Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mémoire de l’esclavage ?

Mémoire de l’esclavage ?

Le 10 mai dernier, la France a consacré pour la première fois une journée complète à la commémoration de l’abolition de l’esclavage. Au cours de toute la journée, différentes manifestations ont eu lieu partout au pays. Les politiciens et les hommes publics ont rappelé ce qu’était l’esclavage et les conséquences de la traite négrière en Europe, en Amérique et en Afrique.

Entre autres, une plaque pour rappeler le départ des bateaux négriers a été inaugurée aux bords de la Garonne, à Bordeaux. Dans son discours, le député-maire de Bordeaux a affirmé que « cet acte de réparation permet de rappeler qu’il existe une corrélation directe entre la traite d’esclaves et le racisme ». Sur le coup de l’émotion, le maire a probablement un peu exagéré dans ses propos en inversant les choses. C’est le constat de l’existence du racisme envers les Afro-descendants français et des anciennes colonies françaises dans les Antilles qui nous montre que le passé est encore très présent, et que des réparations seraient nécessaires, même s’il s’agit, dans ce cas, de réparations morales, car une plaque et une journée commémoratives ne sont pas encore suffisantes pour réparer les torts causés par ce commerce en Afrique et dans les Amériques. Malgré les aspects positifs de l’organisation d’une telle journée, il me semble qu’on a insisté très peu sur les liens entre l’esclavage et le colonialisme, ou encore sur les aboutissements futurs d’un programme de promotion de la mémoire de l’esclavage.

Juste deux jours après la tenue de la journée, je regarde sur TV 5 Canada le documentaire "Esclaves d’hier et d’aujourd’hui" diffusé dans le cadre du programme Thalassa de TV3. La première partie du documentaire était consacrée aux ports négriers européens, dont Bordeaux et Liverpool. On met l’accent sur le fait que ces villes ont été bâties et se sont enrichies grâce aux capitaux générés par la traite négrière. Si à Bordeaux, les autorités locales ne veulent pas lier le passé de la ville à la traite d’esclaves, à Liverpool la situation est différente. Le documentaire met en valeur un guide touristique descendant d’esclaves qui fait la visite de la ville en montrant combien la mémoire de la traite se trouve partout, y compris dans l’architecture monumentale de la ville, dont les bas-reliefs des bâtiments représentent des bateaux négriers. De même, on montre l’exposition sur la traite transatlantique au Merseyside Maritime Museum, qui bientôt fera partie de l’International Slavery Museum. Ce nouveau musée sera inauguré le 23 août 2007, journée du souvenir de l’esclavage qui commémore non seulement les deux cents ans de l’abolition de la traite britannique, mais aussi le bicentenaire de l’indépendance d’Haïti.

Après cette première partie qui mettait en valeur la mémoire de l’esclavage en Grande-Bretagne, mais pas en France, une autre partie du documentaire a été consacrée à Aimé Césaire. Toutefois, le reste de l’émission se tourne vers l’Afrique. On montre les esclaves affranchis, devenus colons au Libéria au XIXe siècle. Dans cette partie du documentaire, on n’oublie pas de rappeler la responsabilité des descendants des colons dans la guerre civile qui a lieu au pays dans les années 1990. Par la suite, on se tourne vers le Ghana, où l’on montre les enfants esclaves d’aujourd’hui. Or, si les réalisateurs n’ont pas insisté pour obtenir des témoignages de descendants des négriers qui vivent encore aujourd’hui à Bordeaux, au Ghana ils ne se gênent pas pour aller chercher des enfants esclaves dans le marché de la ville, afin de les montrer à la caméra. Malgré les bonnes intentions des réalisateurs et la nécessité de montrer beaucoup plus sur ce sujet à la télévision, en regardant ce documentaire on relève plusieurs points problématiques. En premier, on reste avec l’image que l’esclavage et le colonialisme ne sont pas liés, et que la situation actuelle de l’Afrique n’a pas de rapport avec des siècles de traite d’esclaves. En second, on montre d’anciennes colonies britanniques en Afrique, mais pas les anciennes colonies françaises. En troisième, en mettant l’accent sur l’esclavage des enfants au Ghana, on laisse entendre que l’esclavage a été une affaire entre Africains, et qu’aujourd’hui il existe encore des enfants esclaves dont les maîtres sont des Africains !

L’abolition de l’esclavage est commémorée au Brésil le 13 mai. A la différence de la France et des États-Unis, l’esclavage y a été aboli en 1888, une année avant la proclamation de la République, car jusque-là le pays était encore une monarchie. Pour les Afro-descendants brésiliens, il n’y a rien à commémorer. Même s’ils constituent 45 % de la population du Brésil, leurs conditions de vie continuent d’être très différentes de celles des Blancs.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • Antoine (---.---.20.34) 15 mai 2006 11:54

    allez, je vais jetter un pavé ds la mare.

    Lors du Grand Dérangement au Canada, il s’est fallu de peu que certains anglais ne changent certains colons français en sous-hommes.

    Nous ne finirons jamais de pleurer sur l’Histoire et la liste pourrait être longue, d’autant que l’histoire humaine dure depuis un bon moment déjà.

    Le Canada est une colonie qui a réussi et les Etats-Unis aussi comme quoi à quelque chose malheur est bon (Je suis cynique là, mais cela sert mon propos).


    • Antoine (---.---.20.34) 15 mai 2006 11:58

      S’il le fallait, la Terre ne serait que couverte de monuments à la mémoire des injustices et de ceux qui les ont vécues à leurs dépends.

      La raison voudrait que dans un sursaut de solidarité mondiale on en fasse la reconnaissance définitive en se disant : « Plus jamais cela ».

      Tiens j’ai déjà entendu cela kelkepart.


    • marie (---.---.122.250) 15 mai 2006 12:40

      l eslavage c est pas on le vais moi je vote contre l escalage


      • Bulgroz (---.---.21.208) 15 mai 2006 12:42

        Je n’ai pas bien saisi le sens de votre article, Miss Ana Lucia :
        - en quoi le député maire de Bordeaux a t il inversé les choses dans la phrase que vous citez ?
        - vous estimez qu’une plaque et des réparations morales ne sont pas suffisantes, que souhaitez vous encore et de plus ?
        - vous regrettez que Thalassa ne soit pas allé recueillir des témoignages de descendants de négriers, cela me semble tout à fait burlesque, quel est l’intérêt qu’un arrière arrière arrière petit enfant nous conte ses éventuels état d’âme ? Pensez vous sérieusement, qu’un tel descendant puisse se sentir comptable de quoi que soit sur le sujet ? Il se trouve que mon voisin a un trisaïeul esclavagiste (il approvisionnait en biscuits et boites de coca les navires en partance pour le triangle négrier), que voulez qu’on lui fasse : une sévère admonestation, une réprimande, une amende, un procès, la perte de ses droits civiques ?
        - vous insistez, enfin, sur la nécessité de lier colonialisme et traite des noirs ? Pourriez-vous nous indiquer en quoi cela fait il avancer les schmilblick ?
        - pour terminer, ce commentaire énigmatique «  en mettant l’accent sur l’esclavage des enfants au Ghana, on laisse entendre que l’esclavage a été une affaire entre Africains, et qu’aujourd’hui il existe encore des enfants esclaves dont les maîtres sont des Africains ! » Mais ce n’est pas cela qu’on laisse entendre, l‘esclavage EST une affaire entre Africains.


        • Antoine (---.---.20.34) 15 mai 2006 12:59

          Comme l’on remarque assez bien, les gens du nouveau monde sont aujourd’hui les censeurs de leurs racines historiques, ces censeurs là, curieusement, sont issus de populations européennes immigrées. Ils ont crée de nouveaux états, de nouvelles organisations selon une dynamique incomparable et dans l’esprit de leur temps. Bien souvent emporté par leurs convictions vitales, ils ont fait l’histoire, aujourd’hui ils interrogent l’histoire. Parfois, je me demande s’ils ne poussent pas leur réflexion à trouver une culpabilité qui faudrait imputer aux contrées qu’ils ont quittées et que celles-ci et leurs habitants devraient ces jours ci, s’excuser à leur place ?


        • cunécondé (---.---.250.3) 16 mai 2006 15:30

          De qui parlez vous ???? L’esclave a profité avant tout a l’europe et aux européens trop contents de sucrer leurs cafés et de souligner l’etendue de leurs territoires...Pourquoi cherchez vous a refaire l’histoire ??? On n’accuse pas les actuelles civilisations mais juste leur hypocrisie historique...Le prestige de l’europe en prend-il trop du coup ?


        • MDV (---.---.13.194) 16 mai 2006 19:11

          « L’esclavage a profité AVANT TOUT aux Européens ... »

          C’est quand même curieux que certains s’entêtent à considérer les 1200 ans de trafic négrier mené par les peuples arabo-musulmans comme une aimable période touristique ...

          Ces pratiques perdurent d’ailleurs aujourd’hui sans que les pays mis à l’index (Yémen, Arabie Saoudite, etc ...) s’en sentent coupables. Le refrain des gens comme vous, Cunécondé, devient alors : "Les pauvres ! il faut les comprendre ! ce sont leurs coutumes ! Il ne faut pas les brusquer ... etc ... etc ...

          Pour info, je vous rappelle que, lorsque les Français (puisque vous les détestez tant, autant les citer, eux) ont débarqué au Maroc, ils y ont trouvé des esclaves qui, tous, n’étaient pas noirs, loin s’en faut !

          Alors, vous repasserez avec votre culpabilisation à outrance qui ne prouve rien du tout et qui risque de provoquer un de ces jours un fameux retour de bâton pour ceux qui l’auront préconisée à tort et à travers.

          Cordialement :

          MDV ;O)

          PS : j’ai noté qu’on n’a pas non plus évoqué les colonies portugaises - ben oui ... Pourtant ... ;o)


        • Jojo2 (---.---.158.64) 15 mai 2006 13:14

          « on laisse entendre que l’esclavage a été une affaire entre Africains, et qu’aujourd’hui il existe encore des enfants esclaves dont les maîtres sont des Africains ! »

          Mais c’est le cas !


          • cunécondé (---.---.250.3) 16 mai 2006 15:44

            serait-on entrain de justifier la traite du coté européen en pointant du doigt les africains ??? Meme s’il y a toujours eu cette tradition en afrique et au moyen orient, cela ne rentrera jamais dans le cadre de l’exploitation, du deracinement et deniement entier de la personne qu’on a eu aux 16eme, 17eme, 18eme et 19 eme siecles !!!!! Il faut comprendre que l’esclave n’avait pas de statut social c-a-d pas n’ayant ni salaire, ni famille...perdant toute identité jusqu’a la langue maternelle.....appelé plus couramment comme objet marchand...cela rentrait t-il dans le cours d’une tradition européenne ou plutot dans le cours des echanges mercantiles ????


          • Ana Lucia Araujo 16 mai 2006 15:55

            Ils sont juste des TROLLS, des provocateurs, qui n’ont rien à faire dans la vie et viennent ici dire des bêtises. On ne doit plus répondre. Comme on dit en bon portugais (je le traduis) : « on n’amplifie la voix des imbéciles ! »


          • TschÜss Troll[Sciavo] = mot en langue suedoise (---.---.115.129) 16 mai 2006 16:11

            Vous n’etes pas du tout une femme courageuse. Votre « Non-dits » parlent sur l’actualite a Sao Paulo beaucoup plus que Votres pieces Portugaises en litterature qui me semblent un parois ecclesiastique pour Vous proteger de la realite cotidienne de l’esclavage contemporainne en Bresil[a Blumenau, Rio[Minas Gerais/Gran Chaco inclus]].


          • Ana Lucia Araujo 16 mai 2006 19:22

            Le texte ne porte pas sur l’esclavage au Brésil, alors si vous voulez faire des relations avec différents endroits et époques vous êtes libre pour le faire et je suis libre pour répondre ou pas.


          • Gentilniais (---.---.84.212) 15 mai 2006 14:37

            Le colonialisme et l’esclavage sont bel et bien liés, puisque le premier a mis fin au second.

            L’histoire est compliquée. Elle n’a pas de morale simple. Ces commémorations n’ont donc pas grand sens.


            • Antoine (---.---.20.34) 15 mai 2006 15:12

              Exact !


            • RAMSAY (---.---.143.226) 15 mai 2006 17:40

              « Le colonialisme a mis fin à l’esclavage »

              Effectivement et, de plus, il a su utiliser ce fait comme écran à d’autres pratiques (le travail forcé dans les exploitations forestières à la fin XIX°/début XX°) qui n’avaient parfois rien à lui envier.

              Je me souviens de l’image d’Epinal dans nos livres d’histoire « Savorgnan De Brazza ôtant leurs chaînes aux esclaves » alors que, quelques mois plus tard et à quelques kilomètres de là, on couperait les mains de ceux qui ne rapporteraient pas assez de caoutchouc..

              L’esclavage et le colonialisme sont tous deux odieux..

              RAMSAY


            • RAMSAY (---.---.143.226) 15 mai 2006 17:41

              « Le colonialisme a mis fin à l’esclavage »

              Effectivement et, de plus, il a su utiliser ce fait comme écran à d’autres pratiques (le travail forcé dans les exploitations forestières à la fin XIX°/début XX°) qui n’avaient parfois rien à lui envier.

              Je me souviens de l’image d’Epinal dans nos livres d’histoire « Savorgnan De Brazza ôtant leurs chaînes aux esclaves » alors que, quelques mois plus tard et à quelques kilomètres de là, on couperait les mains de ceux qui ne rapporteraient pas assez de caoutchouc..

              L’esclavage et le colonialisme sont tous deux odieux..

              RAMSAY


            • cunécondé (---.---.250.3) 16 mai 2006 15:46

              Vous pensez que le colonialisme est terminé... ?? Je vois que le monde est encore plein de naifs


            • DANIEL (---.---.176.68) 15 mai 2006 19:56

              L’esclavage négrier est , et a toujours été une affaire africaine . Car ce sont bien les africains qui ont vendu d’autres africains aux arabes et occidentaux.

              0n ne peut pas refaire l’histoire, mais il est évident que si les africains avaient résisté de maniére forte et cohérente la traite aurait trés vite cessée ou n’aurait pas connu cette ampleur. Il faut d’ailleurs noter que certains africains ont résisté, se sont battu et ont perdu.Parce qu’il n’y avait pas d’unité autour d’eux.

              L’esclavage existe toujours en Afrique. La vraie question : que font les Africains contre cet esclavage ?

              Aujourd’hui on commémore , on demande réparation, des « comités théodule »et des associations bidons ou simplement racistes demandent déjà des millions en dédommageamment...

              Lamentable... Mais il y a pire. Nombre de ces « organisations » organisent le pillage et la falsification de l’Histoire. De nombreuses archives ont été détournées, cachées , trafiquées depuis quelques années ... Le but de ces opérations : masquer entre autres la responsabilité des noirs africains dans la traite. Ainsi des archives de Bordeaux et de Nantes portant sur la comptabilité de navires négriers ont , aprés avoir été « cédées » par l’état à des « assciations noires » , disparues tout ou partie...Car les comptes faisaient aparaitre les prix payés aux peuples africains fournisseurs...Idem aussi les disparitions de noms d’acheteurs noirs martiquais ou haitiens ...Eh oui les noirs afranchis des DOM etéient aussi esclavagistes... Comme d’ailleurs les héros noirs Dessaline ou Christophe....

              Enfin la lecture qui est faite de l’histoire des traites dans les écoles à l’occasion de la commémoration est parlante : sur la brochure remis à ma fille je lis que les traites négriéres commencent au 16 éme siécle. Révélateur.Il s’agit surtout de ne pas vexer nos amis arabes qui esclavagisent depuis le 7éme siécle. Qu’est ce qu’on ne ferait pas pour gagner 3 voix aux élections....

              Au final il s’agit essentiellement de stigmatiser les blancs, forcement coupables....

              Quant à la colonisation elle a été l’aboutissement logique de la lutte contre l’esclavage.... Et tout a été foiré lamentablement...

              Ceux qui pleurnichent sur notre soi disant responsabilité dans l’esclavage africain devrait lire l’histoire de la colonisation du Congo Belge. Ils y verraient que ce sont les militants abolitionnistes (les belles âmes de l’époque) qui ont incité le roi Léopold à colonisé le Congo pour en finir avec la traite...Léopold l’a fait : plus d’esclavage, mais une des colonisations les plus effroyables de l’époque...

              C’est aux africains d’en finir avec leur esclavage : pas à nous. Nous ne sommes pas légitimes ni « experts » dans ce combat, qui doit être le leur.

              Quand ils en auront fini avec celà ils pourront aussi avoir leur jour de commémoration où ils pourront se repentir du sort qu’ils ont reserve à leurs congeneres : 4O millions d’africains, leurs compatriotes qu’ils auront vendu aux négriers blancs et arabes. Et sans doute des centaines de millions d’autres de leurs compatriotes mis dans les chaines par leurs propres fréres dans leur propre pays.


              • Antoine (---.---.20.34) 15 mai 2006 20:05

                mmmhhhh faut nuancer quand mme un peu...

                « Ceux qui pleurnichent sur notre soi disant responsabilité dans l’esclavage africain devrait lire l’histoire de la colonisation du Congo Belge. Ils y verraient que ce sont les militants abolitionnistes (les belles âmes de l’époque) qui ont incité le roi Léopold à colonisé le Congo pour en finir avec la traite...Léopold l’a fait : plus d’esclavage, mais une des colonisations les plus effroyables de l’époque... »

                Il est vrai que ds l’histoire du Congo belge des militaires belges ont combattu les négriers arabes (l’esclavage existait tjrs en effet en Afrique centrale) et que quelques de ces militaires belge ont été tué ds ces combats.

                Il y avait aussi les raisons économiques du temps qui ont poussé ce roi a se créer un second royaume.


              • Bulgroz (---.---.34.116) 15 mai 2006 20:07

                trés bon commentaire, il s’agirait maintenant que Mme Ana Lucia nous réponde.


              • (---.---.160.169) 15 mai 2006 20:59

                Un peu de rigueur s’il vous plaît. 1885 : création de l’Etat indépendant du Congo qui est la propriété personnelle de Leopold II, par ailleurs, roi des Belges.

                1908 : le roi Leopold II lègue, à sa mort, l’Etat du Congo à la Belgique, qui se fait tirer l’oreille pour l’accepter.

                Tout cela pour dire que la Belgique n’a jamais voulu d’une colonie qui lui a été largement imposée par les circonstances...Cela explique qu’en 1960, la Belgique ait accordé dans la précipitation l’indépendance au Congo, dont le peuple belge ne voulait pas.....


              • cunécondé (---.---.250.3) 16 mai 2006 16:14

                C’est qu’on est suceptible en europe !!! L’empire perd de son prestige...l’histoire est l’histoire certes...sans oublier le fait que les historiens de ces temps etaient tous europeens...les africains ont vendus des africains vrai..les africains auraient du etre plus unis vrai...mais qu’on ne justifie l’esclavage a cause de cela...il faut arreter de passer de la creme sur la laideur des evenements...contre une forte artillerie quelle est la force de hachettes et de couteaux... ?...fort desequilibre n’est ce pas quand les expeditions surprenaient les populations ?...des noirs possedant des esclaves certes..combien ???? des humanistes francais tres hypocrites j’en connais plein !!!! et puisque l’esclavage est une histoire africaine pourquoi ne pas arreter de depouiller ce continent ???? pourquoi baisser les yeux quand dans des dites civilisations avancées les gens se battent pour survivre ? Et quand le tourisme sexuel est en explosion ? Qui montrer du doigt pour le non respect des droits de l’homme ??? l’afrique ne serait pas la seule candidate !!!


              • Ana Lucia Araujo (---.---.138.148) 15 mai 2006 20:19

                Bonjour,

                Je ne compte pas répondre chacun des commentaires, manque de temps. Oui, nous savons que les Africains ont participé au commerce d’esclaves. Toutefois cela ne doit pas servir à soulager ou à minimiser la responsabilité des pays européens et américains dans la traite.

                Lorsque la France met en place une journée pour commémorer l’abolition elle ne le fait pas pour mettre en valeur le rôle des Africains, mais le rôle de la France et de l’Europe . Si aujourd’hui, plusieurs historiens africains, dont Felix Iroko, questionnent la pertinence de la mise en place des réparations des torts causés par la traite, il demeure quand même que ceux qui ont le plus gagné avec ce commerce sont les pays européens comme la Grande-Bretagne et la France. Montrer le travail des enfants esclaves au Ghana (ex-colonie britannique) et oublier de parler de la situation des anciennes colonies françaises de l’Afrique francophone me semble une grande lacune. Dans le même ordre d’idées, on montre l’esclavage des enfants comme si cela n’était pas lié au passé colonial du Ghana, l’un des pays les plus pauvres de l’Afrique. Il suffit de comparer pour comprendre qui a le plus bénéficié de ce commerce, si l’Europe ou l’Afrique.


                • (---.---.123.107) 15 mai 2006 20:23

                  Si réparations il devrait y avoir ce serait envers les descendants des esclaves (USA, Brésil, etc..) et pas envers les pays africains où se trouvent les descendants des vendeurs d’esclaves... Non ?


                • DANIEL (---.---.176.68) 15 mai 2006 21:00

                  Non les Aficains n’ont pas « participé » comme vous dites : ils on été le moteur, l’acteur essentiel, de la traite. Ils en ont été les inventeurs. Que dans cette ruine de l’âme ils aient entrainé des Arabes et des Européens animés par la cupidité et la bêtise est une autre histoire.

                  A rapprocher , pour ce qui concerne l’Occident et l’Amérique de l’oeuvre missionnaire de Las Casas, qui pour ménager les Indiens a inviter ses compatriotes à importer la main d’oeuvre africaine. L’enfer est pavé de bonnes intentions.

                  Que mue par un masochisme vain et une ignorance crasse, la France « officielle » et une classe intellectuelle dévoyée ait voulu cette commémoration en ne mettant en cause que la France dans la traite, c’est un fait. Qu’il faille s’en réjouir , j’en doute.

                  La sacralisation du mensonge, les vérités officielles dont la moindre contestation est punie d’ostracisme ou de prison,l’imbecillité érigée en systéme de pensée sont évidemment des évidences d’actualité , les signes de la gouvernance de la société de notre temps....

                  Et une menace pour l’avenir....Car même en cachant les preuves, en déchirant les livres de bord des négriers, même en mentant aux enfants, la vérité finira bien par revoir le jour....

                  Car ce n’est pas l’esclavage qui a fait le fortune de la France, ni celle de Nantes ou de Bordeaux. C’est le travail, le commerce,l’industrie ....Là dedans l’esclavage ne représente qu’un part minime du patrimoine (à peine 0,05 % ...Et encore en comptant large....Et s’il n’y avait pas eu l’esclavage nos commerçants auraient commercé autre chose).


                • Ana Lucia Araujo (---.---.138.148) 15 mai 2006 20:36

                  C’est difficile de prendre une position sur qui doit avoir accès aux réparations car d’une part celles-ci peuvent être de plusieurs ordres (morales, financières) et d’autre part, il faut décider qui va avoir accès aux réparations. Si dans ici dans les commentaires vous jugez que les pays africains où se trouvent « les descendents des vendeurs d’esclaves » ne doivent pas avoir accès à des réparations, au Brésil, cette question est loin de faire l’unanimité, car il y a bien de gens qui pensent (à tort) que le pays est une grande démocratie raciale. Il faut faire attention avant de généraliser et dire que tous les Africains sont des descendants de vendeurs d’esclaves. Mettre la responsabilité sur le dos de l’Afrique devient une façon facile de ne pas regarder les conséquences de la traite aujourd’hui (dont le racisme)et de fermer les yeux à la responsabilité européenne et même américaine.


                  • Bulgroz (---.---.34.116) 15 mai 2006 20:45

                    Ana Lucia,

                    Ouf j’ai eu peur, je pensais que les indemnisatioons étaient à verser de suite, si vous ne savez pas à qui il faut les verser, c’est grave car comment peut on concevoir le principe de l’indemnisation si on ne sait pas qui a été lésé ?

                    Parlez en aux compagnies d’assurances !!

                    Une suggestion : que le Canada verse immédiatement ces indemnisations à qui elle veut, on régularisera plus tard !!


                  • DANIEL (---.---.176.68) 15 mai 2006 21:06

                    Et mettre toute le responsabilité de l’esclavage sur le dos de l’Europe,n’est ce pas une maniére de mentir et de masquer la réalité de la responsabilité écrasante des Africains dans la traite négriére ?


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 15 mai 2006 20:50

                    La mémoire du servage, et la mémoire de l’exploitation des ouvriers au XIXe siècle, elles aussi exigent réparation et indemnisation. Sans oublier les homos, qui peuvent exiger des réparations à la fois de l’Etat et de l’Eglise.

                    Voilà qui ne va pas arranger la dette de l’Etat ...


                    • Ana Lucia Araujo (---.---.138.148) 15 mai 2006 20:55

                      Monsieur Bulgroz gardez vos provocations et écrivez vous même un article défendant vos propos.

                      Si vous avez bien lu mon article il ne porte pas sur la question des réparations. Ce n’est pas à moi de dire qui doit être indemnisé ou pas et à quelle mesure. Mon rôle est d’alimenter le débat.


                      • Ana Lucia Araujo (---.---.138.148) 15 mai 2006 21:26

                        Non Daniel, pas l’acteur essentiel. Certains royaumes africains étaient des acteurs mais ce commerce a pu se faire grâce aux Européens qui transportaient les esclaves, qui les achetaient en échange des marchandises. Parmi les Africains il y a de bourreaux et il y a des victimes. Les victimes de la traite ont été plus nombreuses que ceux qui ont vendu leurs confrères (bien des fois des prisonniers de guerre). Bien sûr qu’il faut regarder les différents acteurs du commerce, mais si je mis l’accent sur la participation des pays européens, c’est parce qu’on essaie d’inverser les choses.

                        Bulgroz : Je n’ai pas aucune obligation de répondre à des questions qui me sont adressées de manière si grossière. Il y a des régles dans un débat, est la première est le respect pour l’autrui.


                        • Bulgroz (---.---.34.116) 15 mai 2006 21:33

                          Madame Ana Lucia,

                          J’ai posé fort civilement quelques questions et nous n’avez pas répondu, il n’y pas lieu d’agresser les gens ainsi.

                          Le principe d’Agoravox est ainsi, quelqu’un écrit et on réagit.

                          Voici pour mémoire mes questions :

                          Je n’ai pas bien saisi le sens de votre article, Miss Ana Lucia : en quoi le député maire de Bordeaux a t il inversé les choses dans la phrase que vous citez ? vous estimez qu’une plaque et des réparations morales ne sont pas suffisantes, que souhaitez vous encore et de plus ? vous regrettez que Thalassa ne soit pas allé recueillir des témoignages de descendants de négriers, cela me semble tout à fait burlesque, quel est l’intérêt qu’un arrière arrière arrière petit enfant nous conte ses éventuels état d’âme ? Pensez vous sérieusement, qu’un tel descendant puisse se sentir comptable de quoi que soit sur le sujet ? Il se trouve que mon voisin a un trisaïeul esclavagiste (il approvisionnait en biscuits et boites de coca les navires en partance pour le triangle négrier), que voulez qu’on lui fasse : une sévère admonestation, une réprimande, une amende, un procès, la perte de ses droits civiques ? vous insistez, enfin, sur la nécessité de lier colonialisme et traite des noirs ? Pourriez-vous nous indiquer en quoi cela fait il avancer les schmilblick ? pour terminer, ce commentaire énigmatique « en mettant l’accent sur l’esclavage des enfants au Ghana, on laisse entendre que l’esclavage a été une affaire entre Africains, et qu’aujourd’hui il existe encore des enfants esclaves dont les maîtres sont des Africains ! » Mais ce n’est pas cela qu’on laisse entendre, l‘esclavage EST une affaire entre Africains.


                        • Ana Lucia Araujo (---.---.138.148) 15 mai 2006 21:44

                          Vous avez fait trois commentaires, dont deux sont grossiers.

                          En premier. Ce n’est pas l’acte de réparations qui permet de constater l’existence de racisme, mais le contraire.

                          En second. Non je considère que juste des monuments ne sont pas suffisants, lorsque à l’intérieur même des certaines nations on nie encore l’existence du racisme et du passé esclavagiste (France, Brésil, etc.)

                          En troisième. Oui je considère que les descendants des négriers ont des choses à dire. En Afrique par exemple, j’ai eu l’occasion de les rencontrer. Il s’agit pas de faire des réprimandes, mais de demander ce qu’ils en pensent sur ce sujet, d’autant plus qu’on est en train de construire des monuments dans leurs propres villes.

                          En quatrième, l’esclavage n’a pas été JUSTE une affaire entre Africains. Les commerçants d’esclaves étaient des Européens et des Américains principalement. Les maîtres d’esclaves dans les Amériques étaient eux aussi des Blancs.


                          • Daniel Milan (---.---.168.153) 15 mai 2006 21:55

                            Nous ne manquons pas, effectivement, de descendants de négriers, et ils ont conservé une même mentalité !


                          • Jojo2 (---.---.157.225) 15 mai 2006 22:16

                            que de gras

                            « Non je considère que juste des monuments ne sont pas suffisants, lorsque à l’intérieur même des certaines nations on nie encore l’existence du racisme et du passé esclavagiste (France, Brésil, etc.) »

                            Alors on fait quoi ?


                          • (---.---.160.169) 15 mai 2006 22:00

                            Cette dame a raté beaucoup de commentaires. Rappelons lui brièvement que l’esclavage est très ancien. Les chimois, les anciens Egyptiens, les Grecs, les Romains, les Arabes, les Amérindiens, les Français, les Anglais, les Américains,les noirs africains, etc... ont tous pratiqué l’esclavage. Au cours des 500 dernières années, les occidentaux n’ont pas fait mieux ( ou pire) que les Arabes, les Turcs, ou les noirs esclavagistes qui fournissaient la matière première. Je suis d’accord pour une journée nationale contre lescavage, mais pas une journée limitée à l’esclavage pratiqué par les occidentaux. Dans de nombreux pays africains, l’esclavage existe encore, il n’a d’ailleurs été déclaré illégal en Arabie Saoudite qu’en 1963 et en Mauritanie en 1981... Bref, pas d’auto flagellation pour les occidentaux....


                            • Ana Lucia Araujo (---.---.138.148) 15 mai 2006 22:08

                              La journée visait à mettre en valeur la mémoire de l’esclavage et la traite des esclaves moderne, celle qui a fait déporter environ 10 millions d’Africains vers les Amériques. Si vous pensez que les « Occidentaux » n’ont pas fait pire. Apportez-nous des chiffres. Notamment les chiffres concernant le fait que les Amérindiens ont fait des esclaves.


                            • Bulgroz (---.---.34.116) 15 mai 2006 22:17

                              Oui 10 millions vers les Amériques, + 11 millions inter Afrique, +13 millions d’africains vers le maghreb, + 11 millions vers le moyen orient.


                            • Jojo2 (---.---.157.225) 15 mai 2006 22:18

                              Ben, si je comprends bien c’est le contraire de ce que vous affirmez plus haut... (en gros qu’on ignore l’existence de l’esclavage...)


                            • Bulgroz (---.---.34.116) 15 mai 2006 22:20

                              Madame Anna Lucia,

                              C’est donc bien cela que vous voulez dire ? :

                              C’est le racisme qui permet de constater la nécessité de mettre en place des réparations.

                              C’est bien cela ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès