Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > NKM : des boules puantes pour sauver l’oligarchie ?

NKM : des boules puantes pour sauver l’oligarchie ?

Une campagne de dénigrement de la ministre de l'environnement achève les PME du photovoltaïque et protège les intérêts du cartel d'énergies sales.

Avant-hier matin sur RMC, en réaction au témoignage d'un confrère, industriel du solaire en grève de la faim, la Ministre de l'Environnement a pu dérouler une fois de plus les éléments de sa longue campagne de dénigrement contre le photovoltaïque. Le péril jaune ! Le déficit commercial ! Un coût pour le consommateur d'électricité exorbitant de 10 € par an et ménage ! (1) Tous des vilains spéculateurs ! (2) Aucune industrie en France ! (3) Ca ne se recycle pas ! (4) Malgré tout cela, un avenir rayonnant s’ouvre à la filière grâce à la générosité du gouvernement, sous forme de superbes appels d'offre à venir ! (5) L’alignement de contrevérités est d'autant plus sidérant qu'il émane d'une experte reconnue au delà de son camp.

S'il y'a une chose qui me met encore en rogne dans ce discours désormais rodé, c'est bien l'argument de coût : Tout en finesse, Nathalie Kosciusko-Morizet nous présente comme une brochette d'opportunistes assistés, quémandant une énième augmentation de subventions. Malheureusement, cela ne cadre pas tout à fait avec l'entreprise familiale que j'ai eu le bonheur de reprendre, fondée par mon père en 2002 pour promouvoir les énergies renouvelables, portée à bout de bras pendant six ans avant un timide début d'essor commercial, pérennisée enfin malgré les récentes attaques du gouvernement. Entreprise évoluant sur un modèle assez collaboratif avec ses clients agricoles, qui emploie maintenant deux salariés, fait vivre quelques artisans et qui, soit dit en passant, a gardé son compte à La Poste parce qu'aucune banque d'affaires n'a voulu suivre la phase de développement.

Quand on est photovoltaicien, on aimerait que la France développe une ambition comparable à celle de ses voisins en matière d'énergies renouvelables. Si on regarde les investissements programmés, on en est à un quinzième de ce que font les allemands. Si on regarde la progression de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique, la France stagne depuis 15 ans alors que l'Allemagne est remontée de 7 points sur la même période. C'est l'équivalent d'une petite dizaine de centrales nucléaires.

On rêve de plus d'ambition mais attention, on ne conteste pas la baisse des tarifs d'achat d’électricité : D'une on est en période d'austérité, avec un gouvernement de droite qui s'est engagé sur un formidable essor du pouvoir d'achat. Alors oui : Le gouvernement est dans son rôle en décidant quel coût faire supporter à la société pour le photovoltaïque. D'autre part il faut savoir que le prix du matériel photovoltaïque baisse très rapidement parce qu'une énorme industrie se développe au niveau mondial : les capacités doublent ou triplent chaque année depuis une décade. Grâce aux économies d'échelle, dans le sud de la France, le photovoltaïque est déja tout proche de la parité de coûts avec le bouquet d'énergies sales commercialisé par EDF. Des offres innovatives dans ce sens devraient émerger avant même la présidentielle ! Du coup, cet hiver, Touche Pas à mon Panneau Solaire et beaucoup d'autres acteurs de la filière ont pu contribuer à la concertation 'Charpin' en proposant une série de mesures pour faire beaucoup plus d'ENR en dépensant moins. Malheureusement la direction de l'énergie en est restée à son carnet de route inefficace, les alternatives ont été passées sous silence. Une installation photovoltaïque continuera donc de coûter 30% à 50% de plus qu'en Allemagne, à cause d'un bureaucratisme d'ampleur soviétique, et à cause de la panique continue organisée par le gouvernement. Pendant ce temps, les énergéticiens en place, actifs eux-même dans le photovoltaïque, gagnent du temps pour consolider leur hégémonie. 

Ce qui est inadmissible dans l'affaire du moratoire sur le photovoltaïque, c'est de voir le gouvernement bafouer les principes du droit - on ne peut pas légiférer de manière rétroactive. Un recours de la filière devant le conseil d'Etat est toujours en cours. L'Etat ne peut pas manquer à son rôle régalien au point de laisser des acteurs qui sont juge et partie saboter la mise en oeuvre d'un dispositif de soutien qu'il a voté : La grève de la faim de Saint Allouestre résulte avant tout de manquements du gestionnaire de réseau ERDF (groupe EDF) dans sa mission de service public (6). L’organisme croulant sous les contentieux pour des cas comparables, les syndicats insistent pour avancer vers une porte de sortie efficace et honorable pour le gouvernement : Une commission d’arbitrage indépendante. Sur un plan plus stratégique, la tendance du moment est intenable : si une certaine dose de lobbying des mastodontes semble inévitable, un Etat qui en vient à pratiquer une politique de la terre brulée contre ses propres entrepreneurs pour éviter que le dogme du tout-nucléaire soit mis en question est en faillite morale. C'est asocial, c'est anti-démocratique, c'est sans lendemain : Une société a besoin de toute la diversité de ses forces vives pour assurer son développement, elle a besoin de résilience. Il se peut bien que la grande cohérence de nos élites soit un atout industriel, mais faut il en venir à ce que des politiques et des hauts fonctionnaires gaspillent des milliards pour maquiller le potentiel d'une technologie à la baisse, pour protéger les petits intérêts des copains, ou pour s'assurer une reconversion lucrative ? Voilà ce qui se passe dans le photovoltaïque : Les plus optimistes d'entre nous présumaient de l'incompétence, mais il devient de plus en plus clair que nous sommes confrontés à de la mauvaise volonté.

N’est-il pas tout bonnement surréaliste de voir notre gouvernement laminer les PME de la filière, qui ont créé 25 000 emplois en quelques années et qui viennent d'en perdre plus de 10 000 en 9 mois ? Ces boites ne manquent pas de compétitivité parce que les entrepreneurs sont trop nuls ou parce que la main d'oeuvre coûte trop cher - elles sont pénalisées par le manque de lisibilité, de continuité de la politique du gouvernement, qui décourage les investisseurs, et a fortiori les banques, déjà très frileuses. Elles souffrent du manque d'anticipation des bureaucrates : si on en est là, c'est que Pierre-Marie Abadie, directeur de l'énergie et administrateur d’EDF toujours en poste, a raté le pilotage tarifaire en 2009, alors qu'il suffisait de faire appel aux nombreux experts de carrure internationale disponibles pour éviter cela : il y'en avait même en France. Elles pâtissent aussi des difficultés d'implémentation et d'accès au financement propres à la France, puisqu'on parle ici d'une industrie qui demande des investissements lourds. Ce sont des problèmes que n'ont ni les allemands, ni les chinois, ni les américains. 

En fait, tout pousse à croire que la situation rejoint un mal français bien connu : Les élites politico-financières et administratives ne jurent que par les grands groupes et Grands Corps d'Etat. Pour la petite comparaison, la filière photovoltaïque allemande emploie directement 150 000 personnes (7), presque toutes dans des PME. C’est beaucoup plus que les 120 000 emplois du nucléaire français, alors que cette dernièrer coûte beaucoup plus cher à la société (8). Quelle opportunité manquée, quel fiasco de politique industrielle !

 

David Mulhaupt, 35 ans, est entrepreneur dans le solaire agricole en PACA et a été coordinateur pour les propositions de "Touche Pas à mon Panneau Solaire" durant la 'concertation Charpin' : http://tpamps.fr/?p=930

Notes :

(1) Facile quant on maquille le chiffre d'un facteur deux ou trois : la CSPE finance aussi et surtout la péréquation tarifaire servant à garantir l'unité des tarifs d'électricité sur le territoire.

(2) Sauf Proglio qui vient de racheter EDF EN, un énorme développeur photovoltaïque ?

(3) Sauf Franck Le Borgne justement, le fabricant de suiveurs solaires en grève de la faim ? Et en passant sous silence les capacités de production françaises avant moratoire, presque équivalentes à la puissance installée en 2010 ? Sans compter la R&D très en pointe des pôles de compétitivité, dans un pays qui inventé la technologie photovoltaïque ?

(4) Si on fait abstraction du fait qu'au niveau mondial, tous les fabricants majeurs se sont alliées pour créer une fondation dans ce but, PvCycle, qui entretient déjà plusieurs points de collecte en France alors que la masse des panneaux n'arrivera en fin de vie que dans 20 ou 25 ans. On peut également se demander pourquoi personne ne pose la même question concernant les centrales nucléaires.

(5) Filière qui a perdu plus de 10 000 de ses 25 000 emplois en 9 mois suite aux annulations de dossiers de décembre 2010. La moitié des entreprises n'ont même plus renouvelé leurs certifications Quali'PV. Notons également que les appels d'offre en question sont truffés de clauses éliminant les PME.

(6) Le rôle d'ERDF, filiale à 100% d'EDF, est de garantir un accès équitable au réseau électrique français à tous les usagers, selon des procédures validées par le Conseil Supérieur de l'Energie. Dans le photovoltaïque, les dates des dossiers de raccordement au réseau déterminent souvent les tarifs auxquels les producteurs pouront vendre l'énergie produite. Or la plupart des entreprises de photovoltaïque ont reçu des piles de contrats de raccordement attendus depuis des semaines juste après l'entrée en vigueur du moratoire. ERDF semble avoir fait de la retention de dossiers. A l'inverse, des dossiers de centrales développées par les filiales d'EDF semblent avoir été favorisées.

(7) Si on rajoute l'éolien et le biogaz, on en atteint 450 000.

(8) Sans même chercher à chiffrer la perte de l’un ou l’autre département dans un éventuel accident, à travers l’ardoise des 40 ans de subventions, mais aussi en creusant la dette publique avec les charges futures de démantèlement et de stockage sécurisé des déchets. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 23 juillet 2011 11:56

    Bonjour à tous.

    J ’avais, il n’ y a pas si longtmeps, un certain respect pour NKM. Déjà largement écorné après le Grenelle de l’Environnement et la mise à l’écart du dossier nucléaire, il s’est définitivement envolé avec cette scandaleuse affaire. Qui plus est, NKM joue perso en Ile-de-France en n’hésitant pas à privilégier les intérêts de ses électeurs au détriment des habitants des communes voisines (exemple : cadencement des lignes SNCF).

    Le problème de NKM : sous des dehors BCBG et un langage moins agressif qu’une Dati ou une Pécresse, elle a les dents qui n’en rayent pas moins le parquet et se voit tôt ou tard en Premier ministre, voire à l’Elysée. Une ambition de plus en plus visible et de plus en plus... insupportable car, pour sauvegarder les soutiens dont elle aura tôt ou tard besoin, elle fait désormais éhontément le jeu de l’oligarchie, comme le souligne avec pertinence l’auteur de cet article. Honte sur elle !


    • Robin des Voix 23 juillet 2011 12:06

      « J ’avais, il n’ y a pas si longtmeps, un certain respect pour NKM. »

      hahaha


    • Fergus Fergus 23 juillet 2011 13:05

      Bonjour, Robin des Voix.

      Un respect mesuré, lié à son attitude de plus grande dignité relativement à ses collègues UMP et à un minimum de connaissance des problèmes environnementaux, comparé à l’abyssale ignorance de ses collègues ministres.

      Eh oui, j’ai un défaut : même adversaire politique, j’essaie de donner acte de leurs qualités à ceux qui en possèdent, fussent-ils dans un gourvernement dont je réprouve l’action. Sur ce plan-là, je reconnais que je me suis fourvoyé avec NKM.


    • NKM EN CRUELLA...PANTALON MOULANT ET TALONS AIGUILLES QUEL PLAISIR POUR

      LES VIEUX DEPUTES MACHOS....................................
      .
      elle leur ferait gober n ’importe quoi........................

      c ’est cela l’ecologie de droite , ??????????


    • Furax Furax 23 juillet 2011 12:19

      Je ne sais pas pourquoi, quand je vois cette bonne femme à l’écran, je pense immédiatement :
      « Effet des radiations nucléaires »
      C’est grave docteur ?


      • EXCELLENT.....@FURAX

        CETTE FEMME AURAIT ETE MIEUX POUR DSK.........

         C EST UNE DIABLESSE...


      • BisonHeureux BisonHeureux 23 juillet 2011 12:21

        Merci pour cet article édifiant !
        Nous sommes dirigés par des bandits !
        Vivement 2012 et une bonne révolution démocratique !
        Changeons l’avenir avec Eva Joly !

        http://evajoly.fr/2011/06/14/eva-joly-%C2%ABla-conversion-ecologique-creera-500-000-emplois%C2%BB-les-echos/

        Hasta la libertad !
        Salut et fraternité


        • Robin des Voix 23 juillet 2011 12:45

          Vous arrêter à la troisième ligne aurai été suffisant.....

          Quelle incohérence. Quelle tristesse.....


        • Fergus Fergus 23 juillet 2011 13:08

          Bonjour, BisonHeureux.

          Désolé, je viens de vous plusser (pas d’erreur de ma part) et le système vous a... moinssé, à mon grand dam !


        • JL JL 23 juillet 2011 13:28

          Bonjour Fergus,

          la note que vous renvoie le système tient compte, non pas seulement de votre vote, mais aussi des autres votes qui sont intevenus entre-temps.

          Cordialement.


        • BOBW BOBW 23 juillet 2011 19:21

          Descend-elle comme notre monarque transylvanien nagybócsai Sárközy Pál Istvan Ernő. des vampires de la famille de Dracula ?? :->


        • rastapopulo rastapopulo 23 juillet 2011 13:10

          Et comment sont chauffé les baignoires de quartz pour le silicium des cellules ?

          Avec du charbon.

          Déplacer en amont la dépense d’énergie... Ouaaaaaaaa trop génial.

          En tout cas ce n’est ni gratuit, ni renouvelable.


          • joletaxi 23 juillet 2011 13:18

            Mais oui, mais oui, le renouvelable est capable à terme de remplacer les filières classiques.Mais oui, mais oui, un gisement d’emplois..toujours le même blabla.


            la réalité, suite à un audit sur le solaire en Espagne, chaque emploi créé(artificiellement) dans le solaire, détruit 2,5 emplois bien réels ceux-là.
            Vous nous rebattez les oreilles avec l’exemple allemand,qui a en chantier 17 centrales à lignite, et qui sécurise ses approvisionnements en gaz par la main mise sur le gazoduc européen.Je ne sais d’ailleurs pas combien ils ont de centrales gaz rapides pour suppléer aux errances du renouvelable.

            Vous vous dites rentables par comparaison avec les énergies « sales »(vous ne semblez pas être au courant du véritable scandale écologique en Chine, du fait de la filière ?)
            Aucun problème.
            Alignez-vous avec les énergies « sales ».
            Pas seulement en coûts, mais aussi tentez de vous insérer, hors obligation d’achat, dans le prévisionnel de gestion du réseau,en bref, régulez.
            Si vous arrivez à être concurrenciels dans ces conditions, alors, je ne vois pas où est le problème.
            Sinon, arrêtez de vous abritez derrière les subventions pour réaliser votre développement.

            Et n’oubliez pas que vous n’existez sur le marché que grâce à une autre escroquerie intellectuelle appelée réchauffement climatique.Encore un ou deux hivers comme le dernier, et on pourra enfin penser aux choses sérieuses sur notre énergie.


            • pfff 23 juillet 2011 16:08

              Bravo JOLETAXI nous réalisons que vous faites parti de « l’intéligenzia » Française, grâce aux élites de votre gabarit nous avançons beaucoup plus vite vers le futur.
              Pour récompenser votre immense génie nous vous offrons un voyage gratuit à Fukushima et un séjour à vie à Tchernobyl. 
              Allez aurevoir ! ! ! !


            • Marco07 23 juillet 2011 16:24

              @jo, comment faites-vous ? Vous arrivez à voyager gratuitement !


               Si vous avez un billet pour Tchernobyl en rab, je suis preneur ! Il parait que la nature environnante a sérieusement repris ses droits depuis que l’Homme à dégagé de cette région ! J’irais bien visiter.

               smiley

            • David Mulhaupt David Mulhaupt 23 juillet 2011 17:17

              Holà Joeletaxi,


              Avez-vous un lien vers cette étude concernant l’Espagne ? Elle date de maintenant ou d’il y’a quelques années ? C’est que les prix du PV ont baissé d’un facteur 3 au cours des cinq ou six dernières années.

              Concernant le gaz, son avantage est d’être réglable, démarrable rapidement, et bon marché. Donc oui il est utile en combinaison avec des énergies prévisibles, mais intermittentes. La dépendance est un fait, celle de la France vis à vis de l’uranium importé aussi. L’idée n’est pas seulement de remplacer des centrales nucléaires par des centrales au gaz deux (qui émettent deux à trois fois plus de CO2 que le nucéaire d’après le ministère allemande de l’énergie), mais aussi d’arrêter d’investir dans une énergie très chère pour se donner les moyens investir dans des centrales plus réactives ET des ENR ET des économies d’énergie. Au final, le but est de payer autant, d’émettre moins de CO2 , de créer plus d’emplois et d’affaiblir l’oligpoles des énergies sales.

              Quand on parle de s’aligner sur le coût des énergies sales, il ne s’agit pas nécessairement de créer des centrales alternatives. Il peut aussi s’agir de production décentralisée pour autoconsommation, ce qui sera possible pour environ 20c /kWh dans le sud en autommne, contre environ 12c /kWh quand vous achetez à EDF. Si c’est dans le cadre d’une nouvelle construction, ajoutez quelques milliers d’€ pour la facture de raccordement et vous êtes à parité. 

              En attendant, les subventions servent à accélérer les choses parce qu’il y’a urgence, et permettent, à un niveau raisonnable, de rétablir grosso modo l’équité vis à vis du nucléaire qu’on ne paye pas qu’avec sa facture EDF mais aussi avec ses impots : l’Etat àassume les risques de cette activité inassurable, les charges de démantèlement non provisionnées et les 100 000 ans de stockage sécurisé des déchêts.

              bien à vous, 
              le SAV de l’article :)

            • HELIOS HELIOS 23 juillet 2011 13:26

              Je n’aime pas(plus) NKM !... moi aussi je me suis fait avoir par son apparence « raisonnable » et je m’apperçois que c’est une dangereuse integriste doublée d’une manipulatrice.

              Cela dit, je continue a penser - avec des exemples - que les entreprises qui versent dans le renouvelables Profitent de manieres éhontée des subventions qui devraient beneficier au consommateur.

              En effet lorsque l’etat aide, le consommateur achete et les entreprises ont du boulot. cela devrait leur suffire, Ben non !. helas, en plus du boulot, elles piquent le fric du client.

              Quand on vois (dans le solaire thermique) qu’un balon avec une resistance classique (le simple chauffe eau coute 500 euros et que le même auquel on a rajouté un serpentin et deux entrée/sorties passe a 2000 euros, vous comprenez qu’il y a la un abus manifeste.

              je ne vous parle pas des redresseurs-onduleurs et armoires electriques dont les prix a l’installation par ces entreprises « ecologiques » sont quasiment multipliés par 4 au mieux.

              Alors il en existe probablement des plus honnetes que d’autres qui se cacheront derriere le prix de leurs fournisseurs, il n’en reste pas moins que les economies potentielles faites par le clients sont bouffées a la base par les installations abusement couteuses.

              Dans le même ordre d’idée on voit bien ce qu’il s’est passé avec les lampes basses conso....

              Moinssez, je m’y attends


              • Marco07 23 juillet 2011 14:22

                Concernant le solaire thermique, c’est pire que ça.

                Un cumulus électrique coûte 250-500€... 

                D’ailleurs pour avoir participé à un stage qualisol sur une formation énergie classique, on a tous été déçu au début de la première journée.

                La démarche Qualisol commence bien, on arrive chez un client, que la maison soit neuve ou pas, obligation de faire un devis pour proposer le renouvellement complet -même si son cumulus est neuf- (et ensuite proposer une solution avec son installation). Les premières estimation à donner ne collent pas aux simulations faites sur les logiciels par la suite -vraiment l’impression d’un attrape couillon-... Concernant l’entretien du CESI, si le client ne le fait pas lui même, il ne verra pas la couleur de ses économies. On avait fait le calcul de la rentabilité d’une installation, ça fait peur (et encore, l’hypothèse de changement d’une pièce n’était pas prise en compte). D’autres trucs sont complètement con, par exemple sur un CESI classique, on est obligé de laisser un purgeur (pièce qui doit coûter de 50 à 100€) alors qu’il ne sert qu’à la mise en service pour virer l’air, une fois en fonctionnement certains font la connerie de le laisser en automatique alors que la température du glycol peut grimper jusqu’à la vaporisation de ce qui il a dans le capteur (et du coup la fuite dénature la qualité du glycol), du coup il doit être fermé, donc ne sert pas à l’utilisation....

                Truc marrant que le formateur (qui était plus formateur que commercial) nous disait : depuis la mode des enr et du réchauffement le matériel à augmenté de 10 à 20% pour les mêmes capteur & cie. Marrant, ou pas.

                Et au final, le client se retrouve avec une installation qui coûte quelques milliers d’€ pour un peu de verre, une pompinette, 15€ d’électronique et quelques mètres de tuyaux.... Pour moi c’est de l’escroquerie, au même titre que les prix des « pompes à chaleur air-eau/eau-eau » qui ne sont absolument pas différentes -technologiquement parlant- que les clims bricotruc qui démarrent en dessous de 500€... Seul différence ? Quelques milliers d’€.

              • Louisiane 23 juillet 2011 14:35

                Les subventions pour les énergies renouvelables sont franchement peanuts par rapport à ce la France balance dans le nucléaire et ce qui restera à payer pour les déchets engendrés.

                D’autre part, mettre tous ses oeufs dans le seul panier énergétique nucléaire est une abérration, d’autant plus que notre prétendue indépendance due à l’uranium nigérien est basée, une fois encore, sur une énergie qui ne se renouvelle pas.

                Quant à l’opportunité des subventions qui incitent au photovoltaïque, ça me fait bien marrer quand je pense à ce que les grosses entreprises se gavent avec les allègement de cotisations sociales.

                Pour info, mon ballon 200 litres et mon capteur solaire 2,65 m² m’ont coûté 400 €. Peut-être faut-il savoir à qui s’adresser. J’ai tout installé moi même, car effectivement, ça m’emmerde de filer du fric à un installateur et la fameuse prime aurait été droit dans sa poche...


              • Marco07 23 juillet 2011 16:07

                Louisiane, vous avez très bien fait. Question, où avez-vous trouvé capteur + ballon à ce tarif ? (monobloc ?)


              • David Mulhaupt David Mulhaupt 23 juillet 2011 16:40

                D’ou l’idée d’un pilotage plus efficace des subventions avec un accent sur des rentabilités maitrisées : les requins pullulent là ou ça devient trop juteux (ça a certainement été le cas dans le photovoltaïque par phases, l’ONG Hespul et d’autres ont d’ailleurs interpellé le gouvernement pour demander une baisse de tarifs en 2009.). En Allemagne les rentabilités sont beaucoup plus basses, les tarifs des installateurs aussi, et il y’a là-bas assez d’entreprises de proximité pour que le bouche-à-oreille permette de se faire une idée assez précise de l’approche d’un artisan.


              • quid damned quid damned 23 juillet 2011 14:35

                Ne pas confondre photovoltaïque : éminament nuisible en terme de recyclage, et énergie solaire. L’énergie solaire n’est pas que le photovoltaïque. Sinon effectivement NKM est à l’écologie ce que Quirant est à l’honneteté intellectuelle et à la démarche scientifique : une imposteur (teuse) (trice) comme tous ces p’tits camarades du gouvernement.


                • le poulpe entartré 23 juillet 2011 15:01

                  Quels sont les résultats de ses actions passées et présentes ? Quelles en seront les conséquences ? On tire un bilan ? Résultat : n’importe quoi. ça tire à hu et à dia dans les trois dimensions.
                  NKM ? Abréviation du : N’importe Koi Misérable. Les autres pays européens (Hollande, Belgique, Allemagne, Danemark, Norvège, Suède, Espagne, Portugal) se sont, sont en train de s’équiper pour faire face à la prochaine flambée des prix de l’énergie. Dans l’hexagone, la dynamique est devenue moribonde. Lorsque le litre d’essence sera à deux euros cinquante (plutôt que vous ne le pensez) il faudrait restreindre d’autre budget pour pouvoir continuer à circuler et se rendre sur son lieu de travail, quand ce n’est pas travailler tout simplement (cas des commerciaux). Les économies réalisées par l’équipement individuel des foyers permettaient de restreindre l’enveloppe allouée au poste EDF. Les subventions d’équipement permettaient d’étaler le coût de l’opération dans le temps. Dorénavant, le montant de celles-ci sera ramené à zéro. San aborder, le déficit dans les Pme, dont pour certaines le marché permettait un nouveau souffle, les pertes d’emplois induites ; c’est avant tout un tir direct contre le pouvoir d’achat des ménages.

                  Cela les préoccupe t ils vraiment ? J’en doute fort. Ils s’en foutent copieusement. Leurs frais sont pris en charge par l’administration, les ministères, les secrétariats d’état, les dépenses personnelles c’est presque un autre univers comme pour le sieur Joyandet et ses trajets en machine volante, Christian Blanc qui lutte pour le redressement de l’économie en consommant 12 000 euros de cigares en neuf mois, Eric Worth et son épouse et l’hippodrome de Chantilly.......non c’est trop. Le travail dans un ministère c’est facilement entre dix et douze heures par jours, effectivement. C’est terriblement contraignant. On se heurte à des inerties à stopper un tremblement de terre en une seconde. Cependant, on peut s’interroger sur l’orientation de ce travail. Intérêt général ou intérêts personnels ? J’ai comme l’intuition que la réponse une n’est pas la bonne.


                  • le poulpe entartré 23 juillet 2011 15:02

                    Oups Compiègne !


                  • LE CHAT LE CHAT 23 juillet 2011 15:41

                    comme dirait non666 , encore une membre de la young leader french american fundation ! smiley smiley smiley complétement à la solde du NWO , elle fait plaisir à ses maitres Bilderberg en publiant un recueil de ragots sur MLP , c’est une arriviste totale ...................


                    • JPLG 23 juillet 2011 16:01

                      Il y a longtemps que je recherche, sans succès, un Eco-Bilan complet d’une INSTALLATION photovoltaique chez un particulier.
                       On trouve, plus ou moins officiellement des Eco-Bilan de panneaux solaires, mais pas d’une installations complete. Panneau, aluminium, cuivre, composants électroniques pour l’onduleur et le compteur EDF, fabrication de cet onduleur, transports, déplacements fréquents de l’installateur (toujours avec son gros utilitaire), du commercial (jamais avec une petite voiture éco) fabrication de l’utilitaire, fabrication de l’auto de l’ouvrier, un vrai Eco-Bilan, quoi, comme il n’en existe pas ......
                      J’ai bien peur que l’énergie créée lors de la durée de vie de cette installation ne compense pas l’ENERGIE PRIMAIRE utilisée pour la créer. Ce qui signifierait que ces installations ne servent qu’à faire tourner l’économie mondiale.
                      Si quelqu’un est susceptible de me fournir cet Eco-Bilan, je suis preneur.


                      • Marco07 23 juillet 2011 16:36
                        Qu’est-ce que ça fait escroc ce mot « éco-bilan ».
                        Je préfère de loin bilan énergétique, bilan carbone... 

                         smiley

                        En ce moment je fais une allergie à l’éco-connerie qui pousse à l’éco-buisness avec des éco-voitures et une éco-consommation...... tous des éco-pigeons.

                        ça fait tellement con ce préfixe « éco-truc », on croirait entendre la vieille série de batman avec les « bat-truc », c’est éco-ridicule.

                      • David Mulhaupt David Mulhaupt 25 juillet 2011 13:26

                        J’ai reposté votre question sur le groupe TPAMPS car pour l’instant je n’ai que le chiffre un peu générique et pas directement appliquable à la France de 89 g de CO2 / kWh photovoltaïque contre environ 110 pour le nucléaire. D’un coté, on est un peu mieux placés en France en termes d’ensoleillement, de l’autre, comme vous dites, le poids élevé du volet commercial et déplacement dans le projet pour les particuliers aura plutôt tendance à faire monter le chiffre. Je reviens vers vous avec plus d’infos si je trouve une source à jour.


                         :)) le SAV

                      • pfff 23 juillet 2011 16:13

                        Avant de trouver un « éco bilan » d’une installation photovoltaique, vous devez passer un « éco bilan » de votre vie passée, et du CO2 que vous avez émis en respirant.


                        • JPLG 23 juillet 2011 16:40

                          pfff, les plus importantes émissions que j’ai à me reprocher seraient plutot dans le genre méthane, encore pire pour la couche d’ozone smiley


                        • joletaxi 23 juillet 2011 18:24

                          Une fois n’est pas coutume, on a droit aux éternelles redites concernant les énergies.


                          Ah si on avait investi autant que dans le nucléaire pour le renouvelable...
                          pour votre gouverne, j’ai en son temps, étudié et proposé à un groupe financier de poids des éoliennes pompes à chaleur juste après la première crise pétrolière,vous savez, cette crise que vous n’avez peut-être pas connu, où les gens ,quand ils prenaient leur bagnole, avaient un ou deux bidons d’essence dans le coffre ?
                          Cette période tout à fait surréaliste a d’ailleurs précipité le recours au nucléaire.
                          A cette époque, on ne savait pas faire, ni dans le solaire.La seule centrale solaire était une centrale à concentration qui a été abandonnée, un total fiasco.Même un projet aussi prometteur que l’usine de la Rance n’a pas tenu ses promesses(usine que les écolos refuseraient de toute façon maintenant)
                          Vous ne le croirez pas, mais Mme Tatcher avait même commandité auprès de ses meilleurs ingénieurs une étude de faisabilité de la voiture électrique.
                          Donc, on se préoccupait de la question, et on y a mis des moyens.
                          maintenant, les 2.000 milliards € que l’Europe envisage d’investir dans le renouvelable ne feront pas briller le soleil la nuit, ni souffler le vent les mois d’hiver(cela fait 2 hivers consécutifs que les éoliennes Uk délivrent moins de 5 % de leurs capacités au moment où on en a le plus besoin.Ne cherchez pas plus loin une raison pour la remise en route de projets nucléaires) 
                          Quand aux coûts, il faudrait que vous m’expliquiez vos arguments.On paierait le nucléaire au travers de nos impôts ?Moi je constate que le nucléaire est à un prix du KW imbattable,ce qui profite directement à toute la population, il n’est que de voir les cris de colère lorsque l’on annonce une augmentation,qui mettrait encore le kw à la moitié du prix de nos voisins.
                          De plus, je lis les réactions outrées des gens au vu des profits énormes que génère la filière,dont une partie substantielle revient à l’état par ses participations et les impôts.
                          Et que je sache, un boulot chez EDF, cela fait rêver non ?
                          On me dit le démantèlement n’est pas compris et va être payé par la communauté.Outre que c’est faux,il y a des provisions,et même si elles devaient être insuffisantes,les sommes en jeu sont ridicules par rapport aux bénéfices pour la population, engrangés depuis 50 ans.
                          Les déchets ?On me parle de problèmes pour des millions d’années.Comme si quiconque avait la moindre idée de notre monde dans 50,voire 100 ans.Si cela se trouve on se battra pour les déterrer ces déchets.On en sait rien, et le problème n’est pas vraiment un enjeu,le volume étant dérisoire par rapport à d’autres pollutions.

                          Moi je suis pour que l’on mette des moyens dans la recherche de nouvelles énergies,mais pas que l’on investisse en vain dans des filières cul de sac.L’éolien est incapable de fournir l’énergie base du réseau. Le photovoltaïque de même.La seule voie actuellement est le solaire à concentration, couplé au gaz et encore faut-il pouvoir disposer d’une source froide à proximité,ce qui est rarement le cas dans des endroits au soleil de plomb.
                          Bref, il est probable que nous aurons un problème énergétique dans une cinquantaine d’années.mettons le paquet dans la recherche, et en attendant investissons dans l’efficacité énergétique du bati, les 2.000 milliards € y seraient plus rentables dans des pays comme la France où quelques millions de gens vivent dans des clapiers insalubres, quand ils ont un toit.
                          Donc oui, je suis opposé à toute forme de subside au solaire, et je suis scandalisé de voir les potentialités gâchées inutilement

                          • Mor Aucon Mor Aucon 23 juillet 2011 19:16

                            Très intéressant votre commentaire. Je ne suis pas trop calé techniquement dans ce domaine mais le peu que je sais me fait partager votre opinion quand vous dites que l’important est le budget de la recherche scientifique. J’ajouterais que cette recherche devrait être la plus indépendante possible pour éviter les évidentes manipulations qui abondent dès que l’on traite d’énergie. Par contre, je pense qu’il y a beaucoup à gagner en se dirigeant vers des technologies de production domestique de l’énergie consommée par les particuliers, sans bien sûr oublier les facteurs couplés de rentabilité et durabilité. Là aussi, c’est une question de budget à l’investigation scientifique et technologique.


                          • Marco07 23 juillet 2011 20:59

                            Commentaire pertinent.


                            Je pense que une grosse part de la solution est l’économie d’énergie (optimisation et isolation) -pour les bâtiment-. Pour le reste, diversification. Peut-être aussi légiférer sur les appareils électriques : certains ordinateurs éteint, ont des alimentations qui consomment jusqu’à 10W, il doit il y avoir quelques millions de box en tout genre, personne ne se penche sur ces appareils qui consomment jusqu’à 15w en veille... Un bon vieux bouton on/off serait nécessaire et il y a des efforts à faire pour certaines box qui consomment 2 fois plus que d’autres ( http://www.lesnumeriques.com/consommation-energie-freebox-hd-freebox-v5-news-11820.html , http://www.lesnumeriques.com/freebox-revolution-consommation-electrique-veille-lecture-news-17476.html http://www.lesnumeriques.com/consommation-neufbox-evolution-news-17658.html ).
                            Concernant les ordinateurs, vu le nombre de postes qu’il y a dans les administrations, les entreprises et chez les particuliers, il y a des gros efforts à faire, on arrive aujourd’hui à assembler des pc qui consomment quelques watts et qui remplissent leur fonction pour du traitement de texte et de la vidéo (pas besoin d’avoir le dernier cri et du superflu pour taper quelques lignes de texte)... Quand on voit qu’un ordi consomme en moyenne 90W (+30W pour l’écran) et que certains administrateurs ne sont pas foutu de programmer une mise en veille complète après quelques minutes d’activité. A ça on peut ajouter tous les électroménager, tv hifi...

                            Des améliorations simples, il y en a à faire à la pelle et à la pioche. Et optimiser ce qui peut l’être. C’est des avancées transparentes pour les utilisateurs et ça ne nécessite pas de « révolution » technologique.


                          • oj 23 juillet 2011 22:43

                            des sociétés ont flairé le vent et sillonné les campagnes pour vendre du Solaire ou plutot... des plans de financement :

                            on ne vend pas une installation mais un financement sur 10, 15 ou 20 ans sur la base d’un calcul théorique qui fait ressortir un bénéfice pour cette solution meme si au final le cout est exorbitant.

                            Ceci bien sur grace aux aides cumulées des Régions, des Agences et de l’Etat qui a permis de gonfler les couts pour le pauvre citoyen conscient de son devoir ecologique !

                            J’imagine que bon nombre de gens fragiles se sont fait avoir.

                            Ceci etait tres voyant avant qu’une ministre l’avoue elle-meme il y a plusieurs mois.


                            • LE CHAT LE CHAT 23 juillet 2011 22:47

                              DSK , BHL , NKM ces noms de code de robots du NWO ....................


                              • kéké02360 23 juillet 2011 22:54

                                un panneau photovoltaïque suiveur , vous savez où on peut trouver çà !!!???

                                Merci

                                Si vous connaissez un panneau pholtaïque suiveur surmonté d’une éolienne c’est encore mieux , çà m’intéresse surtout si çà vient d’allemagne smiley


                                • kéké02360 24 juillet 2011 13:50

                                  je ne cherche pas un << surdoué >> pour me parler d’horlogerie , les panneaux suiveurs existent déjà depuis longtemps en allemagne , Luxembourg, belgique ils sont installés sur un mât de 3 mètres à côté de la maison, banane !!!!!! smiley

                                  Ma question était : connaissez vous des sociétés qui en vendent et en installent !!!????


                                • David Mulhaupt David Mulhaupt 25 juillet 2011 12:30

                                  Bonjour kéké0236,


                                  ce n’est pas le panneau lui-même qui est suiveur, mais une multitude de fabricants font des pieds suiveurs ou « trackers » ; Vous en trouvez plein en googlant « solar tracker ». En France, http://www.exosun.fr/index.php et http://www.onenetwork.fr/energies/follow-me-outil-suivi-2-axes.php (la boite de Franck Le Borgne en grève de la faim) en font. En Allemagne, http://www.degerenergie.de/ fait partie des poids lourds et en propose de toutes sortes de tailles, http://www.af.net/242-0-SunCarrier.html aiment verser dans le gigantisme, mais il y’a plein d’autres fabricants là-bas et en Espagne, pays qui en a installé le plus sur ses grands parcs au sol. Les fabricants ont tendance à venir plus de l’ingénérie structures et de la construction de machines que les fabricants de panneaux solaires qui viennent plus souvent de l’électronique ou qui ont été fondées en spécialistes, d’ou la séparation des filières. Pour plus d’exhaustivité, le magazine Photon a tendance à publier une fois par un un état des lieux présentant des dizaines de suiveurs : http://www.photon.info/photon_home_fr.photon

                                  cheers, le SAV de l’article :)

                                • Gnagnagna 23 juillet 2011 23:47

                                  Les petites entreprises, c’est comme les petits commerçants : on ne les contrôle pas, on ne peut les mettre au pas, on ne « s’arrange » pas avec elles, on ne peut magouiller avec elles pour plumer le client.
                                  Par contre, avec les grands groupes industriels, comme avec les grands distributeurs, qui sont un petit nombre tout est possible...
                                  Voilà pourquoi le gouvernement est en train de tuer toutes les petites entreprises qui travaillent dans le photovoltaïque pour que les grands groupes reprennent la filière ensuite. Le fait que Proglio investisse dans le photovoltaïque est révélateur.


                                  • Laratapinhata 24 juillet 2011 17:41

                                    C’est ce qu’on appelle l’ultra-libéralisme : interventionisme de l’Etat au profit des gros et puissants et nettoyant la concurrence des petits qui pourraient monter...

                                    On a déjà génocidé les PME-PMI de la Chimie , en France et en Europe, avec le rapport Reach sans que les pesticides et autres poisons violents aient été interdit...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès