Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mélenchon - Le Pen : la promesse d’une désillusion

Mélenchon - Le Pen : la promesse d’une désillusion

Lorsqu’on interroge les Français qui s’apprêtent à voter Mélenchon ou Le Pen, une réponse revient presque systématiquement : « nous en avons marre ! ». L’exaspération serait ainsi la principale motivation du vote des extrêmes. Et, honnêtement, il y a de quoi. Les Français sont aujourd’hui accablés par des difficultés majeures : chômage massif, effritement du pouvoir d’achat, dette publique abyssale, surendettement des ménages, crise du logement, insécurité, immigration massive, sentiment de déclassement dans la compétition internationale. Et les partis classiques du gouvernement semblent démunis, ce qui légitime le repli de l’électeur sur les extrêmes.

Mais c’est un repli qui, dans l’esprit de nombreux électeurs, a dépassé le seuil de la simple exaspération. Ils adhèrent au programme d’extrême droite ou d’extrême gauche au point de croire que Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon sont en situation de remporter la bataille de l’Elysée, de réunir une majorité parlementaire et de gouverner la France en appliquant l’un ou l’autre des programmes des extrêmes. Il faut beaucoup de courtoisie pour écraser l’envie de pouffer de rire face aux gens qui croient sérieusement à une telle éventualité. Car ils se comptent désormais par millions, sont déterminés et foncièrement convaincus que le 6 mai prochain, le locataire de l’Elysée pour cinq ans minimum s’appellera Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon.

Un rêve fou auquel les candidats concernés, eux-mêmes, ne croient pas. Ils essaient juste de drainer des foules et tentent de battre le record des suffrages antérieurs, bien conscients du plafond de verre séparant les meetings hystériques de la consécration élyséenne. Ainsi, pour être franc avec les électeurs, et malgré les frémissements dans les sondages, on s’achemine vers une inévitable désillusion pour tous ceux qui rêvent du « Grand Soir » ou de « la France aux Français ». Et il ne peut pas en être autrement. Les séquelles du 21 avril 2002 sont encore vivaces dans la mémoire collective et le discours sur le vote utile rallie la majorité des Français. Et dans l’hypothèse où l’un des candidats des extrêmes franchirait le seuil du premier tour, il se ferait copieusement laminer au second tour, car la mobilisation citoyenne épargnera au candidat PS ou UMP de s’épuiser dans une campagne de second tour où tout aura été joué d’avance.

La malédiction des extrêmes est qu’elles ne peuvent pas incarner une alternative crédible. Il s’agit juste de défouloirs. L’exaspération qui conduit à gonfler leurs scores du premier tour laisse rapidement place à un vote « raisonnables » au second tour. Car, au final, les défis auxquels la France est confrontée requièrent un personnel politique « raisonnable » et un travail méticuleux de longue haleine. Il faut par ailleurs des « troupes », des hommes et des femmes qualifiés et expérimentés pour mener la bataille du redressement économique et social de la France. Des « troupes » dont les extrêmes sont désespérément démunies malgré l’illusion alimentée par la démagogie des discours de campagne. Même dans l’hypothèse du miracle qui verrait un candidat des extrêmes franchir la porte de l’Elysée, il ne pourra pas compter sur une majorité au Palais Bourbon et du Luxembourg. Ca s’appelle la « cohabitation » ! dont l’expérience nous a laissé un goût amer.

Sur le plan personnel, les deux leaders traînent chacun quelque chose de rédhibitoire pour l’électeur, au final. Marine Le Pen, malgré ses efforts visiblement sincères d’assainir le parti frontiste, sera inexorablement rattrapée par la réalité. Ses hommes de troupe, hérités de son père, sont à jamais ce qu’ils sont ! Ca éructe de haine, de xénophobie et de racisme dans son dos. La seule idée que des individus pareils prennent le contrôle du pays pousserait une large majorité des Français dans la rue et dans les bureaux de vote pour « faire barrage au Front national », selon l’expression consacrée. Quant à Jean-Luc Mélenchon, on voit mal un grand peuple confier le bouton nucléaire à un personnage aussi irascible. Son discours a beau être cohérent intellectuellement mais on est tout le temps heurté par les insultes dont il mitraille ses adversaires et les journalistes. Même ses propres partisans ne sont pas épargnés. L’ennui que nous inspire la rhétorique policée des énarques ne sera pas assez insupportable pour justifier le choix d’un tribun à ce point agressif. Une agressivité qui crée le malaise même dans les rangs de ses possibles alliés (PS, Verts).

Sur le plan politique, sans qu’il ne soit nécessaire de revenir sur l’ensemble des programmes des deux partis des extrêmes, on peut juste faire remarquer à l’intention de Marine Le Pen que sa promesse de rétablir les frontières et restaurer les pans perdus de la souveraineté de la France n’est tout simplement pas réalisable, raisonnablement. Le processus d’intégration dans l’Union européenne, entrepris par la France depuis le Traité de Rome en 1957 créant la Communauté économique européenne, ancêtre de l’Union européenne, a abouti à un arsenal juridique et à une architecture institutionnelle particulièrement touffus. Un éventuel repli de la France sur elle-même ne saurait s’opérer sans engendrer un immense désordre économique et social à l’échelle du continent. Inévitablement, on se demandera si une telle aventure vaut vraiment la peine. Rien que l’idée de bousculer la hiérarchie des normes pour faire primer les lois françaises sur les directives communautaires mettrait un énorme bazar dans nos cours et tribunaux. En effet, en vertu du principe de primauté de la norme communautaire, le législateur français (mais aussi des autres pays membres de l’Union européenne) n’a qu’un pouvoir subsidiaire. Les lois françaises doivent se conformer aux normes communautaires et c’est le juge français qui assure ce contrôle de conformité.

Une autre promesse répétée à tue-tête dans les meetings du Front national d’instaurer « la préférence nationale » en matière d’accès à l’emploi, au logement,… n’a aucune chance d’aboutir, du moins par un processus législatif. Aucune loi de ce genre, même avec une majorité parlementaire d’extrême droite, ne peut être promulguée en France. Elle serait contraire à la Constitution et le Conseil constitutionnel la retoquerait, sauf si cet organe est dissout et remplacé par une institution de complaisance. Cela n’est possible que dans une France débarrassée de ses institutions démocratiques actuelles et des exigences de l’Union européenne. Un coup d’Etat ?

L’expulsion de tous les sans-papiers qui fait parti des promesses du parti frontiste est aussi illusoire. On estime leur nombre à 200 mille et la France ne peut en expulser qu’entre 20 et 30 milles chaque année. Il faudra au moins 10 ans, c’est-à-dire deux mandats, pour « vider le stock » en s’assurant que les frontières restent hermétiquement fermées et que tous les étrangers actuellement en situation régulière soient systématiquement régularisés dès l’expiration de leurs papiers pour ne pas basculer dans le séjour irrégulier. En plus du désastre économique encouru en cas de disparition soudaine de ces petites mains invisibles, la France baignerait dans un climat de nervosité rythmé par le bal des charters, les rafles et les contrôles au faciès, systématiques. On ne pourra pas expulser 200 milles clandestins en procédant autrement. Un climat politique délétère qui finirait d’achever ce qui reste du prestige de la France dans le monde.

En réalité, depuis 2002, la majorité UMP s’emploie à mettre en œuvre ce qui peut l’être du programme du Front national dans le but avoué d’assécher son électorat. Avec des débordements qui ont couvert la France de honte comme le discours de Grenoble, les rafles d’enfants aux abords des écoles, les démantèlements filmés des camps des Roms, la banalisation des propos xénophobes, même au sommet de l’Etat, des lois islamophobes… Aller plus loin sortirait la France de la démocratie ou, tout simplement, des conditions minimales d’un vivre ensemble. Les initiateurs du débat sur les « binationaux » ont pu s’en rendre compte. Il fallait obliger les binationaux à faire le choix entre la France et un autre pays auxquels ils seraient toujours attachés. L’identité du locataire de l’Elysée, de la première dame et de leurs parents respectifs ; l’engagement de l’Etat français pour obtenir la libération d’un soldat franco-israélien, capturé dans une guerre étrangère à la France ; les brassages dans des millions de familles de France,… tout simplement une réalité sociétale de la France telle qu'elle est a eu raison de l’initiative des Lionel Luca et autres Claude Goasguen. Les Mamadou et les Mohammed, qui étaient en réalité visés, n’ont même pas eu besoin de battre le pavé pour dénoncer une énième « stigmatisation ».

Le Front de gauche, quant à lui, promet, entre autre, de s’attaquer au monde de la finance. « On va rendre les coups », promet Jean-Luc Mélenchon. On ne demande qu’à y croire. Il y a, en effet, une énorme cagnotte sur laquelle prospère le capitalisme financier et tous les responsables politiques lorgnent dessus. Seulement voilà. Les tentatives visant à mettre sous contrôle le monde de la finance ont accouché d’une souris. Notre Président sortant, avec toute l’énergie qu’on lui connait, s’était lancé comme don Quichotte dans la bataille contre ces moulins à vent. Et comme don Quichotte, il a fini à terre ! Depuis, on lui conseille de se « présidentialiser », seule façon de se prémunir contre les désagréments des promesses non tenues. Tout ne peut pas être possible.

Le monde de la finance est particulièrement puissant et insaisissable. Les grandes places financières que sont la City de Londres, Hong-Kong, New York, Paris… n’ont que faire des gesticulations des Robin de bois nationaux. Les négociants pouvant réaliser leurs transactions dans n’importe quel coin de la planète, une législation fiscale « gênante », en France, n’aura que des effets épidermiques puisque les autres places financières se substitueraient immédiatement à la place de Paris. Et pour rendre la cagnotte toujours plus insaisissable, des paradis fiscaux tournent en plein régime pour camoufler à l’économie réelle une partie des richesses produites dans le monde.

Pendant ce temps le pays n’a pas d’autre choix que d’alourdir ses dettes pour faire face aux engagements de l’Etats. Les agences de notation (qui font partie de cet abominable monde de la finance) tirent les conséquences d’une situation des finances publiques désastreuse et nous sanctionnent en nous retirant le précieux « triple A ». Nos politiques qui semblent découvrir l’ampleur d’une dette vertigineuse qu’ils ont eux-mêmes accumulée depuis le passage d’un certain Raymond Barre à Matignon (1975), rivalisent de démagogie et envoient des noms d’oiseaux à ces maudites agences de notation qui n’y sont pourtant pour rien.

A qui va-t-on donc rendre des coups ?

A ceux qui nous prêtent pour nous permettre de boucler notre budget et ses multiples rallonges ; et qui pourraient refuser de nous prêter ; ou à des agences de notations qui ne sont que le thermomètre pour mesurer la fièvre de la dette que nous nous sommes infligée tous seuls ?

En réalité la France ne manque pas d’atouts pour s’en sortir, mais elle aura besoin de temps. De beaucoup de temps. La patience. Un mot à ne surtout pas prononcer dans les meetings des deux leaders des extrêmes. Jusqu’en mai 2012 lorsque la fièvre électorale sera retombée et que la désillusion des foules aura laissé la place à la France telle qu’elle est.


Boniface MUSAVULI
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.48/5   (117 votes)




Réagissez à l'article

121 réactions à cet article    


  • Claude Rochet Jules Dupont 24 janvier 2012 07:41

    Effectivement, un article de comptable. Plat et chiant.


    • René de Sescendres René de Sescendres 24 janvier 2012 19:08

      Cet article est un tissu de sotises. D’accord, je m’en vais voter allègrement Sarkozy ! Merci l’auteur pour ce conseil. Il faut laisser la chance à Sarkozy, il lui reste encore des bonnes choses à faire à la France, il faut le laisser terminer ce qu’il a si bien commencé, de nombreuses avancées sociales et économiques.


    • MUSAVULI MUSAVULI 24 janvier 2012 22:28

      « Voter Sarkozy » ? Pas une phrase de mon article n’appelle à voter Sarkozy.


    • Robert GIL ROBERT GIL 24 janvier 2012 08:28

      malheureusement, les electeurs en ont marre mais vont revoter pour des candidats issue du systeme !


      • Pierre Pierre 24 janvier 2012 08:33

        La question que je me pose c’est : qu’est-ce-que Jean-Luc Mèlanchon ou Marine Le Pen pourraient faire de pire que les deux candidats favoris. C’est quand-même l’UMP et le PS qui ont dirigé la France en alternance depuis 50 ans et qui sont responsables de la situation actuelle.

        Pour les promesses non tenues, les candidats UMP et PS en connaissent un bout et n’ont pas de leçons à donner aux autres. 

        Et se protéger, ce n’est pas de la xénophobie. Et dire que ce n’est pas la finance (internationnale) qui doit dicter sa loi aux gouvernement, ce n’est ni anormal.ni amoral. Et finalement, un tête-à-tête final entre Jean-Luc Mélanchon et Marine Le Pen, ce n’est pas impossible. 


        • Fergus Fergus 24 janvier 2012 11:03

          Bonjour, Pierre.

          Vous avez raison sur le constat du passé. Pour autant, on constate en Europe que ce ne sont pas les partis du type Front de Gauche qui progressent mais les partis d’extrême-droite, y compris lorsque le discours tenus par les leaders des deux camps de nature populiste (au sens de peuple et non de démgogie) vont dans le même sens sur le plan social.

          Ce qui fait la différence est bel et bien la xénophobie. Absente du Front de Gauche, elle condamne ce parti à un score sans doute inférieur à 10 % alors qu’elle laisse espérer plus de 20 % au Front National qui continue de tirer à boultes rouges sur « l’étranger ». L’auteur a raison lorsqu’il dit que les électeurs de ces partis en ont marre, mais s’ils vont principalement vers le FN, c’est parce que celui-ci désigne à leur vindicte des boucs émissaires !


        • non667 24 janvier 2012 13:57

          à fergus
          le FN, c’est parce que celui-ci désigne à leur vindicte des boucs émissaires !

          le fn n’a pas besoin de désigner à leur vindicte des boucs émissaires , bien que cela soit caché au maximum tout le monde voit qui sont les auteurs des voitures brulées ,des« incivilités » (vol ,agression !) , des N.T.M., des nique la France .
          tout le monde sait aussi que lorsque l’on se met débiteur sans justification on ne donne jamais assez ( notre bmw que l’on à pas ,notre logement que l’on à pas fini de payer , notre place de directeur dont on n’ose pas rêver ! ) on ne fait pas des reconnaissants mais des aigris /des ennemis  ! c’est tagué sur tout les murs et pas par le fn !


        • nicolas_d nicolas_d 24 janvier 2012 14:39

          @Fergus
          « Ce qui fait la différence est bel et bien la xénophobie »
          Non, je ne crois pas.
          Ce qui fait la différence c’est que le discours du FN est plus facilement repris par les partis classiques (surtout l’UMP bien sûr, mais Le PS ne peut pas non plus s’empêcher d’aller piocher des voix dans la sécurité, l’immigration etc.)
          Le FN s’en trouve ainsi dé diabolisé, par la faute des partis traditionnels.
          Si le PS avait cherché à s’unir avec le front de gauche, celui-ci aurait lui aussi été dé diabolisé


        • Fergus Fergus 24 janvier 2012 16:26

          Bonjour, Non667.

          Ceux qui brûlent les voitures en banlieue ne les brûlent pas parce qu’ils sont arabes et noirs (il y a d’ailleurs des « Français bon teint »parmi eux), mais parce qu’ils vivent dans un contexte social très dégradé et très précarisé, également parce qu’ils ont été largement abandonnés à leur sort par des pouvoirs publics qui font, si j’ose dire, la « part du feu ». La cible ne devrait pas être l’origine ethnique, mais le chômage, la paupérisation, la ghettoïsation des précaires.


        • Lizerunn 24 janvier 2012 16:28

          Tout le monde sait ?
          Vraiment ?

          Et qu’est-ce que vous savez en fait ?
          Pas grand chose j’en ai bien peur.

          Vous aimeriez bien que tout le monde sache que les auteurs de ces forfaits sont des immigrés.
          Et bien domage pour vous, il sont bien français. Ils crachent sur la France, mais ils ont la nationnalité, quand les immigréseux essayent de trouver du boulot et de s’intégrer, la minorités à laquelle vous faite référence, elle, s’en tape complètement.

          Alors deux questions :

          1- Si ce sont des français (d’origine X ou Y) qui sont la cause de l’insécurité, pourquoi vouloir accuser à tort des immigrés ?

          2- Comme ils sont français, vous allez faire quoi ? les déchoir de leur nationnalité et les jeter à la mer ?


        • non667 24 janvier 2012 18:30

          à lizerun
          pourquoi vouloir accuser à tort des immigrés ?
           
          je n’ai pas employé le terme d’immigré ! ni fergus à qui je répondais !
          tout le monde le sait  ? les 20% (dans les sondages ) qui vote mlp + d’autres comme vous qui ne votez pas pour elle puisque vous les dénoncez  smiley smiley


        • Lath 24 janvier 2012 22:00

          Pourquoi mélenchon fait partie du systeme à sarkozy :

          http://www.enquete-debat.fr/archives/pourquoi-melenchon-fait-partie-du-systeme


        • Gorg Gorg 24 janvier 2012 08:34

          @ L’auteur
          Du grand n’importe quoi. Au fait, pour qui roulez vous ?


          • MUSAVULI MUSAVULI 24 janvier 2012 09:16

            Bonjour Gorg !
            Il est évident qu’aucun des deux candidats des extrêmes n’est en situation ni de franchir les portes de l’Élysée ni de gouverner la France en appliquant le programme d’extrême droite ou d’extrême gauche. On est toute fois libre de voter pour n’importe quel candidat investi ne serait-ce que pour faire entendre les idées qu’il défend et auxquelles on adhère.
            Enfin, je ne roule pas pour le « système » si c’est ce que vous croyiez en me lisant. Je vois juste les choses telles qu’elles sont.


          • Gorg Gorg 24 janvier 2012 21:03

            Encore un mot Musavuli, je vous joint un réponse de Claude Onesta, entraîneur de l’équipe de France de hand-ball lorsqu’on lui a demandé pour qui il voterai et à laquelle je souscris :

            Savez-vous pour qui vous voterez en 2012 ?

            Je voterai pour quelqu’un qui remettra en cause ce que ceux qui sont au pouvoir nous présentent comme incontournable. Le pouvoir actuel rend la crise internationale responsable de l’échec des politiques nationales. Je suis obligé de penser que ce sont les amis des dirigeants actuels qui ont mis en oeuvre cet ultralibéralisme destructeur, et, par ce fait, je les considère eux-mêmes comme responsables. J’ai l’impression qu’ils ne savent pas où ils vont, mais ils nous expliquent qu’il faut y aller quand même.
            Voir les uns et les autres préoccupés par les résultats de la Bourse au quotidien est tellement ridicule ! Aujourd’hui, j’attends des gens courageux qui proposeront quelque chose de mieux équilibré, et autre chose que la recherche permanente du profit immédiat. Même si cela peut paraître utopique, ça l’est moins qu’à l’époque de la Révolution française, qui a transformé quelque chose qui paraissait incontournable. Chaque fois qu’il y a eu des déséquilibres trop importants, on a eu des évolutions et même des révolutions. Tous les déséquilibres de l’Histoire ont été punis.

             Lien : http://www.lemonde.fr/sport/article/2012/01/07/l-equipe-de-france-de-handball-est-devenue-un-bien-collectif_1626313_3242.html


          • soulhol soulhol 25 janvier 2012 00:04

            Moi je suis FDG et je viens de la LCR 
            J’ai pas honte et je le dis clairement et franchement
            Mais toi tu votes pour qui ?
            Un peu de courage « camarade » mdr
            Marc Soulhol


          • MUSAVULI MUSAVULI 25 janvier 2012 00:16

            Cher Gorg,

            Si nous étions, vous et moi, militants au sein d’un hypothétique parti animé par Claude Onesta (que j’admire beaucoup en tant que sportif), nous nous arrangerions pour arrondir les angles et « parler comme notre chef ». Il se trouve que cela n’est pas le cas et nous devons bien admettre que nous sommes en désaccord sur l’issue possible du prochain scrutin présidentiel. Bonne soirée !

          • MUSAVULI MUSAVULI 26 janvier 2012 01:03

            Bonjour   Soulhol ! Je ne vous dirai pas pour qui je vote. 

            Je peux juste vous décrire mon comportement électoral :
            1. J’essaie de connaître le candidat et surtout ses fréquentations. 
            2. Je me renseigne sur le programme, sans grande illusion parce que les programmes finissent toujours à la poubelle dès la fermeture des bureaux de vote.
            3. J’attends le plus longtemps possible pour me déterminer. 
            Ça évite de se sentir prisonnier d’un candidat. 
            Je décide toujours à la dernière minute.
            J’espère que ma réponse vous satisfait. 

          • Guy Liguili Guy Liguili 24 janvier 2012 08:42

            Le vote Front de Gauche n’est pas un vote d’extrême gauche, c’est juste la gauche classique qui en se droitisant provoque cette illusion d’optique.


            • MUSAVULI MUSAVULI 24 janvier 2012 09:37

              Ce n’est pas l’extrême gauche si on a en l’esprit le NPA ou Lutte ouvrière. En réalité, le gros des troupes du Front de gauche est constitué de « communistes » sevrés depuis des années de leaders charismatiques. Et qui dit communistes dit « rêve du Grand Soir ». Bien entendu, on a tout à fait le droit d’être communiste et de voter Mélenchon.


            • Robert GIL ROBERT GIL 24 janvier 2012 10:24

              attention de ne pas confondre, sinon c’est l’eternel desilusion...

              http://2ccr.unblog.fr/2012/01/16/revolutionnaire-ou-reformiste/


            • Solero30 Solero30 24 janvier 2012 10:47

              Je confirme !!!!! c’est la vraie gauche.


            • colza 24 janvier 2012 14:03

              @ musavuli

              On a aussi le droit de ne pas être et de n’avoir pas été communiste et de voter pour le Front de Gauche.
              J’imagine d’ailleurs que vous n’avez même pas lu le programme du Front de Gauche.

            • jeanpaul01fr 24 janvier 2012 15:55

              Exactement !!!

              Et la pensée unique des médias ne doit pas nous faire oublier que les deux candidats UMPS ne sont pas nécessairement le seul passage obligé !!!

              JP - Ca coule de Source


            • Lath 24 janvier 2012 22:01

              Le gauche droite n’a plus lieu d’être

              c’est nationalisme vs mondialisme


            • Lizerunn 1er février 2012 13:34

              Je récuse la position du Front de Gauche à l’extrême gauche sur le falacieux argument qu’il regroupe le parti communiste en son sein.

              D’abords il conviendrait de prouver que le PCF est d’extrême gauche et ce n’est pas gagné car plutot que d’invoquer quasi mystiquement une idéologie révolutionnaire théorique, on devrait regarder les choix des communistes et leur accomplissements.

              Mais encore, parlons maintenant de l’influence des communistes au sein du Front de Gauche. Cette influence est indéniable, mais elle n’est ni exclusive, ni majoritaire et je vais dire pourquoi.

              Aux dernières présidentielles, nous nous souvenons du score du parti communiste et nombreux sont ceux qui en ont prédit la fin. Dés lors, on peut se demander sur la base de quel argument on peut prétendre que la force vive du Front de Gauche qui fait plus de 10% aux cantonnales serait majoritairement composée des communistes. Certes, une élections « locale » n’est pas une présidentielle, mais la dynamique est claire : Dés lors que le Front de Gauche à été créé la confiance en un mouvement réellement à gauche à été restaurée.

              Dès lors, vous pouvez vous demander si la dynamique électorale de ces présidentielles est portée par l’engouement retrouvé pour le parti communiste ou plutot par celui pour le Front de Gauche mené par un vrai socialiste : Jean-Luc Mélenchon.

              Non, le Front de Gauche est simplement à gauche et il prend la place qu’à cédé le PS en largant les amares pour les lointains rivages centristes.

              Le Libéralisme n’est pas et ne sera jamais de gauche.


            • Jeff Parrot Jeff Parrot 24 janvier 2012 08:43

              Article qui reprend tous les arguments de la propagande TV :
              - bouh les mechants racistes,
              - ils pourront jamais appliquer leur programme (et l’UMPS l’a appliqué son programme ?)
              - Melanchon tribun agressif (mais que dire de la clique à sarko).
              - france du replis sur soi (bien sûr ! laisser piller le fruit de son travail, c’est du replis sur soi)
              - impossible de virer les sans papiers (il suffit juste de tarir le travail illégal ! après les gens s’adaptent ...)
              - finance insaisissable (qui parle de saisir la finance, il suffit de créer autre chose en //)
              - agences de notations qui ne font que leur boulot (même VGE convient qu’elles sont au service d’officines...)

              et quand au "Il faut beaucoup de courtoisie pour écraser l’envie de pouffer de rire face aux gens qui croient sérieusement à une telle éventualité« 

              ici encore, la propagande laisse entendre que l’électeur des »extrêmes" serait fanatisé et surtout naif contrairement à l’électeur UMPS qui est bien sûr raisonnable mais surtout humaniste. Mais faîtes votre auto-critique £$%§ !

              bref, article lamentable...


              • MUSAVULI MUSAVULI 24 janvier 2012 09:27

                Bonjour Jeff Parrot !
                Les idées auxquelles vous croyez seront librement exprimées au cours de la campagne. Je dis juste que les deux leaders des extrêmes ne sont pas en situation d’accéder à l’Élysée. Rien ne m’interdit de briser le suspense et de les préparer à la désillusion pour ceux qui croient sérieusement à une victoire de Mme Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon. J’accepte qu’on soit en désaccord, mais reparlons-en en avril-mai. Les Français auront tranché.


              • Jeff Parrot Jeff Parrot 24 janvier 2012 11:47

                Beau bottage en touche, vous faites un article avec plein d’arguments que je réfute un par un et vous me parlez d’idées auxquelles je crois  ? c’est un non sens total, langue de bois !

                Beaucoup de gens ne votent pas extreme par ideologie (qui envie vraiment de voter F-Haine ou rouge ?) mais juste parce que la duplicité idéologique de l’UMPS est avérée au grand jour !


              • Andrée Louise 24 janvier 2012 15:11

                Tout à fait d’accord !
                Ça me donne même envie de me désinscrire du site d’Agora Vox qui publie des trucs pareils.. Il y a d’autres écrits et d’autres auteurs..
                Qui choisi de publier un article ?
                Je n’ai rien trouvé sur ce Boniface Musavili.


              • MUSAVULI MUSAVULI 24 janvier 2012 18:24

                Je ne partage pas vos opinions, visiblement, mais je me battrai pour que vous puissiez avoir le droit de les exprimer. Même sur Agoravox.
                Bonne soirée !


              • MUSAVULI MUSAVULI 25 janvier 2012 02:34

                C’est votre jugement que je respecte tout à fait, dans l’ensemble. Nous sommes en désaccord, tout ce qu’il y a de normal dans une société libre et démocratique.

                Salutations !

              • MUSAVULI MUSAVULI 24 janvier 2012 09:30

                « ... d’essayer d’apporter un peu de lucidité ». On en a besoin. Ne serait-ce que pour préparer les esprits à l’inévitable désillusion.


              • francesca2 francesca2 24 janvier 2012 11:57

                Ils adhèrent au programme d’extrême droite ou d’extrême gauche au point de croire que Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon sont en situation de remporter la bataille de l’Elysée, de réunir une majorité parlementaire et de gouverner la France en appliquant l’un ou l’autre des programmes des extrêmes. Il faut beaucoup de courtoisie pour écraser l’envie de pouffer de rire face aux gens qui croient sérieusement à une telle éventualité.


                Soyez moins condescendant et dites vous bien que, peut-être, si les gens adhèrent aux programmes d’extrême droite ou d’extrême gauche c’est parce que ils sont en train de crever en silence, et que, enfin, ils s’en rendent compte.
                Ca fait vingt ans que, droite et gauche confondues, ça s’applique consciencieusement à mettre en place la politique de Bruxelles, toute écervelée qu’elle puisse être, avec, pour resultat, un pays désindustrialisé plein de chômeurs et en voie de libanisation. 
                Faites un tour sur d’autres réseaux sociaux, sur les blogs, sur les fils de commentaires des journaux en ligne...vous aurez de belles surprises. 
                La majorité de gens se rend parfaitement compte que les extrêmes ne sont pas une solution viable mais, quitte à être dans la merde, que tout le monde se la partage comme il se doit, et pas seulement toujours les mêmes... 

              • francesca2 francesca2 24 janvier 2012 12:47

                Oh mais nul doute, Alchimie, que votre situation actuelle n’est pas si mal que ça... smiley


              • arobase 24 janvier 2012 13:09

                « Soyez moins condescendant et dites vous bien que, peut-être, si les gens adhèrent aux programmes d’extrême droite ou d’extrême gauche c’est parce que ils sont en train de crever en silence, et que, enfin, ils s’en rendent compte ».

                .
                quand on meurt de soif on cherche une fontaine plutôt que de détruite une fontaine existante mais inaccessible afin que personne ne puisse boire !

                les gens feraient bien de se prendre en charge au lieu de compter sur des messies impuissants. descendre dans la rue, grève illimitée pour mettre au pas les patrons voyous esclavagistes et grève des achats pour rabattre le caquet des commerçants voyous , intermédiares et autres spéculateurs en tout genre.

                au lieu de crever en silence, comme vous dites.

              • francesca2 francesca2 24 janvier 2012 13:50

                Par contre Francesca, ce serait bien que vous arrêtiez de vous regarder le nombril et que vous observiez le monde autour de vous.

                Ben voyons ! Justement tout ce que vous ne faites pas, Alchimie...et votre fiche-auteur le prouve, commentaire après commentaire..

                Regardez entre autres en direction de l’Afrique du Nord, vous savez vers ces merveilleuses démocraties Arabes que vous devez envier ... allez faire un tour dans les banlieues du Caire.

                 smiley Celle-ci je vais l’encadrer parce que, sérieux, on ne me l’a jamais faite !
                Généralement c’est surtout le contraire qu’on me reproche
                (Arrêtez de vous regarder le nombril Alchimie, vous risquer de passer pour un idiot smiley )
                Sans blague, vous êtes excellent, Alchimie.


              • francesca2 francesca2 24 janvier 2012 13:54

                Mais Arobase, puisque c’est facile et kilnyaka, allez-y mon gars, ouvrez la voie.


              • francesca2 francesca2 24 janvier 2012 14:40

                (au passage, ce n’est pas moi qui moinsse)


              • rmusic Mahler 24 janvier 2012 16:18

                « mettre le pays dans une merde noire pour se rendre compte, à posteriori, que notre situation actuelle n’est pas si misérable que ça. » Pour l’instant oui, effectivement la situation n’est pas pire mais attendez dans 5 ans(si ce n’est avant) après l’élection de Hollande ou Sarko, la France ça sera limite la grève voir encore pire. La d’ailleurs les extrêmes auront des chances de gagner(si révolte sociale il n’y pas avant).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès