Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > « Minorités visibles » et leur représentativité politique

« Minorités visibles » et leur représentativité politique

Un candidat aux élections législatives françaises de 2007, qui n’a pas été élu à l’Assemblée nationale, déplore dans un quotidien français « qu’il n’y ait toujours pas un seul élu maghrébin ou africain à l’Assemblée nationale ». Et d’ajouter : « À un moment donné, il va bien falloir trouver le mode d’emploi pour qu’on soit représentés. »

Ma réaction à la lecture du texte ci-dessus (1) [voir les notes en fin de l’article] a été de me demander : « Mais combien faudrait-t-il d’élus arabes ou noirs à l’Assemblée nationale ? ».

Le présent article risque de vous paraître provocant. Certains estimeront qu’il contient des propos qui ne sont pas « politiquement corrects ». Il met en évidence le fait que d’une part dans la population française les groupes d’origine non-européenne veulent être représentés de façon visible dans la vie politique française alors que d’autre part on ne sait pas quels sont les critères de représentativité et de répartition des minorités.

Les appels à « introduire la diversité » dans la représentativité politique se multiplient dans les médias. Toute nomination à un poste de gouvernement d’un représentant de « minorités d’origine non-européenne » est applaudie par les commentateurs. L’appartenance à ces minorités est devenue un critère déterminant de sélection des candidats aux postes politiques.

De façon générale, ceux qui ont le pouvoir de propager leurs idées à travers les médias s’élèvent contre « l’hégémonie à l’Assemblée nationale d’une classe d’âge de plus de 50 ans, masculine et blanche ».

Si je comprends bien, ce qui est mis en cause dans ces commentaires, c’est :

- La proportion de députés de plus de 50 ans,

- La proportion de députés de sexe masculin,

- La proportion de députés blancs, c’est-à-dire d’origine européenne.

Si la répartition par sexe et par âge des députés devait être faite selon la répartition par sexe et par âge de la population française, les statistiques officielles de l’Insee, établies à partir des recensements officiels, fourniraient les critères de répartition valables, par définition impartiaux.

Si la répartition raciale des députés devait être faite selon la répartition raciale de la population française, combien faudrait-il de députés Blancs européens ?

Quel devrait-être le pourcentage des non-Blancs parmi les députés dans l’Assemblée nationale et selon quelle répartition : combien de Noirs, combien d’Arabes, combien de "Jaunes" etc. ?

Le graphe suivant montre quelle pourrait être en 2007 la répartition des minorités dans l’Assemblée nationale :

http://www.agoravox.fr/IMG/Faut-il_une_repartition_par_races_a_l_Assemblee_nationale.png

Une fédération des associations qui agissent en faveur de Noirs a été créée en 2005. Elle donne le nombre de 5 millions de Noirs en France en 2005. Donc 8 % de la population française. Citation : « Avec plus de cinq millions de personnes, les Noirs représentent le plus grand groupe social en France à ne pas être fédéré ». Lien :

http://rfi.fr/actufr/articles/071/article_40069.asp

Concernant le nombre des Noirs en France nous avons donc une information publiée par les associations qui représentent les Noirs. Concernant les pourcentages que représentent les autres groupes raciaux, les sources d’information sont moins catégoriques.

Les Arabes sont certainement plus nombreux que les Noirs puisque leur immigration massive a démarré avant celle des Noirs. Les Arabes représentent-ils 15 % de la population française ?

Ensuite il y a aussi par exemple les "Jaunes" et il y aussi les métisses, etc.

Selon certaines estimations la population française compterait deux tiers de Blancs européens et leur proportion est en diminution.

L’Insee ne fournit pas de chiffres officiels concernant la répartition raciale des habitants de la France.

Alors que dans d’autres pays les recensements fournissent des informations sur la répartition raciale de la population. Lien sur les statistiques raciales officielles du Bureau du recensement américain (U.S. Census Bureau) ; la structure raciale de la population américaine est donnée en page 3 du document :

http://www.census.gov/prod/2001pubs/c2kbr01-1.pdf

Les questions concernant l’Assemblée nationale française sont :

Selon quels critères devraient être répartis les sièges à l’Assemblée nationale française : l’âge, le sexe, la race, etc. ?

Si les députés doivent représenter la répartition raciale de la population, alors qui devrait fixer les pourcentages selon lesquels devraient être répartis les députés d’après le critère racial ?

Combien faudrait-il de députés blancs par exemple ?

Combien faudrait-il de députés noirs ?

Combien faudrait-il de députés arabes ?

Etc.

-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-

Notes :

-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-

(1) Le texte cité dans l’introduction a été publié par le journal La Croix, dans le numéro du 18/06/2007. Lien :

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2306328&rubId=786#


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 27 juin 2007 10:01

    Vous dites "qu’il n’y ait toujours pas un seul élu maghrébin ou africain à l’Assemblée nationale ».

    Désolé,mais en France,il n’y a que des électeurs français qui votent pour des candidats français.

    C’est comme cela dans le reste du monde.

    Si un africain veut se présenter en Afrique ,il est libre de le faire,même chose pour un habitant du Maghrébin.

    Si nous sommes tous des fils d’immigrés,nous sommes avant tous des français et nos combats et nos valeurs sont incompatibles avec le communautarisme.


    • Avatar 27 juin 2007 12:05

      A l’âne Martin,

      Vous utilisez le terme race au pluriel afin de parler des « races humaines ».

      Cette terminologie sent le gaz (zyklon B) et transpire de bêtise. Comme le disait déjà Einstein, il n’y a qu’une race, la race humaine.

      La preuve en est que vous pouvez faire de jolis enfants avec n’importe qu’elle femme, quelque soit sa couleur de peau...

      Pour info, les « arabes » sont les habitants de la péninsule arabique....

      Aux webmasters :

      Comment avez-vous pu laisser passer un article comme celui-là ???

       smiley


    • DD 27 juin 2007 12:24

      « La preuve en est que vous pouvez faire de jolis enfants avec n’importe qu’elle femme, quelque soit sa couleur de peau... »

      Cela est la définition biologique d’une espèce, pas d’une race.

      Un teckel et un dobermann peuvent donner naissance à un chien : ils appartiennent à la même espèce, mais pasà la même race.


    • Avatar 27 juin 2007 13:10

      A l’auteur,

      C’est quoi un « jaune » ??? (à part celui de l’oeuf smiley )

      Un français d’origine de l’Inde, vous le rangeez dans quel tiroir ??? Le tiroir « Noir » ???

      Pouvez-vous préciser votre pensée ???


    • Gasty Gasty 27 juin 2007 16:13

      @ martin

      Dites-nous que vous vous etes mal exprimé, ça arrive. Parce que Avatar a raison.


    • Tab Tab 27 juin 2007 10:09

      Moi j’ai une idée.

      On désigne d’office et sans passer par le filtre des élections ou de la compétence, des gens de couleur pour siéger à l’Assemblée.

      On est plus en démocratie mais tout le monde est content.


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 27 juin 2007 12:25

        Effectivement, Avatar a raison. Il existe une seule ESPECE humaine, et le terme même de « race » est tout à fait connoté et insupportable.

        Mais je suis contre la discrimination positive, dangereusement communautariste, selon laquelle (parité incluse) chaque sous-groupe constituant notre nation, notre République, devrait être représenté non pour les valeurs et idées qu’il entend défendre, mais pour ce que ses membres exigent de traitements particularistes.

        Une fragmentation qui attise les haines et que d’aucuns appellent, inquiets, « libanisation ».


      • DD 27 juin 2007 12:33

        « Effectivement, Avatar a raison. Il existe une seule ESPECE humaine, et le terme même de »race« est tout à fait connoté et insupportable. »

        Vous confondez les mots espèce et race.

        La définition biologique d’une espèce est un ensemble d’individus pouvant se reproduire ensemble. Une race désigne une spécificité morphologique marquée au sein d’une même espèce.

        Exemple : un teckel et un dobermann n’appartiennent pas à la même race, mais ils peuvent donner naissance à un chien : ils appartiennent à la même espèce.

        Concernant les êtres humains, ce qui est gênant avec le concept de race, c’est qu’il est très difficile à délimiter et à définir précisément, et qu’il peut justifier un modèle social discriminatoire. Pour autant, le concept de race en lui-même n’est pas totalement absurde s’il on s’en tient à une définition strictement biologique.


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 27 juin 2007 12:41

        @ Philou

        Je ne confonds pas. Je fais un choix lexicographique, considérant précisément que le seul critère biologique ne saurait être adapté à l’être humain. Traversé par l’Histoire, où les classifications par « races » ont de triste mémoire révélé le mal absolu dont le même être humain est capable. Et où ce même concept, qui renvoie à une réalité psychologique également, permet de désigner l’autre, selon sa couleur, comme étant essentiellement différent de soi, et méritant par là un traitement différentialiste : racisme d’un côté, discrimination positive de l’autre. Les deux faces d’un même fléau.


      • bozz bozz 27 juin 2007 14:17

        @ philou : en bio le terme de race n’existe pas ! même pour les cabots dans mon genre... tu peux parler d’espèce, de semi-espèce de genre de famille mais pas de race !

        d’ailleurs ta définition d’espèce est plus que relative car de nombreuses plantes peuvent se reproduire entre elles (interfécondité) mais ne sont pas de la même espèce ! et pour les espèces fossiles ? comment fais-tu pour prouver leur interfécondité ?


      • Le Chacal Le Chacal 29 juin 2007 19:15

        @ PHILOU

        Même en biologie, cela fait belle lurette qu’on a abandonné le concept de race, surtout pour l’espèce humaine. Et ce pour de multiples raisons :
        - la faible variabilité génétique de notre espèce (proche d’une espèce en voie d’extinction, soit dit en passant, ce qui corroborerait le fait qu’on soit passé par un goulet d’étranglement dans un passé géologiquement récent, en terme de nombre d’individus). Pour exemple, si on prend deux chimpanzés (espèce très voisine de la nôtre, et géographiquement peu étendue), on observe plus de variations alléliques que chez deux humains pris aléatoirement sur la planète (oui, même un inuit et un papou de nouvelle-guinée)
        - Cela dépend trop des critères choisis : si on classe les humains par couleur de peau, on n’a pas du tout le même « arbre généalogique » qu’en les classant par exemple par groupe sanguin, ou que sais-je... Au passage, vous avez remarqué comme la couleur de peau semble curieusement corrélée à la localisation géographique (avec les peaux sombres près des tropiques et les peaux claires près des pôles ?)

        Exemple parmi tant d’autre : les mélanésiens (peuplades noires des îles pacifiques) sont plus proches d’un point de vue sanguin avec les population d’eurasie que de celles d’afriques. Pourtant, ce sont des « noirs » pour la plupart des gens qui s’arrêtent au premier détail.

        Toujours partant pour définir des races « biologiques » ?


      • Bois-Guisbert 30 juin 2007 10:17

        Au passage, vous avez remarqué comme la couleur de peau semble curieusement corrélée à la localisation géographique ?

        Moi, j’avais remarqué, mais j’ai noté aussi que les peuples à couleur de peau très foncée sont, dans les pays qu’ils occupent sans partage, curieusement inaptes à ce que nous considérons comme la bonne gouvernance.

        Quelle que soit leur localisation géographique (Afrique, Caraibes), qu’ils aient été colonisés ou non (Liberia, Ethiopie), l’incurie est rigoureusement la même...

        Pire, on voit que s’ils se « réapproprient » complètement leur destin, ils sont tout à fait capables de ramener un pays relativement développé à un dramatique sous-développement (Zimbabwe).

        Même au Brésil, pays métissé, antiraciste, progressiste et tout et tout, ils n’accèdent qu’exceptionnellement aux sphères supérieures du pouvoir. Idem à Cuba, par exemple... Les Noirs, comme on dit, soit gouvernent mal, soit n’accèdent pas au gouvernement.

        On ne sait pas ce que deviendra, à terme, l’Afrique du Sud, mais pour des investisseurs, par exemple, ce n’est pas encourageant, eu égard à ce qui se passe partout ailleurs. Qu’un Mugabe arrive au pouvoir à Pretoria, et c’est le désastre garanti...


      • Chichile Chichile 27 juin 2007 13:02

        Monsieur Seb, je vous prierai d’écrire le patronyme du Maréchal avec une majuscule, s’il vous plaît !

        attention, ceci est un trollage basique, laissant supposer de ma part quelque accointance avec les idées répugnantes et racistes de l’idéologie nazie, et son application en France pendant l’occupation de 40-45. Je nie farouchement avoir de telles idées, bien au contraire.


      • pffff 27 juin 2007 13:37

        Et bien pour une fois, je suis plutot d’accord avec toi seb

        Je pense que ce qu’il faudrait pour une non non-representativité (cette formulation a de l’importance), c’est juste une ouverture de la politique à tous les citoyens (riches pauvres blanc jaune vert...).Quand tous les partis auront en leur sein autre chose que le sempiternel Enarque, on aura juste a voter pour ses idées, la couleur de l’elu n’aura aucune importance.


      • bozz bozz 27 juin 2007 14:20

        et la taille du sexe comme critère pour les député homme (et pour faire bonne figure la taille des Bonnets pour les femmes)

        autre trollage d’un dangereux sarkozyste même pas sexiste (pff tout se perd)


      • snoopy86 28 juin 2007 08:13

        @ Bozz

        Non Bozz, pas les Bonnet s’il te plait... Les Machinchose si tu veux, mais pas les Bonnet...


      • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 27 juin 2007 10:19

        Les sois disant bien pensant, on imposé aux partis politique la présentation de 50% de femmes pour les législatives.

        Résultat des courses 18% de femmes présentes à l’hémicycle.

        Il faut arrêter de prendre les électeurs pour des pignoufs, on ne vote pas pour une personne, pas pour son sexe.

        Par contre, dans un monde à majorité blanc, pourquoi devrions nous avoir des députés noirs/jaune/vert/etc ..., on vote pour notre représentant, celui qui va porter notre voix, celui qui nous ressemble.


        • jakback jakback 27 juin 2007 10:39

          Les appels à « introduire la diversité » dans la représentativité politique se multiplient dans les médias.

          La machine a manipuler serait plus exact, qu’importe la couleur, le sexe, la religion, pour être élu, il faut être Français point. Cessez de culpabiliser le Français blanc, dans peu de temps, il faudra qu’il s’en excuse.

          Pour clore allez sur AVOX MEDIA du 26/06/2007 visionner Noemie Lenoir ( c’est son nom ) écoutez bien ce qu’elle dit, c’est édifiant concernant les blancs, imaginez les mêmes propos tenue par une starlette blanche, les médias seraient aujourd’hui remplit d’appel au peuple, aux défilés anti-raciste condamnant aux gémonies la pauvre oie blanche.

          A force de rabâcher aux minorités qu’ils ont tous les droits face aux salauds de blancs colonisateurs, ils les prennent.

          Qui sème le vent......... smiley


          • mike57 27 juin 2007 10:52

            Laissons aux arabes et aux noirs le seul domaine ou ils savent faire quelque chose : le foot.


            • le pen la vie la vraie 27 juin 2007 18:28

              tout à fait ils gagnent un pognon fou (bien plus que les députés) à taper dans un ballon et on ne les a pas empéché d’occuper ces places en or, c’est donc qu’ils ne sont pas victimes de discrimination.

              S’ils n’arrivent pas à faire de la politique, à être ingénieur, docteur, savant etc.., c’est peut-être qu’ils sont trop cons pour ça.

              L’idéeal antiraciste qui nous mène par le bout du nez conduira peut-être un jour l’humanité à mettre au pouvoir uniquement des lesbiennes noires naines et demeurées et elle joueront à la guerre nucléaire avec tous ces beaux boutons. Nous mourrons tous « la conscience tranquille ».


            • masuyer masuyer 28 juin 2007 10:01

              « S’ils n’arrivent pas à faire de la politique, à être ingénieur, docteur, savant etc.., c’est peut-être qu’ils sont trop cons pour ça. »

              Si j’en crois ta théorie tu n’es ni savant, ni ingénieur, ni docteur.

              J’espère que t’es au moins bon au foot


            • Serpico Serpico 27 juin 2007 11:19

              Comme pour la représentation féminine, le plus important est dans le nombre des candidatures.

              Si on prétend que les partis bloquent leurs « gens de couleur » (c’est possible), l’électeur ne peut rien changer au menu électoral.

              S’il y a peu de candidats femmes ou peu de maghrébins ou de noirs, on ne va tout de même pas les élire de force pour respecter les statistiques !

              La parité est déjà un non sens.

              Vouloir déployer à ce niveau la discrimination positive, c’est carrément du délire.


              • gwinblad 27 juin 2007 11:38

                Vos chiffres sont contestables : selon une étude TNS Sofres commandée en janvier dernier par le Cran en association avec le Parisien, il y aurait aujourd’hui en France 1.865.000 Noirs de plus de 18 ans, soit 3,86% de la population. Concernant les arabes vous annoncez sans citer de source, donc au pif, 15% de la population française, soit presque 10 millions de personnes, ce qui est énorme. A 66% les blancs seraient grosso modo une quarantaine de millions, ce qui voudrait dire, d’après vos chiffres, que depuis plus de 50 ans la population française de type européen n’aurait pas progressé en nombre d’individus...Pour en finir avec ces considérations grotesques il faudra qu’on me dise si un enfant blanc né d’un couple de métisses à la peau noire doit être rangé dans la catégorie « blanc », « métisse », « noire » ou autre. J’ai en effet une nièce blonde, aux yeux bleus, à la peau blanche née de parents noirs. C’est grave docteur ?


                • bozz bozz 27 juin 2007 14:25

                  et le facteur ? il est comment ?

                  et bien ce qui vous choque sur ces chiffres est le nombre de gens dit de minorité visible ? les stat. sont interdites sur ce sujet en France car ce serait racistogène, ce qui est ridicule puisque ceux qui pensent qu’il y en a trop le penseront toujours et ceux qui s’en foutent (comme moi) s’en fouteront toujours ! La négation d’un éventuel problème sociétal est la pire des solutions !!

                  Personnelement je crois qu’il n’y a pas plus de « blancs » qu’en 1950 et que notre bonne natalité s’explique essenciellement par l’apport exogène mais bon ce n’est qu’une constation personnelle


                • Bulgroz 27 juin 2007 14:38

                  « que notre bonne natalité s’explique essenciellement par l’apport exogène mais bon ce n’est qu’une constation personnelle »

                  Famille Rachida Dati : Fratrie de 8 enfants

                  Famille de Fadela Amara : Fratrie de 11 enfants

                  Qui dit mieux au gouvernement ?


                • sylvie77 15 août 2007 17:18

                  mais justement ! c’est bien aussi pour ça que les propos du CRAN sont débiles !

                  l’auteur de cet article ne défend pas ces positions, il les combat ...


                • sylvie77 15 août 2007 17:23

                  Bayrou : 6 enfants, Morin : 5, il me semble

                  de fait, dès la 2éme genération la natalité est la même. D’un coté et de l’autre de la méditérannée les taux se rapprochent de + en +.


                • Eric citoyen Mulhouse Eric citoyen Mulhouse 27 juin 2007 11:49

                  Bonjour à toutes et tous,

                  Nous passons notre temps à tenter de répondre à des questions dont nous connaissons la réponse.

                  25 000, c’est le chiffre annoncé par le ministre HORTEUFEUX pour les reconduites, pardon mesures d’éloignement, à la frontière !

                  Encore un détail, un léger détail, le terme race est bien approprié pour les chiens etc etc.

                  Mais pas pour l’être Humain « la race humaine » ! smiley

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Race_humaine

                  Tant que nous penserons comme cela en terme de race, nous continuerons à nous comporter comme des barbares, sans aucune humanité, sans aucun complexes,à être des bourreaux, des racistes etc. !

                  N’ayons surtout pas honte !

                  Merci pour cet article.

                  Cordialement .

                  Eric bloggeur Mulhousien citoyen résistant

                  PS : « CASSE TA TV » c’est ta seule chance !

                  http://monmulhouse.canalblog.com/

                  Pour info :

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Race_humaine

                  Une race humaine est un sous-groupe de l’humanité se distinguant par des différences physiologiques précises, tout en étant interfécond avec le reste de l’humanité, les autres races. On admet généralement aujourd’hui, à la lumière de la génétique, que le seul sous-groupe correspondant à cette définition est l’humanité toute entière, autrement dit qu’il n’y a qu’une seule race humaine (on dit aussi qu’il n’y a pas de « races humaines »).


                  • Chichile Chichile 27 juin 2007 13:10

                    je ne vous suis pas, là. Vous précisez qu’il est insupportable de parler de race humaine. Soit. Vous ajoutez cependant tout en bas de votre commentaire un paragraphe, qui précise que l’on ne devrait parler que de la seule race humaine, et non de races au pluriel.

                    Que doit-on comprendre ?

                    Personnellement, je suis d’avis de voir la question sous son angle « humain » : le sang qui coule est rouge, quelle que soit la peau, la chair dont il s’échappe. Et ce sang, nous en voyons encore beaucoup trop, tous les jours, au nom de grand principes dévoyés. Rien à foutre de la race.

                    Par contre, ne venez JAMAIS me dire que nous ne sommes pas différents, au nom d’une structure ADN identique. Car nous ne sommes pas que des filaments et des molécules, des constructs adroits de matière organique vivante, nous sommes aussi des cultures, des histoires. Autant de concepts et de réalités en marge de ce que peut être une race.


                  • Serpico Serpico 27 juin 2007 20:16

                    Chichile :

                    Oui, mais qui est différent de qui ?

                    Vous avez beau dire « On est différents », ne comptez pas sur la compréhension implicite qu’on pourrait avoir de votre propos pour ne pas distinguer la différenciation racialiste.

                    Qui est différent de qui ? Comment définissez-vous les groupes humains ? jusqu’à quel niveau de détail ?


                  • Bulgroz 27 juin 2007 12:10

                    Dans la 4ième circonscription de la Charente où Malek Boutih a recueilli 15,66% des voix (6236 voix) en 2007, le candidat socialiste J.Claude Beauchaud en faisait 16 271 soit 40,50% au premier tour en 2002 soit le record de France pour le PS au premier tour de 2002.. Malek boutih a été parachuté dans la circonscription la plus facile de France.

                    Au total, en 2002, la droite recueillait 35% des voix (UDF compris) et la gauche 65%.

                    Le nombre de voix exprimés en 2002 (40180) est le même qu’en 2007 (40644) dans cette circonscription.

                    Dans le département de la Charente très ancré au PS, les résultats du seul PS sur les 4 circoncriptions en 2002 et 2004 sont les suivants :

                    1ier : 35.92% (2002), 40.93% (2007) = progression du PS de 5 points

                    2ième:32.78% (2002), 28.37% (2007)= perte du PS de 4 points

                    3ième:36,77% (2002), 44.18% (2007)= progression du PS de 8 points

                    4ième (Malek Boutih) : 40,50% (2002), 15.66% (2007)=perte du PS de 25 points

                    Les conclusions sont faciles à tirer, même les électeurs socialistes n’ont pas voulu de lui (perte de plus de 10 000 voix entre 2002 et 2007) alors que 2 circonscriptions sur 4 .ont augmenté le score du PS par rapport à 2002.

                    Il est surprenant de constater que Malek Boutih n’ait pas eu la lucidité de constater lui même la vérité dégagée par ces chiffres. S’en prendre à Hollande pour l’accuser de l’avoir envoyé au casse pipes est la marque d’un incroyable déficit de pratique citoyenne.

                    Le PS en tirera toutes les leçons.


                    • DD 27 juin 2007 12:35

                      @ Bulgroz

                      Ce que vous oubliez ou refusez de dire, c’est que face à Malek Boutih, il y avait un candidat dissident du Parti Socialiste qui avait refusé le parachutage de Boutih dans la circonscription. Donc au total, le nombre de voix du PS ne s’est pas effondré.


                    • Bulgroz 27 juin 2007 12:48

                      C’est vrai, mais il y en avait aussi 1 en 2002, j’ai aussi oublié de parler de la crémière d’Yvrac-et-Malleyrand (16110).

                      Ca change quoi au diagnotic ?


                    • DD 27 juin 2007 12:53

                      Le problème avec le racisme, c’est que nous sommes dans un cercle vicieux :

                      ghettoïsation de l’immigration -> non-intégration ->discrimination -> non-intégration -> discrimination -> non-intégration -> discrimination, etc.

                      Il sera très difficile de sortir de ce cercle vicieux. Le mieux eut été de ne pas procéder à la ghettoïsation de l’immigration et des « banlieues ». Facile à dire, c’et sûr.

                      Si quelqu’un a une issue...


                    • Chichile Chichile 27 juin 2007 13:18

                      « Si quelqu’un a une issue... »

                      Bah, un billet et dans l’avion ? Je plaisante...

                      La ghettoisation n’est pas le fruit d’une simple volonté politique, mais surtout le fruit d’une politique urbaine pourrie : je ne pense pas que l’on ait cherché à parquer les gens dans des habitats communautarisés et délabrés.

                      - exode rural, avec des taudis et bidonvilles qui poussent autour de Paris, et dans lesquels on retrouvera masse de paysans et fils de paysans bien de chez nous et non immigrés, venus chercher une vie meilleure à la ville
                      - LeCorbusier et son influence sur les plans d’aménagement urbains, où l’on devait construire d’immense cité de béton, avec des centres de vie par étage, et tous les commerces aux pieds des tours.
                      - la main d’oeuvre que l’on a fait venir en masse pour combler les manques de la métropole, pendant les 30 glorieuses, et que l’on devait loger

                      Autant de misère que l’on a cru pouvoir gérer dans des cages à lapin.


                    • DD 27 juin 2007 13:48

                      @ Chichile

                      Je suis d’accord avec vous : la ghettoïsation n’a pas été planifiée et voulue, et en ce sens on ne peut pas parler d’Apartheid.


                    • DD 27 juin 2007 12:20

                      Le fait de vouloir mettre en place des quotas pour les « minorités visibles » relèvent purement et simplement du racialisme.

                      Le racialisme, c’est considérer qu’il existe des races au sein de l’espèce humaine, et que chaque individu pris au hasard est défini de manière incontestable et essentielle par son appartenance à la supposée race.

                      Le racisme, c’est postuler la hiérarchisation des races, et mettre en place un modèle social s’appuyant sur cette classification.

                      On le voit bien, il n’y a qu’un pas entre le racialisme et le racisme.

                      La discrimination positive, qui prétend vouloir corriger la racialisation socio-professionnelle procède d’une démarche raciste, puisqu’elle prône une représentation raciale au sein des classes sociales strictement égale à la répartition raciale au sein de la population totale.

                      Cela signifie que les individus, indépendamment de leurs qualités intellectuelles, culturelles, personnelles, etc. doivent être rangées dans une case qui leur est réservée, au détriment ou bien au bénéfice d’un autre individu n’appartenant pas à la même race. C’est ignoble.

                      L’ennui, avec le métissage, c’est que la « palette des couleurs » s’étend, et cela va être de plus en plus difficile pour les racialistes et a fortiori les racistes de définir précisément l’appartenance à telle ou telle race. On imagine mal un individu devoir remplir un formulaire avec une case « race » : blanc catégorie 1, blanc catégorie 2, blanc catégorie 3, noir tendance a, noir sous-catégorie b, arabe tendance jaune dégénéré rouge avec ascendance blanche mélangée à une dose de marron... On atteint le comble du grotesque et de l’humiliation.

                      Enfin soyons sérieux, la diversité de l’espèce humaine est une richesse exceptionnelle. Le risque le plus grand est la standardisation et l’uniformisation. Un individu doit être considéré en tant que tel et respecté pour sa singularité, point. Lorsque l’on rencontre une personne, on ne se dit pas : alors, elle appartient à la classe sociale de type 23.A.B.45, à la race GH.56.89, etc. La discrimination est la négation de l’individu.

                      S’il y a un combat à mener pour lutter contre la racialisation socio-professionnelle, ce n’est pas celui de la discrimination positive fondée sur des critères raciaux, mais celle fondée sur des critères sociaux. Il faudra l’expliquer à notre Président de la République.


                      • sylvie77 15 août 2007 17:29

                        sociaux et géographiques. Voir en ce sens la très bonne expérience de science po, qui a augmenté le nombre de places, pour les réserver à des élèves de banlieue, qui ensuite suivent le cursus normal, avec au bout la même sanction sur la compétence acquise ou non .


                      • LE CHAT LE CHAT 27 juin 2007 12:23

                        ce camembert représente les minorités par rapport à l’ensemble de la population vivant en France , mais pas par rapport à la population ayant le droit de vote dont et c’est normal sont exclus tous les non européens .

                        Ensuite , si il y si peu d’élus parmis les minorités visible , c’est aussi parce qu’on leur a refilé , un peu comme aux femmes des circonscriptions où ils n’avaient aucune chance d’être élus .

                        et si on commence avec des critères de races , il faudrait aussi le faire avec des critères de préférence sexuelles , de catégories socioprofessionnelles , de tranches d’âge etc etc

                        on est pas sortis de l’auberge ! smiley


                        • DD 27 juin 2007 12:54

                          Le problème avec le racisme, c’est que nous sommes dans un cercle vicieux : ghettoïsation de l’immigration -> non-intégration ->discrimination -> non-intégration -> discrimination -> non-intégration -> discrimination, etc.

                          Il sera très difficile de sortir de ce cercle vicieux. Le mieux eut été de ne pas procéder à la ghettoïsation de l’immigration et des « banlieues ». Facile à dire, c’et sûr.

                          Si quelqu’un a une issue...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès