Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Négationnisme (s) et fatalisme (s) (ou l’inverse)

Négationnisme (s) et fatalisme (s) (ou l’inverse)

L'impasse électoraliste

Je suis convaincu que le monde ne pourra éviter la barbarie que s'il avance partout vers le socialisme. Je n'ai donc eu aucune difficulté à voter, au premier tour des Cantonales, pour l'élue du PS qui se représentait dans ma circonscription, et pour laquelle j'ai une personnelle estime.

Mais j'ai été particulièrement agacé, entre les deux tours, par l'écoeurante campagne des partis "de gauche" sur le prétendu "front républicain" nécessaire pour faire barrage au Front National. Bien des membres des partis de droite et du centre se sont engagés dans la même tricherie. 

Ça n'en était pas une quand le père de Marine Le Pen appuyait ouvertement son parti sur son propre racisme, son antisémitisme, sa haineuse xénophobie. L'observation des propos et des actes de la fille n'est pas mon occupation principale mais, aussi surprenant que cela me soit apparu, je n'ai pas enregistré chez elle, ces dernières années, les mêmes sentiments lamentables. Et j'ai bien été obligé de constater que, dans des circonstances récentes très précises, elle a exprimé des positions qui m'ont semblé constituer une défense de la République et de sa laïcité là où, au contraire, le gouvernement et son parti mais aussi - et parfois plus activement encore - la plupart des dirigeants de la "Gauche" s'exprimaient franchement en ANTI-républicains.

Il en fut ainsi, entre autre, chaque fois qu'il s'agissait de s'exprimer sur l'immigration clandestine ou incontrôlée, sur l'occupation de rues par des islamistes à l'heure de la prière, sur l'exigence, par eux, de menus conformes aux règles islamiques dans les cantines des écoles, sur le mépris, pour produire la viande halal ou cacher, des lois obligeant à réduire le plus possible la souffrance des animaux au moment de leur abattage, sur la construction de mosquées impliquant, directement ou non, la participation de fonds publics et d'élus corrompus. Ceux-ci étaient bien souvent "de gauche".

Je n'aurais donc eu aucun scrupule, au second tour, à m'abstenir si l'on m'avait donné à choisir entre un candidat du FN et un candidat du prétendu "front républicain", de droite ou "de gauche". Heureusement j'avais à choisir entre un PS et un UMP, et je m'apprêtais donc à voter pour ma préférée du premier tour.

Mais juste avant que je me rende au bureau de vote, ce dimanche matin, j'écoutai les infos de France Inter. Et ce fut trop. Une fois de plus, alors qu'officiellement la campagne était close on me répéta, comme cela avait été le cas toute la semaine dans la plupart des grands medias, que l'intérêt du second tour serait de voir si les électeurs auraient ou non rejoint le "front républicain" pour faire barrage au FN.

Je restai chez moi, sachant que je serais classé parmi les "mauvais citoyens" négligeant le précieux acquis démocratique que constituent le droit et le devoir de voter. Cela, en fait, m'importait peu. Depuis plusieurs élections déjà je sais que l'abstention, dans de nombreux cas, est le fait de citoyens PLUS attachés que la moyenne aux valeurs de la République, et non pas moins. Cela ne fait nullement de l'abstention elle-même une valeur. Simplement une ambiguïté provisoirement moins grave, dans certains cas, que la tricherie politique et "médiatiquement correcte" à laquelle se soumettent désormais, consciemment ou pas, la majorité des journalistes, des animateurs d'instituts de sondage, et bon nombre d'intellectuels de toutes sortes tels que philosophes ou sociologues.

Une ambiguïté qu'il va bien falloir étudier un jour très sérieusement. Car c'est surtout une générale perte de sens, dont celle du sens des mots n'est que le signe le plus voyant, qui conduit le monde à une moderne barbarie.

Seuls l'électoralisme et le goût personnel du pouvoir déterminent aujourd'hui, comme ce fut toujours le cas, les positions et propositions sarkoziennes. Je crois donc que les divergences entre François Baroin et le Président concernant le maintien ou non du débat sur l'islam - devenu déjà, pour mécontenter moins d'électeurs, "débat sur la laïcité" - ne sont qu'apparentes et secondaires. On peut craindre dès maintenant que ce débat, s'il a lieu, ne vise pas plus à sauvegarder des vraies valeurs que ne l'avait visé le débat avorté "sur l'identité nationale" (1)

Il s'agira probablement, pour Sarkozy, de passer à la seconde phase de l'affaiblissement de la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat. Ce qui est insupportable au Président - et à ses complices de "l'opposition" en la matière - c'est que, chaque fois que la laïcité est violée pour amener l'islam au même niveau de présence et de pouvoir en France que les religions plus anciennement implantées, ÇA SE VOIT. On proposera donc, probablement, de modifier la loi de 1905 afin qu'elle permette très légalement le viol de la laïcité républicaine, qui alors n'en sera plus un. Le rapport Machelon a, depuis longtemps déjà, préparé cet important recul démocratique (2)

Face à ce projet de sabotage la plupart des authentiques défenseurs de la laïcité refusent qu'on modifie, si peu que ce soit, la loi de 1905. Je crois au contraire qu'il faut, en 2011, LA RENFORCER dans un sens beaucoup plus contraignant, en incluant (ou en ajoutant dans une annexe) la liste des ENGAGEMENTS PREALABLES auxquels TOUTES les religions devront désormais se soumettre pour bénéficier de la liberté de pratiquer leurs cultes, liberté qui pourra être alors, et alors seulement, sainement garantie par la République laïque.

L'impasse économico-politique

En France et en Europe le refus de voir objectivement les problèmes posés par l'immigration non-contrôlée constitue, selon moi, un véritable NEGATIONNISME. Le refus de voir la dangerosité islamique en est un autre, beaucoup plus grave. Mais l'un et l'autre sont, en fait, le fruit d'illusions conduisant à des dénis plus importants encore. Le pire de tous peut, je crois, s'énoncer ainsi : refus de voir que l'économisme conduit l'humanité à l'horreur absolue.

Les partisans de l'économisme - moins bien nommé, je crois, "capitalisme" ou "libéralisme économique" - veulent croire que la croissance de la production et de la consommation matérielles est la solution à la pauvreté des individus et des peuples. Ils prônent alors un "développement durable" matériel (mais sans le préciser) quand il faudrait plutôt un durable développement "spirituel" : ouverture, partout, au libre examen des problèmes réels dans l'indépendance d'esprit, la serénité et la franchise, la solidarité envers les plus démunis (peuples et individus). Cela devrait conduire à un investissement DESINTERESSE des pays développés dans les pays pauvres, à la programmation de la diminution de la population mondiale par la limitation des naissances.

Il a été suffisamment démontré, je crois, que la croissance économique n'est nullement la solution à la misère des peuples. L'égoïsme des possédants (ceux qui possèdent les biens matériels, l'argent ET le pouvoir) augmente en même temps et la répartition des richesses naturelles ou acquises reste toujours aussi scandaleuse. Et même plus. Il a par ailleurs été démontré aussi, selon moi, que la DECROISSANCE de la production et de la consommation matérielle est indispensable à la survie de la planète.

Ce dernier objectif me paraît être le plus nécessaire. Il est aussi le moins dicible. Pour n'avoir pas à le voir et le dire on soutient alors qu'il est possible d'augmenter toujours la production d'énergie pour répondre aux prétendus "besoins" grandissants, en réalité créés de toutes pièces (ou très mal situés). On en vient même à refuser de "sortir du nucléaire" quand ses pires effets sont sous nos yeux. Dans ce cas très actuel et très précis on va même jusqu'à modifier la limite de l'irradiation "supportable par l'homme" pour n'avoir pas à s'en effrayer. On l'a plus que doublée durant les premières semaines de la catastrophe nucléaire japonaise (qu'on refuse d'appeler par son nom). Il paraît que c'est effectivement rassurant et, sur France Inter au moins, le journaliste auquel on donnait en direct cette information ne croyait pas utile de s'y arrêter une seconde !

La plupart des prétendus "socialistes" et "communistes" ont partout renoncé à l'objectif de socialisation du monde, qui devrait plus que jamais être le leur. Ceux qui ne l'ont pas fait s'entêtent à le confondre, chez eux, avec les fascismes stalinien et maoïste, ou à soutenir ailleurs les pires dictateurs opprimant leurs propres peuples. C'est toute la société qui accepte le renoncement. Nous en avons, en France, une illustration flagrante : les sondages disent que c'est un des principaux acteurs, à l'échelon mondial, de l'économisme qui est actuellement ressenti comme le candidat "de gauche" ayant le plus de chances de devenir le prochain Président de la République !

Pour moi, le plus étonnant et le plus désolant est ici : ceux qui résistent à l'islamisation de la France et de l'Europe ainsi qu'à l'immigration non-contrôlée ne sont pas souvent les mêmes que ceux qui refusent le nucléaire, prônent la décroissance de la consommation matérielle et un partage des richesses radicalement différent. C'est comme si nous avions FATALEMENT à choisir entre deux maux également destructeurs de l'humanité. Entre deux NEGATIONNISMES.

Ce nouveau problème "de l'œuf et de la poule" (lequel des deux maux est à l'origine de l'autre) conduit à la désespérance. Je suis de ceux qui refusent de désespérer et de céder aux négationnismes comme aux fatalismes.

(1) http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vouloir-identitaire-aboulie-64509

 (2) http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-rapport-machelon-une-offensive-13855


Moyenne des avis sur cet article :  3.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • JL JL 29 mars 2011 10:47

    Bonjour Pierre Régnier,

    comment ne pas être d’accord avec vous.

    Vous dites : « C’est comme si nous avions FATALEMENT à choisir entre deux maux également destructeurs de l’humanité. Entre deux NEGATIONNISMES »

    Avec les extrêmes nous avons à choisir entre la peste ou le choléra ! L’immigration incontrolée ou l’économisme ravageur.

    En votant pour ceux que l’on a dénoncé comme étant l’UMPS nous disions que nous ne voulions ni la peste, ni le chloéra et nous avons eu les deux : Et pour cause ! les possédants ont besoin de la peste ET du choléra pour garder le beurre et l’argent du beurre : ils ont besoin de l’économisme, dit aussi productivisme, et d’une abondante main d’oeuvre toujours plus docile.

    Rien de nouveau sous le soleil : c’est ce qu’on appelle diviser pour régner.


    Ceci dit, je crois que le danger de l’islamisme provient, non pas des malheureux immigrés mais de leurs ayatollahs qui entendent importer ici leurs méthodes haïssables de là-bas, voire même faire ici ce qu’ils ne peuvent faire la-bas et avec la bénédiction en sous main de nos ayatollahs à nous : je vous rappelle à ce sujet que dans le TCE il était dit qu’on n’avait le droit d’exprimer ses opinions politiques ou religieuses qu’au travers d’organisations ad’hoc. En somme les libres penseurs et autres « pas catholiques » étaient priés de se syndiquer. Un comble pour la libre pensée, mais une invitation aux ayatollahs islamiques à prendre leurs aises.

    Ces gens font le jeu du FN lequel, en stigmatisant l’immigré, ne propose rien d’autre que de jeter le bébé avec l’eau du bain : pour lutter contre l’islamislme le FN ne propose que de lutter contre les musulmans, en faire des sous prolétaires ; à l’instar de l’UMP qui, pour lutter contre le chômage lutte contre les chômeurs.


    • leypanou 29 mars 2011 11:59

      « sur l’occupation de rues par des islamistes à l’heure de la prière, bla bla bla : » : vous méritez parfaitement d’être au FN malgré vos affirmations membre de JOC et autres PSU et CFDT. Depusi quand des gens qui prient dans la rue parce qu’ils n’ont pas de mosquée sont des islamistes ? Qu’est ce qu’on entend par islamistes ? Votre article fait partie des nombreux articles sur agoravox qui font propagent l’idéologie du FN, bien sûr sous couvert de défense de laïcité. Si vous êtes si laïc que çà, accepter les propositions du Front de Gauche qui consistent entre autre de supprimer le concordat dans l’est de la France ; En vertu de quoi en effet, accepter qu’en 2011, l’état paie encore les prêtres, curés, rabbins, pasteurs et autres imams sous prétexte que cela date de 1800 et quelques ? Pour vous, refuser les subventions aux confessions religieuses veut dire refuser les subventions aux mosquées, mais pas aux églises. Et c’est çà la grande escroquerie de la laïcité à la FN, c’est une laïcité dans un sens donné : contre l’islam. Lamentable comme prétendu progressisme. Cela étant, des gens comme vous aient pu être à la CFDT ne peut guère étonner : comme de fois ce syndicat a trahi les intérêts des travailleurs !


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 29 mars 2011 17:53

        @ JL

         Juste un détail : le productivisme n’est pas, selon moi, tout a fait l’équivalent de l’économisme. Celui-ci, comme le capitalisme et le « libéralisme économique » qui sont ses outils, est tout simplement le choix de servir l’économie et son jeu tragique de la compétition, en accordant une valeur à la puissance qui permet de dominer les autres, plutôt que de servir équitablement les hommes.

        Si, à l’époque où l’humanité avait peu, elle avait choisi de le répartir équitablement, et de poursuivre sur cette lancée, on n’en serait pas aux scandaleuses inégalités actuelles.

        Mais d’authentiques adversaires de l’économisme sont pourtant, aussi, partisans du productivisme : ils croient qu’en produisant plus on pourra répartir plus et vaincre ainsi la misère. Le stalinisme - pour moi le FASCISME stalinien, il faut l’appeler par son nom - a montré combien l’erreur était grave.

        Elle reste l’un des principaux risques et problèmes à résoudre pour ceux qui veulent vraiment le socialisme : ils doivent se convaincre que c’est la volonté ABSOLUMENT PRIORITAIRE de répartir équitablement ce qui a été produit - que ce soit peu ou beaucoup - qui conduira à l’élimination de la misère, et de la violence dont elle est la principale cause.

        Ceci dit je ne peux que conseiller à nos lecteurs de cliquer, comme je l’ai fait, sur vos initiales, pour accéder au texte dans lequel vous vous présentez sur Agoravox. Ils y trouveront beaucoup d’expressions justes et très utiles exprimées dans la clarté.

         

        @ leypanou

         Vous prétendez que »je mérite d’être au FN" mais="mais" vous="vous" ne="ne" conduirez="conduirez" pas="pas" et="et" je="je" comme="comme" dans="dans" mon="mon" que="que" pour="pour" lui="lui" si="si" eu="eu" la="la" de="de" le="le">

        p>

        Sur la CFDT, je suis partiellement d’accord avec vous et j’estime que, à l’époque où j’y étais, parmi les dirigeants du syndicat de la radio-télé publique, la confédération  n’a pas joué son rôle dans la défense du service public. Je l’ai critiquée sans ménagement sur ce point.

        Sur le concordat d’Alsace Moselle je pense, comme le Front de Gauche, qu’il faut le supprimer et mettre les départements concernés sous le même statut que les autres concernant la religion. Et je ne vois pas pourquoi vous me soupçonnez de vouloir le contraire…

        Ou plutôt si, je vois bien pourquoi. Et c’est d’ailleurs là qu’est le problème principal des adversaires "de gauche" de la laïcité. Ils se répètent entre eux que ceux qui la défendent contre les attaques des islamistes sont des racistes, qu’ils ont de la haine pour les musulmans, ils confondent délibérément islamophobie et musulmanophobie (1) etc… Ensuite, puisque ces sentiments sont condamnables ils considèrent que ces créations de leur esprit constituent des « arguments » suffisants pour faire campagne contre les défenseurs authentiques de la laïcité… et se conduire parfois odieusement.

        Ce fut le cas, selon moi, lorsque qu’Alexis Corbière, élu du Front de Gauche dans le 12e arrondissement s’est opposé aux Assises sur l’islamisation de l’année dernière, qui se tenaient dans cet arrondissement. Avec Caroline Fourest et quelques-uns des plus intolérants islamistes de France il s’est illustré en cette occasion en affirmant publiquement son opposition à la liberté de conscience, de réflexion commune et d’expression, qui sont parmi les plus précieux acquis de la République.

        Sur ma définition des islamistes. Jadis les islamistes étaient tout simplement, dans la langue française, les membres d’une religion nommée Islam. Autrement dit, les musulmans. Ces dernières décennies les médias ont pris l’habitude de nommer « islamistes » ceux des musulmans qui commettent des violences au nom de l’islam, afin de les distinguer des musulmans pacifiques. Pour moi les islamistes sont ceux des musulmans qui commettent des violences ou/et ceux qui méprisent les lois, règles, traditions des pays où ils vivent pour les remplacer - comme leur prophète et leur livre sacralisé le leur demandent - par celles de l’islam.

        Il y a donc des islamistes »pacifiques" comme="comme" par="par" exemple="exemple" dalil="dalil" boubakeur="boubakeur" fait="fait" un="un" charlie="charlie" hebdo="hebdo" sa="sa" publication="publication" des="des" caricatures="caricatures" ou="ou" demande="demande" une="une" provisoire="provisoire" la="la" loi="loi" de="de" le="le" pour="pour" rattrapper="rattrapper" les="les" autres="autres" religions="religions" dans="dans" leur="leur" implantation="implantation" en="en">

        Moins dangereux, certes, que les militants d’Al Qaïda ils n’en sont pas moins des adversaires de la laïcité et il est très grave de céder à leurs demandes. Ce sont ces islamistes là que soutiennent les pseudo-républicains et pseudo-laïcs que sont aussi bien Sarkozy que Cohn-Bendit, Alexis Corbière, Caroline Fourest et tant d’autres.

        (1) Voir ici la définition de mon islamophobie :

        http://debat.agoravox.fr/tribune-libre/article/lettre-ouverte-a-l-ambassadeur-des-82314

        L’économisme fait semblant de vouloir supprimer les misères et dominations d’individus et de peuples en confortant dans les faits le pouvoir de ceux qui les ont créées. C’est pourquoi je crois que, le phénomène allant PAR NATURE en s’aggravant, ce système conduira à une guerre mondiale généralisée. Les actuelles valeurs humaines y seront, par force, de plus en plus oubliées. C’est ce que j’appelle la barbarie.

        Ça ne ressemblera ni au nazisme, ni au stalinisme mais ce sera, sinon dans les motivations (pour le nazisme j’entends, celles du stalisnisme étaient bonnes au départ) au moins aussi grave par l’ampleur des dégâts humains.

        Sur la »barbarie" laquelle="laquelle" conduits="conduits" des="des" pays="pays" qui="qui" se="se" ou="ou" socialistes="socialistes" je="je" crois="crois" avoir="avoir" un="un" peu="peu">

        Mais on n’insistera jamais trop : ce n’est pas un problème secondaire, sur lequel il faudrait réfléchir plus tard, au moment de passer au socialisme. C’est pour avoir renvoyé à plus tard, en continuant d’être complices du stalinisme contemporain, que les « communistes » français, et bien des socialistes et des gauchistes ont, beaucoup plus efficacement que leurs adversaires communs du « capitalisme », désespéré les peuples de pouvoir vaincre leur misère par le socialisme, qui est et reste pourtant, selon moi, le seul moyen d’y parvenir.

        C’est dès maintenant qu’il faut affirmer haut et fort que l’avancée vers le socialisme ne peut, MÊME PROVISOIREMENT, accepter des renoncements à la démocratie, aux droits humains, à la liberté de conscience et d’expression.

        Et c’est DES MAINTENANT que les programmes des socialistes de toutes tendances doivent énoncer les moyens de sauvegarder ces valeurs fondamentales, tout en avançant vers l’égalité et la justice, et tout en améliorant DES LA PHASE DE TRANSITION le sort des plus démunis.

        Vous écrivez que "la frustration n’a pas besoin d’être fondée rationnellement pour dévaster les individus et les peuples« . C’est vrai. Vous dites aussi que »la guerre est inhérente à la nature humaine". C’est selon moi moins vrai. Dans les deux cas c’est fataliste d’en rester là et, je le dis en conclusion de mon article, je refuse le fatalisme. 

        Ce qui est aussi « inhérent à la nature humaine », et qui le fait différent de l’animal, c’est qu’il a la possibilité de réflechir, de philosopher, de constater et d’admettre ses erreurs, de les corriger… Ça s’appelle, chez moi, la spiritualité. 

        • agent orange agent orange 29 mars 2011 18:41

          « Je suis convaincu que le monde ne pourra éviter la barbarie que s’il avance partout vers le socialisme »

          Le socialisme, ça ne lui a pas réussit à Kadhafi (avez-vous lu son petit livre vert dans les années 70 ?)


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 1er avril 2011 11:55

            Non, agent orange, je n’ai pas lu le petit livre de Kadhafi, ayant toujours pensé que, comme bon nombre de chefs d’état prétendant conduire leur peuple au socialisme en méprisant la démocratie, il n’était rien d’autre qu’un authentique et dangereux dictateur.

            Le socialisme sera amené par PLUS de démocratie ou ne sera pas.

            Mais Kadhafi mérite d’être observé pour une autre raison : il se proclame aujourd’hui protecteur de l’Europe contre l’immigation massive et contre l’islamisation par la voie violente (de type Al Qaïda). Mais en d’autres temps (quand les islamistes avaient besoin d’un autre discours pour l’aider à consolider son pouvoir) il a très clairement dit à sa manière que l’émigration de peuples islamisés vers l’Europe était bien une phase de la conquête islamique du monde.

            Pas plus que les affirmations semblables des Boumédienne, Erdogan et tant d’autres ça n’a conduit les faux socialistes français, les faux démocrates et faux républicains à sortir la tête du sable et à défendre fermement l’un des plus précieux biens acquis par le peuple français dans les siècles précédents : LA LAÏCITE.

            Il n’est jamais trop tard pour bien faire.


            • Philodeme Philodeme 2 avril 2011 20:06

              Dans un autre fil je donnais ce qui me semble fonder et justifier des partis politiques comme le FN version Marine, au-delà de motifs importants comme l’immigration dont le non-contrôle est à l’évidence organisé par les gouvernements européens actuels.
              Ce fil présentait le rassemblement « PS, PCR, PRG et Divers gauche » comme une panacée qui va nous guérir de tous les maux alors que depuis 1981 ils échouent !!!!!!!!!!

              Économiquement le rassemblement « PS, PCR, PRG et Divers gauche » s’inscrit dans la mondialisation des choses et des êtres …. c’est beau, c’est grand …..... c’est sur le point d’être obsolète.

              L’économie et dans sa suite les êtres vont refluer vers de nouvelles re-régionalisations …........ voire re-localisations en chaîne mécaniquement.

              Pourquoi :

              Entraves de plus en plus grande à la circulation des choses et des êtres par le renchérissement du coût des déplacements et transports.

              Vous le savez bien diminutions des énergies fossiles, augmentation de leur prix …. inexorablement. On ne va pas pouvoir continuer à faire circuler les milliards de containers sur mer et les fraises par avions encore des décennies.

              Ce n’est pas avec des moulins à vent ou capteurs solaires voire moteurs à H2 que l’on pourra maintenir le rythme actuel des échanges ...le ralentissement des échange va être progressif mais drastique !

              dire : Une « minorité xénophobe et raciste » en faisant allusion au FN, une autre a dit de « gros cons »
              C’est un peu court cette minorité va être englobée par le "courant souverainiste" actuellement encore éparpillé mais qui à l’instar d’un Paul-Marie Coûteaux (simple exemple très récent)  va rejoindre un nouveau rassemblement dans lequel il y aura les soi-disant « gros cons » …....... du FN (selon une certaine médiacrate bas de plafond) en général ceux qui ne pensent selon le « poulailler médiatiques en sont des c... .

              Tout simplement la philosophie du rassemblement « PS, PCR, PRG et Divers gauche » n’est plus adaptée alors que la philosophie souverainiste va se retrouver être celle qui sera le mieux adaptée à court et moyen terme au nouveau et autre Monde qui se crée sous nos yeux.


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 avril 2011 10:05

                Merci Philodeme pour votre commentaire plein de bon sens.

                Je me suis moi-même suffisamment exprimé. Je souhaite que d’autres enchaînent sur votre base de discussion qui me paraît très saine.

                Beaucoup plus saine que les réflexions (que j’ai entendues en direct) supposées drôles à propos des « gros cons ». Celle qui faisait ces réflexions « humoristiques » ne faisait que répéter bêtement une formule d’une époque où elle-même n’était pas née, et qui, selon moi, se justifiait alors.

                Aujourd’hui, cette inlassable répétition, comme celles sur la prétendue « minorité xénophobe et raciste » que vous rapportez, est simplement l’illustration de la paresse intellectuelle d’individus prétendument « de gauche et anti-racistes » qui, en réalité, refusent de penser en regardant objectivement le monde où ils vivent.


                • olivier cabanel olivier cabanel 3 avril 2011 11:01

                  pierre Régnier
                  vous comparez votre article et le mien, sous le prétexte qu’ils évoquent le même sujet,
                  et pourtant je ne pense pas qu’il s’agisse de çà.
                  les deux articles ne sont pas de même nature.
                  votre article est une réflexion, vous y exprimez votre pensée, une sorte d’éditorial,
                  pourquoi pas...
                  ce qui est aux antipodes de ma vision du journalisme.
                  j’essaye de donner des pistes de réflexion, en me basant sur des déclarations d’un bord, ou de l’autre, afin de mettre en évidence des convergences, des différences, en donnant les liens prouvant ce qui est écrit, et je laisse au lecteur le soin de se faire une opinion.
                  c’est peut-etre pour cette raison qu’il y a autant de commentaires,
                  et même parfois un vrai débat.
                  et c’est justement ce que je recherche.


                  • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 avril 2011 12:08

                    @ Olivier Cabanel

                    Soit. Nous avons une démarche « techniquement » différente pour faire débattre mais, je crois, pas seulement. Vous exprimez aussi une opinion, comme je le fais dans mon article. 

                    Le vôtre est à coup sûr précieux pour d’autres journalistes, comme sont ceux de Morice utilisant la même méthode.

                    Laissez-moi cependant douter de la lecture (ou relecture) effective, par un nombre important de vos lecteurs non journalistes professionnels, de ce que vous proposez par vos liens, ou même du tiers ou du quart de ces propositions. Pour tout le monde les journées ne font que 24 heures.

                    Je crois que la vraie réflexion politique - et par suite la démocratie réelle dans les sociétés qui, comme la nôtre, ont la chance de l’avoir déjà acquise - s’appauvrit, et que cela constitue un grand danger pour l’avenir du monde. 

                    Dans le premier commentaire à l’article de Renart Léveillé, "A l’ère de la godwinisation des débats ?" j’ai dit que, selon moi, la pollution de la communication par la publicité en est la cause. C’est ici :

                    http://www.centpapiers.com/a-lere-de-la-godwinisation-des-debats/65138

                    Je crois qu’on ne sait pas assez combien les analyses de François Brune sont précieuses pour notre temps et pour l’avenir (je parle de l’analyste de « l’impérialisme publicitaire », pas de l’autre François Brune qui « parle avec les morts »)

                    Bien cordialement. 


                    • Philodeme Philodeme 3 avril 2011 14:16

                      Par exemple en ce qui me concerne j’aimerais bien être contré (au sens des « disputes ») :
                      sur le reflux vers la re-régionalisation/ re-localisation économique qui ne peut pas être neutre au plan des concepts politiques adéquats à la gestion de cette nouvelle donne qui s’installe lentement mais sûrement.
                      Je me trompe peut être ?
                      Bien entendu on peut débattre avec force et vigueur à propos des délais d’installation de sociétés « post énergies à bon marché ». Mais l’impact de ce phénomène va se faire sentir beaucoup plus rapidement dans les classes les moins argentées et qui sont les plus nombreuses et bien plus que celles des médiacrates et autres privilégiés qui confisquent les médias ....
                      Avec le simple prix de l’essence, à mon microscopique niveau, j’ai déjà modifié mes habitudes « automobilistiques » et cependant je suis à l’aise financièrement ... pour l’instant.

                      Je suis personnellement choqué par la gestion faite par O Cabanel de son post et qui consiste à ironiser dès que l’on doute et que l’on évoque la possibilité que la minorité jusqu’alors stigmatisée puisse avoir raison politiquement au moins partiellement.
                      Je regrette d’avoir d’ailleurs été entrainé par son exemple en faisant un « lien » avec ce dessin qu’il na peut être pas compris qui sait ?
                      http://humour.lapin.org/index.php?number=97
                      A ce niveau je ne suis pas plus manchot que lui !
                      La godwinisation des débats peut s’inverser en polpotisation des débats, que gagne-t-on à ces fadaises ????

                      Même des médiacrates (expression entendue de JL Melenchon) comme Ménard, ou des énarques comme Paul-Marie Coûteaux virent de bord ............


                      • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 avril 2011 15:15

                        @ Philodeme

                        Ce n’est pas moi qui vais chercher à vous « contrer » ou vous « disputer » sur l’ensemble de vos propos, puisque je me sens proche de votre démarche. Et je suis bien d’accord que la « godwinisation » des débats peut prendre la forme d’une « polpotisation ».
                         
                        Sur un point de détail, toutefois : vous disiez, dans votre juste remarque sur les relocalisations qu’elles se feront « mécaniquement ». Pas d’accord sur ce dernier mot.

                        C’est tout le problème du retour à des démarches humainement responsables, dont celui de la nécessaire décroissance de la production et de la consommation matérielles : CHOISIR des voies raisonnables ou les SUBIR.

                        Nous les subirons quand elles se feront « mécaniquement ». Il sera trop tard et la planète sera alors bien délabrée, physiquement et spirituellement. Ce sera « mécanique » parce que devenu inévitable mais, d’ici là, les décideurs-profiteurs auront tout fait pour conserver leur pouvoir et continuer à l’exercer dans l’égoïsme, au seul service de leurs avantages personnels.

                        Comment leur retirer à temps ce pouvoir (à droite et à gauche) et le mettre au service du peuple, dans la démocratie et la libre réflexion retrouvée, sans violence et sans démagogie ? Toute la difficulté est là.

                        Mais moi qui suis de gauche depuis toujours je suis bien obligé de constater que le bon sens et la raison se trouvent aujourd’hui beaucoup moins à gauche que dans le « courant souverainiste » incluant, comme vous le dites, le FN.


                        • Philodeme Philodeme 3 avril 2011 18:53

                          Dans mon esprit les re-régionalisations et/ou les re-localisations se feront mécaniquement dans la mesure où souvent collectivement les humains vont jusqu’au bout de leurs folies et font après des efforts démesurés pour s’en sortir, alors qu’un peu d’anticipation leur aurait évité bien des déboires.
                          Il y a ceux qui m’en ont rien à faire, la science disent-ils sera capable de tout « nettoyer ».

                          Mais il y a pire ... ceux qui ont une bonne conscience

                          Le symbole de cet état d’esprit sont ces gens qui mangent en évitant le plus possible les aliments hors saison et qui interrogés sur leur lieu de vacances parlent de lieux éloignés qu’ils atteignent en avion plusieurs fois par an, un peu comme cette « pointure » de l’écologie Cécile Duflot qui donne l’exemple en prenant des vacances aux Maldives ( http://www.leparisien.fr/politique/vacances-aux-maldives-cecile-duflot-repond-aux-critiques-30-12-2009-760479.php ).

                          Ces derniers exemples qui ne sont que la partie rendu publique de l’inconscience et/ou de l’hypocrisie ambiante ne me rend en effet que faiblement optimiste.

                          Mais on peut espérer que de ci de la la conscience soit plus aiguë et défendue par des personnes un peu plus cohérentes.

                          Concernant la décroissance matérielle en général une minorité se l’appliquera ou se l’applique déjà mais combien en seront convaincus, leur nombre sera-t-il suffisant pour avoir un impact significatif ?


                          • Wierko 27 juin 2011 19:30

                            Un article qui prone en introduction le socialisme puis ne parle plus que du FN.
                            Assez troublant.


                            • Pierre Régnier Pierre Régnier 28 juin 2011 10:33

                              @ Wierko

                              Vous commentez ce texte trois mois après sa publication, ce qui vous conduit à en faire une mauvaise lecture.

                              Toute la seconde partie de mon article traite au contraire du socialisme à construire après avoir pris en compte ce qui a conduit à ses échecs durant les décennies précédentes (ou à ses sinistres « réussites » par l’accès au pouvoir dans l’épouvantable déformation stalinienne).

                              Je suis en effet de ceux qui, malgré les horribles égarements staliniens ou assimilés, persévèrent dans la certitude que l’humanité ne peut construire durablement un avenir humainement valable que dans une forme – encore à trouver – de socialisme.

                              Le contexte de la rédaction de ce texte était une campagne électorale. Durant celle-ci c’est principalement la « Gauche » - ce qui est devenu pour moi une pseudo-Gauche - qui a insisté sur la nécessité d’un « Front Républicain » pour faire obstacle au FN.

                              L’opinion exposée dans l’article c’est que ce vieux réflexe de l’appel à un Front Républicain était ici particulièrement mal venu car le FN, durant les années récentes, s’est montré bien plus attaché que la « Gauche » à certaines valeurs de la République. La plupart des dirigeants « socialistes » ou « communistes » ou « altermondialistes » ou encore « écologistes » ont au contraire - comme les sarkoziens ! - ignoré ou déformé la laïcité républicaine afin qu’elle ne soit pas un obstacle à l’islamisation.

                              Comme je le dis explicitement dans l’article, ceci ne m’a nullement conduit à voter FN alors que j’avais la possibilité de le faire.

                              S’interroger sur la réalité de l’attachement du FN aux valeurs républicaines peut constituer un juste et très utile débat.

                              Mais c’est bien l’égarement de la Gauche et son aveuglement (par électoralisme et paresse intellectuelle) face au danger islamique qui est ici le vrai problème. Et il n’est pas seulement français. Il est européen et mondial.


                              • Wierko 28 juin 2011 14:45

                                Vous mélez confusément dans le même message PS, FN, valeurs républicaines, danger islamique, et tout cela sans aucune transition ni aucun développement. Aucune réflexion ne peut sortir de vos propos, juste des émotions négatives.
                                Amusez vous bien.


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 28 juin 2011 15:02

                                  Je ne m’amuse pas, Wierko.

                                  Et si les développements, ici, ne vous suffisent pas je vous renvoie à mes nombreux articles précédemment publiés sur Agoravox ou ailleurs.

                                  Par exemple à celui-ci, sur Médias libres :

                                  le triomphe planétaire de la violence religieuse part 2

                                  http://www.mediaslibres.com/tribune/?post/2010/03/11/Le-triomphe-planetaire-de-la-violence-religieuse-Part-2

                                  Face à un problème réel grave, Wierko, il sera toujours préférable de l’affronter que de le nier

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès