Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Marxenchon et Cahuzandréou : la Guerre des gauches

Marxenchon et Cahuzandréou : la Guerre des gauches

Suite à l’échange verbal télévisé entre J.L Mélenchon et le ministre Jérôme Cahuzac, l’opposition entre la gauche marxiste et la gauche social-démocratique semble donc devoir faire de nombreux remous dans les chaumières françaises, le duo étant déjà surnommé « Marxenchon et Cahuzandréou  ». L’expert contre le tribun, l’harangueur populiste face au ministre technocratique : bataille musclée où les noms d’oiseaux renvoyèrent littéralement aux vestiaires tout bon sens politique, le téléspectateur n’étant plus que le témoin amusé des répliques cinglantes des deux protagonistes.

Tout le landerneau médiatique en a depuis fait son chou gras, se contentant de décortiquer les saillies infantiles d’un Mélenchon studieux, celui-ci recrachant admirablement les préceptes énoncés par Schopenhauer dans son Art de la Rhétorique. Mais, fâcheuse habitude de nos médias français, aucun journaliste n’a poussé l’analyse sur l’étrange ressemblance entre cette opposition « socialiste » avec celle qui opposa Marceau Pivert de Léon Blum, dès les premiers jours de la présidence de ce dernier en 1936.

En effet, Marceau Pivert, fondateur de la « Gauche Révolutionnaire » en 1935, exhorta dès l’annonce de l’élection de Léon Blum à « rompre avec le capitalisme » en se fendant d’un article au titre explicite « Tout est possible  » ! Et force est de constater l’actualité de certains points de cet article, comme par exemple, l’émigration des riches : « Ne peut-on pas donner quelques avertissements à messieurs les nouveaux émigrés ; par exemple, à ces capitalistes lyonnais qui achètent des immeubles à Genève […] Toutes les opérations à caractère spéculatif de ces trois derniers mois devront donc donner lieu à enquête, et il ne faudra pas hésiter à sanctionner les déserteurs du franc en confisquant leurs biens. ».

Cette gauche anticapitaliste ne pouvait se satisfaire des quelques réformes timides engagées par le Gouvernement Blum : « Les masses […] appellent les solutions les plus substantielles, elles attendent beaucoup ; elles ne se contenteront pas d’une modeste tisane de guimauve portée à pas feutrés au chevet de la mère malade…  ». On pourrait aisément y confondre certaines envolées lyriques de Mélenchon…

Aujourd’hui, quelques mois à peine après l’élection présidentielle, le « Nouveau  » Front Populaire n’est plus : les communistes et « la gauche de la gauche » se retrouvent dans le camp de l’opposition, comme le montre les récents revers parlementaires du gouvernement socialiste, comme le récent rejet par les parlementaires Front de Gauche de l’amendement sur le crédit d’impôt pour les entreprises.

A l’époque, Blum l’avait emporté sur Pivert par forfait, ce dernier ayant jeté l’éponge en 1937 en posant ces quelques mots sur une lettre adressé à Léon Blum : « Je n’accepte pas de capituler devant le capitalisme et les banques  ». A son tour, la crise économique avait eu raison de Blum : malgré la dévaluation de 1937 et les réformes engagées, aucune reprise n’arriva. Le premier gouvernement Blum présentait sa démission le 21 Juin 1937, à peine un an après son arrivée au pouvoir.

Malheureusement, le scénario ne se rejouera assurément pas : la V°république n’est en rien comparable à son aînée. Mus par un arrivisme quasi-patenté, Hollande et consorts s’accrocheront jusqu’au bout au pouvoir, qu’importent l’opposition et le mécontentement populaire que leur incompétence suscitera. Pour le plus grand malheur de la France…

Prospectives Royalistes de l'Ouest


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • jaja jaja 16 janvier 2013 10:29

    @ l’auteur : « les communistes et « la gauche de la gauche » se retrouvent dans le camp de l’opposition »

    Si seulement vous pouviez avoir raison ! Écoutez plutôt ce que dit le PC par la bouche de Pierre Laurent :

    "Nous avons participé à la victoire d’une majorité politique au printemps et nous considérons que nous sommes dans cette majorité politique (...) mais il y a dans cette majorité un débat politique de fond", a dit le sénateur de Paris à la sortie d’un entretien avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault."

    Ce qui est un discours mi chèvre mi chou et pas celui d’un opposant... Jusqu’à quand le ni dans la majorité ni dans l’opposition au PCF ?


    • Fergus Fergus 16 janvier 2013 13:36

      Bonjour, Jaja.

      Aucune chance que l’ambiguité soit levée avant les municipales. D’ores et déjà, les premiers contacts entre PC et PS doivent d’ailleurs être pris ici et là avant que les états-majors ne s’en mêlent.

      La question qui se pose est en outre de savoir si la journaliste du Canard Enchaîné Anne-Sophie Mercier n’a pas soulevé un véritable lièvre lorsqu’elle a écrit (en substance) que le PC, après avoir tiré profit de l’épopée présidentielle du Front de Gauche, ne verrait pas d’un très bon oeil Mélenchon aller s’enterrer à Bruxelles pour ne pas interférer dans la tambouille du Colonel-Fabien.


    • epicure 16 janvier 2013 17:59

      En tout cas chez moi, s’il y a alliance PCF + PS, ce sera les socialistes dans une liste dirigée par un PCF ou au pire front de gauche... Et pas tous les socialistes.

      Et sauf miracle, je pense qu’il y a de fortes cha nces que ce soit pareil là où le PCF est implanté historiquement, vu le peu de popularité du PS. Céder face au PS ses meilleures chances serait mal vu par nombre de militants, sûrement vu la politique menée par les socialistes ( très peu socialiste ).


    • alinea Alinea 16 janvier 2013 11:20

      Commençons déjà par ne plus appeler le PS la gauche !
      À ma connaissance Mélenchon ne se cache pas de ses inspirateurs ! Au contraire, il se situe ouvertement dans une lignée !!


      • Yvance77 16 janvier 2013 11:44

        Oui c’est exactement cela, faudrait déjà que Cahuzac et les autres affiliés nous fassent la preuve qu’ils sont de gauche.

        Le PS est de gauche, comme La Terre est proche d’Orion... juste quelques années lumières !


        • epicure 16 janvier 2013 18:03

          Le sociétal sans le social, cela s’appelle du libéralisme : défense de libertés sociétales individuelles sans se soucier de l’égalité sociale.

          La VRAI gauche (c), c’est le social + le sociértal, c’est à dire l’héritière de tous les combats de la gauche depuis la révolution.


        • SEPH 16 janvier 2013 11:55

          C’est la guerre entre un homme de droite plein aux as qui est très méprisant envers le peuple en bon larbin des nantis, et un homme qui se dit de gauche mais qui est un arriviste et un imposteur nullement anti-impérialiste.


          • superyeti superyeti 16 janvier 2013 12:55

            Grosse diarrhée tendance bleu marine version les élites bien-nés au pouvoir.

            Vu le nombre de votant pour l’article, je crois qu’il n’y a que l’auteur qui s’approuve, ce genre de débilité mérite bien la guillotine.


            • Blé 16 janvier 2013 13:28

              La guillotine, mais c’est encore trop doux pour ce genre de personnage qui ne doit pas souffrir de fins de mois difficiles.

              Encore un peu, donner un salaire à un travailleur va devenir signe « de richesse » pour le travailleur et un signe de noblesse pour celui qui l’exploite.

              Je crois que l’on n’a pas encore tout vu ni tout lu avec ces énergumènes qui ne comprennent pas que nous retournons vite fait bien fait sous l’ancien régime. L’auteur de l’ article appartient-il aux vielles familles françaises possédantes et/ou aux nouvelles qui se sont enrichies grâce aux paradis fiscaux ?


            • Fergus Fergus 16 janvier 2013 13:28

              Bonjour à tous.

              Le royalisme n’étant qu’un avatar de la gouvernance des peuples qui a trop duré, nulle analyse politique sérieuse en peut être émise par des tenants de ce système. Cet article caricatural en est la démonstration.


              • ZEN ZEN 16 janvier 2013 14:09

                Comme Stéphane Bern, j’adôôôre les rois, les reines et les princesses... smiley


                • soi même 17 janvier 2013 01:08

                  Sa prend pas à part attraper les derniers crétins de gauuuuche, il y a d’autre sujet brulant que la Melènchomayonnaise.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès