Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ne mélenchon pas le Front de Gauche et les soviets !

Ne mélenchon pas le Front de Gauche et les soviets !

Jusqu'ici, c'est indéniable, le front de gauche a mené une bonne campagne présidentielle. Jean-Luc Mélenchon a su créer une dynamique autour de lui, surtout, il a su ménager la carpe et le lapin. Quand il expliquait dans les échos du 29/03/12  "Les investisseurs n'ont aucune raison d'avoir peur de mon programme", ça ne l'empêche pas de passer pour le radical, le révolutionnaire (par les urnes), le tenant de l'insurrection (citoyenne). Ce tribun aux trémolos d'un Malraux et à la gouaille d'un Marchais a su, tout en ne cessant de donner des gages de bon républicanisme qui ménage les patrons, incarner mieux que quiconque, l'aspiration à un changement radical. Dans une période de crise, les gens ont peur, ils cherchent un homme fort qui tient la barre, pas un capitaine de pédalo, et ça, Mélenchon n'a souffert d'aucune concurrence sur le terrain d'une virilité à toute épreuve.

 Il a donc fait une très bonne campagne présidentielle, jouant aussi bien de la personnalisation de la présidentielle que du rejet profond des injustices du capitalisme. Pour autant, il est temps que la campagne finisse s'il veut préserver son image de pourfendeur des injustices, de Zorro des opprimés car le vernis commence à craquer.

Qu'on se le tienne pour dit, je ne suis pas un naïf, je n'ai jamais eu d'illusions en Mélenchon et n'en suis pas déçu, je remarque juste que le masque révolutionnaire glisse et que le visage social-démocrate risque d'être apparent, même pour celles et ceux qui voyaient jusqu'ici en JLM, un sauveur suprême. Je connais JLM depuis longtemps, je me souviens que ce pourfendeur de l'Europe libérale a voté pour le traité de Maastricht, je me souviens de sa participation au gouvernement Jospin (on y reviendra), de sa prise de position pour la guerre en Libye («  Si le Front de gauche gouvernait le pays […] serions-nous intervenus directement ? Non. Nous serions allés demander à l’ONU un mandat. Exactement ce qui vient de se faire. » libération du 21/03/12), qu'il a voté la synthèse du Mans, rassemblant les socialistes du oui et du non au traité européen de 2005… Mais tout ça, c'est du passé. Après tout, JLM a rompu avec le PS, il en a claqué la porte et c'est un acte courageux, porteur de rupture. Il exclut d'ailleurs toute alliance avec ses anciens amis (sauf dans les conseils régionaux, dans les conseils généraux et les grandes municipalités où les élus du Front de Gauche sont généralement membre de la majorité socialiste, votent ses budgets de rigueur, ses subventions aux grands patrons et à l'enseignement privé…).

Il n'y a donc pas à s'inquiéter quand sur LCP, mercredi 18 avril au soir, il déclare que "En 4 mois, Hollande a fait un bond formidable", il est vrai qu'avec des propositions fortes comme le gel du prix de l'essence pendant trois mois, Hollande s'est tellement radicalisé qu'il nous fait maintenant rêver. Mais de toute façon Mélenchon l'a dit, c'est le grand adversaire de l'austérité qui étrangle les peuples. Donc si Hollande est au pouvoir et qu'il "donne du sens à la rigueur", on le sait tous, Mélenchon et le front de gauche organiseront la résistance, lanceront de terribles mobilisations. C'est en substance ce dont à voulu s'assurer le présentateur de LCP en interrogeant JLM, qui a répondu "Nous n’appellerons pas à des manifestations" et ajouté plus tard "L’extrême gauche donne des consignes pour la grève ou le reste, mais pas nous !". Merde, je recommence à douter. Mais de toute façon on sait quand même que par d'autres moyens le FdG sera dans l'opposition à un gouvernement libéral, écoutons ce que dit Mélenchon : "Ni soutien, ni participation, ni opposition". Ah bon, le FdG sera neutre, suisse ? Il ne servira donc plus à rien ? Voilà qui est un peu abasourdissant, cependant durant cette interview sans langue de bois, Mélenchon va enfin répondre à la proposition du NPA d'unité dans la lutte contre l'austérité de droite comme de gauche, proposition martelée par les personnalités du NPA comme Besancenot et surtout Poutou qui utilise ses plateaux télé pour reposer inlassablement la question. "Besancenot dit on doit être l’opposition, mais laissons le respirer, donnons une chance à notre pays". La réponse est clairement négative, pour lui laisser respirer Hollande, ne pas s'y opposer, c'est donner une chance à son pays, il ferait mieux de faire la campagne Hollande directement alors ?

 Bon je suis dur avec ce pauvre Méluche, d'ailleurs j'ai oublié un bout de phrase qu'il a dit et qui peut en partie expliquer tout ça. Il a dit "Nous n’appellerons pas à des manifestations. Nous, on suit les syndicats ...". Bon du coup, s'il suit les syndicats, c'est juste qu'il ne veut pas mélanger les genres, qu'il veut laisser les syndicats appeler aux mobilisations, qu'il pense que les partis politiques n'ont pas à le faire (sauf le 18 mars à la bastille, mais la bastoche c'était une manif à son honneur, c'est pas pareil). D'ailleurs, il a déjà dit quelque chose du genre, c'était le 5 octobre 2010, en plein mouvement des retraites sur France 2 : "Je ne me prononce pas sur la grève, je laisse les syndicats faire leur boulot". Bon, c'est de l'électoralisme plat, d'accord. Il pense que les partis politiques se chargent des élections et les syndicats des mobilisations, triste position attentiste mais habituelle de la part de ceux qui n'envisage la politique que comme une affaire institutionnelle pour politiciens. Sauf qu'il y a des dérogations à cette séparation entre politique et syndical. Car dans ce même passage sur France 2, il venait pourtant bel et bien d'expliquer combien il était contre la grève générale, à la question "êtes-vous pour une grève générale reconductible" il répond "Je suis un républicain, je suis pour la démocratie et non pour le sang versé. Je suis donc pour un référendum sur la question pour régler le problème de façon démocratique" Belle manière d'expliquer que les milliers de manifestants qui, - ayant compris que c'était la seule façon de gagner face à l'arrogance du pouvoir- réclamaient la grève générale, seraient contre la démocratie et pour le sang versé, drôle de manière de ne pas se prononcer. Mais je l'ai dit, je suis dur avec JLM. S'il a dit qu'il suivrait les syndicats, ça revient à appeler à manifester non ? Sauf que quand JLM parle des syndicats, il parle toujours des directions des trois grands syndicats. La CFDT dont la direction est proche (de l'aile droite) du PS, la CGT et la FSU dont les directions sont proches du front de gauche. Ainsi, la CFDT ne devrait pas mener une opposition trop virulente au PS, quant aux directions de la CGT et de la FSU, il faut espérer qu'elles n'appliquent pas la ligne de leur parti, qu'elles ne s'attendent pas elles-mêmes pour se suivre ! Surtout il y a un vrai hiatus dans la théorie de Mélenchon. Il prône la séparation des rôles entre syndicats et partis politiques, mais dans le même temps il laisse la responsabilité de toute opposition au PS… aux syndicats, c'est un peu paradoxal ! Et puis si c'est pour suivre les syndicats, le Front de Gauche ne servira à rien, autant que ses militants se contentent de faire du syndicalisme.

Bon décidément, j'ai été échauffé par ces propos et je perds mes sens. JLM a le droit à un peu de schizophrénie. D'ailleurs, le journal les échos lui donnait ce même 18 avril 2012 une occasion de se rattraper. Dans une longue interview, le journaliste lui reparle du gouvernement Jospin, l'occasion pour JLM de dire tout le mal qu'il pense du social-libéralisme au pouvoir. Quand on lui demande "la gauche du PS que vous animiez a-t-elle pesé entre 1997 et 2002 ?", l'intéressé répond "Sous Lionel Jospin, c'est la gauche du PS qui a donné le tempo, avec 35 heures sans pertes de salaires et l'alliance rouge-rose-verte notamment. Nous avons eu une contribution utile. A la fin de la législature, le rapport de forces s'est dégradé. Le mouvement socialiste a fini par être contaminé par l'orientation blairiste social-libérale, à laquelle François Hollande est d'ailleurs très lié." Bon, le traité de Barcelone, c'est 2002, donc ça fait partie de la fin de législature, l'agenda de Lisbonne, prévoyant les privatisations et le plein règne de la concurrence et du profit sur l'Europe approuvé par les socialistes français, c'est de mars 2000, on va dire que c'est dans la deuxième moitié de mandat et que ça fait partie de la fin de législature, même si ça commence déjà à faire relativiser l'influence d'une aile gauche sur la législature Jospin. Mais le processus de Bologne de casse du service public d'enseignement supérieur (à l'initiative de Allègre en mai 1998), la privatisation de Air France (entamée en février 1999), l'ouverture du capital de France Télécom (1997) et sa mise en concurrence (1998), les CRS et la BRAV envoyés contre les mobilisations de chômeurs de l'hiver 1997-1998… Tout ça c'est la fin de législature 1997-2002 ???? Ou alors ça a été fait sous l'influence de JLM et ses amis qui "donnaient le tempo" ? Et puis si la gauche avait autant d'influence sur le gouvernement PS, pourquoi le FdG ne continuerait-il pas à vouloir influer sur le PS ? A ce sujet, JLM clôt l'article sur une phrase énigmatique, "Et je vais vous faire une révélation : je dirai après l'élection ce que je disais avant". Reste à savoir quand, avant. Avant quand il était à la tribune de ses meetings, pour vouer aux gémonies le PS et le capitalisme, avant ce 18 avril 2012 aux échos et à LCP ? Ou avant, quand il participait au gouvernement PS en tant que ministre délégué à l'enseignement supérieur, quand il cautionnait toutes les saloperies suscitées et qu'il mettait lui-même en place les lycées de métiers, véritable cadeau au patronat dénoncé par les syndicats qu'il veut maintenant suivre (FSU (4ème page), CGT, Sud, FO et sneeta) ???

Décidément, Jean-Luc, il est temps que ta campagne s'achève. Tu commences à fatiguer et l'illusion perd de sa qualité. On finirait par voir que tu es un servant du système capitaliste, une aile gauche externe du PS…

Retrouvez l'article sur Red & Rude ainsi que le twitter de Red and Rude :  http://twitter.com/# !/RedandRude


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • tiloo87 tiloo87 19 avril 2012 15:00

    J’ai perdu 3 mn ...


    • Pyrathome Pyrathome 19 avril 2012 15:17

      Bizarre quand-même,on propose à Poutou de prendre le pouvoir, mais il n’en veut pas......
      Mais à quoi il sert au juste ?


      • IanO 19 avril 2012 15:54

        Tu n’as pas du beaucoup écouter P. Poutou pour affirmer ça. Prendre le pouvoir, il ne demande pas mieux, mais pas pour lui, collectivement. Il s’agit de partager le pouvoir pour pouvoir partager les richesses car par les luttes on peut arracher des concessions aux capitalistes, mais jamais globalement ni durablement. Nous ne sommes pas naïfs au NPA, nous savons que nous ne détruirons pas les inégalités dans le cadre du capitalisme, et nous savons que nous ne détruirons pas le capitalisme dans le cadre des institutions faites pour sa seule perpétuation. Alors arracher le pouvoir aux élites qui le détiennent, oui, mille fois oui, mais pas pour mettre le nom de Poutou ou w,y,z à la place, pour l’exercer collectivement.


      • vost 19 avril 2012 15:40
        Nul, tautologique, du fiel imbécile, bref de la m... cette article.

        Quoiqu’il en soit, au lendemain des éléctions nous seront attaqué par la finance de plusieurs façons. 

        Contrairement à vous je suppose, nous au Front de Gauche nous serons là pour résister.

        Suivez ce lien qui circule déjà beaucoup, pour vous faire une idée de ce qui nous attend. 

        Seul Mélenchon est le grain de sel contre ça. Dixit le super financier du crédit agricole

        La révolution ne sera pas télévisuelle. Les médias principaux, dans notre pays ont un comportement de la même trempe que ceux dans ce documentaire. 

        Regardez donc les excuses pathétiques de M. Patrick Chene à Jean Luc Mélenchon sur LCP hier et ce matin (toujours en en fin d’émission).Excuses pathétiques car ce faisant, il ment encore au sujet de l’institut des entreprises ET sur le fonctionnement du « véritomètre ». 









        • Inquiet 19 avril 2012 16:03

          Je suis un partisan du front de gauche, et soyez en sur, si Hollande était élu et devait courber l’échine devant la finance, je participerais avec vous à toute grève générale que serait bonne à conduire.


          Je ne suis pas forcément le plus spécialiste pour répondre à cela, mais il me semble que les divergences profondes qui existent entre les partis trotskystes et le front de gauche sont en partie due à la volonté pour ce dernier de se présenter à une élection pour gouverner si le peuple lui en donne mandat.

          Si j’ai bien compris, les partis trotskystes pensent qu’ils n’auront pas les moyens de mettre en fonction leur programme par le biais de ce type d’élection, et qu’il y a nécessité d’un tour social de préférence mondial pour arrivé à ses fins.

          Le front de gauche, pense qu’en changeant les institutions (6ème république) on peut y arriver. Des pays comme l’Argentine et l’Islande nous on montré la voie d’une certaine manière.

          La seule différence, c’est que les partis trotskystes veulent jouer le coup quand ils auront toutes les garanties d’adhésion des peuples, et que le front de gauche n’en peut plus d’entendre la souffrance humaine dès maintenant.


          • Scual 19 avril 2012 18:32

            Oh du vomi mensonger... j’ai paerdu 10 secondes jusqu’à la manipulation que voici :

            « Les investisseurs n’ont aucune raison d’avoir peur de mon programme » suivi du sous-entendus genre « i am not dangerous »...

            Maintenant je fais copié/collé de la question et de la réponse d’où est tirée cette citation.

            Ne craignez-vous pas que vos propositions se traduisent par une fuite des entrepreneurs et au final une hausse du chômage ?

            Pourquoi les entrepreneurs fuiraient-ils ? La hausse du SMIC -1.700 euros nets en fin de législature -s’applique à des secteurs de l’économie non exposés à la concurrence internationale. C’est-à-dire dans les services à la personne, la restauration rapide ou encore le bâtiment qui ne sont pas des activités délocalisables. Dans l’industrie manufacturière, la part de salaires au SMIC est résiduelle. Et mon programme va relancer l’activité et redynamiser tout le tissu industriel. Où les entrepreneurs iraient-ils quand toute l’Europe rentre en récession avec la généralisation de la politique de contraction des activités et de la dépense publique. L’avantage comparatif de l’Allemagne résulte exclusivement de l’avantage qu’elle a conservé dans la production de biens intermédiaires.

            Dans mon programme, qui combine l’action de l’Etat et de forts amortisseurs sociaux, les entreprises y trouvent leur compte car il repose sur un élément de nature à les rassurer : la planification écologique qui donne une vision à long terme, permet d’organiser la production et l’investissement. Là on n’est plus dans le pilotage à court terme de l’entreprise imposé par les fonds de pension et les fonds d’investissement. Et la France n’est pas l’Allemagne. Avec 8 millions de naissances dans les 10 prochaines années, peut-on faire une croix sur l’investissement public, les écoles, les instituteurs ? Personne n’envie les Allemands dont 20% des actifs vivent sous le seuil de pauvreté.

            La planification écologique est un défi scientifique et technique lancé à toute notre industrie. Elle lui donne une ligne. Plutôt que la règle d’or, appliquons la règle verte qui consiste à mobiliser toutes nos capacités pour apurer la dette écologique. Les investisseurs n’ont aucune raison d’avoir peur.

            Par conséquent je crois que les choses sont claires sur qui n’est pas de bonne foi, qui manipule, qui ment, qui n’est pas digne de confiance, qui veut diviser, qui trahi, qui reprend la propagande de l’extrème-droite et du capital :

            Les collabos de l’extrème-gauche ! Nous ne vous pardonnerons pas. Les traitres, c ’est vous ! Les masques sont tombé et maintenant on sait pourquoi vous n’avez servi à rien depuis tant d’années. Vous êtes un cheval de Troie, là uniquement pour diviser la gauche anti-capitaliste... et même la mordre si par malheur elle risque de gagner. Voila pourquoi vous n’avez jamais essayé de prendre le pouvoir ou de mettre en place un programme cohérent.

            Vous êtes morts politiquement, votre légitimité n’existe désormais plus. Vous êtes démasqués. Allez y ! Crachez sur nous, car nous ne voulons pas être apprécié des collabos que vous êtes.


            • jaja jaja 20 avril 2012 11:05

              « Notre industrie » comme le dit Méluche à des gens comme moi qui n’ont pas d’industrie mais qui en ont été les esclaves toute leur vie... J’attends d’un homme de gauche qu’il ne lèche pas le cul d’un criminel comme Dassault et ses engins de mort, par exemple, comme l’a fait Mélenchon mais qu’il s’en déclare l’ennemi acharné. Qu’il exige leur expropriation et arrête de mentir en requalifiant les entreprises capitalistes en « notre industrie » et qui dit dans votre extrait " Dans mon programme, qui combine l’action de l’Etat et de forts amortisseurs sociaux, les entreprises y trouvent leur compte« ...

              Qui est le collabo du capital ? Capital qu’il faut achever et qui n’a aucun »compte" à trouver dans de réelles mesures anticapitalistes. Votre extrait dit tout le contraire de ce que vous souhaitez démontrer !

              Exproprions le capital et socialisons les moyens de production ! Tout est à nous !


            • COVADONGA722 COVADONGA722 20 avril 2012 11:27

              bien vu Jaja , yep enfin un militant ouvrier qui à compris que l’apparatchik socdem à 7000/8000e vendras leurs vote contre un plat de lentille ministeriel .Ce tribun n’est pas robespierre mais sieyes !


            • Scual 20 avril 2012 12:01

              Oui génocidons les riches et brulons notre gagne pain a bas le travail, à bas l’industrie a bas la vie, détruisons notre pays, youpi. Ne nous protégeons plus, à bas la propriété privée de tout ce qui existe. Et éliminons tout ceux qui ne sont pas d’accord.

              Décidément plus on vous connait moins on veut de vous au FdG.

              De purs extrémistes. Vous n’êtes pas contre le capital, vous voulez juste vous venger. Le pays l’avenir de nos enfants et tout ça vous vous en fichez. Vous n’êtes qu’un parti de la haine comme le FN.


            • jaja jaja 20 avril 2012 12:12

              Vous délirez totalement. Ce que nous voulons c’est la socialisation des moyens de production et d’échange. Ce n’est pas neuf comme idée cela sort tout droit des luttes de nos ancêtres comme lors de la Commune par exemple, et cela a été théorisé par des gens comme Marx, Bakounine, Makhaiski qui même s’ils ont des divergences entre eux sont bien d’accord sur le fond pour dire qu’il faut occire la société capitaliste...

              La caricature que vous faites des positions politiques qui ne sont pas les votres dénotent soit une incompréhension du fond politique débattu soit une mauvaise foi agressive qui empêche tout débat sensé....


            • Scual 20 avril 2012 13:25

              Quoi ?

              Ne me dites pas que vous n’appréciez pas les procès d’intention quand même !

              Vous en faites à longueur de journée et depuis des mois contre les anti-capitalistes.

              Je me suis dit que c’est comme ça qu’on discute avec vous puisque pendant des mois, nous avons discuté de manière posée et argumentée mais non seulement vous ne nous avez pas écouté, mais dès le lendemain on avait droit à un copié/collé de vos procès d’intention et autre assimilation à nos ennemis comme si de rien n’était.

              Je comprend que votre combat pour sauver le capital vous amène a des contradictions mais si on peut pas discuter avec vous, vous êtes nos ennemis et donc vous avez droit à ce qu’on vous traite de la même manière que vous nous traitez. Ne me dites pas que vous trouvez ça injuste quand même ? Ça voudrait dire que vous êtes d’accord avec le FdG et que vous avouez vous être comporté avec nous de manière ignoble !

              Et au niveau suspicion de collusion avec le capital, vous qui tout les jours tapez de préférence sur nous les anticapitalistes plutôt que sur les autres, il est évident qu’objectivement vous paraissez bien plus suspect de vouloir sauver le système. Bref il y a bien plus de raison de vous assimiler au capital que nous... surtout que la propagande que vous utilisez contre nous est exactement point par point celle du FN. Bref ça sent le rouge-brun où je ne m’y connait pas...

              Malheureusement je n’ai pas d’autres preuves que chaque post de la propagande du FN contre Mélenchon que vous avez publié à notre encontre... ça en fait des dizaines quand même ! Alors que cette campagne de diffamation, nous avons démontré mille fois que ces arguments sont faux ou non recevables... dans nos débats avec le FN.


            • jaja jaja 20 avril 2012 13:56

              Anti-capitalistes ? Il y belle lurette que Mélenchon s’est défini comme Keynésien et non révolutionnaire.... Il faut vous tenir au courant.....


            • Scual 20 avril 2012 14:34

              A mais il y a une différence entre être anti-capitaliste au point de vouloir nier le capital aveuglement et être anti-capitaliste au point de vouloir lui retirer tout pouvoir politique et de le soumettre totalement à l’État démocratique, c’est à dire au peuple.

              Bref il y a une différence entre les extrémiste irréalistes dangereux pour la société et les gens qui réfléchissent sur la base de la réalité de ce qu’est une économie. Le capital c’est l’argent, pas d’argent pas d’économie car le capital c’est la représentation du travail. La question est donc, et sera toujours, comment on le réparti.

              Être anticapitaliste c’est être contre le pouvoir politique du capital et contre son accumulation et sa mauvaise répartition, sa négation pure et simple ce n’est pas être seulement anti-capitaliste, c’est aussi être contre l’activité humaine. Ça abouti à cette superbe réussite économique et politique qu’est la Corée du Nord... mais faire ça à la France vous vous en foutez, tant que vous vous vengez et restez fidèles à vos dogmes fanatiques.

              Pendant ce temps y en a qui veulent lutter contre le capital sans mettre le pays à feu et à sang et en réfléchissant à améliorer la vie des gens, ce qui est quand même en théorie le but recherché.


            • jaja jaja 19 avril 2012 18:33

              Excellent article qui démontre l’allégeance de Mélenchon aux bureaucrates syndicaux qui portent une grande part de responsabilité dans l’échec du mouvement contre la « réforme » des retraites.
              De même il est dit clairement par Mélenchon lui-même qu’il ne se joindra pas à l’opposition au gouvernement Hollande voulue par le NPA...

              A méditer pour toutes celles et tous ceux qui placent le NPA et le FdG sur un même plan et pensent que les différences d’appréciation sont minimes... En fait il s’agit de savoir jusqu’où ira Mélenchon avec le PS social-libéral... Et là il ne s’agit plus de simples divergences...

              Plus que jamais après les élections l’austérité voulue par le Capital sera à l’ordre du jour, vraisemblablement déclinée sous sa version PS... Il faut donc soutenir celui qui se fait le porte-parole de la résistance à tout gouvernement de rigueur à l’encontre des salariés et de la population. Dimanche le vote Philippe Poutou s’impose...


              • Scual 19 avril 2012 19:20

                Heureusement que les être supérieurs du NPA sont là pour veiller au grain du non-changement et mettre des bâtons dans les roues des anti-capitalistes. Merci les collabos.

                Au fait entre procès d’intentions et mensonges, votre propagande de droite, plus personne n’y croit. Vous avez échoué à diviser la gauche anti-capitaliste et les urnes vous puniront pour votre collaboration effective rouge-brune.

                Merci de nous avoir berné durant tant d’années mais là on en a marre pour de vrai, on va vous virer le grand capital et vous, ses alliés...


              • jaja jaja 19 avril 2012 19:40

                Cette question est d’ailleurs débattue ailleurs. Ici sur Bellaciao un article et ses commentaires : Mélenchon vend la mèche.... :

                http://bellaciao.org/fr/spip.php?article127113


              • Nanar M Nanar M 20 avril 2012 08:12

                @jaja
                Vous faites peine vous les révolutionnaires de salon à dézinguer le seul qui peut permettre l’amorce d’un changement de société.
                A croire que vous vous complaisez dans cette situation d’oppression du peuple.
                Ne seriez vous pas infiltrés par le Grand Capital ?


              • jaja jaja 20 avril 2012 10:49

                Pas de salon chez moi, une vie de boulot et 1100 euros de retraite et un 45 m2 en location que je partage avec l’une de mes filles...Alors ton « révolutionnaire de salon » tu peux te le mettre où je pense !


              • MmeRosa 20 avril 2012 14:50

                Bellaciao ? un site ou j’ai essayé de poster parce que le débat d’idées à gauche m’intéresse pour ce monde qui évolue. Ce site s’est vite avéré asphyxiant, verrouillé par quelques militants qui tournent en rond dans une dialectique de « pureté » d’une ligne politique qui sent la mort, ne supportant pas la moindre critique de ceux qui voudraient la faire vivre et la rendre au moins « éclairante » en particulier pour nos jeunes pleins de vie qui ont besoin d’espoir et pas de désespérance et de la stérilité de l’arrière garde qui fut autrefois à la pointe du débat politique en 1968. Moi qui ai horreur de la religion, je ne vois dans ces soi-disant anticapitalistes que les gardiens ayatollah d’une doxa au relents staliniens voire maoïstes (auto critique permanente camarades pour les déviants). Tout ça quelque part pue la mort sur ce site ou l’on se tape sur l’épaule content d’appartenir au rotary club du dogme pur. Allez crever en rond, et surtout continuer a ne pas vous multiplier vous allez disparaître sans laisser de descendance.


              • Tall 19 avril 2012 23:05

                je sens comme une odeur de pétoche ici ... snif .. snif


                • COVADONGA722 COVADONGA722 19 avril 2012 23:12

                  yep Tall vous revez à « la barricadas » mais revez pas trop vos nouveaux copains ça sera plutot nous partimes 5000 et nous vimes 500 heu 50 en arrivant à la baston marwaaf .
                  cette campagne vous a redonné un coup de jeunesse, content pour vous .
                  Asinus


                  • Tall 20 avril 2012 07:40

                    t’as tout compris, Asinus .... l’important c’est de rajeunir un moment


                  • latortue latortue 20 avril 2012 09:56

                    il a pris dans Macbeth le bruit et la fureur mais il aurait du prendre la totalité du texte en remplaçant vie par il, je cite
                    ’’

                    il n’est qu’une ombre qui passe, un pauvre acteur,
                    Qui s’agite et parade une heure, sur la scéne,
                    Puis on ne l’entend plus, c’est un récit
                    Plein de bruits, et de fureur, qu’un idiot raconte,
                    Et qui n’a pas de sens.


                  • mbdx33 mbdx33 20 avril 2012 12:17

                    @la tortue

                    Bien tu progresses, tu (ou on te l’a dit) as reconnu Macbeth, ce que Mélenchon n’a jamais nié d’ailleurs.
                    C’est aussi le titre d’un roman de Faulkner et d’un film et d’un documentaire

                    Et il a fait de cette phrase sa symbolique, lui que certains considère encore comme un idiot utile, un pauvre comédien, et bien son mouvement lui survivra et il le dit.


                  • latortue latortue 20 avril 2012 13:42

                    mdbx33
                    c’est bien celui qui te cherche te trouve automatiquement derrière moi a poser ta petite crotte, des fadaises qui ne veulent rien dire, réponse a tout le donneur de leçons professionnel ,c’est une des principales raisons de ne pas voter Mélenchon pour la plupart, il est comme toi donne des leçons en permanence, en fait tu es le repoussoir du front de gauche .allez salut le clown et bonne journée 


                  • Brath-z Brath-z 19 avril 2012 23:29

                    Wahou, un article qui prétend avoir découvert l’eau chaude en découvrant ce que personne et certainement pas Mélenchon n’a jamais nié : le Front de Gauche n’est pas d’extrême-gauche.
                    Incroyable, mon Dieu, quelle révélation...

                    Bon, était-il bien nécessaire de consacrer un si long article à une telle évidence ?


                    • Canine Canine 20 avril 2012 08:45

                      J’ai voté « oui » à l’article, mais juste pour le titre.


                      • Denzo75018 20 avril 2012 09:35

                        Facile de faire une bonne campagne :

                        Vous prenez des intonations gaulliennes lors de vos discours, vous ajoutez une grosse dose de démagogie, à savoir vous présentez un catalogue de mesures utopiques et dont rêveraient les Français et surtout vous affichez un aplomb indéfectible...

                        Il faut dire que le Parti communiste dont est issu le Front de Gauche et qui a honte de s’afficher comme tel, a toujours été maître depuis Lénine et Trotski pour faire prendre des vessies à des lanternes aux peuples crédules et avides de « miracles » !


                        • Chuck 20 avril 2012 12:29

                          Franchement, je ne vois pas quelle différence il y a entre le front national de droite et le front national de gauche, ils sont juste bons tout comme sarko à mettre à la poubelle.

                          Enfin, non, pas sarko, lui, il faut qu’il aille directement en taule, sans passer par la case départ et sans toucher 20 000 !


                          • Thorgal 20 avril 2012 13:47

                            Bon, les pro-PS, c’est quoi au juste le programme de FH ? Au lieu de taper sur le FdG qui a un programme coherent et complet, argumentez sur les prgrammes respectifs, apres on pourra causer. Car jusque-la, qu’est-ce qu’on entend ? Du FdG bashing, pire, du Melenchon bashing. Bordel, la reflexion politique va super loin :
                            - taper sur ses frangins politiques au lieu des vrais enemis
                            - planer dans les sondages en raison du soi-disant vote-utile qui est en fait une vraie connerie. brandir la peur de revoir la droite au pouvoir comme programme politique, c’est en effet le degre 0 de la reflexion.

                            Alors, « viendez » et argumentez sur le programme de FH. Le reste, c’est DU PIPEAU.


                            • Laulau Laulau 20 avril 2012 14:22

                              Un méchant article de mauvaise foi et manipulateur.
                              Ces gens qui veulent la fin du capitalisme mais qui s’ingénient à diviser le prolétariat en mille sectes et sous sectes ne me paraissent pas très franc du collier.
                              En particulier les attaques contre le FdG qui l’accusent de n’être qu’une excroissance social démocrate au service du PS sont particulièrement risibles. D’après vous, messieurs, les quelques % qui vont s’égarer sur vos candidats de division vont faire le bonheur de qui ? A part de F. Hollande, je ne vois vraiment pas !


                              • ydcl 20 avril 2012 14:48

                                Il me semble retrouver, un goût de nihilisme, dans les attaques à Mélenchon. Si ces braves « partis des travailleurs » ne veulent pas le pouvoir, au moins qu’ils nous foutent la paix ! Ouh ! Ouh ! On se réveille, on est au siècle XXI !


                                • jaja jaja 20 avril 2012 14:56

                                  Lu sur Médiapart cet article :

                                  Le jour d’après : Philippe Poutou

                                  19 Avril 2012 Par Jacques Fortin

                                  Hé bien voilà, il semble bien que celui qu’on a pris pour « lou ravi » de cette élection, sorti de son usine comme un faux diable de sa boite, représentant, faute de Besancenot, un parti en dérive que certains de ses membres s’attachent à disloquer (et moquer son candidat), voilà que ce prétendu « sectaire doux » qu’on disait faux nez de la branche archéo et radoteuse du trotskisme, celui que la nomenklatura médiatique (et philosophique, Onfray qu’est ce qui t’a pris ?) giflotait en public en pensant pouvoir s’en gausser sans dommage, celui que déploraient au nom de l’unité les ennivrés des envolées lyrico-ronchonnantes d’un ex-trotskiste, vrai républicano social démocrate, franc maçon interclassiste (mais si), sénateur à vie (presque) et vaguement néostalinien, bref voilà que l’égaré de service qui ne savait pas rester à sa place (et a eu du mal à s’en déshiniber), redonne au NPA son visage attractif et son air de "Nouveau parti anticapitaliste", nouveau là encore !

                                  Drôle de mélange ? beaucoup d’insolence rieuse d’abord, les institutions il s’en fout, les riches il faut les plumer, le travail c’est trop dur, rien faire c’est bien mieux, bref un joli vent au parfum libertaire qui porte la lutte des classes ailleurs que dans les xièmes républiques et les révolutions par les urnes ("les urnes sont tristes et on a lu tous les programmes" - hum). Il n’en exige pas moins l’impossible autrement dit la seule solution raisonnable dans ce monde de fous furieux : l’interdiction des licenciements parce qu’avant de licencier on pourrait pomper sur les profits, non ? et qu’en fait d’assurance obligatoire le patronat pourrait s’assurer pour garantir le salaire à ses salariés, non ? la socialisation du capital et la décision collective des investissements, planifiée mais au plus près des populations, du travail pour tous avec baisse massive du temps de travail pour que la productivité profite aux salariés et pas aux rentiers, la révolution productive pour qu’on cesse de tirer sur la planète comme on a tant tiré sur les peuples (au propre et au figuré) et qu’on produise « à l’essentiel », pour les besoins, bêtement, et selon ce qui est soutenable, ben oui, enfin la répartition des richesses créées (ça alors, quelle idée folle).

                                  Bref un programme qui ne raconte pas d’histoire mais qui veut faire l’Histoire, la grande, celle qui ne se concocte pas dans les think thank de soi-disant « sachants » payés par les possédants, l’Histoire qui ne se maquille pas sous les apprêts des entreprises de comm’, celle qui ne la joue pas rencontre d’un homme avec La France (laquelle d’ailleurs ? Versailles ? La commune ? Le Fouquet’s ou l’usine Ford ? Le XVI° ou les quartiers nord de Marseille ? Les massacres de Tlemcen ou l’abolition de l’esclavage ?). Leur France qui me débecte. Je changerais bien de nom à ce pays si taché de souffrances infligées, de crimes et de rapacité, mais bref... Mélenchon va se fâcher.

                                  Donc voilà, le jour d’après, mission étant accomplie, il va retourner d’où il n’est jamais parti, avec ses collègues, ses camarades, et requinqué par cette campagne au départ fragile et si bien assumée. Nous avec. Merci Philippe, merci les quelques uns qui contre vents et marées, malgré les sectaires et les désorientés, les inquiets et les démoralisés, ont voulu que l’anticapitalisme dans ce pays ait toujours sa place aujourd’hui, et dans l’esprit, la continuité du projet NPA. D’autres pensaient qu’il faudrait s’arc-bouter sur d’improbables fondamentaux comme autant de boucliers bavards et oiseux contre la dureté des temps, d’autres encore cessaient de penser et pris de panique s’en sont allés vers d’autres mirages, encore des mirages. Ah les mirages !

                                  Voilà. L’anticapitalisme a sa place, quel que soit le score, il va devoir ferrailler ferme pour éviter que les mirages n’emportent ceux qui, en désespoir de cause, s’y adonnent une fois de plus dans notre histoire. Ferrailler en étant unitaire pour tous. Unitaire pas unitariste, une unité résolument indépendante de toutes les politiques qui font vivre ou survivre le libéralisme, résolument résistante à tous les arrangements, résolument décidée à ce qu’il n’y ait ni sauveur suprême ni parti guide ni tacticaille « en attendant que... », décidée à ce que « prenez le pouvoir » ne soit pas un slogan attrape mouche pour occuper plus de fauteuils institutionnels, mais un objectif direct, puis une réalité pour et par les millions de Mr et Mme Poutou qui le valent bien.

                                  Le jour d’après, ce sera à eux, à nous...


                                  • Laulau Laulau 20 avril 2012 15:41

                                    ... Ferrailler en étant unitaire pour tous. Unitaire pas unitariste, une unité résolument indépendante..

                                    De mieux en mieux, vous êtes pour l’unité, mais tout seul !
                                    Méfiez vous des bocaux, c’est là que finissent les cornichons !


                                  • Ian 20 avril 2012 17:25

                                    Ben l’unité c’est mieux sans le PS oui. C’est la différence entre une unité anticapitaliste et l’Union de la gauche version Mitterrand...


                                  • IanO 20 avril 2012 16:19

                                    C’est magnifique. « vomi », « mensonge », « manipulation », « traitres », « nul », « imbécile », « collabo » « comme le FN »...
                                    Voilà comment les sympathisants du front de gauche mène le débat politique ici. Évidemment, personne n’explique comment les privatisations et la répression des chômeurs à pu se faire alors que la gauche du PS de Mélenchon « donnait le tempo », personne ne peut argumenter sur pourquoi un parti ne doit pas appeler à la grève mais peut s’exprimer contre la grève générale en insultant ceux qui la réclament, personne ne peut explique en quoi laisser Hollande s’exprimer signifie « laisser une chance au pays ». Personne ne débat, n’argumente, n’explique ou ne justifie, on se contente de calomnier (ou alors trouver moi une seule raison de mettre le NPA et le FN dans le même sac) et d’insulter. Haro sur les gauchistes, ce sont de toute façon nos pires ennemis. Je ne serai pas surpris de relire les plus belles expressions staliniennes (comme « hitlero-trotskistes », « gauchiste-marcelin », « vipères lubriques », « étudiants-crasseux »...) comme il y a quelques décennies, sauf que je ne suis pas sûr que vous ayez encore les moyens de nous chasser des usines à coup de manche de pioche. Bon courage à vous, mes amitiés à Méluche, moi je reste dans la vraie vie, celle ou les prolos et les lumpen s’en foutent des haines d’appareil, celle où on peut parler politique au vrai sens du terme (généralement on commence par le dernier match de foot, on continue sur les fins de mois difficiles et on essaye d’embrayer sur la nécessité de s’organiser collectivement).


                                    • simir simir 20 avril 2012 20:26

                                      « Expression stalinienne hitlero-trotskyste »

                                      Mais c’est trotsky lui même qui le revendique 
                                      « Pourquoi n’ont ils (Kiniviev,kamenev et les autres accusés du procès Zinoviev Kamenev) pas dit un seul mot de la chose la plus importante, l’alliance des trotskystes avec l’Allemagne et le Japon et le complot pour démembrer l’URSS ?
                                      Auraient ils pu oublier ces détails du complot ? Auraient ils pu ne pas savoir, eux les dirigeants du soit disant centre, ce que savaient les accusés du dernier procèc (Radek Piatakov), des gens de seconde catégorie ? L’énigme s’explique facilement ; le nouvel amalgame fut construit après l’exécution des 16, pendant les 5 derniers mois, en réponse aux échos défavorables dans la presse mondiale. (TROTSKY 1936, pp. 295-296)
                                      Trotsky c’est ce salopard qui a toujours noué des alliances avec des gens qu’il avait dénoncé dans un passé proche (Radek, Kamenev, Zinoviev....) dans un but d’opposition au parti bolchévique
                                      Les diatribes de Trotsky contre le régime soviétique ont été reprises pas les fascistes allemands et italiens » voyez, mes amis dit Goebbels aux socialistes et communistes allemands, ce que dit Trotsky de l’état soviétique. Ce n’est plus un état socialiste mais un état dominé par une bureaucratie parasitaire...« 
                                      Ces arguments trotskystes étaient et continuent d’être utilisés par les opposants au communisme. 
                                      Le trotskysme a donc pour fonction de semer la confusion et de désarmer le mouvement ouvrier tant politiquement qu’idéologiquement
                                      A la lecture de l’autobiographie de Trotsky » Ma Vie« Hitler s’écria »Epatant j’y ai appris beaucoup de choses« c’est le biographe d’Hitler Konrad Heiden qui raconte cela dans son livre »Der Führer" 
                                      La police politique japonaise en fit des lectures obligatoires aux communistes chinois et japonnais emprisonnés pour abattre leur moral.
                                      En France Doriot, agent nazi, était un ami de Trotsky il travaillait avec la section française de la 4 eme internationale
                                      Le journaliste étasunien Paul Ghali du Chicago Daily News a rapporté le 28/09/1944 qu’ Himmler se servait des trotskystes d’Europe comme d’un élément nazi clandestin pour les intrigues et le sabotage d’après guerre.
                                      Alors LanO Hitléro trotskyste pas convaincu ?


                                    • mbdx33 mbdx33 20 avril 2012 16:51

                                      Blancs / Nuls   1,9
                                      Jacques Cheminade  0,5
                                      Nathalie Arthaud  1,3
                                      Philippe Poutou   1,5
                                      Nicolas Dupont Aignan  1,5
                                      Eva Joly   3
                                      François Bayrou   9
                                      Marine Le Pen   14
                                      Jean-Luc Mélenchon  17
                                      Nicolas Sarkozy   22,9
                                      François Hollande  27,4

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès