Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Municipales de 2014 : avec ou sans le PS ?

Municipales de 2014 : avec ou sans le PS ?

Pour la gauche dite de gauche, il est urgent de rompre avec le PS afin de proposer une voie indépendante à la classe ouvrière dans sa large diversité, et pour ne pas être entrainé dans la débâcle du PS, qui se profile. L’alliance avec le PS sera une grande défaite qui facilitera la montée du FN car les classes populaires sont désespérées. La seule voie c’est la rupture publique avec les sociaux démocrates !

La question à laquelle nous sommes confrontés est complexe car elle tourne autour du Front De Gauche et de la signification de sa création. Le FDG c’est avant tout un accord d’appareils à but électoral, avec un déséquilibre non dénué de signification politique entre un PC organisé comme parti et un PG qui se cherche et se construit sur sa propre logique, mais qui a besoin de la force militante communiste. En aucun cas il ne s’agit de proposer aux « mondes du travail » une voie organisationnelle indépendante, mais plutôt de se servir du mouvement social comme d’un marche pied vers des objectifs d’enkystage institutionnel afin de gérer les réformes dans le cadre de l’appareil d’Etat tel qu’il est.

Le PC s’est engagé dans une voie apparemment indépendante (en créant le FDG) tout en maintenant des liens avec le PS, le PG également sous une autre forme, en se réclamant de la gauche qui inclut le PS. Alors quel est le but ? Ne rien faire et attendre 2017 ? Ce qui expliquerait la prudence du FDG concernant les divers mouvements sociaux ? Chacun à notre manière nous sommes tous conscients du décalage entre la situation réelle et le non positionnement des dirigeants du FdG qui les jours pairs hésitent et se disent faire partie de la majorité de gauche avec le PS, et les jours impairs jouent aux faux durs, sans pour autant oser une rupture. Ce discours ambigüe et opportuniste ouvre des boulevards au fascisme…..

Au vue de la catastrophe qui s’annonce, le misérable jeu des petits potentats locaux semble quelque peu dérisoire, les récentes élections partielles ont montré une grande relativisation du caractère local des élections municipales à venir : La seule voie pour « offrir » une perspective réellement crédible c’est l’indépendance, en finir avec les manœuvres d’appareils. Ne nous y trompons pas, ceux qui s’engageront avec ceux qui organisent le désastre, non seulement seront entraînés avec eux, mais pour de petits profits trahiront également leur classe.

L’alliance avec le PS sera catastrophique, car l’électorat se prononcera sur la politique nationale. Le vote FN sera amplifié par une abstention de masse à prévoir pour la première fois aux élections municipales. Certains Maires sortants se font des illusions sur leur propre popularité. Aujourd’hui il n’y a plus de fiefs imprenables, la noblesse républicaine qui a remplacé la noblesse aristocratique est incapable de mobiliser les citoyens déprimés et désabusés par tant de promesses non tenues. L’histoire est très dure avec les hommes politiques qui traitent le peuple avec une morgue méprisante. Tout se paye un jour …

Ce qui fait peur dans la stratégie du FdG c’est le prétexte permanent de la montée (réelle ou fantasmée) du FN qui justifie à tout bout de champ le vote utile et donc, au final, de se raccrocher au train de la bourgeoisie réformiste. Il faut rompre avec cela et déjà faire le ménage dans le camp révolutionnaire de tous ces politiques qui lorgnent des strapontins au lieu de travailler à une transformation de la société et au sortir du système capitaliste.

Pendant que Mélenchon vilipende le gouvernement, Pierre Laurent continue de faire le grand écart électoral en appelant à des alliances avec le PS, et ceci trois mois avant de défendre une liste du FDG aux européennes face au PS ! Les électeurs du FdG apprécieront sans doute la clarté des positions des deux compères, qui apparemment sont plus intéressés par les élections que par la réforme des retraites à la mode Solférino !

Tout cela n’est que conjectures et prévisions qui se confirmeront ou pas au moment des élections. Beaucoup d’observateurs s’accordent à dire que le score FN sera important, d’autres prévoient une forte abstention. Mais l’électorat français est très volatile et peut réserver des surprises que personne ne soupçonne. Alors nous verrons, ne pas vendre la peau de l’ours, mais à gauche de la gauche, complètement indépendants et indispensables il y a le NPA et LO… pensez-y !

D’après DALUS & CO

http://2ccr.unblog.fr/2013/08/31/municipales-de-2014-avec-ou-sans-le-ps/

Lire également : SORTIR DE L’ILLUSION


Moyenne des avis sur cet article :  3.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • JP94 4 septembre 2013 15:26

    La question se pose c’est sûr et de plus en plus mais elle ne pose pas de la même façon pour tous !

    Le PCF se bat face au PS qui l’attaque pour en diminuer les bases électorales . Il ne veut pas se suicider et sait parfaitement qu’entre ses militants et son électorat , la réflexion n’est pas la même . L’électorat n’est pas acquis et le PS sait parfaitement se poser publiquement en partenaire loyal tout en manoeuvrant par tous les moyens moins visibles pour casse le PCF ...
    Dénoncer le PS est à double tranchant .
    Il ne s’agit pas de se marginaliser ...

    Le PG , lui n’a d’acquis que ce que le PCF lui octroie et n’a rien à perdre et tout à gagner ... il peut dire ce qu’il veut sur le PS , un peu à la façon du NPA ou de LO ... 

    Sa base est pourtant moins gauche que celle du PCF , puisque socialiste .

    Que faire ? 

    Où mène le PS ? A fond dans le libéralisme ... difficile de s’y associer effectivement .

    Le PCF , à sa tête , table sur un rejet interne de cette voie au sein même du PS ... qui est verrouillé et gangrené donc peu susceptible d’évoluer , puisque le PS pense ne pas risquer de perdre son hégémonie à gauche . Sinon il aurait changé depuis belle-lurette.

    Le rejet de la politique du PS-EELV est total au sein du PCF mais il y a la crainte de perdre des bases qu’on n’est pas en mesure de reconquérir de sitôt . Voir le cas de Corbeil-Essonnes où l’enjeu est tel que le PS a préféré voir gagner Dassault que le candidat PCF ...
    Et le PS sait tout cela et se moque bien du peuple aussi ... 

    Mais sa position pourrait bien s’éroder voire s’effondrer comme en Grèce ou bientôt en Espagne .

    Ses positions colonialistes l’avaient condamné un temps ... et ses antécédents ne sont pas si glorieux mais ça on n’a pas le droit de le dire !

    • sandre08 4 septembre 2013 16:29

      Dimanche dernier a eu lieu une élection cantonale dans l’Aisne avec 57% d’abstention et 7 candidats .Pour le deuxième tour 2 candidats de droite . Le FDG et le FN sont passés derrière les candidats de la droite.
      Vous avez raison pour les municipales, hollande et son gouvernement prenant leurs électeurs pour des imbéciles, il y aura des pleurs au PS .
      L


      • TSS 5 septembre 2013 10:49

        Au dessus de 50% d’abstention l’election devrait être annulée car elle ne signifie plus rien... !!


      • Ricquet Ricquet 4 septembre 2013 19:17

        tu retires PS à UMPS, il reste l’UMP

        (tout n’est pas perdu pour autant pour les glands)
        Rebelote et dix de der.
        Bienvenu dans la nasse élective des charlatans fourvoyeurs.
        Voter pour ceux-ci est une incivilité qui légitime les turpitudes.
        Dans ce monde médiatique et manichéen de misère informative, la turpitude à bon dos et l’emporte à chaque fois avec des blablas.
        Les petits partis anti NWO ne bénéficiant d’aucune antenne médiatique, relais, finance, parrainage...
        c’est un débat de dupes sans surprise.
        Cependant : plus de 1 000 000 de vues de cette vidéo sur youtube.
        de quoi ramener l’abstention vers un parti de la nation. (ici par exemple)

        • Fergus Fergus 4 septembre 2013 20:25

          Bonjour, Robert Gil.

          Je crains qu’il n’y ait pas de débâcle du PS aux Municipales. En tout état de cause, rien de sérieux ne l’annonce. Si tel était le cas, il ne fait d’ailleurs aucun doute que le PC aurait définitivement coupé le lien avec ce parti qui a tourné le dos aux valeurs de gauche pour aller plus avant dans la démarche du FdG. Au lien de quoi, il fait le gros dos pour conserver ses positions locales sans lesquelles il ne serait plus qu’un parti moribond. Le PC est devenu un parti de boutiquiers frileux.


          • eric 4 septembre 2013 20:32

            Moi je suis pour. je veux dire pour la discorde chez l’ennemi.
            Il n’y a d’ouvriers a la gauche de la gauche que parce que 1,5 millions d’agents publics relèvent de ce statut.
            Si les cadres moyens et sup de la fonction publique socialiste ne sont pas capable de partager les prébendes, les gauches qui représentent en général hors tout 40% des voix dans les premiers tours, et ne parviennent a décrocher des collectivités qu’au prix d’alliances contre nature, de clientélisme et de diabolisation iront dans les choux.
            La ou c’est relativement stupide, c’est que c’est justement dans les collectivités que l’embauche massive de petites mains aux frais du contribuable a permis le plus de recrutement de copains.
            On ne va pas s’en plaindre....


            • CN46400 CN46400 5 septembre 2013 08:27

              L"accord PS-PCF sur les collectivités territoriales date du Programme Commun et a donné des résultats plutôt positifs, même si depuis quelques décennies la prééminence renforcée du PS se traduit souvent par un recul du caractère social des gestions. Ceci dit, il n’est pas sérieux de tirer un trait d’égalité entre les gestions de droite et de gauche, l’exemple de Paris étant éloquent.


              Une analyse objective de la situation conduit à penser qu’une rupture PS-PCF pour les municipales de 2014 se traduirait par un progrès de la droite sur le PS, compensé par un progrés du PS sur le PCF (avec aide tacite, ou ouverte, de la droite). Au total ce serait un glissement global des municipalités vers la droite avec le recul social que cela implique.

              Enfin il faut aussi tenir compte du fait qu’une partie non négligeable de l’électorat, pour les municipales, ne se prononce pas en fonction de considérations politiques.

               En conséquence, un recul du FdG aux municipales serait plutôt calamiteux pour préparer les européennes qui, elles, pourrait présenter un intérêt politique évident pour lui. Le PG finira bien par ouvrir les yeux.

              • Mmarvinbear Mmarvinbear 5 septembre 2013 11:01

                Le FDG est l’exemple type de l’alliance de la carpe et du lapin, le genre d’union qui fait bien sur le papier mais qui se révèle contre-productive pour tous les intervenants.


                Si on excepte les autres intervenants qui tiennent plus du fan-club que de vrai mouvements politique en égard à leur audience qui doit égaler celle de Montagne TV, le FDG essaye d’unir

                - Un PCF à la forte implantation électorale, mais déclinant. Ce parti essaye de sauvegarder son implantation locale, non pour protéger ses nantis mais parce que sans il deviendrai inaudible et serait voué à disparaître. Sur le plan national, le parti ne joue plus de rôle depuis ses 1,8 % à sa dernière présidentielle en solo. Sa stratégie est désormais celle du rémora, accroché au gros requin PS afin de manger les miettes que ce dernier lui laisse, sachant pertinemment que seul il se ferait bouffer.

                - Un PG, qui est un nouveau mouvement fondé quand Mélenchon a compris qu’il ne prendrait jamais la tête du PS. Il dispose d’une large audience grâce au charisme de son leader mais étant un nouveau parti, il ne dispose d’aucune base électorale ni de réseaux d’élus et ses derniers résultats montrent un tassement rapide de son électorat. Sa stratégie est basée non par sur le nombre mais la personnalité de son leader qui se met constamment en avant. C’est la même stratégie que celle du FN du temps du père. Avec les mêmes résultats au final : de bons coups médiatiques qui ne se traduisent que peu dans les urnes.

                Il en résulte un conflit dans la stratégie : le PCF privilégie les élections locales alors que le FDG veut mettre l’accent sur les nationales et européennes. Le PCF veut mettre le programme en avant et Mélenchon veut attirer les feux de la rampe.

                La direction bicéphale ne fonctionne pas, tout le monde l’a vu ces dernières semaines. La méluche s’offrant même le luxe d’insulter les partenaires de son allier qui en a désespérément besoin.

                Comment cela va t-il finir ? Sans doute mal.

                Si aux prochaines européennes Mélenchon n’égale pas au moins son score de la présidentielle, il est fini. Sa stratégie du coup de menton mussolinien fatigue même dans son propre camp. Dans ce cas, le PCF en prendra prétexte pour pousser JLM vers la sortie, ou un poste plus honorifique et moins exposé médiatiquement. 

                Si de plus le PCF continue de perdre des élus aux municipales, ce sera la rupture franche et totale. On peut dès lors imaginer un PCF qui récupèrerait une grande partie des adhérents PG, JLM ne gardant que son fan-club, le PG devenant un genre de Modem, avec encore moins de monde si cela était possible.

                Le grand gagnant en sera le PS, qui va récupérer un allier fiable, une petite réserve de voix pour le second tour et faire des économies d’anxiolytiques. 

                • jack mandon jack mandon 5 septembre 2013 11:02

                  Robert Gil,

                  Il est tout à fait probable que s’en est fini des socialistes,
                  tout au moins sous cette forme.

                  Hollande et sa clique dehors.

                  Je désapprouve toute intervention militaire qui ne s’inscrit pas
                  dans un mandat humanitaire sous l’autorité de l’ONU

                  Si chaque citoyen fait parvenir au député de sa circonscription
                  une lettre de désapprobation synthétique claire.

                  Il faut arrêter les conneries maintenant

                  C’est une forme de tyrannie de comique troupier à la française

                  Voici que j’ai de la haine pour ce saltimbanque, 

                  A dégager ces faux culs y compris les écolos à la con


                  • Vipère Vipère 5 septembre 2013 12:13

                    Bonjour à tous

                    D’accord, avec les commentaires précédants. Un bémol tout de même, il y a lieu d’y inclure le FDG qui n’a pas démontré, sa distance avec les prétendus partis de Gauche.

                    Tout au contraire, souvenez-vous, le FDG appellait à reporter ses voix sur un des partis d’alternance.

                    Donc, assez des imposteurs, du sang neuf que diable !






                    • Vipère Vipère 5 septembre 2013 12:35

                      Soleil

                      Pas besoin de voter des hommes politiques à l’élection nationale, il suffit de recruter des administrateurs et gestionnaires d’une ville, ils coûteraient moins cher et feraient aussi bien le job !

                      Ce dont la France a besoin, aux commandes nationales, ce sont des politiciens avec de l’envergure, des visionnaires, capables de changer « l’eau en vin » ! c’est à dire de bousculer les principes et dogmes établis.

                      A La tête de la France, il faut autre chose que des comptables ! smiley


                      • Vipère Vipère 5 septembre 2013 12:58

                        Les affaires d’une Cité, doivent gérées d’une manière pratico-pratique, déconnectée de toute « ’idéologie politique » .

                        Les arguments idéologiques ne souvent que de la poudre aux yeux , pour ravir « les bonnes places » aux adversaires. 

                        Les affaires de la Cité, ne sont ni d’une idélogie de droite, ni de celle du centre et pas davantage de celle de gauche. 






                      • Vipère Vipère 5 septembre 2013 13:00

                        Je n’ai pas dit « fonctionnaire » mais administrateur ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès