Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Millénarisme, révolution et théorie du complot (2,5/3)

Millénarisme, révolution et théorie du complot (2,5/3)

Cet article « 2bis » constitue une forme d’addendum à l’épisode 2 « Millénarisme et révolution », en attendant le dernier épisode 3 « Millénarisme et théorie du complot ».

2 bis. Millénarisme, néoconservatisme et sionisme
 
1. Résumé des épisodes précédents
 
Comme détaillé dans cet article introductif, depuis le temps que je fréquente et, modestement, participe à Agoravox, j’ai été amené à faire quelques constations assez déroutantes à première vue sur la prolifération des « théories du complot » apocalyptiques qui semblent ressortir d’une même mentalité millénariste ; j’ai été également surpris de constater que cette tendance à voir de tels complots se retrouve de façon analogue dans les milieu d’extrême-droite : le « camp du mal » et le « camp du bien » différent, mais finalement le schéma mental est identique.
 
Ces constatations induisent à penser que, derrière le « symptôme » de la théorie du complot existe un phénomène social ou historique plus vaste et plus profond, dépassant les clivages politiques et idéologiques. Il faut donc pour le comprendre remonter à la racine du « conspirationnisme », de l’extrémisme et du millénarisme apocalyptique.
 
Nous avons vu dans la deuxième partie que le phénomène historique appelé « millénarisme » trouve son origine dans une interprétation littérale de l’Apocalypse de Saint Jean, selon lequel, à l’issu d’une ultime bataille, les armées du Christ triompheraient des forces du mal, prélude à l’instauration d’une ère de paix et de félicité pour une humanité « purifiée » de ses pêchés, le « Millenium », auquel succèdera enfin la « Fin des temps » et le règne éternel du Royaume de Dieu. Bien que déclarée hérésie par l’Eglise catholique, des courants millénaristes apocalyptiques et violents ont émaillé l’histoire du moyen-âge et de la renaissance européenne (Joachim de Flore, Taborites, Guerre des paysans de Thomas Münzer, Anabaptistes du Münster…), principalement en réaction à des bouleversements historiques ou économiques.
 
Dans le contexte des Lumières et de l’idéologie du « progrès continuel », la mentalité millénariste a pris la forme sécularisée de la « révolution », conduisant au déchainement totalitaire des jacobins en 1793, puis tout au long du XIXe siècle au travers des premières doctrines socialistes (notamment au moment de la Commune) et finalement marxistes (dont la généalogie avec les mouvements paysans millénaristes du moyen-âge est revendiquée par Engel et Marx eux-mêmes), ce qui conduira au début du XXeme siècle au communisme, à la Révolution Russe puis son rejeton Khmer Rouge. On retrouve également cette mentalité millénariste « d’extrême-gauche » à l’œuvre dans le mouvement de Mai 68 (comme en témoignent Debord, Vaneigem ou encore Sartre), et actuellement dans tout ce petit milieu de l’ « Ultragauche » qui appelle à l’ « insurrection ». Parallèlement, une version d’ « extrême-droite » du jacobinisme apparaît au moment de l’Affaire Dreyfuss, substituant dans une même structure millénariste les « races » aux « classes sociales ». Cette branche « cousine » s’incarnera en particulier dans le nazisme, dont la parenté commune avec le communisme a été analysée par de nombreux historiens et penseurs (Hanna Arendt, Adorno, Popper, Hayek…). Jacobins, communistes, nazis ou Khmers rouges, ces bouffées millénaristes se caractérisent par leur nature profondément totalitaire, caressant en particulier le fantasme d’un « homme nouveau », d’une humanité « purifiée ».
 
Plus pittoresque, un millénarisme « ésotérique » se développe à la fin du XIXe siècle (Théosophie, Golden Dawn …), autour des mythes des « Grands maîtres cachés », et que l’on retrouvera notamment dans l’ufologie radicale avec le « retour des Cosmonautes » ; des liens se forment entre cette mouvance « occultisme / soucoupiste » et le millénarisme d’extrême-droite, en particulier les Nazis, et encore aujourd’hui une frange de l’extrême-droite nostalgique du paganisme nord-européen. 
 
De façon parente avec cette branche « ésotérique », la mentalité millénariste se retrouve également d’une certaine façon dans le courant « New Age » qui aspire à transformer les individus par l’éveil spirituel et à changer ou « régénérer » l’humanité (mythe de l’Ere du Verseau). Par des ramifications qui mériteraient un article entier, on passe du New Age à une certaine forme d’écologie radicale que l’on retrouve en particulier à l’œuvre au GIEC.
 
Enfin, l’islamisme représente une autre forme de plus en plus voyante du millénarisme biblique (notamment autour du mythe chiite du « retour de l’Imam caché »), la religion musulmane étant d’ailleurs vraisemblablement née sous l’influence d’une secte millénariste judéo-chrétienne, les Esséniens, qui se considéraient comme le petit troupeau d’élus qui constitueront le noyau d’un Royaume du Christ imminent. Là encore, cette parenté « millénariste » explique les liens autrement incompréhensibles entre nazisme et islamisme, puis aujourd’hui entre islamisme, extrême-gauche et écologie radicale.
 
2. Principales critiques de l’article
 
L’article précédent a reçu un certain nombre de critiques dont la plupart se limitaient à des procès d’intention (propagande du « NWO », soutien du « système » etc.), voire à la grossièreté (je cite : « votre torchon contient un ramassis de conneries rarement atteint »), mais dont certaines m’ont paru mériter un certain travail d’approfondissement. La principale critique « constructive » portait sur le fait que l’article n’évoquait pas ce que mes contradicteurs présentaient comme la principale forme de millénarisme actuel, à savoir le néo-conservatisme américain et le sionisme israélien.
 
Effectivement, je n’avais pas abordé ce sujet, tout simplement parce que je ne l’avais pas rencontré au cours de mes recherches sur le millénarisme. En effet, le phénomène millénariste est le plus souvent évoqué et analysé au travers de ses manifestations « contestataires » ou « révolutionnaires », et beaucoup moins souvent lorsqu’il prend la forme d’un système établi et dominant, comme ont pu d’ailleurs l’être à leur époque le communisme russe et le nazisme allemand. 
 
Afin de ne pas me faire à nouveau suspecter de propager l’ « idéologie néoncons / sioniste », j’ai donc complété mes recherches et je vous propose, avant d’en arriver à la conclusion promise de cette série d’article (à savoir les liens entre millénarisme et théorie du complot), un petit addendum sur le sujet. Et tant pis pour ceux qui me conseillaient amicalement d’arrêter là les frais et de ne pas publier la troisième partie : ils auront non pas un, mais deux articles supplémentaires !
 
3. Néoconservatisme et millénarisme
 
Millénarisme et puritanisme
 
La conviction que l’Amérique est une nouvelle « Terre promise » à partir de laquelle allait s’étendre le règne universel du Christ a habité les premiers pionniers européens, protestants et puritains, qui importèrent avec eux la conviction messianique qu’ils constituaient une sorte de « peuple élu » ayant comme mission de réaliser enfin sur terre le royaume de Dieu. Le projet millénariste américain est ainsi née de l’image biblique de la « cité sur la colline » (a city on the hill) évoquée dans le sermon du très puritain John Winthrop selon lequel les américains forment « un peuple lié par un pacte avec Dieu ». Plus tard, Jonathan Edwards, initiateur du « grand réveil religieux » des années 1740-1744, déclara que « ce nouveau monde a probablement été découvert de nos jours pour que le nouvel et plus glorieux état de l’Église de Dieu sur terre puisse débuter ici et pour que Dieu y fasse commencer un nouveau monde spirituel, en créant les nouveaux cieux et la nouvelle terre. » Ce millénarisme américain s’incarne tout particulièrement dans la mouvance évangéliste consistant à prendre la Bible au pied de la lettre (et qui s’exprime en particulier dans la revendication des « créationnistes ») et à lire les événements historiques contemporains à la lumière des passages apocalyptiques.
 
L’histoire de l’Amérique devient ainsi l’histoire de la réalisation du « millenium » en marche, comme l’illustre l’utilisation même du mot « Révolution » pour qualifier le soulèvement des colonies contre la métropole anglaise de 1776. Les américains eux-mêmes s’identifient aux Hébreux de la Bible (auxquels seront plus particulièrement comparés les soldats tombés durant la guerre d’Indépendance), avec pour mission de construire la Nouvelle Jérusalem ; la Déclaration d’indépendance est associée (par exemple par David Austin) à la pierre qui, selon la prophétie de Daniel, se détache de la montagne pour remplir toute la terre, évènement à partir duquel les « mille ans de bonheur » allaient pouvoir commencer. Plus tard, la création d’Israël sera vue comme la pénultième étape avant l’Armaggedon (dont le retour des juifs en Palestine constitue une condition essentielle), ce qui explique les liens de soutien très fort de l’Amérique envers l’état d’Israël. Ce soutien n’est toutefois pas spécifique aux USA, et s’inscrit plus généralement dans le cadre de ce que l’on appelle parfois le « sionisme chrétien », dont le puritain anglais Cromwell, premier chef d’État à réclamer la création de l’État d’Israël au XVIIe siècle, constitue l’une des figures historiques (en fait, l’établissement de la république de Cromwell avait créé un contexte millénariste dans lequel beaucoup attendaient la Parousie et le retour glorieux de Jésus-Christ, lequel serait précédé par le rétablissement temporel du royaume d’Israël).
 
De cette mentalité millénariste américaine vont émerger deux tendances distinctes :
 
1. (i) D’un côté, les « pré-millénaristes », pour qui le monde est en voie de décadence et le Christ ne reviendra qu’une fois l’apocalypse réalisé : souvent repliés sur eux-mêmes, ces millénaristes apocalyptiques se préparent plus ou moins tranquillement à la fin du monde (Mormons ou Eglise des Saints du dernier jour, Adventistes, Témoins de Jéhovah…).
 
(ii)  (ii) De l’autre côté, les « post-millénaristes », qui croient au contraire que Jésus ne reviendra qu’une fois le royaume de Dieu sur terre réalisé par les hommes. De cette branche « active » dérivent deux courants étroitement liés à l’histoire des USA : d’un côté ceux qui se préparent à une transition pacifique et harmonieuse (et qui donnera naissance en particulier au New Age dont les adeptes vivent dans l’espérance de l’ère paradisiaque du Verseau), de l’autre côté ceux qui aspirent à réaliser immédiatement le Millenium (de façon analogue à la tendance « révolutionnaire » européenne déjà évoquée dans l’article précédent) : c’est de ce dernier rameau que dérivera la tendance « néoconservatrice » dont il sera question plus bas.
 
Comme tout bon messianiste manichéen, les millénaristes américains ont besoin d’un « Diable » contre lequel mener leur combat divin. En 1912, Theodore Roosevelt lança sa campagne de réélection avec le slogan « Nous sommes à Armaggedon et nous combattons pour le Seigneur ». Son successeur, Woodrow Wilson, invoquera l’impérieuse nécessité de lutter contre les « forces du mal » (incarnée à l’époque par l’Allemagne), thème que reprendront plus tard Ronald Reagan (qui baptisera d’ « Empire du mal » l’Union soviétique, que les millénaristes voyaient comme l’ « empire du nord » de l’apocalypse de Daniel), puis George W Bush (et son « Axe du mal ») ; Hitler, Staline, Sadam Hussein et Ben Laden (liste en cours d’actualisation…) prennent tour à tour les traits de l’Antéchrist tout-puissant et malfaisant qui ourdi dans l’ombre de sinistres complots contre les « combattants de la liberté »...
 
Millénarisme, démocratie et droits de l’homme
 
Pour les américains, pour des raisons historiques qu’il serait intéressant de développer (sans doute liées aux origines protestantes du puritanisme qui, au contraire des catholiques, considèrent l’enrichissement comme le signe de l’élection divine), le « royaume de Dieu » qu’ils pensent avoir pour mission de réaliser sur Terre prend la forme du système politique et économique de la « démocratie de marché », caractérisé par la démocratie et une conception très « libérale » des droits de l’homme. La Bible et la Constitution sont ainsi élevées au même rang de « textes sacrés », ce qui fait des Etats-Unis un curieux mélange de théocratie et de démocratie.
 
Les Etats-Unis s’imaginent avoir vocation à être reconnus comme la « nation-phare des droits de l’homme » et s’assignent la mission « d’exporter la démocratie et la liberté » partout dans le monde. L’appel à une « croisade » en faveur de la démocratie et de la liberté rejoint ainsi l’idée d’une nation élue dont l’ « évidente mission » (doctrine de la Manifest Destiny qui avait déjà servie à donner une justification morale à la conquête territoriale des terres indiennes et mexicaines) est de propager, au besoin par la force, le modèle économique et les valeurs américaines dans le monde.
 
Les Etats-Unis se considèrent finalement investis d’une mission millénariste : réaliser sur Terre une sorte de modèle du Bien, incarné dans le « modèle démocratique » américain, après avoir défait les forces du Mal, et œuvrer à l’avènement d’un avenir radieux pour l’humanité tout entière. Ce qui vaut pour l’Amérique (American way of live) vaut aussi pour le reste du monde, les intérêts du genre humain étant nécessairement identiques à ceux des Etats-Unis.
 
Ce véritable « prosélytisme » autour des concepts quasi-religieux de « démocratie », de « droits de l’homme » et d’ « économie de marché » pour soutenir une volonté impérialiste et, d’une certaine façon, totalitaire, a été brillamment été analysée par Alain de Benoist dans son ouvrage Aux delà des droits de l’homme.
 
Néoconservateur et millénarisme
 
Le mouvement du néo-conservatisme trouve son origine dans les années 70 au sein d’un petit cercle d’universitaires et d’activistes politiques démocrates, violemment anticommunistes et inspirés par la théorie du « centre vital » d’Arthur Schlesinger. Certains « papes » du néoconservatisme sont pourtant d’anciens trotskystes (Irving Kristol), tirant de leur parcours l’idée « révolutionnaire » qu’on peut changer le monde par des actions radicales (mais on évoque également la grande influence du philosophe Léo Strauss, théoricien du Droit naturel, lui-même disciple de Carl Schmitt, un temps très proche des Nazis…). En 1979, en réaction à de soi-disant « complots communistes », ces premiers néoconservateurs, alors plutôt proche du camp démocrate, fondent le Committee on the Present Danger (dont sera membre Ronald Reagan), qui milite pour une forte augmentation des dépenses militaires ; on y retrouve Richard Perle, Paul Wolfowitz, Elliott Abrams, Carl Gershman…
 
Une nouvelle génération de néoconservateurs se forme dans les années 80 (Paul Kagan, Francis Fukuyama…). Contestant la légitimité de l’ONU, ils voient dans le bloc soviétique une incarnation de l’« Empire du Mal », défendent inconditionnellement l’Etat d’Israël et commencent à se rapprocher du camp républicain. La fin de la guerre froide prive ces « Néocons » désormais républicains d’une partie de leurs arguments manichéens ; Fukuyama parle alors de la « fin de l’histoire » et de l’horizon indépassable que représente désormais le modèle de la démocratie libérale (développant également la théorie d’un « empire global »)… Mais la montée en puissance du « péril islamiste » et le 11 septembre 2001 ne va pas tarder à les remettre dans la course. Par ailleurs à cette époque, l’idée que l’Amérique, devenue la seule grande puissance mondiale depuis l’effondrement du système soviétique, doit s’occuper de tous les grands problèmes de la planète, va très vite prendre des allures de doctrine officielle (c’est à l’époque que Georges Bush inaugure l’expression d’un « nouvel ordre mondial » désormais unipolaire, qui alimentera par la suite d’innombrables « théories du complot » en le présentant comme un projet de nouveau régime mondial totalitaire…).
 
Sous Bush fils, les néoconservateurs s’imposent sur les représentants de la droite chrétienne, évangélique et morale, eux aussi très présents à la Maison-Blanche, mais aussi de l’aile « réaliste » du parti républicain, représentée par Colin Powell ou George Bush père. En 1997 est lancé le Project for a New American Century (PNAC), think-tank qui aura une grande influence sur la politique de George W Bush et dont l’objectif affiché est de faire du XXIe siècle un « nouveau siècle américain ». Parmi les fondateurs et membres du PNAC (« désactivé » en 2006) on retrouve Dick Cheney, Ronald Rumsfeld, Paul Wolfowitz, Richard Perle, Francis Fukuyama, James Woolsey (ancien directeur de la CIA), John Bolton (représentant des Etats-Unis à l’ONU)… L’inspiration millénariste et prosélyte du PNAC est clairement énoncé par Norman Podhoretz, l’un des « pères fondateur » du néo-conservatisme : « L’essence de notre pensée affirmait que l’Amérique incarnait une puissance de Bien dans le monde (…) nous soutenions un rôle actif de notre puissance sur les affaires du monde, afin de répandre la liberté et la démocratie partout où cela était possible. » Les productions de ce think-thank ont tout particulièrement contribué à l’émergence de l’idée d’un « inside job » à propos du 11 septembre 2001, et notamment un rapport dans lequel ils écrivent la fameuse phrase selon laquelle « le processus de transformation, même s’il apporte un changement révolutionnaire, sera probablement long en l’absence d’un événement catastrophique et catalyseur - comme un nouveau Pearl Harbor »...
Idéologiquement, les néoconservateurs incarnent l’ « aile dure » du courant post-millénariste selon lequel les Etats-Unis ont une mission messianique d’instaurer le royaume de dieu sur Terre. Ils font ainsi leurs l’idée selon laquelle les Etats-Unis ne sont pas une nation comme les autres, mais à la fois le pays de la « liberté » (land of the free) et une nation « indispensable » à l’ordre mondial des choses. Pour eux, la politique doit avoir pour seul but de réaliser ce « projet millénariste » dans le cadre d’une lutte du Bien contre le Mal ; dans ce combat eschatologique, et donc total, dans lequel ils incarnent le camp du Bien, les américains se placent nécessairement au-dessus des lois et du droit international, en particulier de l’ONU.
 
Néoconservateurs et terrorisme musulman
 
Finalement, la lutte actuelle que semblent mener les néoconservateurs contre le « terrorisme islamiste » ne fait qu’opposer deux courants millénaristes parfaitement symétriques : d’un côté ceux qui veulent convertir le monde à la « démocratie libérale », de l’autre ceux qui veulent convertir le monde à l’islam. Fondamentalement, Bush (et ses clones néocons) et Ben Laden (et ses clones fondamentalistes musulmans) appartiennent au même monde, celui du Bien et du Mal absolus, de la mobilisation totale au nom d’une divinité unique, au nom d’une idéologie à vocation totalitaire. Les uns parlent de « croisade » comme les autres parlent de « jihad » ; l’un et l’autre veulent mener une « guerre sainte » contre les « infidèles » et « mécréants », en fait tous ceux qui ne partagent pas leur façon de voir et contre lesquels tous les moyens peuvent être employés. Dans cette optique manichéenne, il n’y a pas de « troisième voie » possible : « qui n’est pas avec nous est contre nous ». Ces gens-là s’identifient à la seule humanité possible. Ils placent donc tout naturellement leurs ennemis hors de l’humanité.
 
4. Sionisme et millénarisme
 
Et bien là, j’avoue, au risque de me faire taxer de propagandiste sioniste, qu’après pas mal de recherches je suis moins convaincu. Si j’ai rencontré un grand nombre d’occurrences en tapant « néocons + millénarisme » sur les moteurs de recherche bien connus du Net, je n’ai à peu près rien récupéré de convaincant en tapant « sionisme + millénarisme » (à part des liens vers le « sionisme chrétien déjà évoqué plus haut, ou encore vers… mon dernier article sur Agoravox !) ou « juifs + millénarisme ». En fait, ce n’est qu’en tapant « rabbin + millénariste » que je suis arrivé à quelque éléments historiques tangibles...
 
Millénarisme et judaïsme
 
Certes, il existe une incontestable teinte millénariste dans le judaïsme (le mythe du « Peuple élu »…) ; la tradition juive connaît d’ailleurs elle aussi une référence au « millénaire », tirée surtout des textes talmudiques eux-mêmes inspirés d’un verset des Psaumes qui affirme qu’un "jour" de Dieu vaut 1000 ans. Toutefois, contrairement au christianisme ou à l’islam, le judaïsme n’a pas vraiment connu de « dérive millénariste » aussi significative que peuvent l’être le mouvement puritain, le chiisme ou l’islamisme actuel. On peut en particulier mentionner celle de Sabbataï Tsevi au XVIIe siècle, qui fut sévèrement condamné par sa communauté (il fut l’objet d’un « herem », équivalent de l’excommunication, et le « messie » autoproclamé, par dépit, finit par se convertir… à l’islam) et se entraîna en retour grande méfiance du judaïsme envers le messianisme.
 
Un certain « messianisme juif » persista au travers de mouvements Sabatéens minoritaires et dissidents, notamment celui de Jacob Franck en Europe orientale, qui se prétendait « nouveau Messie » et successeur de Sabbataï Tsevi, assurant à ses disciples qu’il avait reçu l’ordre du Ciel de se convertir au Christianisme pour accomplir la transition prophétique vers une future « religion Messianique » (il est tout particulièrement significatif de noter que certains « agents frankistes » participèrent activement à la Révolution Française, comme Moïse Dobruchka, qui devint Jacobin sous le nom de Junius Frey). A sa mort, les « Frankistes » éparpillés en Pologne et en Bohême se convertirent progressivement au catholicisme et le « culte » disparut sans laisser la moindre trace dans le judaïsme. On peut également mentionner le Hassadisme, doctrine des fidèles de Baal Shem Tov, qui, s’il est empreint d’un certain mysticisme, ne constitue toutefois pas un véritable messianisme.
 
Plus récemment, un sociologue comme Max Weber a formulé l’hypothèse du caractère potentiellement révolutionnaire de la tradition religieuse du judaïsme antique : pour l’auteur de L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, toute l’attitude envers la vie du judaïsme est déterminée par la conception d’une « révolution future d’ordre politique et sociale sous la conduite de Dieu » (Marx lui-même était juif par sa mère et petit-fils d’un Rabbin).
 
L’existence de courants ou dérives messianistes dans le judaïsme sévèrement condamnés par la communauté juive et restés très marginaux, voire même d’une possible influence « judéo-chrétienne » sur la formation du marxisme révolutionnaire, ne suffisent cependant pas à faire de la création de l’Etat d’Israël un « projet millénariste » en tant que tel.
 
Un « millénarisme sioniste » ?
 
La création d’Israël, du point de vue des Juifs, est avant tout un projet politique qui s’inscrit, certes, dans une perspective historique, voire biblique, de persécution et d’exode, mais dans laquelle je ne vois pas vraiment de programme millénariste et totalitaire comparable à celui des révolutionnaires communistes, des néoconservateurs américains ou des islamistes fondamentalistes. Certes, certains opposants d’Israël voient un côté « millénariste » dans la politique de colonisation des territoires palestiniens, ainsi que dans le rêve d’un état enfin sécurisé justifiant les mesures de « protection » les plus brutales et contestables.
 
Toutefois, contrairement aux communistes, aux islamistes ou aux néoconservateurs, on n’a pas vraiment l’impression que les israéliens, sortant de la seconde guerre mondiale et plus préoccupé de sécuriser leur état vis-à-vis de leurs voisins musulmans, se fatiguent à élaborer de complexes stratégies de domination mondiale pour établir l’équivalent d’une « dictature du prolétariat », d’un « Grand califat » ou d’un « Empire américain » ; ou qu’ils cherchent à « convertir » le reste du monde à leur idéologie (mais laquelle ? on ne se converti pas au judaïsme !) comme voudraient bien le faire néoconservateurs (démocratie libérale), islamistes et marxistes…
 
En fait, comme on l’a vu à propos du millénarisme américain, le « millénarisme sioniste » semble surtout le fait de chrétiens fondamentaux qui voient dans la création de l’Etat d’Israël un signe annonçant la venue imminente du millénium.
Mais, sur cet aspect, peut-être ma recherche a-t-elle été incomplète, et je serai reconnaissant à mes lecteurs, s’ils en ont, de compléter cet article par des liens utiles et pertinents allant dans le sens d’un « projet sioniste millénariste ». Dans tous les cas, merci de ne pas me traiter de « propagandiste sioniste » au seul motif que je ne les associe pas dans mon analyse du millénarisme !
 
Conclusion sur le millénarisme
 
En conclusion, cette recherche complémentaire m’a bien convaincu que, depuis leur création, les Etats-Unis d’Amérique sont effectivement étroitement associés à un projet millénariste apporté par les premiers colons protestants puritains, et dont on retrouve aujourd’hui des résurgences frappantes dans le courant dit « Néoconservateur ». En revanche, si le judaïsme a connu ses propres « hérésies » millénaristes, il ne me semble pas évident que le projet sioniste puisse en lui-même être qualifié de millénarisme (encore une fois, il est possible que je me trompe ; mais ceci, de toute façon ne remet pas en question l’idée centrale de cette série d’article).
 
Finalement, que faut-il retenir de cette analyse ? Faut-il surtout mettre en avant le particularisme du millénarisme américain, pour le rendre, selon les points de vue, plus acceptable ou au contraire plus nuisible que les millénarismes déjà évoqué dans l’article (extrême-gauche révolutionnaire, extrême-droite et nazisme, islamisme, mouvances « radicales » de l’écologie et du New-age…) ? Ou, au contraire, les profondes convergences qui le relient à ses parents européens ?
 
Pour ma part, je serai assez tenté de l’associer étroitement à la « mentalité millénariste » longuement analysées dans le deuxième article de la série : messianisme, certitude d’être un « peuple élu » menant un combat contre le « mal » dans lequel la fin justifie les moyens, et, plus encore, l’idée fondamentale du millénarisme révolutionnaire selon lequel il est possible par une série d’actions violentes de bouleverser l’ordre des choses en sa faveur. Fukuyama, ex-néocons désormais reconverti au « soft power », établit ainsi lui-même un parallèle entre le millénarisme des néoconservateurs et la révolution bolchévique : « L’idée du léninisme consiste à accélérer, par des méthodes violentes, le processus de développement et de modernisation. C’est ce que l’administration Bush, selon moi, a décidé de faire à l’échelle mondiale : accélérer par la force le processus de démocratisation ». Le parallèle entre le projet américain et le projet russe au temps de la guerre froide a d’ailleurs été amplement analysé, mettant en avant de fortes similitudes (matérialisme, productivisme, impérialisme…) derrière une apparente opposition radicale. Ne prête-t-on pas à Lénine lui-même ce bon mot : « l’URSS c’est l’Amérique avec l’égalité ? »
 
Ainsi, activistes d’extrêmes-gauches, islamistes nostalgiques du « grand califat », néo-nazis tout aussi nostalgiques d’un « grand Reich », néoconservateurs rêvant d’un « siècle américain », adeptes du New Age attendant l’ « Ere du Verseau », Mormons, Témoins de Jéhovah ou Rastafari, toutes ces idéologies reposent fondamentalement sur les mêmes ressorts mentaux du millénarisme qu’elles incarnent sous différentes formes plus ou moins exotiques. Mais il ne faut pas se leurrer : toutes ces idéologies à vocation prosélyte, universelle et donc totalitaire, d’une façon ou d’une autre, s’opposent aux efforts de ceux qui, rationnels et pragmatiques, n’ont pour seule et modeste ambition que d’essayer de trouver la « meilleure solution possible, ici, aujourd’hui et pour nous ». Chaque camp prétend être le bien, désigne un « camp du mal » et mène sa lutte millénariste avec ses alliés de circonstances. Et, de fait, l’histoire de la seconde moitié du XXeme siècle semble bien se résumer à l’affrontement entre les grands blocs de mentalité millénariste : les américains luttent contre le nazisme allié au communisme et à l’islamisme, puis les communistes rejoignent les américains dans leur lutte contre le nazisme, puis les américains luttent contre le communisme en soutenant l’islamisme, puis les américains luttent contre les islamistes qui eux-mêmes s’allient avec l’extrême-gauche… Quelle est la logique, la cohérence, derrière ces revirements d’alliance ? Aucune, sinon le fait qu’on assiste à un combat de crabes millénaristes trop à l’étroit dans leur panier terrestre…
 
Quoi qu’il en soit, le fait que le « système » actuel (politique, social, économique et financier…) soit loin d’être parfaits, et même franchement contestable dans certaines de ses manifestations (capitalisme financier, ultra-consumérisme…) - et quand bien même ledit « système » serait d’une certaine façon, en en partie, le déploiement d’un projet millénariste américain ou « judéo-chrétien » – n’interdit pas, bien au contraire, de s’opposer à ceux qui lutte contre ce système au nom d’une idéologie millénariste concurrente. Ainsi, au milieu de ce combat mondial à vocation totalitaire, il y a des gens comme moi, qui n’éprouvent aucune sympathie pour le système actuel tout en refusant de collaborer avec la nébuleuse d’opposants millénaristes qui, s’ils parvenaient à leurs fins, ne feraient que remplacer un système totalitaire par un autre peut-être pire… Des gens qui n’ont finalement comme seul crédo que le refus farouche de la « démesure » de ces projets millénaristes, cette démesure contre laquelle luttaient déjà, de toutes leurs forces, ces Philosophes de l’Antiquité dont nous aurions tant à apprendre aujourd’hui…
 
Les millénaristes ne voudront jamais admettre l’existence de cette « voie du milieu », eux pour qui, dans leur vision profondément manichéenne des choses, ceux qui n’adhèrent pas inconditionnellement à leur idéologie sont rejetés dans l’autre camp, celui du « mal », de l’ « inhumanité ». Pourtant, il n’a jamais été aussi important qu’aujourd’hui pour ces « modérés » de faire entendre calmement mais fermement leur voix au milieu des imprécations et menaces des « combattants » millénaristes. Au moment où l’on s’interroge sur une possible « identité européenne », revenir aux origines gréco-latine de notre civilisation, aux Sénèque, Epicure, Sextus Empiricus, Aristote (mais sûrement pas Platon et ses « Idées » !), serait peut-être le meilleur moyen d’alléger le fardeau millénariste que les religions Abrahamiques (juive, chrétienne, musulmane) et leurs rejetons idéologiques font peser sur le monde actuel…

Documents joints à cet article

Millénarisme, révolution et théorie du complot (2,5/3)

Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • voxagora voxagora 13 octobre 2010 09:52

    Je ne me prononce pas sur le fond de l’article.

    Quand on le lit de bout en bout on comprend que l’auteur a voulu répondre
    à la question qu’il pose à la fin : « finalement, que retenir ? » 
    par ce constat que lui, au contraire des complotistes, fait partie des gens
    rationnels, pragmatiques, modérés, raisonnant calmement. 
    Par contre si, comme beaucoup et pourquoi pas, on survole le texte
    pour n’accrocher que les mots en gras, à la suite de « tendance à voir des complots..
    symptôme.. interprétation.. » il y a comme un fil reliant : révolution, jacobins, marxistes,
    communisme, Mai 68, ufologie radicale, écologie radicale, new age, islamisme .

    Puis l’auteur évoque le néo-conservatisme américain et le sionisme israélien,
    et là, sauf 3 noms en rouge, plus de mots en gras accrochant le regard, mais 
    quelques phrases dédouanant Israël.
    Je répète que je ne me prononce pas sur le fond de l’article,
    mais je salue l’extraordinaire maîtrise de la forme au service du fond,
    et me permets une autre remarque : A pathologiser certains par le diagnostic
    de complotiste, les comploteurs ont de beaux jours devant eux.
    .

    • NICOPOL NICOPOL 13 octobre 2010 15:53

      Merci pour votre commentaire et bravo : votre analyse des caractères gras de l’article m’a percé à jour, je suis un infâme propagandiste crypto-sioniste en mission commandée.

      Franchement...

      Quant à « dédouaner » Israël... Je ne dédouane rien du tout, je mentionne le fait que, à mon humble et très relatif avis, l’entreprise sioniste ne se caractérise pas fondamentalement par sa nature « millénariste ». En quoi ceci excuse-t-il les crimes et turpitudes de l’état d’Israël ??

      Votre paranoïa vous rend grotesque.


    • aberlainnard 13 octobre 2010 10:03

      Étude approfondie et intéressante sur le plan historique.

      Prenons garde toutefois que le sens du mot ne soit dévoyé comme l’ont été ceux de révisionnisme, négationnisme, antisémitisme pour rejoindre le lexique des injures lancées à l’adresse des observateurs sortant de la pensée officiellement admise comme vérité unique.

       


      • Internaute Internaute 13 octobre 2010 10:18

        Les millénaristes sont ceux qui croient aux grands bouleversements lors des changements de millésimes (an 1000, 2000). Vous appelez millénariste un peu n’importe-quoi.

        Vous ne voyez pas de totalitarisme sioniste parceque vous ne voulez pas les regarder. Dans la section :

        « Néoconservateur et millénarisme

        Le mouvement du néo-conservatisme trouve son origine dans les années 70... »

        Les principales figures que vous voyez comme simplement américaines (Irwin Kristol, Norman Podhoretz, Ricard Perle, Paul Wolfowitz et toute la bande) sont le foyer des activistes sionistes.Les tristement célèbres think-tank sont leur organe - Project for New Americain Century, Commentary Magazine etc. On ne peut faire semblant d’ignorer que les postes qui commandent la politique étrangère des USA et les achats du gouvernement américain depuis Reagan sont à peu prés tous distribués entre les activistes juifs sortis de l’AIPAC.

        Tout ce que vous dites sur les évangélistes est exact mais c’est un peu léger de dire que les sionistes n’y sont pour rien. Ils ont su admirablement profiter d’une idéologie porteuse à leur égard et cela ne fait que renforcer leur responsabilité.

        Le sionisme est une idéologie totalitaire qui s’appuie sur les mêmes ressorts d’appartenance à une caste supérieure (ici LE peuplé élu) que le nazisme. La création de l’Etat d’Israël n’est qu’une étape dans leur quête de domination du monde. Si c’était un objectif, cela fait longtemps qu’ils nous auraient lâché les baskets en Europe et aux USA mais il n’en est rien. Ils veulent toujours guider les autres peuples et ce n’est pas un hasard si on en retrouve une majorité d’entre eux aux postes de prêcheurs à la télé et d’écrivains dans les journaux. L’égalité des chances et la parité sont oubliés dans ces deux secteurs. L’Europe continue à leur verser des milliards chaque année, prélevés sur le travail des jeunes (943 millions rien qu’en France).

        Aux USA l’idéologie sioniste a trouvé un terreau pour se développer. Vous vous attardez sur les racines trotskystes de Kristol en évitant aussi de mentionner que le totalitarisme communiste est d’essence juive. Partout dans le monde, les mouvements révolutionnaires communistes les plus extrémistes sont guidés par des activiste juifs. En France ce fut Daniel Cohen Bendit, Alain Geismar (Gauche Prolétarienne), Alain Krivine (Ligue Communiste Révolutionnaire). Même au Pérou, Le Sentier Lumineux était l’oeuvre d’Abigaël Guzman. En URSS, on pourrait en remplir 10 pages. En Bavières, les tueries de Kurt Eisner et sa bande on laissé des traces effroyables. En Hongrie, Bela Kuhn s’est chargé de faire basculer le pays dans l’enfer. Il est impossible de parler de communisme sans le relier au sionisme. De là vient, entre autre, l’anti-sémitisme. Etre anti-communiste c’est être anti-sémite par la force des choses car depuis les idéologues comme Marx et Engels jusqu’aux commissaires politiques exécuteurs des basses oeuvres, la majorité sont des activistes juifs. En tout cas, cela conduit toujours à se faire traiter d’anti-sémite.


        • NICOPOL NICOPOL 13 octobre 2010 16:04

          Bonjour,

          Vos commentaires me semblent un peu à côté de la plaque.

          "Les millénaristes sont ceux qui croient aux grands bouleversements lors des changements de millésimes (an 1000, 2000). Vous appelez millénariste un peu n’importe-quoi.« 

          Renseignez-vous. On parle de »millénarisme« au sens figuré à propos de beaucoup d’autres choses que le »millénarisme« historique du Moyen-Age, de même qu’on peut qualifier quelqu’un de »manichéen«  au sens figuré sans que cela veuille dire qu’on le soupçonne de faire partie réellement de la secte de Mani !

           »Vous ne voyez pas de totalitarisme sioniste parceque vous ne voulez pas les regarder.« 

          Je ne parle pas du totalitarisme sioniste parce que ce n’est pas l’objet de l’article. Je me contente de dire que je ne vois a priori pas de caractère millénariste prédominant dans l’entreprise sioniste, que je ne suis toujours pas convaincu que les sionistes cherchent à »dominer« le monde comme voudraient le faire les islamistes, néocons, communistes... Ce qui ne veut pas dire qu’elle n’a pas certains aspects totalitaires. Ne me faite pas dire ce que je n’ai pas dit.

           »Vous vous attardez sur les racines trotskystes de Kristol en évitant aussi de mentionner que le totalitarisme communiste est d’essence juive. « 

          C’est faux, relisez ce que j’ai écris dans le dernier paragraphe sur Millénarisme et judaïsme.

           »Etre anti-communiste c’est être anti-sémite par la force "

          Alors là je ne vous suis plus. D’un côté, vous dites que les néocons sont affiliés aux sionistes. De l’autre vous nous dites qu’être anticommuniste et antisémite c’est pareil. Mais alors comment expliquez-vous l’anticommunisme primaire des néocons ? Seraient-ils antisémites tout en étant sionistes ????  smiley


        • Philou017 Philou017 13 octobre 2010 10:26

          « Pourtant, il n’a jamais été aussi important qu’aujourd’hui pour ces « modérés » de faire entendre calmement mais fermement leur voix au milieu des imprécations et menaces des « combattants » millénaristes. »

          Assimiler systématiquement ceux qui contestent l’ordre actuel pour en demander un nouveau à des millénaristes, comme le fait Nicopol, est d’une profonde malhonnêteté intellectuelle.

          Attribuer par exemple une vision manichéenne aux tenants de la these de complots, qui argumentent abondamment sur le sujet, ressort d’un autre manichéisme, qui tend à disqualifier ce qui n’est pas dans la norme couramment admise.

          Nicopol, sous prétexte de modération, ne fait en fait qu’exprimer son rejet d’une réalité qu’il ne veut pas envisager. Si tout n’est pas noir ou blanc, et si nous sommes tous responsables de la situation actuelle, caricaturer les questionneurs de vérité et les novateurs à la recherche de nouveaux paradigmes, relève d’une sorte de théorie du complot, qui confond amalgames faciles et analyse.


          • NICOPOL NICOPOL 13 octobre 2010 16:09

            Philou, vous êtes pénible. Je n’assimile pas systématiquement ceux qui contestent l’ordre actuel à des millénaristes, je critique ceux qui contestent l’ordre actuel dans une perspective « révolutionnaire » en voulant lui substituer brutalement un monde « purifié », parfait et définitif.

            Pourquoi ne pouvez-vous pas admettre une seconde qu’on peut critiquer avec virulence un système établi, tout en préconisant des méthodes progressives et raisonnées pour le faire évoluer ? Vous êtes bien comme ça, vous, les « insurectionnistes » : c’est eux ou vous, et toute personne qui aurait l’audace de se placer dans une « voie du milieu » est rejetée automatiquement dans le « camp du mal »...

            « Si tout n’est pas noir ou blanc »
             
            Et bien oui, justement, tout n’est pas « noir ou blanc » comme vous le projetez...

            « et si nous sommes tous responsables de la situation actuelle, »

            Mais où avez-vous vu que je dis ça ????

            Comment discuter avec un shadock comme vous (pire, même : eux, au moins, ont 4 cases...)...


          • JL JL 13 octobre 2010 10:59

            De la même façon que l’attaque est, dit-on, la meilleure défense, l’accusation de complotisme est la meilleure stratégie des comploteurs.

             


            • Onegus Onegus 14 octobre 2010 00:18
              « à mon avis, « théorie du complot » est devenu l’équivalent intellectuel d’un mot de cinq lettres. C’est quelque chose que les gens disent quand ils ne veulent pas que vous réfléchissiez à ce qui se passe vraiment »
              Noam Chomsky « Comprendre le pouvoir » : tome I, Aden, 2005, p. 56-57.

            • spartacus le vrai pas l'autres !!! spartacus 13 octobre 2010 12:38

              je ne partage pas le postulat disant que la conceptualisation du « camps du bien ou du mal » est le fait de l’extrème droite.
              Ce manichéisme est plutôt l’apanache de nos gouvernant pro américano-israelo-bushiste qui ont décidé depuis longtemps ce qui devait être bien ou mal dans ce monde.
              A savoir que si l’on ne pense pas comme eux, on ne peut être que dans le camps du mal.
              Ce sont les dominants qui décrètent les règles et les normes, même si il sont minoritaires, il ont le pouvoir, la maîtrise des ressources et surtout les armes.
              je pense qu’il n’ ya pas plus millénaristes ou complotistes que ceux qui nous prépare le lit du Nouvel ordre Mondial.


              • fonzibrain fonzibrain 13 octobre 2010 13:08

                nicopol


                pour une fois, c’est assez sympa, pas de fixation sur l’islam et tu parle du millénarisme juif, tu aurait du en revanche lier le millénarisme juif et le pnac, au lieu de nier la dimension messianique de ces gens.

                je te conseille de lire ’ les juifs, le monde et l’argent d’attali, tu verrais que des dizaine de fois, si ce n’est plus, les juifs ont cru que le messie revenait.

                tu oublie également de dire que le messianisme juif est constitutif d’une domination juive sur le monde, c’est eux même qui le dise, pour que le messie juif vienne, ils doivent dominer le monde, c’est écrit tel quel dans leur livre.

                bientot, tu comprendra que c’est le judaisme qui est la matrice de tout ces millénarisme destructeur, ( je te conseille le siecle juif de yuri slezkine, perçu comme un chef d’oeuvre aux usa)

                ensuite, tu devrais je pense faire des recherche sur les infiltration du mossad dans les groupe djihadiste

                pour israel, inflitrer ces réseaux et les diriger était une nécessité vitale et si les algériens via le DRS ont pu inflitrer le gia , il serait logique que le mossad ait fait de même.



                sinon, tu pense quoi des dizaine d’israélien qui ont été arrété après le 11/09, nottament les 5 israéliens qui dansaient en voyant les tours tomber


                sans parllerdes textos passant par odigo (iisraeli society) alertant des attenats, 



                enfin bref, je pense qu’israel a interet que la dynamique djihadiste existent pour garder la main, exactement comme l’algerie avec les gia.


                tu sais que le monde est compliqué et que les coulisse du pouvoir est méga malsain


                sinon, question, pourquoi plusieur témoins ont -is dit avoir un missile taper le wtc

                on ne confond pas un gros boeing et un missile, non ?

                bref, c’est dommage que tu roules pour les malsains de services, je ne sais pas encore si tu es au courant de la réalité et que tu fais de la propagande ou si tu es sincère dans ton analyse.



                • NICOPOL NICOPOL 13 octobre 2010 16:11

                  « pour une fois, c’est assez sympa, pas de fixation sur l’islam »

                  Alors que vous, Fonzi, on attend toujours une intervention qui ne fasse pas une fixation sur les juifs smiley

                  A+,


                • non667 13 octobre 2010 22:54

                   à nicopol
                   le complot juif est écrit dans la genèse chapitre XVII QUI FONDE LE JUDAÏSME qui est une déclaration de guerre au reste du monde et il y a plus de 4000 ans
                  toutes vos embrouilles ne peuvent empêcher qu’a force de gagner et d’e...les goys ça fini par se voir et inévitablement et naturellement des réactions d’autodéfenses se développent 
                   c’est un cercle vicieux d’ on les juifs ne peuvent sortir qu’en acceptant de se marier avec les goy
                   l’antisémitisme d’hitler n’avait pas d’autres cause .


                • fred 13 octobre 2010 13:53

                  @ l’auteur : je m’inquiète très sérieusement pour votre santé mentale.

                  Rarement, je n’ai eu l’occasion de lire un article pareil : stérile, contradictoire, indigérable...

                  Tout cela auto-qualifié d’analyse...

                  D’une nullité abyssale. D’un vide terrifiant.


                  • NICOPOL NICOPOL 13 octobre 2010 16:12

                    Merci pour vos arguments très convaincants et courtois. Je vais consulter de ce pas.

                    Ah oui, au fait, merci de préciser les contradictions...


                  • bakounine 13 octobre 2010 14:07

                    Est ce une tentative de démonstration ?
                    Millenariste, complotiste........... tout le monde dans le meme sac !!

                    Du grand n’importe quoi........................

                     


                    • NICOPOL NICOPOL 13 octobre 2010 22:19

                      Est-ce une tentative d’argumentation ?


                    • bobbygre bobbygre 13 octobre 2010 14:13

                      Dans le contexte des Lumières et de l’idéologie du « progrès continuel », la mentalité millénariste a pris la forme sécularisée de la « révolution », conduisant au déchainement totalitaire des jacobins en 1793, puis tout au long du XIXe siècle au travers des premières doctrines socialistes (notamment au moment de la Commune) et finalement marxistes (dont la généalogie avec les mouvements paysans millénaristes du moyen-âge est revendiquée par Engel et Marx eux-mêmes), ce qui conduira au début du XXeme siècle au communisme, à la Révolution Russe puis son rejeton Khmer Rouge.

                      Bouarf, quelle bouillie. La généalogie des doctrines marxistes avec les mouvements millenaristes n’est pas celle que vous semblez supposer. Le propos des marxistes est de dire que (je résume forcément, et forcément mal) le capitalisme nous mène inévitablement à la catastrophe (de par les comportements sociaux qu’il implique) et que les mouvements millénaristes ne sont qu’une sorte de ressenti intuitif de cette vérité.
                      Mais les marxistes ne prédisent pas la fin du monde, ils prédisent la fin du capitalisme, admettez que c’est différent...
                      Enfin, bref, tout ça pour mélanger conspirationnistes, communisme et massacre khmers. Ca sent pas du tout la manipulation idéologique déjà.
                      Moi, j’arrête là ma lecture.


                      • NICOPOL NICOPOL 13 octobre 2010 16:15

                        « Mais les marxistes ne prédisent pas la fin du monde, ils prédisent la fin du capitalisme, admettez que c’est différent... »

                        Mais pas du tout, prédire la destruction d’un système en place et son remplacement définitif par un autre système à vocation universelle, c’est aussi du millénarisme !


                      • bobbygre bobbygre 13 octobre 2010 16:54

                        Si l’on suit votre définition, n’importe quel homme politique qui critique le système et qui préconise d’autres solutions est un millénariste alors... Soit on est pour le système, soit on est un dangereux illuminé millénariste (et donc conspirationniste, communiste et adepte des Khmers rouges bien sur).

                        Le millénarisme, ou chiliasme (ou encore chialisme), soutient l’idée d’un règne terrestre du Messie, après que celui-ci aura chassé l’Antéchrist et préalablement au Jugement dernier.

                        [...]

                        Par extension de sens, des traditions similaires présentes dans d’autres religions, prophétisant le retour ou la venue d’une divinité instaurant un règne souvent précédé de phénomènes extraordinaires ou de calamités, sont parfois également appelées millénarisme.

                        Effectivement, par métaphore et par analogie, on peut faire passer n’importe quoi pour n’importe quoi mais le mot « millenarisme » a un sens et je maintiens que marx n’était pas millénariste ; il disait que les millénaristes du moyen-age était des proto-marxistes (je caricature car pas envie d’écrire un roman) dans le sens où ils avaient conscience qu’on allait vers notre destruction mais la manière dont ils envisageaient cette destruction était mystique alors que pour les marxistes, cette destruction sera causée par l’économie capitaliste.

                        Autant il est possible de dire que les millénaristes étaient des proto-marxistes autant, les marxistes ne sont pas des millénaristes. Point de dimension mystique chez Marx, son point de vue était purement mécaniste. Cause, conséquence, point barre.


                      • ryukin ryukin 13 octobre 2010 18:17

                        oui, en fait tout est millénariste, quoi... à part vous...

                        ce qui s’est passé, c’est que vous êtes inventé une hypothèse et plus elle s’avère fausse, plus vous vous bricolez des nouvelles branches pour s’y accrocher...

                        sérieusement, et puisque vous revendiquez le « principe de réalité » et que vous me semblez avoir du temps, partez sur le « crime parfait » de baudrillard, les essais de muray, l’empire du moindre mal de michéa...

                        sinon, essayez de regarder « Voyage En Cybernétique (Das Netz) » (c’est disponible sur daily). vous arriverez peut être à depasser cette vision simpliste des gentils du milieu et des méchants sur les bords...


                      • NICOPOL NICOPOL 13 octobre 2010 22:25

                        "Si l’on suit votre définition, n’importe quel homme politique qui critique le système et qui préconise d’autres solutions est un millénariste alors...« 

                        N’importe quoi. Soit vous n’avez vraiment pas lu ce que j’ai écris, soit vous n’y avez absolument rien compris.

                        Millénarisme = aspiration à bouleverser l’ordre du monde à la tête du »camp du Bien« pour l’en débarrasser définitivement du »camp du mal« et instaurer un système universel et définitif pour le plus grand bonheur de l’humanité.

                        Il existe donc un grand nombre de gens qui, comme moi d’ailleurs, critiquent le système, sans y voir une supposée lutte du »bien« contre le »mal« ni aspirer à une utopique révolution sensée amener un monde parfait. Ces gens là échappent au piège du millénarisme, qui entraîne immanquablement, comme l’histoire l’a montré, vers la violence, l’intolérance et le totalitarisme.

                        Le problème ici sur Agoravox, à lire toutes ces »critiques« assassines, c’est que toute personne qui critique le système sans appeler automatiquement à l’insurrection révolutionnaire passe pour un »colabo", un soutien, un propagandiste finalement dudit système.

                        Agoravox est vraiment un site d’extrémistes...


                      • bobbygre bobbygre 14 octobre 2010 10:17

                        Il existe donc un grand nombre de gens qui, comme moi d’ailleurs, critiquent le système, sans y voir une supposée lutte du « bien » contre le « mal » ni aspirer à une utopique révolution sensée amener un monde parfait.

                        Et vous pouvez m’en compter ! Je n’« aspire » pas à la révolution ; je la pense inévitable, comme la moins pire des solutions. Je pense qu’on ne pourra pas en faire l’économie si on veut résoudre nos problèmes.
                        Je ne crois pas que les élites politiques actuels représentent le Mal, elles agissent mal, elles agissent contre les intérêts des gens qu’elle est censée représenter et qui les élisent. Et enfin, je ne pense pas qu’il existe un camp du bien quelque part.
                        Rien n’est tout blanc, rien n’est tout noir mais tout n’est pas uniformément gris pour autant.
                        Souffrez que les gens que vous attaquez dans votre billet (qui doutent et remettent en cause les paroles officielles) ne correspondent pas exactement aux clichés dont vous vous êtes farci le crane.

                        Pour en revenir au millenarisme, rien en vous empêche effectivement de lui donner la définition que vous voulez mais en français, ce mot contient une composante religieuse que vous semblez oublier et qui vous le fait appliquer à tort et à travers. Et dire des conneries du style que les marxistes sont des millénaristes. C’est juste faux (et je me fous des marxistes et des millénaristes !)


                      • NICOPOL NICOPOL 14 octobre 2010 17:13

                        "Souffrez que les gens que vous attaquez dans votre billet (qui doutent et remettent en cause les paroles officielles) ne correspondent pas exactement aux clichés dont vous vous êtes farci le crane.« 

                        Au risque de me répéter, je n’attaque pas ici par principe et systématiquement les gens qui remettent en cause les »paroles officielles« , et dont d’ailleurs je fais partie. J’attaque ceux qui se croient participant dans le camp du »bien« à une lutte contre le »mal« pour le renversement révolutionnaire d’un système et son remplacement par un autre universel, définitif et parfait.

                        Ceux qui, comme de nombreux intervenants (et manifestement comme vous), ne répondent pas à ce portrait »millénariste« , n’ont aucune raison de se sentir visé par ces »attaques« et, de fait, ont tendance à émettre des appréciations positives sur cette série d’article qui se limitent à dénoncer l’extrémisme, de quel bord qu’il soit. J’observe toutefois que, malheureusement, la plupart de mes lecteurs se sont, justement, sentis visés, précisément parce qu’ils semblent incapable de comprendre que je m’attaque aux »extrémistes« et en aucun cas aux »modérés" (et, de fait, Agoravox me semble surtout fréquenté par de tels extrémistes).

                        "Pour en revenir au millénarisme, rien en vous empêche effectivement de lui donner la définition que vous voulez mais en français, ce mot contient une composante religieuse que vous semblez oublier et qui vous le fait appliquer à tort et à travers. « 

                        J’ai proposé une définition précise et méthodique de ce que, dans l’acceptation de l’article, le mot »millénarisme« recouvrait. Sachez d’ailleurs que cette définition n’est pas de mon invention, mais répond à l’utilisation qu’en ont faites de très nombreux historiens, philosophes, penseurs que vous devriez peut-être vous donner la peine de lire (je vous renvois à mes articles). Si vous vous acharnez à en rester à sa définition littérale et historique pour critiquer cet article, vous faites preuve d’une très singulière mesquinerie intellectuelle. 

                        Par ailleurs, vous semblez également limiter le terme de »religieux« au sens littéral de »croyance en Dieu« ou quelque chose comme ça. Vous semblez ignorer qu’on peut tout à fait parler de »religion« à propos d’un phénomène apparemment laïc ( »religion des droits de l’homme« , »religion du laïcisme« ...). Je vous renvoies aux analyses de Raymond Aron, Spranger ou Monerot sur la nature profondément religieuses des totalitarismes moderne (fascismes, nazismes, communisme), déjà citée dans le deuxième article de la série. Là aussi, je suis sûr que vous gagneriez beaucoup à lire ces auteurs.

                         »Et dire des conneries du style que les marxistes sont des millénaristes. C’est juste faux (et je me fous des marxistes et des millénaristes !)« 

                        Avant de qualifier péremptoirement de »connerie« et de »faux« cette analyse, donnez-vous la peine de contre-argumenter, sinistre individu ! Le fait que le marxisme constitue la forme achevée d’un millénarisme »sécularisé« n’est d’ailleurs pas de mon invention et découlent des travaux et réflexions de plusieurs historiens et penseurs comme Guy Debord ou Raymond Aron (je vous renvois à cette page), qui étaient surement loin d’être cons, et biens d’autres (tapez »millénarisme + marxisme" sur google et instruisez-vous). De même, l’origine millénariste du nazisme et du communisme a été analysée par des auteurs comme Hannah Arendt, Popper, Hayek, Adorno... Des cons, eux aussi ? Soyez sérieux !

                        Bref, au lieu de pondre ce genre de commentaires insultants, péremptoires et abscons, lisez un peu plus attentivement ce qu’on vous propose, faites des recherches, instruisez-vous, et, si même vous n’en étiez pas convaincu, faites l’effort d’argumenter, a minima d’être poli.

                         smiley


                      • bobbygre bobbygre 14 octobre 2010 17:23

                        Désolé d’avoir été blessant, ce n’était pas le but.

                        Je ne partage pas votre analyse car pour moi, vous mélangez trop de choses différentes mais je reconnais votre travail et, contrairement à ce que j’ai affirmé dans mon premier commentaire (« manipulation idéologique ») je vous crois de bonne foi dans votre argumentation.

                        Pour la peine, je ferme ma g.... et m’incline.


                      • NICOPOL NICOPOL 14 octobre 2010 17:46

                        Bobbygre,

                        Merci de cette réponse apaisante, ce n’est pas commun dans ces parages d’agités du bulbe.

                        Maintenant, sur le fonds, je n’attends qu’une chose, c’est qu’on m’oppose des arguments valables et convaincants. Donc, faites un petit effort, expliquez-moi pour quoi vous n’êtes pas d’accord et en quoi ce que je raconte « mélange trop de choses différentes ». Parce que là, sans autre effort d’argumentation, ça laisse plutôt croire que c’est trop compliqué pour vous, ce que je n’ose croire smiley . Donc, montrez que vous avez tout compris des analyses proposées par ceux dont je ne fais au fond que reprendre la pensée (Aron, Popper, Arendt...), que vous maîtrisez le sujet et êtes à même d’y apporter des critiques irréfutables un peu plus construites que vos affirmations péremptoires, ou à défaut de me renvoyer à des auteurs ou ouvrages développant de telles critiques, bref, s’il vous plait, essayez de me convaincre au lieu d’en rester dans le registre stérile de l’imprécation.

                        Néanmoins, à nouveau, merci de votre réponse courtoise smiley

                        Cordialement,


                      • slipenfer 13 octobre 2010 14:56

                        .

                        La tète dans le sable, la position idéal  smiley


                        • NICOPOL NICOPOL 13 octobre 2010 16:17

                          « dont celui de reconstruire le temple du roi Salomon et de bouter les musulmans hors de Jérusalem »

                          Certes, mais cela n’est fait pas des millénaristes. Bouter les musulmans hors de Jérusalem, ce n’est pas la même chose que de vouloir éradiquer les « forces du mal » de la Terre et d’instaurer une « nouvelle ère » universelle et définitive, non ?


                        • NICOPOL NICOPOL 13 octobre 2010 16:54

                          Eh, oh, vous savez lire ou pas Soulmanfred ?

                          Je parle précisément des chrétiens sionistes dans l’article en disant exactement ce que vous en dites !

                          Mais ce ne sont pas des juifs sionistes !!


                        • HumanVictoryX HumanVictoryX 13 octobre 2010 17:12

                          Pour que tout cela cesse, arrêtons de compter sur la classe politique dirigée par le grand capital, ouvrons un débat citoyen sans aucune censure, sans aucune idée de clivage, sans communautés, ni partis, ni races, ni religions, sur base d’une simple initiative, une simple idée, une proposition autours de laquelle tout le monde peut se rassembler et discuter, un premier test de solidarité citoyenne, qu’il faut faire sortir du net : Et mettre dans la rue...

                          "Article 25

                          La souveraineté réside dans le peuple ; elle est une et indivisible, imprescriptible et inaliénable.
                          Article 26

                          Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du peuple entier ; mais chaque section du souverain assemblée doit jouir du droit d’exprimer sa volonté avec une entière liberté.
                          Article 27

                          Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l’instant mis à mort par les hommes libres.
                          Article 28

                          Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures.
                          Article 29

                          Chaque citoyen a un droit égal de concourir à la formation de la loi et à la nomination de ses mandataires ou de ses agents.
                          Article 30

                          Les fonctions publiques sont essentiellement temporaires ; elles ne peuvent être considérées comme des distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs.
                          Article 31

                          Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n’a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.
                          Article 32

                          Le droit de présenter des pétitions aux dépositaires de l’autorité publique ne peut, en aucun cas, être interdit, suspendu ni limité.
                          Article 33

                          La résistance à l’oppression est la conséquence des autres Droits de l’homme.
                          Article 34

                          Il y a oppression contre le corps social lorsqu’un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé.
                          Article 35

                          Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."

                          exemple d’initiative citoyenne qui a germée sur FB et à ouvert le débat en quelques heures :

                          "*****RÉVOLUTION*****

                          Fermeture et retrait massif de notre argent en banque

                          Nous savons tous consciemment ou inconsciemment que les BANQUES nous pillent...

                          Vous trouvez de nombreuses affaires, histoires, fait divers qui nous le montrent.

                          De plus en vertu de l’article 104 du traité de Maastricht le pouvoir de la création monétaire a été donné aux banques privées, n’est pas un comble.

                          La France ne peut pas créer sa propre monnaie, La France, les citoyens, NOUS ne pouvons pas créer notre monnaie pour le bon fonctionnement de notre pays.

                          Le pire dans tous ca, c’est qu’en plus d’emprunter sur les marchés privés, ont leur payent des intérêts, soit 40 milliard d’euros par an...
                          75% de l’impôt sur le revenu, 20 fois les retraites, 4,5 fois le trou de la Secu et imaginé le nombres de chercheurs, d’enseignants, de soignants, d’éducateurs, de policiers etc etc....

                          En la seul vertu de cette article et depuis l’entré de la France dans L’U.E, nous avons fait que perdre le pouvoir, le contrôle, la vie de notre pays.

                          Tout cela bien évidement n’est pas tombé du ciel, tous cela n’est pas dût au hasard.... La situation est provoquée, voulu orchestrée par nos dirigeant qui eux même sont de mèche avec l’industrie et la finance internationale.

                          Les banques sont un des pilier qui permet aux « Élites » de contrôler la population, le crédit à intérêt si élever nous maintient dans une situation de soumission total car sinon notre vie est caution au final...
                          Pourquoi laisserai-je quelques hommes et femmes que je ne connait même pas et qui depuis des années me ruinent, continuer a profiter dans une indécence et insolence pur.

                          C’est pourquoi nous devons reprendre les rennes de notre pays et déstabilisée les banques par le nombres que nous représentons est

                          une action concrète, réaliste et surtout puissante.

                          Comment nous y prendre :

                          2 actes

                          1er : Évènement Facebook :

                          REVOLUTION ! LE 7 DECEMBRE ON VA TOUS RETIRER NOTRE ARGENT DES BANQUES

                          Le 7 décembre et dans les jours qui suivent, Retrait massif d’argent et fermeture massif des comptes bancaire autres que courant.

                          2 eme : Evenement Facebook :

                          Blocage de la France et réflexion sur le changement.

                          Au printemps, Second retrait massif et fermeture des comptes si possible de manière international, déstabilisation du système et prise au sérieux du peuple :

                          Action de blocage de la France et proposition de changement :

                          Organisation d’un « sitting » national des citoyens devant les instituions (au printemps prochain), qui pourrais durée des jours , partagé à tour de rôle par toutes la population pourrais fournir matériel, nourriture, main d’œuvre, soutiens, idées et protéger par la « police » qui eux doivent rejoindre le mouvement ....

                          Une paralysie du pays pour l’ouverture d’une tribune de réflexion sur
                          les sujet fondamentaux, une réquisition de France TV par le peuple pour présenter les débats en interactivité avec internet et toutes les nouvelles technologie de communication.

                          Plus ouverture de scène, salles pour exposé tout les débat face aux citoyens.

                          TOUS LES AVIS, MÊME LES PLUS DISSIDENT DOIVENT ÊTRE DÉBATTUS PAR LES CITOYENS.

                          Il est absolument primordial qu’aucune censure soit faites sur n’importe quels sujets.

                          Sujets fondamentaux à aborder :

                          - Sortie de l’ U.E

                          - Création et gestion monétaire

                          - Referendum d’initiative populaire

                          - Remise en cause du système électoral et proposition d’alternative (tirage au sort)

                          - Contrôle absolue et entier du peuple sur les pouvoir législatif et exécutif.

                          - Le réécriture de la constitution française par les citoyens

                          - La création de richesse

                          - L’optimisation des ressources

                          - Jugement de tous les responsables du mensonge

                          - A compléter (cette liste fonctionne selon un modèle Wiki)

                          L’ouverture d’un débat sur :

                          A quoi ressemble la France ?
                          Qui est elle ?
                          Que veut t elle devenir ?
                          Pourquoi et comment ?
                          Le pouvoir est entre nos mains, combien sont il, combien sommes nous !!
                          Le pouvoir « officiel » est déjà préoccupée par le réveil des conscience...

                          quelques liens pour compléter votre réflexion :
                          Création monétaire :
                          Paul Grignon
                          L’argent dette
                          http://www.dailymotion.com/video/x75e0k_largent-dette-de-paul-grignon-fr...
                          Paul Grignon
                          L’argent dette II
                          http://www.dailymotion.com/video/xbqww7_l-argent-dette-2-promesses-chime...
                          Crise banque Argentine :
                          http://www.tagtele.com/videos/voir/41558
                          http://www.tagtele.com/videos/voir/41561/%3Cbr%20/%3E%3Cbr%20/%3ELa
                          (monnaie local)
                          http://www.tagtele.com/videos/voir/41570
                          Les Responsables :
                          http://www.tagtele.com/videos/voir/40811/2/
                          Résumé sourcé, Par Francois Asselineau :
                          Qui gouverne réellement la France ?
                          http://u-p-r.fr/?page_id=291
                          Les 12 impasses de l’U.E :
                          http://u-p-r.fr/?page_id=255
                          http://www.facebook.com/pages/Francois-Asselineau-Union-Populaire-Republ...
                          Solution alternative et réécriture de la constitution :
                          http://etienne.chouard.free.fr/Europe/tous_les_resumes.php#video
                          Info supplémentaire :
                          Cours de l’or :
                          http://www.24hgold.com/francais/cours_or_argent.aspx?money=SWF
                          Manipulation des citoyens :
                          http://www.tagtele.com/videos/voir/41094/2/
                          Dissidence et résistance :
                          http://www.dailymotion.com/video/xetqvf_alain-soral-entretien-de-septemb...
                          Appel du Conseil National de Résistance (tous ces gens qui on osez partir en guerre pour nous offrir nos sociaux )
                          http://www.youtube.com/watch?v=oCLdEKOtAzc
                          De la servitude moderne :
                          http://www.dailymotion.com/video/xa2c34_de-la-servitude-moderne1ere-part...
                          Le marché de la Faim :
                          http://video.google.com/videoplay?docid=5039112951831053451#
                          La privatisation du bien commun :
                          http://video.google.com/videoplay?docid=8313415339083704741#
                          Humour Inculture Franck Lepage (Éducation populaire)
                          http://video.google.com/videoplay?docid=6879156006756704023#
                          http://www.dailymotion.com/video/xeeo9h_vive-les-retraites_fun (extrait sur les retraites)
                          http://www.scoplepave.org/
                          Discutions libre non censuré :
                          Uprising Liberty sur www.Facebook.com
                          APPEL : aux citoyens qui ont des compétences en Finance, Droit, Economie, Audio-Visuel, Webmastering, Traduction et a tous le monde qui aurait des idées pour faire de cette étincelle, une impulsion pour un vrai changement au profit de l’intérêt général des citoyens.
                          Vos concitoyens"

                          Faites tourner ! toute forme d’expressions tant qu’elle sera argumentée et respectueuse de la nation républicaine et des personnes sera la bienvenue...


                          • diego149 diego149 13 octobre 2010 18:10

                            Article intéressant et bien documenté. Je comprends maintenant pourquoi les évangélistes sont tellement pro israéliens. Très bonne analyse concernant les visées des « gringos ».


                            • joelim joelim 13 octobre 2010 19:37

                              Les Etats-Unis se considèrent finalement investis d’une mission millénariste 

                              Je pense qu’il ne faut pas généraliser, il s’agit essentiellement des évangélistes liés aux néo-conservateurs. Ils sont très puissants certes mais ne représentent pas les Etats-Unis.

                              Et bien là, j’avoue, au risque de me faire taxer de propagandiste sioniste, qu’après pas mal de recherches je suis moins convaincu.

                              En fait le sionisme n’est pas directement lié avec le millénarisme. Mais les résultats d’un sondage adressé aux Israëliens (donné dans un vieux fil d’Agoravox par un pro-sioniste de choc) donnait des résultats surprenants. A la question « pensez-vous que le Messie reviendra sur Terre bientôt » le nombre de réponses affirmatives était étonnamment grand, pas loin de la moitié si je me rappelle. Naturellement cet élément est très intéressant et gagnerait à être creusé par rapport à la vision du monde des habitants de ce pays.


                              • NICOPOL NICOPOL 13 octobre 2010 22:30

                                « nous accomplissons la prophécie biblique , qui annonce le rassemblement des juifs sur la terre de leurs ancêtres »

                                Il y a quelque chose de très « local » dans ce millénarisme juif ou sioniste, appelez-le comme vous le voulez. Pas de prétention à changer le monde, à y instaurer un « nouvel ordre mondial », un « grand califat » ou une « dictature du prolétariat » universelle et définitive. On peut critiquer autant qu’on veut les dérives de l’état d’Israël, ses crimes de guerre, voire contre l’humanité. Mais on ne peut pas le comparer avec les entreprises à vocation universelle et donc totalitaire des « millénaristes » agités du bulbe que sont les islamistes, les néocons et autres révolutionnaires d’extrême-gauche, et qu’on été les nazis ou les jacobins en leur temps.

                                Mais ceci ne fait pas de moi un défenseur de la politique d’Israël, hein, les gars !


                              • Antoine Diederick 13 octobre 2010 21:28

                                Bonsoir,

                                C’est vraiment un très très bon sujet que vous abordez et assez complètement

                                ....à dire aussi, que ce millénarisme, se retrouve ds la pensée des fondamentalistes étatsuniens , chez certains conservateurs .

                                La pensée chrétienne moderne refuse le millénarisme presque viscéralement.....


                                • Antoine Diederick 13 octobre 2010 21:34

                                  yavait pas un philosophe français contemporain qui avait écrit un texte sur « le maître invisible » ou « le maître improbable » ?

                                  c’est une thématique intéressante pour une digression sur le savoir et la connaissance qui doit s’opposer à toutes les formes des millénarismes.

                                  bon...je me calme, j’aime bien votre article.


                                • NICOPOL NICOPOL 14 octobre 2010 17:14

                                  Bonjour,

                                  Merci de votre soutien, vous devez vous sentir un peu seul, non ?

                                  Cordialement,


                                • Antoine Diederick 13 octobre 2010 21:46

                                  Certains « papes » du néoconservatisme sont pourtant d’anciens trotskystes (Irving Kristol), tirant de leur parcours l’idée « révolutionnaire » qu’on peut changer le monde par des actions radicales (mais on évoque également la grande influence du philosophe Léo Strauss, théoricien du Droit naturel, lui-même disciple de Carl Schmitt, un temps très proche des Nazis…)

                                  Tout a fait exact, et à ce moment, nous pouvons bien imaginer quelle sorte de « melting pot conceptuel » cette posture peut donner comme aberrations dont seules le EU ont le secret , dans un pays où la valeur d’un écrivain ou d’un penseur est moins importante qu’un vendeur de « manhattan’s bagels »

                                  Le plus grave c’est qu’on ne demande pas à un « manhattan’s bagels seller » d’écrire des livres ou de devenir une éminence politique....tout cela pour dire qu’il y a un manque de tradition historique intellectuelle qui devient un danger aux USA.


                                  • Michel Servin 1er mars 11:59

                                    Bonjour,

                                    Qu’on partage ou non vos idées, vos articles honnêtement construits ont le mérite d’alimenter la réflexion politique.
                                    Merci à vous
                                    Michel Servin
                                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès