Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mélenchon : une stratégie perdante

Mélenchon : une stratégie perdante

 

Je vais recenser quelques erreurs graves qui ont définitivement mis hors jeu l'ancien candidat à l'élection présidentielle de 2012.

 

Mélenchon a mis la barre à gauche. Il a soulevé un enthousiasme sans précédent. Il a rappelé l'essentiel, remettre l'humain au cœur de l'action publique au lieu de parler des chiffres et de la course effrénée de la compétitivité. Il a voulu une nouvelle Europe, plus sociale et plus solidaire. Il a fait part du nécessaire partage des richesses. L'accaparement est le fléau des temps actuels, qui a pour cause l'ultra-libéralisme et la globalisation. Le nivellement se fait par le bas.

Son programme, abstraction faite de quelques aspects sur lesquels je reste réservée voire opposée, pouvait contenter beaucoup de gens. Après des décennies de descente continue vers le bas, le très bas, les citoyens aspirent à des politiques qui leur redonnent fierté et amour propre. Ne plus se sentir coupables des conséquences dont ils n'y sont pour rien.

 

Il aurait pu être le troisième homme faute d'être premier ou deuxième. Mais au lieu de s'adresser à tout le monde, de rassembler, il a chercher la confrontation, un duel et en outre même pas avec ceux qui ont exercé le pouvoir et sont responsables de l'état actuel de la France. Non il a fait de l'opposition au Front national son fonds de commerce. Il a fait le travail pour les autres, leur a en quelque sorte mâché le travail. Il a fait la voiture balai et comme un vulgaire balayeur il en a été remercié une fois la mise empochée.

Il pouvait traiter MLP de semi démente, se comporter comme un goujat avec elle lors d'interventions télévisées cela n'a jamais ému ni les socialistes ni la droite dite classique, les journalistes s'en sont repus et ils ont tourné la page pour d'autres shows télévisés.

Il a ménagé ceux qu'il considérait (encore aujourd'hui ?) comme faisant partie de la famille de la gauche.

Ce fut la première erreur, monumentale. Je ne sais pas si des conseillers ont dû lui expliquer que c'était une politique suicidaire. Je ne sais si Mélenchon a la capacité, l'humilité de reconnaître ses erreurs, et de s'amender en conséquence.

Ce que je vois montre à quelle point il est emmuré dans ces certitudes. On peut être une pourriture et réussir en politique, arriver au sommet. On peut être un salopard et réussir en politique, susciter la sympathie et passer pour un sauveur des pauvres. Mais la politique est incompatible avec l'idéalisme, incompatible avec la radicalisation.

De deux choses l'une, soit il oeuvre pour le rassemblement sans culpabiliser qui que ce soit, soit il assume la radicalisation et il doit en conséquence ne plus prendre des gants avec qui que ce soit. La politique du cul entre deux chaises n'a jamais réussi à personne. Dans le premier cas, c'est la possibilité de gagner des électeurs de tous les bords, parce qu'ils veulent des solutions concrètes et pragmatiques à leurs problèmes immédiats et quotidiens, ils mettront de côté leurs convictions et leurs appartenances. Dans le deuxième cas, il risquerait la marginalisation, mais aura un électorat fidèle qui trouve en lui le porte parole de ses convictions.

 

Voici les deux graves erreurs de Mélenchon.

 

L'idéalisme

A trop vouloir une société trop humaine, il passe à côté de l'essentiel en politique. L'essentiel c'est d'avoir le maximum d'adhésions pour accéder au pouvoir, et donc réaliser au moins une partie de son programme.

Comme on dit, l'enfer est pavé de bonnes intentions. On ne peut faire le bonheur malgré les gens et on ne peut gommer définitivement les tensions sociales et les conflits entre groupes sociaux et agents économiques. Tout au plus on peut canaliser et endiguer les débordements. L'idéal serait d'arriver à un équilibre (souvent précaire) qui donne l'impression à chaque partie de ne pas être lésée dans ses droits les plus importants. Le discours doit être le plus rassembleur et le plus fédérateur possible. Beaucoup d'ouvriers et d'employés, des petites gens ont un rapport quasi dévotionnel envers la caste supérieure et en même temps ils ont un dégoût quasi pathologique pour les groupes sociaux les plus vulnérables et les marginaux, l'image angoissante de leur possible déchéance, la proximité est très souvent mal supportée. Les sondages et les études sociologiques nous enseignent que les pauvres ne font pas confiance, en tout cas ne donnent pas leur voix, à des gens qui parlent de leurs problèmes et les invitent à ce révolter. Parce que beaucoup ne veulent pas et ne souhaitent pas le faire. Les pauvres et les laissés pour compte cherchent des politiques qui confirment la stratification sociale, la hiérarchie entre les groupes sociaux, qui maintiennent les rapports de forces.

Certains décident de gouverner, il semble que cela se décide très tôt. D'autres, sont reconnaissants au patron qui les fera travailler le dimanche, et au politique qui va leur dire que pour avoir plus il faut trimer plus. C'est une logique qu'ils ont intériorisée. Si vous leur dites qu'il y a la possibilité de partager les richesses plus équitablement pour ne pas trop dévaluer la plus value du travail, le seul bien du salarié, ils vous regarderont avec de gros yeux comme si vous êtes un fieffé brigand. Georges Frêche l'a clairement expliqué dans un moment de vérité. Le peuple peut s'avérer son propre ennemi. Parce qu'il donne à ses adversaires les moyens de l'asservir. L'homme politique qui se dévoue à sa patrie et à ses compatriotes c'est celui qui bien qu'il tienne un discours vrai et accessible à la compréhension de tout le monde, entretient également l'image de l'homme qui apporte les solutions de part sa qualité ou son génie qui le différencie des autres politiques. S'il propose au peuple de prendre le pouvoir, surtout à un moment où le peuple a encore de quoi remplir la panse et qu'il est très occupé par ses divertissements et ses vacances, cet homme se sentira bien seul, peu de gens le suivront et l'encourageront.

 

Ne pas saisir sa chance

Il a eu une chance extraordinaire lors de l'élection présidentielle. Beaucoup cherchait une nouvelle tête. Il est un professionnel de la politique, il n'est pas novice. Pourtant, Mélenchon a été acclamé par une foule immense.

Son score fut honorable. Il fallait le capitaliser. Eh oui. Ne pas le dilapider. Ce fut une erreur mortelle pour Mélenchon que de signer un chèque en blanc en faveur des socialistes. Il se refuse toujours à reconnaître son erreur. Certains de ses fans nous expliquent qu'il fallait révéler le vrai visage des socialistes. Mais à qui ? Aux gens qui ont voté pour Mélenchon ? S'ils l'ont désigné par leurs votes c'est parce qu'ils n'ignoraient pas le vrai visage du PS. Quant à ceux qui ont voté pour le PS dès le premier tour, il fallait qu'ils comprennent très tôt leur erreur. Il n'y avait aucune chance avec Hollande et son programme d'apporter le renouveau et le changement. C'est à eux de faire l'effort et de venir ou revenir vers l'homme qui les a prévenus et leur a prédit une déception amère qui ne serait tardée.

Mélenchon en demandant à voter Hollande a brouillé les cartes dans l'esprit des gens. Il s'est privé de reprendre, le moment venu, son combat en se démarquant du PS et de Hollande, provisoirement mis en veille au lendemain de l'élection présidentielle.

Le ton virulent contre le PS aurait dû l'adopter lors du premier tour et au second tour. Quant au prétendu besoin de faire éjecter Sarkozy, c'est un argument qui ne tient pas la route. Dans la politique il fallait jouer très fin. Ce fut un risque qu'il fallait prendre. Parce que Sarkozy ou Hollande, deux faces d'une même médaille. Les Français sont perdants dans les deux cas. Mélenchon s'est compromis depuis l'élection de Hollande en le soutenant et en espérant un changement de la part de la politique promise lors de la campagne électorale. Mélenchon a refusé même que l'on qualifie le Parti de Gauche de parti de l'opposition. Encore une grave erreur. Dans l'esprit des gens, il fait partie de la majorité au gouvernement.

Il payera le prix fort. On en a vu déjà le prélude lors de l'élection législative partielle dans l'Oise.

 

Je n'ai aucune animosité contre Jean-Luc Mélenchon. Je fus complètement effondrée quand je l'ai entendu appeler à voter Hollande. A la consternation s'est tout de suite substituée la colère. Une colère qui a duré longtemps. Je regrette un tel gâchis.

 

Le ton virulent qu'il adopte aujourd'hui contre les socialistes arrivent trop tard, et le discrédite d'autant qu'il a les médias contre lui. Je pense qu'au fond de lui-même il réalise qu'il s'est trompé de stratégie, il n'a plus aucune chance de tirer profit de la disgrâce du PS. Cela le rend d'autant plus furieux et il essaye de sauvegarder ce qui peut l'être encore. Mais ses colères et ses phrases restent, quoique les médias et le PS en jugent, très théâtrales, de la pure mise en scène. Il lui restera la politique politicienne en vu des municipales, faire barrage au FN, des listes communes avec le PS, le PC ne doit pas perdre certaines municipalités etc.

"Pierre SIPRIOT s'entretient avec Paul VEYNE, professeur Collège de France à propos de son livre "Le pain et le cirque" qui parle de la place des loisirs dans la société antique. Il raconte quelle était le rôle des évergètes (mécènes) dans la vie de la cité romaine, la manière de vivre dans les villes à cette époque, l'importance des jeux du cirque et des défilés militaires."

 

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/pour-melenchon-le-pen-est-semi-demente_1072949.html

 

https://www.youtube.com/watch?v=V9f6s_J29G4

https://www.youtube.com/watch?v=DttjpawaNM8

http://lci.tf1.fr/politique/melenchon-a-l-offensive-contre-marine-le-pen-6940809.html

http://www.rtl.fr/actualites/politique/article/jean-luc-melenchon-poursuit-son-offensive-anti-le-pen-7744146659

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/breve/2012/01/18/marine-le-pen-semi-demente-pour-jean-luc-melenchon_1631405_1471069.html

 

http://www.marianne.net/Melenchon-Marine-Le-Pen-semi-demente-Erreur-de-campagne_a214841.html

http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/candidats/la-charge-de-melenchon-contre-le-pen-une-chauve-souris-18-01-2012-1817729.php

http://www.francesoir.fr/actualite/justice/index.html

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/03/12/97001-20120312FILWWW00668-j-m-le-pen-va-poursuivre-melenchon.php

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.49/5   (86 votes)




Réagissez à l'article

129 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 27 mars 2013 10:31

    oui, car comme Stéphane Hessel disait en parlant de Melenchon : « la France attends un reformiste, pas un revolutionnaire, comme revolutionnaire, alors il vaut mieux Besancenot »

    voir la difference : REVOLUTIONNAIRE OU REFORMISTE ?


    • FRIDA FRIDA 27 mars 2013 21:52

      @Robert Gil

      l’article auquel renvoie le lien est très intéressant, et soulève des points assez pertinents

      "J-L Mélenchon eut l’intelligence de comprendre que le glissement à droite du PS était tel qu’il ouvrait un espace pour un nouveau réformisme. Il y avait un créneau à l’extérieur pour ses objectifs personnels.« 

      JLM poursuit un but foncièrement personnel. Il est plus clair avec les dernières déclarations dans lesquelles il se propose pour entrer dans le gouvernement.
       »Le Front de gauche est prêt à y pourvoir. (...) Nous sommes candidats au pouvoir"
      http://www.lexpress.fr/actualite/politique/jean-luc-melenchon-reve-d-un-changement-de-gouvernement_1234015.html
      C’est le manque de clarté qui va lui nuire, plus que sa virulence. Il nous rejoue la même partition que Bayrou a joué avec Sarkozy. Il finira comme lui dans le désert politique.
      Il n’ont pas assez d’écho pour passer au second tour, en même temps ils jouent le chaud et le froid.


    • ZEN ZEN 27 mars 2013 10:33

      Le ton virulent qu’il adopte aujourd’hui contre les socialistes arrivent trop tard,

      Bonjour
      On peut en effet l’affirmer, mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque, on pouvait encore penser que le minimum du programme présidentiel le plus innovant socialement pouvait assez vite être réalisé, notamment, sur la base d’une profonde réforme fiscale suggérée par Piketty, une vraie réforme bancaire, etc...
      Or aujourd’hui, un certain nombre de socialistes se retiennent pour ne pas utiliser un ton aussi virulent à l’égard du quasi- alignement élyséen sur la politique précédente.


      • bernard29 bernard29 27 mars 2013 10:50

        Zen, vous dites !

        « mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque, on pouvait encore penser que le minimum du programme présidentiel le plus innovant socialement pouvait assez vite être réalisé, , etc... »

        Vous rigolez . J’ai voté Hollande pour faire disparaître Sarkozy, mais je n’avais aucune illusion sur le vainqueur des primaires socialistes. Enfin quand même !, un ancien premier secrétaire du parti socialiste qui a été si transparent que son parti au bout d’une dizaine d’année a pu être comparé à « un cadavre à la renverse », vous vous souvenez de l’état du PS ?? Vous n’aviez pas compris que la seule manière de rester premier secrétaire du PS était de ne rien faire et faire l’anguille entre les corporatismes et les grands élus de son parti.

        La seule qui voulait sincèrement bousculer le PS était Ségolène Royal, (malheureusement !!!!!), qui a dit de lui, qu’il ne prenait jamais aucune décision.

         


      • ZEN ZEN 27 mars 2013 12:26

        Non, je ne rigole pas, mais j’essaie de remettre dans le contexte
        Il n’y a pas que MN Lieneman...
        Certains explosent
        Heureusement que HDésir veille au grain :
        Père, gardez-vous à droite, gardez-vous à gauche...


      • wesson wesson 27 mars 2013 14:42

        Bonjour Zen, 


        de tout coeur et parfaitement en accord avec votre réaction. J’ai bien entendu voté Hollande, sans aucune illusion sur le personnage, mais je pouvait toutefois attendre au moins quelques signes qui ne coûtaient pas cher voire rien du tout en direction de la gauche. Il n’y eu aucun de ces signes, à contrario une poursuite de la politique engagée par la droite. 

        La preuve ultime : l’UMP se garde bien de critiquer l’austérité qu’il a lui-même initié, et se contente de mobiliser son électorat sur des conneries sans aucune importances telles que le mariage homo ou la PMA. Toutes les lois réellement importantes qui passent, l’UMP les votent, ou les auraient voté en étant resté au pouvoir.

        De mon coté, je ne peut décemment pas parler de déception, tout au plus un regret d’avoir vu juste sur Hollande et l’équipe qu’il a mis en place. J’ai aussi un peu de peine pour Emmanuel Todd, dont la prédiction d’un « Hollandisme révolutionnaire » restera très probablement hélas lettre morte.

        Par contre je vous rejoint pour dire que chez des socialistes convaincus, pour eux c’est effectivement la douche froide. Ils y avaient objectivement cru eux à l’arraisonnement de la finance « mon véritable ennemi », au non cumul des mandats, à la république modeste et exemplaire, à la grande réforme fiscale. Et du point de vue du FdG, on pouvait aussi penser que cela serait fait, au moins esquissé, ce qui justifiait parfaitement un temps d’observation.

        Et la traduction très claire de ceci, c’est le résultat de la législative partielle dans l’Oise.

      • jmdest62 jmdest62 27 mars 2013 15:20

        salut ZEN

        en phase avec votre réaction .

        « tout vient à point à qui sait attendre ! » 
        JLM et Le Fd G suivent la feuille de route ...et même si certains ( dont je suis !) s’impatientent .....RDV aux élections européennes

        cordialement

        @+


      • FRIDA FRIDA 27 mars 2013 21:58

        @zen

        "On peut en effet l’affirmer, mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque, on pouvait encore penser que le minimum du programme présidentiel le plus innovant socialement pouvait assez vite être réalisé, notamment, sur la base d’une profonde réforme fiscale suggérée par Piketty, une vraie réforme bancaire, etc..."

        On pouvait penser beaucoup de chose, effectivement, on pouvait espérer aussi. Mais tout autre personne autre que Hollande, on pouvait se le permettre.
        Hollande est à mon avis un grand opportuniste, n’a aucune envergure, aucune personnalité. Il est très dangereux. Capable des pires forfaitures.
        Si on connaît son parcours tant soit peu on aurait jamais voté pour lui. Donc, personnellement je n’avais aucun espoir en quoi que ce soit avec lui, au contraire je m’attendais au pire.


      • Le421 Le421 29 mars 2013 19:23

        Tout à fait exact.


      • Daniel D. Daniel D. 27 mars 2013 10:37

        Le point qui le grille le plus c’est son désir de rester dans l’Euro et dans le système européen. Quelque soit la façon de l’expliquer cela reste une erreur, et n’est conforme qu’a la volonté de la finance internationale qui as créé l’euro comme un outil de destruction sociale ; des le le départ l’Europe n’étais là que pour permettre aux patrons de mettre en concurrence les travailleurs européens entre eux.

        Il n’est animé que par son désir de la république universelle, pas par le bonheur des peuples ou leur volontés... comme tout bon franc maçon !

        Daniel D ;


        • Furax Furax 27 mars 2013 10:48

          Et, à ce titre, il appellera de nouveau à voter Hollande ou son successeur !
          Le libéralisme sanctifié, la mise en concurrence des services publics, le flinguage des protections douanières ne sont pas arrivés avec l’Euro !


        • tesla_droid84 27 mars 2013 15:33

          Mélanchon comme tout doucement à retourner sa veste sur l’euro. 
          En tout est pour tout, il existe un article sur son blog. Rien par contre sur son programme présidentiel, ni dans le texte « l’humain d’abord ». 

          Je peux cependant lui concéder une belle sortie le 1er mars chez Bourdin quand il a dit « si le traité transatlantique ce fait » j’appellerai a sortir de l’union europenne. 
          Si il veut etre crédible il doit le marquer NOIR sur BLANC dans son programme car le traité est déja signé depuis 2009 donc il se fera. 
          Il peut aussi expliquer que la seule facon de sortir proprement c’est l’utilisation de l’article 50, mais ça, il n’y a qu’une seule personne en parle...


        • cevennevive cevennevive 27 mars 2013 10:59

          Très bonne analyse, Frida, que je partage.

          Et je suis triste de le voir s’enfoncer dans des colères qui le discréditent... Même si ces colères sont légitimes.

          Bien entendu, les médias qui l’invitent cherchent par tous les moyens à provoquer ces colères (Patrick Cohen par exemple, qui n’a pas été, ce matin, aussi pugnace envers Marine Le Pen)

          Pour ce qui est de sa position sur l’Europe, ou sur les interventions guerrières dans d’autres pays, là, je lui suis franchement opposée.

          Dommage, il nous aura donné un immense espoir...

          Cordialement Frida.


          • doslu doslu 27 mars 2013 20:28

            encore une bisounours « prout-prout »
            tu ferais mieux de relire tes livres de géopolitique et tu comprendrais sa position
            arrête de regarder TF1
            et l’espoir il est ou ????????? au PS ????????


          • doslu doslu 27 mars 2013 20:29

            Quand faut secouer le prunier faut y aller franchement


          • FRIDA FRIDA 27 mars 2013 22:11

            Bonsoir Cevennevive

            Nicolas Dupont-Aignan est aussi en colère et il le fait savoir, il reste quand même très élégant. Il est beaucoup plus radical et je trouve que ses propositions sont beaucoup plus réalistes, et plus justes. Bien qu’il soit de la droite, il est plus porteur de solutions profitable au peuple et à la France que le programme de Mélenchon.
            En effet, ce dernier met la barre très haut, ce qui fait que beaucoup de gens n’y croient pas. Et cela intéresse les médias, puisqu’il n’y a pas d’enjeux. Les médias ignorent pratiquement NDA. La différence est que ce dernier demande la sortie de l’euro et c’est une faute impardonnable, rédhibitoire. Les médias et l’élitocratie savent à qui donner la parole.
            JLM joue l’épouvantail, fait peur, mais cautionne le système : l’euro, les nouvelles guerres coloniales etc.
            quant à sa colère, personnellement je n’y vois plus qu’un show. Je l’ai crue au début, plus de tout maintenant.


          • FRIDA FRIDA 27 mars 2013 22:31

            a@doslu

            « encore une bisounours « prout-prout » »

            Comment appelle-t-on déjà ceux qui sont forts juste en parole, mais rien en action ?????

            Mélenchon est fort en gueule. La langue bien aiguisée mais en action il n’est rien. Se coucher devant Hollande est une illustration de sa pusillanimité. De quoi avait-il peur ???? Pensez-vous que la France serait pire que maintenant ???
            Le problème de Mélenchon, c’est qu’il ne se distancie pas des certains faits et certaines personnes. On ne vote pas contre quelqu’un, on vote parce que l’on est convaincu par un programme et on adhère à un projet.
             Ceux qui ont voté contre Sarkozy vont devoir aussi voter la prochaine fois contre Hollande. Mais à quoi rime donc le vote si finalement il n’apporte rien de concret....
            Est-ce que Mélenchon est capable d’appeler à une grève générale, et entre dans un bras de fer avec le gouvernement ?? de mobiliser comme l’a fait ceux de la manifestation pour tous ???

            s’il n’est pas un prout prout, qu’il agisse et demande à tous les déshérités, les pauvres, les chômeurs, les précaires, les stagiaires, les jeunes les retraités etc de manifester leur dégoût de cette Europe, de cette politique ?? pourquoi n’appelle-t-il pas à la désobéissance civile ??? où sont-elles les réactions révolutionnaires, lui qui n’arrête pas de parler de révolution citoyenne ???
            Il est encore dans le système qui fait un bras d’honneur aux gens.

            Et bien, prout prout est bien le qualificatif qui convient son show.


          • Dany romantique 27 mars 2013 11:39

            Mélenchon qui était à 9% dans les sondages de la pré-campagne a enclenché l’enthousiasme par sa radicalité sociale. Ce faisant il est monté à 17 % en janvier et il représentait une lueur qui changeait de la social-démocratie capitularde. 

            Il y avait un segment d’électeurs à conquérir, un positionnement en symétrie et non en crispation idéologique. 
            Mais quelle mouche le piqua pour ensuite tourner ses attaques sur le FN ?? 
            Au lieu d’essayer de séduire l’électorat populaire dans sa globalité il l’a divisé par principe en blancheur idéologique en braquant les ouvriers/employés qu’il n’avait pas en totalité. On connait le résultat : il tombe à 13% au premier tour, puis il se fait passer une seconde couche en allant croiser le fer « front contre front » à Henin Beaumont, commune ouvrière. 
            Les ouvriers employés qui soufrent de la mondialisation n’ont pas pour obsession l’exégèse en idéologie, d’un programme chimiquement pur. Ils pouvaient-êtres séduits par Mélenchon dès l’instant ou ils n’étaient pas caricaturés comme de mauvais français. 
            Mélenchon s’est cru tout permis avec un ton méprisant et il a créé un schisme sur le vote populaire potentiel...
            Le FN c’est quoi en 2013 ? ce sont ses dirigeants canal historique ou se sont ses électeurs ? Voilà la seule question qui vaille.
             Il a donc manqué de discernement dans sa stratégie pour capter ceux qui subissent la crise. Pour le reste, faire chorus avec Mme Marisot et NKM qui ont écrit un livre à charge sur le FN les gens ne comprennent plus,, car les motivations du patronat c’est effectivement de créer la pression sur les salaires par une concurrence, ce que Marx appelait l’armée de réserve du capital.
            En outre, critiquer l’U.E. mais faire confiance à la Commission pour rester dans l’Europe et donc dans l’Euro est une chymére. Une quadrature du cercle sachant que les instances ne permettent pas de promouvoir une Europe dite« sociale ». Au contraire, ils combattent le modèle social français. Cette Europe fait perdre toute souveraineté à la France. Il n’y a pas de solution à l’intérieur. La BCE veille au grain et se soumettra toujours aux marchés financiers. Ce qu’a compris Hollande qui ne peut qu’abdiquer et signe le pacte budgétaire.
            Ca n’était pas prévisible ?...  
              
             

            • egos 27 mars 2013 14:12

              @Dany très romantique

              « Le FN c’est quoi en 2013 ? ce sont ses dirigeants canal historique ou se sont ses électeurs ? »

              acceptez une suggestion : la base militante du FN

              scp marquées « fonctions d’autorité » petit patronat rude et volontier délocalisateur, des profils insoupçonnés
              une idéologie exempte de toute équivoque

              rien ne vous interdit ni oblige à pratiquer la méthode de l’observateur participant,
              talk a walk on ...
              au risque d’être surpris ou séduit


            • Dany romantique 27 mars 2013 14:43

              Dans les 18 % qui votent FN ils seraient petits patrons idéologues ultra droite ? il y en a une part, comme à droite et au PS. Mais je crois que la composition sociologique à changer avec une majorité de gens du peuple et qui subissent la crise. Ils ne sont pas idéologues.

              Il est vrai que l’appareil FN draine des anti-communistes primaires style Mc Carthy 1953 non révisé, des ex-Occident, ex-OAS, des royalistes, Action Francaise, ect... On le sait.
              Mais justement il est tant de récupérer les gens qui ont été délaissés, par la social démocratie libérale, les bobo. Donc je parle des électeurs qui se sentent abandonnés par la gauche.
              Et il ne sert à rien de les mépriser. Encore moins de les braquer. le FDG est-il un parti élitiste ?...!
              C’est l’analyse que je partage avec Christophe Guilly et Jean Claude Michéa, qui me parlent plus que JL Mélenchon qui est myope. 
              Venant de la classe ouvrière du 93 quinze ans à la CGT, pas de leçons à recevoir en paternité révolutionnaire. 
              Bonne lutte et
              chacun sa quête camarade !....

            • egos 27 mars 2013 15:14

              La sustance de la base militante du FN est violente, déterminée, radicale, en concurrence à la domination des castes du nwo, sa nature et ses objectifs identiques mais confictuels renvoient à une qproblématique d’échelle, d’identité ancrée, de répartition des profits

              Son électorat demeure conscient de sa condition, de son futur prévisible et de son abandon par la social démocratie libérale, des implications du vote FN, en cela il n’apparait pas récupérable aux idéaux de gauche.

              Tina, monter sur le ring, rendre coup pour coup


            • Dany romantique 27 mars 2013 17:16

              Je vais préciser car il manque ce point en effet : je n’envisage en rien une stratégie d’alliance, avec l’appareil FN. Ce que je pense c’est qu’il faut porter les coups à ceux qui profitent du système, y compris les élites soit disant de gauche du PS.qui gèrent loyalement les affaires du grand capital et de la bourgeoisie. Taper sur la droite dure la vraie, celle de Minc, Madelin, Attali, et même de Bayrou, qui est un héritier de Raymond Barre, qui veut nous faire payer la note(la Dette) en nous culpabilisant.

              Il faut éclairer plutôt que mépriser les électeurs FN qui sont des délaissés de la mondialisation, Il faut jouer collectif avec le petit peuple qui a peur du mot communiste, fruit de la propagande atlantiste qui propose l’habillage démocratique pour faire passer la régression des acquis sociaux au profit de la concurrence déloyale des peuples entre eux, via l’U.E. et l’Euro.
              Ces gens sont maltraités, mal vus, sans chapelle. Ils sont déstabilisés par l’immigration qu’ils jugent responsable d’une crise identitaire qui se rajoute au chômage. Un pays que plus personne ne reconnait. 
              Faire ressortir les points forts et ne pas céder à la haine (F Haine).
              J’ai manifesté plus que souvent contre Le Pen mais j’entendais des slogans F comme fasciste et et N comme nazi. Ridicule, non ? C’est un piège qui se substitue à la lutte des classes. Ensuite Chirac passe avec 82 % de votes ? beau boulot ! 
              Il faut séduire plutôt que démolir. Les convictions cela se forgent. En suite..les gens feront des choix. 
              Donc fédérer le peuple plutôt que de tomber dans la vindicte contre 80% des votants du grand machin électoral.. Lorsque la droite, la vraie , celle du capital, voit Méluch invectiver 90% de son temps Marine c’est cool pour l’UMP....Les affaires continuent ! 
               

            • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 27 mars 2013 17:26

              Dans l’ Oise, il semble qu’une bonne partie des voix du PS et du FdG du premier tour se soient reportées sur le Front National.

              Le message n’est pas que les gens deviennent fachos, c’est qu’ils sont désespérés par la politique de la gauche et de la droite....


            • FRIDA FRIDA 27 mars 2013 22:39

              @Dany romantique

              Merci bien pour vos commentaires. Vous avez bien expliqué les erreurs stratégiques qui ont fait perdre et feront perdre Mélenchon.


            • Dany romantique 27 mars 2013 23:52

              @ Frida C’est moi qui salut votre courage politique.

              Mon analyse est simple : la lutte est celle du Peuple contre les Elites.
               La notion gauche contre droite est un logiciel dépassé.
              Bien entendu il ne s’agit pas de réduire à « draguer » par opportunité les gens qui votent FN. 
              et pas plus qu’une stratégie d’alliance avec ce parti : c’est tellement évident !!
              Mais pas de mépris avec une classe de déshérités qui globalement est à la même enseigne.
              Il faut donc choisir les vrais cibles, c’est à dire les partisans du traité européen, qui acceptent une mondialisation concurrentielle déloyale.
              Et qui nous enfument 

            • gabougab gabougab 30 mars 2013 05:12

              Mélenchon ne« voulait » pas gagner en 2012 son équipe n’était pas assez charpenté et les électeurs l’on compris, ni même à Hennin pour une tribune, force est de constaté qu’il est le meilleur opposant au salopard de pingouin en chef à ce jour, et cela lui a évité toute compromission avec ce Gvt.

              « Cela se passera entre moi et eux(FN) » Toutes les digues sont tomber ds l’Oise : Les électeurs socialistes (et de droites républiquaines)l’ont montré jusqu’a voter non à la VI°Rque ds ce climat de scandales d’état.
              ET, comme par hasard, le FDG prononce le divorce après la séparation de corps......................Sachant que les socialos ont plus à perdre que les PC et PG en vue des municipale. ON LACHE RIEN.
              Strategie perdante ? Non !

            • gabougab gabougab 30 mars 2013 05:20

              NB : V° pas VI°


            • DanielD2 DanielD2 27 mars 2013 11:45

              " L’idéal serait d’arriver à un équilibre (souvent précaire) qui donne l’impression à chaque partie de ne pas être lésée dans ses droits les plus importants. « 

              Exact. Tant qu’on exagère pas, qu’il y ait des riches et des pauvres est une chose tout à fait normal et il n’y a pas de raison de vouloir » tout prendre aux riches ", c’est un réflexe matérialiste de jaloux, et la plupart des gens aimeraient vaguement être à leur place ( loto ) sans animosité ni confiscation. Cracher sur les riches n’est pas populaire, ce qui étonne toujours les gochos.


              • FRIDA FRIDA 27 mars 2013 22:47

                @DanielD2

                « Cracher sur les riches n’est pas populaire, ce qui étonne toujours les gochos »

                Vous avez raison. Tous le monde n’a pas l’âme révolutionnaire et communiste. Il fait garder à l’esprit la diversité des archétypes psychologiques et de composer avec le plus commun. Vouloir changer l’état d’esprit des gens est effrayant, il conduit à la dictature et à l’arbitraire. Il fait se faire une raison que l’humain n’est pas parfait.


              • focalix focalix 27 mars 2013 11:50

                La tradition de Jaurès sur le fond, le verbe de Léon Daudet sur a forme, cela ne colle pas du tout.
                Mélenchon virerait-il populiste ?


                • foufouille foufouille 27 mars 2013 12:02

                  ses erreus, ce sont ses off, avec marine, rachida, hortefeux
                  son salaire de 6k€
                  le diner de GQ
                  griller, le merle


                  • doslu doslu 27 mars 2013 19:49

                    fou fouille merde ?pauv naze


                  • 1984 27 mars 2013 21:41

                    C’est tout comme arguments Doslu ?


                  • jaja jaja 27 mars 2013 12:02

                    @ l’auteur : " Les sondages et les études sociologiques nous enseignent que les pauvres ne font pas confiance, en tout cas ne donnent pas leur voix, à des gens qui parlent de leurs problèmes et les invitent à ce révolter. Parce que beaucoup ne veulent pas et ne souhaitent pas le faire "

                    Les pauvres sont surtout enfumés par des bateleurs de foire qui leur promettent la lune. Alors quand on leur dit qu’eux seuls pourront changer les choses et que toujours leurs sauveurs suprêmes les rouleront dans la farine... beaucoup préfèrent l’ignorer... ce qui a au moins à leurs yeux le mérite de ne pas les obliger à agir eux-mêmes et donc à risquer de se créer de sérieux ennuis avec leurs patrons ou avec les autorités.....

                    Un vrai discours de lutte attire certains mais en repousse beaucoup plus dans les périodes où la majorité des opprimés croient encore en la parole des démagogues politiciens professionnels de tous poils et de toutes couleurs qui les ont pourtant déja tant trahis mais qui les assurent qu’ils ont changé..

                    Qui peut y croire ? Et bien hélas beaucoup de gens....


                    • Jean Valjean Jean Valjean 27 mars 2013 22:26

                      JC Michéa explique très bien cela, les pauvres comme vous dites sont attachés à des valeurs traditionnelles que la gauche « progressiste » a totalement abandonnée et même méprise, tandis que la droite fait mine d’incarner encore ces valeurs traditionnelles.
                      -
                      « Les pauvres » ne sont pas si enfumés que cela, ils comprennent très bien que la gauche (du PS à l’extrème gauche) obsédée par un progrès et un hypothétique sens de l’histoire les a totalement abandonnés, il n’est plus question de lutte des classes, ou de combattre le patronat, mais de « progrès » sociétal (anti-racisme, mariage Gay, droit de vote des étrangers, art contemporain...)
                      -
                      Le peuple constate l’empressement et l’énergie avec lequel cette gauche s’est activée pour faire passer le maiage Gay, qui ne les concerne pas et avec quelle lâcheté cette gauche libérale a trahi la défense du peuple en abandonnant tous les combats sociaux.
                      -
                      Mélenchon est totalement formaté par cette gauche et des décennies passées au PS, il ne peut se défaire des ces dogmes gauchisants tels que ’l’anti-racisme" et la haine de la nation et son attachement à une union Européenne totalement corrompue, ça ne passe pas auprès du peuple, mais il ne veut pas le voir.
                      Il était bien parti dans son combat contre la finance et l’oligarchie Européenne, mais il a été rattrapé par son obsession du combat contre le FN qui a fini par le discréditer totalement...


                    • jaja jaja 27 mars 2013 22:38

                      Michéa est profondément réactionnaire et dire comme lui que la lutte de classe est abandonnée par l’extrême gauche est risible. Michéa est un ancien du PCF regrettant l’ère Marchais, cette époque qui caractérise justement l’abandon de la lutte des classes par le PCF au profit de valeurs bourgeoises et nationalistes comme le fameux « Produisons français » où la lutte contre l’immigration dérapant sur la lutte contre les immigrés avec l’affaire du bulldozer de Vitry....

                      lire au sujet de Michéa lire :

                      http://www.lherbentrelespaves.fr/michea.html


                    • FRIDA FRIDA 27 mars 2013 22:58

                      @Jean Valjean

                      Je rejoins votre commentaire.
                      Et j’ajoute que l’on peut faire beaucoup contre le racisme et contre la xénophobie s’il l’on contribue à créer un climat social apaisé.
                      Certaines voix s’élèvent contre l’entêtement pour appliquer encore et encore l’austérité qui plonge de plus en plus les gens dans la haine. Quand les gens sont dans le désespoir et la frustration, il est mal venu de leur parler fraternité et amour, un ou deux pourront se laisser avoir, mais pas la majorité qui n’aura de cesse que de vouloir faire payer les responsables, à commencer par les plus accessibles (les pauvres, les étrangers etc)


                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 27 mars 2013 23:00

                      Jaja ,arrete de lire les « au sujet de Michéa » et lis le dans le texte ...
                      Allez,salutations ,j’taime bien quand meme ...


                    • Jean Valjean Jean Valjean 27 mars 2013 23:08

                      « Michéa est profondément réactionnaire »’
                      LOL, la sentence est tombée, Michéa est réactionnaire...  smiley Un réactionnaire est une personne qui voudrait revenir à l’ancien régime, donc le terme est inapproprié, à la rigueur vous auriez pu utiliser le terme conservateur, puisqu’il se définit à l’instar d’Orwell comme « Anarchiste Conservateur » ce qui constitue une boutade.

                      « l’abandon de la lutte des classes par le PCF
                       »
                      Cet abandon s’est clairement produit de manière brutale vers 83 sous le rêgne de Mitterand,
                      que vient faire le PCF de Marchais là dedans ???

                      Quand à votre lien un peu de mise en page ne ferait pas de mal dans ce pavé indigeste et illisible.
                      L’auteur n’a vraisemblablement pas lu « le complexe d’Orphée » puisqu’il reste coincé sur le titre et se répands en explications aussi vaseuses que pédantes au sujet du Mythe d’Orphée...

                      Michéa déplais à toute cette gauche bourgeoise et ceux qui œuvrent consciemment ou inconciemment pour ce libéralisme culturel, quoi de plus normal ?

                      Bulldozer de Vitry : et si le PCF avait raison ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

FRIDA

FRIDA
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès