Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Moderniser la démocratie française : changer les institutions ou les (...)

Moderniser la démocratie française : changer les institutions ou les comportements ?

La participation forte aux élections présidentielles de 2007 ne doit pas masquer la crise de confiance, de défiance et quelquefois de mépris dont les élus font l’objet depuis de nombreuses années. Dans ce contexte, le débat sur la réforme des institutions débute. Les partisans de changements mineurs s’opposent aux tenants d’une sixième République. Pourtant, tout se passe comme si la discussion était réservée aux professionnels de la politique. Comme si les changements institutionnels pouvaient se limiter aux rapports institutionnels entre l’exécutif et le législatif, à l’organisation des instances représentatives. La problématique devrait aller bien au-delà. Les relations entre la République, les élus et les citoyens sont au coeur de ce débat sur la modernité. Il ne pourra pas être conduit efficacement si on fait l’économie d’une réflexion sur la légitimité du politique.

Les premières réflexions du monde politique ou des membres de cette commission restent pour l’instant trop générales pour espérer changer véritablement l’esprit de notre démocratie. Or, c’est bien de cela dont il s’agit. L’introduction d’une dose de proportionnelle ou la suppression du poste de Premier Ministre ne corrigent que partiellement la crise de la représentativité et de la légitimité. C’est aussi largement une crise de la responsabilisation des élus. Les théoriciens affirment que le vote remplit déjà ce rôle de sanction. Mais, les campagnes électorales sont souvent des moments de création de rêves, plus ou moins réalistes, plutôt que des débats d’idées. La modernisation de la démocratie française passe donc par d’autres régulations et d’autres comportements. Les enjeux sont essentiels, tant sur le plan de l’identité nationale, que sur l’influence de la France dans le monde. Notre pays ne peut s’affranchir des règles des grandes démocraties qui ont tendance à se standardiser en Europe et dans le monde.

I) La démocratie de la responsabilité existe-t-elle ?

Chaque siècle porte des valeurs spécifiques. Sous l’influence anglo-saxonne, le XXIe est celui de la responsabilité. Quelle que soit la situation que l’on occupe dans la société, chacun doit être responsable de ses actes. Cette évolution concerne tous les domaines de la vie sociale. L’environnement, la pédagogie ou la parenté doivent aujourd’hui répondre à la même exigence éthique. Cela se traduit en politique par une demande sociale latente de changements dans l’exercice de la démocratie et des mandats électifs qui pour l’instant est loin d’être satisfaite.

Le principe de responsabilisation et les valeurs de la démocratie

La mondialisation n’est pas seulement économique. Elle est aussi politique dans les pays développés du Nord. L’influence américaine se traduit par la standardisation et la normalisation de la pensée. Parmi les valeurs transmises par les États-Unis, le principe de responsabilité des élus est sans doute le moins compatible avec la culture française. Pourtant, il s’impose comme une valeur universelle de la modernité dans de nombreux pays. La démocratie porte en elle le principe de responsabilité des élus devant le peuple. Mais, chacun sait qu’au moment du vote, peu d’électeurs se décident en fonction des résultats obtenus par l’élu. Les campagnes électorales se cristallisent souvent sur deux ou trois enjeux et l’ensemble du débat tourne alors autour de ces questions.

Dans la société actuelle, il n’y a plus guère que les politiques et les juges qui s’affranchissent de leur responsabilité. Les dirigeants défendent leur résultat devant un conseil d’administration. Les sportifs connaissent l’heure de vérité au moment de la compétition. L’étudiant obtient la sanction de son travail après les examens. Pourquoi l’homme politique ne rend-il jamais de comptes à ses électeurs, sauf en cas d’erreur majeure ou de malversations évidentes ? Au niveau national, comme au niveau local, l’électeur attribue rarement à l’élu les errances et les erreurs commises pendant son mandat. Seuls les maires payent comptant une mauvaise gestion de la ville. Mais, la « prime au sortant » compense en général les erreurs de l’édile. Au fond, tout se passe comme si chaque élection était un éternel espoir et qu’après 10, 20 ou 30 ans de mandat, les citoyens ne pouvaient toujours pas évaluer les compétences des élus. À écouter les promesses des hommes politiques, l’action publique change la vie des citoyens. La diminution du taux de chômage, le taux de croissance..., seraient le résultat de décisions politiques, donc également de leur responsabilité. D’une collectivité territoriale à l’autre, d’un mandat au suivant, les résultats divergent. Or, le principe de responsabilisation reste très théorique en France, contrairement aux autres grandes démocraties.

Les enjeux pour la démocratie

La déresponsabilisation n’est pas le seul fait des élus. Le comportement des électeurs entretient une forme « d’impunité politique ». Pourquoi contraindre un candidat à présenter son bilan, si les citoyens eux-mêmes ne s’y intéressent pas avant leur vote ? Les annonces de François Mitterrand sur l’éradication du chômage en 1981 ou les promesses de Jacques Chirac sur la réduction des prélèvements obligatoires en 2002, sont devenues des cas d’école pour les étudiants de sciences politiques. La majorité des électeurs se décide souvent en fonction d’une sensibilité, souvent familiale, de l’espoir d’amélioration rapide de sa situation personnelle et du sentiment, plus ou moins confus, des compétences du candidat ou du travail réalisé.

Qui se souvient des promesses de l’élection précédente ? Tenues ou oubliées, elles influencent faiblement le vote. En conséquence :
- les élus ne sont donc pas incités à l’action, surtout pas à long terme et engagent peu de réformes structurelles sans un retour de popularité immédiat ;
- les citoyens n’améliorent pas leur niveau de conscience et leur exigence de résultats. Ils se laissent convaincre par les projets démagogiques qu’ils ont envie d’entendre ;
- les incompétents ne sont pas sanctionnés, n’hésitent pas à se représenter et la classe politique se renouvelle difficilement et n’intègre pas la diversité française.

La démocratie française apparaît donc à l’extérieur comme anachronique. L’influence française n’est pas renforcée par cette curieuse image de fonctionnement passéiste.

Les évolutions de la société

Aujourd’hui, les conséquences de l’irresponsabilité sont immédiates. Paradoxalement, la mondialisation renforce le pouvoir des nations. Les Etats construisent un environnement économique plus ou moins favorable à l’activité économique. C’est aujourd’hui la véritable source de pouvoir géostratégique. Si les structures internationales se développent et définissent une rationalité supranationale, les Etats restent libres de s’adapter plus ou moins rapidement. Les dirigeants anglais ont compris depuis longtemps que le monde était devenu libéral et qu’il ne servait à rien de résister. Qu’il valait mieux corriger l’impérialisme américain plutôt que d’essayer en vain de le changer. A contrario, les Français s’accrochent depuis trop longtemps à un supposé modèle universel de solidarité et de redistribution avant même la création de richesses. Force est de constater qu l’on ne retrouve nul part ailleurs ce « modèle français ».

Mais, seuls les principes d’une démocratie sont universels. L’exercice au quotidien dépend plus de la culture et de l’histoire politiques. L’expérience anglo-saxonne doit être relativisée dans l’environnement français. La théorie de la justice de John Rawls fait sens aux Etats-Unis ou au nord de l’Europe. Dans un environnement plus latin, ses axiomes restent plus neutres parce que l’identité française est construite autour de trois fondamentaux :
- la centralisation pour donner le pouvoir au Prince unique du Royaume. Les décentralisations successives n’ont jamais été que des concessions du pouvoir central ;
- la langue française pour créer une unité et un patrimoine commun dans un Etat divers et écarté entre la Méditerranée, la Flandre et l’Allemagne ;
- l’immigration et l’intégration pour enrichir la culture et l’économie.

II) Qui doit changer : les hommes politiques ou les électeurs ?

La vie politique française ressemble de plus en plus à la société du spectacle, annoncée par Guy Debord. En soi, ce n’est pas un problème. Par contre, cette réalité suppose d’imaginer les nécessaires mécanismes démocratiques afin d’éviter de dénaturer les vertus du système et d’imaginer des contre-pouvoirs plus efficaces. La commission de révision des institutions devrait aussi porter la modernisation des rapports entre le citoyen et les élus. Les trois propositions ci-après sont destinées à ouvrir le débat et à imaginer les moments dans lesquels une démocratie directe peut s’exprimer.

Une agence des promesses pour évaluer les élus

En premier lieu, pourquoi ne pas contraindre les candidats à une élection à formaliser leurs trois principales propositions sous forme d’engagements précis, voire chiffrés, et les obliger à inscrire les résultats de leurs actions précédentes dans la profession de foi ? Au moment où ils sollicitent un nouveau mandat, il apparaît normal de demander « des comptes ». On éviterait ainsi les promesses démagogiques. Les électeurs seraient invités à réfléchir avant de voter. Et surtout, on inciterait les élus à avoir une réflexion sur l’efficacité de décisions pendant leur mandat.

On peut même imaginer une agence des promesses, chargée d’enregistrer puis d’évaluer les résultats obtenus au moment du renouvellement du mandat. Si un peu moins d’hommes politiques en faisaient une profession exclusive « ad vitam eternam  », l’engagement et le retrait de la vie politique dépendraient moins de leur réseau que de leurs résultats. Il ne peut s’agir de sanctionner mais simplement de contraindre à informer. Si les élus s’engagent sur des objectifs concrets et que les électeurs sont attentifs aux résultats de l’action, alors le contrat entre le candidat et le citoyen s’établit sur une autre base que la démagogie ou le rêve. L’agence des promesses modifierait le contrat social français en traduisant concrètement l’argument lockéen d’un État garant de l’organisation de la vie collective, tout en respectant les droits individuels de chacun.

Une démocratie directe plutôt que des jurys populaires

Bien sûr il y avait la proposition de Ségolène Royal d’instituer des jurys populaires pour exercer le droit de contrôle de l’action publique. Au-delà du caractère démagogique de la proposition, destinée à flatter les sentiments antipoliticiens, la nécessité d’instances délibératives, au sens de Ricoeur, demeure. L’obligation annuelle de faire le bilan des actions de l’année est une proposition plus réaliste et moins démagogique. Les moyens médiatiques existent : journaux, radios, blogs ou télévisions locaux sont des supports naturels. La procédure peut facilement être formalisée. Chaque homme politique pourrait présenter en quelques pages ses actions et ses résultats, les rapprocher de ses engagements au moment de la campagne et annoncer ses projets pour l’année à venir. Beaucoup de salariés ont des entretiens annuels d’évaluation, certaines entreprises pratiquent le 360° (méthode d’évaluation d’une personne par son équipe), pourquoi les élus ne seraient-ils pas aussi responsables de leurs actions ou de leurs inactions devant le peuple ? La responsabilisation passe aussi par l’acceptation du regard des électeurs en cours de mandat.

Dans une conception idéaliste de la démocratie, telle que l’imaginent les intellectuels et les philosophes, le moment du vote se confond naturellement avec cette instance délibérative. Les idéalistes et les théoriciens de la démocratie invoqueront la République platonicienne pour démontrer que le vote remplit cet impératif moral. Mais, la complexité des situations, le raffinement du marketing politique et la société du spectacle « embrument » le bon sens populaire et la qualité des débats électoraux. Trop souvent, un flou artistique, né d’une communication démagogique, prime sur les projets, les actes et les résultats.

Une inspiration anglo-saxonne

Les valeurs des démocraties anglo-saxonnes pourraient également contribuer à la modernisation et à la moralisation françaises. Un élu américain, danois... n’imagine même pas se représenter lorsqu’il commet une faute politique grave. De toute façon, les électeurs ne lui accorderaient pas leur suffrage. En France, c’est souvent l’inverse qui se réalise. Mais, l’inspiration anglo-saxonne de la responsabilisation du politique ne doit pas nier le caractère latin de la démocratie et son caractère malheureusement plus rousseauiste que lockéen. La tradition contractualiste, comme l’a définie Rawls, manque à la culture française. La fragmentation actuelle de la société française conduit à la perte des repères collectifs et à un individualisme de revendication catégorielle.

Ce sont donc les comportements plutôt que les institutions qu’il faut faire évoluer en France pour redonner un sens à l’idée de communauté politique responsable :
- changer les comportements des élus dans l’exercice de leur mandat. S’ils sont jugés sur leurs actes, le débat sur l’absentéisme à l’Assemblée nationale n’a plus de sens. Chaque député jugera lui-même de l’utilité dans l’exercice de son mandat ;
- changer les comportements des électeurs en leur apportant une information plus sérieuse sur la personne pour laquelle ils votent.

Certaines élections s’inscrivent déjà dans cette perspective. Les présidentielles d’avril et mai 2007 se sont jouées sur un projet de société avant tout. Les candidats ont été interrogés sur leur diagnostic et leurs propositions pour la société française. Et les électeurs ont choisi cette fois un projet de société incarné. Ces moments deviennent de plus en plus rares dans notre espace politique français.

Conclusion

Le débat est maintenant ouvert avec la commission de réforme des institutions créée par Nicolas Sarkozy. Il ne faut pas laisser aux seuls hommes politiques les termes de la discussion. Elle n’aboutirait qu’à accroître la distance entre les électeurs et les élus. De nombreux citoyens veulent s’impliquer dans ce débat. Les propositions précédentes ne doivent pas rester incantatoires. La démocratie française a un besoin urgent de modernisation. Le principe de responsabilité devrait largement y contribuer.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • bernard29 candidat 007 4 septembre 2007 12:50

    C’est en raison de la connaissance des comportements des gens (ici, les citoyens) qu’ont été établies des régles (ici, des institutions) pour faire vivre une société plus juste (ici, la démocatie).

    Vous croyez que c’est en changeant le comportement et la nature des Hommes que vous résoudrez la question démocratique ? C’est un peu mystique. Vous savez bien que c’est faux. D’ailleurs les Eglises ne sont pas du tout des organisations démocratiques. Ca se saurait.

    Donc si vous reconnaissez l’acuité de la crise démocratique, posez-vous plutôt la question de l’adéquation de nos régles à la vie politique actuelle.

    Comme tout défenseur de l’ordre établi et des pouvoirs, qui place dans le même panier les gens au pouvoir et ceux qui les élisent, vous insitez sur les changements de comportements individuels des citoyens et des élus, et vous avancez des propositions que seul un élève de collège peut imaginer.

    Une agence des promesses !! c’est pas sérieux !! Pourquoi ne pas plutôt renforcer les contre pouvoirs et commissions de contrôle existants (Cour des comptes,etc.. ) permettre plus facilement aux citoyens et associations de saisir les tribunaux administratifs, développer les procédures d’enquêtes publiques, etc etc

    Obligation de bilans annuels ?? Pour recevoir les bilans des majorités, des élus !! Avez vous déjà lu les revues dithyrambiques de toutes les collectivités territoriales qui exposent à longueur de colonnes les bilans des majorités sortantes ?? les feuilles de choux des élus ? Vous manquez de curiosité !! Mais, ce que je conteste surtout c’est que vous employez le terme « démocratie directe » pour définir cette obligation de bilan. La « démocratie Directe » est utilisée par opposition à « la démocratie représentative » et signifie « référendum » . C’est tout. A moins que vous ne proposiez un référendum annuel de bilan des élus ? C’est ça ??

    Quant à votre dernière proposition, « moraliser les comportements des élus » selon les éventuels principes de la responsabilisation anglosaxonne, elle est inadaptée dans un Etat de Droit. Il ne s’agit pas de construire un Etat de Morale mais un Etat de Droit.

    Pour résoudre la vraie question de la responsabilisation des élus, ne croyez vous pas qu’il est plus simple d’interdire le cumul des mandats et fonctions et de limiter le nombre de mandats successifs. ?

    Pour résoudre la question de la moralisation de la vie publique, n’est il pas plus simple de durcir les sanctions. (inéligibilité totale et permanente pour un élu ayant commis une faute grave. etc etc..)

    Enfin pour assurer le contrôle des pouvoirs, n’est ’il pas plus simple de rendforcer les compétences et attributions des Cours des Comptes, (nationale et régionales), de renforcer les contre-pouvoirs (parlement et assemblées régionales ou départmeentales).

    les dérives de la démocratie sont d’abord le fait des élus et des pouvoirs selon l’adage bien connu « qui a le pouvoir est enclin à en abuser ». C’est quand même simple.


    • Roland Verhille Roland Verhille 4 septembre 2007 15:04

      La question, c’est celle de la poule et de l’œuf. Certes, les Français sont encore sous l’emprise d’un millénaire de monarchie ayant suivi plusieurs siècles d’occupation romaine, et leur classe politique ressemble beaucoup à la Cour de Versailles, elle ne représente pas les citoyens, elle ne protège pas leurs intérêts, elle soigne les siens en se faisant auxiliaire du pouvoir. L’État chez nous s’est fait coucou, il prend toute la place, il accapare les trois quarts des richesses produites pour décider lui-même de leur emploi, il est source de tous les pouvoirs, ils est donc cheval de Troie de tous essayant d’obtenir ceci ou cela à payer par les autres. Alors, il en faut plus que quelques ajustements du système politique. Et il n’y a pas à aller chercher chez les Américains ce que les Français leur ont appris, ni ce qu’ils ont écrit eux-mêmes dans leur fameuse déclaration de 1789 aujourd’hui bafouée. « Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution » (article 16.). Ces derniers temps, le spectacle de la neutralisation et de la compromission des élus du peuple par le pouvoir exécutif est éclatant. Si le plein exercice par le nouveau Président de ses responsabilités avec l’engagement devant le peuple de sa responsabilité personnelle est un très grand progrès attendu du plus grand nombre, il manque l’affranchissement des élus dans les assemblées délibérantes à l’égard des pouvoirs exécutifs. Le cumul des pouvoirs à éradiquer, c’est la symbiose entre les mandats dans les assemblées délibérantes et ceux confiés à leurs titulaires par l’exécutif. La première des dispositions constitutionnelles à prendre, c’est d’établir une incompatibilité entre un mandat en assemblée délibérante, et tout mandat exécutif, avec délai de viduité suffisant (quelques années) après le fin du mandat. Seul cela rétablirait les élus dans leur fonction fondamentale de représentants du peuple contrôlant l’action de l’exécutif. Hors de là, peu d’espoir.


      • Bérenger 4 septembre 2007 17:12

        Je ne vois qu’une solution : instaurer le mandat unique et non renouvelable à chaque niveau de l’exécutif. Tout le reste n’est que baratin.


        • Céline Ertalif Céline Ertalif 5 septembre 2007 00:05

          Bonjour,

          Cet article pourrait être contesté sur de nombreux points.

          Je voudrais plutôt faire remarquer que nous venons d’élire un nouveau président qui brille par la mise en oeuvre de promesses qu’il n’a pas faites comme le plancher fiscal ou la déresponsabilisation pénale des affaires.

          Surtout, le bain d’une conception étroite et moralisatrice de la politique ne fait rien avancer. La démocratie, ce n’est pas grand chose au pied d’un projet de civilisation. Nous avons des territoires abandonnés, des problèmes écologiques qui écrasent les rationalités nationales, et une concurrence de la civilisation asiatique qui pourrait bien ensevelir nos prétentions occidentales en quelques décennies.


          • moebius 5 septembre 2007 01:03

            L’auteur, Parmis vos politiques américain « responsable comptez vous l’actuel président des Etats Unis D’Amérique. Céline, la démocratie est moins affaire de morale que d’efficacité politique et on peut se mefier d’un projet de civilisation qui n’integre pas »la démocratie« et pourquoi vous situez vous/nous au pied de ce »projet" Appartenez vous à l’extreme droite ?


            • bernard29 candidat 007 5 septembre 2007 10:52

              à Céline,

              Vous exposez dans votre commentaire l’autre moyen qu’ont les tenants des pouvoirs pour consolider ou conserver leurs pouvoirs. il tient au fait que la rénovation démocratique n’est jamais prioritaire. Il y a toujours d’autres problèmes à résoudre plus urgents plus importants. ( écologiques, économiques et maintenant la Chine...) .

              Mais vous etes certainement capable, vous aussi,comme tout un chacun, dans un moment de loisir ou d’un bon repas, de vous énerver sur cette démocratie française « à bout de souffle ». Ca ne mange pas de pain.


              • azertyuiop 5 septembre 2007 19:46

                Pourquoi invoquer Guy Debord dans ce contexte ? Pour faire tendance ? Ou bien parce que l’auteur ne l’a même pas lu ? Car rarement pareil raté s’observe ! C’est inouï ! PL


                • Vilain petit canard Vilain petit canard 6 septembre 2007 09:44

                  Discussion typiquement française : il y a quelque chose qui ne va pas dans le pays, alors, vite :

                  - proposons un changement des institutions
                  - réfléchissons, réfléchissons beaucoup, en employant surtout des grands mots (« responsabilité », « démocratie », c’est pas mal)
                  - demandons-nous si c’est la poule ou l’oeuf (changer les moeurs ou les institutions ?)
                  - surtout n’oublions pas d’évoquer la révolution de 1789 et les « Lumières » (dont nous sommes « historiquement les héritiers »)
                  - et proposons des agences et des commissions

                  Et en guise de dessert, parlons du fameux « modèle français », censé être ridicule ou génial selon le moment.

                  La France devient de plus en plus provinciale et périphérique dans le monde, continuons à nous occuper de nos théories sur le Peuple, la Démocratie et les Institutions. Et surtout de notre nombril.


                  • bernard29 candidat 007 6 septembre 2007 10:22

                    Vous êtes ridicule. on peut adapter votre discours désabusé et intéresé à n’importe quel secteur de la vie d’une société. (vie économique , vie sociale, environnement etc ...).

                    Pourquoi voulez vous que la vie politique et la question du pouvoir soient des éléments excempts d’interrogations ?

                    La promotion de la démocratie est un combat sans fin. La question de la qualité de la démocratie est une question qui est en permanence d’actualité.

                    De plus vous êtes complétement dépassé, exemple votre dernière phrase. « continuons à nous occuper de nos théories sur le Peuple, la Démocratie et les Institutions. ». Vous vivez toujours au XX éme siècle. la problèmatique du peuple est une question du siècle passé.


                  • Bérenger 7 septembre 2007 11:26

                    Questions en vrac que je me pose, et vous pose par la même occasion... sans me faire la moindre illusion quant aux réponses qu’elles appellent :

                    - Peut-on affirmer que tel show-man dont chacun sait qu’il est apparenté à une dynastie familiale régnant sur les casinos français, ne doive ses engagements (payés à hauteur de centaines de milliers d’euros) sur des radios et télés privées, et comme tête d’affiche à de ponctuels spectacles donnés dans les meilleures salles parisiennes, à ses seuls (et discutables) talents de comique ?

                    - Peut-on prétendre qu’une journaliste de télévision dont le père est député UMP ne doit son poste qu’à ses seules compétences ?

                    - Est-il démocratiquement décent qu’un vice-président du Conseil général d’un département du Sud-est de la France, par ailleurs maire de sa commune et président autoproclamé de plusieurs syndicats d’économie mixte touchant notamment à la récolte des ordures et à la distribution de l’eau, est-il décent, disais-je, que cette personnalité, installée là où elle est depuis une foultitude de mandats - et dont le bilan pourrait se résumer par ces deux mots : bétonnage et copinages - jouisse d’un logement de fonction (qu’elle n’habite pas) et d’une 607 de fonction également (véhicule imposant et polluant qui lui sert à ses déplacements, y compris personnels), quand une bonne moitié de ses administrés peine à trouver à se loger ?

                    - Y a t-il seulement une démocratie française ? Sachant que nos élites politique, économique, intellectuelle, sont toutes issues des mêmes milieux, que la majorité de nos artistes sont des filles et fils-de leurs papa-maman déjà installés dans un entre-soi réputé très fermé, que les décideurs de nos chaînes de télévision et de radio sont nommés par le pouvoir en place, que les journalistes employés par ces chaînes font partie des happy fews d’éminentes personnalités politiques, quant ils n’en sont pas carrément les conjoints ? Sachant qu’une personnalité politique française, à quelque niveau que ce soit, et quelles que soient ses compétences avérées, son bilan personnel, son parcours judiciaire quelquefois, est assuré de sévir dix, vingt, trente ou quarante ans, voire plus, jouissant de tous les privilèges que prévoit notre Constitution en termes financier, d’immunité judiciaire, et de bénéfices en nature, pour autant qu’il dispose d’un électorat ? Et indépendamment de la qualification de cet électorat à pressentir ce qui va ou non dans le sens de l’intérêt général ?

                    - Les multiples problèmes que semblent nous poser les politiciens de ce pays tiennent-ils à leur carriérisme, à leur clientélisme, à leur appartenance à une indéboulonnable artistocratie d’Etat, ou à l’absence bienséante (et stratégique) d’une remise en cause de la validité de l’élection au suffrage universel ? La démocratie consiste t-elle à donner à n’importe quel abruti le droit de décider de ce qui est valable ou pas pour l’ensemble de la population ?

                    - Revendiquer une réforme du suffrage universel, postuler une substitution du « droit de vote » par un « permis de voter » sanctionné par un examen de culture générale et assorti d’une limite d’âge, cela ressortirait-il d’une atteinte à la démocratie ou d’une volonté exprimée de voir moderniser celle-ci ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès