Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mobilisation du 29 janvier, un cri qui soulage mais ne résout (...)

Mobilisation du 29 janvier, un cri qui soulage mais ne résout rien

Les manifestations du 29 janvier ont été d’une grande ampleur, et selon quelques participants, la foule réunie à Bordeaux a dépassé les anciennes références, autrement dit la grande manif contre le CPE en 2006 et la fronde anti-Juppé en décembre 1995. Le constat vaut également à l’échelle nationale. Ce fut une grande mobilisation.

Quelles analyses en tirer ? Un peu d’ironie pour commencer ! Le mouvement social étant devenu une spécialité française, rien de tel que de temps à autre, une bonne manifestation. Une armée qui ne fait pas de manœuvres sur le terrain devient inopérante. Tout comme des syndicats qui ne font pas de manifs. La rue est un camp d’entraînement pris régulièrement d’assaut dès qu’une tension sociale apparaît et ne semble pas se résoudre avec les règles du dialogue. Chez nos voisins allemands, une mobilisation de telle ampleur est impensable. Les syndicats participent à un dialogue hérité du modèle rhénan qui introduit une dose de co-gestion si bien que l’Etat intervient beaucoup moins pour résoudre. Un cri ne s’adresse jamais qu’à une personne ou une institution. Une revendication vise une instance habilitée à la satisfaire. Et comme en France, l’Etat a pris l’habitude de se substituer aux partenaires, alors, quand quelque chose ne fonctionne pas, les manifestants s’expriment dans la rue. L’Etat français entretient avec ses administrés une relation d’amour vache. Quand l’Etat providence a de quoi satisfaire les demandes, les gens sont contents, jusqu’à la prochaine grippe du système. Mais quand ça tangue, les frictions augmentent et la rue gronde.

Les comparaisons avec 1995 et 2006 sont légitimes pour ce qui est du chiffrage. Par contre, le ressort et les revendications sont assez différentes. Les précédentes mobilisations demandaient le retrait d’un texte. Ce que le gouvernement fit. La mobilisation de 2009 porte elle aussi ses revendications mais celles-ci sont plurielles, concernant l’emploi, le pouvoir d’achat, les licenciements, la subordination des subventions publiques à un engagement social. Des revendications que l’Etat n’a visiblement pas les moyens de satisfaire.

La recension du NYT de cet événement est intéressante à consulter. Un regard étranger nous en dit parfois plus que le notre, pénétré de préjugés. L’envoyé spécial du NYT a sélectionné quelques traits, notamment le propos d’un quadragénaire enseignant arguant que Sarkozy n’écoute pas les gens et fonce tête baissée dans son programme de réformes. Du coup, beaucoup d’employés du secteur public sont inquiets de leur devenir. A noter aussi cette pirouette politique du journaliste pointant la spécificité de la relance sarkozienne, orientée vers les grands travaux et le renflouage des banques, l’aide aux entreprises des secteurs clés. Et donc, une relance qui n’est pas « Obama-like ». Traduction, Obama est bien plus social (mais pas socialiste, une horreur aux States) que Sarkozy, puisqu’il accompagne la relance par un soutien à la consommation. Ce que ne fait pas Sarkozy mais au final, la mobilisation a eu au moins un impact sur le Président nous gratifiant d’un « je vous ai compris », puis disposé à recevoir les frondeurs à l’Elysée pour les écouter. De quoi éteindre l’incendie pendant un moment.

Une analyse de la situation montre bien l’impasse où se situe le gouvernement pour satisfaire une série de revendications grandissantes. Le déficit est là. Les contraintes de la zone euro aussi. Ce que ne précise pas le journaliste du NYT, c’est que les Etats-Unis ne sont pas encadré par les règles de Maastricht et donc, Obama peut proposer un plan de relance assez sexy (du coup, les Français se disent, si Obama can, alors yes, Sarko, you can also !) Quant à la France, entendre, écouter, voilà deux mots prononcés à l’occasion de cette mobilisation. Bon, s’écouter c’est bien, s’entendre et se comprendre, c’est mieux. Et sur ce point ce sera un dialogue de sourds.

En fin de compte, peu l’auront noté mais cette fronde est aussi le résultat d’un manque de connaissance économique au sein de la population française. Qui se surajoute avec des déformations idéologiques, venant de la pensée de gauche autant que du volontarisme de droite. Un peuple qui manque d’instructions sur les choses publiques se laisse manœuvrer aisément. Et n’a pas la possibilité de réfléchir à un autre monde. Il est entre les mains des agitateurs idéologiques. Et quand la situation économique est bonne, ça se passe assez bien et c’est tout bénef pour les élites. Quand l’économie tangue, c’est le revers de la médaille. Le manque de perspective incite le pouvoir à (s’en)foncer dans la réforme et les citoyens à crier leur désarroi. La passion déborde la raison. Ils ne comprennent pas les milliards injectés dans les banques alors que les bénéfices sont au rendez-vous. Et eux, qui se serrent la ceinture. Pourtant, si on capte de temps à autre un propos éclairé, celui par exemple d’Elie Cohen, on saisit à peu près le ressort avec ces histoires de fonds propres qui n’ont rien à avoir avec les bénéfices mais plutôt avec la capacité des banques à créer du crédit pour la relance. Il n’y a rien de scandaleux. Sauf que toutes ces politiques de relances menées dans le monde iront dans le mur. Mais comme les citoyens sont devenus bornés, les élites aussi, alors, il n’y a pas de solution. Et les plus touchés ne seront pas forcément ceux qui ont manifestés.


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • Mescalina Mescalina 30 janvier 2009 11:56

    En fin de compte, peu l’auront noté mais cette fronde est aussi le résultat d’un manque de connaissance économique au sein de la population française. Qui se surajoute avec des déformations idéologiques, venant de la pensée de gauche autant que du volontarisme de droite.

    Tout est dit !


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 12:12

      Léon, tes sarcasmes ne me convaincront pas que ce billet n’a aucun fond. Mais en lecteur averti, tu pourrais mettre le lien vers deux ou trois tribunes qui à tes yeux méritent d’être lues. Je ne crains pas la comparaison et si mon billet est mauvais, je le reconnaîtrai volontiers. Allez Léon, un petit effort


    • Marsupilami Marsupilami 30 janvier 2009 12:20

       @ Léon

      Je dis pas mieux. D’après le Dauphiné Libéré, il y aurait eu des traders dans les manifestations, ce qui semble assez difficile à croire ! A quand de grandes manifestations d’économistes libéraux licenciés sans indemnités pour cause de fautes graves et de totale incompétence ?

      @ Bernard

      Serais-tu prêt à participer à ce genre de manifestation en soutien à ces malheureux citoyens économistes réduits à la misère ?


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 12:26

      Je compatis avec ces traders revenus de la City et inscrits à l’ANPE qui n’arrive pas à leur dégoter un job convenable, à 7000 euros par mois !



    • Yena-Marre Yena-Marre 30 janvier 2009 12:04

      Si Cohen pouvait distiller une pensée eclairée , ça se saurait !


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 12:09

        En tout cas, ça se voit, parce que tout est si brouillé et sombre question explication que Cohen en paraît lumineux.

        Par contre, ce qui n’est pas dit, c’est le ressort de tout ça. J’ai quelques idées pour expliquer comment... bon... bref... un ange passe


      • iris 30 janvier 2009 12:23

        dans les pme on ne peut faire grève ou se syndiquer-il faut bien avoir de quoi se nourrir !!
        pour se syndiquer dans les pme et pte il faut du courage et n’avoir pas peur de se faire licencier-
        défense de se syndiquer dans ces milieu là !! ou alors etre vraiment indispensble à son entreprise !! et c’est rare-
        pour les pratiques et état d’esprit du patronat délocalisateur allez sur le site d’ATTALI sur le croissance et chercher les propos de Leon dermayers-édifiant !!


        • bobbygre bobbygre 30 janvier 2009 12:52

          Bonjour,

          Votre article prouve juste que vous etes à coté de la plaque. Votre regard "exterieur" est tellement exterieure qu’il est à mille lieux de la réalité. Si vous aviez été manifesté, vous auriez vu que :

          1. Il y avait bcp de gens du privé. Rien que sur les 7 personnes que je sais être allé manifesté, 2 seulement sont fonctionnaires et pour tous, cela faisait des années, voire c’etait la première fois qu’il manifestait.
          2. Chacun était venu pour des raisons différentes, propres à sa vie et son métier mais tous nous dénoncons la même logique qui est à l’oeuvre partout : rentabilité et inhumanité. Et enfin, s’il devait y avoir une revendication unitaire, hier, elle s’est exprimée clairement et sans ambiguité : "SARKOZY DEHORS !"
          3. Pour avoir discuté avec quelques manifestants au hasard et en me référant à mes proches, je peux vous certifier que nous sommes tous conscients que ce n’etait que le premier round et que cette manif "en elle-même" ne ferait pas changer la politique de notre Grand Leader d’un iota. Nous savons tous que nous devrons recommencer plusieurs fois et qu’à chaque fois, il faudra être plus nombreux.
          4. Tout le monde avait le sourire hier. Pourquoi ? Car en voyant le nombre de personnes présentes malgré une couverture médiatique honteusement fausse (on a essayé jusqu’au dernier moment, de faire passer cette grèe pour une grève de fonctionnaires), on a tous compris que c’était possible ! Que c’était, peut-être, le début de quelque chose.
          5. Beaucoup de journaux s’accordent à dire que depuis 68, on avait plus vu une telle concentration de gens du privé.

          Et vous, evidemment, uniquement informé par des intermediaires (allez dans les manifs !!!!), vous ne voyez que ce que l’on veut bien vous montrer...



          • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 13:01

            Je devais y aller à la manif mais une crevaison de mon vélo m’en a empêché. Cela ne m’aurait pas empêché d’écrire ce billet qui ne plaît guère parce qu’il ne veut pas être manichéen. Il n’y a pas des bons et des méchants. Et le plus important, c’est le mot de la fin. Ceux qui vont payer le plus ne sont ni des travailleurs en CDI ni des syndiqués. Cela fait deux décennies que la société les oublie. Qui a eu un mot pour les CES ?


          • Yena-Marre Yena-Marre 30 janvier 2009 13:40

             smiley
            Monsieur Dugué aurait été manifester sans une panne de vélo !
            J’ai manifesté à Lorient , il y avait des handicapés en fauteuil roulant qui ont fait sensation , je pense qu’eux auraient eu de meilleures raisons de ne pas se déranger .
            Je crois qu’ils étaient la pour souligner la stupidité de votre article d’hier , et , aujourd’hui vous en rajoutez une couche.


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 13:47

            Ce billet n’a pas vocation à instruire mon procès devant un tribunal que du reste, je ne reconnais pas !



          • slashbin 30 janvier 2009 15:58

            Tout ce que vous direz, pardons écrirez, pourra être retenu contre vous. smiley

            Avec Bernard,... il y a de quoi faire un joli procès à charge !!!


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 18:18

            Tout à fait, et moi je mets le tribunal à la décharge !


          • maxim maxim 30 janvier 2009 13:02

            il y a un petit hic au point de vue des salaires du privé ,c’est qu’un président de la république ,que ce soit Sarkozy ou Tartempion ,c’est qu’il n’a aucun droit de regard sur ces salaires ...

            il n’a le pouvoir que d’augmenter le Smic ,ou le traitement des fonctionnaires !

            les salaires du privé sont fixés entre les patrons et les conventions collectives des différentes branches professionnelles .


            • plume plume 30 janvier 2009 13:50

              eh oui ...
              hier le privé a manifesté pour le public , les syndicats et la gauche


            • bobbygre bobbygre 30 janvier 2009 17:22

              hier le privé a manifesté pour le public , les syndicats et la gauche

              Ben voyons, vous savez mieux que les manifestants eux-même pourquoi ils ont manifesté...
              Pitoyable tentative pour dégouter, décourager et encore monter un peu plus les fonctionnaires contre les gens du privé.

              "Le privé" a manifesté car ils sont dégoutés de voir des milliards d’aide pour les banques, à coté de ça, les gabegies de nos fonctionnaires ne sont que des pecadilles.
              "Le privé" a manifesté car ils sont dégoutés de voir les depenses somptueuses de nos dirigeants à l’égo hypertrophié, à coté de ça, les gabegies de nos fonctionnaires ne sont que des pecadilles.
              "Le privé" a manifesté car ils sont dégoutés de voir les millions de subventions pour des grands groupes qui n’en ont aucun besoin, à coté de ça, les gabegies de nos fonctionnaires ne sont que des pecadilles.
              "Le privé" a manifesté car ils sont dégoutés de voir des milliards reversés pour les actionnaires alors qu’eux doivent travailler pour simplement survivre, à coté de ça, les gabegies de nos fonctionnaires ne sont que des pecadilles.
              "Le privé" a manifesté car ils sont dégoutés de voir les salaires et les stock-options des dirigeants des grandes entreprises, à coté de ça, les gabegies de nos fonctionnaires ne sont que des pecadilles.

              Et enfin, "le privé" a manifesté hier pour faire comprendre à Sarkozy que sa propagande intensive sur tous les médias pour nous faire croire que seuls les fonctionnaires sont en colère, CA NE PREND PAS !!!!


            • plume plume 30 janvier 2009 18:56

              "..... vous savez mieux que les manifestants eux-même pourquoi ils ont manifesté..."
              et vous oui ? 
               smiley 


            • cathy30 cathy30 30 janvier 2009 13:29

              bernard dugué tu t’écoutes quand tu écris ?
              Mais quel mépris ! Vous prenez les gens pour des idiots ? Levez un peu vos fesses de votre terrasse pour faire un tour du coté de la misère humaine derrière les murs, ceux des foyers et des entreprises.

              Je parle des petits retraités qui n’ont pas de quoi se chauffer ou de se nourrir correctement, des salariés à qui l’on demande de travailler plus c’est à dire le week end, le soir mais sans augmentation de salaire, sinon c’est la porte. Parce que nous y trompons pas ce sont les salariés du privé cette fois ci qui sont descendus dans la rue.

              La pression se fait de plus en plus forte, vous ne la ressentez pas, parce que vous êtes à l’abri.
              Quand à prendre les français pour des idiots parce qu’ils n’y connaissent rien en économie, alors là c’est la totale. La première des réformes de sarko, c’est un cadeau aux riches (bouclier fiscal) et le reste aux banques. Quand aux français on leur demande de se serrer la ceinture. Il n’y a pas quelque chose qui cloche ? Faut-il être es science pour comprendre ça ?

              cela fait le deuxième billet de cet acabit, mais là vous dépassez les bornes.
               


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 13:38

                Si nécessaire, je ferai un troisième billet de cet acabit

                Je n’ai jamais dit que les gens ne souffraient pas. D’ailleurs, le titre est sans ambiguité, un cri !

                J’ai juste tenté une analyse un peu décalée et dépassionnée mais je vois que les commentaires sont eux passionnés, illustration s’il en est de mon précédent billet.

                La société est dans une impasse, et c’est tout. Pour en sortir, il faudrait au minimum commencer à une opération de décentrement, comme l’explique Watzlawick. S’il y a des petites retraites, des précaires, des abus, c’est que le système est mal conçu.

                Tu me fais marrer, on vient de découvrir la misère le 29 janvier, avant, rien, tout était parfait !


              • Marsupilami Marsupilami 30 janvier 2009 13:47

                 @ Bernard

                Pour ta peine, tu copieras 1 million 500 mille fois les paroles de cette chanson. Rogntudjuuu...


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 13:51

                Retourne donc écouter ton disque de Carla Bruni

                En boucle, 1000 fois, pour ta peine


              • maxim maxim 30 janvier 2009 14:48

                je voudrais vous signaler qu’au sujet des "cadeaux aux banques" ,il y a erreur ,c’est un prêt consenti à 8% !


              • taktak 30 janvier 2009 14:06

                pff cette article est digne du lavage de cerveau médiatique de ces derniers jours :
                Ce mouvement social n’est pas "contre la cris", mais bien contre la politique économique de Sarkosy.

                les français ont bien compris que la politique de Sarko c’est d’ avantager les riches, à la fois par les réformes fiscales et le dépecage des services publics (Energie, transports, éducation, aménagement du territoireet écologie, etc etc) et par la garantie de leurs investissements, et cela avec l’argent public. Il n’est rien prévue pour la masse, le peuple en un mot.

                Les français sont en train, avec cette période de crise, de voir ce que c’est que le fondemment de l’économie capitaliste, ce que c’est la politique capitaliste qu’on leur applique (RGPP et autres réformes fiscale). 

                A nos oreilles, on a clamé pendant des années que la rémunération du capital était du, à cause des prises de risque et du role d’élite du capitaliste capable de selectionner ce qui a de l’avenir ou pas.
                C’est dernière années, et particulièrement cette crise, montre au monde du travail que les revenus que s’attribue le capitaliste ne sont que du vol, puisqu’en aucun cas on en peut y toucher.

                Grace à la crise, le peuple prend consience, Grace à la manifestion, il prend conscience de sa force.

                Et pas qu’en france (voir les manifestations en Italie, Grece, Allemagne etc....)


                • JL JL 30 janvier 2009 14:08

                  Je recopie ici la première phrase car elle est importante : ""Les manifestations du 29 janvier ont été d’une grande ampleur, et selon quelques participants, la foule réunie à Bordeaux a dépassé les anciennes références, autrement dit la grande manif contre le CPE en 2006 et la fronde anti-Juppé en décembre 1995. Le constat vaut également à l’échelle nationale. Ce fut une grande mobilisation. ""

                  Dont acte.

                  Ce midi sur France Culture il a été dit que les manifestants étaient plus nombreux dans les petites villes que dans les grandes. Et d’enchaîner que le malaise est plus grand dans ces petites villes.

                  Je pense qu’il serait intéressant de comparer en fonction du nombre d’habitants les écarts entre les estimations des participants et les estimations officielles lesquelles, il ne fait pas de doute, serviront de base aux éventuels changements de cap.


                  • JL JL 30 janvier 2009 14:19

                    Claude Guéant invité sur FI disait le 5/12/08 : "On ne peut faire de relance par la consommation à cause des importations".

                    En toute logique, cela revient à déclarer que le gouvernement ne veut pas augmenter le pouvoir d’achat des Français qu’il juge trop élevé, crise ou pas.

                    L’autre bonne solution pour relancer l’économie consisterait à substituer des dépenses publiques aux dépenses privées qui manquent et accroître la demande anticipée par les entrepreneurs. Cette solution est également rejetée par son Altesse qui s’applique malgré la tempête à maintenir son "cap des réformes" à savoir, la réduction sauvage des dépenses publiques.

                    Ceci me fait dénoncer ici la bêtise de celui qui confond pouvoir et intelligence, il a dit : "Dans la tempête, il est réconfortant d’avoir un capitaine qui sait où il va."

                    Hé bien non, dans la tempête on doit faire la route qui permet de sauver le bateau, quitte à tourner le dos à la destination qu’on s’était fixée. C’est dans le beau temps qu’on sait où l’on va. Dans le mauvais temps il faut un marin aux commandes, pas un croisiériste.


                  • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 20:14

                    L’argument de Guéant scie la branche de Sarkozy

                    Pourquoi travailler plus et gagner plus, à cause de l’importation, l’argument vaut aussi

                    Quel est la finalité de tout ça, le savez vous, je vous ai mis sur la piste


                  • LE CHAT LE CHAT 30 janvier 2009 14:22

                    Mais comme les citoyens sont devenus bornés, les élites aussi, alors, il n’y a pas de solution. La potion ultralibérale , ce sont les élites qui nous l’ont imposée et pas l’inverse ! smiley il y a une solution , changer d’élites tout simplement ,exclure tous les membres du siècle et les bilderberger qui s’enrichissent à nos dépends depuis trop longtemps ! un bagne serait trop doux pour ces membres de l’antifrance !


                    • Papybom Papybom 30 janvier 2009 16:02
                      A l’auteur.
                       
                      Espérez-vous bénéficier des 600 Millions pour la presse ? Votre article me laisse un doute.
                       
                      Les Français sont conscients de la crise financière est globale. Mais ce que le peuple (connaissez-vous ce mot ?) ne supporte pas, c’est l’arrogance, le mépris et le vulgaire.
                       
                      Une majorité des français n’on pas perdue de capitaux par la faute des banques, simplement pars qu’il n’en possède pas. Leurs richesses c’est : leurs familles, leurs bras et leurs courages.
                       
                      Nous sommes plus spolié par Nicolas 1° que par les banques. Ce qu’il nous supprime, c’est l’espoir et la confiance. N’étant pas universitaire, je vous livre mon sentiment « brut de décoffrage ». Supprimer tous espoir en nos dirigeants est plus cruel que de les priver de pain et de jeux.
                       
                      C’est dans cette période que je regrette le plus mon manque d’instruction. Je ne sais pas m’exprimer comme vous, je ne peux que crier la souffrance de l’ouvrier. La souffrance d’observer le manque de considération pour un modeste maçon, plombier…Bref, un Sous-citoyen.
                       
                      Utilisé votre prose pour dénoncer les dérives de vos élites. Ce sera oeuvre de salubrité publique.

                      • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 22:30

                        J’ai bien un projet de livre sur le National Capitalisme mais étant hors circuit, je ne peux trouver un éditeur. Par contre, pour publier les dégeulis de Ségolène Royal, tous se pressent. Cette époque est lamentable. Les élites produisent de la merde et les gens se précipitent sur la merde et ce n’est pas une manif qui va changer cette imprégnation de la pourriture esthétique et idéologique dans une bonne partie de la société française. Je considère la France comme une nation qui s’est dévoyée et qui vogue sans représentation, comme en 1930 et 1940. C’est l’idée de que je fais à lire les commentaires mais je pense que pour les prochains billets, je ne lirai plus les commentaires.


                      • norbert gabriel norbert gabriel 30 janvier 2009 17:06

                        une bonne raison de manifester ? au ras des paquerettes, en volià une, la boite de meittes de thon au naturel qui coûtait 0.51 euros il y a 18 mois est affichée à 0.92 aujourd’hui chez ED. Si ma retraite était indexée sur lke thon en boite, j’aurais moins de soucis...


                        • K K 30 janvier 2009 18:05

                          Mais le thon est en train de se rarefier et il y a des quotas. Cela explique votre souci de boite de thon.


                        • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 18:20

                          Il faut organiser immédiatement le télé thon

                          pour faire baisser la boîte de thon


                        • Matéo34 Matéo34 30 janvier 2009 17:22

                          @ L’auteur.

                          Bonjour,

                          C’est p’etre parce que je suis un pauv’ con (de trentenaire smiley ) qui se casse (c’est pas comme l’autre) la binette (faute de mieux !) à essayer d’etre citoyen sans avoir des connaissances encyclopédique sur l’économie... mais je trouve votre commentaire bien vide.

                          Je passe sur "la fronde = manque de connaisance économique"... Ou encore sur Elie Cohen (membre de la commission d’analyse et prospective auprès du 1er Ministre), tellement expert que l’année dernière il déclarait dans un "C dans l’air" que les "français étant les moins endettés en Europe , l’augmentation du pouvoir d’achat devait se faire par le recours au crédit à la consommation." et qu’il n’était pas choqué par la technique des crédits hypotécaires... Quand on voit la situation de l’Islande et d’autres pays...

                          Pour ce qui est des "agitateurs idéologiques"... ma mémoire défaille :

                          Qui a dit le soir de l’élection de N. Sarkozy a dit "nous avons gangné la bataille idéologique" ?
                          a - Jacques Marseille,
                          b - Le savon de Marseille,
                          c - Massilia Sound System,
                          d - Dak Vador de passage à Marseille.

                          Qui a dit « La guerre des classes existe, c’est un fait, mais c’est la mienne, la classe des riches, qui mène cette guerre et nous sommes en train de la remporter  » ?
                          a - Warren Buffett dans le New York Time,
                          b - Bernard Buffet dans "beaux arts" magazine,
                          c - George Bush dans "un instant de lucidité" Time,
                          d - Dark Sidious quand Obi One Kenobi daigne lui lacher la grappe.

                          Après, je me repète : meme absence d’analyse des propsoitions des uns et des autres pour la sortie de crise, meme preche de l’inutilité de ces actions, l’économie n’est pas le fruit de choix politiques... Bref, du Crhistope Barbier moins l’écharpe rouge.

                          Bonne journée.

                          Matéo 34


                          • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 20:07

                            Je mets la clé sous la porte, à entendre tous ces délires. Le laisse la comédie humaine désagréger la civilisation. Dans cent ans, on relira ces échanges et on verra qui avait mis l’accent sur quelques vérités. Vous n’analysez pas, vous usez de la farce et ma foi, vous montrez qu’après tout, les élites financières ont raison quand elles prétendent avoir gagné la lutte des classes. En face, il y a une cohorte d’imbéciles.


                          • Matéo34 Matéo34 30 janvier 2009 23:43

                            M. Dugué,

                            J’accepte bien volontier votre peu de considérations pour mes galégades... C’est bien normal.

                            J’accepte un peu moins le mépris sur les grognements ou les arguments...

                            Sur votre précédant papier, j’avais déjà déposer un commentaire pour j’expliquer que je pensais que ce mouvement de grève s’inscrit dans dans un long processus de crise qui va du blocage des salaires par Delors jusqu’au bouclier fiscal de l’UMP et de Sarkozy. On a connu les émeutes de 2005, le mouvement du CPE, etc...

                            Je veux bien que ce soit des vieilles lubies méprisables mais il y a bien deux analyses de cette crise sociale : celle d’Elie Cohen (pour voir la prévision d’aout 2008 : http://www.ledauphine.com/elie-cohen-directeur-de-recheche-au-cnrs-je-ne-crois-pas-a-la-recession—@/index.jspz?chaine=13&article=46069) et celle de gauche, voir marxien (ou marxistes), ou pire altermondialiste comme vous pourrez le lire sur le site du Parti de la Gauche Européenne en juillet 2008 (ici : http://www.european-left.org/english/news/el_2008_summer_university/) (Diable ! le spectre qui hante l’Europe bouge encore !)
                            La situation que nous connaissons, on l’a voit partout en Europe (voir les vidéos sur ce site : http://dndf.org/?cat=5).

                            Mais le pire je pense dans votre commentaire à mon propos, c’est le mépris pour les idées politiques et l’expression populaire de celles-ci. Quand on a vu des émeutes de la faim dues à la spéculation et au manque de développement, quand on voit des personnes qui sautent des repas pour que leurs gosses puissent bouffer, que la hausse des matières premières a entrainé le bordel dans le capitalisme financier et qui a conduit à la situation actuelle...

                            Oui, on s’intéresse aux idées politiques, aux propositions des différents partis parce que que ce soit au niveau national ou européen, il y a différentes solutions. Et ce pour une seule raison : la situation que l’on connait peut déboucher sur des évènements violents. Que la démocrtaie peut y répondre si on ne néglige pas sont principes premier (et uen de ses plus grandes négations, c’est peut être la dernière présidentielle) : des hommes et des femmes libres et responsables peuvent construire une politique qui répondent à leur besoin. Et c’est primodial sinon on peu aboutir un régime autoritaire !!! Vous vous dites humaniste... Bravo ! continuez avec votre péssimisme, on n’y va tout droit !

                            Si on vous écoute, il y a un peuple qui grogne mais des gens qui connaissent l’économie qui font les solutions (après avoir proner les causes de la crise !). Quand on a fait autant d’année d’études que vous, on peut s’attendre à une analyse un peu plus pousser qu’un mixte en Christophe Barbier et de Christine Ango !

                             smiley

                            Matéo 34


                          • Jean-paul 30 janvier 2009 17:31

                            19 milions d’actifs n’ont pas fait greve .Et le droit de travailler ??????
                            A part faire la greve que font les syndicats ???????
                            Greve = defendre le service public = defendre les privileges ( emploi a vie ,longues vacances ,transports gratuits etc.....)


                            • bobbygre bobbygre 30 janvier 2009 18:04

                              Greve = defendre le service public = defendre les privileges ( emploi a vie ,longues vacances ,transports gratuits etc.....)

                              Voilà ce que la propagande a obtenu sur les plus influencables d’entre nous. Il y a encore quelques decennies, n’importe quel ouvrier savait que tous les acquis sociaux que nous detenons (5 semaines de congé payés, la réduction du temps de travail, le salaire minimum, l’indemnité chomage...) ont été acquis soit : par des grèves massives, soit par des mouvements sociaux importants qui ont débouché par l’arrivée au pouvoir de véritables gens de gauche.

                              Aucun de ces acquis n’a été obtenu aprés que le pays ait engrangé plein d’argent et que les ploutocrates aient décidé par eux-même de partager le gateau, JAMAIS. Ces acquis n’ont été conquis ni par magie ou ni par bonté de nos dirigeants, mais par de bonnes grosses greves et un bon coup de geule du peuple.


                            • Battement d’elle 30 janvier 2009 19:06

                              @ Bernard l’ermite !

                              vous devriez sortir de votre coquille de temps en temps......pour aller à la rencontre de la vraie vie !

                              ça vous éviterait d’avoir comme seule source de pensées votre écran TV !



                              • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 janvier 2009 19:41

                                Je ne sais pas quoi répondre, j’avoue ne plus rien espérer, de cette bêtise contemporaine comme le dit Stiegler.


                              • plume plume 30 janvier 2009 19:32

                                attention une estimation à la hache
                                le chiffre qui fait rêvé le privé :
                                en France plus de 5 000 000 de fonctionnaires
                                la grevé selon les syndicat : 30% des effectifs dans la fonction publique en grevé
                                résultat 1 500 000 ( et je ne compte pas les étudiants, les lycées et les retraité )

                                alors qui était dans la rue ? et pour défendre quoi ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès