Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mélenchon et le PC : Fin de l’Histoire ?

Mélenchon et le PC : Fin de l’Histoire ?

Déjà les frémissements du malaise se font sentir. Pierre Laurent, patron du Parti Communiste conteste l’expression « coup de balai » * que Mélenchon avance comme slogan de la marche protestataire qu’il veut organiser le 5 Mai

POLITIQUE : Libération : Une nouvelle fois, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent prend ses distances avec Jean-Luc Mélenchon. Selon lui, "l'idée du coup de balai n'est ni la bonne expression, ni la bonne orientation.

 

Le PCF ne peut continuer, sans réagir, à se laisser instrumentaliser par le leader du Front De Gauche. A cela plusieurs raisons. La plus évidente, à n’en pas douter, étant l’approche des municipales. Le Parti Communiste sait qu’il ne pourra maintenir ses villes ou espérer en conquérir de nouvelles sans le soutien du Parti Socialiste. Soutien pour lequel L’Elysée, sous l’ambassade docile de Solferino, exigera une prise de distance significative d’avec l’agitateur Mélenchon.

Les excès de langage de Mélenchon deviendront ben vite le faux prétexte pour justifier auprès de l’opinion l’éloignement du PCF du Front de Gauche. En réalité ce sont les petits calculs de boutiquiers auxquels se livre le PC qui condamneront l’aventure solitaire de Mélenchon.

Quoiqu’il en dise le PC est un Parti de Gouvernement, totalement inséré dans la classe politique, sous perfusion du PS, depuis qu’en 1972 François Mitterrand le rendit dépendant de son bon vouloir sous les habiles traits du Programme Commun.

Depuis, il est l’indéfectible allié du PS à chaque élection, goûteux de la bonne soupe électoraliste, plus enclin à soutenir des élus amadoués qu’à encourager des militants convaincus. Dans ce marengo politique convenu, où le PC fait timidement entendre sa différence idéologique de gauche, Mélenchon devient de plus en plus un trouble fête, un empêcheur de tourner en rond.

JPEG - 39.2 ko
Rupture sur la ligne rouge
Mélenchon résistera-t-il aux petits arrangements PS-PC ?

Le PC s’articule tant bien que mal autour de son allégeance intéressée au PS et de sa cour surjouée faite à Mélenchon attendu qu’il partage la même base électorale.

Une chose est certaine. Il n’y à pas assez de place à la gauche de la gauche pour les deux. En conclusion l’un des deux doit disparaître. Mon récent et difficile passage dans le maelstrom politique m'a enseigné qu’un appareil est toujours plus fort qu’une individualité

Toutefois, n’imaginez pas que, le cas échéant, à défaut d’un Front De Gauche totalement efficace, le Front National serait un recours pour la défense du citoyen. Bien au contraire le clientélisme et l’affairisme seraient à leur paroxysme

Je vous laisse donc conclure par vous-même.

Che64. Aussi sur TWITTER  : @che64000


Moyenne des avis sur cet article :  1.74/5   (87 votes)




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • frugeky 11 avril 2013 09:53

    Que n’avez vous dénoncé ce soi-disant excès de langage quand il venait de la bouche de votre championne ? Parce qu’à cette époque ce n’était pas un excès de langage puisque ce n’était pas la même droite au pouvoir ? Mais si, regardez bien...

    C’est pas en tirant tous les jours sur Mélenchon que vous sortirez Ségolène de l’ornière.

    • Dwaabala Dwaabala 11 avril 2013 09:58

      C’est à s’allier avec le PS pour les municipales que le PCF court le risque de sombrer avec le pédalo.


      • ptimarc 11 avril 2013 18:05

        absolument d’accord.avec le ps,le vieil adage selon lequel« pour souper avec le diable,il faut se munir d’une grande cuiller »prend tout son sens.certains dont je suis,se souviennent du programme commun,et du programme parallele de mitterand"ramener leP.C.sous la barre des 10/cents.


      • epicure 12 avril 2013 18:08

        Après les trahisons du TSCG et de l’ANi, les militants communistes ne veulent plus de liste commune avec le PS.
        Pour le PCF, faire des listes communes avec le PS serait la pire des choses autant vis à vis des militants que des sympathisants de gauche qui voient le PS trahir ce pourquoi il avait été élu.

        Les seconds tours vont être chauds dans les cas où le PS sera devant le FdG.


      • babeuf babeuf 11 avril 2013 10:04

        le front de gauche ,est la gauche , le parti qui doit disparaitre c est le parti socialiste !!!!!!!!!!!!!!


        • SergePietr 11 avril 2013 19:19

          Le Front de Gauche, malgré les systématiques, car voulus pour plaire à un électorat aux réflexes pavloviens, excès de langage de son leader maxima, a au moins la dignité de ne pas se référer sans cesse au communisme, dont la doctrine criminelle a valu 100 millions de morts dans le monde.

          Le parti communiste, interdit dans tous les pays de l’Est (car ils savent de quoi il s’agit) tout comme en Suisse (où il a été interdit, avec raison, en même temps que le parti nazi), ne reste autorisé en France que parce que celle-ci tente, tant bien que mal, de reprendre le flambeau de cette feue URSS et de cette Chine communiste que l’« intelligentsia » parisienne a soutenues jusque dans leurs crimes les plus abominables, le déni étant l’argument systématiquement appliqué.
          Déni qui perdure d’ailleurs et qui seul permet à ce parti d’encore exister.
          Déni, ou négationnisme, qui permet à ce pays d’être lentement mais sûrement mis au ban des nations.
          N’est-il pas terrible qu’aujourd’hui, pour se protéger de la fiscalité quasi-communiste française, de nombreux nationaux s’exilent en Russie ?

        • epicure 12 avril 2013 18:13

          @Par SergePietr (---.---.---.199) 11 avril 19:19

          Le pseudo communisme des pays de l’est n’est plus la référence du PCf, et d’ailleurs se référer au communisme ne veut pas dire être nostalgique de l’URSS et des régimes de l’est, mais adhérer au courant politique marxiste originel, qui n’a rien à voir avec staline et autres dictateurs pour qui la révolution a surtout été la prise du pouvoir personnel.
          Le PCF fait plus référence actuellement à Jaurès qu’à lénine, il est revenu aux origines démocratiques du socialisme.


        • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 13 avril 2013 12:12

          Jaurès... ah la belle époque ! Rien n’a changé, c’est évident (click !).


        • Connolly 13 avril 2013 16:10

          « Le parti communiste, interdit dans tous les pays de l’Est (car ils savent de quoi il s’agit) tout comme en Suisse (où il a été interdit, avec raison, en même temps que le parti nazi) ».


          Tout ce que vous avancez là est factuellement faux. Si vous voulez être crédible dans vos diatribes anti-communistes, commencez d’abord par ne pas mentir et prendre vos lecteurs pour des imbéciles ou des ignorants incultes.

        • babeuf babeuf 11 avril 2013 10:08

          deux gauche s affrontent celle de la politique de l offre , et la politique de la demande 


          • Pingouin094 Pingouin094 11 avril 2013 13:13

            Euh non. La politique de l’offre n’est pas une politique de gauche, c’est une des définitions de ce qu’est une politique de droite.

            En se ralliant à la politique de l’offre, le gouvernement a franchit le rubicond et est passé du côté de la droite.

            Il y’a une politique de gauche de la demande qui affronte une politique de droite social-libéral de l’offre.


          • SergePietr 11 avril 2013 19:25

            Il n’y a en France ni gauche ni droite, cette division étant uniquement médiatisée dans le but de garder les citoyens divisés et la tête dans le sable.

            Le pouvoir politique est détenu par une oligarchie qui se répartit les rôles pour assurer le spectacle et se partager le gâteau.
            Diviser pour mieux régner a toujours si bien marché, tant le fanatisme pavlovien des masses est facile à provoquer comme à manipuler, qu’il fonctionne même à l’intérieur des échelons de la pyramide contrôlée par l’oligarchie.
            L’exemple donné ici par l’auteur, à l’insu de son plein gré, est tellement flagrant qu’un gamin en est conscient.
            Mais il est vrai que les gamins n’ont pas encore acquis les réflexes pavloviens dont la majorité des adultes sont si fiers.

          • devphil30 devphil30 11 avril 2013 10:19

            Votre sondage est moins orienté aujourd’hui et son résultat satisfaisant à cette heure à votre grand regret probablement ....


            Philippe

            • devphil30 devphil30 12 avril 2013 09:53

              Le 12 Avril = Vote majoritaire pour que l’histoire du PC et de Melenchon dure 


              Vous voyez quand vous posez les bonnes questions vous avez les bonnes réponses.

              Retournez voir votre potiche qui pantoufle grâce à son ex mari et passez votre chemin avec vos articles

              Philippe
               

            • TSS 11 avril 2013 10:30

              Si le PC lache JL Melenchon ,il pourra continuer à se pavaner avec ses 1,5/2% aux elections... !!


              • Mr Dupont 11 avril 2013 10:35

                « François Mitterrand le rendit dépendant (le PC) de son bon vouloir sous les habiles traits du Programme Commun. »

                Cela a le mérite d’être clair , il aura fallu 30 ans pour apprendre de Monsieur Christian : le PS a trompé le PC

                Tout le monde le savait : Monsieur Christian le confirme

                Laurent - Melenchon  : « je t’aime, moi non plus »


                • jacques jacques 11 avril 2013 10:37

                  Aujourd’hui pour les municipales le PS est aux abois ,c’est lui qui cherche les voix qui vont lui manquer .C’est lui qui est en chute libre, pas le PCF et Le front de gauche .
                  Ceux qui doivent négocier c’est le PS.


                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 11 avril 2013 11:51

                    Curieusement, non. Les premières études montrent que pour le moment, le PS se maintien en terme de voix et de villes, avec quelques pertes et quelques gains. Les difficultés actuelles ne profitent pas à l’UMP, et à peine au FN. Le FDG n’existe que par et pour Mélenchon.


                  • Ariane Walter Ariane Walter 11 avril 2013 13:17

                    Oui, Ben attends que les dernières affaires sortent pour Mosco, accuse preuves en main, d’avoir été au courant et Hollande , mouille jusqu’au cou ds les affaires du nord !


                  • bigglop bigglop 11 avril 2013 17:35

                    Hollande, Ayrault, Moscovici et bien d’autres (hauts fonctionnaires, DCRI) étaient au courant du compte UBS, Banque Reyl et Cie.

                    Les clés sont, très certainement détenues, par Hervé Dreyfus et Dominique Reyl :
                    ’La Banque Reyl, fondée par Dominique Reyl, le demi-frère d’Hervé Dreyfus, le gestionnaire de fortune de Cahuzac, Reyl & Cie gère, depuis 1973, de discrètes fortunes qui cherchent à se défiscaliser. En sept ans, depuis 2006, ses fonds sous gestion ont explosé, passant à 6 milliards d’euros. Accusé par Mediapart d’être la deuxième voix de la cassette Gonelle, Hervé Dreyfus, depuis décembre dernier, se mure dans le silence.’’

                    Si l’on attrape le fil de la pelote......des têtes vont tomber.

                    Le projet de ’’moralisation de la vie politique’’ n’est qu’un écran de fumée pour dissimuler l’échec politique, économique du PS et que les décisions sur les juridictions non coopératives devront attendre une décision prise à l’unanimité des 27 membres de l’UE.
                    Autrement dit, aux calendes grecques.


                  • taktak 11 avril 2013 19:35

                    @ Jacques,

                    les gens de gauches n’ont rien à négocier avec le PS. Ce parti est totalement pourri, totalement acquis aux idées de droites. Il suffit de voir qui sont ses cadres politiques : Cahuzac, Guérini & co et vers qui il se tourne pour sa gouvernance : des grands patrons et banquier (Pigasse, Schweitzer...)

                    Négocier avec lui, c’est se compromettre.
                    Le PC doit retrouver une ligne de classe, au service de la classe des travailleurs et briser avec ses alliances contre nature avec les sociaux libéraux et sa décomposition dans le PGE et l’eurocommunisme

                    http://prcf-38.over-blog.net/article-apres-le-congres-du-pcf-pge-115339419.html


                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 avril 2013 12:49

                    Oui, Ben attends que les dernières affaires sortent pour Mosco, accuse preuves en main, d’avoir été au courant et Hollande , mouille jusqu’au cou ds les affaires du nord !


                    Pas de chance. Même les députés de droite admettent qu’il n’y a rien contre Moscovici. 

                  • logan 11 avril 2013 19:02

                    J’ai remarqué moi aussi que l’auteur semble avoir la volonté de multiplier les torchons pro PS et anti Mélenchon. Le voilà à essayer d’insinuer la discorde entre le PCF et le PG de Mélenchon. Je lui souhaite bien du courage.


                  • Bracam Bracam 12 avril 2013 03:01

                    Démosthène, aurais-tu l’abnégation de répondre aussi à sergepietr ? J’peux point, et pourtant il y a matière (et quelle matière).


                  • LE CHAT LE CHAT 11 avril 2013 10:54

                    c’est très clair , il n’a pas manqué une voix communiste pour l’élection de Guérini au conseil général des BDR , et les élus communistes d’Aubagne sont autant impliqués dans les magouilles de son frère Alexandre .


                    • babeuf babeuf 11 avril 2013 10:55

                      le pcf n ai pas suicidaire il ne va pas ce faire harakikiiiii, il suit la locomotive ,
                      hors du front de gauche point de salut


                      • epicure 12 avril 2013 18:22

                        C’est le choix des militants avant tout, pas que de la direction et des élus, les courants « identitaires » ( point de salut hors du PCF ) sont minoritaires.
                        Je pense qu’ils sont conscient qu’actuellement le front de gauche est le meilleur outil pour diffuser les idées de gauche, et avoir de meilleurs scores aux élections.


                      • alinea Alinea 11 avril 2013 10:55

                        Auteur : êtes-vous bien sûr de ce que vous avancez ? « Le » PC, « le » PS et ??? Mélenchon !!
                        Voilà qui en dit long sur la qualité de votre observation ! Au PC il y a des gens ; au niveau local avec chacun ses priorités ou ses responsabilités ; Le PS est une maffia qui a le pouvoir local depuis des décennies, et qui a le pouvoir partout aujourd’hui !
                        Et Mélenchon ; on croit rêver !


                        • volt volt 11 avril 2013 11:13

                          non, Alinea, un peu de tenue svp, on dit :

                          « le solitaire-boutiquier-agitateur Mélenchon ». merci.

                        • alinea Alinea 11 avril 2013 11:45

                          Personnellement, Volt, je vois plutôt Mélenchon brimé par son rôle de porte-parole d’une coalition de partis et d’associations ! Et j’observe aussi qu’on le lui reproche assez !
                          Quant à sa personnalité, bien malin celui qui peut se défaire de la sienne
                          Bien à vous


                        • alinea Alinea 11 avril 2013 14:12

                          rectificatif : je voulais dire : « bridé », bien entendu ! Aïe !!


                        • babeuf babeuf 11 avril 2013 11:21

                          le ps a le trouille !!!!!!!!!!!! , c est lui qui a le plus a perdre il a le pouvoir absolu, détient la gouvernance du pays, les régions ,les départements ,les villes de plus de 100.000habitants ,il mène une politique libéral ,le traité merkozy appliqué a la lettre , a la virgule,par lui et l ump, l ani
                          est le comble de la soumission a l europe du fric . « l unité » est la force DU FRONT DE GAUCHE ? ALORS ILS CHERCHES A LA LOUPE, LA MOINDRE PHRASE LE MOINDRE MOT, POUR ESSAYER DE DIVISER !!!!!! RIEN Y FAIT LA DYNAMIQUE C EST LE FRONT DE GAUCHE
                          C EST LUI LE VOTE UTILE !!!!!!!!!!!!! LE 5 MAI COUP DE BALAIS , COUP DE PIED DANS LE CU !!!!!!!
                           


                          • heliogabale heliogabale 11 avril 2013 11:23

                            Il n’est pas impossible que Mélenchon fasse une OPA sur le PCF et le Front de Gauche...

                            Le mieux qui puisse arriver est que le PCF se dissolve dans le Front de gauche, idem pour les autres organisations dont le PG.


                            • CN46400 CN46400 11 avril 2013 12:22

                              En fait Ché64000 devrait parler plus clair. Il veut la fin du FdG pour que le PCF, gratuitement, vienne sauver les bases locales du PS. Et ce après la dévastation provoquée par la politique plus austère que véritablement sérieuse du camarade Hollande et de feu Cahuzac.

                              Disons que le plat de couleuvres est trop copieux pour être franchement attrayant !


                              • mortelune mortelune 11 avril 2013 12:42

                                Une alliance PCF- PS aux municipales ? C’est le rêve de ceux qui rêvent d’un FdG pieds et mains liées au plus profond de la Méditerranée. Le hic ! C’est que Mélenchon nage très bien dans les eaux troubles de la politique et qu’il saura rallier tous les citoyens outrés des manigances de l’UMPFNPS, ce nouveau parti de mafieux qui a vu le jours lorsque Cahuzac a « accouché ». 

                                N’en déplaise aux aficionados de la règle d’or, de l’euro et du nouvel ordre mondial, les français qui ont du bon sens sauront manifester leur désapprobation de cette république bananière qu’est devenue la France. 
                                Il n’y a plus que deux partis : le FdG et l’UPR, les autres couleront en même temps que la France si le peuple ne s’en aperçoit pas.

                                • viva 11 avril 2013 12:47

                                  Le PCF ferait bien de réagir si il veut survivre, pour l’instant leur soutien inconditionnel au PS les condamnent a disparaitre en quelques scrutins. Il est tout comme le PS un parti d’élus qui s’accrochent et non plus de militants.


                                  • Pingouin094 Pingouin094 11 avril 2013 13:10

                                    « Le président est totalement déconnecté des urgences sociales », « totalement à côté de la plaque », « pas à la hauteur des enjeux » « beaucoup pense que sa politique n’est pas de gauche », « sa politique mène à l’échec »,

                                    Voilà quelques uns des dernieres réactions du PCF du mois écoulé. Si vous appelé ça un « soutien inconditionnel », je pense qu’on ne parle pas la même langue.


                                  • Scual 11 avril 2013 12:54

                                    C’est le PS qui est voué à disparaitre... et ne vous y trompez pas, ils vont VRAIMENT quasiment disparaitre. C’est les 5 dernières années de gloire du PS, d’ici la fin du quinquennat ils seront en dessous de 10%.

                                    Ensuite les municipales, c’est autre chose puisqu’on ne parle pas des corrompus menteurs tricheurs escrocs de la direction du PS mais d’une quantité énorme de gens sincères qui sont alliés au PC depuis longtemps et qui n’ont aucune envie de rompre.

                                    La question est : est-ce le bon moment politique pour affirmer la rupture qui amènera tout les gens sincères du PS à quitter le pédalo pour rester unis à gauche avec le FdG ? Si oui, alors le PC doit rester soudé médiatiquement avec Mélenchon, si c’est non alors le PC doit faire preuve de patience et attendre les européennes sans casser les équipes PC/PS qui font d’ailleurs plutôt du bon travail dans les communes, à des années lumières de ce que voudrait la direction du PS.

                                    Ce qui fausse le débat c’est que le PS n’est pas un bloc unis. C’est des tas de gens bien, de gauche et tout qui sont trahis par une poignée de salopards à la tête du parti. Si on attaque le PS, on se fâche avec ces gens qui sont nos alliés naturel. Mais si on ne le fait pas, alors on laisse faire la direction du PS et le gouvernement dans leur sale travail de trahison. La question est donc loin d’être simple et la réponse à y apporter non plus. C’est une question du bon moment pour le faire et ce n’est pas du tout facile à saisir.

                                    En tout cas ne pas rompre directement demande beaucoup de patience, mais ce n’est pas trahir de la part du PC, que d’attendre encore un petit peu si malheureusement les sincères du PS ne sont pas encore prêts, car il y va tout simplement de la réussite ou de l’échec d’un retour au pouvoir. Rater le bon moment et aboutir à une division de la vraie gauche, c’est à dire des PS de gauche avec le FdG serait une catastrophe dont on ne se relèverait pas, et là pour le coup le FN serait assuré à 100% d’arriver un jour au pouvoir.

                                    La vérité c’est que dans le cadre des municipales, rester souder avec le PS est une arme pour le diviser. C’est pour cela que les médias font tant pour essayer de faire exploser le FdG avant, car au municipales, c’est de la division du PS et pas du FdG qu’on parlera, avec une direction du PS et un gouvernement opposés au FdG et alliès au centre et à la droite et la majeure partie du PS qui se ralliera quand même.


                                    • JP94 11 avril 2013 21:34

                                      Belle réflexion empreinte de dialectique :
                                      l’union locale avec le ps casse la mise au pas libérale de ses élus et au fond le divise ...

                                      on voit bien les sources de l’auteur de l’article ! Libération , qui a passé son temps à casser du Mélenchon depuis les présidentielles jusqu’à l’affaire Cahuzac ... avec un milliardaire comme proprio , ça réhabilite Mélenchon.
                                      Dans le genre furibar et obnubilé , Libé c’est du Mélenchon puissance 10 .
                                      Par contre j’ai eu beau le lire en tous sens , ils n’ont aucun article montrant un souci pour la situation sociale et le vécu des gens .
                                      Alors ma foi je préfère de l’analyse que de l’anathème et la réflexion politique à l’invective .

                                      Ensuite le PS a besoin d’une caution à gauche : il a opté pour EELV et quelques personnalités en son sein , tout en dénonçant la vraie gauche par ailleurs .
                                      Il vise au bipartisme mais sans le PCF , avec la politique qu’il ne cesse de mener , il est mal barré .

                                      Le contenu de cet article le montre bien : diviser le FdG de façon politicienne , sans changer de cap libéral .
                                      La stratégie du PCF est d’assurer une résistance aux politiques libérales , avant tout . Localement , ses élus font du travail et l’union à gauche est nécessaire et profitable aux gens .
                                      Les élus locaux PS soucieux des gens s’allieront au FdG et la direction du PS devra l’accepter même si elle est tentée par une tabula rasa , qui lui permettrait ensuite de récupérer des élus , quitte au prix d’une abstention massive et d’un FN montant et épouvantail ....

                                      On voit bien le doux rêve de l’auteur ,en finir avec le FdG , pas avec le néosarkosysme à la sauce PS .


                                    • Claude Hubert rony 11 avril 2013 13:08

                                      Prendre ses désirs pour une réalité ! Pour avoir vu le meeting à Martigues hier soir, il n’e m’a pas semblé qu’une quelonque fissure s’insinuait entre eux...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires