Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mort de Chavez, un assassinat de la CIA ?

Mort de Chavez, un assassinat de la CIA ?

Président du Venezuela depuis décembre 1998, Hugo Chavez, est décédé des suites d’un cancer le 5 mars 2013. Les Vénézuéliens parlent d’un assassinat des États-Unis.

Dans ses discours publics, l’homme d’État avait défini de manière implicite comme une « épidémie » et un « phénomène étrange et alarmant » les cas de cancer qui frappent plusieurs présidents d’Amérique latine : le Paraguayen Fernando Lugo, Dilma Rouseff et Lula da Silva, actuel et ancien chefs d’État brésiliens, ainsi que leur homologue argentin Crisitina Fernandez. Ces présidents qui appartiennent au centre-gauche, luttent pour accélérer le processus d’intégration de l’Amérique latine et sa libération de la tutelle des États-Unis. Chavez parlait même d’empires prêts à tout pour parvenir à cet objectif.
La réponse de Washington ne se fit pas attendre. Victoria Nuland, porte-parole du Département d’État américain, définit les propos de Chavez comme « horribles et répréhensibles ». Est-ce que l’administration Obama aurait pour autant utilisé des technologies biologiques pour provoquer un cancer chez les représentants politiques d’Amérique latine, coupables de ne pas poursuivre une politique pro-américaine ? Jean-Paul Picaper, ancien professeur de sciences politiques à Berlin-Ouest, explique que déjà à l’époque de l’Allemagne de l’Est, les dissidents mouraient précocement d’un cancer et qu’à la prison de Hohenschönhausen fut trouvé à cet effet un manuel sur l’irradiation aux rayons X[1] .

Alors, pour justifier cette étrange série de cancers touchant les adversaires des États-Unis, le Dr Salomon Yakubowicz, médecin populaire du Venezuela, spécialiste en diététique et fréquentant l’ambassade des États-Unis de Caracas, avait de manière énigmatique déclaré en 2012 que ces présidents menaient « une politique à s’attirer de tels problèmes » de santé. Il assura avec bien peu de sensibilité que Lula da Silva a trop fumé, Christina Fernandez s’est soumise à des procédures de rajeunissement excessives du visage et du cou et le Paraguayen Lugo n’a utilisé aucune protection durant ses nombreux rapports sexuels. Il ajouta que le lymphome de ce dernier est une infection commune ayant trait à cette pratique et qu’il devait rendre grâce à Dieu car sa maladie ne s’était pas développée en Sida. Quant à Chavez, selon Yakubowicz, il ne peut que s’en prendre à lui-même, car travaillant la nuit et mangeant mal, il n’a pas ménagé son biorythme. Etrangement, les cercles de l’opposition et les médias à la solde des États-Unis faisaient caisse de résonnance concernant le rythme de vie de Chavez, soulignant qu’il était sujet au stress, à la peur de l’avenir et souffrait de manies de persécution voyant des conspirations de l’empire.
La suspicion de l’épidémie de cancer ventilée par Chavez est aussi prise au sérieux par son propre camp. Les proches de Chavez pensent que les services secrets américains auraient conduit une opération sur une vaste échelle pour neutraliser les chefs rebelles d’Amérique latine. Pour ce faire, le Pentagone et la CIA auraient utilisé des substances radioactives, biologiques et des armes chimiques. Le clan de l’ancien président vénézuélien se rappelle aussi d’évènements monstrueux dans lesquels des hommes furent utilisés comme cobayes dans le silence des médias américains. La majeure partie des archives auraient alors été classifiées et les fichiers les plus secrets détruits par la CIA.
En 1947, les agents de la CIA (année de sa création) et du FBI protègent les médecins des États-Unis qui avaient contaminé deux mille Guatémaltèques avec la bactérie de la syphilis et de la gonorrhée. Le président du Guatemala Alvaro Colom a défini ces expériences de crimes contre l’humanité, et Barack Obama présenta des excuses, affirmant que ces procédés étaient en contradiction avec les valeurs des États-Unis.

Toujours en 1947, la CIA met au point des programmes de tests sur le conditionnement de cerveau humain et le Contrôle mental à partir du LSD (Diéthylamide de l’acide lysergique). Dans ce même domaine de recherches, en 1953, la CIA lance le projet Mk Ultra qui a eu pour objet l’étude des moyens d’influence du « comportement humain et le mode de pensée à l’aide de médicaments et de microorganismes. Les études de la CIA et des laboratoires militaires incluent alors la dispersion des bactéries pathogènes. Les expérimentateurs n’épargnent pas leurs propres compatriotes : des phases de contaminations sont réalisées dans 240 villes américaines, s’abattant en particulier sur les quartiers pauvres de Washington, San Francisco et du Minnesota. D’autres expériences furent effectuées dans les tropiques, et notamment dans la petite ville de Panama City, en Floride.
En 1970, la CIA et le Pentagone mettent sur pied une batterie de tests relatifs aux armes génétiques ultrasecrètes. Une mission stratégique est assignée à des scientifiques ayant pour but d’obtenir une réduction massive de la population dans les pays potentiellement hostiles à la bannière étoilée. La Chine, l’Iran et le Pakistan figurent sur la ligne de visée des généticiens américains qui dépassent les succès du médecin de l’Allemagne national-socialiste Mengele.

Cuba n’est pas en reste et subit les attaques biologiques américaines. 300 000 habitants de l’État insulaire souffrent de fièvre hémorragique, et 150 d’entre eux, dont 50 bébés, décèdent. Des moustiques provenant des laboratoires des États de Géorgie et de Floride, ont été mis à contribution. Les militaires soviétiques en garnison à Cuba succombent aussi à la fièvre hémorragique. En décembre 2011, Persy Francisko Alvarado Godoy, qui a travaillé pendant vingt ans pour les services de renseignement cubain aux États-Unis, publie un article intitulé Cáncer inducido, ¿un arma de la CIA ? (L’utilisation du cancer, une arme de la CIA ?). L’écrivain guatémaltèque établit que la CIA se sert du cancer comme d’une arme. Il fournit des éléments concrets sur l’existence de dizaines de laboratoires de guerre biologique implantés sur le sol américain, dont Fort Detrick, un service militaire américain de virologie, situé au nord de la ville de Frederick, dans le Maryland. Il s’agirait d’armes émettant des radiations électromagnétiques. La victime ne meurt pas subitement, mais après quelques temps.
Le Venezuela, le Brésil, l’Argentine et le Paraguay constituent une fronde contre la politique de Washington. Au quatrième sommet des Amériques qui se déroula à Mar del Plata, en Argentine, les 4 et 5 novembre 2005, l’équipe des États-Unis échoua dans sa tentative d’imposer ses directives à la Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA). Lors de la cérémonie d’ouverture, Nestor Kirchner, alors président argentin, déclarait que l’intégration se réaliserait dans le cas où des mesures appropriées seraient prises pour éliminer les disproportions de développement. S’adressant à Bush, il affirma que la politique imposée par les États-Unis a aggravé la pauvreté du continent, engendra l’instabilité et la chute des gouvernements démocratiquement élus. Kirchner a invité les participants au sommet à rechercher une nouvelle stratégie de développement régional qui rencontrerait la ferveur des latino-américains. Ce projet – qui prévoit la suppression des droits de douanes entre autres sur des produits manufacturés et agroalimentaires – est vivement critiqué, essentiellement au Brésil, Uruguay, Argentine, Paraguay et Venezuela, par des associations, des syndicats et des partis politiques redoutant des conséquences sociales très négatives.

Chavez et les frères Castro dynamisèrent l’Alliance bolivarienne pour l’Amérique latine, fondée en avril 2005. Définie comme une véritable alternative à la ZLEA, cette organisation politique, sociale et économique ayant pour objectif de promouvoir la coopération entre les pays socialistes, s’appuie sur des principes d’idéologie anti-impérialiste. Elle vise à garantir la sécurité énergétique des pays membres, à savoir l’Antigua-et-Barbuda, la Bolivie, Cuba, La Dominique, l’Équateur, le Nicaragua, Saint-Vincent-et-les Grenadines et le Venezuela.
PetroCaribe, créée deux mois plus tard, en juin 2005, doit aussi son succès à Chavez. Cette alliance entre les pays des Caraïbes et le Venezuela, premier exportateur de brut latino-américain, et qui permet d’acheter le pétrole à Caracas à des conditions de payement préférentielles, regroupe actuellement 18 pays. Elle met fin aux abus des compagnies pétrolifères transnationales.
En mai 2008, à Brasilia, un nouveau modèle d’intégration soutenu par Chavez, l’UNASUR (Union des nations sud-américaines), vit le jour. L’union qui regroupe douze pays, a empêché la CIA d’implanter, par des putschs, des chefs d’État pro-américains notamment en Bolivie ou en Équateur : pour plus de stabilité, elle a encouragé le dialogue entre voisins en conflit et a facilité la mise en place de la démocratie au Honduras.
Toujours dans cet esprit de politique d’émancipation à l’égard des États-Unis, la Communauté d’États latino-américains et Caraïbes (CELAC), comprenant trente-trois membres dont ne font partie ni les États-Unis, ni le Canada, est fondée le 23 février 2010. Les statuts de l’organisation ont été précisés lors du sommet de Caracas, les 2 et 3 décembre 2011.
Chavez et ses amis considèrent toutes ces alliances comme un contrepoids nécessaire à la « dictature des États-Unis en Amérique du Sud ». Face à cette offensive des nations socialistes d’Amérique du Sud, les États-Unis durent renoncer à leur présence permanente dans cette région du monde. De plus, Hugo Chavez a largement remporté les élections du 7 octobre 2012 avec 55 % des voix, et un taux de participation de 81 %. Il ne fait aucun doute que son succès en appelait bien d’autres. Pour les États-Unis, laisser Chavez mener sa révolution bolivarienne reviendrait à perdre leur reste d’influence sur l’échiquier sud-américain. Or, au vu des enjeux économiques que le continent représente, ce scénario est tout simplement inenvisageable.

Source

[1] Jean-Paul Picaper, Berlin-Stasi, Paris, Editions des Syrtes, 2009, p. 278.


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • eric 30 mars 2013 08:35

    En un temps au final assez court, Chavez a réussi : a casser complétement l’appareil de production Vénézuélien, pétrole compris,a dilapider l’argent de l’export pétrolier du pays qui a les principales réserves du monde tout en accumulant de la dette publique dans des proportions jamais vue.(de 28 a 130 milliards d’endettement depuis 1998), en ouvrant la voie aux importations ( 80% de la consommation nationale). Nettement mieux que Poutine par exemple....Et encore, ce sont les chiffres officiels de son gouvernement.

    Il faut bien voir que cela veut dire que la fantastique rente pétrolière venezuelienne est passée en importations ( notamment des état unis) et en intérêt de dette ( au bénéfice des banques internationales).
    La CIA étant de notoriété publique a la solde de l’impérialisme américain lui même chien courant du capitalisme de même nationalité, il est fort douteux qu’elle ait eu la volonté de se débarrasser d’un type apportant une telle contribution a ses profits...
    M’enfin, ce que j’en dis, ce n’est jamais que le résultat d’une analyse marxiste élémentaire, après, on peut croire aux conte de fees...


    • Relladyant Relladyant 30 mars 2013 12:12

      En un temps au final assez court, Chavez a réussi : a faire augmenter l’IDH, a faire quasi-disparaitre l’illettrisme, selon l’UNESCO ; a diminuer de moitié la mortalité infantile ; a augmenter l’espérance de vie ; a laisser 5% de croissance ; a réduire les inégalités (coefficient de GINI descendu a 0.39) ; a reposséder ses ressources naturelles ; a réduire l’endettement a 20% du PIB ..... bref l’inverse de ce qui se passe en Europe depuis 10 ans ! smiley


    • eric 30 mars 2013 13:16

      A l’instar de notre remarquable précédent président qui avait toujours l’élémentaire courtoisie de se placer sur le même plan que ses interlocuteurs quels qu’ils soient, et aussi modestes intellectuellement soient ils je te serai tente de te dire Démosthène, « casse toi pauvre con ». Mais j’ai du mal a parvenir a la meme modestie que Sarko avec les faibles en esprit.
      A part cela tu sais vaguement comment l’inflation et les dévaluations permettent de piquer aux pauvres ce qu’on a fait semblant de leur donner ou t’as besoin qu’on te fasse un dessin ?


    • eric 30 mars 2013 17:06

      A relladyan, je sais bien et c’est une honte. Le prix du pétrole est passe de 10 a 100 dollars le baril sur la période. C’est 90% de l’économie nationale après que Chavez l’ait ruine. Vous imaginez la France avec des exportations multipliées par 10 en valeur sans rien faire ? On serait tous millionnaires. Ou est passe l’argent ? La modestie des résultats avec un tel flot de fric est particulièrement inquiétante. A bine des égards, Chavez a fait moins bien que même Kadhafi.... ?
      Ou est passe l’argent ?


    • asterix asterix 1er avril 2013 19:35

      La question d’Eric mérite en effet d’être posée.
      Mais bon, Agoravox est en train de perdre son âme. De journal citoyen, c’est à dire riche d’une pluralité d’opinions, il devient un repaire de ceux qui voient le diable partout, sauf à leur porte. Si j’étais leader des USA, ce n’est certainement pas à Chavez que je m’attaquerai mais plutôt au dingue de la Corée du Nord, aux mollah iraniens ou à AlKhaïda. Vous vous imaginez ? Foutre le cancer à qui on veut, au choix !!!
      Dire qu’il y a des imbéciles pour non seulement oser de telles stupidités, mais pour les commenter comme s’ils étaient dans le secret des dieux, mmh ? En fait, sans prendre la défense des Amerlocks, tous ceix qui commettent de tels excès sont en partie responsables du climat de violence qui est la marque de fabrique de la planète d’aujourd’hui.
      S’en rendent-ils compte ? J’en doute.
      La phase suivante sera sans doute d’user de leur pouvoir de modérateur pour ne plus faire passer qu’une opinion : la leur.
      Au secours Agoravox, ils sont devenus fous !!!


    • bernard29 bernard29 30 mars 2013 12:24

      Vous souvenez-vous de la technique du « parapluie acéré » des agents de l’URSS qui transperçait les chaussures de l’« espion retourné » par l’EMPIRE, pour leur inoculer un virus mortel ??.

      Je pense qu’il faut commencer par mettre en examen le parapluie d’OBAMA ou celui de Michelle. Il y a là quelque chose à investiguer par les limiers habituels, bien connus des « média-mensonges ».


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 30 mars 2013 12:53

        Bonjour, Avant de rayer de la carte un nouveau pays, les US avaient pour habitude d’accuser son chef de détenir des armes de destruction massives puis imposaient des frappes chirurgicales... pendant ce temps, en secret, la CIA pratique des épandages toxiques, mais pour dominer un peuple il suffit d’atteindre son chef.
        " De plus, Hugo Chavez a largement remporté les élections du 7 octobre 2012 avec 55 % des voix, et un taux de participation de 81 %.
        " ceci suffit à apporter plus encore qu’une légitimité puisque durable, il est donc encore vivace dans les cœurs des hommes et femmes de bien du pays. En temps que premier producteur de brut d’Amérique du sud, ce grand frère de l’Amérique du sud a de bonnes chances de le rester : http://www.indexmundi.com/fr/matieres-premieres/?marchandise=petrole-brut&monnaie=vef Pétrole / bolivar. Viva chavez !


        • asterix asterix 1er avril 2013 19:40

          Tu as raison, Lisa ! Les USA sont un des pires maux de la planète. Mais de là à prendre pour argent comptant les assertions de l’auteur, il y a un pas que je me refuse de franchir. Instiller un tel doute sans preuve relève de la démagogie pure et dure. Ne confondons pas liberté d’opinion et propagande, svp !


        • tf1Goupie 30 mars 2013 14:40

          Le KGB est connu pour être un spécialiste des assassinats radioactifs.

          L’auteur aurait pu l’intégrer dans son « étude ».

          • Daniel D. Daniel D. 31 mars 2013 03:57

            En effet, car grâce a cela, la question de la possibilité technique de le faire ne souffrirais d’aucun doute, et au lieu de mettre un point d’interrogation on pourrais mettre un point final, et commencer a chercher les preuves de l’implication active des États Unis dans l’épidémie de cancer atteignant les dirigeants des pays non alignés.

            Gageons que cette « oubli » ne le resteras pas, et que les coupables seront démasqué, jugés et condamnés, même si ils sont déjà cons et damnés les condamner sur terre ne serais pas un mal...

            Daniel D ;


          • bernard29 bernard29 31 mars 2013 16:54

            pensez à donner des blouses blanches et des masques chirurgicaux , aux fins limiers investigateurs.  !! C’est pas la peine de s’exposer inutilement. l’Empire rôde ..


          • mortelune mortelune 30 mars 2013 16:39

            Punaise dommage qu’on en ai pas un comme H Chavez en France. Ca voudrait bouger autrement qu’avec notre ’molasson’. 

            Il y a quelques siècles le poison était une arme redoutable. Qu’il se soit modernisé est vraisemblable.

            Merci pour l’article

            • morice morice 30 mars 2013 17:15

              et c’est reparti pour les conneries ! 


              il suffit de lire d’où elles viennent cette fois :

              « Fondé par Johan Livernette en 2013, le collectif contre-révolutionnaire est composé de catholiques traditionalistes français »

              Livernette, extrême-droitiste français entiché de religion vient nous expliquer la CIA. Franchement ; faire plus grotesque se révèle impossible.

              Livernette contre révolutionnaire, déjà, c’est à hurler de rire :


              la modération, vous vous rendez-compte de comment vous vous faites doubler par des gens qui s’inscrivent chez vous sous d’autres noms : Livernette s’est fait jeter d’ici, s’est retrouvé sur Agoravox TV pour s’y rendre aussi ridicule et le revoilà aujourd’hui déguisé à nouveau...

              Livernette, catho et « anti-maçonnique » venant nous expliquer la mort de Chavez c’est carrément GROTESQUE...

              • asterix asterix 1er avril 2013 19:43

                Bonjour Morice !
                Je n’avais pas lu ton commentaire avant d’exprimer par deux fois le mien.
                Agoravox est en danger !


              • ANTIGNAC 30 mars 2013 17:41

                Et vous croyez vraiment que Hugo Chavez est mort ?????

                Certes physiquement il n’est plus parmi nous.

                Mais il a semé du bon grain. Chez lui , en Amérique Latine, mais aussi sur toute la planète. D’autres avant lui en ont fait tout autant : Gandhi, Nasser, et bien d’autres. Tôt ou tard , les moissons serons belles !!


                • jeremy v jeremy v 30 mars 2013 18:34

                  en fait, la question est : « s’ils en avaient les moyens, le feraient-ils ? ».... hum... faudrait etre assez naïf pour en douter....

                  donc la vraie question est « ont ils les moyens de le faire ? »

                  personnellement, je crois que oui...

                  les faucons americains se comportent en ordure depuis des decennies, n’hesitant pas à mentir, envahir, voler, repandre le chaos et la mort pour leurs interets personnels.... alors franchement, rendre malade un adversaire, sans bombarder son peuple, c’est meme quasiment une bonne oeuvre de leur part comparé à ce qu’ils ont fait en irak et ailleurs...


                  • Proudhon Proudhon 30 mars 2013 19:25

                    Il est évident que les USA sont derrière bon nombres de morts suspectes dans le monde.

                    En France ont est pas mauvais non-plus, l’affaire des frégates de Taïwan en sont un exemple récent, avec ses suicides bizarres et le cancer foudroyant du Juge Jean-Pierre...


                    • bernard29 bernard29 31 mars 2013 16:55

                      les frégates sont mortes empoisonnées ?? on est mal barré ....


                    • captain beefheart 31 mars 2013 19:21

                      En France ?

                      Une semaine après la publication du compte-rendu de la cour des comptes ,critique envers la gestion-Sarkozy ,son président Philippe Seguin meurt subitement d’une crise cardiaque.....

                      Je trouvais ça suspect toute de suite ,surtout qu’avec le recul Seguin aurait peut-être été le seul à droite à s’opposer à la façon monomaniaque de gouverner du président précedent.


                    • asterix asterix 1er avril 2013 19:56

                      Proudhon....
                      La technique des amalgames, tu connais ?
                      Ah oui !
                      Connais-tu autre chose ?
                      Ah non !


                    • bernard29 bernard29 31 mars 2013 16:58

                      attention et en plus c’est pas trop qu’il soit mort, c’est qu’étant donné son empoisonnement par l’ Empire , on n’a pas pu l’embaumer. C’est surtout cela qui est « dégueulasse » !!! excusez, je deviens grossier, mais quand même il y a de quoi !!


                    • asterix asterix 1er avril 2013 19:47

                      Ah oui ? Vous préférez sans doute les laisser en liberté pour qu’ils agissent comme Merrah, sans doute. Ton brave djihadiste avait chez lui un véritable arsenal...
                      Pour une fois, les flics belges se sont montrés plus pros que les vôtres. Il n’y a eu qu’une seule victime et aucun innocent n’est mort pour la cause.
                      Je suppose que cela doit te faire mal...


                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 31 mars 2013 00:44

                      La marthyrologie ne prévient pas des lendemains qui déchantent ...


                      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 31 mars 2013 23:57

                        Je me souviens qu’en 2010, les médias ont rapporté l’information suivante : la petite ville sympathique du Sud de la France, Pont-Saint-Esprit, aurait été victime de ce genre d’essai de produits toxiques sur la population en 1951. Il s’agissait d’observer les effets de pulvérisations de LSD sur une ville moyenne et la CIA avait été mise en cause. Une bonne partie des habitants seraient devenus fous, plusieurs auraient dû être hospitalisés et il y aurait eu 5 décès dont 2 par suicides.
                        La France devait demander des explications aux USA. Je ne crois pas avoir entendu parler de suites à cette histoire scandaleuse.

                        J’ai préféré vérifier l’état de ma mémoire et j’ai trouvé un lien :
                        http://www.youscribe.com/catalogue/presse-et-revues/actualite-et-debat-de-societe/politique/le-lsd-de-la-cia-a-pont-saint-esprit-357232


                        • jak2pad 1er avril 2013 00:33

                          Khadafi est mort, Chavez aussi, et Ahmadinedjab a la tremblote.


                          Quelle figure de proue va émerger dans la conscience embrouillée de nos gauchistes, qui recherchent désespérément quelqu’un a aduler, comme mon fox recherche un os dans le jardin.



                          • tf1Goupie 1er avril 2013 12:18

                            J’espère que tout le monde a maintenant compris que Mitterrand dérangeait les USA.

                            Et si les frères Castro sont toujours vivants c’est bien la preuve qu’ils bossent pour la CIA


                            • bernard29 bernard29 1er avril 2013 16:49

                              c’est imparable , mais nous au « Collectif contre révolutionnaire », on n’aime pas la géopolitique comparée, et on préfère penser que si Castro les enterrera tous, c’est parce qu’il ne quitte pas son pyjama sportif.


                            • asterix asterix 1er avril 2013 19:53

                              Castro, ce brave défenseur de la veuve et de l’orphelin qui n’hésite pas à envoyer par le fond tous les balseros qui préfèrent quitter l’île du bonheur insoutenable que d’y vivre pour leur félicité.
                              Si ce dingue avait régné sur la France, vous n’auriez plus eu le droit d’émettre une opinion depuis 1959. Et si vous aviez été délégué syndical d’un autre parti que le sien, il vous aurait fait fusiller.
                              Quel brave homme ! Un démocrate comme on en fait plus...


                            • Tsuba 8 avril 2013 14:53

                              @ l’auteur,

                              Les EU n’aurait rien eu d’autre à faire que de supprimer Chavez via un cancer ?
                              Pure et grotesque délire !
                              Et pendant ce temps Fidel profite de sa retraite en survêtement !
                              Peut être devrait il vous inviter à partager une camomille ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès