Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Montebourg se monte le bourrichon

Montebourg se monte le bourrichon

Enfin un challenger pour Sarkozy ? Le mi-coq-mi-poulet député de Saône et Loire, Arnaud Montebourg, relève en tout cas le défi. Une interview dans « Libération », une lettre à Kouchner dans « Le Nouvel Observateur », enchaînement gauche-gauche convenu et téléphoné, qui tendrait à prouver que le Parti socialiste respire encore. Mais respire quoi ?

Pas facile d’exister au sein du PS par les temps qui courent. Le parti à la rose, pris entre les deux mâchoires carnassières de Royal et de Delanoë, qui ne sait plus que faire de son premier secrétaire finissant et hésite quant à l’identité à donner à son successeur, qui n’arrive pas à se mettre d’accord sur l’opportunité de désigner dès aujourd’hui le candidat idéal pour 2012, qui ne se dépatouille que très mal de l’ouverture opportuniste et caricaturale de Sarkozy. Ce parti-là vivote, certes, mais ne pèse plus. Il oscille entre le néant et l’abandon, tout juste remis de règlements de compte pathétiques qui laisseront de toute façon des traces. Pas facile, donc, dans ce cloaque, de surnager, de faire entendre sa voix. Peu, de toute façon, essaient. Trop tôt, rien à dire, ou peur de déplaire aux favoris de la couronne, au Bertrand ou à la Ségolène, qui sont en train de reprendre la main, et manifestement désireux une fois leur volonté accomplie, de serrer à mort la vis, pour éviter les débordements passés. Chez les socialistes, plus que jamais, l’ambiance est au combat, à la bataille de chiffonniers, à savoir qui gardera les gosses, comme dirait Fabius. La pilule de mai n’est toujours pas passée, la méthode Royal n’a pas suffisamment évolué pour convaincre, et Delanoë, lui, pédale à côté de son vélib’, ou pas loin. Mais il y a Arnaud Montebourg, heureusement.

Arnaud Montebourg est l’exemple parfait, en politique, de ce qu’on appelait « l’éternel espoir », en foot. Le gars qui promet, qui promet, et puis qui finalement n’éclot jamais, n’arrive pas, ne concrétise rien. Un jeune premier sans premier rôle, cantonné aux aboiements de roquets, terrain déjà très occupé par l’extrême de la gauche, Mamère en tête, et Besancennot aussi. Montebourg, pourtant, n’est pas sans finesse, ni sans sens du comique. Mais souvent à ses dépens. Hier, pour fêter la nouvelle année, le jeune homme sans avenir s’est fendu d’une interview à Libération et d’une lettre non à Guy Môquet, mais à Bernard Kouchner. Dans l’interview, Montebourg pointe les insuffisances du gouvernement, sans trop d’emphase, sans trop d’excès, avec même quelque lucidité, d’ailleurs : « Nicolas Sarkozy a du bagout pour assurer le service après-vente de huit mois d’échecs. Pouvoir d’achat, croissance, dette, commerce extérieur, les résultats de son action ne sont en rien à la hauteur d’une "nouvelle Renaissance", mais plutôt ceux d’un président de la poursuite du déclin. » (...) « Le sarkozysme est un absolutisme. Le Parlement est devenu une chambre d’enregistrement purement formelle, comme sous Louis XVIII. Quant au gouvernement, il ne gouverne pas. C’est une équipe de figurants et de potiches. » (...) « Cette présidence me fait penser aux Romains de la décadence. La classe dirigeante festoie pendant que le peuple peine à boucler ses fins de mois. C’est un spectacle à la Dallas, une série B de mauvais goût. » La saillie n’est pas très originale, à peine sévère, ce genre de moquerie ne sert pas vraiment le débat politique, mais a le mérite de viser plutôt juste, c’est déjà pas mal. En ces temps où rien n’est plus autorisé, gardons le droit de fumer ses adversaires, fussent-ils politiques. Bon, après, dans la même interview, c’est moins bien, quant Montebourg se demande si Rachida Dati est « ministre de la Justice ou mannequin chez Dior », là on retombe chez le Carlier de bas étage, ce qui est presque un pléonasme. Idem lorsqu’il se demande si les « conquêtes du président finiront au gouvernement. » C’est mauvais, et sans intérêt.

Le même jour, donc, et parce qu’il a du temps devant lui, du temps de libre, comme tous ses amis à gauche (temps qu’ils ont pour la plupart utilisé pour commettre de piètres livres sans grands succès, où ils osaient expliquer ce qu’il aurait fallu faire pour gagner, eux qu’on entendait pour la plupart souffler sous les jupes de Ségolène pendant la campagne), donc notre bien-aimé Montebourg se fend d’une lettre à son « ami Bernard », Bernard Kouchner, ouvert de chez Sarkozy, ministre des Affaires étrangères. Dans cette missive bien plus revigorante que les pleurnicheries sans style d’un gamin perdu, Montebourg dit tout le mal qu’il pense de son pote « sarkoizé » à mort, qui aurait dans cette affaire perdu son âme, sinon sa fierté : « Tu fus un bon ministre de la Santé dans le gouvernement Jospin : droit des malades, équilibre de l’assurance maladie, et soutien aux hôpitaux de proximité. J’aimais ta manière d’aborder les problèmes et de les régler. Ton intransigeance te faisait avancer. Mais aujourd’hui, Bernard, tu le sais toi-même, la "rupture" de Nicolas Sarkozy dans laquelle tu as voulu jouer, te laissera sur le carreau, en loques, et seul au monde. » (...) « Ce ne sont pas des chapeaux, comme tu l’as si bien théorisé toi-même, qu’il te faudra avaler, mais à ce rythme les Galeries Lafayette tout entières. » (...) Je fais partie de ceux qui ne peuvent pas croire que tu es homme à te laisser réduire par la cuisson du pouvoir à ce tout petit rôle de figurant, comme le montrent ces images répétitives de ton effacement. La seule explication que je vois, c’est que tu as un accord politique avec ton nouveau maître, le président Sarkozy, pour te faire accepter ce que ton amour propre rend inacceptable. ». J’en passe, et des pires. Le portrait de Bernard K. en toutou du président de la République, ça classe un peu l’amitié, non ? « Le mieux pour toi-même et pour la France serait que tu prépares ta sortie. Commence à réfléchir à ce que tu écrirais dans ta lettre de démission. Tu seras ainsi encore Bernard Kouchner, pour longtemps. » Carrément. Montebourg ne se contente pas de critiquer le choix de Kouchner de passer par l’ouverture, il lui demande de démissionner avant de perdre son âme ! De faire machine arrière, se renier une nouvelle fois et rejoindre le camp du député Montebourg pour les joutes à venir.

Le problème, c’est qu’on ne voit pas trop pourquoi Kouchner ferait un tel choix. Qu’est-ce qu’il aurait à y gagner ? Quel avenir ? Montebourg n’est pas grand-chose à gauche, et n’a aucune chance de prendre la tête du PS, ni lui, ni ses amis. Le Parti socialiste est verrouillé, et Montebourg n’a pour l’instant pas la clé. Alors il tente le bélier, et se dit qu’un éléphant ferait l’affaire. DSK parti se remplir les cotisations au FMI, Jack Lang tout près de rejoindre l’ouverture, Fabius hors jeu, Jospin totalement dévoué à Delanoë, ne reste que Kouchner en possible défonceur de porte. Seulement voilà, le beau Bernard, ses sacs de riz, sa femme journaliste et son vécu « droit de l’hommiste » préfère dans l’immédiat digérer ses couleuvres en paix. Loin de l’aventure, de l’approximation, des combines de parti, des arrangements foireux et des élections non jouées d’avance. Le tutoiement et le « mon ami » de Montebourg n’y changeront rien. Et puis, Kouchner n’a pas besoin d’amis, il a ceux du président, les mêmes, ceux qui vous offrent le gîte, le couvert, le yacht et les pyramides, ceux qui ne se lassent pas d’en profiter. Montebourg, en somme, se monte le bourrichon pour rien, ou pas grand-chose. La politique n’est pas qu’une affaire de bons mots, et surtout pas une affaire d’amitié. Lui qui a grandi sous Mitterrand aurait dû retenir les leçons : pas d’amis, pas de morale, pas de scrupules. Mais il était dit que Montebourg n’apprendrait jamais rien, ne retiendrait que le superflu pour passer à côté de l’essentiel. Ce faisant, il démontre une fois de plus que les socialistes n’ont pas encore tourné la page, n’osent toujours pas entrer dans l’opposition : juste quelques banderilles, de ci de là, pas plus. Comme s’ils craignaient d’envoyer de lourds directs, et de prendre, qui sait, en retour, quelque droite à la pointe du menton qui les laisserait, une fois de plus, sur le carreau, comptés dix. Comme ses camarades, Montebourg se cantonne pour l’instant à l’analyse politique, à la chronique des jours qui passent, n’y pouvant mais, tant il est, plus que Hollande encore, « sur le carreau, en loques, seul au monde ».

Alors, Kouchner « perdu à Disneyland » ? Avis d’expert, sans doute, de celui qu’on considère à gauche, à droite, comme au centre, dans le Poitou ou à Montmartre, comme le dernier des Mickey.


Moyenne des avis sur cet article :  3.69/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • maxim maxim 3 janvier 2008 10:37

    pour réussir en politique ,il faut un beau carnet d’adresses ,avec des gens hauts placés dans la presse,la finance,la justice ,des complicités dans l’opposition,et surtout être un prédateur ,du charisme également de la chance ,bien entendu ,être bon vendeur ,comme un représentant en assurances vie ,qui ne vend que de l’air ,il y a les supers bons,les leaders,ceux à qui tout réussit ,les seulement bons ,ceux qui seront les seconds couteaux durant toute leur carrière,et les très moyens ,c’est à dire les traînes mégot .....

    et Montebourg est de ceux là ,un traîne mégot de province ,au charisme de sous secrétaire de sous préfecture ,qui aboie quand la caravane passe ,et qui ne fera qu’aboyer toute sa vie ...

    un Robespierre de bazard ,un Fouquier Tinville de bas étage .......

    un bon politicien,dans l’absolu,c’est celui qui réussit a obtenir l’argent des riches et les suffrages des pauvres ,sous pretexte de les protéger les uns des autres .


    • Gilles Gilles 3 janvier 2008 16:41

      Maxim

      « un bon politicien,dans l’absolu,c’est celui qui réussit a obtenir l’argent des riches et les suffrages des pauvres ,sous pretexte de les protéger les uns des autres . »

      Encore mieux, plus moderne !

      « un bon politicien,dans l’absolu,c’est celui qui réussit a RENDRE de l’argent AUX riches et OBTENIR les suffrages des pauvres ,sous pretexte de les protéger les uns des autres »


    • pierrot123 (---.---.164.182) 3 janvier 2008 19:03

      <<...Un bon politicien,dans l’absolu,c’est celui qui réussit a obtenir l’argent des riches et les suffrages des pauvres ,sous prétexte de les protéger les uns des autres .>>

      Géniale définition...Merci.


    • poirier bouchot (---.---.85.161) 4 janvier 2008 06:03

      maxim, on peut être critique avec Montebourg, et je ne suis pas le dernier, mais l’argument « un traîne mégot de province ,au charisme de sous secrétaire de sous préfecture » est tout simplement une injure, non pas envers Montebourg, mais envers les non parisiens, dont certains n’habitent même pas des sous préfectures (on a aussi des chef-lieu de canton, et même des communes tout court, c’est dire si on est nuls...) Alors pour rester crédible, évitez ce genre d’insulte qui ne blesse que les misérables provinciaux que nous sommes, incapables de comprendre vos hauteurs de vue parisiennes. Un plouc d’un village de 800 habitants... smiley


    • maxim maxim 4 janvier 2008 09:32

      @Poirier ...

      c’est une expression comme un autre ,ne prenez pas au premier degré une manière humoristique de dépeindre un personnage ...

      je n’habite pas à Paris ,mais à Fontainebleau ,une sous préfecture de Seine et Marne ....

      15000 habitants ,et perdue en plein milieu d’une forêt ....


    • saint_sebastien saint_sebastien 3 janvier 2008 10:42

      On ne combat le mal que par le mal. Il faut bien un Sarkozy à gauche.


      • seigneur_canard seigneur_canard 3 janvier 2008 11:26

        Je crois malheureusement, que si la gauche veut revenir aux affaires, il va falloir user des mêmes méthodes populistes que L’UMP et son Calife.

        Des slogans simplistes, des spots de campagnes biens proprets, une réthorique de boutiquier et du fric, beaucoup de fric. Voilà les éléments indispensables pour gagner une élection de nos jours.

        Ce constat me fend le coeur, mais je craint que nos concitoyens ne sont pas foutus de décrypter un discours politique trop complexe, et ça, la droite l’a très bien pigé. Le martelage de slogan aussi débile que « travailler plus pou gagner plus » a bien fonctionné.

        Il faut peut être que la gauche s’y mette aussi. Quitte a perdre son « âme » le temps d’une élection, pour, ensuite, appliquer un programme de gauche intelligent et complexe.

        Mais, pour ça il faudra que les PS se sorte de son état de déliquescence actuel, de sa guerre des chefs incessante, choisisse enfin une voie politique claire (en se débarrassant des boulets que sont l’extrême gauche (Besancenot-Bové et consort...) et l’aile « droite » du partie). Il y a un boulevard idéologique entre ces deux voies, mais le PS préfère osciller tel un balancier entre ces deux extrêmes déconcertant ses électeurs potentiels.


      • A. Nonyme Trash Titi 3 janvier 2008 13:10

        Désir d’avenir, c’était pas un slogan déjà ? Plutôt bon d’ailleurs. Mais c’était peut-être le produit qui était mauvais...


      • seigneur_canard seigneur_canard 3 janvier 2008 13:13

        Concernant la « Ségomania » de la première partie de la campagne présidentielle, plus ça va, plus je me demande si celle-ci n’a pas été, si ce n’est orchestrée, disons montée en mayonnaise par les médias à la « botte » de Sarkozy et de l’UMP. En sommes, qu’il ait « choisit » son adversaire.

        Ségolène Royale a certes fait de le populisme, mais elle s’y est prise comme un pied en cela que son image n’était pas « clair ». Son programme étant trop « large » pour arriver à rabibocher toutes les composantes de la gauche. En sommes, une ébauche de populisme trop complexe pour être efficace. En face, l’UMP a opposé une « machine de guerre » ou tout le monde pense et agit comme le « chef », pas d’avis divergent. La pensée unique en action au seul service de la victoire. Une capacité a mentir, a déformer les chiffres, marteler des contre-vérités avec un culot sans borne. Bien aidé, il faut bien le dire par l’apathie complice des médias (en particulier télévisuels - la bise de chabot, les coupes de champ’ sur le plateau de TF1 le soir de l’élection en sont des épiphénomènes révélateurs)...

        Bref, la gauche a encore du « progrès » a faire dans ce domaine...

        L’avenir de la politique est bien sombre.


      • Gilles Gilles 3 janvier 2008 16:46

        Saigneur Canard

        « Il faut peut être que la gauche s’y mette aussi. Quitte a perdre son »âme« le temps d’une élection, pour, ensuite, appliquer un programme de gauche intelligent et complexe. »

        Ouais.... mais l’histoire montre bien que l’on s’habitue très vite et très bien de la perte de son âme.

        Déjà, après une élection en vient une autre presque de suite.

        Quant aux régimes communistes qui promettaient que pour atteindre l’utopie il fallait en passer par la dictature, on a vu ce que ça a donné...le maintient de la dictature.

        Et pfffff de toute façon le PS a déjà perdu son âme. La présidentielle était déjà démagogique à outrance (moins que Sarko mais tout de même) et en difficulté on voit les éléphants se ruer chez l’ennemi.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 janvier 2008 17:08

        Je suis contre la stratégie du pire pour lutter contre le mal. Hier, j’avais ici un article en ligne - (dont AV a tué courte la carrière en l’enlevant de la page sans le mettre en lien en bas de page !) - où je disais justement que la transparence qu’apportent les blogs rend impossible de cacher vraiment les magouilles à la population. http://agoravox.fr/article.php3?id_article=33712

        Je crois que le présent article en est un bon exemple. Voyez comment les commentateurs réagissent à la stratégie de Montebourg ? Pour citer le I Jing, « la meilleure façon de lutter contre la mal (n’est-elle pas) un progrès énergique dans le bien » ?

        http://nouvellesociete.org/5165.html

        Pierre JC Allard


      • Traroth Traroth 3 janvier 2008 17:44

        Oui, c’est typiquement ce type de stratégie qui conduit la gauche à décevoir encore et encore. Et si le meilleur moyen de lutter contre le mal était de se placer résolument du coté du bien ?


      • Crapulox 3 janvier 2008 18:50

        Lorsque Seigneur Canard s’exprime un peu comme je pourrais m’exprimer, j’abonde ! smiley


      • Crapulox 3 janvier 2008 19:19

        On sait au moins où l’auteur se situe !
        - Plus de la diatribe que de l’article .........
        - Plus du réglement de compte que de l’analyse !
        - S’enflammer à ce point pour quelqu’un qui n’en vaut pas la peine, me semble un gaspillage d’énergie bien inutile.
        - Je me moque de Montebourg comme de ma première tétine, mais je pense que l’énergie mise par l’auteur dans son article, eut été mieux utilisée à des idées constructives !
        - "La critique............... smiley
        - Ravi d’avoir participé quelque peu à vos débordements Madame.


      • (---.---.111.81) 3 janvier 2008 10:51

        Amusant : en même temps on trouve la gauche trop molle et écrabouillée par Sarko, et en même temps dès qu’il y en a un qui ose l’ouvrir un peu plus, on trouve que c’est pas bien. Faudrait chosir, Lilian... On voudrait qu’on ne dise plus rien du tout qu’on n’écrirait rien d’autre... Kouchner est aussi handicapé par sa femme... qui continue à faire ses émissions, alors que d’autres ont été plus ou moins contraintes de démissionner...Montebourg n’en a même pas parlé, à ce que je sache... montebourg, je pense, essaie de rappeler Kouchner à quelques valeurs, celles avec lesquelles il a fondé sa carrière et sa notoriété... ne pas l’avoir du tout entendu sur l’Arche, à part le mot « zozo », alors que les gens se réclamaient de ce qu’il prônait montre sa dualité. Quand ça l’arrange, Kouchner se tait. Montebourg l’ouvre, et moi, je ne m’en plains pas. Même si ce qu’il dit fait plutôt dans l’effet de manche... Regardons plutôt l’UMP en train d’expliquer à ses adhérents ce qu’est la Renaissance, ça donne du baume au cœur, ça... et ça fait tout autant sourire que les gesticulations d’un jeune Montebourg smiley


        • Breizhnana (---.---.156.48) 3 janvier 2008 11:34

          Oui, je trouve aussi que « faudrait choisir, Lilian »... Vous restez dubitatif devant ce beau gaffeur de Montebourg. Je ne connais pas le contenu de toute la lettre, mais je trouve ça bien, qu’il ose en effet l’ouvrir un peu, et dire à ce pauvre Saint-Bernard ce que personne n’ose dire, tellement tout le monde courbe l’échine en ce moment. Votre analyse n’analyse pas vraiment, et n’ose pas plus aller au bout. Oser dire qu’il a raison. Raison de dire. De parler plus amitié que revanchardise politicarde. C’est vrai que Kouchner s’est mis au fond du trou, à se demander s’il ose encore se regarder le matin dans la glace, en se rasant, comme avait dit certain. Si ce n’est pas lui qui aurait dû ouvrir sa gueule, c’est qui ? Le pauvre Martin qu’on prend pour un âne bâté ? Mais qu’allaient-ils tous faire dans cette galère ??... Ils ne rament même plus et n’ont même pas de quoi écoper. Au moins, le beau gosse de Montebourg qui a mis sa chance de côté en soutenant une royale has been qui le traitait comme un gamin, au moins lui n’a jamais vendu de son âme ni de ses idées. Et s’il n’a rien appris des coups tordus et des amitiés de vestes retournées, c’est tout à son honneur. Et si on changeait ? Et si c’était au contraire dans ses mains d’ancien jeune loup qu’on mettait un PS en mal de renouveau ? Et pourquoi n’aurait-il pas plus de chances qu’un homo bobo ou qu’une mégalo déjantée en jupons ?


        • Plum’ 3 janvier 2008 14:36

          « au moins lui n’a jamais vendu de son âme ni de ses idées. »

          Oh que si ! Sur l’Europe, notamment. Un noniste devenu ouiste on ne sait pas pourquoi... si ce n’est pour se rapprocher du pouvoir... Et la sixième république maintenant bien oubliée...


        • Paule et Mick (---.---.80.61) 3 janvier 2008 11:04

          Ce Montebourg est un comique troupier de première. Il joue le hardi mais à l’épaisseur d’un Laurel. Il se rêve à la tête des forces de « gôches » reconstituées et assène, pour tout programme, de mauvaises contrepèteries qui ne font même plus sourire les troupes socialistes en déroutes (ou ce qu’il en reste). On a les dirigeants politiques que l’on mérite et à voir les meneurs de revue : Royale, Delannoé, Hollande, Montebourg, Lang, on peut se dire que la droite à réellement un bel avenir devant lui. Même le vide cidéral Santinien n’a pas grand chose à craindre de ces généraux fatigués qui nous fatiguent.


          • tata (---.---.103.201) 3 janvier 2008 12:06

            Oui ! q’il reste Mr. Montebourg,meme a la tete du PS, c’est TRES bien pour la droite,merci de la part de l’UMP Mr. Montebourg,Francois,Sego and Co.


          • snoopy86 3 janvier 2008 11:15

            « La saillie n’est pas très originale, à peine sévère, ce genre de moquerie ne sert pas vraiment le débat politique, mais a le mérite de viser plutôt juste, c’est déjà pas mal »

            Voilà que Montebourg fait du Massoulier...


            • king selewa (---.---.53.234) 3 janvier 2008 11:31

              à la lecture de cet article dans libé, je me suis dit que c’etait un bon début, ça pourrait taper plus fort mais c’est déjà pas mal !! tapons tapons ! il en restera toujours quelque chose


              • sarah (---.---.12.81) 3 janvier 2008 11:58

                Pas d’accord avec toi, un Sarko à gauche, ce n’est pas crédible. La vraie gauche est justement le contraire de ce qu’on ose nous montrer actuellement, c’est partager les richesses et les valeurs de fond. La société ne peut pas fonctionner comme une entreprise (débit/crédit), il ya trop de misère sociale pour traiter des humains comme de la marchandise.


                • Paule et Mick (---.---.80.61) 3 janvier 2008 12:15

                  « La vrai gauche qui aurait envie de partager les richesses et les valeurs du fond (ne t’inquiètes pas, elle va pas tarder à le toucher, le fond) » Rien que l’expression « vrai gauche » est déjà très comique.


                • spartacus 3 janvier 2008 12:05

                  - sur la forme : je n’ai pas aimé le ton de l’article, de ces proses où l’auteur se gargarise de phrases bourrées d’adjectifs censés percuter et qui ne font que lasser. « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ». Et tenter de débroussailler la jungle des mots pour en trouver le sens n’est pas un exercice bien plaisant.

                  - sur le fond : Montebourg aurait à mon avis certainement mieux fait de s’abstenir plutôt que de s’adresser à son « ami » Kouchner. La Gauche a eu la chance, grâce à l’ouverture sarkozyste, de voir partir certains de ses éléments les moins fidèles à leurs valeurs. Il n’y a nul besoin de vouloir faire revenir ceux-ci. Ils ont choisi leur camp, qu’ils y restent...


                  • Amanyte (---.---.162.38) 3 janvier 2008 12:24

                    Pourquoi parler de gauche et de PS ... il n’y a plus de gauche comme il reste si peu de vrais journalistes ... Tout fout le camp, la seule chose réaliste reste cette comparaison de ce gouvernement fantoche avec la Rome décadente ... mais le French people aime, le French people aime son président people et attend avec impatience son petit pot de vaseline quotidien ... Bonne année


                    • Lino Pralino La Praline 3 janvier 2008 13:18

                      Arnaud Montebourg et la French-American Foundation, lobby discret de l’euro-atlantisme

                      http://www.revue-republicaine.fr/spip.php?article1347


                      • spartacus 3 janvier 2008 14:16

                        lien interessant et fort instructif !

                        qui confirme ce que l’on savait ou soupçonnait déjà : les liens et la connivence entre dominants actuels, qu’ils soient de gauche ou de droite.

                        A ce sujet, voir aussi sur wikipedia le lien suivant sur le club « le siècle » :

                        http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Si%C3%A8cle

                        pour avoir la liste complète de ses membres.

                        on y trouvera (j’avoue à ma grande stupéfaction, quand j’étais encore naïf) les noms entre autres de L. Fabius, S. July, L. Joffrin mêlés à ceux de R. Dati et de ... N. Sarkozy !!!

                        Alors finalement, quelque soit le bord politique, qui se ressemble s’assemble.

                        et quand on le découvre, ça fait vraiment froid dans le dos ! smiley


                      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 janvier 2008 20:58

                        @ Spartacus. Bonne année.. Et derrière les clubs dont vous connaissez la liste des membres, il y a ceux qui ne la publie pas... Je ne crois pas que le pouvoir ait jamais été aussi monolithique et donc aussi absolu.

                        Il devient cependant de plus en plus débonnaire, dans les pays riches, puisqu’il n’y a vraiment plus rien que le pouvoir veuille et qu’il n’ait pas... Le danger vient maintenant d’ailleurs. http://nouvellesociete.org/H42.html

                        Pierre JC Allard


                      • Le vent (---.---.181.151) 3 janvier 2008 13:54

                        Quelle prétention,quel bla bla ba,quel désir de nuire ,de faire mal.AU MOINS LUI A T.IL SOUVENT DIT DES VERITEES SUR notre ex président,et sur quelques autres personnages tout aussi néfastes pour la France.Parlez nous donc du propriétaire du Figaro,ce grand chasseur en 4/4 conseillé subtil et clairvoyant.


                        • superesistant superesistant 3 janvier 2008 14:00

                          mouaip la grande question restera : pourquoi qu’il a écrit cette lettre ouverte émouvante et poignante..

                          quelqu’un voit’il Kouchner entrain de démissionner ?? pour faire quoi ? aucune échéance.. et surtout pour quelle raison ? il s’est engagé dans un gouvernement

                          il aura le mérite de dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas... Kouchner s’est prostitué dans un gouvernement de droite pour éviter d’être coller au placard, il pensait avoir une certaine aura, qu’il pourrait influer sur les décisions de politique étrangère, il n’en est rien, pire il est missionné pour faire « oui » de la tête.. pathétique nan pour un french doctor .. en fait il est relègué au rang des pantins à l’instar de tous ces collègues du gouvernement dirigé par not présipauté de compétition....

                          bah il aura réussi à faire parler du PS en début d’année, çà nous changera de la franchise médicale ou du nouveau contrôle technique..


                          • oncle_paul (---.---.26.59) 3 janvier 2008 14:35

                            Le petit commentaire sur Delanoe qui pedalerait à côté de son Vélib me semble un petit peut homophobe et cruel... il se trouve que j’ai visité Paris pour Noel et que j’ai été épaté par les transports, la propreté et la gestion de la ville en général.

                            Les Français sont ils prêts pour élire un homosexuel à la tête du pays, quand je vous lis en 2008, je pense que non. Mais les élections sont en 2012 et la gestion de la ville Lumière est un tramplin qui a réussit à Chirac. Ne sousestimez pas Bertrand, il sastifait les Parisien et a le support d’une communauté très puissante.

                            La France, qui aime bien donner des leçons au reste du monde, aurrait là la chance de briller - ce qui ne lui est pas arrivé depuis fort longtemps. Car enfin, les USA, vont trés probablement élire soit une femme, soit in noire. Quel plus beau symbol de progressime que d’élire un homosexuel.


                          • spartacus 3 janvier 2008 14:44

                            désolé...

                            mais je ne vois vraiment pas en quoi les compétences pour être à la tête d’un état ont un quelconque rapport avec le sexe, la couleur de la peau ou les penchants sexuels !


                          • oncle_paul (---.---.26.59) 3 janvier 2008 14:55

                            Spartacus, nous sommes d’accord à 100%... je n’ai juste pas aimé que l’auteur de l’article raye le maire d’une des plus grande ville au monde de la liste des candidats potentiels. Je cite : « Delanoë, lui, pédale à côté de son vélib’, ou pas loin. ». Pour moi il s’agit d’une vanne homophobe, pas trés fine, ni très originale ; je ne vis pas en France et je l’ai déjà entendue.

                            Personnelement, je ne suis pas interessé par la vie privée des politiciens mais je suis trés concerné par les préjudices de mes compatriotes.


                          • Bateleur du Tarot Bateleur du Tarot 3 janvier 2008 15:15

                            Mon cher Oncle Paul,

                            Permettez moi de ne pas être d’accord avec vous concernant la propreté et la gestion de Paris par notre Maire (qui êtes aux cieux) je ne sais pas quels arrondissements vous avez visité mais entre autre le XVIIème est nettoyé en moyenne un jour par semaine et le reste du temps les rues sont pleines de détritus. Mais il est vrai que le XVIIème c’est le fief de Madame de Panafieu alors on la traite avec le dédain qu’il se doit.

                            Comme quoi notre Maire est plus soucieux de ses intérêts politiques que de la bonne gestion de SA ville. Enfin sa gestion de la ville est en train de faire fuir les entreprises pour les faire migrer à la périphérie ce qui va faire chuter lourdement les revenus de la Ville de Paris, mais ça il s’en fout, vive le Velib...

                            Cordialement.


                          • maxim maxim 3 janvier 2008 17:05

                            eh oui oncle Paul ....

                            comme ça ,Bertrand pourra encore élargir le cercle de ses amis !


                          • snoopy86 3 janvier 2008 18:04

                            @ maxim

                            Encore une de tes mauvaises saillies !!!


                          • Oncle Paul Oncle Paul 5 janvier 2008 12:39

                            Je comprends.... voyez vous, quand je viens à Paris, où je suis né il y a 50 ans. J’aime bien me balader... et c’est ça que j’ai fait. Je me suis pris un abonnement Velib et je n’ai quasiment pas pris le métro. J’ai sillonné Paris de long en large. Et j’ai vu une ville propre, extrêmement bien organisée, et chose surprenante, j’ai même vu des Parisiens sympa et détendus. Je n’ai vu ni crime ni agressivité.

                            Je voyage et vis à l’étranger depuis... une vie... et j’en ai vu des vertes et des pas mûres. Paris est sans problème une des villes les mieux gérées au monde, que ce soit du temps de Chirac ou de Delanoe.

                            Lá ou je rigole franchement, c’est quand je vois les Français râler pour tout et pour rien. Ça leur ferait du bien d’aller voire ailleurs pour comparer et apprécier ce qu’ils ont. Je sais que chaque parti entretient une armée de bloggueurs et internautes pour faire campagne. Des fois je me demande si tous ces gens ne finissent pas par se parler juste entres eux. Moi je ne roule pour personne et je peux voter un jour a gauche l’autre a droite. Je vote pour celui qui fait mieux le boulot. Celui qui fait mieux le boulot en ce moment c’est Delanoe.

                            Pour revenir à mon argument de départ, je crois qu’exclure Delanoe des candidats potentiels pour 2012 prouve un manque visible de lucidité. Il est parti de loin mais il est parti il y a longtemps. Panafieu a du mouron à ce faire, Sarko et les ténors du PS aussi.


                          • Oncle Paul Oncle Paul 5 janvier 2008 12:57

                            Oui Maxim... j’a compris la blague. Delanoe est homosexuel, alors il pratique vraissemblablement la sodomie : il élargit donc le cercle de ses amis.

                            Contribution forte interessante notament par la finesse de l’humour. Caca pipi popo, tout un programme ! La liberté d’expression trouve lá toute sa raison d’être. En France, Bigard fait comme Pinochet : il remplit les stades.

                            En tout cas, je ne sais pas si Delanoe est un Homo Bobo, mais je peux vous garantir que vous ne risquez pas d’être traité d’Homo Sapiens.


                          • maxim maxim 6 janvier 2008 16:21

                            bon eh bien Oncle Paul ( c’était celui qui racontait de belles histoires dans Spirou ..) je vais tenir des propos flatteurs à l’égard de celui que vos placez au pinacle ,j’ai cité monsieur Delanoé ...( on se prosterne !)

                            ho qu’il est gentil le Maire de Paris ,le brave monsieur Bertrand ( qu’il soit béni),il a mis des Vélibs partout pour la santé des Parisiens ,contribuant à fortifier les mollets et les poumons de ses administrés .....

                            il a aussi fait de grands couloirs de bus pour que tous les Parisiens puissent profiter du panorama de leur belle ville ,confortablement transportés par les vehicules de la Ratp ,et puis le tranport public est générateur de brassage social ,où la ménagére côtoie ,l’ouvrier ,qui lui même se retrouve avec le cadre moyen ,le plombier zingueur voisine le chef de bureau ,et tout ce monde est mêlé dans les odeurs les plus diverses,de la flatulence ,aux senteurs de chaussettes ,avec un soupçon de transpiration et d’eau de Cologne à bon marché ...

                            l’automobiliste ,a presque honte d’utiliser son vehicule ,pouvant polluer l’atmosphère que l’équipe de monsieur Delanoé ( que son nom soit loué !)essaie de maintenir pure et chargé des bonnes effluves printanières ....

                            evidemment nous ne parlerons pas ici du parc immobillier de la ville de Paris ,propriétaire foncier de plein d’immeubles et d’appartement inoccupés ,alors que sa propre équipe fait semblant de s’offusquer quand des pauvres gens dorment sous des tentes en hiver ,mais ça faut pas le dire !!!!

                            nous tairons également le Paris plage qui consiste à couper le circulation en amenant du sable au bord de la seine pour faire croire aux gens qu’ils sont en vacances ,en fait on augmente la pollution en bloquant la circulation,exactement comme les couloirs de bus ,et la limitation sur le periphérique ,ce qui occasionne des bouchons du sur place ,et qui pollue bien plus que si les bagnoles pouvaient rouler normalement ,mais il faut bien faire plaisir à la bande d’écolos qui votent pour l’ami Bertrand ...

                            mais bon ,l’ami Bertrand ( gloire à son nom) n’est pas un mauvais diable ,et puis ,que vous avez l’esprit mal tourné !!!au sujet du cercle de ses amis ,j’aurai pas pensé à ça ,mais maintenant que vous l’avez dit !!!!!

                            et puis de Bigard à Pinochet !!!( houha !)

                            mais c’est vrai ,ça fait partie des belles histoires de l’oncle Paul !


                          • Oncle Paul Oncle Paul 7 janvier 2008 20:53

                            Cher Maxim,

                            J’imagine qu’il faut lire votre réponse sur le ton de l’ironie. Et bien, moi je la prend pour argent comptant. Je suis assez d’accord avec l’éloge que vous faites des transports Parisiens selon St.Bertrand. Ça reflète assez bien mes valeurs.

                            Pourquoi ne pas parler de la RIVP ? Non, parlons en, au contraire, il se trouve que je connaît un peut le sujet. Mon arrière grand père était de ceux qui a voté la contruction des immeubles en briques rouges qu’on voit sur les maréchaux. Dés le départ c’était magouilles et Cie. Mon aieule s’était fait construire un appart pour lui sur mesures. Plus tard, sous Chrirac il y avait la celulle spéciale pour l’attribution des logements à la gueule du client. Je croit que Delanoé a mis de l’ordre dans tout ça, non ? je ne prétend pas que la situation soit parfaite. Elle est simplement meilleure qu’avant.

                            Paris Plage ne vous plaît pas. Vous préfèreriez brûler un petit peu de gas oil sur le voies sur berges... Et bien moi, je suis fort aise, que pendant l’été vous alliez polluer ailleurs... je ne suis pas le seul, l’immense majorité des Parisiens pensent de même.

                            Moi, ce qui m’amuse, c’est comment des guignols comme Montebourg se chamaillent contre des moulins a vent, pendant que Bertrand construit son élection à la Présidence de la République. Delanoé, c’est Naf Naf, le petit cochom masson qui prend son temps et construit sa maison en brique, lui ( avec des pannaux solaires). DSK, lui il est sur orbite, et il aura du mal à redescendre à temps (merci Sarko). Quant à Fabius et Lang ils préparent un numéro pour Médrano et ne sont plus une menace que pour eux mêmes. Il ne reste plus pour Bertrand qu’à s’occuper de madame Royal qui a montré ses limites. Pour commencer, je lui recommendrai de changer de nom : elle devrait essayer Prolo, ça fait plus crédible quand on se dit près du peuple. De plus elle est parti trop vite trop tôt. Elle va s’essoufler. Delanoé se concentre sur les municipales, une fois réélu, il lui fait sa fête. Methodiquement. Façon Landru.

                            Maintenant, un petit peu de futurologie : observez comment Sarko va détruire les syndicats, rationaliser les institutions, redresser l’économie, enfin faire ce qu’il a promis ; et.... finir par se faire détester de tout le monde. Exactement de la même manière que Thatcher et Major ont offert à Tony Blair et Gordon Brown un pays entièrement remis à neuf et qu’ils puissent rafler les félicitations.

                            Non, mon bon Maxim, en vérité, Oncle Paul vous le dit : Rien ne pourra arrêter Killer Delanoé... pas même Madame de Panafieu.

                            Cordialement vôtre,

                            Oncle Paul

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès