Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nicolas Sarkozy attend son heure

Nicolas Sarkozy attend son heure

Les défaites ont toujours des conséquences. La perte du Sénat a un air de Sedan pour un chef de l'Etat souvent comparé par ses détracteurs à Nicolas le Petit. Toléré hier pour sa capacité à faire gagner son camp, Nicolas Sarkozy sera-t-il rejeté demain, accusé de le faire perdre ? Face au délitement de la majorité, on assure à l'Elysée que le président attend son heure.

La thérapie de groupe a commencé à l'UMP où les paroles se libèrent. En dehors des éléments de langage sans intérêt, les appréciations naviguent entre "surprise" pour Xavier Bertrand et "avertissement sérieux" pour Bruno Le Maire. Certains tentent même de profiter de la crise sénatoriale pour se placer. Jean-Pierre Raffarin évoque ainsi "une véritable grogne des territoires" et appelle dans ce qui ressemble à une offre de service à "un acte 3 de la décentralisation".

De fait, l'élection de dimanche n'est pas seulement une victoire électorale. Elle est tout autant symbolique et psychologique. Sinon prémonitoire, a minima de bon augure pour la gauche en 2012.

"A sept mois de la présidentielle, la mécanique sarkozienne ne s’est toujours pas remise en marche. Et au regard de ces résultats désastreux au Sénat, des sondages misérables et des affaires, on ne voit rien venir" estime le politologue Roland Cayrol.

La droite doute de son capitaine mais n'a pas de doublure à lui substituer. Elle le suivra donc mordicus dans la bataille avec ou sans états d'âme. De toute façon, ce n'est parce que Nicolas Sarkozy fait le mort qu'il l'est déjà. La victoire de la gauche à la présidentielle de 2012 est loin d'être acquise.

Nicolas Demorand sur Libération met en garde contre le syndrome Poulidor. L'éditorialiste voit dans le PS un "parti d’élus locaux remarquablement organisé pour tout rafler aux municipales, aux régionales et aux cantonales, mais totalement incapable, depuis 1995, de gagner une présidentielle".

Même un genou à terre, Nicolas Sarkozy, il ne faut pas l'oublier demeure un redoutable boxeur capable sur un uppercut inattendu de retourner une situation.

Dans une stratégie présidentielle totalement contre-nature, le Chef de l'Etat veut laisser du temps au temps et construire dans l'intervalle l'image d'un président courageux, qui paie aujourd'hui pour le corporatisme des élus locaux face à des réformes présentées comme indispensables.

Dans l'ombre, le Chef de l'Etat affûte ses armes et finalise son plan. Ce sera assure-t-il une campagne très courte, très pugnace. Une guerre éclair qui viendra sur un terrain où on ne l'attend pas en prenant soin de contourner la ligne Maginot idéologique gauche-droite.

Vision de génie ou simple déni de réalité d'un homme en chute libre qui à 4 étages de s'écraser au sol cherche à se convaincre que, "jusque là, tout va bien" ? Réponse en mai 2012.


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • volpa volpa 27 septembre 2011 17:53

    Nain-bus désespère son « camp ». !!!!!!!

    Le seul retournement autorisé est qu’il soie présenté à un juge d’instruction intègre et pugnace.


    • sdzdz 27 septembre 2011 19:39

      On peut considérer qu’UMP et PS ayant bafoué le vote des Français de 2005, aucune de ces formations politiques n’est républicaine. Seul le conservatisme les préserve pour l’instant mais avec cette crise, celle-ci ayant révélé les sous-jacents du système actuel, les lignes vont bouger. Je pense aussi qu’une autre génération de politiciens va se faire entendre. Je mise donc sur un éclatement du paysage politique, et la montée en puissance de formations politiques nouvelles.

      http://www.la-France-contre-la-crise.over-blog.com


      • symbiosis symbiosis 28 septembre 2011 06:10

        L’auteur nous décrit la situation d’une bande maffieuse dont le parrain est prêt à toutes les turpitudes, tous les sales coups, pour retourner la situation à son avantage.

        Je fais confiance à Nabo 1°, il aura en son heure la solution spectaculaire pour se sortir de son merdier.

        C’est beau la politique post-moderne et néo-féodale, presque autant que toutes celles qui l’ont précédé.

        La différence est qu’aujourd’hui, le brouillard s’épaissit sur l’histoire et, malgré toutes les gesticulations de ce système pour se sortir de son cul de basse fausse, nous ne voyons pas d’issue à cette crise eschatologique leur pouvant être favorable, sinon celle de la continuité dans le processus maffieux....


        • Nanar M Nanar M 28 septembre 2011 08:21

          Les pires manipulations sont en effet à craindre de cette mafia.


        • symbiosis symbiosis 28 septembre 2011 09:58

          Je voulais dire « cul de basse fosse » ! bien sûr.... cuve, ou fosse septique, réceptacle recevant des eaux vannes dont le fond est tapissée d’une épaisse couche de boue....
           


        • symbiosis symbiosis 28 septembre 2011 10:00

          Le cul correspondant au fond


        • eric 28 septembre 2011 06:58

          C’est pas déjà gagné, mais on en est pas loin.

          Les sondages indiquent tous et depuis longtemps de 55 à 60% d’intention de vote pour les droites au premier tour.
          Les idées de gauche sont rejetées comme jamais.
          Et encore, il y a le poids des habitudes de vote. Les candidats les plus populaires à gauche sont eux même les plus marqués à droite. ( DSK Strausse Kahn) dés lors que l’on demande l’avis des électeurs. Chez les écolos, Joly est passé parce que seuls les militants ont voté.
          Même au PC, ils ont été cherché un candidat sur leur droite.

          C’est entre autre ces droitisations massives qui explique paradoxalement les succès locaux des gauches : y aurait il des majorités au sénat et ailleurs sans les triangulaires avec le FN ?

          En gros, il suffit que Sarko parvienne à maintenir le Pays dans les bonnes grâces des agences de notation jusqu’au scrutin, et la campagne sera effectivement très courte :

           Il suffit de présenter en parallèle les programme du PASOK, du PSOE et de l’opposition et de demander aux français de faire leur choix.

          D’autant qu’entre les primaires au PS et les rivalités entres gauches, on en a pas finit avec les surenchères dans la dépense.


          • goc goc 28 septembre 2011 11:55

             smiley  smiley  smiley  smiley

            ahh que c’est bon de rire de bon matin !!


          • Nanar M Nanar M 28 septembre 2011 08:19

            L’heure de la guillotine ?


            • goc goc 28 septembre 2011 12:02

              en tout cas, il apparait évident que la victoire ou la défaite de nabot1er ne dépendra pas de la gauche, mais tout simplement de la droite et de ses divisions avec à la clé, un nombre inconnu de candidats

              car entre les Bayrou, Villepin, Dupont Aignan, Borloo, et d’autres qu’on ne connait pas encore
              il y a largement de quoi empêcher le nain d’être au second tour

              par contre si ces candidats (hors Bayrou) renoncent à se présenter en échange d’un futur marocain, alors le nain pourrait bien repasser surtout s’il a en face de lui lepen
              La gauche aussi est divisée et un bon score de EELV et de Melenchon, pourrait bien empêcher le candidat du PS d’être au second tour


              • goc goc 28 septembre 2011 12:06

                j’oubliais un point important dans cette élection de 2012, c’est qu’en cas de victoire du nain, rien ne lui garanti qu’il aura aussi une majorité de députés, surtout s’il est élu par défaut (contre lepen). Les électeurs pourraient bien le mettre sous contrôle via une majorité de gauche à l’assemblée


              • eric 28 septembre 2011 14:25

                goc : tout a fait, 60% d’hostilité aux idées de gauche au premier tour en pleine crise et en l’absence d’alternance depuis longtemps. Jamais le rejet n’avait été aussi profond.
                Et c’est justice : si on compare au PASOK, oui, le programme est le même mais au moins en Grèce, les fils succèdent aux pères chez les socialistes, avec la volonté d’agir. En France les filles succèdent aux père dans l’hésitation à passer à l’acte, et les époux aux épouses dans les velléités de le faire.
                Mais le « désir de droite » est si intense que le danger pour Sarko est bien évidemment plus sur sa droite que vers le centre.
                Effectivement, seul les divisions des droites peuvent éventuellement assurer une non défaite d’une gauche durablement sociologiquement minoritaire dans le pays.
                Non défaite, parce qu’on peut gagner des élections en étant minoritaire, plus difficilement mener des politiques très tranchées.

                Mais le danger est limité : 68% des français sont hostiles à une aide à la Grèce, sans doute plus encore sont hostiles à mener les mêmes politiques et connaitre le même destin. A l’adhésion massive aux « valeurs de droite », s’ajoute la peur de lendemains incertains. Cocktail en principe favorable à un Président qui nous a maintenu la tête hors de l’eau jusqu’à présent.

                 Est ce que la gauche parviendrait encore à éviter une « reconstruction », un minimum de rajeunissement idéologiques, avec tous les déchirements que cela impliquera si, cette fois ci encore ,elle se plante à la présidentielle ? Cela me parait optimiste....Pas sur que l’unité de facade actuelle pour la seule prise du pouvoir, sans accord sur les sujets de fonds survive à une nouvelle raclée.

                C’est pourquoi un troisième tour législatif paraît peu probable.


              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 28 septembre 2011 13:36

                « Une guerre éclair qui viendra sur un terrain où on ne l’attend pas en prenant soin de contourner la ligne Maginot idéologique gauche-droite. »

                Si la guerre éclair, la blitzkrieg, a fonctionné en juin 1940 c’est parce que Hitler pouvait compter sur ses divisions de Panzers. Cinq ans plus, terré dans son bunker, encerclé, défait, seul, il donnait des ordres à des armées fantômes sur des cartes d’État-Major fantaisistes.


                • herve33 28 septembre 2011 14:24

                  La question à se poser , est-ce que celui qui nous sert de président , va se représenter en 2012 ?? . L’affaire Karachi pourrait bien le couler , si il y a encore une justice dans ce pays . Les familles des victimes qui sont des militaires risquent de ne pas apprécier qu’on enterre cette affaire .
                  L’autre point déterminant , c’est l’avenir de la situation économique du pays . On pourrait bien assister à une catastrophe financière d’ici Mai 2012 ( explosion de l’Euro et/ou écroulement du chateau de cartes financier ) . Là c’est clair , celui ci qui a fait son beau discours de Toulon sur la réforme de la finance et n’a rien fait depuis , celui là sera clairement montré du doigt .


                  • pastori 28 septembre 2011 15:04

                    en lisant le titre j’ai cru qu’il attendait l’heure de la naissance de son bébé. c’est un évenement agréable !


                    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 28 septembre 2011 15:50

                      La naissance du Dauphin est prévue pour début octobre. Je ne serais pas étonné si Carla Sarkozy accouchait le matin du dimanche des primaires.


                    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 28 septembre 2011 15:55

                      ... et Sarko, interviewé en ouverture du 20h de TF1, qui déclare avec le bébé dans les bras, « Oh vous savez, pendant qu’il y en a des qui votent moi j’dois m’occuper de choses plus importantes, r’gardez...
                      -Ouin, ouin, ouin ! »

                       smiley


                    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 28 septembre 2011 15:59

                      Et Claire Chazal, attendrie, la larme à l’oeil, de faire remarquer au jeune père de famille, « Il pleure, là, Monsieur le Président.... il pleure.
                      - C’est parce qui veut son hochet, hein ! Il l’aime bien son hochet. C’est M’dame Bettencourt qui lui a offert. R’gardez. Bling, Bling, Bling !
                      - Areu, areu... »

                       smiley


                    • pastori 28 septembre 2011 18:00

                       smiley smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès