Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ni dupe, ni neutre

Ni dupe, ni neutre

C’est la rentrée, on dirait même c’est la rentrée des blogs et des blogueurs. Apparemment, les socialistes sont toujours les plus nombreux parmi les blogueurs politiques et, d’une manière ou d’une autre, le PS conserve la haute main sur la façon dont Internet réagit à l’actualité politique, d’autant plus que les blogueurs de droite sont dans l’ensemble assez décontenancés par les propos outranciers et scandaleux du président de la République et par le projet de retrait de la nationalité à certains délinquants, une mesure qui, au XXe siècle, a été appliquée par les régimes très glorieux et démocratiques qu’ont été l’Espagne de Franco, l’Union Soviétique (grande productrice d’apatrides), l’Allemagne nazie et ... le régime de fait du maréchal Pétain.

La réaction de l’Église catholique sur les mesures ostracisantes et collectives qui concernent les soi-disant Roms a permis à Benoît XVI de retrouver grâce aux yeux d’Internet et, en fait, a beaucoup surpris en France. Surprise ? Pourquoi avons-nous été à ce point surpris de la réaction de l’Église ? C’est qu’elle est venue d’en haut, du pape lui-même, s’exprimant en français d’une façon particulièrement explicite. Voilà qui a bougé toutes les lignes et estompé les dernières affaires de pédophilie qui secouent la Belgique.

Sur ce dernier point de la pédophilie, je crois que, comme beaucoup, il faut quand même que je dise quelque chose : j’ai été inscrit au catéchisme lorsque j’avais sept ans, je l’ai suivi durant toute l’école primaire (j’étais dans le public et cela se faisait dans une salle paroissiale), et même une bonne part du secondaire, et pendant toutes ces années, il n’y a pas eu une seule fois où un prêtre (ni d’ailleurs un laïc) ait eu à mon encontre un mot, un geste, un regard, ni même un sous-entendu déplacé. Je suis presque surpris que ce genre de mises au point ne soit pas faite, car l’amalgame d’une Église qui serait noyautée et gangrenée par la pédophilie me paraît injuste. Qu’il y ait eu des erreurs et des errants, c’est en effet une terrible honte, et l’Église aurait dû se montrer plus intraitable et moins faible avec ses cadres. J’observe cependant deux choses : la première, c’est qu’en revanche, un de mes instituteurs de l’école publique a, lui, été privé de sa fin d’année scolaire parce que, pendant la classe de mer, il avait tendance à faire le tour de certains dortoirs (pas le mien, d’ailleurs). Là encore, il a été muté, sans plus, l’Église n’a pas été la seule à se taire. L’autre chose que j’observe, c’est que des scandales équivalents touchent d’autres obédiences cultuelles que le catholicisme, mais que, curieusement, on n’en parle jamais.

On l’a compris, j’ai décidé de défendre l’Église catholique en cette rentrée. Non pas que j’abandonne le principe laïque (inscrit par le Christ lui-même dans ses préceptes, abandonnant la jurisprudence Melchi Sedech, si j’ose dire) mais parce qu’il me semble que l’Église se trouve dans le bon camp, peut-être par la force des choses, et ce sont encore une fois les propos du président de la République qui m’amènent à cette conclusion.

Histoire de Hongrois, de Roumains et de fascistes

Le président français s’en est pris, en fait, non pas seulement aux Roms, mais plus intensément encore aux Roumains. Il faut reconnaître que, ce faisant, il a, dans un mécanisme psychanalytique assez transparent, trahi (c’est-à-dire révélé) ses propres origines, non pas tellement comme rom lui-même, ou comme tzigane, mais comme hongrois.

Son père, en effet, qui a quitté jeune la Hongrie, ne l’a pas fait en démocrate fuyant le communisme. La Hongrie de 1944 est un régime lié au nazisme, l’extermination des juifs hongrois a été implacable, et les Tziganes, qui sont les autres victimes des camps, ont été à peine mieux traité par le pouvoir communiste hongrois que par le pouvoir fasciste hongrois : on les a sédentarisés de force, notamment. Je suis allé à Budapest en 1990 pour les premières élections après la chute du Rideau de Fer et je me souviens parfaitement des quartiers tziganes où mes hôtes hongrois répugnaient à se rendre.

Donc une sourde animosité contre les Tziganes, mais bien pire contre les Roumains. Pourquoi ? À cause des suites de la Première Guerre Mondiale. À cette époque, en 1919-20, les puissances victorieuses avaient démantelé l’empire austro-hongrois. Et la Hongrie avait été amputée d’une grande partie de son territoire et de sa population. La Transylvanie, province d’histoire et de langue hongroises, avait été rattachée à la Roumanie. N’oublions pas qu’entre-deux-guerres, on disait, en Roumanie, que la bourgeoisie roumaine parlait français en société, roumain en famille, et hongrois avec les domestiques. Il y a donc un contentieux historique terrible entre les Hongrois et les Roumains et on passerait à côté de l’essentiel de ce que notre président a dit si nous oubliions qu’il est, dans ses préjugés les plus intimes, hongrois.

Ce n’est pas tout.

Le modèle berlusconien

Depuis l’installation du président actuel de la France, chacun a pu constater que son modèle, son seul, vrai et unique modèle, c’est le président du conseil italien, Silvio Berlusconi.

Je ne ferai pas ici le détail des accusations de collusions mafieuses qui courent très solides contre Berlusconi, non, je vais me contenter de ce qui devrait nous sauter aux yeux : le pays qui, dans les derniers mois, a pris des mesures très sévères et violentes contre les Tziganes, c’est l’Italie. L’Italie qui les fiche, l’Italie qui les parque, l’Italie qui les prive d’école, l’Italie qui leur crache au visage.

Et c’est là que l’intervention du pape prend tout son sens et toute sa force : c’est que Benoît XVI a déjà eu l’occasion de s’opposer très fermement à des ratonnades organisées en Italie par des milieux mafieux, et que, au fond, reconnaissant dans le pouvoir français le clone de ce qu’elle combat en Italie, l’Église catholique avait toutes les raisons de montrer très précocement son inquiétude, toutes les raisons de réagir avec une fermeté exemplaire, car ce sont nos principes éthiques les plus essentiels qui sont brutalisés par les pratiques de nos deux pays. Plus que jamais, le dérapage de nos dirigeants nous rend frères de part et d’autre de la frontière alpine.

On a d’ailleurs entendu l’extrême droite italienne très satisfaite des propos de notre président. Et si notre gouvernement se clone sur son modèle italien pour les principe éthiques, on tremble qu’il ne se clone aussi sur lui pour son implication mafieuse.

En tout cas, on aimerait que l’information soit mieux construite et que les journalistes jettent la lumière sur l’obédience politique du pouvoir actuel, sur ses liens idéologiques avec le régime berlusconien, et qu’on en sache un peu plus sur cette Italie de Berlusconi. Et je dois dire qu’Internet, qui se gargarise tellement d’être tellement mieux informant que la presse dite classique, ne fait pas mieux dans ce domaine. On lit à longueurs de colonnes et d’écrans les mêmes glapissements, on cherche en vain dans les journaux comme sur internet les bonnes informations.

Et ne parlons pas des partis politiques.

Le piège bipolaire

Alors que l’exceptionnelle gravité de la dérive idéologique des gouvernants français mériterait un sursaut d’esprit républicain, un sursaut de vérité, la gauche partisane française, elle, en reste aux habituelles fadaises sur un monde meilleur, tellement juste, tellement beau, rideaux à fleurs aux fenêtres, fontaines de miel à tous les carrefours, robinets en or, palais de cristal dans des villes de guimauve. C’est si beau, snif, que j’en écrase une larme. Comment ces gens peuvent-ils encore feindre de croire à ce qu’ils disent ?

Alors qu’il serait si simple de dire la vérité.

Mais évidemment, le Parti Socialiste, qui s’apprête à organiser l’amnistie de l’ancien président Chirac, ne peut pas dire la vérité sur la droite actuelle, car il lui faudrait aussi dire la vérité sur lui-même, sur ses magouilles, ressortir Urba-Gracco, Péchiney, et d’autres plus récentes. Entendre Delanoë dire que, du moment que l’ancien président Chirac avoue, il est pardonné, c’est certes très catholique, mais c’est un peu fort, quand même. À la fin du film L’Appât de Bertrand Tavernier, le personnage interprété par Marie Gillain finit par avouer avoir participé aux horribles meurtres qui lui sont reprochés. Et, très ingénue, dans une scène d’une puissance vertigineuse qui révèle toute son effrayante et monstrueuse inconscience, elle dit "Bon, maintenant que j’ai avoué, je peux rentrer chez moi ?" Alors Chirac, maintenant qu’il a avoué, il peut rentrer chez lui ?

Entendons-nous bien : je ne regrette pas d’avoir fait campagne pour Chirac contre Balladur (et contre Sarkozy) en 1995, il a plusieurs fois été un moindre mal lorsqu’il a fallu choisir, et sa modernisation de la gestion municipale parisienne (merci Juppé) a été remarquable, mais enfin ce type a volé des élections en piochant dans les caisses de la Ville de Paris pendant vingt ans. Et il suffirait qu’il avoue pour rentrer tranquillement chez lui ? Ah non, c’est un peu fort. Et que le PS, coutumier des autoamnisties, lui donne le viatique avec une telle facilité me révolte profondément.

Aujourd’hui, de toutes mes forces, je crois que l’État devrait reprendre l’hippodrome de Compiègne scandaleusement bradé par le ministre indigne Woerth, et je crois que le PS ne devrait pas faire de cadeau à l’ancien président Chirac, dont cependant je salue certains choix positifs.

Plus que jamais, j’ai donc l’impression d’être pris à un piège politique, celui de la bipolarisation, celui du système partisan verrouillé.

Hiérarchiser ses détestations

Que pour échapper aux griffes fascisantes, il faille se jeter dans les bras d’un PS (et satellites) qui révèle en ce moment même qu’il ne vaut guère mieux que son adversaire, c’est le vrai désespoir politique qui gagne ceux qui s’intéressent un peu aux choses de la cité.

À cela s’ajoute l’évidence que c’est le même pouvoir économique qui tire les ficelles de la gauche et de la droite. Mme Bettencourt a longtemps reçu Mmes Mitterrand et Pompidou à sa table, esprit de rassemblement républicain autour des fameuses enveloppes kraft remises en fin de visite, au moment de se quitter, en signe d’allégeance, quelques billets de banque en gage d’amitié. Allégeance des politiques à l’immense puissance d’argent de l’entreprise L’Oréal, mêlée autrefois à la Cagoule, collaborationniste, puis prudemment reconvertie et proche de tous les régimes pourvu qu’ils fissent ce qu’elle voulait.

L’affaire Bettencourt n’en finit pas de révéler ce qu’est devenue la République française, baignée dans un perpétuel torrent de fange. On y voit une nuée de gitons, d’éphèbes, de gigolos, gravitant autour d’un couple qui aime être courtisé et qui, pendant quarante ans, distribue ses enveloppes kraft avec générosité aux étoiles politiques, L’hôtel des Bettencourt à Neuilly fait figure de Parc aux Biches et aux Cerfs, et ses élus deviennent en effet des élus, ils gravissent après avoir gravité.

Ainsi des caprices de boudoir font-ils des carrières ministérielles. Maître Kiejmann était-il déjà l’avocat des Bettencourt lorsque l’ancien cagoulard Mitterrand fit de lui un (bref) ministre ? Luc Chatel a-t-il beaucoup travaillé lorsqu’il émargeait chez L’Oréal avant de devenir ministre ?

Et donc, ce que révèle cette affaire Bettencourt, c’est le réel asservissement de notre classe politique aux puissances économiques qui sont, elles, subjuguées par les mirages de la spéculation financière mondiale. C’est ce qui rend la démarche de Quitterie de Villepin (que nous aimons au moins autant que quand elle se nommait Quitterie Delmas) particulièrement pertinente : si la scène politique n’est qu’un théâtre d’ombres, si en fait les politiques ne sont que des marionnettes, c’est dans la sphère des tireurs de ficelles qu’il faut agir, donc dans la sphère économique, en usant de notre marge de manœuvre personnelle pour, autant que possible, ôter de l’argent (donc du pouvoir) aux tireurs de ficelles actuels et en donner à d’autres qui nous paraissent meilleurs. C’est juste, et je suis fier d’avoir désormais pour banque le Crédit Coopératif, une banque qui ne joue pas en bourse et qui contribue à des projets sociaux et environnementaux.

En complément de cet engagement, Quitterie a fait un long développement dans un commentaire sur le blog d’Arnaud Dassier pour expliquer que les politiques ne la prendraient plus dans leurs filets. C’est juste aussi, et ma lecture de ces phrases de Quitterie n’est pas que je renvoie désormais tous les politiques dos à dos sans nuance, mais que je dirai publiquement ce que je pensais depuis longtemps : je ne suis pas dupe. Ils peuvent dire et faire dire ce qu’ils veulent, je ne serai pas dupe. Je savais les turpitudes chiraquiennes lorsque j’ai fait sa campagne en 1995, je n’étais dupe de rien, mais il fallait faire obstacle au trio infernal Balladur-Pasqua-Sarkozy. Je n’étais pas dupe de Bayrou ensuite, car je savais de près sa gestion méprisante des adhérents des partis qu’il a successivement dirigés. Je n’étais pas dupe, mais je ne le disais pas, je laissais croire qu’un miracle était possible, je participais à l’effort d’illusion, parce que j’avais la conviction que, de tout le personnel politique disponible, Bayrou était le moindre mal, ce que je continue à croire.

Désormais, je ne me contenterai plus de penser que je ne suis pas dupe : je le dirai aussi. Je dirai par exemple qu’il n’y aura pas de miracle en 2012, mais que dans cette élection, il faudra choisir le moindre mal.

Et je continuerai à choisir parmi les candidats, je continuerai à me prononcer.

La vérité et le courage, centrisme historique

Je crois que mon blog, ensommeillé depuis des mois, va retrouver un peu d’activité. C’est qu’il me semble que sa voix (et mon expérience) manque à la blogosphère. Non pas que je me considère meilleur, mais simplement que, parmi les blogueurs politiques, mon chemin est singulier, mon regard n’est certainement pas le plus important, mais il n’exprime pas seulement ma pensée ni ma sensibilité, il témoigne de ce qu’un centriste au sens banal et presque historique du terme peut penser de l’actualité politique.

Il y a des quantités de blogueurs de gauche, des blogueurs libéraux, des blogueurs indépendants, mais d’authentiques blogueurs formés à la politique par le milieu centriste, il n’y en a pas foule. Pour participer équitablement au débat, je tenterai donc d’apporter désormais ce regard d’un ancien adhérent des JDS, du CDS, de Force Démocrate, de l’UDF, d’un ancien barriste, plus que du MoDem lui-même dont je reste cependant adhérent.

Cette filiation et ce parcours politiques se sont beaucoup enrichis dans les dernières années, mais je m’aperçois que c’est le substrat qui l’emporte dans le choix politique, dans le choix entre un mal et un moindre mal. Puisque je suis en mesure d’être ce témoin, je m’y efforcerai.

L’utilité de ce point de vue exprimé est par exemple que, lorsque j’entends la gauche reprocher à Bayrou de n’avoir pas appelé à voter Royal au deuxième tour en 2007, je suis en mesure de dire que ça n’aurait pas marché, parce que la révélation des tares du candidat de droite n’avait pas fonctionné, et que la particularité la plus forte de l’électorat centriste est que, comme disait Hugo, "à la consigne je préfère la conscience", c’est-à-dire qu’il écoute poliment ce que disent les candidats, y compris les candidats centristes, mais qu’il se détermine par l’effort de son propre cerveau. Il n’y a pas de discipline électorale centriste, chacun est libre de ses idées et de ses choix. C’est pour que ce point de vue soit compris que je tiendrai ce blog, en relayant aussi, par affection, les éventuelles initiatives de Quitterie.

J’invite enfin mes lecteurs à lire le beau texte de Jean-Pierre Rioux paru à la une d’Ouest-France ce week-end : il dit des choses très justes sur le courage. À très vite.


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Hervé Torchet 1er septembre 2010 20:23

    C’est l’inverse ; c’est bien parce qu’il est allemand que le pape sait qu’il faut réagir tôt, et c’est parce qu’il est le successeur de Pie XII à qui certains reprochent son inertie contre les proscriptions qui ont frappé les juifs, qu’il sait qu’il faut réagir tôt.

    L’un agit en conscience, l’autre dans l’inconscient.


  • asterix asterix 1er septembre 2010 12:56

    Si j’étais Bayrou, je ne me présenterai pas en tant que candidat. A sa droite, on va lui préférer Villepin, à sa gauche Eva Joly. Dans les deux cas, il ne sera pas perdant.


    • Hervé Torchet 1er septembre 2010 20:24

      Si Bayrou se présente, il aura raison de le faire. Villepin n’ôte de voix qu’à la droite, Joly qu’à la gauche.


    • ELCHETORIX 2 septembre 2010 00:11

      bonsoir l’auteur
      j’ai lu votre article de bas en haut , càd de votre conclusion à votre introduction , et je me suis arrêté à cette phrase disant que vous êtes à la banque crédit coopératif qui ne joue pas en bourse et cela m’a prodigieusement interpellé , car je voudrais savoir si ce genre de banque existe dans la plupart des grandes villes de France et
      particulièrement à Lyon !
      Votre définition du centrisme politique me semble assez pertinente , dommage que mes convictions se portent sur le progressisme , donc viscéralement contre les droites dites humanistes jusqu’aux extrêmes en passant par la « gauche » dite socialiste soit le PS , sans oublier le parti fourre-tout dit écologique !
      Votre article est , donc , une bonne analyse que je partage , en partie .
      Cordialement
      RA .


      • Hervé Torchet 2 septembre 2010 10:08

        Bonjour, je vous suggère de consulter le site du Crédit Coopératif, qui contient toutes les info dont vous pouvez avoir besoin :

        http://www.credit-cooperatif.coop/


      • ELCHETORIX 2 septembre 2010 15:55

        Bonjour l’auteur et merci d’avoir indiqué le site du crédit coopératif !
        Ors , ayant regardé l’historique de ce groupe , je constate qu’il aurait fusionné avec la banque populaire et la caisse d’épargne qui , elles jouent ou investissent dans des placements à risques : la bourse !
        Pourriez - vous m’indiquer si le CREDIT COOPERATIF a gardé sa vocation première , càd qui ne joue pas en bourse avec l’argent d’épargnants .
        RA .


      • ponsonjeanclaude 6 septembre 2010 03:01

        Vous avez parfaitement raison, les français ne sont pas dupes. Si j’en crois les diverses publications, le raz de marée en faveur des Roms n’a pas dépassé les 500 personnes, dans les plus grandes villes de l’hexagone. Plus pitoyable, ils étaient 60 à Bruxelles, à représenter les Droits de l’Homme, niveau européen !!! Une performance pour les bien pensant de tous bords. Je crois que la plupart de nos concitoyens ont bien compris qu’aujourd’hui, les bandes de pilleurs qui sillonnent notre territoire n’ont pas grand’chose à voir avec le peuple Rom. Encore que les roumains ne soient pas de cet avis puisqu’ils nous expliquent être pillés régulièrement par des hordes de Roms. De ce fait, ils ont pris des mesures dragoniennes et poussé tous ces gens hors de leurs frontières. Notez, qu’ils ne doivent pas avoir trop de mal à les pousser dehors, sachant l’accueil que vous leur réservez, chez nous, pays prétendu riche. Je dis chez nous puisque, il me semble bien, que vous n’avez plus aucun territoire communale centriste à offrir à vos braves « voyageurs ». Ou plus exactement, vous n’avez plus de victimes à pouvoir leur offrir. Ceci dit, aux dernières nouvelles, même les socialistes les plus avertis, je veux parler de Martine Aubry, entre autres, n’ont pas résisté bien longtemps aux assauts de ce bon peuple Rom. Ils ont, eux aussi, fait appel à l’Etat ( la roue de secours indispensable en cas de pépin) sans se poser la question de savoir si les forces de l’ordre seraient envoyées sur ordre du fameux SS dont vous parlez si bien. Ceci dit, je trouve que l’humaniste que vous prétendez être, ne se penche pas plus sérieusement sur le cas de centaines d’enfants agressés sexuellement par des pédo criminels de tous ordres, y compris de l’Eglise catholique. Il s’agit pourtant là, d’un véritable fléaux qui sévit d’Est en Ouest, du Nord au Sud de notre beau pays, pour ne parler que de la France. 800 gosses disparaîssent tous les ans dans l’indifférence générale. Et dans le même temps le nombre des pédo criminels progresse dans la même indifférence, sans que les journalistes y voit à redire, mais aussi les services sociaux, et pire les services de justice. Minimiser ce fait est tout simplement criminel. Donc pour résumer, le problème des centristes, en général, est plus une question de discernement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès