Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nadine Morano tente un hold-up sur l’Education nationale

Nadine Morano tente un hold-up sur l’Education nationale

Nadine Morano à l’Education nationale : un mammouth à la place du Mammouth ? Non, pire que ça. 20 minutes relaie une information péchée par le Point.fr : « Nadine Morano lorgne sur le Ministère de l’Education ».

On connaît trop le côté tapageur de celle qui ambitionnerait de prendre le délicat portefeuille de Xavier Darcos. On ne peut pas dire qu’elle soit l’emblème de la finesse. Pour s’en souvenir, regardons cette vidéo bien connue trouvée sur le site du Nouvel Obs :

Mais nous aurions tort de croire que cette nomination ne serait qu’une simple erreur de casting.

Adjoindre l’Education à la Famille

En effet, au-delà de la personnalité de Nadine Morano qui ne colle pas avec le ministère qu’elle convoite, c’est le projet qu’elle porte qui dérange : adjoindre au ministère de la famille, celui de l’éducation. C’est bien dans ce sens là que le Point.fr, qui a eu vent de cette trouvaille, nous la présente. Dans ce sens et non l’inverse.

L’inverse d’ailleurs n’aurait guère de sens : qu’est-ce que le ministère de l’éducation aurait à faire d’une délégation à la famille. En quoi la réforme du lycée pourrait-elle trouver des ressources dans les caisses d’allocations familiales ? En quoi la revalorisation des carrières enseignantes trouveraient-elles refuge dans celle du mariage ?

Non. Il n’y a sans doute pas d’erreur dans la formulation : le projet de Nadine Morano serait bien d’adjoindre l’Education à la Famille et non le contraire. Mais alors qu’est-ce que la signifie et pourquoi, pour le coup, il existe bien une logique et qu’est ce qu’elle recèle ?

Tout d’abord, la déclaration de Nadine Morano n’est pas une déclaration tapageuse de plus. Cette « évolution » est inscrite dans le discours de Nicolas Sarkozy depuis sa campagne de 2007 (et probablement avant). C’était il y a presque 2 ans jour pour jour (bel anniversaire !), le 23 février 2007 :

« C’est l’autorité des parents qu’il faut réhabiliter.

Je souhaite une véritable révolution des mentalités par laquelle les parents soient reconnus comme des éducateurs à part entière.

(…) Si pour les familles qui ne s’occupent pas de leurs enfants mineurs, qui les laissent traîner dans la rue, qui les laissent commettre des délits, qui ne respectent pas l’obligation de les scolariser, je souhaite que des sanctions soient prises, que la responsabilité des parents puisse être mise en cause, que les allocations familiales soient mises sous tutelle, je m’engage aussi si je suis élu à aider les familles de bonne foi qui en ont besoin à élever leurs enfants.

Je souhaite que dans ce rôle ils soient soutenus, aidés, accompagnés, que cette charge soit prise en compte dans le calcul de l’impôt, de la CSG, des retraites.  »

Ensuite, transférer le ministère de l’Education nationale à celui de la famille, c’est comme transférer l’Education nationale aux familles autrement dit faire perdre à l’Education nationale son caractère national. Alors évidemment, quand je dis cela, on se dit que j’exagère, que j’en fait des tonnes, que j’ai trouvé là un nouveau moyen de taper sur les seuls-qui-proposent-dans-ce-pays-gangréné-par-l’immobilisme-etc. La dernière phrase de la citation ci-dessus ne dit rien d’autre : « Je souhaite que dans ce rôle ils soient soutenus, aidés, accompagnés, que cette charge soit prise en compte dans le calcul de l’impôt, de la CSG, des retraites.  » L’Etat n’est plus celui qui impulse, qui oriente, qui définit des politiques éducatives pour la nation entière, sans exclusive. Or, ramener l’école à un devoir familial, c’est lui ôter ce que près de deux siècles ont lentement forgé à savoir que l’école est avant tout un moyen de répondre à l’environnement social dans lequel elle est impliquée. Son objectif n’est-il pas d’abord globalisant : faire d’un jeune individu, accueilli dès son plus jeune âge, une personne intégrée. Passer de l’individu à la personne, en somme. Intégrée dans le lien social, à la fois pour le construire comme citoyen et pour y participer par sa profession. Le projet de Nicolas Sarkozy et de Nadine Morano, qui se vante souvent d’avoir l’oreille du Président, est tout autre : faire de l’école une simple béquille, un hôpital de campagne d’une éducation délocalisée au sein des seules familles. Bien sûr que le rôle d’une famille est d’éduquer au sens strict du terme. Mais peut on compter sur elle seule pour former un citoyen, pour émanciper. Sans doute parfois. Mais pas toujours et loin s’en faut. Se faisant, Nicolas Sarkozy et Nadine Morano sont bien dans un projet de droite dont l’objectif libéral ne consite qu’à intervenir dans la société qu’à la marge.

Enfin, le déclassement de l’Education nationale au rang de simple auxiliaire des familles serait une manière de définitivement décrédibiliser l’instituteur et le professeur. Nicolas Sarkozy avait déjà lancé la pierre à cette profession : “Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance”. (Discours au Vatican, 20 décembre 2007). Il pourrait rajouter que dans la transmission des valeurs et dans la l’apprentissage de la différence entre le savoir et le savoir-faire, le professeur ne pourra jamais remplacer le père ou la mère de famille, parce qu’il lui manquera toujours l’autorité ou je ne sais quelle autre sornette. Depuis déjà plusieurs années, l’idéologie dominante consiste à dire que l’école a échoué à se démocratiser. Les partis de droite estiment d’ailleurs que la tâche est impossible autant qu’inutile. C’est la raison pour laquelle, on peut dégraisser sans vergogne. Certes, certes, la démocratisation de l’école n’est pas réussie pourtant faut-il jeter le bébé avec l’eau du bain ?

Morano4.JPG
Nadine Morano, une femme d’envergure, prompte à occuper les places laissées vacantes.

On le voit, l’arrivée de Nadine Morano à l’Education ou plus exactement (car tel est son souhait), l’arrivée du ministère de l’Education dans le ministère de Nadine Morano ne serait pas sans conséquences. Xavier Darcos en bon latiniste, voulait une école machine à dupliquer des savoirs, confite d’académisme. Nadine Morano nous vendra une école « d’éveil » dont le but est surtout d’occuper, à charge aux familles de faire l’essentiel (1).

Il ne nous reste plus qu’à croire que cette déclaration de Nadine Morano ne soit qu’une manière de faire parler de soi pour que le Président ne l’oublie pas le moment du remaniement venu. Juste marquer une ambition, en somme.

Perso, je veux encore croire que tout cela n’est qu’un mauvais rêve.
 

Max.

(1) Au Grand jury RTL, Le Figaro, LCI, le 21 décembre 2008, Nadine Morano, encore secrétaire d’Etat chargée de la Famille, avait déclaré que « l’école maternelle c’est trois ans », et indiqué avoir à « à l’étude » un dispositif de « financement croisé » pour des jardins d’éveil destinés aux enfants âgés de deux à trois ans. « Nous sommes en train de travailler sur un dispositif de financement croisé par la CAF (caisse d’allocations familiales), les communes, les communautés de communes, mais aussi les parents en fonction de leurs revenus » avait-elle précisé.

PS : Vous êtes également les bienvenus ICI.


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • spartacus1 spartacus1 24 février 2009 15:29

    Je croyais qu’avec le gouvernement Sarkozy on avait touché le fond. Et bien non, il est encore possible de faire pire.
    Décidement, avec Sarkozy, tout est possible.


  • Redj Redj 24 février 2009 15:29

    Et non, on n’a pas touché encore le fond avec ce gouvernement...


    • Redj Redj 24 février 2009 15:30

      arf, spartacus, plus rapide...


    • Bobland59 Bobland59 24 février 2009 15:52

      La photo où la voit tenir TROIS sièges est bien significative de cette mégère . Je la verrai mieux en épouvantail à moineaux dans les champs de mirabelliers là où elle a pris une sérieuse capote aux élections .


      • Serge Serge 24 février 2009 16:27

        A propos de l’école je reprends à mon compte ce que dit le philosopheJ.J.Delfour :

        " La réforme permanente s’oppose frontalement aux finalité de l’école qui a besoin de STABILITE.Les effets de FRAGMENTATION qu’elle produit s’accordent avec l’amour morbide du nouveau propre au capitalisme ainsi qu’à la technôlatrie hystérique...La transmission des savoirs est,dans sa forme,conservatrice.La perception de la nouveauté d’un contenu est impossible sans la conscience de la tradition.L’instantanéisme...est profondément hostile au savoir qui requiert LA DUREE ET LA PATIENCE...La constance,la stabilité,outre qu’elles rassurent et détendent,sont la condition sine qua non de l’apprentissage.Créer de nouveaux savoirs n’ a jamais eu lieu autrement qu’à partir d’une CONNAISSANCE DES ANCIENS...L’actuel ministère ne ferait qu’aggraver la situation en créant un lycée à la carte,le terme chéri de la consommation capricieuse,dans lequel des élèves en général ignorants ( sauf quelques héritiers ! ) devront choisir au bout de 4 mois leurs options,face à des professeurs...qui enseigneront conséquemment de façon à séduire beaucoup plus qu’à instruire.L’agitation,le consumérisme,la concurrence sont les principes de cette réforme.L’agitation sous la forme de l’amour du nouveau et du mépris de l’ancien est une véritable économie politique."


        • TSS 24 février 2009 16:43

          "education !education !est ce que j’ai une gueule d’education ? !

          je ne suis qu’une marchande de poisson... !!


          • Bill Grodé 24 février 2009 16:58

            J’ai hésité à cliquer "oui" à la question : article intéressant , parce que je pensais article terrifiant ! Mais j’ai mal raisonné : c’est la perspective qui est terrifiante, pas l’article. Merci Max.


            • Gabriel Gabriel 24 février 2009 17:59

              Bonjour,

              Super la trépanée du bulbe pour l’éducation nationale ! Autant envoyer une poissonière hystérique chez les moines parfumeurs. C’est plus un gouvernement, c’est le carnaval de l’incompétence et du mauvais gout. On savait déjà les 40 voleurs à l’assemblé, mais là on touche plus le fond, on creuse .......


              • Irate 24 février 2009 18:06

                Mais où vont-ils donc chercher toutes ces idées ?

                Quelques extraits de...

                • La discipline de l’école doit épauler la discipline de la famille. Ainsi, et ainsi seulement, se forment les hommes et les peuples forts
                • La vérité c’est que l’individu n’existe que par la famille, la société, la patrie dont il reçoit, avec la vie, tous les moyens de vivre.
                • L’école française de demain enseignera avec le respect de la personne humaine, la famille, la société, la patrie.
                • Nous ne devons jamais perdre de vue que le but de l’éducation est de faire de tous les Français des hommes ayant le goût du travail et l’amour de l’effort.
                • Leur idéal ne doit plus être la sécurité d’un fonctionnarisme irresponsable, mais l’initiative du chef, la passion de l’oeuvre et de sa qualité.

                ... L’EDUCATION NATIONALE - auteur : Le Maréchal Pétain

                • Irate 24 février 2009 19:29

                  Mais où vont-ils donc chercher toutes ces idées ?

                  Je parlais du gouvernement bien sûr, pas des commentaires ! Il est quand même intéressant de remarquer que le vocabulaire, les phrases, les idées de nos dirigeants actuels se retrouvent dans des écrits de Pétain. Peut être font-ils du pétainisme comme le Bourgeois gentilhomme faisait de la prose...


                  • cathy30 cathy30 24 février 2009 20:15

                    Mais c’est quoi ce cauchemard ?
                    Je ne pense pas que morano, est pris l’initiative de son propre chef pour sortir ce texte à gerber. Sarko a aussi été élu pour ça.

                    Je souhaite que dans ce rôle ils soient soutenus, aidés, accompagnés, que cette charge soit prise en compte dans le calcul de l’impôt, de la CSG, des retraites.  »
                    Alors là j’avoue que je ne comprends absolument pas cette phrase, tout le monde paie des impots, la csg, la retraite.
                     


                    • phiconvers phiconvers 24 février 2009 21:58

                      Dieu sait que je n’apprécie pas morano, à qui j’ai consacré un article peu flatteur hier même (http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=52049). Mais je ne vous suis pas du tout. Sur le sujet que vous évoquez, morano a au moins partiellement raison. La première mission de votre ministère de tutelle est l’instruction publique. L’éducation est une tâche secondaire ou devrait en tout cas l’être. L’éducation et l’intégration des enfants dans la société sont les prérogatives inaliénables des parents.

                      Je ne souhaite personnellement pas que l’Etat se charge "d’éduquer" mes enfants. Votre ministère assume aujourd’hui des tâches qui ne sont pas de son ressort, ni de ses compétences. Les enseignants doivent avoir une certaine autorité, évidemment, et imposer des règles communes, mais leur première tâche doit être de transmettre un savoir et de préparer les enfants à la vie professionnelle.

                      Je n’ai pas beaucoup de temps mais je rentrerai volontiers dans ce débat ce WE.


                      • Capreolus Capreolus 24 février 2009 23:18

                        L’Ecole : une délégation de la famille ou une institution nationale ? Question intéressante !


                        • ernst 25 février 2009 04:53

                           Je conçois que ces petits arrangements en famille vous fassent peur.

                          Moi, ce qui me fait peur,et quelle qu’en soit la cause, c’est qu’un enfant de dix ans ne sache ni lire, ni écrire, ni compter.

                          Alors, arrangez vous comme vous voulez, mais tâchez d’obtenir les résultats qui permettent à de futurs André Citroën de remettre la France au travail !...


                          • ASINUS 25 février 2009 07:27

                            yep c est mes nains qui vont adorer , elle vas ouvrir la bouche , foutre le feu et hop pas de cours !




                            "qui permettent à de futurs André Citroën de remettre la France au travail !... "

                            ben voyons prenez les pour des imbeciles ici dans les zep zus ils savent pertinement qu ils ne s eleveront
                            pas au dessus de la condition de leurs parents .Qu elles est elle au fait la condition de leur parents ?
                            chomeur rmiste main d oeuvre a bon marché en compétition avec la misere du monde, gerable comme du stock par des patrons ou des sociétés percevant la manne des zones defiscalisées et foutant le camps avec les machines et les contrat en roumanie inde et chine , leurs perspectives a ces futurs andré ciroen
                            c est de voir en chair et en os des winners traders de la citie revenir toute honte bue palper 10 fois l indemnité assedic que touche leur pere ayant bossé 40 ans .Yep si je n empechais pas la colere de m aveugler c est le tir et les cours d explosif que je leur conseillerais au futur Anfre citroen


                            • Vilain petit canard Vilain petit canard 25 février 2009 10:34

                              Ah bon, "elle lorgne sur l’Eduction Nationale" ? Et bien qu’elle lorgne... Je ne sais pas d’où sort cette info du Post, mais faut un peu se méfier, Morano dit tellement de conneries... Ceci dit, ça ne serait pas la première andouille promue par un gouvernement, en fonction du principe qui veut qu’on ne nomme que des incompétents fidèles pour garder la main. Attendons de voir.


                              • tomasi75 25 février 2009 11:39

                                 Moran fait part de cette nouvelle droite qui profite du système. Dans beaucoup un homme politique qui est mauvais se fait viré et quitte la scène politique. En france, malgré les echecs ils reviennent toujours.

                                il n’y a qu’à voir comment sarkozy récompense ses amis de l’ombre :

                                http://voxx.over-blog.com/article-27778604.html


                                • goc goc 25 février 2009 11:42

                                  et n’oubliez pas qu’il reste encore une etape a franchir, celle de la suppression de la laïcité. Et ne croyez pas que c’est impossible

                                  il suffit dans un premier temps de pourrir l’ambiance dans les lycées et colleges (par exemple : pousser à la greve tout en maintenant les examens), puis de financer les ecoles religieuse en y ajouant des ponts administratifs entre "etat" et "privés" encore plus etroit que par le passé, et enfin de "privatiser" l’education nationnale.

                                  quoi c’est deja commencé ???


                                  • Mougeon Mougeon 1er mars 2009 11:57

                                    Je serai currieux de voir le " résultat " du croisement d’une Morano et d’un Lefebvre, ce qui est certain c’est que cela ferai un très bon futur ministre UMP...


                                    • chmoll chmoll 1er mars 2009 12:03

                                      nadine une suppo si l’mytho (ça m’étonnerais les frenchis sont dociles)

                                      mais si l’mytho s’fait jeter avant 2012 ,tous ses potes placés par lui vont sauter avec,

                                      alors ça t’interesse toujour la planque de l’éduc ?

                                      la preuve les sinistre nommé par l’mytho ,commence a s’agiter dans l’bocal,ils sentent l’vent tourner j’pense

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès