Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mélenchon : « Du bruit et la fureur » au « besoin de dormir (...)

Mélenchon : « Du bruit et la fureur » au « besoin de dormir »

« J’ai besoin de dormir, de ne rien faire, de bayer aux corneilles », a expliqué l’ancien candidat à la présidentielle le 22 juillet dernier.

Si le coup de blues du leader de la gauche de la gauche est surement lié au score des dernières élections européennes, où le Front de gauche n’a récolté que 6,33%, il serait bon de chercher à comprendre pourquoi cette mise en retrait fait tant de vagues .

Bien sûr, une personnalité politique qui possède un tel tempérament ne peut laisser insensible. Ses partisans vont le comprendre ou le plaindre, ses adversaires s’en moquer ou crier à la manip politique. En ce qui me concerne ce petit jeu ne m’intéresse guère. Je préfère m’arrêter sur ce que dit aujourd’hui Jean-Luc Mélenchon, qu’il soit sincère ou pas .

« J’ai besoin de dormir, de ne rien faire, de bayer aux corneilles ».

Est-ce le même homme qui déclarait en 2010 : « Je suis le bruit et la fureur, le tumulte et le fracas » ?

Le bruit, c’est celui qui nous accompagne en permanence dans nos grandes villes. Ce bruit qui est là présent sur nos écrans de télévision pour donner de la consistance à des émissions sans le moindre intérêt. C’est encore lui qui accompagne les films à gros budgets pour nous faire oublier un scénario indigent. Il est toujours là, dans les meeting des politiques avec ces énormes sonos qui servent à amplifier des discours faits de mensonges plus énormes les uns que les autres….

Jean-Luc Mélenchon a-t-il enfin compris que le bruit et la fureur n’étaient pas ses meilleurs alliés pour faire passer ses idées ?

Le bruit de nos jours ne peut être lié qu’au libéralisme. C’est pourquoi Jean-Luc Mlenchon était dans l’erreur avec sa stratégie.

Personnellement, après avoir voté pour lui au premier tour des Présidentielles avec certaines réserves, je me suis vite éloigné de ce tumulte et ce fracas, ayant trop souvent besoin de me poser pour ne rien faire et pour bayer aux corneilles.

Mais dans ce monde moderne ou tout est fait pour que l’on soit occupé à tout instant, où le téléphone est devenu une partie de nous-même, où l’on peut à chaque instant suivre l’actualité, où l’on veut que les magasins soient ouverts 24 heures sur 24, le leader de la gauche de la gauche doit-il être un homme du "bruit et de la fureur", ou celui de la réflexion et des moments de pause ?

A méditer pour la ligne à suivre dorénavant pour la vraie gauche.

Et pour les partisans les plus durs de Mélenchon qui préféraient insulter ceux qui s’éloignaient du Front de Gauche à cause de cette stratégie du "bruit et de la fureur", il serait bon aujourd’hui de faire leur mea-culpa.

Car si aujourd’hui Jean-Luc Mélenchon éprouve le besoin de souffler, c’est surement parce qu’il a compris que cette façon de faire de la politique n’était pas la bonne, et qu’en plus de donner une mauvaise image de sa personne, elle était épuisante physiquement et moralement.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 29 juillet 2014 09:02

    Bonjour Fatizo,

    Concernant Mélenchon, le personnage est intéressant, cultivé et a des propositions qui méritent d’être étudiées de très prêt comme : 1°) Rendre le pouvoir au peuple et 2°) Limiter les abus de richesse en fixant des limites. Il y a là les deux remèdes principaux à la crise institutionnelle que notre pays connaît. En effet, le pouvoir entre les mains d’une élite non contrôlée par les citoyens depuis des décennies a fait que nous sommes tombés dans une monarchie élective. Quant au cumul insensé des richesses individuelles, il rend ses possédants fous. Ils se mettent au dessus des lois en achetant la justice et se permettent tout et n’importe quoi. Maintenant, lorsque l’on voit ceux qui restes, cela n’augure rien de bon pour la suite...


    • fatizo fatizo 29 juillet 2014 18:41

      Bonjour Gabriel,

      Je suis moi aussi pour ces mesures, c’est d’ailleurs pour ça que j’avais voté pour lui au premier tour des présidentielles, mais son style et d’autres déclarations, sur l’immigration notamment, me font tiquer. 

    • Ouallonsnous ? 30 juillet 2014 12:54

      « Concernant Mélenchon, le personnage est intéressant, cultivé et a des propositions qui méritent d’être étudiées de très prêt »

      Mais JL Mélenchon est il resté un homme sensé ?

      Son entêtement à participer au parlement fantoche de l’UE avec son deuxième entêtement à croire à l’UE réformable, alors que toutes les analyses et les faits écoulés démontrent le contraire et la nécessité vitale pour la France comme pour les autres pays membres d’en sortir au plus vote, nous démontrent le contraire !

      Reste la gamelle des europèistes bruxellois ....


    • claude-michel claude-michel 29 juillet 2014 09:10

      Aucunes vagues ou tsunami à l’horizon..sauf dans votre esprit peut être...De tous temps des gens ont adoré le veau d’or.. !

      L’esbroufe fonctionne un temps..et les gens se rende compte de l’imposture tout simplement...La preuve..la majorité n’en veut pas..

      • claude-michel claude-michel 29 juillet 2014 09:46

        Je suis triste pour les malades qui croient ses mensonges.. ?


      • diogène diogène 29 juillet 2014 09:12

        Entre ce que pense et ce que dit Mélenchon, la marge est grande.


        Ce personnage est un tribun arriviste dont les invectives n’ont pas suffi pour rassembler les débris de la catastrophique chute du PCF et de l’abandon de ses électeurs.

        Ceux qui restent ne sont ni pires ni plus recommandables que lui : ils sont crux !

        • diogène diogène 29 juillet 2014 09:25

          erratum :


          creux

        • Fergus Fergus 29 juillet 2014 10:04

          Bonjour, Diogène.

          « Ce personnage est un tribun arriviste ». Certes ! Mais il y a sans doute également de la sincérité sur les grandes lignes du projet qu’il a défendu. La preuve en est dans ses erreurs de communication sur l’immigration qui lui nettement plus coûté qu’elles ne lui ont rapporté, eu égard à la défiance croissantes des Français. 

          De le sincérité et de l’ambition, celle de fédérer toute la gauche de progrès pour prendre la tête de celle-ci en tenant pour quantité négligeable le comportement de boutiquiers des caciques du PS, et en récupérant du même coup les moyens financiers et la logistique des communistes. Cela n’a pas marché.

          Sur « le bruit et la fureur », on ne peut d’autre part oublier que Mélenchon avait auparavant été silencieux, notamment en occupant de manière plutôt transparente un poste de ministre dans le gouvernement de Jospin.

          S’il entend revenir, JLM devra corriger tout cela !


        • logan 30 juillet 2014 13:55

          Un arriviste qui tourne le dos au PS alors que c’est un parti qui accède régulièrement au gouvernement, c’est logique. Il va ensuite défendre des idées qui sont dissidentes, là encore très logique.

          Si Mélenchon avait été un arriviste, il aurait tenu le discours d’un Valls.


        • simplesanstete 29 juillet 2014 09:28

          A méditer pour la ligne à suivre dorénavant pour la vraie gauche.
          A méditer pour la ligne à suivre dorénavant pour la vraie gauche.
          Et encore, cela fait 140 ans que çà dure et comme le dit la pub à droite sur l’écran , vous ne verrez plus de vignettes sur vos médicaments ! Tout est assuré et plus rien n’est sûr.


          • Gnostic GNOSTIC 29 juillet 2014 09:32


            Un mouvement intempestif de la souris m’a fait cliquer sur cet article bien joliment tourné (et pas trop long comme tant d’autres).

             

            BRAVO à l’auteur pour votre style.

            Bien vu le bruit et la fureur, je me rappelle de cette déclaration (bonjour l’EGO)

             

            A part ça Merluchon n’est pas ma tasse de thé.
            C’est peut-être un tribun mais aussi et surtout un cabotin, sectaire et pisse-vinaigre.

             

            Il ne boit pas, il ne conduit pas, il ne fume pas, il ne mange pas (on dit que les maigres n’aiment pas les gens) …

             

            Un type comme ça au pouvoir ce serait pire que la mère Le Pen

             



            • Gnostic GNOSTIC 29 juillet 2014 17:09


              Ah j’avais oublié, il ne fait pas de sport et déteste le sport en génaral

               smiley

            • fatizo fatizo 29 juillet 2014 18:43

              Moi non plus je n’aime pas les articles trop long sur le net . Je trouve ça assez pénible à lire .


            • Txotxock Txotxock 29 juillet 2014 09:51

              Un seul être vous manque et …

              La politique électorale n’est plus qu’un spectacle et sans vedette que restera-t-il du Front de gauche ? Peu de voix et du désespoir chez tous ceux qui croient qu’on peut changer quelque chose en allant voter.

              • voxpopuli voxpopuli 29 juillet 2014 14:02

                « sans vedette que restera-t-il du front de gauche ? »

                Rien ou presque, il suffit de regarder l’évolution des scores du NPA après que Besancenot se soit mis en retrait, mais que les électeurs d’extrême gauche ou de la gauche de la gauche ( c’est vous qui voyez ) ne désespère pas, la politique a horreur du vide et bientôt une nouvelle « vedette » viendra remplacer Mélenchon de même que celui-ci avait remplacé Besancenot .

              • Fergus Fergus 29 juillet 2014 09:56

                Bonjour, Fatizo.

                Excellentes questions !

                « Jean-Luc Mélenchon a-t-il enfin compris que le bruit et la fureur n’étaient pas ses meilleurs alliés pour faire passer ses idées ? » Voilà très exactement ce que je n’ai cessé de dire et d’écrire depuis la présidentielle de 2012.

                Non qu’il ne faille pas asséner avec force ses convictions et défendre une ligne politique, mais JLM est allé beaucoup trop loin dans les invectives et les anathèmes, notamment à l’encontre du PS et des médias, sur lesquels il a tapé beaucoup plus fort que sur la droite sortante !

                Je le répète ici : cette attitude était idéale pour mobiliser les militants de la gauche radicale, et Mélenchon a réussi quasiment un carton plein en fédérant des voix venues du NPA, de LO et du PT avec celles des forces du FdG. Revers de la médaille, cette stratégie de communication faisait fuir les électeurs déçus du PS et ne profitait pas à une progression du total des voix de la gauche de progrès qui, en 2012, n’a pas fait mieux que lors des présidentielles précédentes.

                Ce constat, ajouté à l’échec des Européennes, ne pouvait que donner un sérieux coup de blues à JLM. Il aurait dû le donner également aux militants du FdG ayant, de près ou de loin, participé à l’élaboration de la stratégie. Or, ceux-ci semblent vouloir rester droit dans leurs bottes et ne pas bouger d’un iota une stratégie qui ne fonctionne pas. L’heure de l’autocritique est pourtant venue !


                • jeanVidales jeanVidales 29 juillet 2014 11:25

                  Après coup, il est vrai que Mélenchon à parfois été maladroit dans sa colère. Mais faut avouer que c’est très difficile de le comprendre en plein débat/interview.
                  Comme l’exemple du « capitaine de pédalo ». Mélenchon fait une interview de 2 pages où il critique point par point la politique de Sarkozy. Aujourd’hui on s’en rappel encore mais parce qu’il a osé comparer Hollande à un « capitaine de pédalo ». Évidement quand tu es déçus du PS et que t’entend ça, t’a pas envie d’écouter Mélenchon et tu te dis  : "Mélenchon est dans la critique permanente et s’attaque qu’au PS et n’a pas de programme" ... Alors que c’est complètement faux.
                  Mais, Fergus, je vois mal comment faire autrement. On ne peut pas vraiment faire de compliment au PS et la moindre critique est montée en épingle. Ça voudrait dire qu’il faudrait totalement ignorer le PS. Ne jamais en parler et faire comme s’il n’existait pas. Comme Hollande pendant la campagne de 2012 où il s’interdisait de prononcer le nom de « Nicolas Sarkozy » et l’appelait « le candidat de l’UMP ».


                • Fergus Fergus 29 juillet 2014 11:39

                  Bonjour, Jean.

                  Mélenchon a évidemment eu raison de critiquer le PS et son candidat libéral lors de ses interventions, mais il était trop fin connaisseur du fonctionnement des médias pour ne pas savoir que le choix délibéré de prononcer des petites phrases assassines serait monté en épingle au détriment de tout le reste.

                  Qui plus est, il a perdu un temps d’antenne considérable dans les grands médias à ferrailler avec les journalistes, très souvent de manière excessive et parfois insultante (genre « Vous êtes un ignorant ! ») au lieu de briser rapidement avec ces « chiens de garde » afin de développer ses idées. Du coup, celles-ci sont restées assez largement méconnues de ceux qu’il prétendait attirer vers un vote FdG.

                  En agissant ainsi, comme je l’ai écrit ci-dessus, il a ravi les convaincus et n’a pas réussi à râtisser au-delà du corps électoral de la gauche de progrès. Dommage !


                • jeanVidales jeanVidales 29 juillet 2014 12:28

                  Même si je suis moins exigent que vous, je suis globalement en accords. Surtout quand Mélenchon s’emporte contre un journaliste. C’est regrettable, mais malheureusement, ça ne sert à rien.
                  Maintenant je pense que Mélenchon devrait rester comme il est, mais que le PG mettent en avant d’autre personnalité du PG. Martine Billard est au moins aussi virulente que JL Mélenchon, mais peut-être que elle, une femme écologiste, on la laissera tranquille.


                • fatizo fatizo 29 juillet 2014 18:47

                  Bonjour Fergus,

                  En effet il est allé trop loin dans l’invective. Il le reconnait lui-même aujourd’hui en prenant du recul. Lorsque nous le disions à l’époque on préférait nous taper dessus.
                  Le bruit et la fureur, il fallait laisser ça au FN. 

                • Scual 29 juillet 2014 10:25

                  Donc je résume cet article dit que le problème était le bruit et la fureur.

                  Une brillante analyse qui a vraiment pris en compte le passage sur le devant de la scène du bruyant et furieux FN.

                  Bravo, très pertinent.

                  La vérité c’est que les adversaires du bruit et de la fureur, ceux qui ont voulu éttouffer le peuple, la foule et leur représentant de gauche en préférant pactiser avec leurs ennemis pour des strapontins afin de préféré le calme et silencieux statu quo dans les municipalité sont ceux qui ont poussé le peuple furieux et bruyant dans les bras du FN pour exprimer leur colère... les autres face à ces traitres qui n’étaient ni furieux ni bruyants mais calme manipulateurs cariéristes et à vendre ont préféré contenir leur rage et refuser de voter.

                  Cette analyse est tout simplement absurde étant donné le fait que c’est bel et bien le plus furieux de tout les partis qui domine les élections aujourd’hui, et au niveau du bruit, entre manif pour tous et bonnets rouges ils ne sont aps en reste.

                  Fatizo au lieu de prendre les désirs pour des réalités, il serait peut-être temps de se réveiller, la question n’est plus celle du calme, du président « normal » des compromis mollassons et des déclarations qui n’embattent personne. A vrai dire c’est même la gangrène de la gauche, la raison principale pour laquelle on ne fait plus du tout confiance et à juste titre aux hommes politiques de « gauche » qui s’ils étaient sincères ne pourraient QUE être en colère. Toute autre réaction est évidement hors de propos ou le preuve d’une déconnexion totale avec le sujet.

                  D’ailleurs aujourd’hui à part Mélenchon il n’y a quasiment plus personne de gauche à qui les gens font confiance. Deuxième preuve de l’aveuglement de cette analyse.

                  Fatizo êtes dans l’erreur et dans le déni. Aujourd’hui le sentiment général des français vis à vis de la politique et des médias, c’est la rage.

                  Mélenchon a perdu la guéguerre interne face au traitres... qui correspondent justement presque à la perfection avec ceux qui ont le comportement que vous dites. Le seul résultat a été la désertion des électeurs et la victoire d’un parti de bruyants furieux.


                  • alinea alinea 29 juillet 2014 11:01

                    Merci Scual,
                    Vous savez, je pense que les gens, classes moyennes on va dire, ont perdu leurs tripes, ils sont tous bien peignés et lissés au son des violons du cinématographe !
                    Mélenchon est démodé, parce que la mode n’est plus à la vérité de nos sentiments, de nos forces, mais à une pensée compromise, pardon consensuelle.
                    Pour répondre au dessus de vous ( sans faire les manips de changement de comm), moi je le trouve gros Mélenchon, enfin, il a grossi ; c’est un rythme de vie, stress et bouf au resto sûrement ; et puis, ça veut dire quoi « aimer les gens » ? Vous en avez vu un seul qui « aime les gens » ?
                    Bref, j’ai déjà dit ce que j’en pensais !!!!


                  • Fergus Fergus 29 juillet 2014 11:48

                    Bonjour, Scual.

                    Non, ce ne sont pas « le bruit et la fureur » qui sont en cause dans le cas Mélenchon, mais le fait qu’il ait subordonné, parfois de manière surjouée, presque toute son action politique de candidat à cette stratégie de conquête. Mais, malgré ses indéniables talents, Mélenchon n’étant ni Danton ni Mirabeau, n’a pu gagner les parts du marché électoral indispensables pour faire lever un espoir réel d’alternative au sein de la gauche.

                    Vous écrivez à Fatizo « au lieu de prendre les désirs pour des réalités... » et je m’en étonne. Car c’est très exactement ce qui s’est passé avec Mélenchon ! Le déni est manifestement dans les rangs des militants de la gauche de progrès qui, globalement, ne progresse plus depuis un quart de siècle, et risque même de perdre de plus en plus de voix au profit du FN. Il serait temps de tout remettre à plat, non ?


                  • alinea alinea 29 juillet 2014 12:10

                    C’est plutôt le peuple qui a changé Fergus, ce peuple qui n’existe plus !! juste une masse d’individus, tous séparés par quelques opinions ou billets !


                  • Fergus Fergus 29 juillet 2014 12:56

                    Bonjour, Alinea.

                    Je suis d’accord sur ce constat, mais le propre d’un personnage politique de talent est justement de savoir s’adapter aux évolutions de ce peuple.


                  • Scual 29 juillet 2014 13:35

                    Fergus effectivement il faut s’adapter !

                    Aujourd’hui les médias ne sont pas du tout les mêmes qu’il y a 200 ans.

                    Suivre le peuple qui a changé, c’est accepter la manipulation de l’opinion faite par les médias. Bref si on suit le peuple, on devient un parti de droite qui répète et obéit aux médias... on fait donc l’inverse de ce que l’on veut.

                    Il n’y a pas d’alternative à une confrontation frontale avec les médias, le système ET la masse de moutons manipulée. Si on dit ce que le peuple veut entendre on dit des conneries mis dans leur tête par les médias.

                    Bref soit on adopte une stratégie de résistance en ce qui concerne oligarchie, ploutocratie et médias et une stratégie d’éducation populaire en ce qui concerne le peuple... soit on est un parti de droite parce que le peuple veut entendre les fausses vérités de droite qu’on lui a inculquer par l’endoctrinement.

                    De toute façon la politique c’est tout faire pour faire avancer ses idées, pas satisfaire les désirs du maximum de clients. Les partis politique ne doivent pas mentir et essayer de convaincre qu’ils ont raison et qu’ils sont de bonne foi.


                  • alinea alinea 29 juillet 2014 13:41

                    Fou comme il faut sans cesse ressasser les évidences ! mais face à la mauvaise foi, on peut bien s’échiner ( je ne dis pas ça pour toi Fergus !!)


                  • Fergus Fergus 29 juillet 2014 18:21

                    @ Scual.

                    Je ne parle en aucun cas de « suivre le peuple qui a changé », tant il est, comme vous le soulignez, conditionné par la doxa libérale véhiculée par les grands médias. Mais, précisément, il me semble indispensable d’adapter la stratégie politique et la communication à cette évolution. Cela demande sans doute des efforts d’imagination, mais il est à craindre que, sans cette remise en cause, il soit inutile d’espérer progresser. En ce qui concerne les médias, par exemple, inutile de leur rentrer dans le chou de manière permanente et violente. La fermeté, une fois énoncé de ce que l’on pense de ces « chiens de garde » doit avant tout être au service des idées, pas du pugilat !

                    Bonne soirée.


                  • fatizo fatizo 29 juillet 2014 18:52

                    Bonjour Scual

                    Vous écrivez « Aujourd’hui le sentiment général des français vis à vis de la politique et des médias, c’est la rage. ».
                    Et bien je partage votre avis, et j’en fais même parti. 
                    Mais justement, si j’estime que le peuple a le droit d’avoir la rage, les politiques doivent savoir le guider, canaliser cette rage pour en faire quelque chose de politique.
                    La rage, je laisse àa à l’extrême droite. Personnellement je ne veux pas suivre un politique enragé . On a vu ce que ça peut donner .

                  • fatizo fatizo 29 juillet 2014 19:13

                    Bonjour Scual

                    Vous écrivez « Aujourd’hui le sentiment général des français vis à vis de la politique et des médias, c’est la rage. ».
                    Et bien je partage votre avis, et j’en fais même parti. 
                    Mais justement, si j’estime que le peuple a le droit d’avoir la rage, les politiques doivent savoir le guider, canaliser cette rage pour en faire quelque chose de positif.
                    La rage, je laisse àa à l’extrême droite. Personnellement je ne veux pas suivre un politique enragé . On a vu ce que ça peut donner .

                  • logan 30 juillet 2014 15:11

                    Bravo Scual, bien parlé.
                    Et que l’auteur nous donne des exemples de ce qu’il pense être la bonne méthode, car cela devient très confus.


                  • klendatu2 29 juillet 2014 10:48

                    Le marchand de sable va passer, et ce n’est pas trop tôt diront les mauvaises langues, mais pour ce qui est des sarcasmes, on commence a en avoir l’habitude sur Avox TV. smiley


                    • legrind legrind 29 juillet 2014 10:59

                      le front de Gauche n’est pas mort : il y’a le dynamique convaincant Pierre Laurent ! La populaire Clémentine Autain ! ... Oui je déconne smiley 


                      • diogène diogène 29 juillet 2014 11:04

                        Au moins, tu m’as fait rire, c’est déjà ça !


                      • Aristoto Aristoto 29 juillet 2014 11:24

                        Branlette stérile pas très pâteuse !

                        Mélenchon a juste 5 siècle d’avance sur le reste de cette crasse humanité !


                        • klendatu2 29 juillet 2014 11:34

                          Bien plus que cela en réalité. Il ne faut pas sous estimer la portée de ce phare qui éclaire dans les ténèbres... de l’humour contemporain. smiley


                        • Gillesdd Gillesdd 29 juillet 2014 11:31

                          Itw de JL Mélenchon par Eloise Lebourg, Hexagones.fr

                          J’aspire à ce que le niveau de pression sur moi baisse. Ça fait 5 ans que ça dure et ce n’est pas bon. On finit par ne plus raisonner aussi tranquillement qu’on le devrait. Deuxièmement, il faut aussi que le grand arbre n’empêche pas le reste de la forêt de pousser. Je suis content, car maintenant il y a plusieurs visages qui ont émergé à l’intérieur du Parti de gauche. Il faut qu’ils aient leur espace politique. La troisième raison, c’est que je sais dans quelle condition je peux être utile. Je ne vais pas jouer tous les rôles. Je veux m’utiliser dans ce que je crois être capable de faire : la transmission idéologique, le travail intellectuel et culturel. Et j’ai besoin de reconstituer la couche de terreau. Ce qu’il faut c’est donner des raisons qui donnent envie de se battre et peu importe qui on va trouver en face de nous. C’est ça qui va être le moteur. Pour moi, ce n’est pas de me mettre en retrait, c’est m’utiliser autrement. J’ai fait mon temps à organiser la vie d’un parti. J’essaie de cristalliser quelque chose qui existe en dehors de moi. J’ai besoin de temps, je ne peux plus continuer comme cela.


                            • Garance 29 juillet 2014 11:45

                              D’après Fatizo l’inénarrable Mélenchon se serait trompé de méthode


                              Voyant que de jouer les gros bras ça ne payait pas ; Mélenchon aimerait changer de statégie

                              Il va jouer au gentils pour faire plaisir à une éventuelle nouvelle clientèle

                              Pour quoi faire ?

                              Pour vendre ses même salades ?

                              Ce n’est pas le vendeur qui est mauvais ; c’est ce qu’il vend qu’est de la daube

                              Lui a fait 6 %....les cocos 2 % : avec le même produit

                              Oui c’est un bon vendeur qui vend du périmé : ceci expliquant cela

                              • Fergus Fergus 29 juillet 2014 11:55

                                Bonjour, Garance.

                                Désolé, mais la salade est bonne. C’est le vendeur qui n’a pas choisi le bon ton pour la vendre sur le marché électoral. Certes, il a beaucoup de talent, mais on ne vend pas des salades, aussi excellentes soient-elles, en invectivant la presse locale qui est en charge de relayer la qualité du produit ! Pas plus qu’on les vend mieux en insultant le vendeur voisin, même si ses salades sont d’une médiocre qualité. C’est en mettant en avant l’excellence de ses produits qu’on réalise les meilleures ventes !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès