vous j’ai ma crème....


      • OMAR 30 mai 2012 18:38

        Omar 33

        Nicolas  :«  Marine le Pen tete une transfusion pour laver le vieux linge de maison. »

        Purée, avec toute les lessives du monde et les blanchisseries de l’univers, elle en a pour une éternité...


        • Pinkette234 Pinkette234 30 mai 2012 19:24

          Pourquoi ne demandez-vous pas à F.Hollande de « tuer » le père:Un père à la droite de l’extrême droite !J’ai lu ça quelque part....

          Quant à S.Royal,avec un père militaire....


          • Emmanuel Aguéra LeManu 31 mai 2012 11:23

            Ben justement, y’a contrepied, c’est parce que c’est fait !
            Pour l’instant, elle a piqué le vélo de papa, mais quand vous verrez Marine voter FdG, là aussi, ce sera fait. Une vraie renaissance, vous verrez.


          • Morpheus Morpheus 30 mai 2012 19:42

            « « Tuer le père » comme l’avait si bien analysé Sigmund Freud »

            ... pour lui-même.

            > http://www.mollat.com/livres/michel-onfray-crepuscule-une-idole-affabulation-freudienne-9782246769316.html

            "Le freudisme et la psychanalyse reposent sur une affabulation de haute volée appuyée sur une série de légendes. Freud méprisait la philosophie et les philosophes, mais il fut bel et bien l’un d’entre eux, auteur subjectif d’une psychologie littéraire...

            - Freud se prétendait scientifique. Faux : il avançait tel un « Conquistador » sans foi ni loi, prenant ses désirs pour la réalité.
            - Freud a extrait sa théorie de sa pratique clinique. Faux : son discours procède d’une autobiographie existentielle qui, sur le mode péremptoire, élargit son tropisme incestueux à la totalité du genre humain.
            - Freud soignait par la psychanalyse. Faux : avec la cocaïne, l’électrothérapie, la balnéothérapie, l’hypnose, l’imposition des mains ou l’usage du monstrueux psychrophore en 1910, ses thérapies constituent une cour des miracles.
            - Freud guérissait. Faux : il a sciemment falsifié des résultats pour dissimuler les échecs de son dispositif analytique, car le divan soigne dans la limite de l’effet placebo.
            - Freud était un libérateur de la sexualité. Faux : son œuvre légitime l’idéal ascétique, la phallocratie misogyne et l’homophobie.
            - Freud était un libéral en politique. Faux : il se révèle un compagnon de route du césarisme fasciste de son temps.

            Chamane viennois, guérisseur extrêmement coûteux et sorcier post-moderne, il recourt à une pensée magique dans laquelle son verbe fait la loi. Ce livre se propose de penser la psychanalyse de la même façon que le Traité d’athéologie a considéré les trois monothéismes  : comme autant d’occasions d’hallucinations collectives. Voilà pourquoi il est dédié à Diogène de Sinope..."

            http://www.youtube.com/watch?v=xA7nErVUwI0


            • mortelune mortelune 31 mai 2012 11:01

              Tout est faux dans votre post.



            • Morpheus Morpheus 31 mai 2012 20:26

              mortelune,

              prouvez-le !


            • Soi Même 30 mai 2012 19:45

              Je n’en fout de ses zigoteaux, la caricature par excellence de ces dynasties politiques, à droite comme à gauche.
              Des gens foutres à virés aux plus vite de la vies politique !


              • mortelune mortelune 31 mai 2012 12:50

                Je vous met +1 parce que je ne peux pas vous mettre +10


              • HerveM HerveM 31 mai 2012 09:42

                Pendant que certains se soucient des dessous de l’entreprise Front National, la Banque Rotschild rentre au gouvernement socialiste élu avec les voix des frontistes de gauche.
                http://www.youtube.com/watch?v=Na3LlV5hoQA

                C’te bonne blague !!!

                Vous allez finir par les ouvrir vos yeux ?


                • Cocasse Cocasse 31 mai 2012 10:39

                  En rester à Freud en psychanalyse, c’est comme en rester à la massue à l’époque du fusil mittrailleur.


                  • mortelune mortelune 31 mai 2012 12:17

                    En considérant la massue comme une arme, votre exemple ne remet pas en question la nécessité des travaux de Freud puisqu’il n’y aurait pas eu de fusil sans la nécessité d’avoir une massue.

                    De la même façon pour être millionnaire en ramassant des pièces par terre, il faut ramasser une première pièce. Cette première pièce est cruciale. 



                  • Cocasse Cocasse 31 mai 2012 13:28

                    Mortelune, je suis tout à fait d’accord. Il fallait bien un début. Mais comme tout début, il est rapidement dépassé.


                  • mortelune mortelune 31 mai 2012 12:46
                    Réponse aux ’anti freudiens’

                    Les travaux de Freud ont permis à la psychanalyse d’avancer sur une voix scientifique et dieu sait que Freud voulait que la psychanalyse deviennent une science. L’amitié qu’il avait avec Gustav Jung n’a pas resisté à cette exigence. Freud estimait que les travaux entrepris par Jung n’étaient pas scientifiques. Ce dernier travaillant notamment sur les rêves il ne pouvait apporter aucune réponse expérimentale et prouvable scientifiquement.
                    Freud est contestable sur les méthodes de soins... Pas sur son approche scientifique de la psychanalyse même s’il a du faire des erreurs (qui n’en fait pas).

                    Au sujet du complexe d’oedipe je fait un copié collé, c’est plus simple :
                    « Théorisé par Sigmund Freud dans sa première topique, il est défini comme le désir inconscient d’entretenir un rapport sexuel avec le parent du sexe opposé (inceste) et celui d’éliminer le parent rival du même sexe (parricide). Ainsi, le fait qu’un garçon tombe amoureux de sa mère et désire tuer son père répond à l’impératif du complexe d’Œdipe. »

                    La dernière phrase vaut aussi pour les filles évidemment :
                    « Ainsi, le fait qu’une fille tombe amoureuse de son père et désire tuer sa mère répond à l’impératif du complexe d’Œdipe. »

                    M LP n’ échappe pas moins que les autres à cette théorie. Ceux qui jugent peu probable d’avoir été ou être « oedipien » n’ont pas tout à fait tord puisqu’il est un désir inconscient. 

                    Monsieur le rédacteur, votre article a le mérite d’appréhender la relation entre JM LP et sa fille sous un angle original. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nicolas GEORGES


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès