Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Modem : l’heure de vérité approche

Modem : l’heure de vérité approche

Le congrès fondateur du Modem va apporter à François Bayrou l’officialisation de sa démarche adoptée à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle. Si le positionnement politique est à peu près clair, la stratégie des alliances à mener localement est encore assez confuse.

Après quelques silences au sein de son nouveau Mouvement démocrate, le président (encore) de l’UDF, François Bayrou, a adressé à ses sympathisants une lettre le 8 novembre 2007 qui a pour ambition de faire le point avant la tenue du congrès fondateur du Modem qui aura lieu à Villepinte les 1er et 2 décembre 2007. (Cette lettre est lisible là.)

Voulant rassembler les électeurs portés sur son nom le 22 avril 2007, François Bayrou a donné une vue assez complète de ses aspirations, tant en interne (fonctionnement futur du Modem, investitures) qu’en externe (positionnement du Modem dans l’échiquier politique).

Fonctionnement interne du futur parti

Le défi est colossal, puisque depuis l’élection présidentielle, François Bayrou doit rassembler des sympathisants qui, par culture politique ou par positionnement, pourraient être opposés et d’ailleurs, qui s’opposent dans les débats internes.

Ainsi, les clivages sont nombreux.

Celui entre les anciens et les nouveaux. Classique dans la vie d’un parti politique, les nouveaux sont plus "naïfs", plus "idéalistes", plus "entiers" que les anciens qui sont, eux, plus "réalistes", plus "prudents", plus "désabusés", plus "consensuels".

Pour les nouveaux, les anciens feraient le pont avec le Nouveau Centre. Le Nouveau Centre, lui, rassemble les députés UDF qui se considèrent comme faisant partie de la majorité présidentielle. Des "traîtres" pour les premiers, en oubliant que c’est grâce à l’action de certains d’entre eux que François Bayrou a pu dynamiser sa campagne présidentielle.

Le clivage entre les "venant de droite" et les "venant de gauche". L’aile de gauche, qui est très déçue par l’immobilisme du Parti socialiste, reprochant à l’aile droite de faire encore le jeu de la droite. Enfin, pour ceux qui sont restés dans le processus et qui n’ont pas déserté.

Puis, il y a les anciens Verts comme Jean-Luc Benhamias, les membres de CAP21 de Corinne Lepage...

Bref, une véritable auberge espagnole pleine d’antagonismes avant même sa naissance, ce qui ne facilite pas les choses pour le seul candidat qui voulait rompre la dualité droite-gauche et qui voulait rassembler à droite, au centre et à gauche pour gouverner. Une ouverture politique reprise de façon fort astucieuse par le président Nicolas Sarkozy.

Concrètement, il y a d’abord eu division avec le départ de ses troupes parlementaires. La situation à l’Assemblée nationale est claire, celle du groupe centriste au Sénat l’est nettement moins, mais de prochaines élections sénatoriales devraient avoir lieu en 2008, ceci explique peut-être cela.

Du coup, pour ne froisser personne, il semblerait que la solution retenue soit la mise en place d’une usine à gaz qui regrouperait à la fois des personnes physiques et deux personnes morales, l’UDF et CAP21, avec le fait qu’un adhérent UDF (par exemple) est automatiquement adhérent Modem (ce qui me paraît politiquement cohérent).

Cela dit, l’UMP n’avait pas procédé différemment en 2002 lorsque le maire de Nancy, André Rossinot, avait plaidé pour la survie du Parti radical, vieux parti centenaire dont l’histoire est prestigieuse. Jean-Louis Borloo le copréside depuis quelques années.

Des projets de statuts du Modem, par ailleurs évoqués avec pertinence ici, sont ainsi en "libre service" accompagnés d’adresses emails pour amender les textes d’origine.

Ces drafts reprennent les anciens statuts de l’UDF, et pourquoi pas ? Pourquoi sans cesse réinventer le monde ? Ce qui compte, ce n’est pas le cadre juridique mais bien la manière dont les personnes vont le faire vivre.

Le processus démocratique est mitigé, et peut décevoir les plus ardents défenseurs de la transparence interne, mais est-il possible d’abolir l’antagonisme entre un parti totalement démocratique (comme les Verts) qui risque l’enlisement dans des querelles internes et un parti inféodé à son chef, machine électorale bien huilée (comme le RPR puis l’UMP) dont l’efficacité électorale est indéniable ?

Processus d’investitures pour les élections municipales

Après bien des critiques, François Bayrou a expliqué la nécessité de désigner ex nihilo une commission d’investiture dont il donne par ailleurs la composition complète (Éric Azière, qui connaît bien les fédérations UDF depuis de longues années, en est le coordinateur).

Il s’agissait de ne pas perdre de temps pour permettre aux premiers candidats investis têtes de listes de commencer leur campagne. Il a même indiqué une adresse email qui recueillerait toutes les nouvelles candidatures, sans pour autant donner les critères d’approbation ou de refus.

Ce qu’il ressort de cette stratégie électorale, c’est qu’il n’y en a pas, ce qui, pour un parti politique, est bien étrange : autonomie complète par liste spécifiquement Modem ? alliance avec l’UMP ? alliance avec le PS ? alliance avec des écologistes ? Cela dépendra de la commune ou de la tête de liste. Lyon... Bordeaux... Paris... etc. ne paraissent pas logés à la même enseigne.

Bref, il manque nettement une lisibilité dans le jeu des alliances qui risque de plomber la cohérence future du Modem, car les critères de décision ne sont pas très clairs sinon peut-être en termes d’efficacité électorale (comment avoir le plus d’élus ?).

Positionnement politique du Modem

Le positionnement politique du nouveau parti est, en revanche, très clair puisque sont rappelés les grands thèmes de la campagne présidentielle de François Bayrou, qui sont souvent des critiques formulées à l’égard du gouvernement :

- La lutte contre le déficit et la dette de l’État est oubliée.
- Le refus de considérer l’argent comme le seul critère de réussite personnelle, comme le laisse entendre le vote du "paquet fiscal".
- La réforme des universités a perdu de son importance.
- La mise en place d’un véritable service minimum en temps de grève pour éviter la paralysie du pays semble oubliée (a priori, la loi votée l’été ne s’appliquera qu’en janvier 2008).
- Les franchises de l’assurance maladie sont très discutables en ce sens que l’effort de la lutte contre certaines maladies ne doit pas revenir aux seuls malades.
- La réforme des régimes spéciaux des retraites est une bonne chose mais ne financera que 5% du besoin actuel de refinancement des retraites. Il faut financer 100% des besoins.
- Le Grenelle de l’environnement a abouti à de bonnes suggestions, mais vigilance sur les applications concrètes.
- Les propositions de réformes institutionnelles du comité Balladur ne vont pas dans le bon sens car elles renforcent l’omniprésence du président de la République.

D’ailleurs, afin de bien montrer qu’il se veut porteur d’un "projet de société alternatif", François Bayrou a éliminé toute référence "centriste" pour ne focaliser que sur l’aspect "démocrate" de sa démarche, ce qui n’est pas nouveau puisqu’il avait déjà eu cette tentative en novembre 1995 lorsqu’il avait transformé le Cendre des démocrates sociaux (CDS) en Force démocrate (avec l’absorption du mini-Parti social-démocrate d’André Santini).

Quelques omissions

Hélas, dans cette longue lettre, un élément troublant est l’absence de toute référence au traité de Lisbonne (dont la ratification est essentielle pour éviter la paralysie des institutions européennes), et plus généralement, à la construction européenne, thème pourtant prioritaire du discours centriste classique. Juste sont citées les "sociétés européennes".

Tout comme l’absence de considérations sur la décentralisation qui devrait pourtant être le grand thème des prochaines élections municipales et cantonales.

Rien sur le quota d’expulsion des sans-papiers. Rien non plus sur la loi Hortefeux, rien sur l’instauration des tests ADN pour le regroupement familial ni sur l’autorisation d’études "ethniques" (on parle de valeurs ou pas ?). Des sénateurs "Modem" ont même voté pour cette loi... alors que François Bayrou participait à un meeting aux côtés de SOS-Racisme et des leaders de la gauche de la gauche. Ce qui donne une grande opacité sur la position réelle de ce parti sur le sujet.

Dans quelques semaines, François Bayrou joue donc triplement une partie cruciale, son avenir politique, le défi d’installer en France une grande force en dehors de la droite et de la gauche, et surtout, plus concrètement, l’organisation d’un nouvel outil (car son leadership est incontesté) afin d’affronter une longue série d’élections qui pourraient être éprouvantes pour la majorité actuelle et pour la gauche aussi : municipales, cantonales et sénatoriales en 2008, européennes en 2009 et régionales en 2010... en attendant la présidentielle de 2012.

Sylvain Rakotoarison


Moyenne des avis sur cet article :  4.22/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 12 novembre 2007 09:49

    Pour compléter, les statuts de l’UDF sont consultables sur le lien suivant :

    http://www.udf77.org/uploadimg/Statuts_2005.pdf


    • La Taverne des Poètes 12 novembre 2007 10:22

      Bon article. Cependant je voudrais tempérer vos critiques finales : Bayrou a critiqué les méthodes et quotas des sans papiers (voir lien ici :http://www.bayroublog.com/2006/on-cree-une-situation-de-sans-papiers-durable-troublante/) par exemple. Sur les tests ADN, il a été intransigeant ; il a même manifesté à Paris aux côtés de François Hollande. Cavada aussi s’est exprimé. Les médias en ont assez parlé. Enfin, pour les stats ethniques, on ne peut pas être aussi tranché. Vous énumérez vous-même sur votre blog les aguments « pour » et les arguments « contre ». La CNIL est noralement là pour veilleir aussi àce qu’il ne soit pas fait n’importe quoi. Bayrou représente toutes les opinions du MoDem et UDF qui sont sans doute partagées sur cette question.


      • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 12 novembre 2007 10:29

        À la Taverne,

        Merci de votre commentaire.

        Oui, la position de François Bayrou sur la loi Hortefeux est bien connue, mais j’évoquais l’absence de ce sujet dans sa lettre qui, pourtant, voulait faire le point notamment sur la politique gouvernementale.

        Je regrette cette absence car la loi Hortefeux, à mon sens, touche à des valeurs fondamentales, et ne pas en parler est étrange, tout comme ne pas évoquer le Traité de Lisbonne.

        Bien cordialement.


      • Thomas Thomas 12 novembre 2007 12:43

        Pour ne pas diluer le message et les idées phares, pour garder une concision du message qui en facilite la lecture, il est parfois nécessaire de limiter le nombre de sujets abordés.

        La clarté du message y gagne ce que l’exhaustivité y perd. On ne peut pas en conclure que FB est en adéquation avec les sujets qu’il n’aborde pas explicitement.


      • FrédéricLN FrédéricLN 12 novembre 2007 10:37

        Bonjour, votre article est intéressant mais me semble souffrir, dans le paragraphe suivant, d’une « idée reçue » dommageable (en gros, l’idée reçue « trop de démocratie tue la démocratie »).

        « Le processus démocratique est mitigé, et peut décevoir les plus ardents défenseurs de la transparence interne, mais est-il possible d’abolir l’antagonisme entre un parti totalement démocratique (comme les Verts) qui risque l’enlisement dans des querelles internes et un parti inféodé à son chef, machine électorale bien huilée (comme le RPR puis l’UMP) dont l’efficacité électorale est indéniable ? »

        Vous semblez confondre « totalement démocratique » et « totalement démo sans cratique ». Si les adhérents ne peuvent rien décider de concret et efficace (exemple des Verts), ça ne s’appelle en rien « démocratie », mais « gens sans pouvoir », « démos sans cratie », ou plus couramment « anarchie ».

        La démocratie, c’est un ensemble de règles qui permettent aux citoyens d’être effectivement, concrètement, en situation de contrôler leur destin commun, les orientations politiques et les grandes décisions de leur Mouvement.

        L’efficacité électorale indéniable de la campagne Bayrou ne venait certainement pas de son caractère « machine bien huilée », comme chaque militant aura pu le constater. Elle venait précisément de l’espoir qu’elle a donné aux Français, d’enlever le pays aux machines bien huilées qui l’ont amené là où il est.

        La chance du MoDem, sa seule chance à mon humble avis, c’est d’être le premier parti de France effectivement démocrate, efficacement démocrate, opérationnellement démocrate.


        • FrédéricLN FrédéricLN 12 novembre 2007 10:39

          oups, j’oubliais : merci au passage pour le lien vers mon article !


        • Voltaire Voltaire 12 novembre 2007 10:41

          Article intéressant qui pose les bonnes questions.

          Sur le fonctionnement interne tout d’abord, le MoDem se devait de composer entre nécessaire efficacité et demande de démocratie. A suivre les derniers développements des futurs statuts qui circulent sur la toile, il semble qu’un compromis soit en vue. Nul doute que ceux-ci seront affinés au fur et à mesure, l’essentiel était bien sûr pour ce nouveau parti d’être opérationnel pour les prochaines élections.

          Il est vrai que l’on constate des points de vue assez différents entre « anciens », qui prônent l’efficacité électorale, et « nouveaux » qui défendent avant tout des valeurs, mais une analyse plus fine montre qu’en réalité, les propos les plus virulents sont le fait d’une très petite minorité. Le succès populaire inattendu du MoDem en terme d’adhérents a provoqué l’adhésion de nombreuses individualités, longtemps frustrées par le fonctionnement politique de notre pays, mais à la culture politique assez récente. Il semble bien que l’essentiel de ces adhérents s’accommode assez bien de présent projet, tant que la ligne politique et le projet de société défendus par François Bayrou ne varient pas.

          Sur le processus d’investiture, là aussi, il semble que cela se passe de façon assez harmonieuse dans la plupart des circonscriptions, et que seules quelques grandes villes et une ou deux régions soient l’enjeu de luttes plus viriles. De façon générale, un équilibre entre défense d’une ligne politique et nécessité d’avoir des élus semble se dégager, qui devrait permettre au MoDem de jouer un rôle majeur dans beaucoup de circonscriptions.

          Pour simplifier, le MoDem présentera des listes autonomes au premier tour dans les circonscriptions où ni la droite ni la gauche ne peut l’emporter seul, sans l’électorat modéré. Électoralement parlant, il s’agit là d’une stratégie gagnante, dans la mesure où elle permet de décider entre les deux tours d’alliances en position de force, et donc d’obtenir à la fois de nombreux élus et un projet municipal qui reprenne beaucoup d’idées proposées par le MoDem.

          Dans les villes où le MoDem ne peut se poser en « faiseur de roi », parce que l’un des camps a une avance trop confortable, des alliances de premier tour se dessinent, qui permettront au MoDem de s’assurer un nombre non négligeable d’élus. Ces alliances de premier tour sont assez logiquement plutôt le fait d’anciens élus UDF qui sont restés avec le MoDem et on conservé de bonnes relations avec l’UMP, mais il semble que cela puisse aussi avoir lieu dans des villes de gauche.

          Ces différences de stratégies peuvent apparaitre un peu désordonnées, mais elle sont assez logiques dans la mesure où l’élection municipale est la moins politique de toutes, et permet donc de réaliser des alliances à la carte sans signifier une alliance au niveau national avec l’un ou l’autre, en se concentrant sur le projet municipal. Au niveau des cantonales en revanche, on peut s’attendre à la présence de candidats MoDem partout au premier tour. La question de la stratégie de désistement au second tour sera intéressante à suivre, car il est plus difficile de faire des alliances à la carte dans ces élections.

          Comme l’auteur l’indique, le positionnement politique du MoDem demeure parfaitement clair, et c’est là sa force, par rapport au parti socialiste. François Bayrou est sans doute le responsable politique qui a la vision la plus claire de la situation politique, économique et sociale de notre pays dans son contexte international. Contrairement à l’auteur, je trouve assez difficile de reprocher à François Bayrou de ne pas avoir listé dans leur intégralité l’ensemble des problèmes dans sa lettre aux adhérents du MoDem ; on ne peut pas être exhaustif, et la position de Bayrou sur un sujet comme le traité européen a été largement expliquée dans les média.

          La question qui se pose au MoDem va être de proposer des solutions à la suite de cette excellente analyse. Pour le moment, la partie « remèdes » repose toujours sur le projet présidentiel de François Bayrou. Si celui-ci comportait des solutions toujours d’actualité, le MoDem n’en devra pas moins renouveler son offre concrète dans les années à venir. Et c’est sans doute à ce niveau que pêche le projet de statut actuel : celui-ci ne prévoit pas la mise en place de structures de réflexions thématiques pour préparer un projet de société à l’échelon national et international, qui sera nécessaire pour les élections futures de 2009 (européennes) et 2010 (régionales), sans parles de futures présidentielles. Or, le MoDem a la chance de compter en son sein de très nombreux adhérents professionnels de haut niveau, qui peuvent apporter des solutions innovantes à partir de leur propre expérience. Comment utiliser ce potentiel pour élaborer un projet politique crédible sera sans doute l’un des défis que le MoDem va avoir à relever dans les mois à venir, une fois les élections municipales et cantonales passées.


          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 12 novembre 2007 16:47

            À Voltaire

            « dans la mesure où l’élection municipale est la moins politique de toutes »

            On peut concidérer, contrairement à un préjugé tenace, que les élections locales sont les plus politiques de toutes en démocratie, en cela qu’elles sont les plus proches des citoyens et qu’elles permettent le débat concret sur des problèmes et réalisations concrets qui sont facilement compréhensibles et contrôlables par les électeurs. Un réel pouvoir citoyen peut s’y exercer plus directement.

            Je voudrais aller même plus loin dans cette perspective : comme le dit très justement l’auteur de l’article, un des grand enjeu de la démocratie en France c’est la décentralisation, c’est à dire le renforcement des pouvoirs locaux et régionaux par rapport au pouvoir central dont NS, à la suite ses prédécesseurs , mais plus encore que ceux-ci, a transformé en monarchie absolue élective.

            Il est donc hautement politique de savoir si les pouvoirs locaux doivent se soumettre au pouvoir central via l’UMP ou refuser cette soumission via la resistance et le développement de projets de contre-pouvoirs autonomes (ou séparés) plus démocratiques que seuls les pouvoirs régionaux et locaux peuvent incarner vis-à-vis de l’hyper-monarque élu.

            Il est donc, comme le dit justement l’auteur de l’article, dommage que le programme du MODEM semble, jusqu’à présent, étrangement silencieux sur ce point pourtant politiquement décisif en prévision des municipales qui s’annoncent assez confuses non seulement pour les électeurs de ce parti mais aussi les autres...

            La tactique à court terme ne doit pas sacrifier l’objectif à long terme de la décentralisation sur l’autel des élections municipales.


          • Voltaire Voltaire 12 novembre 2007 17:17

            @Sylvain Reboul

            Je partage votre avis sur les élections cantonales et régionales, en raison en effet de la décentralisation qui leur assure de vrais pouvoirs sur des thématiques générales (social, économique etc...), mais pas sur les municipales. Je ne vois d’ailleurs pas comment un parti peut faire une campagne nationale sur les municipales, tellement les problèmes sont différents d’une ville à l’autres en fonction de la taille, de l’existence d’une intercommunalité etc... De plus, la personalité du maire joue un rôle beaucoup plus important que pour les autres élections locales. Je ne pense donc pas qu’il faille faire de ces élections un enjeu national de contre-pouvoir si l’on souhaite se positionner contre le gouvernement en place. Nous avons donc là un désaccord amical, car je pense que les électeurs devraient se prononcer beaucoup plus sur les projets et la compétence des candidats dans les élections municipales, plutôt qu’en fonction des étiquettes. En revanche, les élections cantonales sont, à mon avis, beaucoup plus « politiques », car la façon dont sont gouvernés les conseils généraux est plus influencée par des considérations politiques.


          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 12 novembre 2007 17:31

            Ce que vous dites des communes me semble juste pour celles de moins de 100 000 habitants et à plus forte raison pour celle de moins de 3000 qui pratiquent le panachage...

            Mais pour toutes les autres, le pouvoir politique des maires qui, de plus, sont souvent liés aux agglos de communes, afférentes à leur métropole, qu’ils président très souvent, et aux conseils généraux et régionaux, ainsi que celui de la majorité de leur CM, devient de plus en plus important sur le plan économique, social et de la sécurité. Or le débat des alliances fait justement rage dans ces grandes communes !

            Il faut aussi penser au sénat !


          • morice morice 12 novembre 2007 10:51

            Bayrou et le modem ne représente plus rien, et il le sait. Quand l’auteur de l’article ne défend pas Charles Pasqua, cet « ange » c’est aujourd’hui l’action gouvernementale qui est encensée, indirectement, via un commentaire bien léger sur l’existence en politique de Bayrou.. les propos sur le Grenelle sont affligeants, du genre « on attend les résultats ». Avec pareil politologue, Sarkozy a de l’avenir, c’est sûr. L’auteur n’est pas de gauche, et là déjà assez expliqué ici dans Agoravox, inutile d’en rajouter. Un langage policé ne suffit pasà masquer des choix politiques et des convictions que l’on souhaiterait voir partager à ses lecteurs. Pour convaincre, il faut y aller plus franchement, et s’avouer clairement homme de droite, tendance Bayrouiste. Bayrou n’a plus à « joeur de cartes » son chateau s’est effondré récemment, à peine peut-il tenter un coup de poker, mais l’homme n’est même pas joueur. Bayrou ne sera jamais président de France, et ça, il ’a enfin compris. Et pourtant, Dieu sait s’il a pu le rêver...


            • La Taverne des Poètes 12 novembre 2007 11:05

              Morice, vous vous trompez. Bayrou représente encore 17 % d’intentions de votes. Cela peut surprendre ceux qui pensaient qu’après les Présidentielles, sa côte allait descendre à vitesse grand V. D’autant plus que Bayrou s’est abstenu de s’exprmier pendant plusieurs mois. Ce peuple des 17 % n’a pas été convaincu par la politique pourtant très médiatique de Sarkozy qui pourtant aussi a rallié des gens du PS et pratique l’idée d’ouverture prônée par Bayrou.

              6 mois après, la popualrité de Bayrou n’a pas baissé et, pour ce qui concerne le MoDem,les adhésions continuent d’affluer (adhésions réglées). Ce qui tranche avec la décrue du PS dont le chiffre d’adhésions officielles serait à diviser par deux selon des études faites par le PS lui-même. Les adhérents, déçus, ne règlent plus leur cotisation. Ce serait plutôt aux gens de gauche de s’inquiéter de leur devenir...


            • misol misol 15 novembre 2007 13:30

              erreur !! le temps le démontrera, le Modem et Bayrou seront incontournables car seul parti vraiment démocrate, et les français ne s’y tromperont pas


            • Goulven Goulven 12 novembre 2007 11:01

              Merci à l’auteur, c’est une bonne analyse, et assez complete, du Mouvement Democrate à cet instant T, avec ses forces et ses faiblesses. Etant moi même partie prenante de ce mouvement, j’apprécie que pour une fois un article d’agoravox sur le Modem ne soit pas un discours militant. Concernant les écarts idéologiques entre les différentes sensibilités au sein du mouvement, c’est certain qu’on en arrive à des contradictions assez lourdes, sur des sujets comme l’écologie (sur le dossier de la pèche notament), l’immigration choisie ... cependant c’était le pari de base, voyons ce qui nous oppose, et voyons ce qui nous rassemble, et discuttons en pour arriver aux meilleurs compromis. C’est loin d’etre gagné, mais il me semble au moins que dans ce mouvement nous sommes plus libres d’aborder les questions qui fachent, nous n’avons encore ni chateau ni bastion à défendre (même pas de carte) Quel que soit l’avenir, le Mouvement Democrate a plus à gagner qu’à perdre, et c’est une autre de ses forces.


              • vivelecentre 12 novembre 2007 11:14

                Bon, laissons un peu les Bayrouidolatre s’exprimer, on reviendra plus tard....


                • Félure Félure 15 novembre 2007 20:16

                  Si ces gens savaient ce qui se passe réellement à l’intérieur... smiley


                • clem clem 12 novembre 2007 11:14

                  Le modem devrait profiter de la base instable et dégradée de l’opposition actuelle (du moins ce qu’il en reste)

                  Je crains cependant qu’il ait un problème de leadership


                  • Voltaire Voltaire 12 novembre 2007 11:28

                    Effectivement, la situation du PS compromet fortement sa position de leader de l’opposition, au point que le PS est actuellement moins populaire que le MoDem (sondage TNS-Sofres). La nomination de quelqu’un comme Moscovici comme secrtaire général pourrait lui permetter de remonter un peu la pente, mais les différences idéologiques internes au PS sont trop profondes pour lui permettre de contester la poitique du président de la république de façon crédible. Quand on ajoute à celà une absence de leader crédible, on se rend compte de la gravité du problème.

                    Le MoDem a la chance d’avoir un positionnement clair et constant, et un leader incontesté (Bayrou continue de caracoler en tête des sondages d’opinion). En revanche, et j’imagine que c’est à celà que vous faites allusion, il manque au MoDem une équipe identifiée de portes-parole sur les pricipaux sujets, derrière Bayrou. Faute de ralliements ou de l’émergence de ces leaders, le MoDem continuera de souffrir du syndrome de l’homme seul, qui a sans doute coûté des points à Bayrou lors de l’élection présidentielle. C’est donc à ce défi aussi que devra s’atteler le MoDem dans les années à venir, pour gagner en crédibilité.


                  • clem clem 12 novembre 2007 12:02

                    Je m’interroge sur la capacité de BAYROU à constituer une équipe avec des poids lourds crédibles. Donc Voltaire, peut être pas candide tout de même ... Est ce que problème , c’est « les autres ? ».


                  • Thomas Thomas 12 novembre 2007 13:02

                    Le meilleur allié du Modem est actuellement... le PS, à son corps défendant. Bayrou a émergé aux présidentielles grâce à l’inconsistance de Royal (et l’intransigeance de Sarkozy), le Modem existe grâce à la déroute du PS.

                    Si j’étais socialiste, je me dirais qu’il y a le feu dans la maison et j’aurais peur de voir mon électorat déserter pour un parti plus crédible. Je mettrais les dissensions de côté pour sauver les meubles. Pour l’heure, le PS se sait assis sur un certain nombre d’électeurs « automatiques », qui mettront un bulletin PS dans l’urne quoi qu’il arrive, mais demain ?

                    Si le PS redresse rapidement la barre (genre Delanoé secrétaire général + un message cohérent et crédible), je ne donne pas cher du Modem. Mais si le PS continue de s’enliser, le Modem a de beaux jours devant lui.

                    Quant au syndrome de « l’homme seul », c’est un vrai problème. Il faut que FB tienne seul le temps de faire émerger de nouveaux cadres. Les élections sont là pour ça. Si dans une poignée de villes de taille intermédiaire, un Modem parvient à s’imposer, si dans une grande ville, un Modem parvient à être faiseur de roi, cela fera émerger quelques têtes nouvelles.


                  • morice morice 12 novembre 2007 11:21

                    Bayrou reste le centre mou en politique on devrait l’appeler Moudem. Ça lui conviendrait mieux. Le Centre, en france comme ailleurs, a toujours eu le derrière entre deux chaises. Le problème, c’est que Sarkozy vient sérieusement d’écarter les chaises. Ne reste plus à Bayrou qu’à devenir obése, s’il veut enore pouvoir s’asseoir quelque part dans un ministère... de droite, ce qu"il a déjà fait, ne l’oublions pas (on l’oublie là, on l’oublie)...Les adhérents du modem sont ceux qui ont écoutés les politologues à la petite semaine qui leur ont répété qu’il n’y avait plus ni droite ni gauche. Résultat, ils ont crû enfin se trouver une... chaise. Manque de chance, l’échelle des salaires existe toujours, et pire : elle s’est amplifiée, nettement amplifiée, au point qu’Edgar faure, aujourd’hui, n’y retouverait pas ses petits... l’ouverture chère à notre président derviche tourneur s’inscrit paraitement dans cete optique ni droite ni gauche. Or je le dis et le maintiens, ce clivage est toujours d’actualité. Des riches d’un côté, des pauvres de l’autre, et Bayrou, au milieu. Pauvre en électeurs, riche en notoriété.


                    • La Taverne des Poètes 12 novembre 2007 11:33

                      Morice, personnellement, je vois dans le PS le parti politique qui représente le mieux la mollesse et l’incurie. Pour le salaire de Sarko, le PS a joué de l’indignation mais il a pratiqué la politique de la chaise vide à l’Assemblée lors du vote de la loi. Le PS n’ose pas encore aborder certains tabous par peur d’écorner son image traditionnelle et, du coup, s’interdit de réformer en certains domaines (retraites, immigration, délinquance, Europe, laïcité...) Enfin les divisions internes mènent à l’incurie totale. Qu’aurait fait Royal si elle avait été élue ? Rien de plus que Sarko, puisqu’elle a reconnu publiquement que les propositions utopistes, populistes et coûteuses, c’était juste pour raccoler des voix.

                      Moi je suis au MoDem et je ne me considère pas comme un « mou ».


                    • La Taverne des Poètes 12 novembre 2007 11:34

                      Morice, personnellement, je vois dans le PS le parti politique qui représente le mieux la mollesse et l’incurie. Pour le salaire de Sarko, le PS a joué de l’indignation mais il a pratiqué la politique de la chaise vide à l’Assemblée lors du vote de la loi. Le PS n’ose pas encore aborder certains tabous par peur d’écorner son image traditionnelle et, du coup, s’interdit de réformer en certains domaines (retraites, immigration, délinquance, Europe, laïcité...) Enfin les divisions internes mènent à l’incurie totale. Qu’aurait fait Royal si elle avait été élue ? Rien de plus que Sarko, puisqu’elle a reconnu publiquement que les propositions utopistes, populistes et coûteuses, c’était juste pour raccoler des voix.

                      Moi je suis au MoDem et je ne me considère pas comme un « mou ».


                    • Le péripate Le péripate 12 novembre 2007 12:55

                      Match nul !!!

                      Moudem 0 Mouess 0 !!! smiley


                    • Imhotep Imhotep 12 novembre 2007 12:17

                      Quelques remarques :

                      D’abord l’auteur dit que les adhérents qui qualifient les députés du nouveau centre de traîtres auraient oublié ce qu’ils auraient fait avant pour le résultat de Bayrou et la position de l’ex UDf, son poids. Il oublie tout simplement que la définition d’un traître est bien que cela concerne une personne active dans un sens et qui change pour un autre. Donc par définition si un traître n’avait jamais rien fait pour une idée ou un courant, il ne pourrait en aucun cas être un traître. Le traître contient par essence ce fait.

                      Ensuite à Morice, si Bayrou n’est rien et perdu pour vous c’est que vous ne suivez pas les sondages - et je rappelle ici que cela fait trois fois que je demande des nouvelles d’un article que j’ai commis sur le dernier sondage fort éclairant et que je n’en,ai pas, comme sur un autre article malgré la déclaration ici publique d’Agoravox que j’en aurais - qui quels que soient leurs défauts donnent des indications. Or dans le dernier pour le Figaro l’homme politique de l’opposition à Sarkozy qui a le plus d’avenir est Bayrou extraordinairement loin devant les leaders socialistes tous quels qu’ils fussent hormis Strauss Khan. Ensuite le PS est complètement effondré et le Modem considéré comme le 3é parti ayant le plus d’avis favorables et le second en terme de balance moins/plus avec un solde positif. L’UMP est devenue négative, le PS est dans le gouffre. Alors vous pouvez toujours rêver que Bayrou est mort, mais ce n’est pas le cas.

                      3- Je ne sais pas ce qu’il en est des autres partis, sauf l’UMP dont on sait que les derniers statuts ont été pondus à l’Elysée, on voit qu’ici au Modem il est proposé à chacun d’y apporter sa pierre et qu’il est donc visible et modifiable. Je ne sais si c’est une première en tout cas c’est une belle preuve de tentative de démocratie qui espérons le sera un succès. Ensuite pour la ville de Lyon a été mis en place un système de désignation par vote de valeur. Là aussi je en sais pas si c’est une première, mais c’est fortement intéressant. On ne votera pas juste un bulletin mais pour une notation sur liste des différents candidats. Ceci peut changer la donne. Un candidat qui avec un simple bulletin pourrait arriver premier pourrait dans ce cas n’être que second ou troisième, le second ayant en moyenne avec le cumul des différentes notations plus de points que lui.


                      • Voltaire Voltaire 12 novembre 2007 12:37

                        Votre information du point 3 sur la consultation à Lyon est très intéressante et innovante pour un parti politique ! Merci de nous en faire un article décrivant l’organisation et les résultats de cette consultation quand ils seront disponibles.


                      • Imhotep Imhotep 12 novembre 2007 13:55

                        @ Voltaire : je le voudrais bien mais à ce jour j’ai 4 ou 5 articles en instance avec aucune réponse - un petit peu de mépris en somme de la part d’Agoravox - dont un sur les traîtres et les deniers de Judas, un sur ce sondage justement, un sur ce que devrait dire Guaino au rapporteur de l’ONU qui considère que le discours de Dakar était raciste (je lui conseille de le traiter de con, sans langue de bois), un qui me paraît être impératif car il corrige une erreur d’un ancien article et est toujours sans réponse malgré deux e-mails et une déclaration publique d’Agoravox. Donc voilà. Ce n’est pas pour me plaindre que ce que j’écris n’est pas publié - ça ici c’est du domaine de la chiromancie - mais de n’avoir aucune réponse.


                      • Félure Félure 15 novembre 2007 20:25

                        Lisez ça pour vous mettre un peu de plomb dans le crâne : http://www.crackers.fr/2007/11/le-nouveau-centre.html smiley


                      • tvargentine.com lerma 12 novembre 2007 12:46

                        IL ne suffit pas de rassembler des mécontents de sarkozy et de Royal pour avoir une majorité et se faire élire.

                        De plus,nous avons pu voir la vrai nature des centristes celle de retourner sa veste et se vendre au plus fort.

                        Concernant BAYROU,reconnaissons tous que ce n’est pas MITTERAND ,mais un simple petit politicien qui ne parle pour ne rien dire et d’ailleurs personne ne comprend ce qu’il dit tellement c’est ridicule


                        • Zalka Zalka 12 novembre 2007 13:06

                          C’est marrant, votre ton semble dire que vous désapprouvez. Pourtant ils se sont vendus à votre idole.

                          Quant à Bayrou, l’outsider s’est révélé capable de mobiliser un paquet de gens. Juste récompense de son travail d’opposition (le seul crédible) pendant près de 5 ans.


                        • Martin Lucas Martin Lucas 12 novembre 2007 13:48

                          J’aimerais voir au Modem émerger d’autres figures que François Bayrou et Marielle de Sarnez (Jean-Marie Cavada commence à prendre de la place, mais est-il crédible ?).

                          Il faut des professionnels, non de la politique ou des médias, mais de l’aménagement, de l’enseignement, du management, de l’agriculture et des sciences.

                          Il faut des philosophes, des sociologues. Ces personnes existent sûrement au sein du MoDem, il faut maintenant leur donner une véritable visibilité, les laisser s’exprimer et faire pression sur les médias pour ne plus montrer seulement Bayrou.

                          Je pense que même F.B. abonderait dans ce sens. Trop d’exposition médiatique et trop de culte de la personnalité étouffent le MoDem de jours en jours.


                          • Fanfan la tulipe 12 novembre 2007 14:00

                            Quelqu’un a dit dans les commentaires ( je crois que c’est Voltaire) que Bayrou avit donné son avis sur l’adn, le nouveau traité, oui mais dans un certains floue, plus un constat qu’une possible solution alternative au oui de la droite ou au non de la gauche


                            • Voltaire Voltaire 12 novembre 2007 14:16

                              Sur l’utilisation des tests ADN, il y est opposé, en partant du principe que la parenté en France n’est pas liée à un lien génétique (on peut adopter, reconnaitre un enfant naturel etc...), et donc qu’on ne peut mettre des conditions à des étrangers qui n’existent pas pour des français. De façon plus générale, il considère comme dangereux d’établir des réglementations sur la base de données génétiques, en raison du risque de dérives. Je n’ai en revanche effectivement pas noté de proposition particulière pour réguler la venue des étrangers en situation irrégulière, mais les regroupements familiaux irréguliers ne concernent qu’un faible nombre de personnes annuellement, et n’ont guère d’impact sur l’immigration en France.

                              Pour le nouveau traité, il a indiqué que celui-ci permettrait techniquement de remettre en marche la construction européenne, mais qu’il était plus compliqué que le précédent et était dépourvu de toute mesure de renforcement de l’identité européenne que lui préconise. S’il approuvera ce traité, par pragmaisme, il propose cependant une autre solution qui est un référendum sur un texte de constitution (et non de traité), qui serait un texte simple définissant les principes fondamentaux de ’Union Européenne (comme toute constitution).


                            • Fanfan la tulipe 13 novembre 2007 11:32

                              je suis d’accord avec vous sur les constas qu’il a fait, et ce sont aussi les constats de la gauche, mais il ne propose pas d’alternative au non gauchiste et au oui droitiste

                              pour l’adn il pouvait y avoir une solution alternative, c’est la proposition et non d’imposer aux parents de faire un test pour accelerer certains dossiers, cela se fait en suisse je crois, c’est une solution raisonnable reussissant à eviter le plus de defauts possibles

                              pour le traité europeen, une partie par referudum celle que tout le monde peut comprendre engros partie une et deux) et une autre partie celle qui est trop technique pour le commun (partie 3) des mortels à l’assemblée (remarque on critique la france pour son non mais les british c’est pas sur qu’ils auraient dit oui)


                            • vivelecentre 12 novembre 2007 14:25

                              Le moins que l’on puisse dire , c’est que les militants modems ne sont guere enthousiasme sur le projet des status du modem !!

                              il suffit de lire les commentaires sur leur forum officiel...

                              cela ressemble plus à la douche froide ou du moins a une certaine prise de conscience du but ultime ( et unique ) du leader maximo :

                              «  »«  »ils ne donnent pas beaucoup envie ces statuts.Comme l’a fait remarquer FLN sur d’autres sites c’est une resucée des statuts UDF et des vieux fonctionnements de partis.Autant dire que ce n’est pas un progrés de la démocratie interne.

                              1/ Je ne comprends pas la redondance entre Conseil national et bureau politique. Au moins aurait on pu lier l’élection des membres du second au vote du premier ou à un vote « lié » de la base comme pour les conseils d’arrondissement de PLM.En tout cas le mieux aurait été à mon gout une seule assemblée définissant la ligne et déléguant sa mise en oeuvre au CE comité exécutif. Aprés tout il n’y a que l’AN entre les citoyens et leur gouvernement. Là ça donne des instances qui risquent de s’opposer ou de sombrer dans l’inutile. Cette structure pyramidale sent le filtre à la communiste pour affaiblir les remontées des contestations et pour créer des apparatchiks à la botte entre direction et base.C’est le règne de l’opacité des responsabilités et des petits cadres.

                              2/J’ai l’impression que FB offre le CN aux militants du modem avec + de 2000 élus par la base (mais n’eut il pas été plus clair de faire des listes régionales moins manipulables par les fédés départementales et n’eut il pas été plus ouvert que les élus au scrutin majoritaire le soient par circonscription législative et non par liste départementale pour que ces élus au CN soient liés à leur base et non dépendants des présidents des fédés départementales ?) et en contrepartie... le BP aux élus UDF surreprésentés par rapport au CN...Trop grosse concession quand ces élus auraient pu siéger de toute façon et à leur juste valeur en se faisant élire par la base.

                              3/FB se réserve la décision finale sur tout avec un CE monolithique désigné uniquement par lui.Je n’imagine pas un BP s’opposer au CE (notamment sur la question des investitures. il eut été plus logique que le BP valide les décisions locales et que le CE niveau supérieur tranche en cas de désaccord. Là c’est le chef qui décide de tout). On aurait pu imaginer que la moitié du CE soit élue par le BP pour éviter cette présidentialisation à outrance.

                              Et tout ça sera fossilisé pendant 3 ans...soit jusqu’à la fin de toute élection avant 2012 (bizarre !)...pour éviter que les conflits internes n’aboutissent à des putchs internes. Quant aux quotas de 2 cap21 et 8 UDF sur 30 modems ça semble techniquement irréalisable sans magouillages.Bref tout ça est vieillot, assez anti base (elle ne sera que consultée sur tout) , compliqué, soumis aux corporatismes de cap et des élus udf et à leurs places de droit ou de fait.

                              ca va faire rire à gauche et à droite. Même le PS est plus démocratique et ca va être dur de critiquer l’UMP...alors qu’on les a copiés. «  »«  »


                              • vivelecentre 12 novembre 2007 14:27

                                mais encore :

                                «  »«  »«  »«  »Re : Statuts : mouais... Envoyé par : serge92 (Adresse IP journalisée) Date : ven 9 novembre 2007 14:22:15

                                Bonjour, je viens de lire cet avant projet et je dois reconnaitre que je suis très inquiet... J’ai tendance à penser comme zapataz que l’on a affaire là à des statuts à l’ancienne avec un fonctionnement peu clair et un pouvoir de décision entre les mains de barons locaux ou nationaux...

                                La place de l’adhérent « de base » (je m’inclus dedans) me semble extremement limitée. Par contre la place des élus elle , est bien preservée....

                                Je trouve dommageable que l’on favorise des gens ( les élus) certes talentueux pour une partie d’entre eux mais dont on sait que certains risquent de se rallier à la majorité presidentielle pour conserver leurs fauteuils..

                                Si Le MoDem existe c’est d’abord par les 50 000 citoyens qui y ont adheré par conviction...

                                Quant à l’idée de distribuer des places en fonction de l ’appartenance initiale... La question est : On fait du neuf ou pas ?

                                Soit on est rellement « democrates » donc sans lien avec les notions de droite ou de gauche ( dans ce cas là c’est ok pour moi)

                                Soit on est 20% udf + 7 % cap 21 + 20% adherents direct + 15% de fans des Rolling stones+ 18% de pecheurs à la ligne... ( et là moi ca me ne va pas du tout)

                                Je ferai une dernière remarque sur le mail qui vient d etre envoyé aux adhérents contenant un message de FB : En bas du mail apparaissent les membres de la commission d’investiture... je vois deux noms qui me font tiquer ( il y aurait pu en y en avoir plus mais je ne connais pas tous les noms de la liste) :

                                *Jean Arthuis : il me semble que ce monsieur se considere uniquement udf et pas MoDem ( quelqun pourrait il me le confirmer ?)

                                *Jean Marie Cavada : Il y a eu des informations pas très claires recemment le concernant qui parlait de l’eventualité qu’il puisse entrer dans le gouvernement ou bien qu’il lui aurait été proposé une investiture ump pour les municipales... Bien sûr ce ne sont que des rumeurs mais j’aimerais bien savoir s il a opposé un démenti catégorique à ces bruits...

                                Bref je ne comprend pas trop où l on va....

                                J’espere que l’avant projet de statuts ne sera pas retenu, car tel qu’il est il correspond à une reprise en main par les barons de l’udf...

                                Si cela devait être ça, je rendrait ma carte immédiatement ( et j’imagine que je ne serait pas le seul) car je n’ai pas quitté le pcf pour intégrer une annexe (même cachée)de l’ump .

                                Si je devais faire une suggestion à FB( ca m’étonnerait qu’il ait le temps de lire ces forums mais bon...), je lui dirai que si son ambition est réellement de créer un mouvement avec une conception neuve de ce que doit être l’action politique, il doit avant tout s’appuyer sur ces dizaines de milliers de personnes qui ont spontanément et de facon desinteressée rejoint le MoDem plutôt que sur des élus dont une bonne partie ne semble pas en phase avec ses conceptions novatrices.

                                Si ca continue sur cette lancée, ca va être un énorme gâchis...

                                Bonne journée

                                Serge92 Adhérent du MoDem

                                Options : Répondre•Citer•Répondre (message privé)•Suivre le fil•Signaler Re : Statuts : mouais... Envoyé par : Franck44 (Adresse IP journalisée) Date : ven 9 novembre 2007 14:22:43

                                Je suis assez d’accord avec tes remarques. Toutes ces filtres entre les militants et le CE me semblent très lourds et contre un vrai debat démocratique. Pourquoi pas supprimer au moins 2 niveaux. Je ne suis pas un spécialiste mais cela fait un peu ’’stalinien’’

                                Orangement votre !!«  »«  »«  »«  »«  »«  »"


                              • BDS69 BDS69 12 novembre 2007 16:46

                                Procédé sans intérêt et intellectuellement malhonnête. En quoi les avis de ces prétendus militants mécontents sont-ils représentatifs de la majorité des adhérents ? Et si c’est le cas, le MoDem n’est peut-être pas la secte d’adorateurs de FB comme vous aimez le présenter. Vous préférez sans doute le Nouveau Centre et ses magouilles pour se faire du fric sur le dos des électeurs de Tahiti (http://www.liberation.fr/actualite/politiques/290248.FR.php/) ?


                              • misol misol 15 novembre 2007 13:36

                                c’est justement cela la démocratie ! dire ce que l’on pense, amender, librement, il faudra s’y habituer ... ailleurs on ne demande pas l’avis des adhérents ..


                              • TALL 12 novembre 2007 14:36

                                Bayrou est trop catholique. Je les connais bien en Belgique. Dangereux pour la laïccité de l’enseignement Ils adorent mettre le grappin là-dessus. Il a déjà essayé d’ailleurs dans les années ’90.


                                • Imhotep Imhotep 12 novembre 2007 16:52

                                  Pas d’accord. Bayrou a répété de nombreuses fois qu’il était pour l’extrême défense de la laïcité. La religion est du côté du privé, la laïcité du côté du public.

                                  Cependant, je réserve aux lecteurs un article acide et brûlant sur les dessous des chasubles du pape. Je sais tout - et surtout ce qui est caché - de la loge P2 à la fabrication de la papamobile. Mon dossier est béton (armé bien sûr grâce à des complicité entre les gardes suisses - des faux neutres ceux-là comme il y a des faux positifs - et le fils Pasqua envoyé de Falcone). Je dévoilerai aussi ce que monseigneur Lefèvre a confié sur son lit de mort au borgne national. juste un bout du voile : les templiers....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès