Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mélenchon, le candidat de la raison

Mélenchon, le candidat de la raison

Communiste, je voterais le 24 et 25 novembre, pour que mon parti appelle à voter Jean-Luc Mélenchon. Ce sera un vote de raison, sans enthousiasme.

Le PCF a appelé plusieurs mois durant à une candidature de large rassemblement de la gauche d’alternative au capitalisme. Sans échos ni de Jean-Luc Mélenchon, ni des autres partis à la gauche du PS (EELV, NPA, LO…) ; et fort peu de réponse de la société civile. Et tout porte à croire que cela ne changera pas d’ici à l’élection présidentielle.

Parmi ces candidatures déclarées, une se démarque nettement des autres, celle de Jean-Luc Mélenchon. Je n’en ai pas apprécié la méthode, très gaullienne, mais je ne peux que prendre acte du résultat. Jean-Luc Mélenchon rassemble derrière sa candidature une grande majorité des électeurs et soutiens potentiels de la gauche d’alternative au capitalisme.

A l’issu de l’élection présidentielle, que voulons-nous ? Une gauche d’alternative au capitalisme éparpillée, morcelée et donc incapable d’apparaître comme une alternative politique crédible ? Avec une social-démocratie détruite par cinq années de dérives libérales, cela laisserait un boulevard à la droite et à l’extrême droite pour appliquer leurs politiques les plus réactionnaires.
 
Au contraire, si un candidat de notre courant de pensée – Jean-Luc Mélenchon – terminait au soir du 1er tour en tête des forces de gauche, brisant ainsi l’hégémonie du PS, ce serait une source d’espoir, un appui fort pour les luttes à venir.
 
Oui, il est peu probable que Jean-Luc Mélenchon se qualifie pour le second tour, encore moins probable qu’il gagne l’élection présidentielle. Mais personne d’autres ne semble pouvoir faire mieux. Attendre et espérer qu’émerge de la primaire socialiste un candidat en totale rupture avec l’actuelle ligne social-libérale de ce parti et capable de réconcilier « les deux gauches » me parait illusoire. Jamais un tel candidat ne pourra rassembler derrière-lui, sous l’étiquette du PS, tous ceux qui se sont sentis trahis par le quinquennat de F. Hollande. Par leur politique droitière, le président et son 1er ministre ont fait exploser la gauche. Recoller les morceaux prendra du temps, largement plus que les quelques mois qui nous séparent du 1er tour de l’élection présidentielle. Là aussi, il faut en prendre acte.
 
 
Oui, j’ai de fortes réserves vis-à-vis de Jean-Luc Mélenchon. Je n’apprécie pas la démarche « gaullienne » de » sa candidature, centrée sur sa personne, en dehors des partis. Je n’apprécie pas son autoritarisme, son incapacité à dialoguer sereinement avec ses partenaires politiques du Front de Gauche en cas de désaccord. Sur le fond programmatique de la France Insoumise, on pourrait chercher aussi la petite bête. Mais je passe outre.
 
La réalité est que pour l’immense majorité de la population, Jean-Luc Mélenchon représente notre courant de pensée, celui d’une alternative au capitalisme. Chercher un point particulier d’un programme pour en faire un « casus belli » empêchant tout rassemblement, ce fut un des travers du gauchisme, comme des innombrables scissions et groupuscules du mouvement troskyste. Ce n’est pas ma vision du communisme. Au contraire, nous nous devons de rassembler, en acceptant les différences. 
 
Enfin, pour mon propre parti, je ne veux pas me réveiller au soir du 1er tour avec un Jean-Luc Mélenchon en tête de la gauche et le PCF qui aurait raté le train d’une victoire majeure de notre courant de pensée, resté sur le bord du chemin avec un candidat au score ridiculement faible. Ce qui sera assurément le cas.
 
Présenter une candidature pour la retirer au dernier moment ne fera que mettre en exergue notre incapacité à faire un score décent à l’élection présidentielle. Sauf à nous rallier à quelqu’un au dernier moment. Mais à qui ? Jean-Luc Mélenchon ? Ce sera un peu tard. A qui d’autre ? Aucun nom n’est prononcé. Et comme je le disais, je ne crois pas que le salut viendra de la primaire du Parti Socialiste.
Bref, rarement l’expression « l’union est un combat » n’aura été aussi juste. Un combat car nous voulons faire l’union avec des forces qui ne le souhaitent pas nécessairement, ou du moins pas dans les conditions que nous voulons. Amener Jean-Luc Mélenchon à dépasser le cadre taillé sur mesure de la France insoumise ne sera pas facile. Ce n’est pas une raison pour ne pas tenter de mener ce combat de l’union. 

Moyenne des avis sur cet article :  3.61/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

274 réactions à cet article    


  • Harry Stotte 23 novembre 13:00

    Pas de bol ! Fondamentalement, les gens votent avec leurs tripes. Y compris les intellos, faut pas se leurrer...



    Prenez l’exemple de Trump. Tout le monde le voyait laminé. D’ailleurs, c’était mathématique :

    — 98 % des Afroricains contre lui
    — 90 % des Hispaniques contre lui
    — 80 % des femmes contre lui


    ...même 100 % des hommes de race blanche ne suffiraient pas à le faire passer.


    Or, je pense que vous avez entendu parler du résultat.

    • gogoRat gogoRat 23 novembre 14:15

      ’Je n’apprécie pas la démarche « gaullienne » de » sa candidature, centrée sur sa personne’
       
      Valable pour tous candidats/candidates, de quelque brigue qu’ils se revendiquent !
       - - - -

      Ma propre réponse à une question à coté de la plaque ne m’intéresse pas moi-même !
      ... si ce n’est est en essayant d’identifier la méta-question que cette question tente d’escamoter en dévoyant mes efforts d’attention, d’observation, de réflexion, et mes motivations premières !
       
       La seule façon de répondre, de façon respectueuse et constructive, à cette fausse question, est de répondre à la méta-question qui la génère ... par une méta-réponse.
      (méta : ... est souvent utilisé pour désigner un niveau d’abstraction supérieur)
       
       La question : voter ? (ou voter pour qui ?)
       La méta-question : comment apporter, à mon échelle individuelle, la contribution civique et responsable requise pour vivre, dans mon pays et avec mes concitoyens, dans une honnête et digne quête de démocratie ( Pouvoir partagé du peuple, par le peuple,et pour le peuple ; le peuple étant constitué d’êtres humains libres, égaux en dignité -donc en droit ... et en capacité de développer des opinions et convictions pertinentes - et égaux pour une fraternité)
       
       La méta-réponse :
       l’urgence passe d’abord par l’honnêteté
      ... qui implique l’honnêteté intellectuelle la plus rigoureuse possible
      ... qui implique (entre autres certes, mais de façon impérative) un minimum d’aptitude et d’efforts à recourir aux déductions les plus élémentaires !


    • gogoRat gogoRat 23 novembre 14:16

      ’Candidat de la raison’ ?
       
       Tentative de mise en application
       attendus :
       * ai-je constaté l’honnêteté du système de scrutin actuel ?, de la délégation de pouvoir à des plus-que-citoyens qui, non contents de penser à ma place durant le temps d’un mandat, prétendront incarner tous les humains dont je suis ? 
       >>> non ! Je n’ai pas cautionné cet état de fait qui m’est imposé sans que mon avis citoyen sur la question des légitimations n’ait jamais été officiellement entendu.

       * ai-je jamais constaté une mise en oeuvre honnête des promesses d’un « moi-Président » ? 
       >>>non !
       
       * suis-je et ai-je été séduit, conquis, concrêtement aidé par les ’urgences’ qu’Il a traitées ?
       >>> non !
       
       * ai-je des raisons objectives de croire qu’un autre Président, pour peu qu’il soit meilleur, voire exceptionnel, pourrait améliorer mes propres perspectives ?
       >>> non ! Pour ce qui est d’ordre politique cela ne dépend de Lui (ou Elle) qu’à la marge d’un ’élan’ d’ordre sentimental possiblement insuflé à un instant exceptionnel (donc non pérenne !) par une personnalité particulière : le contraire de l’humilité démocratique !
       
       * ai-je des raisons objectives de croire qu’Il (ou Elle) pourrait améliorer les perspectives de celles et ceux qui ont une probabilité raisonnable de pouvoir envisager le long terme ?
       >>> non ! Même si un miracle peut théoriquement laisser des bénéfices durables, il n’est pas crédible qu’il puisse être pérenne. Et l’on a déjà constatéde façon re-répétée que l’inverse du miracle est bien plus probable par la suite .
       
       * l’exercice de la délégation de pouvoir politique se concrétise-t-il autrement que par des paroles (engagements officiellement galvaudés, ordres donnés, décrets) ?
       >>> à ce que je sache, ce ne sont jamais eux qui enfreindraient l’hypocrisie convenue de laisser exécuter les exclusions par des sous-fifres (d’un statut ’moins-égal’) !
       
       Tentative de déduction logique :
       Puisque nous sommes sensés viser à une démocratie, à un partage du pouvoir par tous les citoyens, et puisque le pouvoir c’est la parole officielle, alors, ce qu’il faut partager d’abord, c’est l’accès à la parole officielle !
       
       Puisque la logique du scrutin a été retenue pour légitimationner, et puique la vérité mathématique des qualités vertueuses du scrutin sensées justifier cette légitimation est celle du théorème du jury de Condorcet (émergence d’une réponse plus pertinente que toute réponse individuelle par la diversité nombreuse) ... ce sont les paroles officielles de tous, de chaque citoyen qui devraient être officiellement pondérés par chacun de ses autres concitoyens !
       Impossible à réaliser ? Prouvez-le ! ... mais sans entraver celles et ceux qui voudraient établir un contre-exemple de cette supposée impossibilité !


    • Croa Croa 23 novembre 19:24

      À gogoRat,
      L’auteur veut dire par là qu’il traite ses partenaires potentiels par le mépris et c’est hélas vrai.


    • Cadoudal Cadoudal 23 novembre 21:34

      @Croa
      SNCF, CGT, PCF


      Mes plus sincères condoléances...

    • germon germon 24 novembre 09:03

      @Harry Stotte

      Après lecture de tous ces commentaires ; TRÈS intelos ci-dessous. Je conseille à tous ces communistes, npa, Lutte ouvrière et autres « groupes » « tendance » de gauche de voter France Insoumise s’ils ne veulent pas se retrouver avec une « PHARAMINEUSE » gueule de bois après les élections présidentielle. Tout le reste c’est du « pipo ».

      Alors on pourrait reparler des « fossoyeurs de la gauche », non ? 


    • Le421 Le421 24 novembre 09:55

      @germon
      Totalement exact.
      Simple et exact.
      Excellente interview de Henri Guaino (pas du tout mon bord politique, mais il faut savoir écouter les autres...) ce matin sur France 2 dans les 4 vérités. Il a tout résumé.
      40 ans qu’on fait les mêmes conneries et on veut faire encore pire !!
      Quand à la mascarade des primaires, il a tout dit aussi...


    • manu manu 24 novembre 20:51

      A votre avis ceux qui éparpillent les voix ils le font pour de l’argent ou parce qu’ils sont aveuglés par leur égo ?


    • alinea alinea 24 novembre 20:58

      @manu
      aveuglés par leur ego, c’est certain !!


    • manu manu 24 novembre 21:18

      @alinea

      Donc si on veut avancer il faut s’en prendre à leurs égos, non ?


    • germon germon 27 novembre 12:20

      @germon

       En ce jour du 27 Novembre 2016 je tiens absolument à remercier les 56 % qui ont votés pour soutenir « l’élection » de JL Mélenchon afin de virer les responsables de la misère des salariés.

       En dehors de toute « idéologie » passéiste


    • Onecinikiou 23 novembre 13:10

      Si Mélenchon était raisonnable il n’aurait pas voté pour l’acte unique européen et le Traité de Maastricht !


      Si Mélenchon était raisonnable il ne serait pas resté 31 longues années au parti socialiste, parti le plus fanatiquement européeiste et anti-national !

      Si Mélenchon était raisonnable il n’aurait pas participé au gouvernerment Jospin, gouvernement le plus privatiseur de toute la Vième république !

      Si Mélenchon était raisonnable il aurait appelé comme certains lucides et courageux à stopper l’immigration massive que ce pays connait depuis quarante ans, face à ses conséquences prévisibles désastreuses que les tartuffes constatent avec effarement désormais !

      Si Mélenchon était raisonnable il n’aurait pas participé à l’édification de l’imposture antiraciste sous l’égide du Lobby, visant précisément à criminaliser et donc délégitimer tout débat public et citoyen sur cette question pourtant fondamentale pour l’avenir du peuple et de la nation !

      Si Mélenchon était raisonnable il oserait critiquer avec virulence le nouveau totalitarisme du XXIème siècle qu’est l’Islam et ses zélateurs, qui veulent nous faire Endre gorge !

      Si Mélenchon était raisonnable il aurait appelé à ce que la France sorte de l’euro depuis son introduction ou, à tout le moins, depuis la grave crise de 2008, alors qu’il le propose seulement depuis quelques mois !

      Si Mélenchon était raisonnable il soutiendrait un protectionnisme aux frontières nationales en mesure de contrecarrer un libre-échange mortifère pour notre économie, élément qui n’apparait nul part dans son programme présidentiel tant de 2012 que de 2017 !

      Si Mélenchon était raisonnable il n’aurait pas soutenu la résolution de l’ONU ouvrant la voie au bombardement de la Libye et à l’assassinat de son dirigeant historique légitime, servant par la même les pires intérêts néoconservateurs !

      Si Mélenchon était raisonnable il n’aurait pas appelé à voter « sans conditions » pour le pantin de l’oligarchie euro-mondialiste Hollande dès le soir du premier tour !

      Si Mélenchon était raisonnable il ne serait pas acquis à la cause des officines maçonniques qui ont pour objet la destruction des identités enracinés et des particularismes culturels dans l’optique chimérique de bâtir un homme hors sol détaché de ses liens vitaux !

      Si Mélenchon était raisonnable il n’aurait jamais proposé jadis une alliance électorale avec l’utralibéral et eurôlatre Cohn-Bendit, pas plus qu’il ne tendrait la main aux écolos d’EELV, également fanatiquement pro-européistes et libertaires !

      etc, etc... 

      • alinea alinea 23 novembre 13:31

        @Onecinikiou
        mais si !
        Maastricht, la grande majorité des Français l’a voté !
        Il était à la gauche du PS et a pensé - trop longtemps, c’est facile pour nous de le dire- avant de comprendre qu’il ne se passerait rien de l’intérieur, que c’était de l’intérieur qu’il pourrait agir. Lui-même n’a pas changé ! c’est le PS qui a changé et l’on peut essayer de comprendre que c’est plus difficile de l’intérieur, que quand on est spectateur.
        C’est ce qu’il propose.
        Il le fait, mais pas à la manière de Marine !
        Bien sûr que si ! un parti de gauche se désiste pour le mieux placé, c’est la ligne de conduite morale de toute tendance. et ce n’est pas parce qu’il n’y a plus de morale aujourd’hui qu’on peut le lui reprocher.
        Il n’est pas à ma connaissance aliéné à la cause maçonnique et prône depuis longtemps la souveraineté ; de la France, peuple politique uni sous les lois de la République.
        Il a proposé une alliance avec Cohn-Bendit ?
        etc,etc.


      • Onecinikiou 23 novembre 14:22

        @alinea

        Ma chère, le but d’un homme politique respectable, je dirai même plus d’un chef d’Etat, dans le contexte de nos démocraties représentatives, avant même d’envisager gouverner, c’est d’éclairer les enjeux, ce qui suppose au préalable (et c’est heureux) de les comprendre. 

        Sur Maastricht, comme sur tous les sujets fon-da-men-taux que j’ai dûment rappelés, Mélenchon n’a su les éclairer car il ne les avait tout simplement pas compris. Par aveuglement idéologique sans doute. Pour cause de sa mitterrandôlatrie également aussi. 

        Le Traité de Maastricht, mère de toutes les batailles, n’a pas été votée par « une grande majorité de Français » comme vous le soutenez nonchalement, mais par 51% des votants. Ce qui veut bien dire l’importance qu’ont eu les moindres prises de position des uns et des autres sur le résultat final.

        Mélenchon n’a jamais été un souverainiste, bien qu’il tente pitoyablement d’en récupérer les oripeaux par démagogie et opportunisme électoral : il est fondamentalement un fédéraliste européen. C’est absolument évident pour quiconque connait et comprend la logique de ses prises de position passées, et leur articulation philosophico-politique. 

        Vous êtes hors de pouvoir le comprendre parce que vous n’avez pas de formation véritablement politique. Vous êtes une littéraire. 

        Quant à l’alliance proposée par Mélenchon à l’européiste Cohn-Bendit et déclinée par ce dernier - soit le comble du camouflet - en voici la preuve. Et sans doute croirez-vous que Cohn-Bendit est un parangon souverainiste n’est-ce pas...


      • alinea alinea 23 novembre 14:41

        @Onecinikiou
        J’ai voté non à Maastricht ; c’était il y a vingt quatre ans ; je ne vais pas me tourner vers Le Pen aujourd’hui parce que Mélenchon a voté oui, et qu’il s’en est expliqué !
        je n’attends pas le père rédempteur, parfait ! je fais partie d’un mouvement populaire dont il est le fer de lance, le porte parole.
        Libre à vous de donner ce genre d’excuses bidon à votre choix politique ; vous feriez mieux de l’assumer tel qu’il est sans pourrir le voisin.


      • bernard29 bernard29 23 novembre 15:36
        @Onecinikiou
        vous avez tout a fait raison. si les révolutionnaires en peau de lapin comme Mélenchon avait voté non à Maastrich , nous n’aurions pas eu cette europe là.
        Il peut maintenant s’excuser, mais c’est dans les moments importants qu’un politique doit savoir faire les bons choix. Il n’avait rien compris, ou avait d’autres intérêts et à mon avis , en tant que porteur de projet politique , il n’a plus sa place.

      • Onecinikiou 23 novembre 15:43

        Vous êtes incapable de contester les faits que je rapporte et mets en évidence. Et pour cause.


        En fait ce que vous voulez c’est, à travers votre champion, donner prime à l’incompétence et, par la même, implorer qu’on vous laissa sur sa nature vous bercez de douces illusions. Bien à vous. Plus dur sera la chute. 

      • HELIOS HELIOS 23 novembre 16:11

        @Onecinikiou

        Comme tous les communistes, Melanchon est pour la suppression de toute racine... il faut que seuls les « camarades » sans Histoire (notez le grand H et sans s).

        A partir de là, tous ses péchés sont veniels, sauf un : la Souveraineté de la France... et là, c’est la disqualification. 

        De Maasstricht à Lisbonne en passant par l’OTAN, il a tout faux, aucune raison de continuer (non, de commencer avec lui)... après le cheminement aventureux de notre pays ces 40 dernières années, avons nous encore le droit de choisir des chemins de traverses, probablement sans issue ?

      • Alren Alren 23 novembre 17:51

        @Onecinikiou

        Parce que vous en connaissez, vous, parmi les futurs candidats importants de la présidentielle 2017, un(e) candidat(e) qui a voté NON à Maastricht en 1992, il y aura donc 25 ans (!) en 2017, soit un quart de siècle ?

        Si vous, vous n’avez pas changé de point de vue sur rien pendant ce temps ... je vous plains !!!


      • Le421 Le421 23 novembre 18:09

        @HELIOS
        De Maastricht à Lisbonne ??

        Mais vous délirez complètement, ma parole !!

        Maastricht, il a reconnu s’être lourdement trompé et croyait en un idéal européen basé sur une union politique, monétaire et sociale.
        Par contre, après, il a régulièrement combattu tous les traités scélérats qu’on nous a proposé...

        Bon, je sais aussi et suis conscient que quand on est à droite (Modem, PS, LR ou FN), Mélenchon risque poser problème et il va falloir taper fort.

        Continuez à sortir des idées fausses. Ce sera plus facile pour nous...  smiley

        https://www.youtube.com/watch?v=1gf52G1N7kA

        Mélenchon défends le traité de Lisbonne... C’est quoi votre produit ??


      • Osis Osis 23 novembre 18:19

        @HELIOS

         Mélanchon n’a jamais été communiste et ne le sera jamais, même avec une teinture.

        C’est juste un ancien socialiste.
        Donc infiniment douteux.


      • Onecinikiou 23 novembre 19:17

        @Alren


        Des girouettes comme votre candidat le monde politique en est malheureusement perclus. 

        Mais des grands hommes, qui ont une véritable colonne vertébrale et des convictions appuyées sur une haute vision de la France, même s’ils sont peu nombreux et marginalisés, pour ne pas dire diabolisée et d’abord pour ces raisons, existent malgré tout.

        J’en connais même un encore vivant qui a voté contre l’adoption du Traité de Rome en 1957 voyez-vous, qui vota contre le Traité de Maastricht en 1992, et qui vient d’être récemment réintroduit président d’honneur du premier parti de France...

        Pour preuve qu’il n’y pas de fatalité de changer de convictions comme de chemises, sauf évidemment chez les médiocres dont vous faites une promotion hasardeuse, en particulier quand on prétend les faire accéder aux plus hautes responsabilités politiques !

      • Croa Croa 23 novembre 19:31

        À alinea « Maastricht, la grande majorité des Français l’a voté ! »
        *
        FAUX, C’est passé tout juste.
        *
        À l’époque 50% des gens n’avaient pas encore Internet. Les médias étaient presque tous pour le oui et Mitterrand faisait le grand malade.


      • alinea alinea 23 novembre 19:40

        @Croa
        C’est vrai !!! ma plume a fourché ! je me souviens même de m’être dit que si ces putains d’ex soixante huitards n’avaient pas cru le conte, ça ne serait pas passé ; hélas, la chose a été si bien emballée que tous mes amis, pourtant politisés, ont foncé tête baissée. Ce n’est que parce que je suis un animal instinctif et intuitif que j’ai refusé l’empire qui se dessinait nettement devant mes yeux ! et c’est parce que je le suis que je n’ai eu aucune influence sur leur décision !!


      • Cadoudal Cadoudal 23 novembre 21:57

        @alinea
        Si Mélenchon n’était pas raisonnable, il serait pas en train de se foutre de vos gueules enfarinées de sans dents avec ses 8000 euros de retraites et ses 740 000 euros de patrimoine gagnés sans avoir jamais eu à se salir les mains...


        Un bourgeois reste un bourgeois, c’est pas une écharpe rouge qui change un homme...




      • wesson wesson 24 novembre 02:12

        @alinea
        Franchement Alinéa, discuter et répondre avec les identitaires c’est une perte de temps. Aucun argument n’as d’effet sur ces types là, parce de toute manière ils ne sont pas là pour discuter mais pour détruire. Ils n’ont rien à proposer en dehors de « Marine Marine Marine » sans même se rendre compte à quel point le FN les entubent déjà avec l’Europe, où ils votent pratiquement toutes les décisions avec la droite et les sociaux-démocrates, autorisation pour les migrants compris...


        C’est de la pacotille tout ça. Une perte de temps.

      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 24 novembre 02:55

        @Onecinikiou
        Ah, oui... l’ancien éditeur des chants nazis ? Vous aimez les bruits de bottes sans doute ?


      • Cadoudal Cadoudal 24 novembre 03:10

        @alinea

        Il n’est pas à ma connaissance aliéné à la cause maçonnique

        A force de ne rien connaitre d’un mec que vous prétendez avoir connu, on va finir par se demander si c’est bien du meme mec connu qu’on parle ???

        « J’y suis entré en 1983 », affirme-t-il, après « le tournant de la rigueur » qui l’a mis « K.O. debout ». « Quand tout s’est cassé la figure, que reste-t-il ? La République. Donc, in fine, la liberté et l’égalité », souligne l’ex-trotskiste, dont le père était également maçon. « Je comprends non pas la vision trotskyenne de la franc-maçonnerie, c’est-à-dire une machine à corrompre la classe ouvrière, mais je vois l’inverse : le lieu où se conserve le fil d’or. Où traverse notre histoire. Les temps profonds », dit-il.

      • 59jeannot 24 novembre 08:27

        @Onecinikiou
        et si Clovis n’avait pas cassé le vase de Soissons aurait-il.......... ?


      • Julien30 Julien30 24 novembre 09:03

        @wesson
        Et aucun argument n’a d’effet sur vous, 1-1, balle au centre. Pour ce qui est de se faire entuber vous avez vous-même reconnu aimer ça (être de gauche c’est se faire avoir à peu près tout le temps, rappelez-vous votre constat), Mélenchon au PS, Mélenchon et Maastricht, Mélenchon et son soutien sans condition à Hollande, Sanders et son soutien sans condition à Clinton... Ce n’est plus un loisir c’est une passion.


        « ils ne sont pas là pour discuter mais pour détruire. »
        Et manger les enfants des gauchistes, n’oubliez pas.

      • bernard bernard 24 novembre 09:03

        @Onecinikiou

        Beaucoup de « Si »...
        Mais constat diablement efficace !
         smiley

      • alinea alinea 24 novembre 09:51

        @wesson
        je ne supporte pas le mensonge, jusque dans ma tombe on m’aura avec ça, mais vous avez absolument raison ; quel est le plaisir de polluer ainsi l’ambiance, j’aimerais le comprendre !!
        merci wesson


      • Le421 Le421 24 novembre 10:06

        @Cadoudal
        Et... Votre vidéo, là, à quel moment il dit qu’il est franc-maçon ???

        J’ai pas bien entendu.
        Dites-moi à quel moment, je vous dirais à quel moment il précise qu’il va au GOF, mais en tant que visiteur ou membre... Il ne le dit pas.
        Ensuite, cela a bien peu d’importance hormis le fait que vous en êtes encore au leitmotiv du « menhir » sur les dangers du complot « judéo-maçonique ».
        Et merde !!
        Fifille va faire des mammours à Nethanyau. 
        Ben, partout où y’a du fric... Point.
        Et là, c’est pas une théorie.
        Mélenchon n’entasse pas l’or.


      • wesson wesson 24 novembre 10:46

        @Julien30
        « être de gauche c’est se faire avoir à peu près tout le temps, rappelez-vous votre constat »


        je m’en rappelle fort bien, et je l’assume. L’histoire de la gauche c’est avant tout l’histoire d’une trahison permanente. Mais à bien y regarder, chez vous les identitaires c’est la même chose. Vos dirigeants vous mentent autant que les nôtres.

        A ceci près que même si les personnes trahissent, les idées elles ne trahissent pas. 
        En quelques années d’extrême droite (régime de Vichy), tout cela fut balayé et relégué dans les poubelles de l’histoire. Pétain, d’une extraordinaire popularité dont il jouissait lors de son coup d’état, a pratiquement tout perdu en 2 ans, surtout lorsque le STO s’est mis à taper sur ceux qui avaient cru que l’antisémitisme était une politique et qu’ils seraient épargnés. De cette période il ne reste rien si ce n’est la honte.


        Par contre, en 2 ans de Front Populaire, et juste quelques mois de gouvernement communiste après la 2ème guerre mondiale, il reste toute la protection sociale de la France, et qui est le véritable ciment de la nation. Des avancées incontestables que presque 80 ans d’attaque de vos amis n’ont pas encore réussi à mettre totalement à bas (mais ils ne renoncent pas). 

        Alors entre trahi de tout bord, à vous il reste la honte d’un régime honnis, à nous la fierté d’avoir construit une nation. 

        Vous êtes à poil avec votre connerie d’Eurabia. Puisque maintenant vous vous prenez pour Trump, bon courage pour construire un mur tout au long de la méditerranée.

        @Alinea
        Et oui, on a tous ses faiblesses. Ma réponse ci dessus en est la preuve.

      • Cadoudal Cadoudal 24 novembre 11:11

        @Le421
        Ensuite, cela a bien peu d’importance hormis le fait que vous en êtes encore au leitmotiv du « menhir » sur les dangers du complot « judéo-maçonique ».


        Moi aussi j’aime bien la lumière et éclairer mon prochain...

        Aussi peu d’importance que le sénateur lui meme en cause sans qu’on lui demande rien pour se comparer a Sarkosy allant au Vatican ?

        Si la rue Cadet est l’inverse du Vatican et si le sénateur à le droit de donner de l’importance au Vatican, qu’est ce qui empêcherait un gars comme Le Pen de donner de l’importance aux maçons...

        Vous avez vu la une de Libé sur les dangers du retour de Jésus ?

        Ca c’est autorisé, c’est pas complotiste et tout et tout ??

        En ce moment vous rédigez votre programme, faites nous une petite liste de ce qui sera autorisé ou pas, de ce qui à de l’importance et de ce qui n’en n’a pas...










      • Cadoudal Cadoudal 24 novembre 11:32

        @wesson
         De fait, le conseiller Schleier, « constatant que la grande majorité des partisans de la politique de collaboration vient de la gauche française23 » pousse Abetz à favoriser l’entrée au gouvernement de Vichy des syndicalistes et socialistes acquis à la collaboration.


        « De cette période il ne reste rien si ce n’est la honte. »

        C’est comme ça que tu fais le partage mon Wesson, la protection sociale pour la gauche et la honte pour la droite ?

        L’Enim doit sa vocation et son nom à Colbert. Alors secrétaire d’État de la maison de Louis XIV, il fonde en 1673 le fonds des invalides de la marine. Son successeur et fils Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay, signe l’ordonnance de subsistance des femmes et des familles en 1675 et instaure la pension des marins en 1689.

        Colbert et Louis XIV étaient donc de gauche, Jaques Doriot et Marcel Déat venaient de la droite ? 

        Va pas être contente la young Leader Marocaine si faut tout réimprimer les manuels de nos chères tètes blondes ou venant de la diversité chances pour la France... 

      • Shawford Tyrann’s orchid 24 novembre 11:33

        @Cadoudal

        Et Cambrone, il était au fond du trou ou prêt à sonner la charge, clairon au clair ?


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 novembre 12:35

        @wesson
        La protection sociale, on la doit au CNR.


      • wesson wesson 24 novembre 12:35

        @Cadoudal
        Hors sujet : Il ne s’agit pas des personnes mais des idées. La trahison d’une personne à l’idéal qu’il prétendait défendre ne rends pas cet idéal invalide, bien au contraire.


        Le gouvernement de Vichy était composé de 1 ou 2 « de Gauche » ? La belle affaire : quand bien même tous eut été « de gauche », dès lors qu’ils mènent une politique d’extrême droite c’est bel et bien là dessus qu’ils seront jugés. 

        Vous pourrez faire le parallèle avec le PS d’aujourd’hui : La loi sur la déchéance de nationalité, la sortie sur l’inintégrabilité des Rom, ce n’est pas parce que ce sont des mecs qui se prétendent socialistes qui le font que ça en fait des mesures de gauche. 

        Sur « le fonds des invalides de la marine », faut-il rappeler qu’il s’agissait de filer une rente à ceux qui ont combattu au nom du roi. Strictement rien à voir avec une mesure sociale, mais juste une mesure sectorielle pour s’assurer la fidélité d’une partie de la troupe. Là encore totalement hors sujet. 

        Il ne reste donc de votre propos qui se voulait intelligent que la fange qui le conclut, avec une petite attaque raciste à la personne de Najat Valaud-Belkacem. Décidément vous ne pouvez pas vous en empêcher. 

      • wesson wesson 24 novembre 12:48

        @Fifi Brind_acier
        Non, on la doit à Ambroise Croizat, un communiste. 


        Le CNR l’as effectivement théorisé, mais c’est Ambroise Croizat qui a réussi à la faire passer à la fois auprès des gaullistes et du parlement. Faut-il rappeler que la droite n’en voulait pas, mais que comme elle était bien trop affaiblie par la collaboration, elle n’as pu s’y opposer.

        C’est bien gentil de coucher des choses sympa sur le papier, mais ensuite il faut les appliquer, et c’est en général là que on rencontre les plus vives résistances. 

        Par exemple, le programme du CNR concernant les médias et leur indépendance n’as jamais été mis en place. Des tas d’autres choses aussi n’ont pas été faites.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès