Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nicolas Sarkozy en quête de solutions en vue du remaniement (...)

Nicolas Sarkozy en quête de solutions en vue du remaniement ministériel

L’heure n’est plus à la franche rigolade pour l’Elysée, il y a même urgence. Après un été extrêmement mouvementé, le gouvernement est plongé dans la plus grave crise politique depuis l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007. En cause, l’affaire Woerth-Bettencourt, la réforme des retraites, la question des Roms et les réformes budgétaires impopulaires. Comptant sur ses deux dernières années de mandat pour se relancer, le président de la République est pourtant menacé comme jamais, par un Parti Socialiste déjà en marche forcée vers les présidentielles de 2012. Le prochain remanient s’inscrit donc comme une étape décisive pour espérer relancer la majorité présidentielle.

En premier lieu, le constat, dur : la popularité du chef de l’Etat est au plus faible, autour de 32% tandis que l’opposition est confortée. Pire, pour la première fois depuis Ségolène Royal en 2006, la gauche est donnée gagnante au second tour d’une présidentielle par les sondages. Cette dernière ayant lieu dans 18 mois seulement, le son tapageur du clairon semble sonner au 55 rue du Faubourg-Saint-Honoré. Pour le locataire du palais de l’Élysée, l’heure est donc à l’action, concept fondateur semble-t’il du sarkozysme primitif.

En effet, même au fond du trou, Nicolas Sarkozy a l’avantage de « jouer à domicile », et a encore de belles cartes dans son jeu : la dissolution de l’assemblée nationale comme as de trèfle, le changement de premier ministre comme roi de coeur, et le remanient ministériel comme dame de pique. Cette dernière carte, trop souvent usitée, semble insuffisamment puissante pour combattre la crise. Écoutant son cœur et ayant foi en l’âme des cartes, à l’instar notre oublié Yûgi Mutô qui réalise actuellement sa traversée du désert, Nicolas Sarkozy devrait choisir les deux dernières cartes, préférant garder la dissolution de côté, jugée comme superflue et même risquée lorsque le gouvernement dispose déjà de parlementaires soumis à un degré proche de celui du speakerin du Conseil européen, Mr Barroso.

Un changement de premier ministre nécessaire

Comme tout le monde l’a remarqué, un classique remaniement bidesque serait du plus mauvais effet pour la présidence. En effet, les politologues tel François Bachy n’ont de cesse de le souligner : l’UMP ne dispose plus d’une réserve de voix suffisante pour envisager sereinement une élection à deux tours, ne serais-ce que locale, le parti présidentiel ayant récemment essuyé d’importants revers dans des élections partielles. Pour l’UMP, l’heure n’est plus au choix : il faut trouver un partenaire crédible pour les prochaines élections. Seul le Front National a survécu au ménage fait par Nicolas Sarkozy à droite. Partenaire infréquentable assure t’on du côté des héritiers du gaullisme, qui se contentera d’une politique sécuritaire éventuellement convaincante sur la forme. Et c’est tout. Pas d’autre partenaire. Le Nouveau Centre est toujours aussi anonyme, les radicaux sont comme la main invisible d’Adam Smith : invisibles justement, mais aussi carrément inexistants. La Gauche Moderne ? A condition qu’elle existe toujours. En bref, à défaut d’avoir des partenaires, l’UMP va devoir en fabriquer. Car c’est bien là tout le problème, dans sa précipitation qui lui est naturelle, Nicolas Sarkozy a voulu détruire le centre à la hâte, voyant le danger. Cette stratégie, apparue comme clairvoyante n’a pourtant pas été gérée correctement, puisque le Nouveau Centre est trop faible pour soutenir la comparaison avec l’UDF d’autre fois. Pour 2012, Nicolas Sarkozy va donc devoir renforcer le Nouveau Centre s’il veut disposer d’une réserve de voix crédible.

Le recentrage comme seule échappatoire

Le remaniement n’est cela dit pas la seule condition que Nicolas Sarkozy devra respecter pour disputer de manière crédible 2012. Il va lui falloir une légitimité. Le problème est qu’aujourd’hui, il n’en a pas. Sa stratégie était pourtant limpide : faire passer toutes les réformes impopulaires en début de mandat, être au fond du trou au bout de trois ans et se relever par la suite en engageant des réformes populaire comme, l’union civile pour les couples homosexuelles, le 10ème mois de bourses pour les étudiants... Pour sa ré-élection, le président de la République aurait ainsi pu faire valoir à la fois ses promesses de campagne tenues et des réformes populaires, et tout serait passé comme une lettre à La Poste. Hélas pour le chef de l’État, son programme était trop déconnecté de la réalité, tandis que ses action passées reposaient avant tout sur de l’illusion et des chiffres tronqués. Voyant la crise s’éterniser, ses difficultés empirer avec des affaires nauséabondes, Nicolas Sarkozy a cru bon de re-mobiliser son camp autour de thèmes porteurs, comme la sécurité. Ne pouvant faire valoir son mauvais bilan dans les banlieues, le président a cru bon de surfer sur des faits divers pour s’attaquer aux Roms, bien plus inoffensifs en réalité. Bien mal lui en a pris, puisque cette stratégie s’est retournée contre lui. Ne pouvant pas jouer sur les banlieues pour la raison évoquée plus tôt, le président de la République ne semble avoir que deux solutions : s’attaquer au capitalisme pour racoler l’électorat sensible au national-populisme, ou bien abdiquer dans la bataille à l’extrême-droite et se focaliser sur le centre. Cette dernière hypothèse semble davantage crédible pour plusieurs raisons : tout d’abord après la réforme des retraites, Nicolas Sarkozy a assuré qu’il allait effectuer un tournant majeur dans sa gouvernance. Cela semble confirmer le fait qu’après la retraite, Nicolas Sarkozy aura bouclé tous ses principaux chantiers (en apparence tout du moins.)

Une surprise à attendre pour le choix du premier-ministre

Claude Guéant l’a affirmé (avant de se rétracter) il y aura un probablement un changement de premier-ministre dans quelques semaines. Nicolas Sarkozy a souvent exprimé l’idée d’un quinquénat idéal, avec deux premier-mnistres. Le tout est de savoir qui sera le successeur de François Fillon. Deux noms reviennent avec insistance : Michèle Alliot-Marie et Jean-Louis Borloo. Pourtant ces deux noms sonnent comme ringards. En tout cas, leur choix ne symboliserait pas le changement, bien au contraire. Même si Jean-Louis Borloo est centriste et populaire, il n’apparaît pas comme un homme d’action, mais plutôt un habitué du portefeuille. Xavier Bertrand serait un bon candidat, mais trop UMP probablement, si l’objectif est de manifester un tournant dans la politique. Même chose pour Jean-François Copé (qui pense aussi à 2017) et Alain Juppé, même si ce dernier a pris ses distances, il n’apparaît pas comme un centriste, plutôt une sorte de gaulliste modéré. Laurent Wauquiez et Nathalie Kosciusko-Morizet pourraient constituer d’excellents choix, néanmoins le premier malgré son talent inné dans la communication semble trop anonyme, tandis que la seconde est dans le collimateur de Nicolas Sarkozy. Quand à l’inusable De Villiers, sa nomination relève davantage de la fiction, au regard de son passé.

Il reste donc deux noms pour Nicolas Sarkozy : Hervé Morin et François Bayrou.

Nous allons commencer par le second. Sa présence dans cette liste peut sembler farfelue, et pourtant, les deux ont à y gagner. François Bayrou a besoin de crédibilité, et de prouver à son électorat ou aux indécis qu’il est capable de gouverner la France et de prendre de bonnes décisions. Quand à Nicolas Sarkozy, une telle nomination provoquerait un séisme politique qui pourrait susciter un élan de confiance, comme en 2007. Il s’en suivrait des réformes populaires, et un ticket Sarkozy-Bayrou pourrait rafler la mise en 2012. Mais cette hypothèse se heurte à plusieurs problèmes de fond : tout d’abord, pour accepter, Bayrou exigera probablement beaucoup de concessions à Nicolas Sarkozy, notamment sur l’économie et les services publics. On voit mal l’ancien chef de file de l’UMP s’y plier. Et rien ne dit que le président du MoDem sera disposé à prendre de tels risques, compte tenu de sa conviction personnelle qu’il aura ses chances en 2012. Au final, même si cette solution serait arrangeante pour les deux, les conflits passés et les positionnements politiques rendent cette hypothèse de ticket Bayrou-Sarkozy peut probable.

L’autre solution semble risquée, mais beaucoup plus probable compte tenu de tout ce que nous avons abordé en précédent : une nomination d’Hervé Morin, actuel ministre de la défense, au poste de premier-ministre. Ce dernier et l’UMP seraient en réalité largement gagnants tous les deux. Pour Hervé Morin, celui-ci ne fera guère plus que 1% s’il se présente en 2012 : il a besoin de notoriété, d’expérience. De son côté, Nicolas Sarkozy a besoin d’insuffler un souffle nouveau à sa politique et, comme nous l’avons vu précédemment, de renforcer le Nouveau Centre pour avoir un partenaire digne de l’UDF. En nommant Hervé Morin premier-ministre, Nicolas Sarkozy aura l’opportunité de créer un mini-Balladur qui constituera une réserve de voix importante. Et si Morin se présente en 2012 ? Pas de problèmes, puisque la division au centre ne permettra pas à Hervé Morin de dépasser Sarkozy, et empêchera Bayrou de disposer pleinement de son électorat. Tout cela à condition bien sûr, de développer des idées nouvelles, d’incarner un certain changement. Car Hervé Morin a depuis très récemment marqué un certain recul vis-à-vis de la politique du gouvernement, une façon de s’en démarquer. Compte tenu de la soumission totale du Nouveau-Centre depuis sa création, il est fort probable que cette relative opposition bénéficie de l’accord de l’Élysée. Et on comprend pourquoi en envisageant l’hypothèse de Morin comme premier-ministre. Il incarnera l’ouverture, lavé de soupçons de soumission par le passé, depuis 2007, lui qui n’a jamais ou presque marqué son opposition. Mais mieux que s’opposer, Morin a proposé ! C’était Lundi, à Mots-Croisés, où il s’est livré à un étrange jeu de propositions. Tel un présidentiable, Hervé Morin a déballé son sac : internats d’excellence pour les jeunes en ZEP comme politique de sécurité aux cotés de la répression, politique de mobilisation positive pour s’opposer à la discrimination positive... etc... Bref, on se demande à quoi tout cela rime. Cela semble certes un peu gros, mais tout de même, quand on y réfléchit, Hervé Morin premier ministre, pourquoi ? Dans cet article, nous avons vu que finalement, le contexte s’y prêtait. Alors dans le fond pourquoi pas. Mais quoi qu’il arrive, rendez-vous en 2012 !

 

Sources utilisées pour cet article :

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20100906.OBS9483/sondage-la-popularite-de-l-executif-stagne-au-plus-bas.html

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/nicolas-sarkozy-en-hausse-de-4-points-dans-un-sondage_916584.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dixi%C3%A8me_circonscription_des_Yvelines


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • frugeky 8 septembre 2010 10:30

    Changer de premier ministre, faire un remaniement ne changera rien puisqu’ils continueront à ne pas gouverner.
    Les solutions pour Sarkosy de Nagy Bocsa sont de profiter du pouvoir jusqu’à se faire jeter, d’installer la loi martiale et la dictature, de se pendre pour prendre de la hauteur.
    La dernière proposition a ma préférence.


    • kisssky kisssky 9 septembre 2010 07:50

      tout à fait d’accord , il suit à la lettre ce qu’on lui dit de faire (voir rotchild et ce fameux milliardaire belge et tous leurs anciens salariés qui sont désormais des carriéristes de’État et à nos frais...) en rapport avec la mise en place du traité euro-atlantique qui arrive à grand pas ! dictature aux usa idem en Europe ....espérons que les peuples vont réagir et très vite....


    • Papybom Papybom 8 septembre 2010 10:34

      Bonjour Lsquas,

      La politique, on est bien au bord elle(En deux mots, svp), mais il ne faudrait jamais y entrer.

      Cordialement.


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 8 septembre 2010 11:48

        Non je vais vous dire, la vraie solution, celle que Nico envisage très sérieusement, c’est de nommer Carla Première Ministre : une femme de gauche, bonjour l’ouverture, et en plus elle est taupe-modèle, et en plus du plus il se la fait alors hein camembert, les gros nuls.


        • Reg68 8 septembre 2010 12:02

          Un peu farfelu mais avec des réflexions intéressantes.


          • liberta 8 septembre 2010 12:27


            Il est à craindre que l’horrible Michèle Allio-Marie devienne premier ministre
            C’est celle qui a élaboré la force de répression des peuples en Europe qui s’appelle l’EUROGENDFOR lire ici :http://www.alterinfo.net/Qu-est-ce-qui-se-cache-derriere-Eurogendfor-La-troupe-policiere-de-l-UE-et-son-droit-d-occupation_a42539.html

            Je pense Juppé a toute ses chances pour remplacer Kouchner - il s’y prépare déjà

            Pour le reste ce sera comme d’habitude la ronde de ceux qui pourront aider à la réelection du roi Sarko en 2012

            Pour ceux qui penserait naivement que ce serait pour mieux servir les intérêts des citoyens, ils doivent oublier leurs illusions


            • mcjb 8 septembre 2010 15:38

              pourquoi vouloir toujours tout boulverser ,

              les decisions prises en conseil des ministres par le gouvernement de Mr Fillon semblent aller dans le bon sens notamment,
               
              le projet de loi aurorisantt l’approbation de la convention postael universelle, qui tendrait 

              a institutionnaliser la poste veritable outil de transmission des donnees universellement reconnuecomme ayant un caractere d’utilite publique

              deja examine e geneve le 12 août 2008, lors,du congres universel des postes qui reunit 191 pays membres, cette convention si elle venait a etre enterinee serait un atout majeur et progressiste a l’usage de tous ses etats membres pour les usagers .

              • Il y a 4 minutes
              • - Il reste 4 jours pour répondre.

              • emile wolf 8 septembre 2010 19:44

                Assurément vous devriez faire de la politique et proposer vos talents au Chef de l’Etat. La place de M.Guéant sera disponible dès que M.Fillon n’est plus premier ministre.

                Le plus grand atout de M. Sarkozy dont votre remaniement fiction ne tient pas vraiment compte c’est la fragilité de l’opposition.

                En revanche, la grande faiblesse du personnage c’est lui-même, le farfelu d’idées coercitives qui s’empilent au jour le jour, le comportement hargneux de parvenu profiteur, les éclats ridicules peu dignes de sa fonction. Les calculs, sans dessein politique, qui s’arrêtent à la combine minable et ignorent la stratégie.

                Toute son action trahit ses complexes. Rien n’est construit pour durer, mais tout est brouillon, virtuel pour la galerie, l’image et l’effet de manche. Son besoin d’être admiré et craint pour s’imposer est significatif. Il règle ses comptes « au croc de boucher ». 

                Aux yeux du monde le personnage incarne une France superficielle, xénophobe et peu fiable. A l’intérieur il personnifie l’échec, le gaspillage et l’incompétence. Quelle valeur républicaine incarne-t-il ? Quelle démocratie échaffaude-t-il ? Il démantèle les deux sans méthode avec un acharnement destructeur.
                 
                Sa baisse de popularité semble irréversible. Elle provoque le remue-ménage d’une majorité, où les successeurs, sentant le moment venu, se bousculent au portillon sans respect pour le candidat déchu.
                 
                Le Président a fait son temps pour la grande majorité des citoyens. Il faut maintenant préserver la nation du pire à venir. Les solutions d’un tel touche-à-tout sont mauvaises, inéfficaces, mais toujours dangereuses. Elles naissent du caprice d’un être faible peu scrupuleux et amoral. Le génie est si imbu de lui-même, qu’il n’est plus en mesure de tirer les conséquences de son échec personnel pour sauver l’Etat.

                 


                • tvargentine.com lerma 8 septembre 2010 19:46

                  Je veux bien une place au gouvernement pour m’occuper d’aider uniquement les petites et moyennes entreprises françaises à exporter dans le monde leur production

                  C’est pas compliqué,il faut arrêter les diners en ville dans des restos de luxe,et allez sur le terrain démarcher les futurs clients

                  Monsieur le Président,si vous lisez AGORAVOX, faite moi confiance

                  http://www.tvargentine.com


                  • pastori 8 septembre 2010 22:18

                    c’est quoi leur production ? on sait encore fabriquer quelque chose ?


                    • joelim joelim 8 septembre 2010 22:20

                      bonjour à l’auteur

                      Un changement de premier ministre nécessaire

                      C’est vrai, pour des raisons de com’ naturellement ; mais c’est rigolo la stratégie de virer les meilleurs éléments

                      Pour l’UMP, l’heure n’est plus au choix : il faut trouver un partenaire crédible pour les prochaines élections

                      Heu… il faut plutôt trouver un partenaire qui accepte son peu de crédibilité 

                      le président de la République ne semble avoir que deux solutions : s’attaquer au capitalisme pour racoler l’électorat sensible au national-populisme

                      inférence bizarre (l’un n’implique pas l’autre) ; de plus comment peut-il faire çà à ses seuls soutiens ?

                      et pourtant, les deux ont à y gagner. François Bayrou a besoin de crédibilité

                      Difficile de croire qu’il va (et qu’il croira) en trouver en devenant le nouveau souffre-douleur de Sarkozy !!! smiley 

                      une nomination d’Hervé Morin, actuel ministre de la défense, au poste de premier-ministre. Ce dernier et l’UMP seraient en réalité largement gagnants tous les deux

                      Une excroissance de l’UMP qui revient au bercail… logique mais sans intérêt. Morin : combien de divisions ? Il est populaire oui mais dans sa tête smiley 


                      • ELCHETORIX 8 septembre 2010 23:40

                        il peut faire ce qu’il veut mais seulement jusqu’en Mai 2012 , nous ce que l’on veut c’est ne plus le voir , ni à la tête de l’état , ni dans les médias , qu’il disparaisse et aille s’enrichir ailleurs , mais pas sur notre dos , itou pour ses affidés !
                        Ses successeurs , surtout pas ceux du PS , mais des personnes qui aiment ce pays et le servent , et représentent enfin les citoyens de ce pays !
                        RA .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès