Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nicolas Sarkozy, sans surprise

Nicolas Sarkozy, sans surprise

Ce matin, toute la presse nous parle de l’intervention de Nicolas Sarkozy d’hier soir. La plupart des commentateurs soulignent un président calme qui a su rester humble. Pour Libération, Sarkozy a « gardé le cap », Le Monde voit un « changement de style sans céder sur le fond », alors que Le Figaro parle d’un « nouveau discours de la réforme ». Y a-t-il donc vraiment eu un changement radical ?

Certes, on a eu pour la première fois, une sorte de mea culpa. Il a répété à l’envi « j’ai ma part de responsabilité », mais aussi des expressions telles que « sans doute moi-même j’ai fait des erreurs », « on a commis une erreur » ou à propos du paquet fiscal « nous avons fait une erreur de communication totale ». C’est vrai que contrairement aux précédents discours, notamment à celui du 8 janvier, il a évité de mettre sa vie personnelle en avant, a soigneusement évité les questions à ce sujet, et a essayé de limiter les anaphores. Nous avons échappé aux sempiternelles « j’ai été élu pour... » et autres figures de styles dont il nous régalait lors de ses discours. Mais toutes les figures de style habituellement utilisées n’ont pas disparu, nous le verrons. Parmi les autres changements, nous avons eu un président qui s’appuyait cette fois-ci sur de nombreuses références chiffrées. On a cru un moment assister au débat Rajoy-Zapatero où l’on se battait à coup de graphiques en bâtons et de diagrammes. Les chiffres ont toutefois été cantonnés au début de l’émission et n’ont jamais été vraiment expliqués. On ne sait pas d’où sortent les estimations, ni d’où viendrait l’argent quand il en est question. Soit. Ceci nous amène tout de même à réfléchir à la véracité des chiffres avancés, surtout lorsque le président nous apprend que la forêt amazonienne est à peu près aussi grande que la France (sauf erreur de ma part, elle fait plusieurs millions de km², et doit être huit fois plus grande que notre pays). Passons, pour revenir plutôt à ce qui n’a pas changé dans ce discours.

Je le disais plus haut, le style présidentiel, n’a pas totalement changé. Certes, plus de Rolex ni de Ray-Ban, mais à part ces détails on retrouve beaucoup du candidat Sarkozy. Hier soir, Nicolas Sarkozy, a été interviewé par cinq journalistes, c’est beaucoup, on a d’ailleurs souvent souligné que cela ressemblait aux émissions des années 80, comme L’Heure de vérité. Beaucoup de journalistes et, pourtant, aussi étrange que cela puisse paraître, ce ne sont pas les journalistes qui ont posé le plus de questions hier, c’est Nicolas Sarkozy. Dès qu’il le pouvait, il répondait aux questions par une autre question, rhétorique le plus souvent. Quelques exemples. « Ca veut dire quoi ? », « Mais pourquoi ? » ou beaucoup plus fort encore, prenant en otage sont interlocuteur, « Est-ce que vous trouvez ça choquant ? », la réponse à ce moment-là, ne peut être évidemment qu’un non. Les deux exemples les plus marquants, c’est à mon sens, le moment où il va déstabiliser, décrédibiliser, la journaliste Véronique Auger, en lui demandant si elle savait depuis quand la France est en déficit. Elle ne connaît pas la réponse exacte, mais essaie de répondre pour ne pas se laisser déstabiliser, « euh, vingt-trente ans ». Facile pour le président qui avait répété de lui dire que la réponse était trente-quatre ans, plus dur pour la journaliste de rebondir. Mais Nicolas Sarkozy ne s’arrêtera pas là, il veut s’en prendre à Yves Calvi, le seul qui a été incisif, l’un des plus aptes à rebondir dans un débat (et, pour cause, il s’entraîne tous les jours !). Comment le déstabiliser ? Facile. La loi sur les retraites prévoit que tout le monde cotisera quarante et un ans, sauf changement majeur, Nicolas Sarkozy lui demande donc si, à son avis, il y a un changement majeur. Le journaliste, qui n’est pas venu ici pour donner son opinion, s’en trouve embarrassé, et alors qu’il maîtrise totalement l’exercice, va offrir un blanc de quelques secondes qui passe très mal à l’antenne et qui renforce la supériorité de son interlocuteur, bien joué.

En dehors de ces éléments, on retrouve aussi la prégnance, de ce qui fait le régal de tous les imitateurs de Nicolas Sarkozy, son inévitable réflexe de toujours s’adresser aux journalistes en les nommant. « Je vais vous dire M. d’Arvor », « Vous m’avez compris, M. Calvi ? »... Ce dernier semble-t-il était le redouté par le président, puisqu’il est le seul qu’il a cherché à attaquer, notamment en lui disant « je regarde souvent vos émissions »...

Pour le reste, pas de surprises non plus, les trente-cinq heures sont une « catastrophe économique et sociale », « le problème de la France c’est qu’on ne travaille pas assez », « travailler plus pour gagner plus »... Pas de régularisation globale des sans-papiers ; même si ça semble de plus en plus improbable, on parle toujours de faire disparaître le déficit de l’Etat pour 2012 ; on n’oublie l’idée du vote des étrangers aux municipales, mais on continue à critiquer le capitalisme financier (« qui marche sur la tête »). Passons, sur les propositions, que l’on connaît déjà tous, le RSA sera la solution au retour à l’emploi et il ne coûtera qu’1 milliard d’euros, ce qui n’est rien à côté des 20 milliards qu’ont coûtés les 35 heures. 20 milliards d’euros, mais d’où sort ce chiffre ? Même lorsqu’il était candidat (alors que tout le monde affirmait qu’il exagérait un peu), il n’était jamais allé jusqu’à dire que les 35 heures avaient coûté 20 milliards (au maximum il avait déclaré 17, il me semble). L’avantage, c’est que le coût des 35 heures est tellement complexe à calculer que personne ne s’y est vraiment aventuré et, par conséquent, tout le monde peut estimer le coût à sa guise. L’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) estime cependant que le coût n’a pas pu excéder les 7 milliards d’euros. Mais ce chiffre n’est qu’un exemple des attaques qui ont été faites à l’autre camp. Même président, Nicolas Sarkozy n’en reste pas moins en campagne, il est venu à la télévision pour montrer que ses réformes forment « un ensemble cohérent », un discours avec un avant (ou arrière) goût de campagne.


Moyenne des avis sur cet article :  4.04/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • JL JL 25 avril 2008 11:56

    Un artcle à la gloire du chef et qui a peut-être été écrit avant l’émission, tant il est vide et démago.


    • JL JL 25 avril 2008 12:02

       

      Le RSA se fera au détriment de la prime pour l’emploi. Un jeu de chaises musicales entre pauvres en somme.

      Quant au travail des seniors, il a dit (vers H+30 si je ne m’abuse) qu’ils pourront cumuler leur salaire avec leur retraite liquidée. Quel énorme pavé, que personne n’a repris.

       

      Et , et, et, plein de choses aussi énormes qu’invraisemblables.


      • JL JL 25 avril 2008 21:00

        Dont ceci :  H+34, Nicolas Sarkozy a dit :

        "Il y a un autre élément que je vais également faire avancer très fort, c’est le scandale de la mise à la retraite des heu, ç’qu’on appelle heu les seniors heu enfin la durée , enfin la date moyenne de départ en retraite c’est 58 ans (il marque pause, mains écartées, air ahuri, comme pour signifier que c’est aberrant) et je trouve qu’un certain nombre d’entreprises n’ont pas joué l’jeux, heu, j’ai demandé que dorénavant on puisse cumuler sa retraite liquidée plus le salaire d’un emploi parce que nous avons besoin que davantage de français travaillent, parce que davantage de français qui travaillent c’est davantage de pouvoir d’achat, c’est donc davantage de richesses créées, c’est donc davantage e croissance et ça sera davantage d’emplois."

        Chacun jugera.


      • JL JL 26 avril 2008 04:10

         

        Cette mesure permettra en effet de créer un effet d’aubaine que Sarkozy ne manquera pas d’exploiter.

        L’effet d’aubaine ? les employeurs trouveront des seniors prêts à accepter des petits salaires qui plus est, exemptés de cotisations retraites !

        Exploitation : il dira qu’il a fait baiser le taux de chômage des seniors.

        Enfin, cette disposition est une mesure supplémentaire destinée à casser le dispositif de retraite par répartition : puisque le retraites vont baisser, il faudra prévoir de trouver des petits boulots pour survivre. Puisqu’on a le droit de travailler pendant sa retraite, personne ne pourra se plaindre que sa retraite est trop petite !

        Enfin remarquons que si, comme dit Sarkozy, " nous avons besoin que davantage de français travaillent", alors il

        ne faut pas réduire le nombre d’emplois dans la fonction publique. Sauf si l’on croît que par magie, ces emplois en moins se transformeront en emplois en plus dans le secteur privé. Et même si cela était ? A quoi aboutirions nous ? A consommer moins de services publics. Au profit de quoi ? De deux choses : les mêmes services, mais marchands, donc en payant une part au profit, des produits de substitutions c’est-à-dire encore plus de produits d’importation.


      • Grasyop 25 avril 2008 12:46

        Elkabbach : « J’assume personnellement une erreur collective. »

        Quelque part, l’hypocrisie d’Elkabbach me paraît plus franche que celle du chef de l’État, qui tourne plus autour du pot.


        • Grasyop 25 avril 2008 12:54

          « lorsque le président nous apprend que la forêt amazonienne est à peu près aussi grande que la France (sauf erreur de ma part, elle fait plusieurs millions de km², et doit être 8 fois plus grande que notre pays). »

          Il a juste anticipé de quelques années. On va pas pinailler...


        • JL JL 26 avril 2008 21:01

          Elkabbach : « J’assume personnellement cette erreur collective. »

          Georges Marchais : « Taisez vous, Elkabach. » 

          Ps : pour les anciens seulement.


        • MagicBuster 25 avril 2008 14:00

          Et dire que c’est ce type qui nous gouverne . . . Pour la présidence du Sénat je propose Arlette Gruss .


          • tvargentine.com lerma 25 avril 2008 14:15

            Bravo pour votre analyse qui exclus le TSS primaire et qui pénalise bien souvent l’objectivité

            Le Président Nicolas Sarkozy est depuis 1 an au pouvoir et nous connaissons tous l’environnement international dégradé des spéculateurs financiers que cela soit dans les banques de crédit,sur les matières premières et aussi le pétrole.

            Le Président suit son chemin de réforme et ne dit que des choses de bon sens ,d’ailleurs qu’aurait dit Me ROYAL de plus,si elle avait été élue dans la même configuration internationale ?


            • RilaX RilaX 25 avril 2008 15:09

              tiens, il n’y a pas de censure aujourd’hui ?


            • Zalka Zalka 25 avril 2008 15:42

              Non, seulement la semaine prochaine, quant il se sera fait refuser deux ou trois articles.


            • Loïc Decrauze Loïc Decrauze 25 avril 2008 14:40

              Article sans envolée... j’ai failli m’endormir.

              Tiens, pour prendre légèrement l’omniprésence médiatique de Nicolas Sarkozy, allez voir comment on peut faire une recherche internet sur notre président et faire chou blanc, inconnu au bataillon :

              Google-Sarkozy : une histoire d’humour ?

               


              • melanie 25 avril 2008 15:51

                Analyse trop consensuelle et trop peu de distance avec un sujet qui méritait mieux.

                La forme ,on la connait :

                On connait Nicolas Sarkozy, bon commercial- je l’ai été dix ans, je sais de quoi je parle -, convaincu, aux accents de sincérité et assénant avec conviction des formules qui, parce qu’il est avant tout bon orateur ,paraissent de bon sens.

                Ce n’est pas la forme qui achoppe, puisque bon commercial, il sait y faire : On le serait à moins, il est avocat donc comédien : une plaidoierie est une mise en scène.

                D’autant que comme toute mise en scène, tout est calibré, décidé à l’avance,et donnant lieu à travail de mise en forme.

                C’est sur le fond que ça accroche et gravement sur certains sujets où, Sarkozy , habile à clore le débat, ne traite pas le sujet ou répond par une formule toute faite, sans sources ni études ou complétement en contradiction avec les chiffres que d’ailleurs les journalistes, ne lui contrediront pas, faute d’élements chiffrés.

                Ainsi : La" Régularisation massive mène toujours à la catastrophe", assène-t-il...

                Pourquoi ?? On en saura rien,

                C’est comme ça, une formule qui n’appele pas d’arguments et qui parait d’autant plus absurde qu’il s’agit de travailleurs, qui paient des impôts à la France, et souvent depuis de nombreuses années, dans des structures qui sont - Restauration, mais aussi Agriculture, BTP- les pilliers de la santé économique d’une France qui se tertiarise , travailleurs au même titre que les français de souche, dont on ignore ce qu’il sera fait- reconduite à la frontière ???-.

                Alors même que l’objectif à 2010 est de faire venir en France, une immigration "choisie" : En clair, ceux qui travaillent chez nous depuis longtemps, on ne les régularise pas,voire on les expulse et on en fait venir d’autres pour les besoins de personnel qui nous agrée ... !!

                Autre chose :

                Les français ne travaillent pas assez ...Leitmotiv, rengaine, litanie indéfinimment répétée comme un mantra ...tibétain. Ce qui, toutes les études comparives de L’OCDE le montrent , est faux, nous travaillons en moyenne cf le tableau ci-contre repris de nombreuses fois sur de nombreuses parutions économiques

                www.actuchomage.org/modules.php , avec commentaires ponctués, plus que les européens ...

                 

                Ce slogan, comme travailler plus pour gagner ...pour ceux qui sont en poste bien sûr et pas les chercheurs d’emploi, les travailleurs à temps partiel ou les travailleurs intérimaires, est une marotte qui ne résoudra aucun des problèmes qui mine la France : Le chômage - malgré les stratégies réïtérées de radier un maximun de chômeurs- et la précarisation du travail - accentuée par le nouveau code du travail.

                 

                Encore une,de politique étrangère celle là :

                Pourquoi envoyer encore et encore des soldats en Afghanistan alors même que leur nombre n’a fait qu’accroitre la résistance des Talibans et durcir le mouvement ???

                Bonne question : Pas de réponse si ce n’est une envolée lacrimale sur les petites filles qui n’ont pas le doit d’aller à l’école et une séquence émotion sur les femmes obligées de porter la burka - il trouve pas le mot..-.

                Donc : Aucun argument cohérent de politique étrangère pour valider l’envoi de troupes en Afghanistan ...

                Pourquoi le faire à fond perdu ... On ne saura pas, noyés dans un flot habile jouant sur la corde émotionnelle.

                Une politique de slogans, de petites phrases de harangues populaires ressassées , sans cohérence  :

                Régulariser les sans-papiers, c’est mal - cf appel du pied à l’électorat frontiste- , les français ne travaillent pas assez - cf appel du pied au MEDEF-, on envoi un renfort armé en Afgahastan - cf appel du pied à Bush -...

                Une politique qui veut tout et son contraire le RSA et la flexibilité qui accroit le travail précaire et à temps partiel, les droits de l’homme et faire allégeance à la chine par ce qu’on a des bricolles à leur vendre, trouver que le salaire des français est trop bas - ça coûte rien de le dire ... - mais autoriser l’augmentation du prix du gaz, dérembouser les médicamments, mettre en place les franchises médicales, laisser Coppé envisager d’augmenter la redevance Télé...

                Incohérent, populiste, faussement compréhensif ...bon comédien mais mauvais politicien et piètre économiste...Les frais de l’Elysée ont flambé depuis un an ...économies ???

                 


                • Voltaire Voltaire 25 avril 2008 16:06

                  Bonne analyse de la forme et de la communication du président.


                  • MagicBuster 25 avril 2008 16:23

                    Sondage Agoravox d’aujourd’hui : Avez-vous été convaincu par l’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy ?
                    Oui 14% - Non 86%

                    Il y a encore 14% qui croit en lui, c’est incroyable ?!


                    • Charles Ingalls Charles Ingalls 25 avril 2008 17:41

                      Bein déjà y’a Lerma...


                    • impots-utiles.com 25 avril 2008 16:48

                      On soulignera également des journalistes mous et sans mordant ...

                      ah mais oui , c’est vrai qu’ils étaient triés sur le volet par l’Elysée ... http://www.impots-utiles.com/combien-coute-linterview-du-president.php&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;

                      pas évident de poser les questions qui fachent dans ces conditions ....et la crise économique mondiale dans tout ça ?? pas un mot...

                      http://www.impots-utiles.com/et-la-crise-financiere-mondiale-mr-sarkozy.php

                      ceci expliquant surement cela..

                       


                      • melanie 25 avril 2008 17:28

                        @impots-utiles.com

                         

                        Très sèvère pour Yves Calvi que Sarkozy a essayé d’interrompre en permanence et d’empêcher de revenir sur ses questions de sans-papiers, chose - passer en rouleau avec des phrases qui s’autoalimentent de manière à ne pas laisser l’interlocuteur intervenir voire le noyer -, qu’il a très bien réussi à faire avec Mme Auger mais qui ne démonta pas Calvi qui revint à la charge jusqu’à la question finale :"Est-ce que travailler et payer des impôts ne vaut-il pas titre de séjour" ??

                        Ce à quoi Sarkozy répond" Une régulation massive mêne toujours à la catastrophe " ....POINT.

                         

                        Je connais la pugnacité de Calvi dans l’émission de "C’est dans l’air" ...ce n’est pas ce qu’on appele un dégonflé...


                      • melanie 25 avril 2008 17:33

                        Le souci avec un commercial qui ne tient pas ses engagements est simple :

                        On passe à la concurrence.

                         

                        Le souci avec un président qui promet et ne tient pas , c’est que sa clienèle est captive et que dans le cas présent ...il n’y a pas de concurrence...

                         


                      • YVAN BACHAUD 25 avril 2008 17:55

                        Avec N.SARKOZY, la royauté élective continue… ! (25.04.2008)

                         

                        Dans son intervention télévisée du 24.04.2008 N.Sarkozy a démontré une fois

                         de plus sa défiance vis-à-vis du peuple.

                        Il a annoncé qu’il allait supprimer le recours obligatoire au référendum pour décider de

                        l’adhésion d’un nouveau pays à l’Union, laissant la possibilité au Congrès de le faire également.

                        Sa démonstration était convaincante mais le problème n’est pas là.

                         

                        Il faut évidemment que le Congrès puisse décider d’une nouvelle adhésion à l’Union comme

                        il peut modifier la Constitution. Cette voie est beaucoup plus légère et moins couteuse qu’en référendum.

                         

                        Mais dans une « démocratie irréprochable » comme dit, sans vergogne, la souhaiter N.Sarkozy

                        ce devrait être au peuple de faire ce choix et pas au Président.

                         

                        Le référendum doit être exclusivement d’initiative citoyenne.

                         

                        Les modalités de déclenchement du RIC sont capitales car elles doivent permettre véritablement à tout 

                        Citoyen de lancer une procédure s’il estime avoir une bonne proposition pour la collectivité, mais elles

                        doivent également et surtout ne sélectionner que des propositions ayant une très grande chance d’être

                        adoptées. (Voir celles proposées par le Rassemblement pour l’initiative citoyenne. www.ric-france.fr )

                         

                        Nous verrons bientôt si l’opposition souhaite vraiment contrôler l’Etat Sarkozy et pouvoir faire

                         des propositions alternatives plus justes en proposant l’instauration du RIC dans la réforme

                        de la Constitution, ou si par sa complicité nécessaire au Congrès elle va perpétuer la Monarchie élective.

                         

                        La direction collégiale du Rassemblement pour l’Initiative Citoyenne

                        « Rien n’est plus fort qu’un idée dont l’heure est venue. » Victor HUGO

                        E-mail : direction@ric-france.fr Site : www.ric-france.fr  Tel .04.72.24.65.02

                         

                         

                         

                         

                         

                         

                         

                         

                         

                         

                         

                         


                        • vieuxcon vieuxcon 25 avril 2008 21:11

                          Bof.

                          La forme ?

                          on sait Sarkozy brillant sur les discours. Excusez moi mais il reste de travers, mal assis sur ses fesses, donne une impression de mal à l’aise.

                          Il aurait déstabilisé Calvi dites vous. Je n’ai pas eu cette impression. J’ai surtout retenu qu’il n’a jamais répondu à Yves Calvi, qui demandait si il ne fallait pas donner au travailleur illégaux des papiers (un permis de séjour) et à qui le président répondait sur la naturalisation. Ce n’est pas pareil... Moi j’ai surtout eu l’impression que de guerre lasse Calvi s’est demandé s’il relançait une nouvelle fois sa question où s’il répondait au président sur la pluie et le beau temps.

                          Le fond ?

                          Rien aussi n’ais je rien à commenter.


                          • melanie 25 avril 2008 23:10

                            @ vieux con

                             

                            Vous m’avez mal lue ...relisez...Nous sommes d’accord

                            Et la "mahonnéteté intellectuelle" , selon Christophe Barbier, éditorialiste et journaliste en sciences politiques à l’Express, ce soir dans l’émission "c’est dans l’air" sur la 5, qui visait à feinfre de confondre régularisation - demandée par les sans papiers- et naturalisation ... visait la droite "dure".

                            En effet, l’électorat de droite était caressé dans le sens du poil avec ce courroux factice ...

                            Il n’est jamais vain de rappeler à soi ceux que l’on a courtisé durant la campagne, il ne faut pas être ingrat ...


                            • melanie 25 avril 2008 23:29

                              @ tous

                               

                              Un autre mensonge de sarkozy : la dette de la France et les 20 000 € de dettes porté par chaque nouveau né à la naissance -sic- :

                              www.lexpansion.com/ duu 25 Avril ....

                              On trouve la même analyse dans "Alternatives Economiques".

                              Où comment faire dire aux chiffres ce qui vous arrange pour imposer une polutique de restriction...

                              Ce qui est emmerdant ce n’est pas la dette, car la France est un pays solvable où les entreprises investissent et prètent , c’est le déficit du commerce extérieur.

                              L’Allemagne qui exporte de grosses machines - qu’elle fait fabriquer aux pays de l’Est à bas coûts..- possède un commerce extérieur béton, et se permet - aussi car elle a plus de "couilles" que Sarkozy- de dire ses quatre vérités à la Chine ...qui n’a pas d’autre choix que d’encaisser.

                               


                              • lib 27 avril 2008 17:57

                                Soyons clair, sarkozy est un tricheur.

                                Reste à savoir pourquoi, et ce qu’il veut vraiment.

                                Il a une feuille de déroute pour les français, oui, mais pour les siens, il a une feuille de route très précise, et ne déroge pas à des réformes qui s’apparentent à une contre-révolution sociale.

                                A quand le premier mai travaillé ?

                                Il faut travailler aussi le dimanche, et après soixante-ans, et la nuit, pour ceux qu veulent, et bien sûr pour ceux qui peuvent. Mais qui va raiment décider. et à quels tarifs. Les salaires n’explosent que dans les hautes sphères. a la présidence, et au parlement, salaire et idemnité de chômage font un feu d’artifice...

                                Mais personne ne pose la question du nombre d’heures par semaine accordées aux caissières de supermarché, par exemple...personne ne s’intéresse à la mentalité de loups affamés qu’on impose à tous ceux qui sont au contact du public pour vendre cher ce qui n’a que très peu d’usage ou de valeur réelle. 

                                Deux heures de travail de huit à dix, et trois heures de quatre à sept. C’est le pied pour ces dames. Une vie sur les dents, entre l’exigence de rentabilité sous la botte du contrôleur , et le contact faussé avec les gens, pour les autres. Le stress a de beaux jours encore.

                                Il s’agit simpement de crever la bête. Il faut revenir aux braves gens, la casquette à la main, analphabètes, et capables de courir sur des mitrailleuses à travers les barbelés. pour cela pression maximum et tout azimuts.

                                Ces gens là, du MEDEF, et de Sarkozie sont des monstres.

                                Ils pillent et accaparent la richesse commune à travers les privatisations et les rachats publics des entreprises déficitaires.

                                Toutes les charges vont au commun, et tous les avantages au particulier.

                                Eux même se taillent tous les avantages possibles sur mesure.

                                Les gns sont doux et tolérant, ils ont intégrés des valeurs de vie en commun et d’humanité, le résultat des appels à la générosité est là pour le montrer. Mais attention.

                                Le pays est encore puissant, riche, de moyens et de cerveaux, il ne faut pas laisser faire.

                                Sarkozy doit être attrapé au collet, et le mettre contre le mur de ses responsabilités.

                                Il est là pour l’avenir de tous, et pas seulement pour celui, en or, des siens. Et il est temps qu’on le lui rappelle. Grève générale.

                                Défendons nous.

                                Lib.

                                 

                                 


                                • antennerelais 28 avril 2008 21:57

                                  On peut trouver ici un relevé de certaines réactions de la presse internationale :

                                  "Réactions à la grand-messe TV présidentielle"


                                  • antisarkozyste 16 mai 2008 18:07

                                    pétition pour déstituter sarko je vous invite a signer et a diffuser largement : www.antisarkozysme.com


                                    • antisarkozyste 16 mai 2008 19:18

                                      pétition pour déstituter sarko je vous invite a signer et a diffuser largement : www.antisarkozysme.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès