Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > N’eût-il pas mieux valu qu’il maîtrisât l’amphigouri (...)

N’eût-il pas mieux valu qu’il maîtrisât l’amphigouri ?

Le 4 janvier 2011, nous apprenons qu’en réponse au député de l’Eure jugeant « le niveau de français pratiqué par le Président de la République (...) insuffisant voire indigne au regard de ses fonctions de représentation », le ministre de l’Education nationale allègue qu’ « en ces temps de complexité et de difficulté, le Président de la République parle clair et vrai, refusant un style amphigourique et les circonvolutions syntaxiques qui perdent l’auditeur et le citoyen ». Mais entre le « grammaticalement incorrect  » et l’amphigouri, n’y a-t-il pas une juste mesure ?

Jean-Joseph Vadé L'amphigouri est une « production intellectuelle confuse et incompréhensible ; éloquence pompeuse et embrouillée » selon le Dictionnaire culturel en langue française. En 1835, l'académicien Charles Nodier écrit dans ses Echantillons curieux de statistique que « la langue amphigourique, ressuscitée par Vadé [Jean-Joseph Vadé (1720-1757), chansonnier et dramaturge français], et fort connue des bateleurs, mais dont il y a plus d'un échantillon dans Bruscambille [comédien de l'Hôtel de Bourgogne qui réussit dans la farce au début du XVIIe siècle], et qui rappelle à tout le monde le plaidoyer des deux seigneurs, si plaisamment appointés par Pantagruel, est probablement le nec plus ultra des langues de non-sens. J'excepte néanmoins par respect les langues scientifiques.
 
 « Cette manière d'exprimer quelque chose qui a l'apparence d'une pensée, est ce qu'en dialecte poissard on appelle aujourd'hui le bagou, mélange hardi des idées les plus disparates, des locutions les plus hybrides, des formes de langage les moins susceptibles de s'allier entre elles, soutenues dans un discours de longue haleine avec l'énergie passionnée de la conviction et l'imperturbable volubilité d'une improvisation sérieuse. Elle est voisine en ce sens du Pédantesque et du Gratien, mais elle se rapproche davantage encore du bavardage hétéroclite des fous. Les Italiens en auraient probablement fait la langue fanfreluchesque, s'ils avaient eu le bonheur de posséder Rabelais, car elle doit avoir pris sa source dans les fanfreluches antidotées qui seraient peut-être le caprice le plus délirant de l'esprit humain, si les fanfreluches antidotées n'avaient au des commentateurs.
 
 « On le dira sans doute, et j'en conviens : cette langue saugrenue n'est pas aussi éloignée qu'elle en a l'air, du galimatias de l'idéologie, du pathos de la tribune, des battologies oratoires du barreau, des logogryphes politiques de la presse. Elle en diffère seulement par deux points essentiels. Les fanfreluches sont beaucoup plus amusantes, et beaucoup plus raisonnables. Divine Providence des langues et des littératures, daignez nous rendre la langue amphigourique, s'il vous plaît ! Elle n'a jamais fait de mal à personne. »
 
© La France pittoresque
Web : http://www.france-pittoresque.com
Magazine : http://www.magazine-histoire.com
Facebook : http://bit.ly/gtwKCc

Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Castor 5 janvier 2011 10:42

    juste une remarque : serait-il possible, pour démêler ce qui vient de l’auteur de ce qui n’est que citation, d’avoir des guillemets bien positionnés et en nombre pair ?


    Merci.

    • Alpo47 Alpo47 5 janvier 2011 11:18

      Juste un mot qui fait jaser (et que je découvre) pour détourner l’attention de l’essentiel.


      • dogon dogon 5 janvier 2011 12:18

        Dommage que le sinistre de l’éducation ait dû se faire aider par l’Académie Française pour découvrir ce mot. Au moins, on sait pourquoi l’Education Nationale est si mal en point.
        Que Sarkozy n’utilise pas de style amphigourique, je m’en moque. Ce qui me dérange chez lui serait plutôt sa logorrhée médiatico-verbale.
         smiley


        • Abou Antoun Abou Antoun 5 janvier 2011 19:37

          Parler, c’est en général tout ce que les politiciens savent faire.
          Aujourd’hui on en trouve pour qui c’est encore trop.


          • Yaltanne 5 janvier 2011 23:55

            Et bien moi j’ai découvert un mot, et de fort jolie manière :)

            … et je trouve ce texte est très rigolo,
            principalement plein de mots.


            • galien 6 janvier 2011 04:25

              Il parle le langage des cons aux cons.
              Grossière et si méprisable erreur de croire ainsi que le Roi puisse s’exrpimer ainsi, il en perdra la tête.


              • Blé 6 janvier 2011 07:38

                De Sarko, son« Travailler plus pour gagner plus » adressé aux salariés "était-ce d’un style amphigourique et une circonvolution syntaxique qui perd l’auditeur et le citoyen » ?

                Depuis peu Copé semble comprendre autrement ce « travailler plus pour gagner plus » de son chef mais c’est peut-être Valls qui lui a troublé sa compréhension.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès