Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mise en scène

Mise en scène

François Hollande a fondé toute sa campagne sur la volonté de se démarquer des « manières » de son prédécesseur. C’était le fameux slogan « Présidence Normale » et il était alors très "mode" de fustiger les effets de com, les mises en scène de Sarkozy souvent détestables d'ailleurs.

Nous comprenons, jour après jour que tout cela appartient au passé. Autrement dit même sur la forme Hollande fait du Sarkozy.

5kllf_480x270_2hghir

Oublions les histoires d’avion, le TGV et le scooter, gadgets dont on ne parle plus. Regardons plus près, après presque 1 an de pouvoir Hollande fait dans la même veine que Sarkozy.

Bamako ressemble à s’y méprendre à Benghazi avec la fameuse « journée la plus importante de ma vie politique … »  : un égocentrisme forcené aussi marqué que son prédécesseur. L’important n’est pas la « journée » du Président, l’important c’est la France. Nous n’avons rien à faire de ses émotions personnelles, parfaitement subjectives.

Claude-Serillon-on

L’arrivée à l’Elysée de Claude Serillon, un présentateur du 20h va dans le sens de cette « mise en scène » recherchée. Imaginons les quolibets si Sarkozy avait demandé à PPDA de s’occuper de sa communication !

Sur les dossiers européens, c’est exactement la même chose, la mise en scène supplante le fond. Ainsi il suffit de faire croire que Hollande lutte et gagne sur le front de l’austérité imposée par l’Allemagne. Peu importe la réalité contraire.

En effet, dans l'immédiat, les premiers bénéficiaires de l'euro n'ont pas été les Grecs ni les Espagnols, mais… l'industrie allemande. En effet, comme c'était déjà elle qui, de très loin, exportait le plus hors d'Europe, c'est aussi elle qui a profité le plus du coup de fouet en termes de compétitivité donné aux produits européens par la baisse de l'euro intervenue (avec des hauts et des bas) depuis 2008. Les mouvements de menton ne changent rien aux réalités. Angella Merkel rigole d'autant plus que le fameux traité "Merkozy" qui devait passer à la trappe a été voté sans en changer un iota.

Enfin sur le « sociétal », les débats imposés sur le vote des étrangers, le « mariage pour tous et les salles de « shoot », Hollande qui critiquait Sarkozy pour son côté « clivant », ne fait que diviser les Français. On est loin du Président "rassembleur" tant évoqué.

Qu’à cela ne tienne, il a l’air satisfait et le rôle lui plaît.

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 5 mars 2013 11:23

    Bonjour, Jlhuss.

    Une fois de plus, désolé de vous dire que vous faites la mauvaise analyse.

    Certes (et malheureusement), Hollande fait du Sarkozy, mais avant tout en matière de choix économiques et de soumission aux diktats de Bruxelles et de Merkel. Car pour le reste, on est encore bien loin du storytelling à la Sarkozy.

    Quant au comportement personnel de Hollande, il n’est pas mis en cause, comme le confirment les patrons des instituts d’opinion qui soulignent que la chute de Hollande est directement et intégralement liée au reniement d’un certain nombre d’engagements socioéconomiques.

    Bref, Hollande n’est pas Sarkozy !


    • Bulgroz 5 mars 2013 13:03

      La victoire de Hollande a été basée sur les mensonges.

      Comme il y a une justice immanente, Hollande paiera très cher tous ses mensonges, un par un un.

      La France paiera aussi, hélas.

      A mon humble avis, il n’est pas acquis que cet incompétent puisse aller au terme de son mandat.


      • Traroth Traroth 5 mars 2013 15:56
        « il n’est pas acquis que cet incompétent puisse aller au terme de son mandat »

        Marrant, je disais la même chose de Sarkozy, mais cet incompétent-là est arrivé au terme de son mandat, malheureusement. Visiblement, la démission, c’est has-been...

      • Fergus Fergus 5 mars 2013 16:25

        Bonjour, Bulgroz.

        Prenez garde à ne pas prendre vos désirs pour des réalités. Il suffirait, dans le contexte de crise actuel, d’un retournement de conjoncture, même modeste, dans les 18 mois à venir pour que la cote de Hollande reprenne de la hauteur. C’est d’ailleurs ce qu’il escompte pour la 2e partie de son mandat.

        Cela dit, vous avez raison : il a menti durant la campagne. Mais ni plus ni moins que ses prédécesseurs. Et ses prévisions économiques étaient les mêmes que Sarkozy.


      • pierrot pierrot 5 mars 2013 17:00

        Un président ne doit pas diriger pour améliorer sa cote mais pour les générations futures.

        L’élection présidentielle française c’est en 2017 et il n’est pas certain que Hollande souhaite se représenter.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires