Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mélenchon et les dix-sept salopards

Mélenchon et les dix-sept salopards

Une fois de plus J.L. Mélenchon s’est laissé emporter par ses excès verbaux, sa sortie contre le Ministre de l’économie Pierre Moscovici est difficilement acceptable. Comme le sont tout autant les pseudos analyses d’antisémitisme relevés à son encontre. Rien de tel dans son propos, tout excessif qu’il puisse être.

On entend ici et là quelques rares critiques pointer leur nez du côté du parti et du Front de gauche. Mélenchon ne ruinerait-il pas toute son argumentation par ses excès verbaux ? Il était temps ! Aux dernières présidentielles J.L. Mélenchon aurait du faire un meilleur score, d’ailleurs de nombreux sondages lui donnaient bien plus qu’il n’a obtenu.

Je fais partie de ces électeurs qu’il a très vite perdu… son histoire politique, sa qualité indéniable de tribun, les foules qu’il a su rassembler pendant la campagne (nombreux étaient les socialistes qui y assistaient), ses qualités intellectuelles, son talent à débattre à la télévision, tout cela aurait du lui permettre de créer à la gauche du PS un courant qui aurait pesé politiquement.

Sauf qu’en ayant un peu le sens des responsabilités et l’intérêt du peuple à cœur, il n’était pas possible de soutenir une action politique qui « sabrait » sur le PS et ne laissait la place à aucune possibilité d’accord politique. Je connais bien Martine Billard et j’ai beaucoup d’estime pour elle, j’aurai pu la suivre le moment venu. Je ne l’ai pas fait, car la violence et les excès verbaux, le vocabulaire, les attaques personnelles, les ricanements…m’ont éloigné et « maintenu » dans un soutien exclusif du PS, faute de mieux.

J’ai essuyé et j’essuie encore de la part des militants du front de gauche des insultes, des menaces parfois à mon encontre. Ils renforcent et confortent l’activité frénétique de J.L. Mélenchon. L’intransigeance, la haine (je me souviens du titre d’un article sur Agoravox d’une partisane de JLM), la violence tout cela ne fait pas bon ménage avec le débat démocratique que nous devrions avoir à gauche.

Je suis inquiet, je l’étais déjà pendant la campagne électorale. La Gauche cela a tout de même du sens… et choisir de « cracher » à tout va sur le PS et plus que dangereux… On le voit bien au niveau des municipalités ce sont les larges alliances de gauche qui permettent de gouverner et de s’opposer efficacement à la droite et à l’extrême droite.

Je comprends la nécessité d’organiser une aile à la gauche du PS, mais c’est pour peser sur celui-ci, pas pour faire un boulevard à l’extrême droite. Si Mélenchon remportait une primaire à gauche je ferai campagne pour lui, sans hésitation, car il faut que les composantes du « peuple de gauche » soient raisonnables et surtout concrètes et pragmatiques dans leurs choix. Enfin outre l’union dans les batailles électorales, il ne faut pas oublier la nécessité des luttes sociales, même avec la gauche au pouvoir… nous sommes bien faibles dans ce registre (Cf la division syndicale).. ; on voit seulement la droite et l’extrême droite s’engouffrer dans la rue (Cf dimanche la grande manifestation d’opposition au mariage pour tous..).

J’entends bien ici et là, et dans la bouche de Mélenchon lui-même la nécessité du « cri » face à l’injustice et la droite extrême… moi-même je suis constamment révolté. Mais parce que sans doute ai-je des racines familiales ouvrières, je pense sans cesse, à la nécessité de les préserver et d’œuvrer pour eux prioritairement.

Il y a péril dans la demeure… comment faire pour que PS/Verts/PCF/Parti de gauche et quelques autres clubs et micro partis resserrent les rangs pour faire front à la machine de guerre fasciste qui marche à grands pas vers nous ? Il ne faudrait pas que les uns et les autres se réveillent lorsqu’il sera trop tard.


Moyenne des avis sur cet article :  1.48/5   (92 votes)




Réagissez à l'article

94 réactions à cet article    


  • robin 27 mars 2013 11:31

    L’ennui des politicards et Mélenchon ne fait pas exception c’est qu’on a besoin de politicards qui agissent pour l’intérêt général et pas des beaux parleurs. A notre époque autant demander un mouton à 5 pattes.


    • Jicé Jicé 27 mars 2013 14:49

      Le « beau parleur » Mélenchon puise la force de ses convictions dans la culture, l’histoire de notre République ; il arrive à nous faire partager ça, car l’émotion elle vient du coeur et des tripes, pas des cours à l’ENA... Quand, grâce à lui on comprend mieux le monde et ses enjeux, ce n’est pas un politicard de plus, c’est un Instituteur, de la race de ceux qui « instituent l’humanité dans l’homme », ou qui aident à se tenir droit (« tuteur ») tout en réenracinant le citoyen dans son histoire et son universalité...

      Soutien en bloc et en détail à Jean-Luc Mélenchon et au PG

    • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 mars 2013 16:32

      Jicé,


      Oui vous avez raison de rappeller cela... il a ces qualités là, mais aussi parfois de mauvais démons qui ne rendent pas service à la gauche, ni à lui même

      http://jmpelletier52.over-blog.com/
      .


    • TSS 27 mars 2013 16:20

      @Schweizer.CH

      Il n’y a rien chez vous en Suisse qui vous intéresse que vous passiez votre temps à vomir

       sur la France et les français... !!


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 mars 2013 16:46

      .... ch,

      Quelle détestation... vous avez du beaucoup souffrir pour en arriver là...

      On vous pardonne.

      http://jmpelletier52.over-blog.com/


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 mars 2013 19:09

      ch.....

      macho, tout s’explique...



    • OMAR 27 mars 2013 20:16

      Omar 33

      @Schweizer ;
                  En Suisse, il y a peu d’Arabes et de Berbères, mais il ya des Italiens...

      Alors : « Pain et chocolat » !!!!!...
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Pain_et_Chocolat
      .


    • TSS 27 mars 2013 20:29

      Avec ma façon de voir les choses, c’est plutôt sur l’anti-France et les anti-Français...

      Laissez donc les français regler ça en famille et occupez vous des extrêmes(droites) qui

       sevissent chez vous,il y a de quoi faire... !!


    • robin 27 mars 2013 11:33

      Le plus comique dans l’affaire de l’accusation d’antisémitisme fantasmé de Mélenchon, c’est que c’est surtout ceux qui accusent qui y sont (antisémites) puisque de fait ils accréditent l’équation finance internationale = juifs.


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 mars 2013 16:34

        Robin n’a pas tort, il y en a au PS qui aurait meix fait de se taire, non pas qui’ls soient antisémites.... mais Mélenchon ne l’est pas, il a suffisamment d’autres défauts...

        http://jmpelletier52.over-blog.com/


      • frugeky 27 mars 2013 11:39

        La politique de Moscovici est-elle plus facilement acceptable et moins insultante ?

        Vous avez, pour le moins, l’indignation sélective.
        Je trouve que le terme salopard est un doux euphémisme.

        • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 mars 2013 16:35

          Frugeky,

          Tout dépend de l’idée que l’on se fait de la société et des relations que l’on entretient avec autrui...

          http://jmpelletier52.over-blog.com/


        • frugeky 27 mars 2013 17:45

          Oui, oui, comme ça pas besoin de répondre à la question...

          Mélenchon est donc un dégueulasse de dire que Moscovici fait la politique qu’il fait et on en reste là.

          Seriez pas socialiste ? Comme Mélenchon mais en plus poli donc. J’attends donc vos critiques de ce qui est la politique soutenue par Moscovici et ses amis.
          Si vous vous contentez de « plus de gauche », j’ai bien peur que ce ne soit un peu court.
          Si vous manquez d’idées, vous savez où vous pouvez en trouver.

        • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 mars 2013 19:12

          @Frugeky,


          merci je ne suis pas en panne d’idée, mais d’esprit suffisamment ouvert pour m’intéresser à de nouvelles..



        • subliminette subliminette 27 mars 2013 11:43

          M’enfin.....

          Hollande mène une politique à droite toute, conforme aux ordres qu’il reçoit de l’Europe et de la finance internationale.
          S’il menait une politique, disons de gauche modérée, il pourrait être envisagé une paix armée entre les différents partis de gauche.
          Mais il fait tout le contraire. Toutes les mesures déjà prises ou envisagées n’ont qu’un but : écrabouiller les plus faibles, les mettre à genoux pour mieux les exploiter.

          Comment voudriez-vous que JLM lui fasse des risettes et des courbettes ? Faut pas exagérer !
          Tout le monde n’a pas la mentalité servile des Verts. Surtout pas JLM.

          Les municipales seront une cata pour les socialistes. Hollande aura tout fait pour ça. C’est à lui qu’il faut s’en prendre.
          Certainement pas à Mélenchon qui conserve sa crédibilité. Je dirais même que cette crédibilité ne peut que s’accroitre à mesure que ce qu’il nous avait annoncé se réalise.

          Et puis j’en ai assez que l’on parle de ses coups de gueule. Comme si ces coups de gueule n’étaient que des éclats de voix sans aucun sens. A lieu de mesurer les décibels, écoutez donc ce qu’il dit.
          Mais si vous préférez la langue de bois et les mensonges, libre à vous.


          • Fergus Fergus 27 mars 2013 13:50

            Bonjour, Subliminette.

            Vous avez raison sur le fond, mais je considère moi aussi que Mélenchon nuit à son parti et aux idées auxquelles j’adhère lorsqu’il se laisse aller à reprendre à son compte des termes comme « salopard » à l’encontre d’un ministre.

            Encore une fois, c’est totalement contreproductif car ce type d’excès fait fuir les électeurs du PS déçus qui pourraient être tentés de rejoindre le FdG et occulte le reste du discours.

            La partielle de l’Oise a montré que, malgré un effondrement du PS de près de 9 % au 1er tour par rapport à 2012, le FdG n’a récupéré que très des déçus, passant de 5,5 % à seulement 6,6 %. Or, ce type de scénario risque fort de se reproduire lors des prochaines échéances.

            D’où mon appel à l’intelligence de Mélenchon afin qu’il canalise son tempérament, ou plus exactement qu’il cesse de surjouer son rôle de tribun exalté du bruit et de la fureur. Nous ne sommes pas en Amérique du Sud. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire et de l’écrire, ce comportement ravit les militants mais fait fuir les socialistes que l’on tente de convaincre de rallier la gauche radicale. Ceux-là préfèrent, comme à Beauvais, aller à la pêche ou, pire, voter FN.

            Un mot pour finir : ne vous méprenez pas, je ne demande pas à Mélenchon de faire taire sa virulence, mais de l’exprimer avec des mots forts qui ne versent pas dans l’insulte et l’agressivité excessive : qu’il parle de scandale, de tromperie, de reniement autant qu’il veut, mais certainement pas de « salopards ».

            Cordialement.


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 mars 2013 16:37

            Sublimette,

            Mais nous écoutons très attentivement et il y a beaucoup de choses qui me parlent, mais pour autant ce terme de « salopard » c’est d’abord à Melenchon que cela nuit.... après vous pouvez le comprendre ou pas... à chacun son idée...
            http://jmpelletier52.over-blog.com/


          • Guy Liguili Guy Liguili 27 mars 2013 16:51

            Petite précision : Ce n’est pas Jean-Luc Mélenchon qui a employé le terme de « salopards » mais François Delapierre.


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 mars 2013 16:51

            Fergus,

            rien à ajouter à votre argumentaire... mais bon tout le monde n’est pas visiblement sur la même planète... et ne voit pas les choses de la même manière, il y a ceux qui voudraient bien être efficaces et ceux prêts à la bagarre, toute les bagarres mêm les plus inutiles... et les plus dangereuses.

            http://jmpelletier52.over-blog.com/


          • Fergus Fergus 27 mars 2013 17:28

            Bonjour, Guy.

            C’est vrai dans un premier temps, mais Mélenchon l’a repris à la fin de son discours, en fichant du même coup par terre tout ce qu’il avait dit de pertinent et d’urgent pour notre pays. Une véritable et grosse faute de communication !


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 mars 2013 17:54

            Mais qu’il a repris à son compte...


          • doslu doslu 27 mars 2013 19:41

            tien un prout-prout


          • wesson wesson 27 mars 2013 21:00

            Bonjour Fergus,


            « mais certainement pas de « salopards » »

            quelle délicatesse que la vôtre, je vous aurai pensé le coeur mieux accroché...

            En sommes, ce que vous avez à reprocher à Mélenchon, c’est juste un gros mot..

            Convenez-en tout ceci n’est pas très sérieux. Les gens qui sont contre Mélenchon, et surtout contre le programme du FdG ; si c’est juste pour un gros mot, c’est franchement dommage. 

            Pour ma part, je pense que les gens sont un peu plus malin que cela. Comme disait le regretté Georges Frèches « J’ai toujours été élu par une majorité de cons » - et qui fut réélu après cette splendide saillie ! Si les cons de Montpellier savaient faire abstraction des verdeurs langagières de Frèches, alors je ne peut croire que les cons de France (dans lesquels je me compte bien évidemment) ne puissent pas en faire autant. 



          • paoum 27 mars 2013 12:01

            je ne vois pas ce qui est excessif dans le fait de dire que les socialistes ne le sont que de nom et que ces traîtres au peuple et à la république sont les valets empressés des grandes organisations financières internationales...
            des bandits, des salopards...la vérité peut déplaire mais elle n’est pas excessive, loin s’en faut.
            tant que ce parti dirigé par les socio-traîtres ne sera pas mis a bas malement, la république sera en danger.
            de plus, comme robin le dit, ils sont antisémites puisqu’ils assimilent la finance internationale à la religion juive, ce qui est poursuivi dans notre pays...
            non, vraiment on ne peut plus les sauver ceux-là, il faut donc les abattre comme des arbres malades qui menacent la forêt, ils ont la tremblante du nouveau mouton néo-fascistes, et je pèse mes mots : des FASCISTES au sens mussolinien du terme, qui dit que le fascisme est la fusion totale des élites politiques, industrielles et financières.
            ces gens ne reculeront devant rien pour nous asservir à leurs maîtres et j’ai honte pour tous les militants socialistes sincères pour leur aveuglement coupable devant tant de traîtrise et de malignité.


            • Fergus Fergus 27 mars 2013 13:55

              Bonjour, Paoum.

              Je vous invite à lire mon commentaire ci-dessus à Subliminette. Le problème n’est pas de dire aux socialistes ce qu’ils sont, sauf à n’avoir comme ambition que de végéter sur l’aile gauche du PS, mais de lui ravir des parfts de marché électoral. Et pour cela, il faut dire les choses avec conviction, fermeté et même virulence, mais sans tomber dans l’injure. N’importe quel militant expérimenté sait que l’on n’obtient rien par ce type d’attitude.


            • paoum 27 mars 2013 16:46

              pas contre ce que vous dites fergus, mais n’est-il pas déjà trop tard ?
              cela fait bien trop longtemps que ces sociaux-traîtres pourrissent tout ce qu’ils touchent et qu’on est bien gentils, qu’on dit trop rien parce qu’ils se clament de gauche !
              ils ont trahi le pc, trahi la classe ouvrière, trahi leur propre électorat, ils se trahissent entre eux, ils ont trahi la souveraineté populaire, et plusieurs fois, encore ! ils ont trahi la république, rien que ça !
              et on voudrait continuer à respecter ces gens ?
              il n’y aura pas de paix sociale tant que ce parti de lécheur de cul de riches ne sera pas mis à bas, le plus tôt sera le mieux.
              quand je croise des socialistes sur les marchés, ils se cachent derrière leurs tracts, il ont honte...et ils ont bien raison, et ce n’est pas en les prenant dans le sens du poil qu’on les fait changer d’avis, ou même simplement douter de la sincérité de leur parti, mais bien en appelant un traître un traître et un salopard par son vrai nom.
              je suis désolé mais ces« socialistes » ne m’inspirent pas d’autres mots.

              ou étaient-ils quand sarkosy saignait le pays à blanc ? ils se compromettaient au fmi, bourreau de tant de pauvres gens ; collectionnaient des montres de luxe ; se tiraient gaiement dans les pattes les uns les autres...etc...en tout cas, ils n’étaient sûrement pas à faire leur boulot de socialistes à combattre pied à pied la misère et l’injustice sociale qui pourtant a explosé ces années là, ils votaient avec la droite le texte qui condamne la république à subir le joug de commissions opaques et non élues, bref ils nous vendaient joyeusement !

              non, vraiment, ces gens ne sont pas récupérables et il ne faut pas penser en terme de part de marché, il faut les détruire pour les empêcher de nuire encore aux plus faibles pour engraisser encore plus les plus forts !

              et pleutres avec ça ! non vraiment, ils ont passé le stade du navrant pour acquérir le statut sans appel d’ennemis du peuple et de la république.

              à bas !


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 mars 2013 16:53

              Bonjour Paoum,

              c’est peut être un peu excessif comme jugement, sinon pendons les hauts et courts sera bientôt votre slogan.
              la radicalité n’est peut être pas le meilleur chemin...

              http://jmpelletier52.over-blog.com/


            • Guy Liguili Guy Liguili 27 mars 2013 16:56

              Le mot « chien » n’aboie pas. Ce n’est pas en ayant peur des mots que l’on peut influer sur le réel. Vivre dans la pauvreté et la détresse est bien pire qu’être traité de salopard.


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 mars 2013 17:48

              Gui Luigi,

              Oui c’est aussi terrible, doit-on au terrible répondre parle terrible et finir la conversation sous un tombereau d’insultes t de haines réciproques... chouette programme...


            • paoum 28 mars 2013 12:02

              à m.pelletier :
              un moment donné, on ne peut plus accepter les mensonges....
              les « socialistes » insultent la république et le petit peuple depuis trop longtemps, il est fini le temps de la patience.
              en 1789 on leur aurait coupé la tête, je me contenterai de les voir ruinés, humiliés, déchus de leur citoyenneté et en prison.


            • JL JL 27 mars 2013 12:20

              Pour une bonne compréhension de ce buzz médiatique, cet excellent article :


              • jaja jaja 27 mars 2013 12:41

                Au FdG dans son ensemble (donc pas qu’à Mélenchon) de répondre à la question fondamentale de l’heure à savoir s’il se situe dans une opposition de gauche à ce gouvernement social libéral (lire défenseur du capitalisme) ou dans la majorité gouvernementale ?

                Il est certain que beaucoup, notamment à la direction du PCF, se voient dans cette majorité et que le clivage entre « camarades » va se renforcer plus on approchera des Municipales les alliances électorales avec le PS permettant de sauver beaucoup de sièges d’élus PCF.

                D’ailleurs contrairement à ce que dit l’auteur le discours virulent de Mélenchon n’empêche pas une collaboration étroite entre élus PS et FdG dans les institutions, que ce soit dans les municipalités ou dans les Conseils régionaux, où les élus FdG sont contraints de voter les budgets d’austérité PS et de financement des écoles et entreprises privées.

                C’est cette question qui est fondamentale le reste n’étant là que pour amuser le bon peuple. Le FdG est-il un parti anti-système ou à sa botte ? Mélenchon est-il sorti du PS après 30 ans de loyaux services rendus au capitalisme (Maastricht, soutien à Mitterrand, ministre du gouvernement du privatiseur Jospin) pour contrôler l’espace à la gauche du PS que le Npa prétendait occuper où pour combattre le capitalisme et donc le social-libéralisme à sa botte ?

                A votre avis ?


                • TSS 27 mars 2013 16:27

                  l’espace à la gauche du PS que le Npa prétendait occuper où pour combattre le capitalisme et donc le social-libéralisme à sa botte ?

                  le NPA de Krivine ou Besançenot n’a jamais pretendu à quoique ce soit et surtout d’avoir le pou

                  voir dont il ne saurait quoi faire .Son but c’est d’être dans l’opposition quelque soit le parti

                  au pouvoir... !!


                • jaja jaja 27 mars 2013 16:45

                  Le pouvoir intéresse le Npa comme tout mouvement politique. Être dans un gouvernement anti-austérité avec d’autres forces anticapitalistes ou dans un gouvernement des travailleurs ferait son affaire. Dire que son but est d’être systématiquement dans l’opposition et donc de ne pas avoir de stratégie de prise du pouvoir est tout simplement faux !

                  Que d’idées reçues traînent sur ce parti !


                • Gauche Normale Gauche Normale 27 mars 2013 21:21

                  Le problème, Jaja, c’est qu’aujourd’hui les travailleurs ne « savent » plus faire grève. Je veux parler des grèves longues et massives. Aujourd’hui Hollande peut conclure un accord patrons-MEDEF emballé dans un délicieux emballage rose-bonbon et seulement 10 000 personnes descendent dans la rue.

                  Bien entendu ce sont des syndicalistes, alors on les a vite traité de casseurs démolisseurs d’emplois histoire de bien les marginaliser.
                  Mais je pense qu’il reste un espoir : qu’un gouvernement (mélenchonien ou pro-poutou) flexibilise le droit de grève, diminue la « surveillance » policière lors des manifs, favorise les reprises de sites par les ouvriers... Dès lors les travailleurs pourraient exercer un poids décisif pour ensuite que soit négocié un accord entre le patronat et le gouvernement. Et là le patronat sera au pied du mur ! Une fois l’accord signé un véritable lien se créerait entre politiques et peuple, ce qui ne nous ferait pas de mal.

                • Scual 27 mars 2013 12:59

                  Quand on continue de parler de gauche à propos du PS il n’y a plus de débat possible. Comme il est dit dans cet article, les mots ont un sens et quand on nie ce sens on est dans le monde des rêves, pas dans la réalité.

                  Je peux tout à fait pardonner et discuter avec les électeurs qui mal informés votent encore pour le PS. Je peux comprendre et discuter avec les électeurs qui bien informés, choisissent néanmoins de voter PS au nom du vote « utile ». Cela dit je ne peux plus comprendre, pardonner et discuter avec les traitres qui bien informés continuent de mentir et trahir les électeurs en s’affirmant, de gauche, socialistes, démocrates et autres escroqueries pures et simple. Le PS a fait la preuve de part ses agissements de tout cela et désormais il faut choisir entre collaborer ou pas. Le point de non retour inexcusable a eu lieu lors du vote du traité de Lisbonne et pourtant dans sa très grande tolérance et bienveillance, encore aujourd’hui le FdG accepte, sans le penser, de ranger le PS à gauche.

                  Le PS choisis systématiquement les entreprises, les banques et le capital plutôt que le travail, il est donc de droite. Le PS ne combat PAS le FN et ne fait rien pour empêcher les français de se diviser en confessions, régions, sexualité et j’en passe, il est donc de droite. Le PS a trahis la démocratie et la souveraineté du peuple en votant la traitrise de Lisbonne, véritable coup d’Etat d’ultra droite capitaliste ultra-libérale. C’est le PS traite le FdG depuis le début comme si on était en plein Maccarthysme ce qui explique à 100% la position du FdG vis à vis du PS en réaction aux injures du PS et non l’inverse comme cet article ose tenter de le faire croire. Même sur les questions de société le sujet est généralement traité à la manière de la droite, par le biais de droits particuliers pour des groupes d’individus plutôt que par l’élargissement à tous des mêmes droits au nom de l’égalité.

                  Vous êtes socialistes alors répondez donc à ces accusations.

                  Peut-on chercher à appauvrir les travailleurs et se déclarer socialiste ? Pire, peut-on trahir le résultat direct d’un referendum et continuer de s’appeler ne serait-ce que démocrate ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès