Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Municipales : l’heure de vérité pour le PC et EE-LV

Municipales : l’heure de vérité pour le PC et EE-LV

Plus l’heure approche et plus les tensions se font jour entre le PS, ses alliés ambigus au gouvernement que sont les verts et les communistes, qui font le grand écart avec le Front de Gauche en tension sur leur gauche et le PS duquel dépendent nombre de leurs élus.

Les verts ne voient pas leurs affaires facilitées du fait de leurs positions pas toujours très claires quant à leur participation gouvernementale. Les déclarations d’un Vincent Placé (Sénateur vert) toujours à l’affut d’une bonne estocade bien placée pour faire mal n’encouragent pas la direction du PS à faciliter la réélection des élus EE-LV. Rappelons que ce dernier tient son siège du bon vouloir de la rue de Solférino.

Les communistes, qui ont perdu leur boussole politique depuis déjà un bon moment ont trop pratiqué le grand écart politique pour qu’ils puissent être pris encore au sérieux par les socialistes. Ici, à Paris par exemple, leur envie est trop forte de renforcer leurs positions avec un accord dès le premier tour, là, cul et chemise avec un Front de Gauche acharné à descendre en flamme la politique du gouvernement.

Le résultat s’en fait nettement sentir partout où de jeunes loups aux dents longues sont prêts à faire tout feux pour décrocher de bonnes positions électorales à l’occasion de ces élections municipales. Et bien souvent leur direction nationale est encline à fermer les yeux et laisser faire. Une dizaine de ville sont déjà l’objet d’affrontements fratricides. Mais peut-on encore parler de frères ?

La ville de Saint-Denis est un exemple frappant. Mathieu Hanotin (PS) a déjà battu aux dernières législatives Patrick Braouezec (PC), Il est bien décidé de profiter de l’avantage pour reprendre la ville au Parti Communiste. A Montreuil, le jeune Razzy Hammadi (PS) est bien parti pour disputer au maire sortant Dominique Voynet (EE-LV), en grande difficulté, l’hôtel de ville de cette ville de plus de 100 000 habitants, la seule détenue à ce jour par les verts.

La colère monte, mais le PS a beau jeu de faire valoir les stratégies d’autonomie que les uns et les autres ont déjà adoptés ici et là. Le PC ne se prive pas de vouloir attaquer les positions du PS à Pantin, Aubervilliers ou Pierefitte. Mais Villetaneuve et La Courneuve pourraient bien aussi connaître le même sort.

Déjà le Val de Marne connaît des dérives identiques : Chevilly-Larue, Fontenay-sous-Bois et Ivry-sur-Seine.

Ces élections municipales pourraient être aussi l’enjeu d’une nouvelle redistribution des cartes entre partenaires de la gauche. Une redistribution qui se ferait sous la bannière de la division. Un Front de gauche qui pourrait bien voler en éclat, de par l’attitude du PC. Mais déjà les petites composantes du Front de gauche s’organisent ce week-end pour se fédérer sous une nouvelle bannière qui devrait s’appeler « Ensemble ». Quant aux verts, ils sont en train de se perdre, peu à peu, sous le seul jeu des ambitions et non plus celui du débat d’idée. Le Parti Socialiste risque de rester encore pour longtemps la seule alternative crédible à gauche, avec pas grand chose à sa gauche pour le booster hors de ses frontières sociales démocrates.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • unandeja 25 novembre 2013 10:23

    c’est quoi les verts....c’est une pastèque....vert à l’extérieur, rouge à l’intérieur...mais surtout des profiteurs invétérés...jamais d’accord avec le gouvernement mais bien cramponnés à leur poste de ministre ou leur inexistence le dispute avec leur incompétence.

    Seule Madame BATHO avait voulu gouverner « vert »....bien mal lui en a pris. Les verts ne représente plus rien, prêts à toutes les forfaitures et à avaler toutes les couleuvres tant que cela leur rapporte personnellement...le meilleur exemple c’est la duflot....

    Quant au pc il est divisé entre la gauche phagocitée par mélenchon et la gauche-ps-caviar, qui peut leur faire espérer un avenir + proche des verts...proches des avantages personnels....mais bien loin des convictions réelles....c’est bien dommage.


    • c’est pas grave 25 novembre 2013 15:07

      un vert ni très clair ni transparent , y a un mot pour ça en langue française

      glauque 


    • LE CHAT LE CHAT 25 novembre 2013 10:30

      les « verts » de EELV , à part défendre le mariage gay , les nouveaux impôts , les sans papiers et ouvrir la porte en grand aux roms , ils servent à quoi au fait ? ils s’occupent quand d’écologie ?

      quand aux cocos , entre les fossiles de l’époque brejnevienne cramponés à leur mairies et les ex gaucho enmennés par le franc maçon la Merluche , ça part en biberine

      comme le PS n’est plus socialiste que de nom , la gauche ça n’existe plus dans notre pays !


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 novembre 2013 15:35

        @Le Chat,

         

        ne prenez pas vos rêves pour des réalités... la gauche a toujours existé et existera encore longtemps....

        http://jmpelletier52.over-blog.com/

         

         


      • jef88 jef88 25 novembre 2013 11:25

        l’image :
        UN PANIER DE CRABES !
        c’est valable pour tous les partis !
        parce que l’objectif de ces personnages n’est pas de réaliser des idées politiques mais de valoriser les égos en palpant de beaux chèques de fin de moi.


        • Kern Kern 25 novembre 2013 11:35

          Pourquoi le PS s’inquièterait-il de ce que vont faire ou ne pas faire les Pastéques et les Cocos ?

          Ils sont à la botte du PS tels des klebs qui attendent leur pitance

          « Ici !! au pied..Cécile et Laurent ; bons toutous ; y a bon les croquettes de François »

          Article fait pour faire croire à un « suspense » qui n’en est pas un

          Nous sommes sous fascisme socialiste : il faut que cela cesse

          Et vite


          • peak.singularity peak.singularity 25 novembre 2013 11:54

            Europe Écologie les Verts sont une disgrâce (en France en tout cas). Ils sont écologistes comme la « République populaire démocratique de Corée » est une démocratie.

            (La même chose s’applique probablement pour le Parti Communiste, mais je ne suis pas assez au courant pour me prononcer avec certitude pour ce parti.)

            Un petit rappel de ce qu’étaient les vrais écologistes : La campagne de René Dumont pour l’élection présidentielle de 1974 :
            (le cœur du message est à partir de 4:30)

            http://www.ina.fr/video/CAF88000834/rene-dumont-video.html


            • Scual 25 novembre 2013 12:56

              « Le Parti Socialiste risque de rester encore pour longtemps la seule alternative crédible à gauche »

              Ouiiii... et le FN est une alternative communiste crédible aussi, c’est ça ?

              Le PS est l’exact inverse de ce qu’est la Gauche. Antisocial, capitaliste, antidémocratique et menteur.

              C’est un parti d’extrême-droite neolibérale ploutocatique orwellienne.


              • Scual 25 novembre 2013 12:57

                Et je suis sympa de laisser de coté la xénophobie de sa frange la plus extrémiste...


              • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 novembre 2013 15:33

                @Scual,

                 

                je vous cite :

                Le PS est l’exact inverse de ce qu’est la Gauche. Antisocial, capitaliste, antidémocratique et menteur.

                C’est un parti d’extrême-droite neolibérale ploutocatique orwellienne."

                on ne peux qu’apprécier...votre sens de la nuance

                 

                http://jmpelletier52.over-blog.com/

                 

                 


              • Scual 25 novembre 2013 16:14

                C’est vrai que le PS fait factuellement ce dont je l’accuse avec beaucoup de nuance...

                Donc c’est le coté orwellien qui vous séduit chez le PS, le fait de ne pas dire les choses par leurs noms ?

                Désolé mais la manipulation (« nuance » en orwellien) aura bien du mal à passer dans un de mes commentaires.

                Si vous connaissez des éléments factuels qui me permettraient de nuancer ce message, n’hésitez pas à nous les fournir. Sinon j’aurais bien du mal à nuancer le fait que vous ne savez pas quoi répondre.


              • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 novembre 2013 16:59

                mon dieu j’avais oublié que j’étais sot....merci de me le rappeler


              • Scual 25 novembre 2013 19:37

                D’accord j’avais donc bien raison de ne pas nuancer puisque vous même ne connaissez aucune nuance.

                C’est le PS tout craché ça, quand ils savent pas quoi dire ils traitent les autres de malpolis ou ils s’outrent d’entendre la vérité. Bref ceux qui disent la vérité et appellent un chat un chat doivent se taire ou se laisser donner une leçon de maintien...après tout nos supérieurs de la caste noble ont pour devoir d’éduquer la populace mais certainement pas d’écouter ce qu’elle dit.

                Je le répète :

                Le PS est l’exact inverse de ce qu’est la Gauche. Antisocial, capitaliste, antidémocratique et menteur.

                C’est un parti d’extrême-droite neolibérale ploutocatique orwellienne.

                Mais cette fois-ci j’ajouterais qu’une bonne partie des personnes qui y sont les plus influentes sont corrompues et qu’on y trouve même une frange carrément xénophobe pour les plus à droite.

                Si vous ne vous reconnaissez pas là-dedans je vous conseille de prendre vos distance avec le PS, parce que sinon il va falloir accepter la contre-partie que l’on nomme ce que vous faites par son véritable nom, même si ça doit déranger votre torpeur. Car c’est pour cela qu’on doit chez les PS ne pas appeler les choses par leur noms : ça les mettrait devant leur HONTE, leur CULPABILITE et leur LACHETE de devoir admettre qu’ils sont exactement ce qu’ils prétendent combattre et qu’ils sont devenus les pires ennemis de leurs meilleurs amis.

                Des traitres à tout point de vue.

                Et là elle vous plait ma nuance ? Une fois de plus si vous avez quelque chose de concret à dire pour démonter que j’ai tort, que le PS n’a pas pris au pauvres pour donner aux riches, qu’il n’a pas accru les pouvoirs et les libertés des riches et des patrons et réduit les droits des travailleurs, qu’il a refusé de voter le véritable coup d’Etat antidémocratique qu’est le traité de Lisbonne, et qu’il n’a pas fait tout ça en tentant de la cacher ou en mentant sur la nature de ce qu’il a réellement fait, voir en mentant tout court. Si vous avez la preuve que quasiment aucune personnalité de premier plan du PS n’a jamais été inquiétée par la justice pour des affaires de frique et d’abus de pouvoir, démontrant leurs liaisons incestueuses avec la finance et leur malhonnêteté, que vous avez la preuve que l’intouchable ministre de l’intérieur n’a pas dit que les Roms n’étaient pas comme les autres, et bien je vous en prie, je me ferais un honeur de mettre de la nuance dans mon propos.


              • non667 25 novembre 2013 13:27

                les verts = grenelle de l’environnement = densification des villes = bétonnages = les hommes en batteries = la terre 50 milliard d’habitants et + !


                • Pingouin094 Pingouin094 25 novembre 2013 13:30

                  Pourquoi dans une élection à deux tours, qui plus est avec des rêgles de maintien au 2ème tour extrêmement souple, l’union de premier tour serait-elle la rêgle absolue et les listes « de divisions » l’exception.

                  La logique du système électoral instauré pour les élections municipales voudrait l’inverse.
                  De même, alors que dans tant d’autres élections, la mode des « primaires » se généralisent, il faudrait priver les électeurs du droit de choisir leur tête de liste aux élections municipales par le moyen le plus simple : le vote du 1er tour ... étant entendu que toute la gauche se rassemblera au 2d tour.

                  Je suis communiste. J’aurais souhaité que le PCF parte avec le FdG à Paris. Mais je ne suis pas choqué que le députés PS de Saint Denis tente de prendre la mairie au PCF. A Patrick Braouezec de montrer qu’il est meilleur.
                  Idem, en tant que communiste, je souhaite ardemment que la politique gouvernementale et municipale du PS soit sanctionné, et que certaines villes aujourd’hui PS repasse au PCF. Mais le souhaiter veut dire être capable d’accepter l’inverse.

                  Que les différentes forces politiques de gauche soient en rivalité là où la droite est suffisament minoritaire pour le « permettre » me paraît être sain dans une démocratie. Et l’union à tout prix, d’autant plus en ces temps de fortes divergeances idéologiques au sein de la gauche, une grave erreur.

                  Rappelons que pour se maintenir au 2d tour, il faut faire plus de 10% des suffrages exprimés ; et seulement 5% des suffrages exprimés pour pouvoir fusionner avec une autre liste se maintenant au second tour.
                  10% des exprimés, on est très loin des 12.5% des inscrits des cantonales. Avec un score national de 11% aux présidentielles, le FdG peut espérer avec une bonne campagne être en mesure de se maintenir (et donc de négocier un accord de second tour sur la base d’un véritable rapport de force) dans un grand nombre de ville.
                  Cette rêgle du jeu permet l’expression de diverses sensibilités politiques au 1er tour. Il faut en profiter !


                  • Pelletier Jean Pelletier Jean 25 novembre 2013 15:31

                    @Pingouin094,

                    je ne pense pas avoir dit le contraire, sans rentrer dans les détails comme vous le faites. mon propos était simplement de dire que le résultat serait sans doute surprenant, car l’UMP sera en grande difficultés avec des triangulaires mortelles pour lui.

                    La plus part des grandes villes tenues par le PS devraient le rester.

                    Pour le reste je décris des comportements aussi bien du PC que des Verts qui me paraissent troubles...il n’y a bien que le Front de Gauche en effet qui reste constant, avec pour objectif de faire tomber le gouvernement...

                    alors des accords de second tour dans ce contexte là ; on en est très loin.

                    http://jmpelletier52.over-blog.com/

                     

                     


                  • ETTORE ETTORE 25 novembre 2013 14:43

                    c’est quoi les verts....c’est une pastèque....vert à l’extérieur, rouge à l’intérieur...mais surtout des profiteurs invétérés...jamais d’accord avec le gouvernement mais bien cramponnés à leur poste de ministre ou leur inexistence le dispute avec leur incompétence.

                    ______________________________________________________________________ ____

                    Servirons à faire du compost ![ et même pas bio]
                    Ils ont déjà l’odeur qui leur colle au train, à force de se coïter avec les cucurbitacées du PS

                    • COVADONGA722 COVADONGA722 25 novembre 2013 17:09

                      Marian Kotleba, ex-leader du groupe d’extrême droite Slovenska Pospolitost et leader d’un petit parti nationaliste slovaque, a créé la surprise, dimanche 24 novembre, en étant élu à la tête de la région de Banska Bystrica dans le centre du pays. 

                      L’homme politique a plus que doublé son score entre les deux tours de scrutin. Il n’avait ainsi obtenu que 21,3 % des suffrages au premier tour, rendant son élection difficile. Mais, dimanche, il a finalement atteint le score de 55,5 % des voix dans son duel contre Vladimir Manka, membre du Parti social-démocrate au pouvoir.



                      Dans un débat télévisé pendant la campagne électorale, Marian Kotleba avait réclamé que les Roms, qui représentent 9 % de la population slovaque, soient privés d’allocations chômage et d’autres avantages sociaux.




                      yep ce qui pend au nez de la racaille umps c’est ça , après vous les verrez chouiner partout que la démocratie est en danger ! en danger ? grâce à leur magouilles les ps ont refilé 15 députés aux vert qui n’obtiennent que 3%des suffrages exprimés a un scrutin national/ démocratie ?yep démocrasouille oui !


                      Asinus : ne varietur 


                      • Jelena XCII 25 novembre 2013 17:59

                        En Slovaquie, il y a 1 voir 2% de roms, mais certainement pas « 9% ».


                      • COVADONGA722 COVADONGA722 25 novembre 2013 18:56

                        @jelena , c’est un copié collé d’article ne connaissant pas les répartition de population en slovaquie je veux bien vous croire 


                        asinus

                        • Jelena XCII 25 novembre 2013 19:35

                          @Cova Pas de problème. Mais je peux vous assurer que les République Tchèque & Slovaquie n’ont jamais été « des pays à roms ». La victoire de Kotleba, c’est le nationalisme et le chômage qui vient de franchir la barre des 15%.


                        • JMBerniolles 25 novembre 2013 20:39

                          Quel drôle de titre.


                          Dans la réalité c’est plutôt l’heure de vérité pour un PS démasqué, malgré le soutien des médias de tout bord, qui se profile.

                          Démasqué, parce que maintenant la plupart des gens ont compris que ce parti était un serviteur zélé du système néo libéral
                          Voir, hier, son intervention pour faire passer avec Sarkozy le traité de Lisbonne véritable trahison du vote populaire et aujourd’hui l’action immédiate de Hollande pour entériner le MES et le fonds qui va avec, au prix d’un creusement de la dette sans aucune action positive sur l’économie. Il s’agit avant tout de sauver les Banques

                          Ainsi que la rafale de taxes et de relèvements d’impôts que les gens viennent de subir et qui ne servent qu’à payer les intérêts de notre dette publique.

                          Soutien des médias qui cachent que notre pays est dans une phase de déflation, que rien n’est fait pour la ré industrialisation au contraire, que le chômage des jeunes est à un taux tel que toutes les familles vont bientôt être touchées... 

                          Soutien des médias qui travestissent la vérité sur l’alignement en faveur des intérêts israéliens et saoudiens de Fabius/Hollande, qui fait que pour le second round des négociations avec l’Iran à Genève, Fabius a été contourné en mettant Ashton en avant pour l’ « Europe »... Toute cette affaire étant un véritable camouflet pour la France. 
                          Ou tout un acquis positif de relations économiques et culturelles au moyen orient et vis à vis de l’Iran vient d’être torpillé.

                          Il y a aussi une telle incompétence ministérielle, rythmes scolaires de Peillon, déclarations de Batho sur Fessenheim, politique étrangère donc,... que le PC ne peut plus soutenir une alliance même électorale avec le PS sous peine de disparition.

                          En fait le mythe national de la « Gauche » est mort en 81. Comme cela n’a pas été compris au PC, cela a donné la catastrophique gauche plurielle et aujourd’hui objectivement c’est le Front républicain qui est gravement atteint par les trahisons multiples des vraies valeurs de gauche.




                          • BA 26 novembre 2013 06:10
                            François Hollande a collaboré à un ouvrage, La Gauche bouge, édité en 1985, aujourd’hui « épuisé ». Ce livre témoigne de l’adhésion au libéralisme d’un homme politique encore très jeune. Âgé de trente et un ans, François Hollande est alors conseiller référendaire à la Cour des comptes et maître de conférences à Sciences Po. 

                            Le livre est publié sous le pseudonyme de Jean-François Trans, mais les noms du futur président de la République et des quatre auteurs figurent en page 6. Il s’agit de : 
                            Jean-Michel Gaillard, trente-neuf ans, conseiller référendaire à la Cour des comptes et maître de conférences à l’ENA ; 
                            Jean-Pierre Jouyet, camarade de promotion à l’ENA de François Hollande, trente et un ans, inspecteur des finances et président du club Démocratie 2000 ; 
                            Jean-Yves Le Drian, trente-huit ans, agrégé d’histoire, député-maire de Lorient, actuel ministre de la Défense ; 
                            Jean-Pierre Mignard, trente-quatre ans, avocat au barreau de Paris, ancien membre de la direction politique du PSU, adhérent d’une organisation catholique internationale de défense des droits de l’homme.

                            Dès l’introduction, le lecteur est prévenu : « Finis les rêves, enterrées les illusions, évanouies les chimères. Le réel envahit tout. Les comptes doivent forcément être équilibrés, les prélèvements obligatoires abaissés, les effectifs de la police renforcés, la Défense nationale préservée, les entreprises modernisées, l’initiative libérée. » 

                            Pas de langue de bois pour ce club des cinq qui veut gagner des postes importants au sein du Parti socialiste, puis, à terme, au niveau national, en fondant un mouvement, « Trans-courants », chargé de balayer les rentes des féodalités installées dans les différentes tendances du Parti socialiste, au bénéfice d’un consensus autour d’une gauche dite 
                            « moderne » et libérale. 

                            Les membres de ce petit club prirent l’habitude de se retrouver dans une arrière-salle de la maison d’édition P.O.L. dont Jean-Jacques Augier possédait alors 60 % des parts. 

                            « Il ne s’agit plus à la fin du XXe siècle d’assurer la représentation politique de la classe ouvrière alors que les catégories sociales perdent en cohésion et que le salariat s’est profondément recomposé, ou de renforcer encore l’État-providence alors que celui-ci parvient de plus en plus difficilement à se financer et que les risques traditionnels sont correctement couverts. »

                            Fini la lutte des classes, vive l’individualisme. Individualisme réussi s’il est en phase avec la mondialisation économico-financière et les nouvelles technologies, notamment dans le domaine de l’informatique. Individualisme négatif pour tous les exclus de cette révolution libérale. Une société duale qui fait donc l’impasse sur le conflit entre le capital et le travail.

                            La langue néolibérale accuse déjà les travailleurs de défendre les « avantages acquis » ou le « conservatisme qui n’est plus un réflexe de riches, mais une nécessité des pauvres ». 

                            Face « au capitalisme salvateur et au marché libérateur, jamais les Français n’ont été aussi frileux devant les mutations, craintifs face à l’avenir, pessimistes sur leur destin, hostiles au changement et à la mobilité ». Le travail est devenu un « coût » qu’il faut abaisser.

                            L’enrichissement des Bernard Arnault et autres Bernard Tapie est d’avance légitimé puisque les Français défendraient désormais la valeur du profit. « Réhabilitation de l’argent quand il vient à manquer ? […] En période de crise, on est plus indulgent et tolérant que jamais à l’égard de ceux qui réussissent, car on y voit le premier signe d’une amélioration qui pourrait être générale. » Bernard Arnault confirme a posteriori dans un entretien au Monde, le 11 avril 2013 : « Quand Pierre Bérégovoy était ministre de l’Économie de François Mitterrand, l’entrepreneur était considéré comme un héros national. »

                            Les auteurs de La Gauche bouge assument le tournant néolibéral masqué sous le thème de la « rigueur » : « En réhabilitant, non sans opportunité, l’entreprise et la réussite, la gauche, avec l’ardeur du néophyte, retrouve des accents que la droite n’osait plus prononcer, depuis des lustres, de peur d’être ridicule. Mais prenons garde d’en faire trop : pour faire oublier nos frasques égalitaristes, ne gommons pas notre vocation sociale. »

                            Et le cynisme continue : « Ce n’est pas par calcul ou par malignité que la gauche a accepté de laisser fermer les entreprises ou d’entamer le pouvoir d’achat des Français. C’est par lucidité. Refuser ces évolutions et c’en aurait été fait de la perspective d’une gestion régulière du pays par la gauche. » 

                            Finis les idéaux politiques, bienvenue à l’expertise et à la gestion avec les postes et les positions de pouvoir liés à une alternance entre la droite et la gauche en harmonie avec le néolibéralisme anglo-saxon, ses « démocrates » et ses « républicains » aux États-Unis, ses « travaillistes » et ses « conservateurs » au Royaume-Uni. 

                            « Depuis 1981, une redistribution des cartes s’opère sous nos yeux. Elle traduit l’aspiration croissante des Français à refuser les alternances brutales, et à voir se dégager entre deux grands projets de société, l’un conservateur, l’autre réformiste, les compromis nécessaires sur la gestion de l’économie comme du système de protection sociale, sur la construction européenne comme sur les grands axes de la politique internationale […]. Face à un Parti communiste qui se durcit et se marginalise dans une opposition radicale à la social-démocratie, le Parti socialiste retrouve les marges de manœuvre nécessaires pour s’affirmer comme le pôle essentiel de rassemblement des réformistes et des modernistes. » 

                            L’alternance doit désormais apparaître naturelle, normale et durable. « Il n’y a donc plus pour les socialistes de perspective concevable d’union avec le Parti communiste français. » C’est tout naturellement que le club des cinq se revendique « libéral de gauche ».



                            • JMBerniolles 26 novembre 2013 09:21

                              Le seul petit problème de ce beau montage est que le système ultralibéral n’admet plus de réformettes.

                              Il jette notre pays et notre peuple dans l’abime. Evidemment, les médias cachent cette situation aux français qui commencent à être de moins en moins dupes


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès