Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mexique : archéologie d’une fraude annoncée

Mexique : archéologie d’une fraude annoncée

Bilan général du recompte des votes : un océan d’irrégularités, mais une seule tendance, dans tous les cas (sauf de très rares exceptions), le candidat de la droite, Felipe Calderon, a été avantagé lors du premier décompte...

Les anomalies pleuvent : urnes bourrées après la fermeture des bureaux de votes, urnes ouvertes entre le 2 juillet (date des élections) et le début du recomptage, sceaux brisés, cadenas qui ont sauté, bulletins perdus, en trop, en nombre insuffisant, listes nominales disparues, magistrats despotes. Bref, "name-it", comme disent-les anglos, si vous connaissez une technique de fraude, elle a été utilisée...

Le Periscope, blogue québécois rédigé à partir de Montréal, publie la nouvelle liste (jetez-y un coup d’oeil) des irrégularités recensées depuis jeudi, date où le re-dépouillement de 9% des urnes ordonné par le tribunal électoral (TRIFE) a débuté. Reste à voir de quelle façon le TRIFE cherchera à minimiser l’affaire... Par ailleurs, saviez-vous que :

  • Plus de 70 000 urnes (sur 130 000) comportent des erreurs arithmétiques.
  • Les irrégularités dans les listes électorales sont flagrantes (voir le point sur l’État de Guanajuato
  • Que Felipe Calderon, le "soi-disant" vainqueur de l’élection, fut témoin d’honneur au mariage de Carlos Ugalde, directeur de l’IFE et responsable du bon déroulement de l’élection du 2 juillet dernier [via Proceso]. Vous ne pouvez y croire, Carlos Ugalde (le président de l’IFE) le confirme lui même dans ce vidéo.
  • Et ce, sans compter les nombreuses autres irrégularités sur lesquelles je ne reviendrai pas ici (voir les billets et liens publiés depuis un mois).

Transparentes, ces élections ?

Pour plus d’informations : Le Periscope (en français), Hoypg , Sendero del Peje et Sendero de Fecal (en espagnol) suivent les évènements de près.

Voir aussi :

  • Le texte d’Emilie E. Joly intitulé "Les élections présidentielles mexicaines : parodie électorale ou tragédie démocratique ?, paru sur l’Observatoire des Amériques.
  • Le texte de James K. Galbraith qui analyse la fraude "cybernétique"

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • gerard.drouville (---.---.181.61) 14 août 2006 14:09

    Elections volées aux Usa, volées au Mexique...au suivant !


    • Cool Mel (---.---.52.47) 14 août 2006 16:34

      C’est parce que la gauche est trop honnête, qu’elle se fait voler lors des élections.

      « écroulé de rire » de chez « écroulé de rire »

      Allez vous rhabiller avec vos histoires de brigands. L’immense majorité des médiateux est acquise au « progressisme » le plus rétrograde - c’est l’université qui leur inculque les fadaises qu’ils croient - et on sait ce qu’ils vont affirmer bien avant de lire leur prose.

      En outre, s’il y a une chose dont on se fout royalement, c’est bien des tripatouillages électoraux des aztèques et assimilés.


      • Bulgroz (---.---.171.55) 14 août 2006 18:58

        Cool Mel,

        Non on s’en fout pas, le nouveau maire de Mexico, Marcelo Ebrard, qui est de même tendance politique que Lopez Obrador est descendant Français, a fait l’ENA et a son frère installé en France.

        et si nous avons un ami aux Amériques, c’est bien le Mexique.


      • Mr Pointu (---.---.74.202) 14 août 2006 20:21

        Pour Jesrad,

        Il y avait 693 « observateurs » internationaux pour surveiller plus de 130 000 urnes...

        Le recomptage c’est une chose, mais quand un très grand nombre des urnes - parfois 100 % des urnes dans un même district- ont été réouvertes entre le 2 juillet et la date du recompte on peut se permettre de douter de la validité du recompte.

        Je vous incite à consulter ce lien afin de prendre la mesure des nombreuses irrégularités recensées (et ce n’est pas une liste exhaustives...). Comment pouvez vous expliquer ces manipulations ? Comment expliquer que toutes les « erreurs » aillent dans le même sens ?

        http://hoypg.blogspot.com/2006/08/las-irregularidades-en-el-conteo.html

        À voir si vous demeurerez aussi convaincu.

        Par ailleurs, vous déformer les propos de M. Lopez Obrador. Celui-ci a insisté sur le fait que la fraude s’est faite « à l’ancienne », ce qui n’empêche pas qu’il semble bien y avoir eu une manipulation électronique...


      • Cool Mel (---.---.17.131) 17 août 2006 08:48

        « ...et si nous avons un ami aux Amériques, c’est bien le Mexique. »

        En politique étrangère, à quoi sert un ami qui n’a pas de pognon, pas d’armée crédible, pas de pétrole et des surplus de population qu’il est prêt à fourguer n’importe où ?


      • Jesrad 14 août 2006 19:00

        L’UE avait 80 observateurs, qui n’ont reporté aucune fraude lors de l’élection « de nature à affecter la transparence du processus de comptage ou impacter les résultats ».

        M. Obrador avait 55000 représentants sur le terrain, qui n’ont pas identifié de fraudes sur place. Le recomptage à Mexico a donné le même résultat que lors du premier comptage. Même M. Obrador a admis le 18 juillet qu’il n’y avait pas eu de fraude électronique (ou « cybernétique »). Donc, d’abord il accuse le PREP, qui n’est pas un compte officiel, puis il parle de fraude cybernétique, puis il se rétracte et parle de fraude massive mais conventionnelle, en dépit des observateurs qui étaient présents et ont signé les actes, et qu’aucun autre parti ne pense qu’il y a eu de fraude... Est-ce bien sérieux ?

        M. Obrador a déclaré qu’il suivrait l’avis de l’IFE, et quand l’IFE l’a donné perdant il a fait marche arrière et refusé d’admettre sa défaite. Il a déclaré qu’il y avait eu fraude à Salamanca, mais son propre représentant là-bas le contredit. Puis il accuse ses opposants d’avoir payé les officiels de Guanajuato, mais on découvre que c’est son parti à lui qui a payé ces gens, pour qu’ils soient présents, tout simplement. Et enfin il accuse le PAN d’avoir fraudé à Ciudad Valles et Guadalupe, mais son propre camp ne veut pas le suivre. Alors il se met carrément à parler de fraude massive. Il n’est pas crédible !

        Oui, il y a certainement eu des erreurs dûes à la simple incompétence des officiels, une élection c’est une opération compliquée. Non, il n’y a pas eu de fraude massive ni de vaste conspiration pour faire échouer M. Obrador.

        Le TRIFE a tranché objectivement, mais j’imagine que ça n’empêchera pas les agitateurs pro-Obrador de faire encore plus de bruit. Mauvais perdants.

        « Nous n’estimons pas fondée la demande de la Coalition pour que les voix soient recomptées dans la totalité des bureaux de vote installés pour l’élection du président de la République », a déclaré le président du Trife, Leonel Castillo.


        • Mr Pointu (---.---.239.73) 16 août 2006 00:59

          Hoy PG trace un bilan du recompte. Petit compte-rendu pour ceux qui ne lisent pas l’espagnol :

          29 % des urnes ont des votes « excédentaires » (total de 45 890 votes en trop)

          41 % des urnes ont des votes en moins (total de 80 392 votes)

          14 000 votes ont été enregistrés « par erreur » en faveur de Calderon.

          Tout cela sur un échantillon de 9,07 % des urnes et sans faire mention de celles - jusqu’à 100 % dans certains districts - qui ont été mystérieusement ouvertes (sceaux brisés, caisses ouvertes, parfois même billets dispersés sur le plancher) entre le jour des élections et le jour du recompte.

          Moins de 240 000 votes séparent les deux candidats.


        • Jesrad 16 août 2006 14:30

          Le journaleux qui a écrit ça ne sait pas additionner, et les votes « en trop » sont uniquement son erreur de calcul.

          Démonstration :

          L’auteur additionne toutes les voix attribuées à chaque candidat : cela fait un peu plus de 97%, car -surprise surprise !- il y a presque 3% de votes nuls ou blancs.

          Les 45000 voix qu’il croit être « en trop » sont simplement les votes blancs ou nuls, qu’il a oublié d’ajouter à son total !


        • Jesrad 16 août 2006 14:34

          Et pour les urnes ouvertes, il n’y a pas de mystère non plus, c’est une erreur de procédure de la part de l’IFE : d’un point de vue strictement légal, ce n’était pas à eux d’ouvrir les urnes, mais beaucoup de leurs inspecteurs n’étaient pas au courant. Ils ont confondu avoir la garde des urnes et avoir la garde des votes.


        • (---.---.49.62) 16 août 2006 14:42

          Très bonnes justifications, vous feriez un très bon homme politique !


        • Zamenhof (---.---.79.247) 16 août 2006 16:39

          Comment se fait-il que certains ne trouvent rien d’autre à dire que Obrador est un mauvais perdant, et les même qq moiq plus tôt ont ils dit M. Youchtchenko est un mauvais perdant ?

          Souvenez-vous : la presse comme un seul homme a pris le parti de Youchtchenko et dès le principe postulé qu’il avait effectivement victime d’ue fraude et soutenu ses réclamations.

          Qu’est-ce c’est que ces deux poids deux mesures ? Il y a qq de louche là-dessous. Ce n’est pas normal !


        • Jesrad 17 août 2006 17:21

          En Ukraine, les observateurs internationaux avaient constaté de nombreuses fraudes. Pas au Mexique.

          Lors du second tour de l’élection présidentielle qui s’est déroulé en Ukraine le 21 novembre, de nombreuses normes de l’OSCE et du Conseil de l’Europe, ainsi que d’autres standards européens relatifs aux élections démocratiques, n’ont pas été respectés. De même que lors du premier tour, les autorités gouvernementales et la Commission électorale centrale n’ont pas manifesté de réelle volonté d’organiser des élections véritablement démocratiques, a conclu la Mission internationale d’observation des élections dans une déclaration préliminaire publiée aujourd’hui.

          Source

          Les faits, mon cher, c’est ce qui fait toute la différence.

          D’ailleurs, si je m’insurge contre les allégations de fraude aux élections au Mexique, c’est qu’elles portent atteinte à la réputation d’un processus très au point, bien plus fiable que semblent vouloir l’admettre bien des étrangers qui se disent « Mexique ? Tiers-Monde, donc fraude ! », et peut-être même plus fiable que dans certain pays d’Amérique du Nord.


        • le doc (---.---.47.171) 15 août 2006 00:00

          Meme si c est bien le bordel sur Reforma : Viva el Peje !!!


          • (---.---.79.247) 16 août 2006 16:32

            Ah ! c’est bien d’avoir enfin des informations précises sur ces fameuses irrégularités, dont on n’arrêtait pas de nous parler sans jamais dire en quoi elles consistaient. Donc apparemment ça se confirme ! (et se précise). Avec des résultats comme ça il faut tout recompter.

            Ou ce qui serait encore mieux, annuler les élections et revoter, comme on a fait en Ukraine.


            • Juan Pueblo (---.---.85.23) 7 septembre 2006 20:10

              Bonjour, Comme tous ceux qui vivent au Mexique, déjà blasés, ou résistant vaillamment au véhément lavage de cerveau politique et médiatique, on peut trouver bizarre que les perdants n’ont pas autre chose que des « on-dit » à présenter. Les plaintes qui ont été déposées après les élections ont été étudiées. Qu’il y ait des erreurs arithmétiques, oui, tiens : allez voir sur le terrain ! Malgré tout, tous avaient des observateurs sur place de toutes facons ...

              En fait le défaut c’est qu’il y a un seul tour, qui fait qu’on peut être président avec 35% des voix des électeurs, belle majorité.

              Le citoyen est dégoûté par la « mediocracia » gouvernement par les media, mais qui fait penser aussi à : gouvernement des mediocres.

              Au Chiapas, la coalition du PRD a gagné pour quelques 3000 votes, on n’exige pas de recompter ? La désinformation prédomine. Beaucoup de mexicains ouvrent maintenant les yeux devant le triste spectacle de vulgarité pas du tout démocratique des perdants. La colère et la haine ont emporté les possibilités de discussion. S’ils continuent, même ceux qui votaient PRD vont commencer à tomber des nues.

              Le nouveau président par contre, assez gris et garant de la continuité qui existe depuis 3 sexennats n’est pas prêt à résoudre les problèmes du pays.

              D’ailleurs ca fait des années que les politiques ne font rien pour les résoudre, ils sont trop occupés à débattre entre eux, avec les media comme caisse de résonnance. Résultat : des millions de mexicains désespérés. Calderon ou AMLO ? Aucun ne fera de miracle.

              Un commentaire en passant, les grandes idées passent, les problèmes restent. Et les Mexicains savent que leur vie c’est la lutte de chaque jour pour s’en sortir, et qu’il est temps de participer enfin comme citoyens actifs, ce qui est le gage de la véritable démocratie. Le bonjour d’un étranger sans droit de vote.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès