Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Merci aux Grecs et à Syriza d’avoir démarré le printemps européen (...)

Merci aux Grecs et à Syriza d’avoir démarré le printemps européen !

Hier, après que des dirigeants européens indignes leur aient refusé de s’exprimer, puis fait pression pour qu’ils votent pour la majorité en place, le peuple grec a dit non, non à cette troïka et ces dirigeants qui les torturent pour rien. Ce faisant, ils envoient un immense message d’espoir à toute l’Europe.

La démocratie plus forte que l’UE
 
Le résultat des élections législatives grecques est un camouflet cinglant pour cette Union Européenne qui avait refusé à Papandréou le référendum qu’il souhaitait organiser sur le plan européen, puis qui avait cru bon exprimer de manière scandaleuse son choix pour ces élections. Le résultat des urnes est sans appel : Syriza obtient une très forte avance sur Nouvelle Démocratie et pourrait même obtenir la majorité absolue seul au Parlement, un score que peu imaginaient. Ce faisant, les politiques en échec de la troïka, du Pasok et de Nouvelle Démocratie subissent une défaite historique. Les Grecs ont dit non à la politique austéritaire inhumaine menée depuis 2010 et qui a totalement échouée.
 
Et ce résultat est doublement encourageant. Il montre que les peuples peuvent se réveiller quand ils ont un véhicule approprié pour renverser les partis en place qui ont échoué. Ce qui s’est passé en Grèce montre qu’il ne faut jamais se décourager de la démocratie. Tôt ou tard, elle finit par permettre de sortir de l’impasse dans laquelle de mauvais dirigeants mettent un pays. Mieux encore, nous allons comprendre dans les jours prochains que les électeurs grecs seuls peuvent tordre le bras de toute l’UE et obtenir ce que les dirigeants européens actuels refusaient d’accorder depuis près de 5 ans. Athènes va démontrer que la démocratie est plus forte que cette tour de Babel inhumaine et distante !
 
Vers un printemps européen ?

La renégociation des plans européens, la remontée du SMIC et la reconstruction du système de protection sociale grecque sont un immense message d’espoir pour des peuples mis à mal par des dirigeants perdus dans leurs délires idéologiques monstrueux. En optant pour Syriza, la Grèce suit la première l’exemple de l’Amérique Latine et elle opte pour Lula plus que Chavez, contrairement à ce que sous-entendent les idiots qui qualifient Syriza d’extrémiste. Cette victoire pourrait bien être la première des alternatifs et en préfigurer bien d’autres dans les années à venir. Après tout, l’alter ego de Syriza en Espagne, Podemos, semble en mesure de bouleverser le paysage politique dans quelques mois

Cette remise en cause de l’ADN monétariste, néolibérale et parfois autoritaire de cette Europe qui prétend trop souvent passer outre l’opinion des démocraties qui la composent est extrêmement rafraîchissant. Hier, la démocratie a repris ses droits, contre cette oligarchie toute puissante. J’ai tendance à penser que ce choc démocratique finira tôt ou tard par pousser les autres peuples à se révolter, et hâter le démontage de l’UE. Mais il ne faut pas sous-estimer la volonté de vivre de cette oligarchie ou des dirigeants qui se sont trop liés à ce projet fou pour l’abandonner aujourd’hui. Nul doute qu’ils seront prêts à de nombreux compromis pour sauver cette construction folle, y compris céder à Tsipras.

En tout cas, merci aux Grecs et à Syriza. Ce 25 janvier est un grand jour dans l’histoire des démocraties européennes, un jour où un peuple a repris son destin en mains, contre les injonctions d’oligarques devenus fous. Ce faisant, une fois encore, Athènes montre le chemin à suivre pour les peuples européens.


Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

100 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 26 janvier 2015 09:22

    « ...le peuple grec a dit non, non à cette troïka et ces dirigeants... »

    Redescendez sur terre, le « peuple grec », en l’occurrence, c’est à peine plus d’1 votant sur 3 et, sous réserve de la participation, 1 inscrit sur 4 environ, ça ne met pas en position de force pour tenir tête à Juncker-Merkel-Draghi-Lagarde.

    Et croyez bien que je le déplore, mais comme a dit Bossuet qui, manifestement, n’était pas de gauche :

    Le plus grand dérèglement de l’esprit, c’est de croire les choses parce qu’on veut qu’elles soient, et non parce qu’on a vu qu’elles sont en effet.


    • Brady 26 janvier 2015 15:40

      Alors que bizarrement, quand le FN s’autoproclame « premier parti de France », pour avoir remporté 1 suffrage exprimé sur 4, sur une élection où seul 4 électeurs sur 10 se sont déplacés, on vous entend moins relativiser les calculs...


    • César Castique César Castique 26 janvier 2015 20:18

      « ...on vous entend moins relativiser les calculs. »


      Vous devriez lire les phrases jusqu’au bout. Je dis que, sur la base des voix qu’il a récoltées, Tsipras ne sera pas en position de force pour négocier. 

      D’autant moins qu’il n’arrive même pas à 25 % des inscrits, et je me demande la gueule qu’il fera quand Schaeuble, ou Merkel, lui dira « N’oubliez pas que 76.8 % des Grecs n’ont pas voté pour vous ! »



    • Gauche Normale Gauche Normale 27 janvier 2015 10:52

      Eh bien, César, poursuivez le raisonnement de Brady jusqu’au bout, ne vous arrêtez pas à mi-chemin : le FN prétend « changer l’Europe », « Dire oui à la France, non à Bruxelles » et autres balivernes mais quelle tête fera-t-il lorsque les partis eurocrates assumés lui diront « N’oubliez pas que 90% des Français n’ont pas voté pour vous ! »


    • César Castique César Castique 27 janvier 2015 11:48

      « Dire oui à la France, non à Bruxelles »



      Dire « Non à Bruxelles », c’est un choix qui est proposé aux électeurs, ce n’est pas négocier avec qui que ce soit. Le FN n’a rien à demander, et ne peut menacer de rien, il n’a pas les nombres et le sait.


      "...quelle tête fera-t-il lorsque les partis eurocrates assumés lui diront « N’oubliez pas que 90% des Français n’ont pas voté pour vous ! »


      Il n’y aura aucune tête à faire, puisque l’euroracaille ne sera jamais en position de rétorquer cela. C’est Tsipras, pas Marine Le Pen, qui doit aller chez Merkel, la casquette à la main et le cartable au dos, comme il n’y a pas si longtemps, Renzi le Matamore cathodique.


      Une autre objection ?

    • Gauche Normale Gauche Normale 28 janvier 2015 15:09

      Non, non... Effectivement, un FN majoritaire parmi les euro-députés français n’a rien changé et ne changera rien. Mais je le savais déjà.


      Pour ce qui est de Tsipras, il n’a qu’à renverser le système capitaliste plutôt que de lui mendier quelque clémence.

    • Gabriel Gabriel 26 janvier 2015 09:45

      Je ne comprends pas ces vilains grecs qui votent contre une si belle Europe qui lèche le derrière des USA et qui affame ses peuples en les réduisant au chômage et à la misère. C’est à croire qu’ils ne veulent pas faire d’effort pour sauver le bénéfice des banques, c’est scandaleux, mais que fait la police ?


      • colza 26 janvier 2015 10:55

        Farpaitement !

        Ils sont si gentils à Bruxelles, c’est cruel de les chagriner ...

      • Poutine Skywalker 26 janvier 2015 16:35

        L’europe et les USA vont essayer de détruire ce gouvernement de gauche.


        La grece aura besoin d’aide militaire et d’argent.

        Il est vital pour la grece de demander à la russie d’installer des bases militaires EN SON SOL pour se protéger des USA et de negocier avec Gazprom pour les ressource snaturelles du pays.

      • Poutine Skywalker 26 janvier 2015 16:37

        La Russie est forte, plus forte que les USA.


        Son stock de têtes nucléaires est plus important. La grece se doit d’être portégé par le plus fort. C’est à dire la Russie.

        La grece fait partie de la novorussia. Comme en chrimée, son peuple reclame avec urgence le soutien de la mêre patrie Russe.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 janvier 2015 17:47

        Faut arrêter la vodka !!


      • zygzornifle zygzornifle 26 janvier 2015 09:45

        enfin un petit rayon de soleil vient de se frayer un chemin à travers la noirceur organisée par l’Europe ......


        • oncle archibald 26 janvier 2015 09:47

          Moi ce qui me scie c’est le discours de Monsieur Tsipras qui annonce tranquillement qu’il ne veut sortir ni de l’Euro ni de l’Europe mais qu’il ne veut pas tenir les engagements pris par la Grece. Genre moi je veux rouler sur l’autoroute mais je ne veux pas respecter le code de la route ni payer le péage et je t’emmerde alors qu’hier pour qu’on me donne les vingt sous dont j’avais besoin je métais engagé à être bien sage …


          Toujours la même vieille histoire : je veux le beurre, l’argent du beurre, et le sourire de la crémière en prime. Je trouve la crémière Merkel peu souriante, il m’étonnerait qu’elle lui dise embrassons nous folle ville. Et alors moi Français lambda, qui comme chacun de mes compatriotes du berceau à 110 ans a prêté si j’ai bien compris environ 600 Euros à la Grece pour qu’elle puisse payer ses fonctionnaires, j’ai vraiment mal au cul ! 

          L’Europe on en accepte les règles ou on la quitte ! Et si on doit en changer les règles ça n’est pas pour la Grece mais pour tout le monde …. et dans ces conditions je pense que ce sont les pays qui on fait les efforts pour s’en sortir à peu près qui vont la quitter l’Europe ...

          • Enabomber Enabomber 26 janvier 2015 09:55

            On vient de prêter 7500 euros chacun aux banquiers, alors on peut bien risquer 600 euros, non ?


          • Gauche Normale Gauche Normale 26 janvier 2015 10:50

            Les plans de « sauvetage » n’ont jamais été destinés à sauver la Grèce mais à sauver les profits des marchands d’armes, des banksters et des multinationales (françaises et allemandes notamment). À l’instar des guerres qui n’ont jamais été déclenchées pour instaurer la démocratie mais pour sauver les intérêts économiques.


            C’est en cela que le racket subi par les Grecs depuis plus de 5 ans est ultra-pervers : « si vous refusez la baisse de vos salaires et la destruction de vos services publics, alors nous ne donenrons pas d’argent aux escrocs qui vous ont mis dedans ! »

          • marc23 26 janvier 2015 11:30

            Moi ce qui me scie..dans ces conditions je pense que ce sont les pays qui on fait les efforts pour s’en sortir à peu près qui vont la quitter l’Europe ...


            Preuve éclatante que vous ne comprenez rien à rien. D’abord, ce ne sont pas les « pays » qui ont fait les efforts, mais leurs peuples , en particulier les Grecs. Ensuite, ça veut dire quoi cette exhortation stupide aux « pays riches » ( mais aux peuples appauvris" ) à quitter l’Europe ? L’UE, c’est leur coffre fort privé, à vos amis milliardaires !



          • oncle archibald 26 janvier 2015 11:47

            Les gouvernements de nombreux pays européens dont la France, l’Espagne, la Grece, et bien d’autres ont cru pouvoir endetter leurs administrés au delà du raisonnable. Personne ne les y a obligés et les électeurs étaient contents. Si une signature au bas d’un contrat veut encore dire quelque chose, il faudra bien rembourser ces emprunts dans des conditions qui devront sans doute être renégociées puisque les conditions actuelles ne conviennent pas. 


            Si les pays les plus « irresponsables » pensent pouvoir dicter leur loi aux pays qui ont compris plus vite qu’eux qu’il faudrait bien un jour arrêter d’emprunter et honorer la signature apposée au bas des contrats précédents c’est que le mot « contrat » ne veut plus rien dire. C’est donc le far-west qui est prévisible, chacun ses colts et en avant. C’est exactement le contraire d’une société à peu près ordonnée et un déclin de la civilisation. C’est d’ailleurs en général dans ces circonstances que les dictateurs font leur miel, voir l’Allemagne de 1933.

          • cyberfurax 26 janvier 2015 13:43

            bonjour,
            n’oublions tout de même pas que la seule entrée de la Grèce en Europe est le fait d’une escroquerie mise en place par.... Gogolman sach en or massif.
            Alors qu’on en.....le le banquier me laisse un tantinet froid.


          • Aldous Aldous 26 janvier 2015 15:04

            Archibald


            Dans les années 30, la Grèce, comme presque tout le continent, était gouvernée par un dictateur nationaliste et orthodoxe, Ioannis Metaxas. 

            Il a tenu tête aux fascistes seul avec Churchill, alors que la France avait capitulé et que tout le nord de l’Europe était Nazi. Grâce à lui, un autre dictateur, internationaliste et communiste, Staline, a eu le temps de préparer l’armée russe à l’invasion allemande et à la bloquer à Stalingrad.

            Comme quoi il faut arreter de simplifier les choses. La géopolitique n’est pas une affaire de bons sentiments et de bisous bisous.

            Sinon, vous pouvez continuer de croire au baratin officiel du « monde libre » qui aurait sauvé le monde de la barbarie nazie, et du coup ne rien comprendre aux rapports de cause à effet réels, par exemple pourquoi l’UE soutiens des nazis à Kiev et des égorgeurs en Syrie.

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 janvier 2015 09:57

            Je crois que vous rêvez debout.
            La dette grecque est détenue par la BCE et les Etats européens, et plus par les banques. Elle est détenue par nous, les contribuables européens.
            Si la Grèce fait défaut, les contribuables français en seront de 40 ou 50 milliards de leur poche.
            Où Hollande, qui soutient, dit-il Tsipras, va les trouver ?
            Tout ce que la Grèce pourra obtenir, c’est un étalement de sa dette dans le temps.


            Siryza hérite d’un pouvoir sans pouvoirs, d’une coquille vide.
            La quasi totalité des compétences a été transférée à la Commission européenne.

            Pour que la Grèce sorte du puits sans fond où l’UE l’a mise il faudrait que le gouvernement dispose des droits régaliens, sur la monnaie, les lois, la justice, les règles du commerce, les frontières, le contrôle des mouvements de capitaux, le budget, les choix économiques, l’agriculture et la pêche, et pouvoir éviter les mesures structurelles qu’on lui demande d’appliquer.
            Les Traités européens ont eu justement pour but d’enlever ces compétences aux Etats.

            Pour les retrouver, il faudrait sortir de l’ UE. Mais ne semble pas du tout en être question.
            Les ressources de la Grèce sont essentiellement le tourisme et l’ agriculture.
            En restant dans l’ UE, TAFTA va dévaster l’agriculture grecque comme les autres. .

            De quelles marges de manoeuvre peut bien disposer le nouveau gouvernement grec en restant dans l’ UE ? C’est la seule question à se poser.

            • colza 26 janvier 2015 11:03

              Assez d’accord avec vous, je crois que Tsipras si il est cohérent, devra sortir son pays de l’UE si celle-ci ne veut rien entendre.

              Pour les 40/50 milliards dus à la France, Hollande trouve bien 40 milliards et sans doute plus pour les entreprises, alors....
              Encore que j’ai une question : ces 40/50 milliards, c’est de l’argent qui ne rentrera pas et non de l’argent qu’on devra payer, non ?

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 janvier 2015 11:13

              colza,
              C’est de l’argent qui ne rentrera pas, et que nos impôts devront compenser.
              Les prêts faits à la Grèce ne sont pas arrivés jusqu’aux Grecs, les 2/3 ont été mis au service de la dette. « Où est passé l’argent des prêts faits à la Grèce ? »


            • nobody 26 janvier 2015 11:46

              @fifi


              totalement d’accord avec toi, de plus ne pas oublier que le défaut grec va peser aussi sur les autres pays malades des PIIGGS qui vont devoir prendre à leur compte leur quote-part du défaut Grec...il y a donc un risque de contagion...

              Par ailleurs il faut bien être conscient qu’aucun investisseur saint d’esprit n’est chargé en dette grecque depuis leur défaut précèdent (et encore moins les requins de la finance internationale), il est donc probable que la dette grecque soit aujourd’hui détenue en grande partie par des banques grecques, que le défaut de l’Etat entraînera celui des banques et que c’est donc les déposants (particuliers et entreprises) in fine qui vont devoir payer une bonne part de l’addition (bail IN)...

            • Alren Alren 26 janvier 2015 12:14
              Vous n’avez pas compris, Fifi Brind_acier que les milliards dont on parle c’est du « vent » ?
              Que les banques « prêtent » de l’argent qui n’existe pas et que par contre elles se font rembourser en valeur réelles, de l’argent tiré de la vent de produits ou services ayant une valeur réelle ?
              Quand on a effacé la dette de la RFA ( l’Allemagne capitaliste et encore massivement mais discrètement nazie) après la Seconde guerre mondiale dans le but unique qu’elle reste fermement anticommuniste (cf. le Verufverbot qui interdisait aux communistes d’exercer une fonction publique), quand on a effacé la dette de Sadam Hussein pour qu’il entre en guerre contre l’Iran, l’ennemi chiite de l’Arabie Saoudite et autres pétromonarchies, on n’a pas eu besoin de prélever de la valeur réelle sur les travailleurs (la seule source de production de cette valeur réelle).
              Il en sera de même pour la Grèce. Il suffira comme on dit pour l’Europe (mais pas les USA, comme de par hasard) de faire tourner la planche à billets
              Il faut que la Grèce martyrisée et humiliée par la ploutarchie rembourse sa dette mais pas les USA qui public et privé sont bien plus endettés et rembourse les échéances de prêt en Bons du Trésor US qui ne valent que tant que durera la fiction d’une économie saine.

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 janvier 2015 12:56

              Alren,
              Si, si j’ai très bien compris. Votre discours s’adresse à des pays souverains comme l’ Islande.
              Mais quand vous êtes dans l’UE, cette pompe à phynances, il n’en n’est pas de même.
              Et comme il n’est pas question de retour à la souveraineté...


            • jean-marc D jean-marc 26 janvier 2015 19:53

              Bonne analyse rapide. J’ajouterais quelques compléments :

              - où FH va t-il trouver les fonds ? Dans la poche du contribuable, comme d’habitude,c’est évident,
              - la Grèce va t-elle sortir de l’Europe ? non, car dans ce cas, Merkel va exiger le remboursement immédiat de sa dette (à priori),
              - la Grèce peut-elle demander soit l’effacement soit le différé ou la renégociation du plan de remboursement ? Non, car dans ce cas d’autres pays vont opter pour une démarche identique.
              Donc il me semble que ce gouvernement de gauche suivra le chemin de son prédécesseur.
              Cordialement,

            • jean-marc D jean-marc 26 janvier 2015 19:59

              Mon message 218 s’adressais à Fifi brin d’acier (oubli de ma part)


            • AlainV AlainV 26 janvier 2015 20:07

              Fifi,
              A son tour, l’Etat français peut faire défaut sur la dette, et donc ne pas payer la dette grecque, etc.
              Et qui sera lésé in fine ? le gros capital financier et tout le système financier pourri COS, CDS Aet subprimes).
              Le temps sera venu d’une refondation de la finance.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 janvier 2015 20:17

              Alain,
              Rêve ! Le seul moyen de contrer la finance, c’est de prendre des décisions régaliennes, et pour cela être un pays souverain. « Comment lutter contre les fonds vautours et l’impérialisme financier », actes du Colloque de Caracas, août 2014. mondialisation.ca.


            • howahkan howahkan Hotah 26 janvier 2015 10:53

              11 septembre 2001, nous étions tous ???? américains
              11 janvier 2015 ,nous étions tous ??? Charlie
              25 janvier 2015, je vois sur la pancarte : nous sommes tous des Grecs.... ???


              • oncle archibald 26 janvier 2015 11:10

                Moi c’est surtout le 6 Juin 1944 que je me suis senti américain ...


              • marc23 26 janvier 2015 11:41

                Moi c’est surtout le 6 Juin 1944 que je me suis senti américain ...


                 et pas en 41, quand les US ne bougeaient pas en espérant que Hitler gagnerait et détruirait l’URSS

              • Yoann Yoann 26 janvier 2015 12:08

                @oncle archibald
                Moi c’est surtout le 6 Juin 1944 que je me suis senti américain ...

                Oui le 6 juin 1944 a été un grand jour pour la libération de la France, MAIS :
                http://www.les-crises.fr/pourquoi-de-gaulle-refusa-t-il-toujours-de-commemorer-le-debarquement-du-6-juin/

                C’est marrant, en mai 1945, voilà ce que répondait les français :
                http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2014/06/sondage-nation-contribue-defaite-nazis.jpg

                Source du graphique :
                http://www.les-crises.fr/la-fabrique-du-cretin-defaite-nazis/

                La propagande hollywoodienne est passée par là ...


              • oncle archibald 26 janvier 2015 12:36

                Non Monsieur, ça n’est pas la propagande Hollywoodienne, ce sont mes parents qui m’ont raconté combien pour ma naissance, 16 jours après le fameux D Day, ils étaient contents de voir les Allemands repartir vers le Nord, de sentir que la guerre allait être bientôt finie, qu’Hitler serait défait, et toutes ces sortes de bonnes choses.


                Quant aux leçons d’histoire il me semble que l’URSS n’était pas tellement brillante au début de la guerre et à votre place je me serais abstenu de soulever ce problème. Les USA attendaient le moment d’entrer en guerre tandis que l’URSS signait un accord avec l’Allemagne.

                Le Pacte germano-soviétique ou Traité de non-agression entre l’Allemagne et l’Union soviétique (nom officiel) comprend les accords diplomatiques et militaires signés entre le IIIe Reich et l’URSS le 23 août 1939 au Kremlin àMoscou entre le ministre des Affaires étrangères de l’URSS, Viatcheslav Molotov, et celui du IIIe Reich, Joachim von Ribbentrop, en présence de Staline

              • Gauche Normale Gauche Normale 26 janvier 2015 14:45

                Sacré oncle archibald, toujours à s’aplatir devant le système, il suffit de voir ses posts ! Soutenir l’écrasement du peuple grec pour maintenir les profits d’une poignée de parasites, ne lui suffisait pas, il faut en plus qu’il nous rabâche la propagande américaine !


                Vous rétorquez à Yoann que l’URSS a signé un pacte avec l’Allemagne nazie mais quid du fait que les Soviétiques ont énormément morflé et se sont cognés la Wehrmacht : 26 millions de morts, bien supérieur aux nombre d’Américains tués. Américains qui ont eu la gentillesse d’attendre 5 ans que l’Europe se déchire et décline pour de bon avant de la « sauver ».

              • Poutine Skywalker 26 janvier 2015 16:31

                Bien sur que c’est de la propagande Hollywoodienne.


                Avec l’aide de la CIA, les USA ont refait l’histoire, sur le principe nazi qu’un mensonge répété 10 000 fois devient une véritée. Les USA, avec Adolfo Obama, qui soutiennent les nazis en Ukraine et en Syrie.

                Ce ne sont pas les USA qui ont libéré la France. Eux n’ont fait que bombarder les villes (Brest) e tles villages, causant des millions de morts à travers le Pays.
                Les USA ont collaboré avec Hittler jusqu’en 1942.

                C’est la Russie, qui a libéré la France.

                Les 20 Millions de morts parmis les soldats russes se sont battus pour libérer la Russie et la France.
                Mais cà, le slivres d’histoires le cachent, tronquant la réalité 

                Aprés le debarquement de de stalingrad , les forces allemandes ont du s’enfuir.

                Pour le reste, tout n’est que mensonges dans votre message.

                Il est temps pour vous d’ouvrir un livre d’histoire.



              • Trelawney Trelawney 26 janvier 2015 18:06

                Ce ne sont pas les USA qui ont libéré la France. Eux n’ont fait que bombarder les villes (Brest) et les villages, causant des millions de morts à travers le Pays......C’est la Russie, qui a libéré la France.

                Il me semble qu’à Saint Laurent sur mer au cimetière militaire, il y a plein de tombes avec des noms de soldats américains dessus. On m’aurait menti ? Pour ce qui est des victimes civils, je pense que le chiffre de 50 000 pour le bataille de Normandie et de 300000 pour toute la durée de la guerre est plus réaliste smiley

                Les 20 Millions de morts parmis les soldats russes. Dans l’armée Russe, il y a eu 8 millions de morts sur un effectif de 34 millions de soldats


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 janvier 2015 20:20

                Trelaway,
                Quand ils ont vu que les Russes allaient arriver à Berlin avant eux, ils se sont décidé à venir, ce n’est pas pour nos beaux yeux, mais pour nous coloniser. Cf l’histoire de l’ AMGOT"


              • joletaxi 26 janvier 2015 20:45

                l’histoire sur avox est toujours « récréative »

                Dites moi, et si le bon petit père du peuple n’avait pas fricoté avec l’autre moustachu, est-ce que celui-ci aurait envahi la Pologne, et dans la foulée la France ?

                Et si Moise avait tourné à gauche au lieu de tourner à droite ce jour là ?

                avox, un spectacle permanent

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès